20jan 11

Plantu déraille, Martin Schulz aussi

Au delà de la limite, il n’y a plus de bornes

Ce billet a été lu 31 465 fois.

M erci à vous tous, mes très chers amis et lecteurs qui m’avez entouré de votre affection et chute-de-ben-ali-manif-marseille-10de votre solidarité sitôt connu l’infâme dessin de Jean Plantu dans « l’Express ». Merci à mes camarades communistes qui sont montés au créneau pour répliquer à l’offense, Pierre Laurent, Marie-George Buffet, Patrick Le Hyaric directeur de l’Humanité et tous les autres depuis. Merci à « Marianne 2 » qui s’est enquis de ma réaction aussitôt et à fait paraitre quelques lignes informatives qui mettaient à distance l’injure. Je parle donc de cela ici dans cette note. Mais aussi de ma session à Strasbourg. Et surtout du fond de la question de cette nouvelle croisade de la confusion contre le populisme. Car telle est la nouvelle idéologie commune de feu le désormais invendable « cercle de la raison ». D'autres refrains pour rassembler le beau monde et les belles personnes « de droite comme de gauche ».

Merci à Raphael Bianchi, de Marseille, pour les photos qui illustrent ce billet.

Je suis abasourdi d’avoir vécu de tels évènements. L’hémicycle à Strasbourg est arrivé à l’extrême caricature de ses pantalonnades qui laissent pantois. J’y ai vu Joseph Daul, le président UMP du groupe de la droite au parlement européen, rouge de plaisir, embrasser devant tous, et sous les acclamations, le premier ministre hongrois Viktor Orban qui est accusé chute-de-ben-ali-manif-marseille-4de tous côtés d’être un crypto-fasciste attentant à la liberté de la presse, notamment. J’y ai vu Martin Schulz, président du groupe du Parti Socialiste Européen voter avec la droite pour empêcher l’examen d’une résolution sur les évènements de Tunisie et sur la liberté de la presse en Hongrie. Inouï. Jean Quatremer, zélé européolâtre contemple le double désastre qui frappe l’institution européenne qu’il défend si fort et les sociaux démocrates qu’ils aiment tant. Son titre est terrible : « l’honneur perdu des socialistes ».  J’aurais juste le regret que cet observateur si aigu de mes entrées et sorties dans l’hémicycle n’ai rien dit du fait que j’ai été le seul à me joindre à la protestation des Verts Europe Ecologie en empruntant une de leurs affiches pour l’installer dans l’hémicycle sur mon pupitre.

Les socialistes se couvrirent encore davantage de honte en annonçant par une brève note sur leur site, l’exclusion du parti de Ben Ali de l’internationale socialiste dont il était membre depuis 1970. On comprend qu’il s’agissait pour Schulz, avec cette annonce, de compenser l’infamie du vote de son groupe contre la résolution sur la Tunisie.  Personne naturellement ne se donne la peine de savoir comment et où cette procédure d’exclusion a été conduite. Quand la décision a-t-elle été prise et par qui ? Bien sûr Martin Schulz ne peut pas avoir inventé la chose, n’est-ce pas ? Donc on est en droit dorénavant de demander des explications sur certains autres membres de l’internationale qui n’ont pas été excluschute-de-ben-ali-manif-marseille-3 et dont on se demande pourquoi. Je garde ce régal pour une autre fois. Mais au passage on en apprend une autre, bien bonne. Le vaillant parti de Ben Ali, le RCD, membre de l’internationale et exclu trois jours après la fuite de son dirigeant avait aussi une adhésion à droite. En effet, il avait aussi signé, en juin 2009, un accord de coopération euro-méditerranéenne avec le Parti populaire européen (PPE), le parti qui rassemble tous les conservateurs européens. Lors d'une conférence de presse au Parlement à Strasbourg, Martin Schulz a annoncé lui-même cette exclusion. Et le site de l’internationale de préciser : "Cette décision, dans des circonstances exceptionnelles, est conforme aux valeurs et principes qui définissent notre mouvement et à la position de l'Internationale sur les développements dans ce pays ». Quel héroïsme ! Quelle intransigeance sur les principes ! Très émouvant. A peine voté déjà oublié. Schulz n’a pas poussé le respect des valeurs jusqu’au point de votre la résolution sur la Tunisie ! 

Ce ne furent pas les seules infamies de cette belle « Europe qui protège » pendant cette session. Bien sur il y a eu le vote d’une batterie d’accords de coopération nouvelle mouture qui obligent les pays d’Afrique à ouvrir leurs frontières en grand aux produits européens, notamment agricole tuant les productions locales. Une directive de la commission, rapportée par l’UMP madame Grossetête, pour favoriser le tourisme sanitaire. Un document impérialiste intitulé « la stratégie européenne pour la mer noire », une honte anti écologiste pour l’exploitation de l’océan arctique, un rapport d’apologie de la concurrence sous le titre « Politique de la concurrence en 2009 ». Un accord honteux et brutal de « stabilisation et d’association avec la Serbie » qui lui inflige de nouveaux sacrifices alors que le FMI est déjà en train de torturer le pays. Bouquet final un accord cadre avec la Lybie qui dénonce toutes les horreurs de cette dictature avant de céder au cri du pétrole et du gaz. Pendant ce temps Cuba elle est soumise au blocus américain et à l’ostracisme européen. Fidel, c’est bien connu est pire que Kadhafi pour « l’Europe qui protège ». Quelle honte !

Maintenant, quelques mots sur le dessin de Plantu dans l’Express. Quand je l’ai découvert, parce que le site "Marianne 2" m’interrogeait à son sujet, c’est comme si j’avais reçu une gifle en pleine face. La caricature a pour méthode de grossir le trait, de surligner. Pas de chute-de-ben-ali-manif-marseille-2travestir. Mettre un signe politique égal entre l’héritière de l’extrême droite qui soutenait Pinochet et moi…. Quelle incroyable banalisation de l’extrême droite ! J’avoue que j’ai mis un moment à me reprendre. Jamais je n’aurais imaginé que quelqu’un de ceux qui me détestent, ce qui est bien leur droit, pousse l’infamie jusqu'à me présenter en posture et brassard de type nazi, grimaçant, sous l’ombre de Le Pen ému, lisant le même texte que madame Le Pen représentée elle, de surcroit souriante. Front national et Front de Gauche mis sur le même plan. Quelle infamie ! Débile politiquement, offensant personnellement, stupide au moment où se débat la façon d’affronter le nouveau Front National. Puis vient la tristesse. J’aimais bien Plantu, je collectionnais ses albums, il faisait parti de mon paysage quotidien comme pour beaucoup de gens. Il me dégoute à présent puisque je sais qu’au milieu de son talent il est aussi capable de ça. Comme une tare cachée qui se donnerait à voir par surprise et changerait de fond en comble tout ce que l’on croit savoir de quelqu’un. Camarades, n’oubliez plus jamais qui est Jean Plantu. Faites lui savoir ce que vous pensez. Ne laissez pas ces gens se croire hors de portée de l’opinion des autres. Dans l’immédiat, nonobstant l’injure, il faut défaire calmement et rationnellement ce que veut construire son dessin, sans doute par stupidité et ignorance. Le concept de populisme joue dans ce dessin le rôle idéologique sans fard que les autres camouflent sous leur bla bla aux allures bien pensantes. Il efface le clivage entre gauche et droite. Il éradique le fond des programmes pour appeler à faire des apparences le fond du débat.

L’excellente formule de Daniel Bernard dans « Marianne 2 » résume bien cette idée. C’est la pensée « marabout/ de ficelle ». Ici Plantu va très loin.  Il fait cela même qu’il dénonce : « tous pourris », à droite comme à gauche, du moment que ce sont les « extrêmes », qui se rejoignent, comme disent les grands penseurs de fin de banquets trop arrosés. Le dessin de Jean Plantu, au lieu d’aider à réfléchir, aveugle celui qui le prend au sérieux. Il empêche de comprendre ce qui se passe. Il faut donc revenir sur ce qu’est l’anti « populisme ». Pour le faire je choisis deux textes que j’ai beaucoup aimé parce qu’il disait bien ce que je comprends. Guillebaud fait même preuve d’une véritable prémonition par rapport au dessin de Plantu.

«  Silence aux pauvres! ». C’était dans « Le Nouvel Observateur » (n°2405) de la semaine du 9 au 15 décembre  2010. La Chronique de Jean-Claude Guillebaud.  « Il faut se méfier de la démagogie, mais l'antipopulichute-de-ben-ali-manif-marseille-1sme ne doit pas tenir lieu de pensée aux nantis » disait le sous titre. Et Guillebaud de démontrer. « Chez nous, la mise en garde vise rituellement la gauche de la gauche et le Front national. Aux armes citoyens, Marine ne passera pas! Vade retro Mélenchon! »

 « A la réflexion, ce tocsin rituellement sonné est bien moins vertueux qu'il n'y paraît. Il procède – aussi – d'une stratégie élitiste incroyablement datée. Taisez-vous donc, les peuples! On croit réentendre ce mot d'ordre bourgeois qui, en 1848, indignait Lamennais, ami de Victor Hugo : silence aux pauvres! Tout se passe comme si cette vieille défiance de classe faisait subrepticement retour. Il y a du leurre là-dedans. La meilleure démonstration de cette ambivalence nous est donnée dans un texte venu d'Allemagne. Le philosophe Peter Sloterdijk a publié dans le « Spiegel » un long et éblouissant article sur le sujet (1). Avec une belle ironie, il s'y moque de l'anti-populisme frelaté qui tient parfois lieu de pensée aux nantis.

La plus dangereuse des spéculations, explique-t-il en substance, est celle qui table, comme dans la Rome décadente, sur la léthargie d'une République anesthésiée par le « pain et les jeux », pour reprendre la formule de Juvénal (aujourd'hui, on dirait le consumérisme à crédit et l'hébétude télévisuelle !). Pareil calcul est fort imprudent. L'Histoire nous montre que l'effet démobilisateur du «  Panem et circenses » n'est jamais durable. Tôt ou tard,  …»

… « Dans cette perspective, les contre-feux rhétoriques que l'on met hâtivement en place  - culpabilisation des citoyens prétendument prodigues, protection des générations futures, appels au sang-froid, etc. – semblent avoir pour première fonction de contourner, par n'importe quel moyen, la dissidence entêtée des électeurs de base. A terme, l'entreprise est vaine. Notons que Sloterdijk, qui nous rappelle cette évidence, n'est ni un gauchiste, ni un imbécile, ni un rêveur. Quant à l'hebdomadaire « Der Spiegel », ce n'est pas exactement une « feuille» populiste. »

Puisque j’en suis rendu à citer ce qui s’écrit mieux que je le ferai et que mon intention est de produire des documents qui expriment le point de vue que je voudrais développer moi-même, je poursuis. Voici un texte publié par un jeune philosophe de mes amis, Benoit Schneckenburger. Il est paru déjà dans le journal « A Gauche » et dans la rubrique argument du « petit courrier du blog » sous le titre « Populisme : le peuple en accusation ». "C'est devenu un lieu commun du commentaire des politologues" commence Benoit. "Dès qu'un mouvement ou un porte parole déroge aux règles du consensus, on le qualifie de populiste. Mais les mots traduisent autant l'intention de celui qui les prononce qu'ils sont le signe de ce qu'ils sont censés décrire. Marx appelle cela l'idéologie. Du côté des choses, « populisme » ne renvoie à aucune réalité uniforme : parti du peuple américain au XIX° siècle qui voulait défendre les intérêts des petits paysans ; courant russe de socialisme ; expériences très diverses de gouvernements et de mouvements sociaux en Amérique latine ; mode référendaire en Suisse ; en France Le Pen, Tapie, Mélenchon, tous dans le même sac. Du côté de l'intention, on remarque un très net infléchissement entre l'usage péjoratif qui en est fait et son sens littéral, donné par le Larousse : « attitude politique consistant à se réclamer du peuple, de ses aspirations profondes, de sa défense contre les divers torts qui lui sont faits. » 

« Pour ses détracteurs, le populiste apparaît sous la figure d'un habile démagogue qui mettrait en fait en péril la démocratie. L'accusation de populisme révèle deux problèmes. En premier lieu l'émergence historique de mouvements populistes marque une crise de la représentation politique traditionnelle qui ne sait plus répondre aux attentes du peuple. En second lieu, l'accusation de populisme masque l'idée que l'appel à une forme plus directe ou plus impliquée du peuple reste fondamentalement illégitime, car le peuple serait comme par nature incapable de se gouverner lui-même. » 

« On voit ici l'enjeu de ce débat : il s'agit ni plus ni moins de la légitimité et de la validité des revendications populaires elles-mêmes ! Accuser de populisme, c'est travestir le principe même de la démocratie, proclamé par notre constitution. Il ne s'agit plus du « gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple », mais du gouvernement du peuple par ceux-là seuls qui savent ce qui est bon pour lui. Le terme populisme constitue en effet l'un des pôles d'une triade dont les autres éléments se nomment élitisme et démocratie. Débat ancien, qui commence par la difficile reconnaissance du peuple comme acteur politique, se prolonge dans la définition des formes sociales et institutionnelles par lesquelles il se pourra se représenter. Il s'agit bien de définir le champ de la souveraineté populaire. 

« Dans la tradition de la pensée politique, parler du peuple ne va pas de soi. Déjà la pensée gréco-romaine pensait le peuple sous plusieurs figures. Si l’on parle de démocratie c’est aussi parce que pour les grecs, le peuple se dit tout à la fois démos que pléthochute-de-ben-ali-manif-marseille-5s : la foule, la populace. On peut se réclamer des classes populaires par opposition avec les élites ou les dominants et leur pouvoir oligarchique ; on peut faire du peuple une fiction qui refuse la distinction de classes pour créer une unité mythique derrière un chef, une patrie ou une histoire.

Chaque populisme renvoie donc à une vision différente du peuple. Si l'on qualifie parfois Chavez de populiste, c'est précisément parce qu'il en appelle au peuple pour que ce dernier s'approprie les enjeux politiques : c'est ici les démos en action. En revanche, les replis identitaires de Jörg Haider eux n'en appellent pas à un peuple en mouvement, mais à une idée figée, le genos. Le Pen et Berlusconi font mine de nier les différences de classes et d'en appeler à un peuple ethnique, alors que tout leur programme social est un programme de dérégulation, eux-mêmes appartenant aux classes favorisées.

Par delà la grande diversité des expériences historiques, il y a cependant un point commun à tous les usages du terme populisme. Son apparition est toujours le signe d'une crise profonde de la représentativité. Il faut interroger ce qui, sous couvert d'une défiance des élites masque peut-être une défiance du peuple. Élitisme et haine du peuple marchent souvent de pair. Dès son origine, la démocratie souffre d'un rejet, voire, comme le note Jacques Rancière dans son ouvrage du même nom, d'une Haine de la démocratie (La Fabrique). Platon refuse la démocratie dans la République. Selon lui l'homme démocratique suivrait ses penchants corporels en lieu et place de la réflexion. Pire, la démocratie ne reconnaît pas l'ordre traditionnel de l'aristocratie, car elle est fondée sur l'égalité. Égalité contre aristocratie : dès l'origine s'installe l'idée qu'en démocratie aucune compétence n'est exigée du peuple pour exercer sa souveraineté, invention grecque que salue l'historien marxiste Finley dans Démocratie antique et démocratie moderne (Payot). » 

« La démocratie libérale se trouve aux prises à une contradiction majeure : elle se réclame du peuple, mais elle ne peut tolérer que les classes sociales populaires se mêlent de politique. Depuis les années 50, les intellectuels libéraux, comme Jones ou Lipset, encouragent l'apathie politique, l'absence d'engagement, le peuple devant se contenter de choisir entre des élites compétitives. Pour eux, un peuple investi est dangereux. Classes laborieuses, classe dangereuses. Aron, maître à penser des libéraux de tous bords, affirme aussi que «génétiquement » seule une « minorité » de la population est capable politiquement. Autrefois on justifiait le suffrage censitaire ou l'aristocratie de sang. Aujourd'hui, une oligarchie recrutée dans les mêmes grandes écoles, formés par une pensée unique en économie, s'autoproclame digne des suffrages. » 

« Démocratie et participation populaire doivent se lier. À l'encontre des libéraux, Rousseau, penseur du peuple à plus d'un titre, permet une première réponse à l'idée que le peuple ne saurait se gouverner lui-même. Certes, une démocratie directe sans médiation est impossible car il faut bien produire les lois. Toutefois le critère de compétence préalable du peuple ne se pose pas : le peuple découvre sa compétence dans le travail politique par lequel il s'agit de faire émerger la volonté générale. Je pars de mes intérêts privés, mais en pensant la loi sous la forme d'une généralité, je passe par un moment de réflexion qui me fait sortir de l'égocentrisme pour penser l'intérêt général. La révolution française a voulu mettre en œuvre ce principe. » 

« Aujourd'hui le peuple doit retrouver sa souveraineté, qui lui est ôtée par un système qui peu à peu, dans la logique libérale, entend le convoquer à intervalles très espacées pour lui demander de se prononcer parmi un choix d'élites auto-constituées. Ainsi, être populiste en bon sens, c'est faire le pari que le peuple ne doit pas être écarté des décisions, à condition qu'on lui donne les moyens d'y réfléchir. Les mobilisations sociales sont d'importants moments de prise de conscience politique. D'où la révolution citoyenne et la référence à la République sociale. Ce travail de réappropriation de l'espace public suppose un travail de médiations institutionnelles qui font le peuple est progressivement de plus en plus intéressé à s'investir dans la politique. Le référendum sur la Poste, par exemple, n'était pas une fin en soi, mais l'occasion de reposer au plus près la question des services publics. Le résultat du vote importe tout autant que la richesse de la campagne électorale et des débats citoyens. Il y a un corrélatif absolument nécessaire : l'éducation. Saint-Just et Condorcet en faisaient une priorité un peuple habitué à l'esclavage doit se cultiver pour gouverner. Il ne peut y avoir d'implication populaire sans éducation populaire. »


473 commentaires à “Au delà de la limite, il n’y a plus de bornes”

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 7 8 9 10 »

  1. 51
    Hamid Benamra dit:

    Plantu planté !
    A cours de traits et de ligne droite sa mine a courbé l'échine.
    Quelle épine l'a planté pour verser de l'ancre sur un homme bien ancré à gauche.
    C'est maladroit et très gauche pour un dessinateur confirmé.
    Plantu est gaucher mais il se soigne.
    Il n'aurait jamais osé faire le même dessin sur le président de la république actuel, jamais ! Il n'a pas les attributs de la gauche, la vraie.
    Plantu surf sur la vague du danois Kurt Westergaard, il croit que c'est cool de choquer pour faire libre.
    Plantu est une espace de plante qui en vieillissant perd ses écorces et révèle enfin une sève bien venimeuse.
    Plantu est de la même espèce que tout les traitres socialistes qui ont changé la couleur de leur carte de parti pour un fauteuil éjectable dans un gouvernement anti-social.
    Plantu avec sa tête de premier de la classe s'est déclasser du l'esprit de Daumier et marque son échec dans ce premier trimestre.
    Sauf si ce dessin est une commande d'un parti obscur, Plantu doit arrêter le rouge et commander une tisane.

  2. 52
    agneray dit:

    N'oublions pas que Barbier de l'Express est un copain de C.B., la sauterelle a N.S.
    Bon courage J.L.M. pour les autres attaques.

  3. 53
    Michèle dit:

    Un ami du NPA m'a fait passer l'info sur l'outrageante caricature en même temps que sa mobilisation d'indignation dans ses réseaux sociaux. Dans l'instant j'ai cru qu'il s'agissait de la co-présidence Martine et Jean-Luc sauf que les cheveux mi-longs m'ont ouvert les yeux et je me suis dit que cette "association des contraires" doit être désignée comme telle et non pas comme une assimilation, point final. Tant pis pour Plantu, il y perd l'estime intellectuelle du meilleur de ce qui reste en France qui ne se vend pas.

  4. 54
    kalos dit:

    Que Plantu puisse enfin nous libérer de notre angélisme.
    J'espère ne plus voir des camarades du PG ou du PCF avec le Monde et Libé sous les bras... et que certains camarades cessent de faire l'éloge du mondialisme avec naïveté.
    Certains se reconnaîtront.
    Le chemin de la révolution n'est pas facile !

  5. 55
    karim dit:

    Cher Jean-Luc Mélenchon, je comprend votre colère et votre tristesse, ce dessin n'est évidement pas une caricature mais une attaque grossière et abjecte.
    Cependant, comme d'autres l'ont certainement souligné ci-dessus, j'y vois aussi le signe que le discours que vous portez, non seulement leur fait peur, mais aussi qu'il prend de l'ampleur. Peut-être est-ce un signe plus parlant que les chiffres des sondages?
    Ceux qui se croient au-dessus tapent facilement sur les têtes qui s'élèvent. Plus l'autre gauche se fera entendre, plus seront employées les armes de destruction massive contre ses figures, avec un mépris total du débat, de la raison et de l'honneur. Mais ces pratiques politiques ne sont-elles devenues banales dans nos démocraties?
    Il nous faudra à tous beaucoup de pugnacité et de sang-froid car il est à craindre (ou à espérer!) que le pilonnage va s'intensifier.
    La réplique que vous leur donnez dans votre billet prend le parti pris de la raison et de l'analyse, merci à vous pour cet effort. Vous me laissez espérer.
    Et No pasaràn!

  6. 56
    claude93160 dit:

    Bonjour,
    Les analyses que vous présentez, sur votre blog comme dans le cadre de vos interventions publiques, ne manquent ni de pertinence ni d'intérêt pour celles et ceux qui souhaitent qu'une gauche lisible, responsable et ouverte émerge de l'actuelle confusion idéologique qui règne dans notre pays (comme dans l'ensemble de l'Europe, d'ailleurs).
    Il est donc inutile et incertain d'user de comportements qui ne peuvent apparaître que comme incontrôlés, sinon dangereux, aussi bien dans les écrits que dans les prestations orales.
    Il doit être possible - et sans doute plus efficace - de ne pas considérer tout journaliste qui pose des questions - fussent-elles elles-mêmes provocatrices - comme un suppôt de la droite, cauteleuse ou extrême.
    Il doit être possible de ne pas considérer une jeune journaliste qui prend des notes lors d'une présentation publique de voeux comme une inquiétante et nuisible taupe fouissant abusivement les terres de la démocratie.
    Il doit être possible de ne pas considérer le dessin d'un humoriste politique - fût-il empreint d'un amalgame tout à fait discutable - comme une atteinte intolérable à la dignité de la personne, et de répondre par des arguments clairs, mesurés et explicatifs à cette caricature exagérée.
    Il doit être possible d'opposer à la fureur des actes et des propos de la droite - et de ceux qui n'en sont qu'une alternative estampillée de gauche - la calme assurance des propositions qui peuvent d'autant mieux être recueillies qu'elles évitent l'agressivité et l'apparence de la démagogie.
    Et il n'est pas nécessaire d'être flatteur pour apporter une contribution sérieuse l'important débat sur la communication actuellement engagé...

  7. 57
    gueulante dit:

    Bonjour,
    Le talent, n'excuse pas tout Jean-Luc Mélenchon !
    Et même, c'est vous faire presque injure à vôtre et vos cultures de réagir ainsi face à Plantu.
    Certes, le dessin frise les bordures mais il vise juste. Vos débordements sanguins fatiguent et poluent vraiment vos talents de combattant si intéressant. Un retour de bâton quelque part.
    Depuis notre blog, nous mettons :"L'arroseur, arrosé !".
    Vous serez ce jour sur RMC INFO, chez les démagos populistes des radios. Faites un effort de ne pas, trop, vous emportez pour ainsi faire passer le vrai message qui est bien de dire, que vous n'êtes pas du tout, FN ! Le reste, c'est du folklore, du Buzz à six sous qui ne consolide pas vos combats.

    A plus, cordialement.

    JD
    Pour les équipes US et France

  8. 58
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    En attendant que le PG sorte son argumentaire, ci-après déjà quelques éléments de réflexion pour combattre le bla-bla du FN, notamment sur ce que peuvent attendre les travailleurs d'un tel parti antisocial et regréssif :

    "le FN, pire ennemi des salariés", par des syndicalistes FSU, CGT, Solidaires, etc...
    http://www.visa-isa.org/node/488

    Montrer concrètement et avec précision la différence entre FN et PG : Plus utile peut-être que de s'indigner à perte de vue sur Plantu, indignation qui ne convaincra que les convaincus

  9. 59
    Jipe63 dit:

    La polémique, le buzz, les coups de gueule... le discours se pollue peu à peu, c'est le but rechercher pas tous ceux qui souhaite garder leur place et vous rejette dans le rôle du bouffon du roi. Ils vont vous épuiser et vous marginaliser un peu plus tous les jours.
    Il faut maintenant construire le programme collectivement au PG et faire monter aux créneaux d'autres personnes pour vous soutenir.
    Il faut que nous aussi les anonymes poursuivions le travail de diffusion des idées. Beaucoup me dise que les idées sont bonnes, mais que Jean-Luc Mélenchon n'est pas crédible en homme d'état avec ces emportements : aidez nous à leur montrer que c'est faux et que je justement il faut de la pugnacité (controlée) pour faire avancer ses idées dans ce monde de consensus mou social libéral.

    Courage

  10. 60
    madolyne dit:

    le post ci-dessous de Julia (number 13) est intéressant : une analyse qui pourrait être la bonne, s'il est possible de voir plus loin que les apparences
    peut-être que Plantu a "pensé" comme c'est décrit ici...
    la seule chose à laquelle il n'a pas pensé alors c'est que la grande majorité gobe l'image sans réfléchir plus loin
    erreur fatale et absence de pédagogie de sa part
    d'ailleurs est-ce qu'on l'entend protester de quoi que ce soit ?
    il semble plutôt qu'il ait bien eu la volonté de discréditer, et non de "montrer" une voie alternative vraie
    hum...

  11. 61
    4 Août dit:

    Il n'y a pas que l'UE pour descendre la Tunisie. Il y a aussi les agences de notation. Marianne a réussi à ITW un analyste de ces agences. On comprend mieux comment ça marche:

    http://www.marianne2.fr/Un-analyste-d-agence-temoigne-degrader-la-Tunisie-est-honteux_a201911.html

  12. 62
    Benquet (pseudo dadyne) dit:

    Soutien à Jean-Luc qui doit vraiment devenir gênant pour être attaqué de la sorte.Bien sûr que les dérapages consistant à assimiler le Front de Gauche au Front National sont provocateurs et destinés à mettre le trouble dans les esprits entre la forme et le fond. La situation imposée au peuple français par une politique financière libérale qui presse les gens comme des citrons pousse aux hurlements et à l'explosion...mais ne pas confondre les républicains qui hurlent pour défendre les citoyens et les aboiements des défenseurs du fascisme(ne pas oublier "les détails "de l'histoire!) Ne pas se perdre dans ces provocations et affirmer que la honte de notre pays c'est la manière dont on a perdu nos moyens de production(et l'emploi qui va avec), au profit des actionnaires des grandes entreprises..C'est la manière dont ce gouvernement saccage les acquis des travailleurs et les richesses du pays! DADYNE

  13. 63
    Mario Morisi dit:

    En deça des arguments exposés et des références citées dans le post, un paradoxe monstrueux me saute aux yeux.
    Les chaînes de télé dites populaires rivalisent de démagogie et de populisme, anéantissant toute trace de culture derrière un déluge d'émotions et d'image et tout cela dans un présent permanent, un éphémère savamment renouvelé, le morcellement de la pensée par la pub, les jingles, des séquences chocs, des buzz...
    C'est la même chose avec la publicité, qui vise aux c... (bisexe), au plaisir, au clinquant, au chromatisme infantilisant. Avec des raccourcis donnant à penser que le peuple, les gens, la masse, l'audience, le public... est un enfant de 6 ou 7 ans.
    Idem pour les films, ce n'est pas par hasard que Pasolini, Bunuel, Fellini, Bergmann ne trouveraient plus un producteur pour proposer au monde leurs créations hors tout format.
    Et là, se présenter au nom du peuple, le défendre, étudier son histoire, se réclamer de la République, défendre les services publis, vouloir vire les monarques et les oligarques, ce serait être l'équivalent de Le Pen et d'un fasciste. Dans ces conditions, que Plantu stigmatise TF1, M6, les 3/4 du prime time à la télé, et les trois quarts de la presse quotidienne... France Soir, Aujourd'hui, et toute la presse people, qui permet aux groupes que soutiennent les actionnaires des journaux qui emploie l'aristocratique Plantu, pour qui le peuple pue la sueur et la bêtise.

  14. 64
    philippe tixier dit:

    M'enfin ! Les racines du front de gauche c'est la résistance, celles du FN la collaboration, Alors comment les mettre à la plantu dans le même dessin et pour quel dessein ?

    Tixier | 21 Janvier, 2011 09:00

    Mélenchon touché, mais pas mort !

    "M erci à vous tous, mes très chers amis et lecteurs qui m’avez entouré de votre affection et de votre solidarité sitôt connu l’infâme dessin de Jean Plantu dans « l’Express ». Merci à mes camarades communistes qui sont montés au créneau pour répliquer à l’offense, Pierre Laurent, Marie Georges Buffet, Patrick Le Hyarric directeur de l’Humanité et tous les autres depuis. Merci à « Marianne 2 » qui s’est enquis de ma réaction aussitôt et à fait paraitre quelques lignes informatives qui mettaient à distance l’injure."

    Même pas grave, plantu tombe dans le mauvais populisme et c'est tout !

  15. 65
    madolyne dit:

    La stratégie est connue : http://www.mediapart.fr/club/blog/vincent-verschoore/011010/les-dix-strategies-de-manipulation-de-masse-noam-chomsky
    Et l'enjeu est trop important ! 2012 c'est déjà demain ! Faut faire vite...! Il n'y a personne d'autre comme solution alternative !... Il faut gagner dès le premier tour !

  16. 66
    gerlub dit:

    MTC Jean-Luc Mélenchon,

    Du petit lait sur RMC/BFM ce matin. Le ton était juste, quand au fond comme d'habitude tu n'as aucun progrès à faire.
    Il faudrait désormais que, et y compris et surtout dans l'adversité, tu réagisses de la même manière avec les autres interviewers.

    Ne tombe pas dans le piège du combat de boxe avec le FN lors du débat du 14 Février. C'est ce que tout le monde attendra. 2 choses, du fond, mais ça tu sais faire et surtout de la hauteur et là tu peux et dois progresser. Imagine toi parlant "ailleurs" et surtout tes arguments ne devront être destinés qu'aux électeurs. Encore une fois de la hauteur.
    Encore bravo pour ce matin car cette candidature sera porteuse d'espoir pour tous les "sans grade"

  17. 67
    Achelle dit:

    Pour contribuer au dossier pour contrer le FN :

    "la préférence nationale existe, je l'ai rencontrée" :
    http://resultat-exploitations.blogs.liberation.fr/finances/2011/01/prefnationale.html

    Un ouvrage d'une chercheure en science politique (déjà invitée par le PG : il existe une vidéo quelque part sur la télé de gauche) :
    "Le'populisme'du FN, un dangereux contre-sens", d'Annie Collovald
    http://www.atheles.org/editionsducroquant/savoiragir/lepopulismedufnundangereuxcontresens/index.html

  18. 68
    jay dit:

    Cher Jean Luc. Je comprends ton indignation face aux "desseins" de Plantu, qui par là, montre par là de sérieuses limites. En t'interpellant ainsi, cela prouve aussi que l'on cherche à abattre un "Front de gauche" et un personnage, tout aussi dangereux l'un que l'autre, donc importants.
    Toutefois et j'en ai discuté avec une copine hier, ancienne du PS, qui partage toutes les orientations du p.g. et même tes indignations. Nous sommes convaincus, nous. Mais il faut surtout convaincre tous les indécis, leur montrer que tu es apte (et nous n'en doutons pas) à devenir présidentiable, pourquoi pas président, en employant les mêmes mots sans rien changer, mais d'un ton moins rude, plutôt avec douceur et humour. Et cela ne veut pas dire manquer de conviction. Mais nous savons que cet art est difficile mais nous t'y encourageons.
    Enfin, nous saluons tes performances, tenir ton rôle de député européen, participer à tant de réunions et de meetings, et surtout écrire avec beaucoup de justesse dans ce blog.

  19. 69
    AAA dit:

    Bourdin "serez- vous candidat"
    Mélanchon : OUI

    C'est le plus beau oui de ma vie (et pourtant j'ai été mariée 2 fois)

    (Abominable Plantu, faire de l'humour oui mais au prix du non respect de Mr Mélanchon c'est jouer avec le pouvoir en place... mais ça va continuer !)

  20. 70
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    Débat J.L.Mélenchon - Le Pen du 14 Février s/BFM Télé:
    Surtout imposer des conditions sereines qui évitent le match de tourner au pugilat et au combat de coqs.
    Que chacun puisse parler chacun à son tour et terminer ses phrases, que les mots et arguments restent clairement audibles.
    Sinon, l'effet sera désastreux et les deux seront à nouveau rejetés dans le même sac.

    P.S.
    Pour la candidature de Jean-Luc, il était temps !
    Je ne comprenais pas que chacun puisse avoir le droit se déclarer candidat à la candidature (Chassaigne, Gérin, etc..) et pas Mélenchon. Et qu'on laisse se perdre autant de temps avant d'engager le débat.

  21. 71
    SoDem dit:

    J'ai demandé la suppression de mon compte sur l'express.

    Il faut s'attendre à d'autres attaques. Contrairement à ce qui est dit et à ce que tu as dit toi même ce matin sur RMC, la seule façon pour Sarkozy de gagner en 2012 c'est d'avoir avec lui Le Pen au second tour.

    Attendons nous à ce que tout soit fait pour ça.

  22. 72
    fred dit:

    Salut a tous

    Ouf il était temps et le weekend commence très bien, merci Jean-Luc pour ce OUI. J'espère que les coco vont se rallier sinon c'est leur morts assurée. A eux de voir ou ils suivent ou tant pis pour eux.
    Aux armes citoyens ! mettons leur un bon coup de pied au c... a ces profiteurs sur notre dos.

  23. 73
    Baracuda dit:

    Une erreur politique vous dessert et Plantu la surligne : vous avez choisi de vous coller une image de "populiste", si elle est intellectuellement compréhensible elle n'est pas acceptée médiatiquement. Le champ sémantique de l'homo sarkozicus s'appauvrit : à trop prôner le simplisme, les idées courtes, la politique du fait-divers, on a reformaté les citoyens en consommateurs et les hommes de media en hommes-sandwich. On veut vous marginaliser à l'extrême, vous laisser sur le parking de la grande surface. Pour mieux vous repousser dans les coins quoi de plus efficace que de vous renvoyer à une nébuleuse populiste voire dangereuse pour le bourgeois ?

  24. 74
    Gorfou breizhou dit:

    Ah le scandale que le service public du téléviseur fasse tribune à ces deux messieurs "moi moi moi" Valls et Copé hier soir ! Au secours ! Je serais curieuse de savoir à combien le maire de Meaux émarge tous les mois...

  25. 75
    Abel dit:

    Je ne résiste pas à la tentation de rappeler le débat passionné lors de la parution des caricatures de Mahomet. Le discours appelait, alors, à la défense de la liberté d'expression contre l'intégrisme musulman !
    Autres temps, autre moeurs !

  26. 76
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    @ - 72 - Fred

    "j'espere que les coco vont se rallier sinon c'est leur morts assurées a eux de voir ou ils suivent ou tant pis pour eux"

    Peut-être pas nécessaire de traiter nos partenaires de cette façon méprisante...

  27. 77
    yellow dit:

    La caricature aurais été vraiment pertinente si a la place de Jean luc Mélanchon il y aurais été DSK...2012 DSK président des oligarques bonimenteur bis, fin 2012 c'est la razia totale des porte "money" et grand déclin social, voir il fini le boulot de Sarko, après au secours le FN et les furieux qui se déchaine pour faire table rase.
    Voila le danger!

  28. 78
    BOUSQUET dit:

    Plantu aurait il un penchant pour les idées de Martine ? ou a t'il été manipulé ? comme Virenque a l'insu de son plein gré ? Pauvre Plantu, en arriver a ce niveau pour gagner sa croute, il dessine super bien mais est tombé bien bas pour prêter sa plume a la clique des prêts a tout pour se faire valoir,sans compter qu'il peut espérer adhérer au RDC en Tunisie, il a sa place réservée j'en suis sur.
    T'inquiète pas Jean-Luc Mélenchon, c'est toi qui est dans le vrai, ces chiens la ont du aboyer aussi en Tunisie et ils ont été anéantis par le peuple, un jour viendra...

  29. 79
    Matthieu dit:

    Vous avez tous (et bien au delà) le droit (devoir) de dire ce que vous pensez à Plantu. Il disposera d'un outil de mesure quantitatif relatif aux réactions sucitées par son dessin. Il suffit d'aller sur son site et lui écrire ! Nous avons tous un peu de temps à lui consacrer.

  30. 80
    P GAZEAU dit:

    Tocqueville, déjà dans "L'ancien régime et la révolution" notait : "ce n'est jamais qu'à grand peine que les hommes des classes élevées parviennent à discerner nettement ce qui se passe dans l'âme du peuple...cette obscurité qui cache à l'esprit de l'un de l'autre devient insondable, et ces deux hommes pourraient vivre éternellement côte à côte sans se pénétrer jamais".
    L'argent, les réseaux, l'accès à une bonne formation voilà à ce jour globalement les vrais différences entre les hommes. La démocratie devient alors dans ce contexte un combat que les classes défavorisées doivent mener quotidiennement pour être respectées. En premier lieu elles doivent se méfier de l'intermédiation des supposées élites représentatives qui bien vite s'arrogent le pouvoir à leurs seules profits.La vertu républicaine étant de nos jours la chose du monde la moins partagée, le contrôle citoyen doit être permanent, en particulier par l'usage du référendum et le contrôle de la durée et du nombre des mandats du personnel politique, afin d'en éviter la professionnalisation; l'administration assurant la continuité de la chose publique...

  31. 81
    turmel jm dit:

    Je viens d'écouter RMC. Bravo. Même si pour la 1 fois j'ai répondu à la question sms...76% d'auditeurs jugent que le discourt de Mélenchon est différent de celui de dame Le pen. Ouf, cela fait du bien, ils sont moins ignobles que le bobo Plantu.

  32. 82
    vabr dit:

    Plantu, cet homme qui a touché le pactole en se moquant des riches.

  33. 83
    toto dit:

    Extrait du post gueulante (57) "Certes, le dessin frise les bordures mais il vise juste. Vos débordements sanguins fatiguent et polluent vraiment vos talents de combattant si intéressant. Un retour de bâton quelque part."
    Tout est là. Inutile de chercher ailleurs et de faire de savantes analyses sur " à qui profite le crime". Plantu, comme d'autres, fait dans la facilité et la caricature sachant que les débordements sanguins de Jean Luc qui ont fait le buzz sont facilement repérables par le premier quidam venu s'intéressant vaguement à la politique.
    Il va être bien difficile maintenant de corriger une image qui s'est installée et donne du grain à moudre à nos adversaires. Ceci dit courage à Jean Luc qui mérite notre soutien sans conditions.

  34. 84
    Meligh dit:

    J'apprends cette histoire de caricature infâme en lisant ce billet.
    Je suis triste. Triste de voir la bêtise de certains de faire des raccourcis infâmes et horribles. Que vaut tant de haine ? De "brusquer" un peu les journalistes ? De ne pas leur lécher le c** ? De ne pas accepter le message aseptisé et faux qu'ils véhiculent ? Les pauvres, ils préfèrent surfer sur la vague que de l'affronter pour comprendre sa vrai nature. Dès lors il n'y a plus d'information.

    Mais qu'ils ne s'y trompent pas. Ils sentent leur siège trembler. Ils ont peur. Alors ils s'emparent de ce qu'ils peuvent. Ils se débattent tant qu'ils peuvent pour sauver les meubles. En essayant d'endormir monsieur tout le monde.

    Notre objectif leur fait peur. Réveiller le peuple de sa léthargie dans laquelle ils l'ont plongé. Ils gesticulent, mais ne stopperons rien.

    Comme on dit "la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe". Débarrassons nous des ces gens qui veulent penser à notre place ! Dehors !

    En tout cas Jean Luc, courage, ces coups nous les prenons aussi et partageons l'infamie et l'insulte. Nous sommes derrière vous !

  35. 85
    Berdagué dit:

    Education, instruction, ouverture d'esprit, esprit critique, "instant de voir, le temps pour comprendre, le moment de conclure"... voilà des scansions du temps à différents niveaux et qualité à méditer pour les actions concrètes et réfléchies et victorieuses.
    Bravo pour votre décision claire, définitive de vous proposer comme candidat du Front de Gauche, avec un superbe Programme en "béton" et notre militantisme à chaque instant, les pouvoirs actuels (de fait, ultra-mensongers-d'insultes-médiatiques). Ils peuvent faire leurs valises ou bien commencer à retourner leurs vestes, voire à en changer... comme en Tunisie libérée d'un système ami de cette Europe malade.
    Au Boulot....

  36. 86
    DE TYPOGRAPHE dit:

    En route !

    Jean-Luc Mélenchon vient de faire acte de candidature pour la présidentielle. Enfin le vrai débat va pouvoir commencer. Et toutes les forces de la vrai gauche doivent se rassembler : PG, PC, NPA, divers gauche, d'autres encore. La candidature de J-L. Mélenchon ce n'est pas sa personne en tant que telle, c'est ce qu'elle représente. Lui tout seul ne peut pas grand chose, tous ensemble, cela devient une grande force. S'il advenait des candidatures multiples à la vrai gauche, alors oui, c'est perdu. Arrêtons ces querelles de chapelle qui n'aboutissent à rien. Soyons d'accord sur l'essentiel. Pourrait-on avoir, enfin, de l'intelligence politique pour une fois ?

  37. 87
    citoyen33 dit:

    Je n'ai pas eu le temps de lire tous les commentaires. Risquons la répétition. Le parallèle n'est que trop frappant avec l'infâme caricature d'Obama transformé en nazi lors des dernières élections aux USA. Vous portez le bruit et la fureur.. préparez vous à la rencontrer mais vous ne serez pas seul pour le combat.

  38. 88
    vabr dit:

    @ Abel

    Ce n'est pas la même chose que d'attaquer une idée et une personne. Dans le cas présent il s'agit de diffamation.

  39. 89
    laretraitenchantée dit:

    Outrageant mais banal malheureusement et ça ne fait que commencer. J'espère que vous pourrez digèrer l'affaire et rester maître de vous tout au long de cette redoutable campagne présidentielle.

    Beaucoup de gens ont repris espoir grâce au FG et comptent sur vous pour gagner et que se vayan todos.

    Sachez que nous ne sommes pas dupes. Dans un régime présidentiel il faut d'abord être élu président pour qu'ensuite notre souhait de voir disparaître la personnalisation du pouvoir soit exaucé et que le peuple reprenne la parole au travers de ses représentants.

    Peut-être faudrait-il que face aux "guêpes" journalistes vous utilisiez moins le "je" (ex au dessus de 360 000 JE prends tout) les petits esprits intériorisent énormément ce JE. Vous n'êtes pas populiste car ce que le PG propose est réalisable.

    Au fait que devient Jacques Généreux est-il toujours parmi vous?

    Courage Monsieur Mélenchon le jeu en vaut la chandelle.

  40. 90
    Nicolas B. dit:

    Après le passage sur RMC (76% des auditeurs pensent que le FdG est le FN sont différents!), les grandes gueules continuent sans que Jean Luc puisse répondre ( il est très agressif,.... va prendre des voix au PS, et le FN passera, etc.....), comme d'habitude. C'est plus facile pour développer leur propagande. Je vais écouter pour voir jusqu'où ils peuvent aller. Je sais c'est masochiste, mais chaque fourberie mesquine alimente ma conviction que la solution c'est le Front de Gauche.
    Que se Vayan Todos !

  41. 91
    DANIEL dit:

    Ah, la journée commence bien, bravo Monsieur Mélenchon, l'annonce votre candidature est bonne nouvelle pour moi et je l'espère pour des millions de Français qui ne supportent plus les discours de la pensée unique
    J'espère que le NPA et d'autres vous rejoindront, nous en avons assez de ses multiples candidatures qui ne profitent qu'à l'UMP et le PS
    Si la gauche de la gauche se regroupe autour de votre candidature vous pouvez être au second tour

  42. 92
    Raphaël dit:

    Le jour de la mort du roi.. le roi est mort, vive Mélenchon !

  43. 93
    MOREL BERNARD dit:

    Nous sommes tous insulté par le dessin de Plantu, c'est toutes les composantes, tous les militants, tous les sympathisants du Front de Gauche qui ont été salis par se torche cul de Plantu, en salissant Jean-Luc Mélenchon il nous a tous salis, comparé le FG et le FN, c'est insupportable et inacceptable, je ne sais pas comment, mais il lui faudra rendre gorge........!

  44. 94
    Serge Marquis dit:

    Cher jean-Luc,
    — Dans votre future confrontation télévisée avec Le Pen, il ne suffira pas de la contraindre à dévoiler son ahurrissante équation xénophobe création d'emplois = départ des millions d'immigrés.
    Vous devrez, vous aussi, décliner les mesures à prendre pour que nos concitoyens sans emploi trouvent du travail. En vous référant notamment à la réduction du temps de travail (le passage de 38 h à 32 h conduirait à la création d'environ 4,5 millions d'emplois) + la réorientation écologique de l'économie + les grands travaux…
    Ce type de réponses vous obligera, cependant, à charpenter votre discours.
    1/ Ainsi, comment répondre au différenciel de compétitivité avec nos voisins européens ? Réponses : Protectionnisme et remise en cause du traité de Lisbonne, voire (c'est mon point de vue : sortie de l'UE si nécessaire)… Voire désserrer les dépenses contraintes des Français, notamment en matière de logement, de services publics, de santé, etc., ce qui n'obligerait pas à augmenter les bas salaires.
    2/ Comment répondre au procès qui vous sera fait de vouloir gérer l'austérité de l'emploi plutôt que de participer à la création de richesses ? Réponses : l'impasse de la notion de PIB, critique de la guerre commerciale à l'exportation + la nécessité à l'ère de la catastrophe écologique d'une nouvelle ère de civilisation fondée sur la richesse de toutes les activités sociales humaines.
    — De là, peut être embrayée la question de l'insécurité sociale. Pas d'angélisme ! Il faut une politique de répression pour mettre à bas les bandes qui mettent en coupe réglée certains quartiers. Mais, cela ne règle pas tout (confère les 2 millions de prisonniers US sans que la violence soit endiguée sérieusement), d'où politique de réinsertion, de perspective pour les jeunes désoeuvrés.
    — Autre volet : la question des politiques migratoires. Soutien aux peuples des pays pauvres et non ce que nous faisons… en Tunisie ! Régularisation des sans-papiers sur critère !, sans quoi vous donnerez l'impression de n'avoir pas pris en compte la crainte de l'appel d'air qui serait sinon offert (c'est une donnée objective !)
    — la taxation des hauts revenus dans une fiscalité égalitariste (impôt progressif), etc.
    Ce sont des pistes écrites ici sommairement, mais j'espère que vous me comprenez.
    Bon courage et battez-vous bien !...

  45. 95
    Descartes dit:

    @JLM

    Le terme populisme constitue en effet l'un des pôles d'une triade dont les autres éléments se nomment élitisme et démocratie. Débat ancien, qui commence par la difficile reconnaissance du peuple comme acteur politique, se prolonge dans la définition des formes sociales et institutionnelles par lesquelles il se pourra se représenter. Il s'agit bien de définir le champ de la souveraineté populaire.

    Et surtout de les modalités de son exercice. C'est le grand risque du populisme: de l'appel à rétablir la souveraineté populaire à la l'idée que ce rétablissement passe par l'élimination des élites sans les remplacer pour laisser le peuple se gouverner directement, il n'y a qu'un pas, trop souvent franchi par les démagogues. L'idée qu'un militant "révolutionnaire" peut parfaitement remplacer un économiste où un ingénieur, si répandue dans la "gauche radicale", a été la cause de grandes catastrophes: l'exemple le plus connu (parmi beaucoup d'autres) étant la gestion - désastreuse - de Guevara à la tête du Ministère de l'Industrie et de la Banque Centrale de Cuba.

    On ne rend pas service au peuple en lui racontant qu'il peut se passer de toute élite (et d'ailleurs le peuple n'est pas dupe: Mme Michu a toujours été bien plus réaliste sur ses capacités à gouverner l'Etat que bien de militants gauchistes). Au lieu de concentrer les efforts à débiner toute élite, il vaudrait mieux les consacrer à réfléchir sur la manière dont on voudrait que les élites soient constituées. La logique méritocratique est-elle toujours d'actualité, ou faut-il une logique de quotas ? Et si l'on retient le mérite comme principe fondateur d'un "élitisme républicain", quels sont les "mérites" à récompenser, et comment les mesure-t-on ? Comment organise-t-on ces nouvelles élites pour les empêcher de confisquer le pouvoir ?

    Malheureusement, je trouve que sur ces question le discours du PG en général et le tien en particulier ne sont pas suffisamment clairs, sans compter sur des outrances inutiles genre "on ira chercher par les cheveux...". Les Plantu continueront à aboyer, c'est dans l'ordre des choses. Mais je pense leurs aboiements seront d'autant moins écoutés par les citoyens que ton propos montrera que tu ne risques pas de tomber du populisme dans la démagogie populiste. Cela décevra peut-être quelques uns de tes amis gauchistes, mais dans le long terme ce sera payant.

  46. 96
    plume d' azor dit:

    Pour inspirer ce cher Plantu, visiblement en panne et sombrer un peu plus dans la comparaison abjecte et la connerie pûre et simple; je livre une piste à la hauteur de sa médiocrité actuelle mais tenace: le débat entre mlp et JLC à lieu le jour de la St Valentin...
    A illustrer comme il le pourra!

  47. 97
    jorie dit:

    Voilà Plantu rhabillé pour l'hiver et il l'a bien mérité. La caricature est libre en France, mais elle n'a pour mission que d'exagérer le trait, et non de le "mentir". Or, le message véhiculé par Plantu brouille les pistes et amalgame 2 projets radicalement à l'opposé l'un de l'autre. C'est une trahison intellectuelle. Dommage, j'aimais bien Plantu. Je ne comprends pas qu'il ait joué sur un amalgame aussi dangereux. J'ai hâte du 14/2, un débat essentiel pour éclairer le citoyen sensible au FN. Attention, Me Le Pen est un animal politique très puissant et forçant la sympathie par ses nouvelles positions (jeunesse, féministe, moderne, et prétendue sociale et républicaine, voire laïque!) Bref, M.Mélenchon, il faudra rester "zen" et argumentaire, quel que soit votre rejet "génétique" du fascisme. Cela peut nous emporter dans nos émotions et vous aussi!. Attention aux pièges, votre sincérité et votre pointure politique, économique, votre compétence doivent l'emporter, vous donner une stature présidentiable et évitez les emportements démagos et "populistes" pour le coup où elle essaiera de vous entraîner. Placez le débat sur cette hauteur. Vous gagnerez. J'espère que vos soutiens économiques et politiques, ainsi que votre culture personnelle, vous permettront de déstabiliser l'escroquerie de ce FN et la faiblesse de sa vision quand on approfondit. On est tous avec vous (la monnaie, l'europe, la laïcité, les PME, les délocalisations, la financiarisation de l'économie etc...).

  48. 98
    fred dit:

    76
    @le Prolo du Biolo (PG 69)
    bien sur ce n'est pas méprisant les communistes sont aux abois mais fo savoir ce que l'on veut où on pèse dans le débat pour ramener le ps a gauche par les cheveux car elle ne l'est presque plus,ou on meurt mais la ce sera tous donc tout le monde de l'autre gauche doit être ENSEMBLE !

  49. 99
    4 Août dit:

    14 mois de castagne, donc.

    http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/2012-melenchon-annonce-sa-candidature-853172/

  50. 100
    redline69 dit:

    cher JLM

    ne soyons pas dupe du plan "Plantu"

    plantu en petit soldat du parti socialiste "mourant" comme celui de ben ali en Tunisie intervient à votre encontre sur "ordre" du PS !

    je peux pas imaginer autre chose.
    Plantu n'a pas besoin de Buzz pour existé puisque vous même expliquiez que vous aviez ces dessins. donc il fallait autre chose, quelque chose de plus pernicieux de plus venimeux ! le PS à qui vous allez enlever pas mal d'électeurs sait que vous êtes en passe de réussir votre pari (un parti de gauche sans avoir honte de son programme)
    Plantu n'a pas d'autre objectif de plaire à la caste qui le nourri bien, les socialistes. ces socialistes bon ton qui d'ailleurs sont devenus des bourgeois. catégorie à laquelle appartient naturellement Plantu maintenant.

    donc vos électeurs ne changerons rien de leur approche sur un vote au FdG lors de prochaine élections. Plantu ou pas Plantu le FG progresse, le travail de fond porte, le grand DSK commence à voir les socialistes s'interroger sur le rôle qu'il tient réellement dans l'internationale socialiste ou il applique partout une politique de droite extrême (blocage des salaires des ouvriers et salariés ! suppression de fonctionnaires! réduction du social partout en europe sous pretexte d'économie et de déficite !) franchement si un politique n'a rien de socialiste s'est bien DSK.

    les Sapins, Vals, Huchon, Plantu, etc ont la trouille du FG car ils savent que les électeurs seront voir leurs vrais alliés et avaient déjà commencé lors du vote des régionales. bien entendu les socialistes savent ou espèrent encore se partager le repas avec l'UMP ! finalement cette UMP/PS est une réalité et Plantu n'en parle pas ?

    Jean-Luc Mélenchon est une cible facile pour les néo-con socialistes (pardons pour le gros mot), mais viendra l'heure de l'élection et là ce sera simple !

    Déjà au premier tour nous aurons un candidat de l'autre gauche ! mais je dis attention au PS qui joue avec le feu en venant détruire le projet du FdG et du PG ! attention les militants regardent de près ce que devient ce parti socialiste sans âme ni valeur de gauche.

    Plantu devenant un porte valise du PS et de l'UMP s'est assez drôle en plus.

    Jean-Luc Mélenchon, le dessin peut blessé, il était fait pour çà, mais votre combat à gauche est le bon ! poursuivez vous donner de l'espoir à la France abandonné à l'Ump par le PS.

    cordialement

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 7 8 9 10 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive