14déc 10

Le Pen, la laïcité, le PS, l'UMP, Jean Daniel

Madame Le Pen est le diable de confort du système

Ce billet a été lu 22 460 fois.

Me voici à Strasbourg pour la dernière session du parlement européen de cette année. Tout à l’heure les Italiens amis de Berlusconi ont bu le champagne à la buvette pour fêter la victoire du cavaliere devant les assemblées en Italie. Nous, une tablée de gauche, on les regardait de travers, le front buté.

Je me suis mis à mon clavier dans l’hémicycle. Je voulais faire le point sur cette histoire qui m’a marqué.

Madame Le Pen Marine a lancé sa grosse provocation raciste et tout le Landerneau « pia-pia-pia » s’est mobilisé. Evidemment le MRAP a raison de lancer sa plainte. Comparer des pratiquants musulmans à l’armée d’occupation nazie est en effet assez stupide pour être de l’incitation à la haine raciale caractérisée. D’autant plus inacceptable que l’on connait le nombre des musulmans morts dans la guerre de libération du pays contre les nazis et autres collabos qui comptent tant d’amis au Front National. Pour autant, condamner les délires de Le Pen ce n’est pas s’accommoder des prières dans la rue. Je crois que je peux le désapprouver sans être suspect d’arrière pensée. D’abord parce que je n’insulte pas ceux qui prient ne sachant où aller ailleurs. Mais ensuite et surtout parce que je condamne toutes les intrusions des religieux dans l’espace public, quelle que soit la religion. Ce n’est qu’à ce prix me semble-t-il que l’on est crédible.

Ce n’est qu’à ce prix qu’on peut vouloir faire respecter des normes. Il faut qu’elles s’appliquent à tous de la même façon. La laïcité n’est pas à géométrie variable. Ne sont donc pas des militants laïcs ceux qui se servent de la laïcité comme d’un argument à destination d’une seule religion. Surtout s’il s’agit en réalité d’en interdire la pratique. Car alors à l’escroquerie s’ajoute l’atteinte au cœur de la raison d’être de la laïcité qu’est la liberté de conscience. La liberté de conscience, dans l’histoire de France, est la fille de la lutte pour la liberté du culte. Ces libertés sont sœurs jumelles.

Ce que fait madame Le Pen n’a rien à voir avec la laïcité. Elle ne s’indigne que des seuls débordements dans l’espace public de quelques musulmans. De plus, de cela elle tire une condamnation générale de tous les musulmans qu’elle assimile à des occupants étrangers, ce que ne sont aucun d’entre eux. En fait, madame Le Pen ne veut pas interdire la prière dans la rue mais elle voudrait interdire l’islam tout simplement. La preuve de cet ostracisme spécial est dans le fait qu’elle et ses amis s’opposent, par tous les moyens, à la moindre construction, ou affectation, d’un bâtiment à l’usage de la pratique religieuse des musulmans. Quelle autre alternative à la prière dans la rue pourrait-il y avoir que la libre disposition de lieu de culte ? 

On comprend que mon point de vue part d’une exigence laïque. Je ne réclame pas de droits particuliers pour les musulmans ni pour aucune religion. Quiconque sort de cette façon générale de poser le problème nous met dans une situation aussi dangereuse que celle provoquée par madame Le Pen. Pourquoi ?

C’est une fausse laïcité que celle qui consiste à ne faire cas que de son application aux musulmans. C’est ce que font les faux laïques du type de ceux qui se regroupent avec les militants d’extrême droite « identitaires ». Mais il y a aussi, prenant prétexte de cette situation une autre façon insidieuse de tirer partie de cet ostracisme pour faire avancer une deuxième forme d’attaque contre la laïcité. C’est quand de bons esprits surgissent pour dire: « vous voyez où nous conduit l’intransigeance laïque : au racisme ou à « l’islamophobie ». Il faudrait donc admettre des limites à la séparation de l’église et de l’Etat, à la séparation de l’espace public et de l’espace privé religieux. Cette façon de faire leur permet de passer en douce leur propre manquement à la laïcité. C’est ce que font les socialistes et l’UMP. Dès lors, en agissant de cette façon,  ils justifient les revendications de toutes les religions d’envahir l’espace public puisque eux-mêmes l’autorisent pour la religion catholique.

Les socialistes montrent le mauvais exemple du laxisme à l’égard des envahissements religieux. On le constate en voyant leurs budgets régionaux de subventions aux établissements scolaires confessionnels catholiques. Le moment venu, c’est à dire au vote des budgets régionaux, nos élus mettront à nu ces mauvaises habitudes qui voient des collectivités de gauche subventionner non seulement au-delà de l’obligation légale, d’ailleurs elle-même très contestable, mais en plus le faire en lien direct avec les institutions religieuses plutôt qu’avec les établissements en particulier ! C'est ce que fait Jean-Paul Huchon le multi récidiviste qui me dit "pire que Le Pen" et mange dans la main de l'évêché de Paris. Ce n’est qu’un exemple ! Doit-on oublier la tentation du conseil régional socialiste du Limousin de continuer à subventionner les « Ostensions » des confréries religieuses catholiques ? N’étaient-ils pas enragés d’y parvenir, contre les associations laïques, jusqu’au point de vouloir mettre en cause la loi de 1905 et la faire déclarer anticonstitutionnelle ? Oui des socialistes de la région de François Hollande ont essayé cela!

Et comment croire que l’UMP qui prend des millions à l’école publique pour les donner aux écoles catholiques et dont maints dirigeants participent avec ostentation à des processions, soit défenseur crédible de la laïcité ? Comment pourraient-ils être autre chose que les défenseurs des privilèges de la religion dominante quand on observe ce qu’ils font à l’école ! Mais a-t-on bien conscience de l’ampleur de l’accointance des gens de droite parlementaire avec les cléricaux ? Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2010, le sénateur UMP Jean-Claude Carle a fait voter par le Sénat un amendement basculant 4 millions d'euros, c'est-à-dire 250 postes, du budget de l'enseignement public vers celui de l'enseignement confessionnel. Ceux-là peuvent-ils ensuite dénoncer une quelconque occupation abusive de l’espace public quand ils l’organisent eux-mêmes ? Peuvent-ils appeler à l’effort de tous et à la priorité pour ce qui sert à tous quand ils en organisent eux–mêmes le détournement ? Ainsi sur les 16 000 postes supprimés en 2011, seulement 10 % concernent le privé confessionnel. Or il scolarise 17 % des élèves. Cela signifie que si la parité public-confessionnel avait été respectée, l’enseignement catholique aurait dû rendre 2 720 postes en 2011. La rallonge votée par les sénateurs UMP, porte le bonus du privé à 1 337 postes qui seront supprimés dans le public pour être sauvés dans le privé. Combien d'équivalent kilomètre de rue bloquée pour un usage privé?

Ce n’est là que le dernier épisode après combien d’autres ? Ainsi avec l'article 89 de la loi de décentralisation de 2004 et la loi dite Carle sur les écoles privées de 2009, l'enseignement privé a récupéré une rallonge de financements publics locaux, estimée entre 150 et 250 millions d'euros annuels. Ce mécanisme de financement entérine l'absence d'école publique dans 520 communes françaises pourtant dotées d'une école confessionnelle dont le financement sera renforcé en vertu de la loi Carle. C’est l’équivalent de combien de rues inaccessibles du fait de leur caractère obligatoirement privé ? Combien d'indifférents, d'athées, de musulmans, de juifs, de protestants et de bouddhistes condamnés à l'autorité de la religion catholique, non pas quelques heures par mois, comme une rue bloquée le temps d'une prière, mais toute l'année, tous les jours. Non pour des adultes en automobiles mais pour les enfants de chacun. Cette situation est pourtant tout aussi contraire à la loi qu'une occupation de rue. En effet elle prévoit que "toute commune doit être pourvue d'au moins une école élémentaire publique" (article 11 de la loi du 30 octobre 1886, repris à l'article L 212-2 du Code de l'éducation). Ce monopole est même contraire à la Constitution. En 2008-2009, l'enseignement catholique avait aussi obtenu de Xavier Darcos un bonus de 150 postes pour ouvrir des classes en banlieue, dans le cadre du « Plan espoir banlieue », porté par l’indépassable madame Fadela Amara. Enfin début 2010, l'enseignement catholique a obtenu la reconnaissance d'utilité publique de la Fondation Saint Mathieu, destinée à lever 1 milliard d'euros en 10 ans pour rénover et construire de nouveaux établissements catholiques. Grâce à sa reconnaissance d'utilité publique, par décret du 16 février 2010 du ministre de l'intérieur Hortefeux, cette fondation a décroché de généreux avantages fiscaux en ISF et en impôt sur le revenu pour ses donateurs. Autant de manières supplémentaires pour l'Eglise et le gouvernement de contourner les lois limitant les financements publics des constructions d'écoles privées. Comme si ça ne suffisait pas, 81 députés UMP ont déposé le 19 octobre 2010 une proposition de loi pour exonérer les écoles confessionnelles de taxe foncière. Cette exonération, qui pèserait sur les budgets des communes, serait entièrement compensée par l'Etat. Et a tout cela s’ajoute le scandale de la déclaration du président Sarkozy, pour qui le curé vaut mieux que l’instituteur, et va faire le bigot clérical à Latran ou à Ryad.  

Tout ces gens sont des laïcs à géométrie variable qui font le lit de tous les cléricaux. Eux et les Le Pen défigurent l’identité laïque de notre pays, les uns par leurs faveurs ostentatoires aux catholiques les autres par leur vindicte contre les musulmans.

En fait tout est une comédie dans cette affaire. Madame Le Pen, comme son père est une diablesse de confort au service du système. Elle fonctionne comme la clef de contact qui met en route la machinerie du « vote utile », talisman électoral de l’UMP et du PS.  Grâce à elle, et à ses provocations à deux balles, rien ne changera jamais. On venait de passer trois mois sur les thèmes sociaux comme le droit à la retraite, à mettre en cause la droite et les banques et voilà la vieille ritournelle de retour : l’islam, l’incompatibilité des vérités révélées, l’identité française et ainsi de suite. Là où je propose le clivage peuple-oligarchie, la famille Le Pen ramène le débat islam et identité nationale. Aussitôt la diabolisation permet de profitables raccourcis. L’UMP peut sauter comme un cabri et jouer la peur d’une élimination au deuxième tour en cas de dispersion des voix. Et le PS de même ! Pas besoin de programme, pas besoin de débats, pas de démonstrations, juste de la trouille et de l’injonction culpabilisante. Madame Le Pen est un agent au service du vote contraint pour l’UMP ou le PS.

C’est pourquoi les piliers du système adorent jouer à se faire peur avec elle. Mais toujours avec assez de lucidité pour bien cadrer l’espace politique. Qui a vu Plouf et Chocolat, dans l’émission « à vous de juger », servir sur le plateau de France 2 une heure et demi de papouilles à Marine Le Pen, comprend la méthode et ses objectifs. Ces gens de peu ont donné cet espace à leur meilleur ennemi du monde tout en se gardant bien d’y inviter qui que ce soit du front de gauche qui aurait démonté ses arguments pseudos-sociaux. Mais le boulot de ces deux portes sacoches de la bien pensance ordinaire c’est justement de mettre tout argument anti système sous le bonnet des Le Pen. « Le Monde » avait ouvert le feu avec un éditorial où tous les ennemis ou les critiques de l’Euro étaient placés sous l’égide des Le Pen. L’Arlette Chabot et l’Alain Duhamel, pitoyables et finalement risibles servirent le même potage avec les airs d’indignation, les soupirs et les grimaces qui avaient faits leur succès autrefois, au temps du cinéma muet, quand ils interviewaient Jules César ou le pape Borgia. De l’Europe et encore de l’Europe, pour soi disant « démasquer » Madame Le Pen. Rien de plus irresponsable que ces deux nuls glapissants mais laissant Marine Le Pen s’approprier sans être contredite les thèmes de notre gauche de lutte contre les banquiers et la finance.

Telle est la façon de suggérer de nouveau le vieil amalgame qui avait fait florès pendant le référendum de 2005 : qui est contre l’Europe, qui est contre les banques est avec les Le Pen. Au bout de la chaine il est alors possible de couvrir d’opprobre tous ceux qui résistent à l’ordre des choses européen et bancaire. « Vous parlez comme Le Pen » notent ensuite fielleusement  les petits perroquets et les perruches du grand monde.  Car l’ordre des choses européen et bancaire est le cœur de l’ordre établi que vomit le peuple. Grâce à la Le Pen, la glaciation de l’espace politique peut durer et durer encore quand bien même tout le reste de la scène politique aurait fondu sous les feux des évènements. Marine Le Pen sert la soupe des diners de premier tour de l’UMP et du PS.

Si les Le Pen sont le picotin des ganaches c’est qu’elles vont mal. Je ne crois pas que le PS se tire d’affaire avec ses Conventions sur le projet davantage qu’avec ses primaires. Le parti que j’ai connu n’existe plus. 37 présents à l’assemblée générale de la section de Calais, à peine 900 votants pour toutes les sections de la fédération de l’Essonne un soir de grande élection pour la liste sénatoriale et désignation du candidat président du conseil général alors même que chacun accuse l’autre d’avoir gonflé les effectifs ! Ces deux exemples illustrent une dissidence passive de masse des adhérents. François Hollande lui-même la pointait récemment avec angoisse en notant que les textes étaient adoptés par moins du tiers des adhérents à jour et de même dans le conseil national du parti. Il y a aujourd’hui 65 000 cartes à jour au PS. Autant dire les seuls élus et le premier cercle de leurs collaborateurs et clients. Partout les instances ne se réunissent plus qu’occasionnellement. Les bureaux départementaux autrefois hebdomadaires sont de plus en plus en plus souvent mensuels, les réunions de conseil fédéraux trimestriels, les sections hautement épisodiques. Et ainsi de suite. La soi disant « remise au travail » du parti est un pur leurre, et la paix interne est la paix du vide. Si Strauss-Kahn parait, il emportera tout en une seconde. Nul ne résistera car il n’y a aucune force pour le faire. Mais si la primaire a vraiment lieu avec plusieurs candidats ce sera une foire d’empoigne sans légitimité. On y verra rappliquer, sous prétexte de citoyens extérieurs invités à voter pour un euro, tout le monde et n’importe qui, de grosses cohortes de clients et commensaux de tous poils, révélant aux derniers restes du parti des adhérents leur place de figurants dérisoires. Terrible leçon de choses qui illustre l’existence des cohérences profondes de l’action politique. Le programme, la stratégie et la forme du parti sont bien liés intimement comme on nous l’enseignait dans les écoles du PS dans les années de la construction du PS du programme commun. Un parti de rupture a besoin de militants qui s’impliquent pour la construction des rapports de force sociaux que le contenu du programme appelle. Un parti d’accompagnement de l’ordre établi n’a besoin que de supporters sans organisation ni culture politique. Ce parti là est une bétaillère.

Naturellement l’actuel « projet » en cours de rédaction n’a aucune signification concrète. Surtout quand il envisage des mesures de progrès social remettant en cause le partage actuel de la valeur  ajoutée. Copé a pointé la bonne faille en rappelant que rien de ce programme ne tient face aux banques qui surveillent l’orthodoxie libérale de la gestion du pays. Raison pour laquelle notre premier forum, au Parti de Gauche, avant même le début de la rédaction des fiches programmatiques, a été celui que nous avons consacré à définir comment « gouverner face aux banques » avec la définition de notre stratégie de rapport de force face à la finance. Que vaut la moindre « promesse » face a la décision d’une agence de notation si on n’a pas prévu la stratégie pour affronter les banques qui feraient du chantage aux taux d’intérêts ?

Au demeurant qui peut dire au PS sans rire que le projet sera celui du candidat ? Quelqu’un croit que Strauss-Kahn l’appliquerait ? Ou Ségolène Royal qui a déjà dit qu’elle s’en inspirerait sans le retenir tel quel ? Tout le monde connait la musique. En 2002 Martine Aubry fit le tour des popotes pendant des semaines pour mettre au point le projet « pour dix ans » en vue de la campagne présidentielle. Personne n’en entendit parler le moment venu. Personne ne songea non plus à en demander des nouvelles à Lionel Jospin. En 2007, Henri Emmanuelli réalisa trois ou quatre grande assises du programme de la transformation sociale et le projet pour dix ans. Pas une ligne n’en fut évoqué ensuite pendant la campagne de Ségolène. Là, avant même que l’encre soit sèche, les principaux prétendants ont dit qu’ils n’en pensaient aucun bien. C’est dire. C’est cela que savent les militants et les élus : tout ceci est une comédie.

C’est pourquoi le front de gauche peut disputer le terrain avec confiance. Le programme partagé, lui, ne sera pas une comédie. Nous allons en rabâcher les grands traits et en décliner les axes de toutes les manières possibles pour les ancrer dans les consciences de ceux qui vont coproduire ce programme. Avec cette façon de faire, en bétonnant notre espace nous allons construire du solide, une conscience collective, une volonté, et des aspirations clairement identifiées qui ne seront pas a la merci des politiciens d’entre deux tours. 

Image bouffie de la vanité à l’état pur, ce jour là Jean Daniel descendait les marches de l’hôtel Marigny, rouge de plaisir, tenu à la main par Abdel Aziz Bouteflika, président de la république algérienne. Sacré Boutéf ! Des flashes striaient l’air et Jean Daniel était à deux doigts d’éclater. J’étais ministre de Lionel Jospin et ma très officielle mission était de raccompagner à Orly, selon les usages, l’hôte de la France. L’image de cet instant me reste à l’esprit comme un de ces moments où j’ai pu voir de près comment  le pouvoir, comme une dinde au four,  fait ruisseler des jus gras sur les légumes qui l’entourent et s’en gorgent. J’en retrouve le gout de bouffissure pure en lisant le lamentable éditorial du numéro du Nouvel Observateur soi disant consacré à nous donner « les réponses  à toutes vos questions »  à propos de Dominique Strauss-Kahn. L’immense Jean Daniel, cette carpette de tous les conformismes de la gauche en pantoufles, y est pris du vertige de l’action : « je suis loin d’être contre le fait de crier son indignation. Je crois même que c’est indispensable à certains moments ». Prout ! Prout ! Puis après une sieste réparatrice et ronflante de trois ou quatre lignes auto satisfaites et pédantes, le refrain des bien pensant est là : « il n’y a pas de démocratie parlementaire sans tentation démagogique, pas d’ambition participative sans tentation populiste, pas de populisme sans la pratique renouvelée du cri ». Baveux à souhait et semi incompréhensible, ce pic de l’esprit culmine bientôt à une nouvelle altitude à peine soutenable pour les médiocres  « le monde est devenu mille fois plus complexe et que les énigmes de ses barbaries comme les ivresses de ses progrès sont devenues souvent indéchiffrables » Waooo ! Et voici  l’estocade finale : « or on ne voit nulle part dans les ébauches de programme qui nous sont proposés que leur auteurs aient pris conscience de ce constat ».

Heureusement Jean Daniel veille et nos illusions peuvent se dissiper. De toute façon Jean Daniel sait tout. Il a lu tous les programmes. Et de toute façon il avait déjà tout juste avant tout le monde. Il est vrai qu’il pérorait déjà quand Podgorny, Gromyko et Brejnev faisait leur bal des débutants.

Bien sûr, un nombre impressionnant de mal informés avaient cru lire les radotages d’un petit bourgeois fasciné par le fric, un de ces illustres aigles de la deuxième gauche devenus la « troisième droite » que redoute Jacques Julliard en quittant le Nouvel Observateur après son coming out de gauche. Erreur ! Jean Daniel est le premier des altermondialistes, le premier anticapitaliste de l’ère moderne. Avec maturité et dignité, bien sûr. Pas comme un chien de populiste.  « Nous ne croyons pas qu’il suffise de dénoncer les gens « friqués » pour nous identifier aux humiliés et aux offensés » Ouf ! «  Mais cela ne nous empêche pas de nous insurger contre les responsables et contre les méthodes de la crise suscitée par une forme de l’économie de marché connue sous le nom de « financiarisation du capitalisme » ! Ah ! Tant d’audace nous arrache un sanglot d’angoisse. Jean Daniel, quel increvable guérillero de l’esprit ! Et voici la botte finale où la vielle toupie arrogante et prétentieuse se laisse voir sous le masque de circonstance : « Nous avons ici répété clairement que cette crise transformait les fondamentaux de la pensée socialiste et nous l’avons fait avant même que les voix de toutes les gauches de la gauche ne s’enivrent de leurs propres cris ». Avant même… bien sûr ! Lui s’enivre de sa propre célébration sans fin. L’édito s’achève sur un numéro de cirage de ses propres pompes qui laisse gavé mais surtout pantois : « c’est avec de telles convictions que nous avons contribué a créer un climat idéologique qui a conduit les forces de gauche appelées à la gestion du pays à ne pas abandonner la nation aux nationalistes à comprendre le besoin de sécurité du peuple et à tout faire pour empêcher que le communautarisme ne compromette le respect de la diversité ».   

N’empêche, la une du « Nouvel observateur » est un classique du parler mondain. On croit qu’on achète un journal qui va nous apprendre quelque chose sur Strauss-Kahn, ses idées, son histoire, son activité actuelle. Mais pour 3,50 euros, soit 22 francs on a droit à cinq pages d’enfilages de perles et lieux communs rédigées entre deux passages à la machine à café. Lisons les titres qui nous guident d’un chapitre à l’autre de ce « tout sur DSK » et les chutes de paragraphes après cette si excitante entrée en matière : « Quels sont ses envies, ses handicaps, ses amis, ses promesses… ? » «1. A-t-il envie de revenir ? » chute du chapitre : « DSK » l’homme qui ne sait pas dire non » «2. Est-il encore de gauche ? Chute : « Ceux qui à l’extrême gauche ou parfois même à gauche le soupçonnent d’être un renégat poursuivent l’éternel combat de déligitimation de la gauche réformiste » « 3. Est-il l’affameur de la planète ? « A Washington, les économistes du FMI sont formels : le fonds a changé » « 4. Connait-il encore la France ?  « Pour l’instant, quand il retraverse l’atlantique l’ancien élu de Sarcelle se partage entre son appartement place des Vosges et son Riad de Marrakech plutôt qu’entre les foires aux bestiaux et les sorties d’usines» « 5. Qu’a-t-il négocié avec Aubry ? « En attendant le troisième acte du pacte. A lui l’Elysée, à elle Matignon ?» Sans oublier un tartufesque « Israël, internet et lui ». « 6. A-t-il des casseroles ? « les casseroles attribuées à DSK sont en fait des faiblesses liées à son mode de vie et à son train de vie. DSK est un homme riche et qui ne le cache pas. » « 7. Est-il dans la main de Sarkozy ? « Quand il s’agira de revenir dans le marigot politique français, l’histoire sera bien différente».

Un jour ou l’autre on pourra lire quelque chose à propos de ses idées, de celle du bloc qui l’accueille comme champion au PS, de ses alliances et de son parcours depuis l’extrême gauche révolutionnaire. Mais je mentirais si je peignais seulement sous cet angle ce numéro de l’Observateur, qui me fait l’honneur d’utiliser cinq fois mon nom pour qualifier des dérives en tout genres. En feuilletant, on peut aussi se réfugier facilement sous la bannière de la chronique de Jean-Claude Guillebaud intitulée comme un résumé de la critique du reste du journal : « il faut se méfier de la démagogie, mais l’anti populisme ne peut pas tenir lieu de pensée aux nantis » Le titre tient sa promesse dans l’article : « A la réflexion ce tocsin, (la peur du populisme ndlr), rituellement sonné est bien moins vertueux qu’il n’y parait. Il procède d’une stratégie élitiste incroyablement datée. Taisez-vous les peuples ! » Et Jean-Claude Guillebaud de remarquer « Tout se passe comme si cette vieille défiance de classe faisait subrepticement retour » Puis, reprenant le philosophe Peter Sloterdijk il note que celui-ci dans le journal « der Spiegel » « s’y moque de l’anti populisme frelaté qui tient parfois lieu de pensée aux nantis ». Jean Daniel ferait bien de lire son propre journal.


327 commentaires à “Madame Le Pen est le diable de confort du système”

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 »

  1. 251
    jorie dit:

    J'attire votre attention sur les posts de Tofraziel et prolo du bio que je rejoins sur bien des points. Il faut être intransigeant avec la laïcité et Jean-Luc Mélenchon est très clair là dessus, lorsqu'il condamne, dans son billet, le report d'argent public vers les écoles confessionnelles. Car en fait, comme il dit, il s'agit là d'entériner l'insuffisance de l'école publique, voire de l'encourager, ce qui est très grave et la droite n'arrête pas d'aller dans ce sens, parce qu'elle veut reconfessionnaliser le pays, tous azimuts, ce serait un support pour amortir la politique anti-sociale de ce gouvernement. Je suis agnostique et je respecte toutes les religions, mais je n'en veux pas dans mon espace public. Point. Parce que tous les intégrismes religieux (juif, catho et islamiste etc...) n'ont qu'un but : ramener la religion dans le débat public et attiser tous les communautarismes !
    Deuxième chose que je voudrais souligner : il faut prendre MLP au sérieux. Elle s'empare des inquiétudes populaires (mondialisation, l'euro, l'ultralibéralisme etc....) et j'espère que Jean-Luc Mélenchon va peu à peu abandonner ses polémiques avec DSK pour se faire entendre là dessus, et de façon brillante, comme il sait si bien le faire. Or, en ce moment, ce plaquage systématique contre le PS pratiqué dans les interviews des journalistes fait oublier à la masse les arguments si forts de Mélenchon à ce sujet, or, c'est ça qui intéresse justement les milieux populaires pour la campagne 2012 qui a déjà commencé. A ce propos, je doute que les tracts d'arrière garde sur un forum hypothétique sur les retraites déjà votées soient la préoccupation de l'ensemble des français, or, c'est bien la cible d'une campagne présidentielle qu'il faut atteindre : les emplois, les salaires, les délocalisations, l'euro, l'Europe.
    Si on se contente de se faire plaisir à nous mêmes, Mélenchon va y perdre ses forces de présidentiable. Parce que pour moi, il est le seul à pouvoir entraîner un peuple dans son...

  2. 252
    Altaïr dit:

    Juste une réaction à chaud après avoir écouté l'émission de rmc où vous avez été élu "meilleure grande gueule".
    Il s'agissait ni plus ni moins d'un lynchage auquel vous avez fait face avec brio et courage. On ne peut pas en dire autant de cette meute de personnages pétris de certitudes qui vous ont invectivé. Le titre de "grande voix" aurait été plus opportun, vu que seule la votre émmerge et heureusement. Recevez tout mon soutien, vous le méritez amplement.

  3. 253
    Bruce dit:

    @ le Prolo du Biolo (PG 69)
    Si vous pensez qu'aujourd'hui que la seule voix audible est celle du front national, d'une certaine façon, je n'en suis pas si sûr. Il est vrai que le FN a plutôt la cote, très probablement à cause du rejet de plus en plus systématique des français pour la politique. Après tout, ce n'est pas très étonnant, vu les quantités de mensonges proférées et de fraudes avérés par les politiques de tout bord. Je pense que ceux qui voteraient FN sont les blazés qui votent contre le système avant tout, contre cette consitution, où le vote n'est plus représentatif de la démocratie au sens où l'on entend. En effet, les politiques ont su, à travers les partis, détruirent le vote démocratique. 2 raisons à cela, le vote blanc non comptabilisé et le vote utile qui fait aujourd'hui référence en matière en vote malheureusement ! Alors, que reste t-il pour ennuyer les politiques d'après vous ? et bien bon nombre pensent qu'il faut voter Le Pen...
    Il faut donc redonner goût pour la politique à tous ces déçus, et je pense qu'il faut à travers le FG redonner confiance à tous ces gens, prêt à voter Le Pen, seulement pour en découdre avec la politique et non pour les idées. Alors, dire que le parti de gauche peut récupérer des voix au FN dans un certain sens, je dis oui, tout ceux qui ne croient plus en la politique et qui voterait Le Pen, rien que pour contester contre le système politique.

  4. 254
    Michel S. dit:

    Certes, ça n'est pas directement dans le sujet mais après avoir écouté (en différé) 2 émissions de ce jour, je suis effaré de la tournure que prennent les agressions contre J.L.Mélenchon. Tout d'abord, une émission des "grandes gueules" de RMC, informant J.L Mélenchon de son prix "grandes gueules 2010". La conversation téléphonique qui s'en suit est proprement ahurissante de violence et de bêtise. Puis, Les commentaires de Déby sur France Inter à 7 h00 qui sont un tissu d'attaques du plus bas niveau. Allez donc y voir, je ne sais pas passer des liens. Mais ça devient inquiétant.

  5. 255
    Serge Humbert dit:

    Comme autre religion dont on ne parle jamais comme tel le sport. Le sport mediatisé est à l'image exact de l'ultra liberalisme Ils ya des perdants dont on ne parle plus et il ya un gagnant (en gros) Mais il ya pire ce vastes entreprises de propagandes, de manipulation et d'intoxication.Tous cela dans un seul et unique but pousser le spectateur à consommer plus ou à etre fustrer de pouvoir consommer plus. Ne pas comprendre cela c'est garder un dans l'ultra liberalisme. Je ne connais qu'un seul remede le boycot, ne rien savoir meme s'y sagit du club local.

  6. 256
    Descartes dit:

    @Michel S. (#254)

    (...) je suis effaré de la tournure que prennent les agressions contre J.L.Mélenchon. Tout d'abord, une émission des "grandes gueules" de RMC, informant J.L Mélenchon de son prix "grandes gueules 2010". La conversation téléphonique qui s'en suit est proprement ahurissante de violence et de bêtise.

    Franchement, j'ai envie de dire "c'est bien fait pour sa gueule". Quand on accepte de tenir le crachoir dans temple de l'intelligence, du bon goût et de la discrétion qu'est "les grandes gueules", on a ce qu'on mérite. Comme disait mon grand-père, quand on couche avec son chien, on se lève avec des puces.

    Va falloir que notre ami Jean-Luc soit plus sélectif à l'heure de choisir les micros dans lesquels il intervient...

  7. 257
    Nicolas B. dit:

    @256 Descarte
    Va falloir que notre ami Jean-Luc soit plus sélectif à l'heure de choisir les micros dans lesquels il intervient..., j'ai laissé un message, pour exprimer mon indignation. Mais je pense que cet épisode médiatique, peut amener des auditeurs à se renseigner par eux même sur Jean Luc Mélenchon, ses idées et le parti de gauche. En tout cas la tension monte d'un cran coté journaleux. c'est palpable !
    Que Se Vayan todos ! (ça fait du bien de le dire !)

  8. 258
    Rogue dit:

    Bonjour ! Je viens régulièrement sur ce blog, malgré que je ne pourrai jamais voter pour JL Mélenchon, parce que je suis belge. Mais j'ai une histoire qui devrait vous intéresser...

    Dans mon pays, quand la fameuse Loi Moureau est entrée en vigueur (loi qui réprime le discours raciste et xénophobe), elle a eu pour effet de rendre invalide le programme des partis politiques d'extrême-droite, ce qui fut excellent pour abattre le FN en Wallonie. Mais dans le nord du pays, traditionnellement très à droite, le Vlaams Block (qui a pris le nom de Vlaams Belang à la suite de cet incident) a adapté son discours en conséquence, transformant sa haine de l'immigré et de l'islam en haine du wallon. L'extrême-droite wallonne a bien sûr suivi l'exemple de son "frère" flamand ; le FN wallon anti-islam est depuis largement dépassé par le parti "Wallonie d'abord"...

    Pourquoi je raconte tout ça ? Tout simplement pour attirer l'attention de vous autres français sur le fait que depuis lors, oh ! magie, les soi-disant "problèmes" de l'immigration et de l'islam ont complètement disparu de la scène médiatique belge, et donc, de l'esprit des concitoyens. Et pour cause, puisque la classe politique et leurs valets médiatiques ont trouvé dans l'affrontement wallon/flamand un vecteur de haine bien plus rentable... au point qu'un musulman wallon sera d'abord "wallon" avant d'être "musulman", et donc un bon ami s'il s'agit de casser du "flamand" ensemble.

    La moralité de tout ceci, c'est que les soi-disant problèmes liés à l'immigration et à l'islam, tout comme nos problèmes communautaires stupides sont, sont dans un premier temps, inventés de toute pièce par les médias et la classe dirigeante transformer ce qui pourrait être une haine des riches en haine des défavorisés, puis montés en épingle, pour que ces problèmes deviennent effectivement véritables et que les gens se tapent dessus sans réfléchir pour des choses aussi stupides que un...

  9. 259
    Antoine dit:

    Pour aller dans le sens du post de Rogue (260), voici un article de Jacques Rancière qui ne dit pas autre chose concernant la construction du discours raciste par en haut : http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/140910/racisme-une-passion-den-haut

  10. 260
    Tongior dit:

    Ces prières dans les rues sont organisées dans un but politique. Et non pas par manque de mosquées.
    Etre musulman n'est pas une race.
    Ces organisations visent à "occuper le terrain". La rue, les quartiers, les consciences.
    Il s'agit bien d'un conflit de civilisation.
    Une civilisation qui occupe progressivement pacifiquement le terrain en France.
    L'occident, lui, occupe militairement le monde pour contrôler les richesses...
    Prenons le Niger : la France n'y est présente qu'à travers l'exploitation de l'Uranium. une entreprise privée, AREVA, en tire tous les bénéfices, alors que ce sont tous les français à travers le trésor public qui paient la force armée qui permet à AREVA d'être là.
    Les occidentaux, concentrés sur le fric, ne font plus de gosses. Alors..
    Les chinois occupent pacifiquement l'Afrique, en venant y travailler pour pas un rond même là où les africains n'acceptent pas.
    La civilisation française s'éteint doucement... Mais au fait c'est quoi ? et est-ce grave docteur ?

  11. 261
    Jacques G dit:

    Ayant galéré pour essayer de trouver sur le net l'article de Guillebaud dont il est question, je crois utile de donner ce lien vers un blog qui en fournit un extrait, en même temps qu'une défense de Jean-Luc Mélenchon :
    « Il faut se méfier de la démagogie, mais l'antipopulisme ne doit pas tenir lieu de pensée aux nantis »« Chez nous, la mise en garde vise rituellement la gauche de la gauche et le Front national. Aux armes citoyens, Marine ne passera pas! Vade retro Mélenchon! »
    http://www.mediapart.fr/club/blog/jean-mezieres/121210/n-achete-pas-la-dignite

  12. 262
    marj dit:

    D'accord avec Roques@258

    Dans un contexte de crise, pour certains politiques aux abois, il est toujours bon de diviser le peuple et de le détourner de la lutte de classe, mais avec le danger d'attiser tellement les braises que ça devient incontrôlable pour eux et que les partis d'd'extrême droite reprennent le flambeau avec une idéologie derrière.
    Après le complot juif, le péril jaune, voilà l'invasion musulmane...A quand le prochain film "L'arrivée massive et incontrôlée des petits hommes verts ?"
    Que ce genre de discours prenne encore, malgré l'histoire, prouve l'état de déliquescence et d'angoisse de notre société et finalement le peu d'efficacité de l'école et des commémorations stériles...

    Les prêches du FN ou d'un islamiste fondementaliste sont à mettre sur le même plan et ont le même but, ils se répondent et s'entretiennent !Leur fond de commerce c'est le désarroi et la crise...Toutefois,la lutte contre les pressions sectaires de tout poil (se développant sur le terreau de la crise) par la loi et l'intégration sociale de tous ne peut être le prétexte d'une dérive raciste et islamophobe qui entretient les amalgames.

    Ensuite, j'ai lu ici ou là qu'il fallait bien parler du sujet MLP: certes, il faut condamner comme l'a fait le MRAP comme il faut faire respecter la loi laïque partout, toutefois il est une chose de répondre, autre chose d'en faire "le sujet ". Or, la "peopolisation" de MLP ne date pas de sa petite phrase, elle a commencé bien avant et s'inscrit dans un jeu médiatique assez pervers,car je vous signale au passage que 27 % d'opinions favorables, c'est tjs trop mais pas de quoi en faire un fromage / à son père. beaucoup de politiques sont bien au delà
    Rappelons simplement qu'en juin 2007, Marie-George Buffet par ex, obtenait 45% d'opinions favorables (IPSOS): la question est donc : quel est l'objectif de la médiatisation de MLP ? Donner un sujet à la droite ? Diviser ? Détourner les Français...

  13. 263
    Hervé BOYER dit:

    En fait, il faut savoir que les soi disant défenseurs de la laïcité qui ne s'en prennent qu'aux seuls musulmans souhaitent mettre en avant nos vieilles "traditions judéo chrétiennes" (n'oublions pas la volonté d'inscrire cela dans le TCE) et ne sont pas loin de la volonté d'une guerre de civilisations. C'est le cas du journal en ligne "Riposte Laïque" (dont j'ai été un rédacteur au début et que j'ai quitté dès que je me suis rendu compte de cela). Un article m'avait valu une volée de bois vert en me disant que ce qui était au centre d'un village et qui faisait sa spécificité était son église. Ce à quoi j'avais répondu que non, car ce qui faisait la spécificité républicaine d'un village, d'une commune, c'était sa mairie (maison des élus et donc du peuple) et rien d'autre. Cependant, les prières musulmanes dans les rues posent tout de même un vrai problème et je ne suis pas sur que cela soit toujours du à un manque de mosquées. Quant à la construction de ces dernières, il faut être très clair et inflexible (comme pour toutes les religions bien sur), surtout par rapport aux financements. N'oublions pas l'article 2 de la loi de 1905 qui est on ne peut plus clair : "La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1° janvier qui suivra la promulgation de cette loi, seront supprimées des budgets de l'Etat, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes...". Donc il ne peut et il ne doit y avoir aucun financement ni subventionnement direct ou indirect de mosquées, de synagogues, de temples, de pagodes... Il convient donc de lutter contre tous les "accomodements raisonnables" (location de terrain à des prix en dessous du marché, baux emphythéotiques...) que mettent en place, surtout vis à vis de l'islam, trop d'élus de droite comme de gauche. Sachant que, bien sur, cette loi Carle est un véritable scandale républicain.
    Hervé BOYER, PG 88. Amitiés...

  14. 264
    AAA dit:

    @Jean-Luc Mélenchon

    Je viens d'envoyer le texte ci-dessous "aux grandes gueules". Que l'on soit avec ou contre vous, le harcèlement dont vous faites l'objet m'émeut profondément. Je regrette que vous subissiez cela et vous envoie ma profonde sympathie.

    "Je qualifie votre attitude dans la catégorie de "harcèlement". Je trouve que de traiter Mr Mélenchon comme le font actuellement tous ceux qu'il dérange et d'une bassesse inouie. Il faut qu'il soit d'un grand charisme et d'une profonde intégrité pour pouvoir encaisser tout cela. Mais quand vous arrêterez vous donc ? Est-ce vraiment lui qui fait "mal" ?"

  15. 265
    peupledegauche dit:

    @Tongior

    "Il s'agit bien d'un conflit de civilisation.
    Une civilisation qui occupe progressivement pacifiquement le terrain en France.
    L'occident, lui, occupe militairement le monde pour contrôler les richesses...
    "

    Voilà que réapparait le mythe du "conflit de civilisation", cher aux intégristes de tous bords. Vous rejoignez en cela les plus réactionnaires de ce que vous appelez l'occident, Bush par exemple, les mouvements d'extrême droite qui se réclament historiquement de "l'occident", les intégristes musulman qui se réclament du "jdihad" par l'épée.

    L'impérialisme est le fait des intérêts capitalistes partout dans le monde, ce n'est pas une question de civilisation mais plutôt une question d'accumulation des richesses au profit de quelques-uns.
    En Europe les peuples subissent de plus en plus ce capitalisme financier qui brouille volontairement toutes les valeurs afin d'exacerber les peurs et les rejets et assoir son pouvoir malfaisant.
    Dans beaucoup de pays musulmans, le processus est souvent le même, une classe dirigeante ou une nomenclatura confisque les richesses au détriment du peuple.

    Le processus est identique dans les deux cas. Il est bien rôdé : la manipulation de l'opinion publique, pour désigner l'ennemi du moment.

    Nous devons refuser ces leurres qu'on tente de nous imposer, comprendre notre seul "salut" (volontairement religieux) passe par la lutte commune de tous les peuples pour se libérer de ce capitalisme qui n'apportera jamais la liberté, l'égalité, la fraternité.

  16. 266
    René LE BRIS dit:

    J'aime et parfois j'adore lire les commentaires de Jean Luc; mais aujourd'hui, j'ai mal ! mal de voir que rien n'avance dans une dynamique alternative à cause de la fermeture voulue de toute ouverture ! même la Gauche
    Unitaire est aujourd'hui muselée au sein du Front de Gauche ! C'est toujours le grand écart entre vouloir jouer la carte de la marge de l'alternance pour sauver quelques postes de carrières politiques et cette altération du débouché politique avec le solo de la direction du NPA ! Je me suis prononcé clairement pour la candidature de Jean-Luc et je maintiens que dans la conjoncture actuelle, ce serait le meilleur candidat, et ceux qui sont contre n'ont pour arguments que leur bout de chiffon de drapeaux organisationnels ! mais s'il n'y a pas rapidement ouverture et clarification, alors pourquoi pas une candidature de la FASE avec notamment Clémentine Autain ?!

  17. 267
    marj dit:

    Encore une petite mise au point :
    Associer la famille Le Pen au populo qui vit ds les quartiers contre le soi-disant bobo de gauche éloigné des "vrais" problèmes est une CONTREVERITE.
    Comme l'on relevé certains, les cadres du FN, famille Le Pen en tête, ne sont pas des pauvres gens mais des RICHES, voire des millardaires, et/ou des idéologues d'extrêmes droites loin trés loin de la banlieue...enfin sauf celle de saint Cloud !
    Ensuite, les personnes placées dans une situation de précarité ont tendance à désinvestir le politique :le premier vote des ouvriers, des chômeurs est l'ABSTENTION...donc loin de toucher en premier lieu les banlieues les plus pauvres, le vote FN, vote de PEUR du déclassement, de l'Autre,vise d'abord un électorat fondamentalement de droite qui se radicalise et préfère chercher une réponse à ses difficultés ailleurs que dans la lutte des classes : le vote FN est fort chez les commerçants, artisans, agriculteurs (riche paysannerie du vaucluse par ex), ouvriers descendants de ces professions, les cadres du secteur économique, certains secteurs pavillonnaires autour des villes...C'est quelque part un vote réactionnaire qui se veut révolutionnaire ! Relativisons donc son importance..

    Toutefois, comme les riches Ayatollahs ici et ailleurs utilisent "le religieux", le FN aura le champ libre pour tromper une partie des gens qui cherchent une sortie du capitalisme si nous n'apportons pas de réponses politiques et si nous n'occupons pas le terrain au sens propre comme au figuré,de manière militante.Ils s'auto entretiendront, attisés par des intérêts qui échappent au peuple, en jouant de la provoc sans que l'on sache trés bien jusq'ou ça peut aller.
    Ds un contexte ou une part de plus en plus croissante de Français rejettent la bourse, le profit, les privatisations et le capitalisme (enquête TNS SOFRES), la manipulation des masses va aller en s'accélérant...et tout sera fait pour éviter les vraies questions et les...

  18. 268
    Pulchérie D dit:

    La précarité est la grande chemin vers la pauvreté : quelle lapalissade dirait le filousophe de service.

    Savez –vous que l’année 2010 a été proclamée année de la lutte contre l’exclusion et la pauvreté ?

    Le coup d’envoi a été donné le 21 janvier 2010 à Madrid,par José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, qui a qualifié les chiffres publiés fin 2009, par Eurostat d’« intolérables » !
    Eurostat est l’office statistique de l’Union Européenne (UE), et les chiffres qui irritent Barroso indiquent que, au sein de l’UE, 80 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

    La misère sévit particulièrement dans les zones rurales où deux catégories de pauvres ont fait leur apparition : les agriculteurs de tradition dont les revenus sont tombés de 34 % en moyenne et les « néoruraux », fuyant les villes où les prix des logements montent, pour vivre un rêve utopique de bonheur agreste.
    Gérald Andrieu a publié en janvier 2010 qu’onze millions de Français vivent en dehors des métropoles. En 2006, le taux de pauvreté monétaire était de
    13,7 % dans l’espace rural, contre 11,3 % dans l’esâce urbain.
    http://www.marianne2.fr/Les-Francais-des-champs-,-onze-millions-d-invisibles_a183544.html

    « …le peuple a déserté peu à peu les centres urbains pour s’installer dans les zones dites périurbaines et rurales et pourtant la gauche s’obstine à s’adresser aux habitants des villes. Ce qui explique sans doute que le PS ait opté pour le « oui » au TCE en 2005 quand cette population des petites communes s’est, elle, d’après les auteurs, prononcée majoritairement pour le « non » … ».

    Mais il faut lire l’article du Monde Diplomatique, paru en août 2010, qui est encore plus édifiant.

    Rendez-vous prochainement pour une petite analyse de cet article sur une situation dont doivent tenir compte les hommes politiques de gauche.

  19. 269
    redline69 dit:

    Salut
    Je tenais à donner ma position sur le traquenard organisé par les grandes gueules envers Jean-Luc Mélenchon.
    C'est assez formidable de voir comment le vote d'éditeurs à pu être récupéré par un "aéropage" de soit disant journalistes ou intervenants alors que le principe de la récompense était visiblement la franchise, l'argumentation et les prises de positions claires du titulaire du titre.
    me concernant, je n'écouterais plus cette émission car les "représentants UMP" de cette émission ne sont plus contrebalancés par un avis de gauche.
    sur les remarques de Jean-Luc Mélenchon concernant le Honduras, Israël... là il n'y a plus personne de courageux aux grandes gueules tellement leur souhait de démolir Jean-Luc Mélenchon était visible !

    Mais ses couards doivent savoir que derrière ce titre ! il y a des auditeurs, des Français qui soutiennent ou qui aime écouter les prise de position de Jean-Luc Mélenchon.
    c'est triste d'écouter dans quel condition se prix "honorable" au départ à été manipulé et travesti.
    Honte aux grandes gueules qui n'ont plus rien de populaire et sutout pas d'un docteur qui tourne sa veste sans arrêt et qui soutient l'Israël que Jean-Luc Mélenchon à décrit.
    cordialement

  20. 270
    marc malesherbes dit:

    @ webmestre
    merci de lire ce commentaire, et de voir si vous souhaitez y donner suite

    @ tous de la désinformation sur le MRAP

    dans le commentaire 246 anonyme
    celui-ci déclare
    "En effet, cette organisation [le MRAP] prône le délit de blasphème"
    en regardant le lien qu'il indique, je vois écrit
    "En réclamant la pénalisation du blasphème, comme il l'a fait le 13 janvier (2005) sur France 3, Mouloud Aounit, secrétaire général du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), a pris un tournant édifiant dans l'histoire de l'association. "
    mais dans le même article, un peu plus loin
    "Mouloud Aounit a précisé plus tard qu'il ne pensait pas au blasphème religieux, mais aux atteintes «à l'intégrité de la personne».
    J'en déduis que Mouloud Aounit a fait une grosse "boulette" (qui n'en ferait pas dans le stress d'une interview ?), mais qu'il a rectifié ultérieurement (à ses mandants de juger si cela mérite sa "destitution")
    De plus je n'ai rien trouvé sur le site du MRAP indiquant une position "officielle" visant à interdire le blasphème

    En bref, je considère que, volontairement ou non, 246 anonyme fait de la désinformation.
    A ce titre il me semble légitime de supprimer ce commentaire (ainsi que le mien), car bien peu liront simultanément ces deux commentaires.(une autre solution serait de placer mon commentaire juste à après le sien)

  21. 271
    Alin dit:

    J'ai ré-écouté l'intervention de Mélenchon aux Grandes Gueules sur RMC. Une fois de plus, j'ai rigolé de bon coeur. Peut-être que Mélenchon sur le moment n'a pas rigolé, mais franchement, il devrait écouter l'enregistrement avec un peu de recul: quand on sait à quoi s'attendre avec ce genre de personnes (et il le sait très bien), on ne peut que rigoler. J'apprécie que les auditeurs qui ont commenté le sujet n'ont pas été dupes, les GG se sont tiré une belle balle dans le pied (et pas que dans le pied).

    Par contre, ce que j'ai entendu dans le 6-7 de France Inter d'hier matin ne m'a pas du tout fait rigoler. D'une part puisque c'est une radio publique, d'autre part puisque Mélenchon ne pouvait pas intervenir.

    Chaque jour qui passe, la liste de larbins et de chiens de garde du Système s'allonge. Je les note soigneusement. Ces gens vont mordre la poussière dans les années à venir. Je ne suis pas rancunier avec les gens de bon sens, qui se sont trompés. Mais avec les larbins, sans pitié aucune.

  22. 272
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    @ - 264 - AAA

    Traitement méprisant et agressif de Jean-Luc Mélenchon

    Même chose à "Mediapolis" ce matin sur Europe1. Avec Michel Field et Olivier Duhamel cherchant à le traquer sur des détails insignifiants plutôt que sur le fond, et insistant pour qu'il avoue "hein que vous êtes populiste, hein que vous faites votre beurre sur la guerre au médias".

    La réaction de ces deux-là est symptomatique de cette majorité de journalistes qui par facilité et "esprit de corps" raisonnent sur ce qu'ont dit du sujet d'autres journalistes, plutôt que d'aller vérifier par eux-mêmes les réalités à la source.

    Quiconque en effet a pris le soin d'aller vérifier le contexte du fameux buzz sur "l'apprenti journaliste et la petite cervelle" comprend que l'incident est fortuit, que dans la même situation tout le monde aurait réagi de même (l'étudiant faisait le tour des militants présents depuis un moment déjà et les abreuvait de questions provocatrices), et que ce n'est évidemment pas Jean-Luc qui a décidé de mettre cette vidéo sur le Net.

    Même chose pour l'incident sur Pujadas où il s'agissait d'une réaction en aparté devant un écran, et non d'une agression directe contre le journaliste comme on cherche à nous le faire croire, et que là encore ce n'est pas Jean-Luc qui a cherché à exploiter cette vidéo sur Internet.

    Ce que n'importe quel journaliste normalement constitué et ayant un minimum de sens des nuances aurait pu comprendre, pourvu évidemment que la recherche du scoop ne soient pas son unique souci.

    Même chose enfin sur les plateaux où en l'empêchant d'aligner 3 mots de suite on l'oblige à la répartie cinglante.

    Certains disent qu'ils réagissent sur les forums à chaque agression injustifiée, je crois que c'est une bonne chose, qui aide à maintenir un meilleur équilibre entre les discours des uns et des autres..

  23. 273
    Descartes dit:

    @marc malesherbes (#269)

    J'en déduis que Mouloud Aounit a fait une grosse "boulette" (qui n'en ferait pas dans le stress d'une interview ?), mais qu'il a rectifié ultérieurement. De plus je n'ai rien trouvé sur le site du MRAP indiquant une position "officielle" visant à interdire le blasphème

    Je te trouve extraordinairement indulgent avec Aounit. Disons plutôt qu'il a laissé parler son cœur, et que devant le tollé que sa déclaration a provoqué il a fait machine arrière. Car ses mots du 13 janvier 2005 sont sans équivoque: « Aujourd’hui si la liberté d’expression est un bien fondamental et fait partie des droits de l’homme, la liberté de blasphémer et la liberté d’ouvrir le champs au racisme doit être réprimée avec la plus grande fermeté. ». Prétendre que cette formule ne visait pas "le blasphème religieux" (il y en a un autre ?) est tout bonnement ridicule. Cette affaire avait d'ailleur provoqué de fortes prises de bec à l'intérieur même du MRAP, ce qui prouve que la marche arrière d'Aounit n'a pas suffi à convaincre ses propres militants de sa bonne foi.

    Par ailleurs, le commentaire de Aounit n'est pas un évènement isolé. Rappelons que le MRAP avait eu une position fort équivoque lors de l'affaire des caricatures de Mahomet, allant jusqu'à porter plainte contre certaines publications qui ont reproduit les caricatures. Dans ces conditions, le commentaire de 246 ne peut être considéré comme "de la désinformation", pas plus que quelqu'un qui évoquerait le discours de Latran ou celui de Dakar de notre cher président...

    Maintenant, au webmestre de décider...

  24. 274
    omrelliug.saniraf dit:

    @ Alin

    N'avez-vous pas honte d'avouer de la sorte votre façon de "lister" vos contradicteurs ? C'est ainsi que vous imaginez notre nation dirigée par votre idole ? Lister tout le monde ? Brrrrrrr

  25. 275
    Pulchérie D dit:

    La précarité est le grand chemin vers la pauvreté (suite).

    C’est l’IGAS qui a fait ce constat de deux catégories d’habitants ruraux : les agriculteurs traditionnels devenus des prolos campagnards et néoruraux (IGAS : Inspection générale des Affaires Sociales).
    Ainsi donc, toujours très soucieuse du bonheur de ses administrés, la Commission européenne a déclaré en janvier 2010 la guerre à la pauvreté. Nous devrions avoir les premiers rapports de résultats pour le début janvier 2011.
    Mais au mois d’août, trois journalistes du Diplo ont publié les résultats d’une enquête menées dans le département de l’Hérault, à Ganges, villette de 4000 habitants.
    http://www.monde-diplomatique.fr/2010/08/ELIE/19531

    Il y a bien un exode rural, que les précaires urbains considèrent comme une solution au surendettement. Est-ce une renaissance rurale ?
    Las ! « c’est le prolétariat urbain qui est relégué hors des agglomérations par l’augmentation des prix du foncier ».
    Dans 90 départements français, la pauvreté est actuellement plus grande dans les campagnes que dans les villes, par appauvrissement vertigineux des agriculteurs et l’arrivée ininterrompue des néo-ruraux dans la cambrousse, où, damnés des villes, ils vont mener une vie de rêve.
    Mais bientôt, pour ces infortunés, c’est promptement la fin du rêve face aux réalités. Les logements, qu’une nouvelle faune d’investisseurs (« les marchands de sommeil ») leur louent,
    tiennent plus du squat que de l’appartement. Lieux vétustes, non isolés, aux murs suintants.
    Et puis le problème d’un boulot. « Attirés par la possibilité de se loger à bon marché, ils se sont éloignés des pôles d’emploi et peinent à retrouver du travail. » Les transports en commun sont très réduits ; il y a nécessité de recourir à une voiture, sans frais de déplacement.
    C’est le développement rural de la précarité, en route vers la misère.

    A bientôt la suite

  26. 276
    paesano dit:

    @Pulchérie D

    Il y a une confusion (une coquille) dans votre post (que je trouve très bien par ailleurs et qui renvoie à un bon article).

    l'exode rural, c'est la population des campagnes qui s'installe en ville.
    Vous décrivez le phénomène opposé l'exode urbain.

  27. 277
    jean estivill dit:

    Bien entendu que c'est un traquenard,les grandes gueules avec ces incultes qui n'hésitent pas tellement ils dominent peu leur sujet à avoir recours à B. Debré pour étoffer croient-ils leurs connaissance politiques défaillantes,alors que leur numéro d'amuseurs devrait s'ils avaient du talent tenir tout seul.Comment osent-ils donner des leçons après avoir déclaré en introduction :"Chavez dictateur en devenir", il faut oser quand même.Sur quel fait s'appuient-ils ?Ces diffamateurs potaches sont certes méprisables,mais surtout ils ne méritent pas que Jean-Luc Mélenchon perde son temps".Jean-Luc Mélenchon a montré son vrai visage! " dit l'un deux : pitoyable! Lisons le remarquable entretien d'Ignacio Ramonet avec Castro dans le livre de l'ancien directeur du Monde Diplomatique

  28. 278
    ddmm dit:

    Il neige en hiver ! Quel scoop !
    Nos mediacrates nous gavent en boucle et en alternance en ce moment, de neige et de prière dans la rue !
    Je me rends compte ici et ailleurs que beaucoup de gents de gauche (l’autre), car il convient de préciser de quelle gauche l’on parle, expriment leur souhait, qu’il faudrait plus occuper le terrain que ce que faisons. Mais nous nous demandons aussi comment faire ?
    Puisque les prières de rues sont tant commentées actuellement, il n’y a qu’à faire pareil !
    Nous occuperions ainsi le terrain. Non pas pour prier façon musulmane, mais pour organiser des pseudos prières, contre le libéralisme, le capitalisme financiers et ceux qui le glorifient, et ce, autant que possible dans des endroits stratégiques.
    Les médiacrates se feraient un plaisir d’accourir, ils adorent ça !

  29. 279
    Descartes dit:

    @René LE BRIS (#266)

    Je me suis prononcé clairement pour la candidature de Jean-Luc et je maintiens que dans la conjoncture actuelle, ce serait le meilleur candidat, et ceux qui sont contre n'ont pour arguments que leur bout de chiffon de drapeaux organisationnels ! mais s'il n'y a pas rapidement ouverture et clarification, alors pourquoi pas une candidature de la FASE avec notamment Clémentine Autain ? !

    Tiens, tiens... quand on pense qu'il y en a encore qui croient que l'intervention de Clémentine au congrès du PG état totalement désintéressée...

    Si ce n'est Mélenchon, alors Autain. Et sinon, ce sera Salesse. Ou Bové. Ou Braouezec. Ou pourquoi pas le raton laveur. Mais surtout, surtout pas "ceux qui n'ont pour argument que leur bout de chiffon de drapeau", c'est à dire, les communistes. Aie le courage de le dire, camarade: tout serait acceptable, sauf un candidat qui serait issu de la formation qui représente 95% des militants du FdG.

    La redoutable machine gauchiste "tout sauf le PCF" se met en marche. Le but, bien entendu, est de tondre la laine sur le dos du PCF, en le "faisant défiler derrière les drapeaux noirs" (pour citer Cohn-Bendit, du temps où il faisait semblant d'être enragé). On a besoin des militants du PCF pour coller les affiches et de la trésorerie du PCF pour les payer. Mais surtout, surtout, que ces malotrus n'aient pas la prétention de réclamer un droit de regard sur le choix du candidat...

  30. 280
    marc malesherbes dit:

    @ 273 Descartes désinformation sur le MRAP (suite)

    il faut lire ce qu'écrit 246 anonyme (1)

    "En effet, cette organisation [le MRAP] prône le délit de blasphème"

    Or cela c'est faux.
    Rien dans ses prises de position officielles ne permet de le dire.

    D'ailleurs dans le communiqué rectificatif, il est écrit:
    "Pour enlever toute ambiguïté, le Mrap réaffirme que la critique des religions, de toutes les religions, y compris l'islam, est légitime". (2)

    Que l'on critique le MRAP sur des arguments "réels" ok
    par exemple, en ce qui me concerne, je suis très surpris que le MRAP n'ai pas exigé la démission immédiate de Aounit, car une telle "boulette" (ou une telle prise de position personnelle) me paraît inacceptable et peut amener à s'interroger sur ce que pense vraiment le MRAP.
    Mais je pense que dire cela est différent du message de 246 anonyme

    (1) il est peut-être de bonne foi, mais cela n'empêche pas que c'est faux
    (2) en pinaillant, on pourrait dire que le MRAP ne dit rien dans cette phrase du "blasphème" (en effet cette phrase laisse la porte ouverte à l'interdiction du blasphème). Mais ce n'est qu'une interprétation, et ce n'est pas prôner l'interdiction du blasphème.

  31. 281
    Pulchérie D dit:

    Suite du message n°275 et de l’examen de l’article du Diplo.

    Le chômage rural est croissant. « A Ganges, 15 % des actifs sont au chômage (contre 13,7 % dans l’Hérault et 10 % en France) et un tiers des salariés travaillent à temps partiel. »
    L’emploi tend à s’agglomérer intensivement dans les pôles urbains, au détriment des campagnes.
    Les transports collectifs sont insuffisants.
    Les soins de santé eux aussi deviennent insuffisants dans la campagne française

    Or, les classes dominantes ont enjoint les salariés à la mobilité, qui est un puissant facteur de paupérisation et d’exclusion.

    Vivre mieux à la campagne, avec moins ? Quelle blague ! c’est plutôt une stratégie de résistance qui tente de s’organiser.
    A la campagne, il y a augmentation de la population précaire, ce qui se traduit par une augmentation rapide de l’assistance sociale, de l’importance des banques alimentaires.
    Nous l’avons vu dans le message n°275 ,la vie à la campagne, pour les néoruraux est une vie en taudis. Pour certains investisseurs, la pauvreté est devenue un marché !
    La lutte des classes se poursuit, en zones rurales. Les nantis veulent garder leur confort sécuritaire "et vivre un entre-soi sécurisé", d'où une "ségrégation spatiale".
    Qu'à fait la gauche socialiste dans ces régions ? Sous la direction du PS Georges Frèche, qui fut maire de Montpellier, une utopie libérale, le "libéralisme municipal", fut mise à l'essai, véritable technique de vie urbaine reposant sur la liberté du marché, aboutissant à la construction de quartiers de rêve, comme Antigone, le Polygone, l'Odysseum. Malheureusement, il n'y avait plus place pour les gagne-petit, qui s'exilèrent dans des régions où le travail devient aussi rare que le trèfle à quatre feuilles.

    Dernier papier sur ce sujet : importance politique du phénomène de paupérisation du bled. A bientôt.

  32. 282
    Hervé (PG29) dit:

    @Prolo du Biolo
    Il y avait tout de même une différence entre les deux émissions. Ce matin JL Mélenchon a pu s'expliquer, argumenter.
    D'ailleurs le rire de JL lors de la question sur le populisme a réduit à néant la tactique de Duhamel qui n'a pas tenu le débat par la suite.
    Sur RMC, c'était à celui qui gueulait le plus fort pour dire que Mélenchon soutenait les dictateurs, comme dans une cours de récréation. Pas de débat, des anathèmes et surtout, pas de réponse possible.

  33. 283
    guillot dit:

    Dans "Le Monde" de ce soir, le politologue Dominique Reynier répond à cette question: "On voit émerger, dans les discours populistes de droite comme de gauche, un lien entre discours social et national".

    "Dans les années 1980, le FN avait tenté d'associer l'immigration à une pression à la baisse sur les salaires. Ça n'avait pas marché. En 2005, lors du référendum européen, dans le camp du "non", le discours national a rejoint le discours social. Jean-Luc Mélenchon s'est positionné contre l'adhésion de la Turquie à l'Union, dépeignant les Turcs comme les armées de réserve du capitalisme. Il y a un glissement vers le discours national, à droite et à gauche."

    Après le républicanisme, le populisme, Il y aurait aussi un glissement vers un nationalisme de gauche chez JL Mélenchon ? Si c'est exact ce que raconte Dominique Reynier ici à propos de l'instrumentalisation de l'armée de reserve du capitalisme que constitue les travailleurs turcs, ce serait vraiment metttre la nation au dessus de la solidarité des classes populaires.

  34. 284
    Pulchérie D dit:

    Réflexions politiques inspirées par la paupérisation des campagnes (suite de 281)

    D’abord, merci à paesano (276). Votre remarque est évidente : nous vivons la situation inverse de celle que déplorait l’insipide René Bazin dans « La terre qui meurt » ; l’exode a pour origine les villes, donc, exode urbain. Merci de vous intéresser à ma prose.

    Habitante du Nord, j’ai été frappée par le succès remporté par Le Pen dans des hameaux de quelques dizaines d’âmes, adossés à la ligne Maginot, où la pauvreté des gens était manifeste, ainsi que le désintérêt des autorités de l’époque.

    Il faut gagner à notre cause cette multitude d'êtres qui s’enlisent dans la misère, dans tout le territoire français.
    Par exemple, ne pourrait-on trouver des sympathisants de J-LM qui accepteraient de se rendre aux rendez-vous des « repaires » de Daniel Mermet, qui sont plus de cent actuellement, à travers la France, et feraient connaître un peu mieux nos vues, nos espoirs, et distribueraient des brochures comme le fait actuellement le PS, pour démontrer l’appartenance à la gauche de DSK ?

    L’article du Diplo fait état des difficultés rencontrées par le maire de Ganges, pour nourrir ses trois cents nouveaux néo-ruraux, par diminution des récoltes de nourriture. Imaginez qu’un apôtre du FN passe par là et explique l’inefficacité de l’Assistance publique par la trop grande abondance d’assistés maghrébins. Voilà de nouveaux convertis au racisme.

    Atteindre le plus possible de néo-ruraux, avant que la lepénopathie ne les ait infectés, devrait être un de nos objectifs, dans l’immédiat.
    Il y a un énorme travail de prospection, mais il nous reste du temps.

    Merci de votre attention.

  35. 285
    Descartes dit:

    @marc malesherbes (#280)

    "En effet, cette organisation [le MRAP] prône le délit de blasphème"Or cela c'est faux.Rien dans ses prises de position officielles ne permet de le dire.

    Tu as tout à fait raison. J'avais repondu un peu vite à ton message sans remarquer qu'Anonyme attribuait la condamnation du blasphème non pas à Aounit mais au MRAP. Cela étant dit, dans la mesure où Aounit n'a pas été viré et que les plaintes auxquelles j'ai fait référence n'ont pas été retirées, il reste toujours une certaine ambiguïté sur la question.

  36. 286
    smicard dit:

    @descartes 279,
    Là-dessus, je te suis. En quoi les communistes n'auraient pas à désigner un candidat en interne? Pour un bon débat à l'externe? Sans vouloir l'exténuation de tout et de tous!

  37. 287
    Descartes dit:

    @marj (#267)

    Comme l'on relevé certains, les cadres du FN, famille Le Pen en tête, ne sont pas des pauvres gens mais des RICHES, voire des millardaires, et/ou des idéologues d'extrêmes droites loin trés loin de la banlieue...enfin sauf celle de saint Cloud !

    Et alors ? Les cadres politiques ne sont des "pauvres gens" dans aucun parti, PG compris. A l'exception du PCF, il te sera difficile de trouver un parti de gauche dont une portion significative des cadres habite en cité. Et c'est bien là le problème...

    Ensuite, les personnes placées dans une situation de précarité ont tendance à désinvestir le politique :le premier vote des ouvriers, des chômeurs est l'ABSTENTION...donc loin de toucher en premier lieu les banlieues les plus pauvres, le vote FN, vote de PEUR du déclassement, de l'Autre,vise d'abord un électorat fondamentalement de droite qui se radicalise et préfère chercher une réponse à ses difficultés ailleurs que dans la lutte des classes : le vote FN est fort chez les commerçants, artisans, agriculteurs (riche paysannerie du vaucluse par ex), ouvriers descendants de ces professions, les cadres du secteur économique, certains secteurs pavillonnaires autour des villes...C'est quelque part un vote réactionnaire qui se veut révolutionnaire ! Relativisons donc son importance..

    Avant de "relativiser", pourrais-tu donner les références statistiques sur lesquelles s'appuient ces conclusions ? Parce que si on regarde les résultats du FN aux deux dernières élections présidentielles, on arrive difficilement à cette conclusion...

  38. 288
    Hold-up dit:

    Monsieur Mélenchon, je viens de vous écouter sur RMC à l'émission des " Grandes Gueules " et vous avez raison, c'était un pur traquenard. La force de frappe d'un studio radio et trois types de droite extrême et d'extrême droite vous sont tomber dessus à bras raccourcis en vous insultant en direct et en vous empêchant de vous exprimer c'est à dire de déplier votre pensée par l'argumentation. Le chenil de RMC gueulait de façon pavlovienne l'écume aux lèvres. Plutôt que d'aller écrire une missive sur leur faux blog, je m'interrogeais sur le programme du PG par rapport aux médias en général. Les ondes sont-elles louées par concessions ou sont-elles arrogées à une caste pour l'éternité comme dans les cimetières ? Qui décide de leur allouer des fréquences radios ? Est-ce un collège représentatif de citoyens ? Sont -elle renouvelées chaque année, chaque décennie ? Je sais que le PG travaille sur la question des médias et devant la tartuferie qui a vu à l'époque TF1 s'arroger le droit de polluer le petit écran sous prétexte de " mieux-disant culturel " ce qui faisait bien rire sarcastiquement les intéressés eux-mêmes, il serait bon de mettre en avant le projet de reconquête démocratique des médias en général et de la radio en particulier. Il ne saurait être question de censure mais bien le contraire, d'élargir enfin le pouvoir de décision démocratique. Revoir le cahier des charges serait des plus urgents. Faire payer des droits conséquents pour pouvoir émettre serait réellement de salubrité publique face à certaines poubelles radiophoniques qui empuantissent l'atmosphère en distillant un lent mais sûr poison.

  39. 289
    jean ai marre dit:

    @ 249,Bruce
    En laissant faire, en laissant s'établir un climat de non respect, les élus gouvernants y trouvent leur compte, parce qu'ils alimentent ce sentiment de désordre public, de communauté qui ne veut pas s'intégrer.
    C'est cela qui pour moi est synonyme de provocation organisée.

    Je te rassure, les comportements religieux (tous) ne me laissent pas indifférents. J'ai dit comment il me semblait juste d'y porter remède, dans le respect Républicain, en dehors de toute subjectivité religieuse. :
    " Ma laïcité me prône la tolérance. Mais cette tolérance a des limites.
    Et comme je suis Républicain, je demande aux gouvernants de faire respecter la loi, car la République c'est aussi le respect de toutes les religions et l'athéisme. Ce sont aux croyants de faire édifier leurs lieux de culte avec leur argent.
    "

    Tu as raison il ne faut rien oublier et surtout, il ne faut pas se tromper d'adversaire......

  40. 290
    Victor dit:

    Le respect et la tolérance que beaucoup d'entre nous entretenons vis à vis des étrangers et de croyants ne sont pas toujours "récompensés" d'un juste retour il me semble.
    Bien des religieux n'éprouvent pour la laïcité que du mépris, pourtant, il fut un temps où de nombreux catholiques se sont groupés dans des milieux ouvriers pour défendre en premier lieu la condition humaine. Il est évident que certaines autres religions n'ont pas participé à des débats de cet ordre! Il est vrai que beaucoup d'entre eux ont servi de "chair à canon", mais ce fut le cas de la plupart des gens des classes populaires, ce qui, par ailleurs, a pu favoriser l'installation de ce système magnifique, qui permet à chacun de s'enrichir au détriment de l'autre, le capitalisme.
    Regardons en arrière, nombreux d'entre nous sont issus d'une classe ouvrière pauvre, maltraitée et humiliée par de trop nombreuses années d'asservissements. Beaucoup semblent l'avoir oublié!
    Ne réagissons pas et nous connaîtrons un "retour dans le passé", divisons-nous encore plus et j'en connais qui ne s'en plaindront pas, profitons des derniers bons moments actuels et voilà ils auront effectivement bien disposé leurs pions sur l'échiquier politique.
    Tous ensemble!

  41. 291
    Pierre34 dit:

    @guillot

    Ne nous laissons pas aller à colporter des choses qui sont dites par des pseudo-politologues dont le discours permanent est une ode au libéralisme et qui n'ont de cesse de dénaturer les discours des anticapitalistes, comme il le fait, si souvent dans les émissions de Calvi.L'assimilation de Jean-Luc Mélenchon à l'extrême droite est un combat à la mode dans la sphère politico-médiatique de droite.

    Il est insupportable de laisser croire que Jean-Luc Mélenchon puisse faire passer je ne sais quel nationalisme aveugle avant son internationalisme.
    Sa lutte est celle du peuple français, certes, mais elle est aussi celle de tous les peuples du monde exploités par le capitalisme international, tous ces écrits en témoignent.

    Il serait préférable de se renseigner à la source pour avoir une idée objective.

    Je tiens simplement à signaler que je ne suis qu'un sympathisant du FdG non membre du PG mais je reçois les mensonges qui sont lancés dans la nature pour discréditer Jean-Luc Mélenchon comme une insulte à tous ceux, à gauche, qui luttent pour l'émancipation des peuples.

  42. 292
    4 Août dit:

    Jean-Luc Mélenchon sur Europe1 ce matin:

    http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Mediapolis/Sons/Mediapolis-18-12-10-343065/

    Et ne ratez pas le RDV à 19h sur canal+

  43. 293
    Françoise GERARD dit:

    L'acharnement de Mélenchon contre l'enseignement privé subventionné par l'Etat au nom de la laïcité républicaine me parait mesquin. Si l'on supprimait ces subventions de nombreuses écoles fermeraient, et le Public serait bien en peine de récupérer tous ces élèves. Cela dit, il faut s'assurer qu'on y dispense pas les raffinements de la Charia. Quant à l'Eglise catholique, elle a assez à faire avec la pédophilie, le condom et le non-lieu de Guillaumes de Villiers...
    Par contre l'Etat n'a pas à financer les lieux de culte, c'est une évidence. Les 3/4 des peuples sont religieux, ce qui devrait nous inciter à l'humilité ou du moins à la prudence. Au lieu de ferrailler contre les "religieux" obscurantistes, il est plus payant de soutenir leurs élites instruites et non violentes.
    Vivant à l'étranger, cette vieill querelle entre Peponne et don Camillo me semble à coté des vrais problèmes de la planète.

  44. 294
    pichenette dit:

    Un article de Rue89 du 16/12 à propos de la formation des profs est très précis quant aux positions gouvernementales sur le rôle que doit jouer l'Ecole dans la société:
    après-midi de "formation" au lycée G Eiffel à Bordeaux, où les deux intervenants sont des militaires, thèmes abordés, "l'enseignement de la défense", "un exemple de partenariat Défense-lycée", des propos: "Grâce à dieu écrit 3 fois) nous connaissons la paix en Europe depuis 60ans", "la paix a été préservée grâce à la bombe nucléaire", les profs ont aussi été incités à orienter les élèves en difficulté vers des carrières militaires!
    Si avec tout ça les parents citoyens ne voient pas les vues du gouvernement...

    Heureusement que des voix s'élèvent, en Afrique par exemple pour conscientiser les peuples, comme par exemple au Sénégal Haïdar El Ali.. ils vont bientôt pouvoir venir réveiller les Français.
    Un film qui reste vibrant d'actualité et d'humanité, "Bamako", Afrique en Europe, dérive des continents..
    La neige tombe, paravent des régressions sociales!

  45. 295
    Michel Matain dit:

    Après l'histoire belge racontée par rogue (post 258) et une histoire argentine (post 173) voici une histoire suisse.

    Voici de courts extraits de ce que déclare le Mouvement des Citoyens Genevois (extrème droite) : "alors que les travailleurs frontaliers (les français) sont scandaleusement favorisés, les chômeurs genevois voient leurs conditions se détériorer". Et encore "nous avons là la preuve que la France et l'Europe sont les principaux artisans du laxisme et de la criminalité ambiante qui est tolérée par absence de volonté politique".

    Comme quoi, l'important pour l'extrème-droite c'est de toujours susciter la haine de l'autre : péruvien, wallon ou savoyard !

  46. 296
    Jean Louis CHARPAL dit:

    "@295 Françoise GERARD dit: 18 décembre 2010 à 18h23"

    Vous me permettrez de ne pas partager votre analyse défaitiste et étriquée de la laïcité. Vous êtes à côté de la plaque en pensant qu'il s'agit d'une lubie franco-française !

    La laïcité est une valeur universelle. Avoir le droit de croire au ciel ou de ne pas y croire, de pratiquer une religion ou de n'en pratiquer aucune est une liberté fondamentale !

    Des millions de femmes et d'hommes sont persécutés, voire martyrisés parce que dans leur pays cette liberté qui pour vous paraît aller de soi, n'existe pas. Il est criminel dans ce contexte d'affirmer que la laïcité c'est dépassé.

    La Laïcité n'est pas archaïque, elle est moderne; c'est même une valeur permanente !

  47. 297
    Ana Sailland dit:

    Grrrrrrrrrrr

    Dame Le Pen est en effet un sujet préoccupant, mais faut il vraiment dépenser tant d'énergie à nous préoccuper d'elle ? Les médias n'en font ils déjà pas trop ? Faut il leur servir de caisse de résonance ? Oui certes ce qui est dit dans cet article est bien ficelé. Mais quelle perte de forces ! Ces forces qui seraient tant utiles à débattre réellement d'un projet de société, et du rêve à incarner quand "ils seront tous partis". Je suis preneuse , s'il y a plus que le bout de site consacré à cela, bien peu efficace.

    De même : Nous sommes bien d'accord concernant DSK, et cela a déjà été dit, ici même. Alors pourquoi ce doublon ?

    Je rêve d'un parti politique qui travaillerait à l'élaboration effective et pratique de la renaissance et du renforcement de la fraternité, autrement que par l'élagage des richesses de crête, qui, c'est vrai, je le pense, est nécessaire ; mais non suffisant. Je ne vois que la route qui poudroie.

  48. 298
    machin-chose dit:

    En ce moment sur la 5 débat sur ce sujet (la provoc de MLP).
    Je n'avais pas entendu ce qu'elle avait dit et ils viennent de passer l'extrait. Ma foi, je n'ai pas entendu parler d'occupation allemande... occupation de territoire (ce qui n'est pas totalement faux puisque la prière étant 5 fois par jour la rue ne doit pas être souvent libre à la circulation).
    Tout ca pour dire que ça abonde dans le sens de ce que dit mr Mélenchon au sujet des médias. Je rajouterais que les médias sont hystériques.
    Mr Amar devrait se rappeler de son histoire de gants de boxe...
    Ceci étant dit je tiens à préciser que je suis inscrite au PG et que MLP n'est pas ma tasse de thé.

    Dans cette émission il y a un certain Wolton qui a l'air bien hystérique lui aussi en défendant l'europe et l'euro et en face Dupont-Aignant qui s'arrache les cheveux.

    Ensuite, je poste ici bien que ce ne soit pas le sujet (mais je n'ai pas trouvé où l'écrire). J'ai entendu l'émission Les grandes gueules (par hasard je vous rassure et je barre définitivement RMC de la liste des radios à écouter).
    Jai été effondrée de ce que j'ai entendu. 2 (ou 3) espèces de singes qui éructaient de la haine, tellement forte qu'elle en était palpable.
    Des journalistes ça ? Mais ils ne se rendent pas compte qu'ils confirme ce que dit Mr Mélenchon ?

    La chasse est ouverte et que tous les coups sont permis.

    Je me permet de donner un conseil à Mr Mélenchon (croyez une grande paranoïaque) : chaque fois que vous allez participer à une émission, même si elle parait anodine, radio, tv ou autre, et avec les élections à venir il va y en avoir de plus en plus, arrivez avec les casseroles de chacun des participants sur une fiche et n'hésitez pas, balancez... balancez leur casseroles en direct, leurs mensonges, leur compromissions, leur retournements de veste, toutes les gamelles auquelles ils ont mangé. Ca les calmera. Parceque je le répète j'ai le sentiment que Mr Mélenchon est l'homme à...

  49. 299
    Papa dit:

    Bonne prestation de Jean Luc Mélenchon chez Ardisson.
    Surprise de voir le journaliste du Figaro reconnaitre que jean Luc est l'un des rares hommes politique à parler du peuple...
    Même la Morano n'en baillait pas une.
    Il faut reconnaitre que Baffi a lui aussi été très bon.
    Calme, pondération, sans énervement. Bravo.
    Bien fait de rappeler le vote Islandais. Un exemple à suivre, en respectant notre originalité Française.

  50. 300
    vincent (vost) dit:

    Très bonne prestation en clair sur la chaîne cryptée effectivement. La référence à l'Islande était parfaite. Le traquenard sur RMC quand à lui se retourne contre les instigateurs du fait de leur attitude pathétique, les gogos baveux des grandes bouches, nous font le plaisir de se discréditer tout seuls comme des grands.Elle est pas belle la vie ?

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive