14déc 10

Le Pen, la laïcité, le PS, l'UMP, Jean Daniel

Madame Le Pen est le diable de confort du système

Ce billet a été lu 22 460 fois.

Me voici à Strasbourg pour la dernière session du parlement européen de cette année. Tout à l’heure les Italiens amis de Berlusconi ont bu le champagne à la buvette pour fêter la victoire du cavaliere devant les assemblées en Italie. Nous, une tablée de gauche, on les regardait de travers, le front buté.

Je me suis mis à mon clavier dans l’hémicycle. Je voulais faire le point sur cette histoire qui m’a marqué.

Madame Le Pen Marine a lancé sa grosse provocation raciste et tout le Landerneau « pia-pia-pia » s’est mobilisé. Evidemment le MRAP a raison de lancer sa plainte. Comparer des pratiquants musulmans à l’armée d’occupation nazie est en effet assez stupide pour être de l’incitation à la haine raciale caractérisée. D’autant plus inacceptable que l’on connait le nombre des musulmans morts dans la guerre de libération du pays contre les nazis et autres collabos qui comptent tant d’amis au Front National. Pour autant, condamner les délires de Le Pen ce n’est pas s’accommoder des prières dans la rue. Je crois que je peux le désapprouver sans être suspect d’arrière pensée. D’abord parce que je n’insulte pas ceux qui prient ne sachant où aller ailleurs. Mais ensuite et surtout parce que je condamne toutes les intrusions des religieux dans l’espace public, quelle que soit la religion. Ce n’est qu’à ce prix me semble-t-il que l’on est crédible.

Ce n’est qu’à ce prix qu’on peut vouloir faire respecter des normes. Il faut qu’elles s’appliquent à tous de la même façon. La laïcité n’est pas à géométrie variable. Ne sont donc pas des militants laïcs ceux qui se servent de la laïcité comme d’un argument à destination d’une seule religion. Surtout s’il s’agit en réalité d’en interdire la pratique. Car alors à l’escroquerie s’ajoute l’atteinte au cœur de la raison d’être de la laïcité qu’est la liberté de conscience. La liberté de conscience, dans l’histoire de France, est la fille de la lutte pour la liberté du culte. Ces libertés sont sœurs jumelles.

Ce que fait madame Le Pen n’a rien à voir avec la laïcité. Elle ne s’indigne que des seuls débordements dans l’espace public de quelques musulmans. De plus, de cela elle tire une condamnation générale de tous les musulmans qu’elle assimile à des occupants étrangers, ce que ne sont aucun d’entre eux. En fait, madame Le Pen ne veut pas interdire la prière dans la rue mais elle voudrait interdire l’islam tout simplement. La preuve de cet ostracisme spécial est dans le fait qu’elle et ses amis s’opposent, par tous les moyens, à la moindre construction, ou affectation, d’un bâtiment à l’usage de la pratique religieuse des musulmans. Quelle autre alternative à la prière dans la rue pourrait-il y avoir que la libre disposition de lieu de culte ? 

On comprend que mon point de vue part d’une exigence laïque. Je ne réclame pas de droits particuliers pour les musulmans ni pour aucune religion. Quiconque sort de cette façon générale de poser le problème nous met dans une situation aussi dangereuse que celle provoquée par madame Le Pen. Pourquoi ?

C’est une fausse laïcité que celle qui consiste à ne faire cas que de son application aux musulmans. C’est ce que font les faux laïques du type de ceux qui se regroupent avec les militants d’extrême droite « identitaires ». Mais il y a aussi, prenant prétexte de cette situation une autre façon insidieuse de tirer partie de cet ostracisme pour faire avancer une deuxième forme d’attaque contre la laïcité. C’est quand de bons esprits surgissent pour dire: « vous voyez où nous conduit l’intransigeance laïque : au racisme ou à « l’islamophobie ». Il faudrait donc admettre des limites à la séparation de l’église et de l’Etat, à la séparation de l’espace public et de l’espace privé religieux. Cette façon de faire leur permet de passer en douce leur propre manquement à la laïcité. C’est ce que font les socialistes et l’UMP. Dès lors, en agissant de cette façon,  ils justifient les revendications de toutes les religions d’envahir l’espace public puisque eux-mêmes l’autorisent pour la religion catholique.

Les socialistes montrent le mauvais exemple du laxisme à l’égard des envahissements religieux. On le constate en voyant leurs budgets régionaux de subventions aux établissements scolaires confessionnels catholiques. Le moment venu, c’est à dire au vote des budgets régionaux, nos élus mettront à nu ces mauvaises habitudes qui voient des collectivités de gauche subventionner non seulement au-delà de l’obligation légale, d’ailleurs elle-même très contestable, mais en plus le faire en lien direct avec les institutions religieuses plutôt qu’avec les établissements en particulier ! C'est ce que fait Jean-Paul Huchon le multi récidiviste qui me dit "pire que Le Pen" et mange dans la main de l'évêché de Paris. Ce n’est qu’un exemple ! Doit-on oublier la tentation du conseil régional socialiste du Limousin de continuer à subventionner les « Ostensions » des confréries religieuses catholiques ? N’étaient-ils pas enragés d’y parvenir, contre les associations laïques, jusqu’au point de vouloir mettre en cause la loi de 1905 et la faire déclarer anticonstitutionnelle ? Oui des socialistes de la région de François Hollande ont essayé cela!

Et comment croire que l’UMP qui prend des millions à l’école publique pour les donner aux écoles catholiques et dont maints dirigeants participent avec ostentation à des processions, soit défenseur crédible de la laïcité ? Comment pourraient-ils être autre chose que les défenseurs des privilèges de la religion dominante quand on observe ce qu’ils font à l’école ! Mais a-t-on bien conscience de l’ampleur de l’accointance des gens de droite parlementaire avec les cléricaux ? Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2010, le sénateur UMP Jean-Claude Carle a fait voter par le Sénat un amendement basculant 4 millions d'euros, c'est-à-dire 250 postes, du budget de l'enseignement public vers celui de l'enseignement confessionnel. Ceux-là peuvent-ils ensuite dénoncer une quelconque occupation abusive de l’espace public quand ils l’organisent eux-mêmes ? Peuvent-ils appeler à l’effort de tous et à la priorité pour ce qui sert à tous quand ils en organisent eux–mêmes le détournement ? Ainsi sur les 16 000 postes supprimés en 2011, seulement 10 % concernent le privé confessionnel. Or il scolarise 17 % des élèves. Cela signifie que si la parité public-confessionnel avait été respectée, l’enseignement catholique aurait dû rendre 2 720 postes en 2011. La rallonge votée par les sénateurs UMP, porte le bonus du privé à 1 337 postes qui seront supprimés dans le public pour être sauvés dans le privé. Combien d'équivalent kilomètre de rue bloquée pour un usage privé?

Ce n’est là que le dernier épisode après combien d’autres ? Ainsi avec l'article 89 de la loi de décentralisation de 2004 et la loi dite Carle sur les écoles privées de 2009, l'enseignement privé a récupéré une rallonge de financements publics locaux, estimée entre 150 et 250 millions d'euros annuels. Ce mécanisme de financement entérine l'absence d'école publique dans 520 communes françaises pourtant dotées d'une école confessionnelle dont le financement sera renforcé en vertu de la loi Carle. C’est l’équivalent de combien de rues inaccessibles du fait de leur caractère obligatoirement privé ? Combien d'indifférents, d'athées, de musulmans, de juifs, de protestants et de bouddhistes condamnés à l'autorité de la religion catholique, non pas quelques heures par mois, comme une rue bloquée le temps d'une prière, mais toute l'année, tous les jours. Non pour des adultes en automobiles mais pour les enfants de chacun. Cette situation est pourtant tout aussi contraire à la loi qu'une occupation de rue. En effet elle prévoit que "toute commune doit être pourvue d'au moins une école élémentaire publique" (article 11 de la loi du 30 octobre 1886, repris à l'article L 212-2 du Code de l'éducation). Ce monopole est même contraire à la Constitution. En 2008-2009, l'enseignement catholique avait aussi obtenu de Xavier Darcos un bonus de 150 postes pour ouvrir des classes en banlieue, dans le cadre du « Plan espoir banlieue », porté par l’indépassable madame Fadela Amara. Enfin début 2010, l'enseignement catholique a obtenu la reconnaissance d'utilité publique de la Fondation Saint Mathieu, destinée à lever 1 milliard d'euros en 10 ans pour rénover et construire de nouveaux établissements catholiques. Grâce à sa reconnaissance d'utilité publique, par décret du 16 février 2010 du ministre de l'intérieur Hortefeux, cette fondation a décroché de généreux avantages fiscaux en ISF et en impôt sur le revenu pour ses donateurs. Autant de manières supplémentaires pour l'Eglise et le gouvernement de contourner les lois limitant les financements publics des constructions d'écoles privées. Comme si ça ne suffisait pas, 81 députés UMP ont déposé le 19 octobre 2010 une proposition de loi pour exonérer les écoles confessionnelles de taxe foncière. Cette exonération, qui pèserait sur les budgets des communes, serait entièrement compensée par l'Etat. Et a tout cela s’ajoute le scandale de la déclaration du président Sarkozy, pour qui le curé vaut mieux que l’instituteur, et va faire le bigot clérical à Latran ou à Ryad.  

Tout ces gens sont des laïcs à géométrie variable qui font le lit de tous les cléricaux. Eux et les Le Pen défigurent l’identité laïque de notre pays, les uns par leurs faveurs ostentatoires aux catholiques les autres par leur vindicte contre les musulmans.

En fait tout est une comédie dans cette affaire. Madame Le Pen, comme son père est une diablesse de confort au service du système. Elle fonctionne comme la clef de contact qui met en route la machinerie du « vote utile », talisman électoral de l’UMP et du PS.  Grâce à elle, et à ses provocations à deux balles, rien ne changera jamais. On venait de passer trois mois sur les thèmes sociaux comme le droit à la retraite, à mettre en cause la droite et les banques et voilà la vieille ritournelle de retour : l’islam, l’incompatibilité des vérités révélées, l’identité française et ainsi de suite. Là où je propose le clivage peuple-oligarchie, la famille Le Pen ramène le débat islam et identité nationale. Aussitôt la diabolisation permet de profitables raccourcis. L’UMP peut sauter comme un cabri et jouer la peur d’une élimination au deuxième tour en cas de dispersion des voix. Et le PS de même ! Pas besoin de programme, pas besoin de débats, pas de démonstrations, juste de la trouille et de l’injonction culpabilisante. Madame Le Pen est un agent au service du vote contraint pour l’UMP ou le PS.

C’est pourquoi les piliers du système adorent jouer à se faire peur avec elle. Mais toujours avec assez de lucidité pour bien cadrer l’espace politique. Qui a vu Plouf et Chocolat, dans l’émission « à vous de juger », servir sur le plateau de France 2 une heure et demi de papouilles à Marine Le Pen, comprend la méthode et ses objectifs. Ces gens de peu ont donné cet espace à leur meilleur ennemi du monde tout en se gardant bien d’y inviter qui que ce soit du front de gauche qui aurait démonté ses arguments pseudos-sociaux. Mais le boulot de ces deux portes sacoches de la bien pensance ordinaire c’est justement de mettre tout argument anti système sous le bonnet des Le Pen. « Le Monde » avait ouvert le feu avec un éditorial où tous les ennemis ou les critiques de l’Euro étaient placés sous l’égide des Le Pen. L’Arlette Chabot et l’Alain Duhamel, pitoyables et finalement risibles servirent le même potage avec les airs d’indignation, les soupirs et les grimaces qui avaient faits leur succès autrefois, au temps du cinéma muet, quand ils interviewaient Jules César ou le pape Borgia. De l’Europe et encore de l’Europe, pour soi disant « démasquer » Madame Le Pen. Rien de plus irresponsable que ces deux nuls glapissants mais laissant Marine Le Pen s’approprier sans être contredite les thèmes de notre gauche de lutte contre les banquiers et la finance.

Telle est la façon de suggérer de nouveau le vieil amalgame qui avait fait florès pendant le référendum de 2005 : qui est contre l’Europe, qui est contre les banques est avec les Le Pen. Au bout de la chaine il est alors possible de couvrir d’opprobre tous ceux qui résistent à l’ordre des choses européen et bancaire. « Vous parlez comme Le Pen » notent ensuite fielleusement  les petits perroquets et les perruches du grand monde.  Car l’ordre des choses européen et bancaire est le cœur de l’ordre établi que vomit le peuple. Grâce à la Le Pen, la glaciation de l’espace politique peut durer et durer encore quand bien même tout le reste de la scène politique aurait fondu sous les feux des évènements. Marine Le Pen sert la soupe des diners de premier tour de l’UMP et du PS.

Si les Le Pen sont le picotin des ganaches c’est qu’elles vont mal. Je ne crois pas que le PS se tire d’affaire avec ses Conventions sur le projet davantage qu’avec ses primaires. Le parti que j’ai connu n’existe plus. 37 présents à l’assemblée générale de la section de Calais, à peine 900 votants pour toutes les sections de la fédération de l’Essonne un soir de grande élection pour la liste sénatoriale et désignation du candidat président du conseil général alors même que chacun accuse l’autre d’avoir gonflé les effectifs ! Ces deux exemples illustrent une dissidence passive de masse des adhérents. François Hollande lui-même la pointait récemment avec angoisse en notant que les textes étaient adoptés par moins du tiers des adhérents à jour et de même dans le conseil national du parti. Il y a aujourd’hui 65 000 cartes à jour au PS. Autant dire les seuls élus et le premier cercle de leurs collaborateurs et clients. Partout les instances ne se réunissent plus qu’occasionnellement. Les bureaux départementaux autrefois hebdomadaires sont de plus en plus en plus souvent mensuels, les réunions de conseil fédéraux trimestriels, les sections hautement épisodiques. Et ainsi de suite. La soi disant « remise au travail » du parti est un pur leurre, et la paix interne est la paix du vide. Si Strauss-Kahn parait, il emportera tout en une seconde. Nul ne résistera car il n’y a aucune force pour le faire. Mais si la primaire a vraiment lieu avec plusieurs candidats ce sera une foire d’empoigne sans légitimité. On y verra rappliquer, sous prétexte de citoyens extérieurs invités à voter pour un euro, tout le monde et n’importe qui, de grosses cohortes de clients et commensaux de tous poils, révélant aux derniers restes du parti des adhérents leur place de figurants dérisoires. Terrible leçon de choses qui illustre l’existence des cohérences profondes de l’action politique. Le programme, la stratégie et la forme du parti sont bien liés intimement comme on nous l’enseignait dans les écoles du PS dans les années de la construction du PS du programme commun. Un parti de rupture a besoin de militants qui s’impliquent pour la construction des rapports de force sociaux que le contenu du programme appelle. Un parti d’accompagnement de l’ordre établi n’a besoin que de supporters sans organisation ni culture politique. Ce parti là est une bétaillère.

Naturellement l’actuel « projet » en cours de rédaction n’a aucune signification concrète. Surtout quand il envisage des mesures de progrès social remettant en cause le partage actuel de la valeur  ajoutée. Copé a pointé la bonne faille en rappelant que rien de ce programme ne tient face aux banques qui surveillent l’orthodoxie libérale de la gestion du pays. Raison pour laquelle notre premier forum, au Parti de Gauche, avant même le début de la rédaction des fiches programmatiques, a été celui que nous avons consacré à définir comment « gouverner face aux banques » avec la définition de notre stratégie de rapport de force face à la finance. Que vaut la moindre « promesse » face a la décision d’une agence de notation si on n’a pas prévu la stratégie pour affronter les banques qui feraient du chantage aux taux d’intérêts ?

Au demeurant qui peut dire au PS sans rire que le projet sera celui du candidat ? Quelqu’un croit que Strauss-Kahn l’appliquerait ? Ou Ségolène Royal qui a déjà dit qu’elle s’en inspirerait sans le retenir tel quel ? Tout le monde connait la musique. En 2002 Martine Aubry fit le tour des popotes pendant des semaines pour mettre au point le projet « pour dix ans » en vue de la campagne présidentielle. Personne n’en entendit parler le moment venu. Personne ne songea non plus à en demander des nouvelles à Lionel Jospin. En 2007, Henri Emmanuelli réalisa trois ou quatre grande assises du programme de la transformation sociale et le projet pour dix ans. Pas une ligne n’en fut évoqué ensuite pendant la campagne de Ségolène. Là, avant même que l’encre soit sèche, les principaux prétendants ont dit qu’ils n’en pensaient aucun bien. C’est dire. C’est cela que savent les militants et les élus : tout ceci est une comédie.

C’est pourquoi le front de gauche peut disputer le terrain avec confiance. Le programme partagé, lui, ne sera pas une comédie. Nous allons en rabâcher les grands traits et en décliner les axes de toutes les manières possibles pour les ancrer dans les consciences de ceux qui vont coproduire ce programme. Avec cette façon de faire, en bétonnant notre espace nous allons construire du solide, une conscience collective, une volonté, et des aspirations clairement identifiées qui ne seront pas a la merci des politiciens d’entre deux tours. 

Image bouffie de la vanité à l’état pur, ce jour là Jean Daniel descendait les marches de l’hôtel Marigny, rouge de plaisir, tenu à la main par Abdel Aziz Bouteflika, président de la république algérienne. Sacré Boutéf ! Des flashes striaient l’air et Jean Daniel était à deux doigts d’éclater. J’étais ministre de Lionel Jospin et ma très officielle mission était de raccompagner à Orly, selon les usages, l’hôte de la France. L’image de cet instant me reste à l’esprit comme un de ces moments où j’ai pu voir de près comment  le pouvoir, comme une dinde au four,  fait ruisseler des jus gras sur les légumes qui l’entourent et s’en gorgent. J’en retrouve le gout de bouffissure pure en lisant le lamentable éditorial du numéro du Nouvel Observateur soi disant consacré à nous donner « les réponses  à toutes vos questions »  à propos de Dominique Strauss-Kahn. L’immense Jean Daniel, cette carpette de tous les conformismes de la gauche en pantoufles, y est pris du vertige de l’action : « je suis loin d’être contre le fait de crier son indignation. Je crois même que c’est indispensable à certains moments ». Prout ! Prout ! Puis après une sieste réparatrice et ronflante de trois ou quatre lignes auto satisfaites et pédantes, le refrain des bien pensant est là : « il n’y a pas de démocratie parlementaire sans tentation démagogique, pas d’ambition participative sans tentation populiste, pas de populisme sans la pratique renouvelée du cri ». Baveux à souhait et semi incompréhensible, ce pic de l’esprit culmine bientôt à une nouvelle altitude à peine soutenable pour les médiocres  « le monde est devenu mille fois plus complexe et que les énigmes de ses barbaries comme les ivresses de ses progrès sont devenues souvent indéchiffrables » Waooo ! Et voici  l’estocade finale : « or on ne voit nulle part dans les ébauches de programme qui nous sont proposés que leur auteurs aient pris conscience de ce constat ».

Heureusement Jean Daniel veille et nos illusions peuvent se dissiper. De toute façon Jean Daniel sait tout. Il a lu tous les programmes. Et de toute façon il avait déjà tout juste avant tout le monde. Il est vrai qu’il pérorait déjà quand Podgorny, Gromyko et Brejnev faisait leur bal des débutants.

Bien sûr, un nombre impressionnant de mal informés avaient cru lire les radotages d’un petit bourgeois fasciné par le fric, un de ces illustres aigles de la deuxième gauche devenus la « troisième droite » que redoute Jacques Julliard en quittant le Nouvel Observateur après son coming out de gauche. Erreur ! Jean Daniel est le premier des altermondialistes, le premier anticapitaliste de l’ère moderne. Avec maturité et dignité, bien sûr. Pas comme un chien de populiste.  « Nous ne croyons pas qu’il suffise de dénoncer les gens « friqués » pour nous identifier aux humiliés et aux offensés » Ouf ! «  Mais cela ne nous empêche pas de nous insurger contre les responsables et contre les méthodes de la crise suscitée par une forme de l’économie de marché connue sous le nom de « financiarisation du capitalisme » ! Ah ! Tant d’audace nous arrache un sanglot d’angoisse. Jean Daniel, quel increvable guérillero de l’esprit ! Et voici la botte finale où la vielle toupie arrogante et prétentieuse se laisse voir sous le masque de circonstance : « Nous avons ici répété clairement que cette crise transformait les fondamentaux de la pensée socialiste et nous l’avons fait avant même que les voix de toutes les gauches de la gauche ne s’enivrent de leurs propres cris ». Avant même… bien sûr ! Lui s’enivre de sa propre célébration sans fin. L’édito s’achève sur un numéro de cirage de ses propres pompes qui laisse gavé mais surtout pantois : « c’est avec de telles convictions que nous avons contribué a créer un climat idéologique qui a conduit les forces de gauche appelées à la gestion du pays à ne pas abandonner la nation aux nationalistes à comprendre le besoin de sécurité du peuple et à tout faire pour empêcher que le communautarisme ne compromette le respect de la diversité ».   

N’empêche, la une du « Nouvel observateur » est un classique du parler mondain. On croit qu’on achète un journal qui va nous apprendre quelque chose sur Strauss-Kahn, ses idées, son histoire, son activité actuelle. Mais pour 3,50 euros, soit 22 francs on a droit à cinq pages d’enfilages de perles et lieux communs rédigées entre deux passages à la machine à café. Lisons les titres qui nous guident d’un chapitre à l’autre de ce « tout sur DSK » et les chutes de paragraphes après cette si excitante entrée en matière : « Quels sont ses envies, ses handicaps, ses amis, ses promesses… ? » «1. A-t-il envie de revenir ? » chute du chapitre : « DSK » l’homme qui ne sait pas dire non » «2. Est-il encore de gauche ? Chute : « Ceux qui à l’extrême gauche ou parfois même à gauche le soupçonnent d’être un renégat poursuivent l’éternel combat de déligitimation de la gauche réformiste » « 3. Est-il l’affameur de la planète ? « A Washington, les économistes du FMI sont formels : le fonds a changé » « 4. Connait-il encore la France ?  « Pour l’instant, quand il retraverse l’atlantique l’ancien élu de Sarcelle se partage entre son appartement place des Vosges et son Riad de Marrakech plutôt qu’entre les foires aux bestiaux et les sorties d’usines» « 5. Qu’a-t-il négocié avec Aubry ? « En attendant le troisième acte du pacte. A lui l’Elysée, à elle Matignon ?» Sans oublier un tartufesque « Israël, internet et lui ». « 6. A-t-il des casseroles ? « les casseroles attribuées à DSK sont en fait des faiblesses liées à son mode de vie et à son train de vie. DSK est un homme riche et qui ne le cache pas. » « 7. Est-il dans la main de Sarkozy ? « Quand il s’agira de revenir dans le marigot politique français, l’histoire sera bien différente».

Un jour ou l’autre on pourra lire quelque chose à propos de ses idées, de celle du bloc qui l’accueille comme champion au PS, de ses alliances et de son parcours depuis l’extrême gauche révolutionnaire. Mais je mentirais si je peignais seulement sous cet angle ce numéro de l’Observateur, qui me fait l’honneur d’utiliser cinq fois mon nom pour qualifier des dérives en tout genres. En feuilletant, on peut aussi se réfugier facilement sous la bannière de la chronique de Jean-Claude Guillebaud intitulée comme un résumé de la critique du reste du journal : « il faut se méfier de la démagogie, mais l’anti populisme ne peut pas tenir lieu de pensée aux nantis » Le titre tient sa promesse dans l’article : « A la réflexion ce tocsin, (la peur du populisme ndlr), rituellement sonné est bien moins vertueux qu’il n’y parait. Il procède d’une stratégie élitiste incroyablement datée. Taisez-vous les peuples ! » Et Jean-Claude Guillebaud de remarquer « Tout se passe comme si cette vieille défiance de classe faisait subrepticement retour » Puis, reprenant le philosophe Peter Sloterdijk il note que celui-ci dans le journal « der Spiegel » « s’y moque de l’anti populisme frelaté qui tient parfois lieu de pensée aux nantis ». Jean Daniel ferait bien de lire son propre journal.


327 commentaires à “Madame Le Pen est le diable de confort du système”

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 7 »

  1. 151
    tofraziel dit:

    L'accusation de racisme dès qu'on ose critiquer ou même évoquer certains rapports entre l'islam (ou une partie de l'islam) et la laïcité, c'est fatigant. Marre des commissaires politiques qui jettent ce genre d'anathèmes de façon pavlovienne, sans tenter de penser plus loin que leur permet leur cerveau binaire. Ce genre de méthode a mené droit au 21 avril 2002.
    On peut être choqué de certaines revendications ou de certaines pratiques et appeler à la laïcité sans être raciste, et en particulier quand on le fait pour toutes les religions (au contraire de Riposte Laïque, qui ne s'attaque qu'à l'islam, l'amalgamant même avec "l'islamisme"). Ne pas être raciste ne veut pas dire qu'on doit tout accepter, sous peine d'être justement accusé de racisme. Il y a des revendications et des pratiques aujourd'hui, par une infime minorité de musulmans, qu'il faut condamner et combattre, au même titre qu'on le fait pour les autres religions, en particulier le catholicisme. Cela ne veut pas dire qu'on met tous les musulmans dans le même sac ! Quand je vois comme une Fourest est attaquée dès qu'elle parle de l'islam, alors qu'elle s'attaque tout autant aux atteintes à la laïcité par les autres religions ? Traiter la religion musulmane différemment est une sorte de racisme. On ne peut donc pas tolérer des choses de certains musulmans qu'on ne tolère pas des autres religions. Les prières dans la rue sont un exemple. L'Etat et les collectivités n'ont pas à financer des lieux de culte, quels qu'ils soient; au mieux à faciliter l'accès à la priorité, louer des salles, etc. Sinon, c'est tout simplement la fin de la laïcité.
    Quant à la gauche gangrénée par l'islamophobie, quid de la gauche qui manifeste avec certains barbus contre Israël, ou aux côtés des séides des Indigènes de la République contre la loi sur les signes religieux à l'école ? La gauche a abandonné la laïcité en traitant différemment l'islam, par peur d'être raciste. Le FN et RL la remercient. Il est temps que la gauche se réveille, et soit fière de ses valeurs. Il n'est pas raciste d'exiger des musulmans ce qu'on exige (et qu'on a exigé) des autres religions ! L'islam est aujourd'hui une religion française, pas étrangère, et il semblerait que même les pavloviens du "raciste !" ne l'aient pas compris.
    La laïcité est menacée de toutes parts par les accommodements, en particulier dans les mairies de gauche. Et cela est loin de concerner que l'islam ! Les revendications, surtout quand elles aboutissent, amènent d'autres revendications. Et les atteintes à la laïcité sont autant dans les prières dans la rue que dans le financement des écoles cathos, ou les aménagements d'horaires dans les piscines. C'est ce que dit Mélenchon, non ? Alors oui pour combattre toutes ces atteintes, non pour considérer que quand on le fait (aussi) pour l'islam, on est raciste...
    Je conseillerai enfin à certains de vraiment parcourir mon blog, plutôt que de me taxer d'islamophobe. S'ils n'ont toujours pas compris, je ne peux rien pour eux...

  2. 152
    Jake dit:

    Eh bien, je vois que la religion inspire plus les commentateurs Mélenchonistes que les dérives de la finance et du capitalisme! Chacun se lâche et dévoile des pans pas toujours glorieux de sa personnalité. Pourtant, certains gardent la tête froide et une ligne claire. La laïcité n'est pas négociable et quelle que soit la religion en cause. Il ne s'agit pas d'empêcher qui que ce soit d'avoir ses propres convictions mais que chacun se débrouille avec et ne cherche pas à les imposer à d'autres. L'école libre, pourquoi pas, mais avec l'argent des parents qui y mettent leurs enfants. Des mosquées, des églises, des temples, pourquoi pas, mais avec l'argent des fidèles. L'Etat n'a pas à s'occuper de tout cela. l'argent manque suffisamment pour qu'on le consacre aux besoins communs à tous.
    Les religions ne sont pas un problème, les intégristes religieux en sont un dans la mesure où ils veulent imposer leur vision au plus grand nombre.
    Résolvons les problèmes économiques et sociaux, et pas mal de problèmes religieux deviendront accessoires.

  3. 153
    d3gl1ng0 dit:

    @marc malesherbes (127)

    Et oui, je ne caricaturais donc pas tant que ça...;)

    D'un autre coté, c'est effectivement un véritable effort que d'aller fouiller sur le site en question.

    Cependant, c'est une tâche à mon avis nécessaire pour pouvoir connaitre la position du FN sur d'autres thèmes que ceux qu'il privilégie habituellement.
    Et cela pourrait sans doute un jour être enfin le sujet d'un débat si les commentateurs cessaient de se faire piéger...
    On peut rêver...

  4. 154
    jean ai marre dit:

    Je suis ébahie de constater ce que cette marinade a provoqué. Elle impose ses thèmes , et tout le monde suit.!
    Pourquoi est elle invitée ? Par ce qu'elle fait partie de ces politiques qui amènent du monde, elle fait grimper l'audimat : 3,3 millions à l'émission de " à vous de juger "
    Les politiques et les médias s'engouffrent dans cet espèce de tornade à deux balles
    Le pouvoir en place ne veut pas céder une once de terrain, et dès les paroles provocantes de la marinade, ils se sont senris en danger, et pendant toute la semaine, ils ont muktiplier les activités, déclarations et décisions. Nous avons vu Hortefeux soutenir l'indéfendable, tout comme Copé qui a fait des déclarations, il s'agit d'être compétitif sur le même terrain.
    La seule réforme réussit par Sarkozy a été de décomplexer la droite, pas étonnant d'assister à ce qui mieux mieux ; les thèmes sont abordés de sang froid, avec aplomb
    La Marine ne propose pas de solutions crédibles, elle travaille au premier niveau, à l'émotion et à l'affectif.
    La marinade est fade
    Pendant la révolte sur les retraites, le FN était aux abonnés absents, sauf pour condamner les grévistes et les manifestants.

    Le ras le bol grandit, la précarité,le chômage, l'avenir des jeunes bouché, les scandales financiers, l'affaire Karachi, le ministre de l'intérieur qui devient juge et partie et qui s'en prend à son collègue de la justice, Tout cela laissera des traces.
    Et si en 2012 les Français devaient arbitrer entre Marine Le Pen ET jean luc Mélenchon ?

  5. 155
    Yan dit:

    Même Lénine avait compris qu'on ne peut pas traiter une religion qui a été opprimée par le colonialisme (en l'occurrence l'islam sortant de la Russie tsariste) et une ancienne religion dominante (le christianisme orthodoxe de la même Russie), c'est pourquoi il a imposé à la fraction ultra-laïciste des bolcheviks une prise en compte de cette réalité sur le plan législatif...ce sur quoi reviendra Staline qui fera brûler les voiles islamiques en place publique de Tachkent...Alors, si des musulmans prient dans la rue, c'est parce qu'ils n'ont pas eu pendant des siècles l'argent de l'Eglise catholique et pendant des décennies celles des protestants et des juifs pour acheter des terrains et construire des bâtiments du culte (...ou autres investissements plus rentables). Il est clair que les musulmans n'aiment pas particulièrement prier dans la rue ou même dans les caves et préféreraient avoir des mosquées. Or que leur offrent nos laïcistes de gauche ou de droite qui ont oublié les séquelles du colonialisme et de l'indigénat? : ou se faire financer par les féodaux saoudiens ou marocains (et contrôlés par eux avec la bénédiction de tous les ministres de l'intérieur français depuis 40 ans) ou obtenir des compensations disons "post-indigénales" pour financer la construction des mosquées et centres culturels ouverts, gérées par des associations musulmanes françaises... Mais nos ministres n'aiment pas des associations musulmanes fonctionnant selon des règles démocratiques, ils préfèrent des Eglises hiérarchiques non démocratiques ou des mosquées dirigées par "nos amis les rois" avec qui on peut toujours s'entendre pour qu'ils transforment les religions prophétiques prônant la lutte pour la justice en religions opium du peuple prônant la soumission. Nous revenons donc aux années 1930 lorsque Maurice Thorez faisait la différence entre laïcité et laïcisme critiquant les sociaux-traitres qui étaient des ultra-laïcards pour faire oublier leur compromissions avec...

  6. 156
    Marcailloux dit:

    Jean-Luc Mélenchon dans ce billet dit :
    …..Grâce à elle, (MLP) et à ses provocations à deux balles, rien ne changera jamais…..
    …..Rien de plus irresponsable que ces deux nuls glapissants mais laissant Marine Le Pen s’approprier sans être contredite les thèmes de notre gauche de lutte contre les banquiers et la finance……
    …...Autant dire les seuls élus et le premier cercle de leurs collaborateurs et clients. Partout les instances ne se réunissent plus qu’occasionnellement. Les bureaux départementaux autrefois hebdomadaires sont de plus en plus en plus souvent mensuels, les réunions de conseil fédéraux trimestriels, les sections hautement épisodiques. Et ainsi de suite……

    Le titre de son précédent billet était, je vous le rappelle, : Calvi ne fait pas boire des ânes qui n'ont pas soif.
    Je lui retourne l’assertion.
    Comment Jean-Luc Mélenchon, en nous expliquant, même avec raison, la façon dont le cocktail est préparé et par quelles souillons, va t-il nous donner l’envie de boire un coup !
    C’est de remèdes dont on a besoin, pas de vomissures.
    J’ai lu son livre, « Qu’ils s’en aillent tous », j’ai parcouru le site du PG / FdG dans lesquels fourmillent des propositions constructives, gorgées d’espérance, eh bien voilà de quoi surfer sur les cas inacceptables vécus (ceux des citoyens, pas les turpitudes des politiques) en expliquant dans chaque situation comment le PG (avec ou sans ceux qui trainent les pieds derrière) à l’intention de les régler.
    Ces suggestions s’adressent aussi à quelques uns des commentateurs de ce blog qui s’adonnent au nombrilisme de politique politicienne avec des débats sans fin sur les petits mots, petites provocations, petites trahisons du petit monde qui grenouille autour des puissants. Est ce la seule pâture que mérite le petit peuple ?
    A plus et constructivement votre.

  7. 157
    Jake dit:

    Qui sont les partis frères du PG en Europe ? A voir les manifs en Grèce, en Irlande, au Portugal, n'y a t'il pas moyen de regrouper nos efforts au niveau européen pour crier haut et fort notre dégoût du capitalisme et de leurs complices banquiers ?
    La France ne sert plus à rien. C'est au niveau de l'Europe qu'il faut créer l'événement.
    D'ailleurs, au train où vont les choses, à quoi sert de se battre pour la Présidence d'une République castrée ?

  8. 158
    langue-rouge dit:

    Si la laïcité est menacée aujourd'hui c'est bien part ceux qui la détournent de son rôle initiale, celui d'assurer la neutralité de l'état et la coexistence pacifique des diverses croyances religieuses ou non.
    Les processsions religieuses n'ont jamais été interdites, les prêches dans la rue non plus et si les cathos ne prient pas en masse dans la rue c'est d'abord parce qu'ils disposent d'une église dans chaque quartier, dans chaque village voir dans chaque hameau de ce pays.

    Personnellement, je suis athée et cela ne me dérange absolument pas qu'un musulman exprime sa foi dans la rue dans la mesure où il ne m'empêche pas de professer moi aussi mon athéisme dans la rue et de vivre comme je l'entends. Cela ne me gène pas que certains mangent du poisson le vendredi, ne mangent pas de porc ou organisent des processions à Paques par exemple ou font sonner les cloches à minuit le 25 décembre. Cela ne me gène pas non plus que pour les grandes cérémonies religieuses, la foule déborde à l'extérieur de l'église, de la synagogue ou de la mosquée.
    Cela ne m'empêche pas d'être ce que je suis et même de défendre bruyamment ma différence et donc je considère qu'il n'y a pas de problème et que la laïcité est respectée.

    Cela s'appelle la tolérance tout simplement et la laïcité ne saurait servir de prétexte à l'intolérance et au racisme. Et si ça agace certains que j'appelle un chat un chat. Eh bien tant mieux.
    Il ne faut pas laisser le racisme gangrèner la gauche et il faut répondre au coups par coups à tous les arguments fallacieux qui visent à donner à certains racistes bonne conscience quand ils tiennent leurs discours islamophobes.
    Le racisme le plus dangereux est celui qui tente de se faire passer pour un comportement vertueux et progressiste.

    Il est vrai qu'il fut un temps où c'est au nom de la République qu'on massacrait dans les colonies et qu'on discriminait en Métropole.

  9. 159
    VERGNES dit:

    Juste quelques remarques sur le billet de Jean-Luc Mélenchon et des commentaires qui s’en suivent.

    Jean-Luc Mélenchon semble autant outré par les propos de la Le Pen que par le fait qu’elle vient sur le terrain de la gauche « républicaine » et qu’outrage suprême il n’a pas été invité pour porter la contradiction dans une émission animée par des « journalistes » qu’il n’a de cesse de dénoncer.
    Il condamne que le Landernau « pia pia pia » s’en empare…Et il en fait l’essentiel de son billet !

    Pour tous ceux qui ne résonnent qu’en résultats d’élections, ils voient cette mise sous la lumière médiatique de la Le Pen une promotion du « vote utile » PS pour ne pas réitérer 2002, avec l’ « avantage-risque » de faire perdre des voix à la droite classique.

    La fonction de l’extrême-droite, c’est surtout de préparer l’opinion, de banaliser certaines idées nauséabondes, de déculpabiliser le propos xénophobes et racistes pour que la droite « bien pensante, républicaine et pia pia » puisse enfin les faire siens.
    Le FN à une fonction idéologique qui consiste à dire tout haut ce que le droite (et une partie de la gauche) pense mais ne peut exprimer si l’opinion n’y est pas préparée.

    Et les premiers effets se font déjà sentir sur ce blog où l’on lie « insécurité, islam et immigration » comme un thème à part entière.

    Au travers de la visibilité grandissante du culte musulman, il nous faut nous poser la question d’une façon plus large : Pourquoi le fait religieux, le besoin de croire, de donner un sens à sa vie resurgit, dans un monde sans perspective et où le mouvement ouvrier à renoncer aux « utopies » (catalogués comme telles).

    La religion c’est le besoin de combler le manque de sens du passage sur terre, la recherche d’un « paradis » extra-terrestre, avec toutes les dérives qui peuvent en découler.
    C‘est à nous de proposer une alternative de société à la religion.

  10. 160
    jques dit:

    Pourquoi personne ne nous informe-il sur le plan d'austérité en Angleterre ? Ce serait bien de connaitre a l'avance ce qui nous attends : seul le journal les" echos" en a parlé longuement doit-on lire la presse de droite dans ce pays pour s'informer .
    si nous perdons les elections je veux dire le front de gauche : la" gauche PS" où la droite musclée vont essayer de nous imposer un plan d'austérité fracassant ! . Resistons dés aujourd'hui et soyons mobilisés contre ces coups bas ; plus que nous l'avons été contre la réforme des retraites car je trouve que au final peu de gens se sont reellement battus où ont fait la gréve

  11. 161
    tofraziel dit:

    Il n'a jamais été question d'interdire toute manifestation religieuse, et évidemment y compris musulmane. Les paranoïaques qui vont jusqu'à penser pour les autres, et même voir un "racisme pernicieux" (j'en frémis, si ça se trouve je suis même raciste sans le savoir, heureusement que la police de la pensée est là pour me réorienter), feraient mieux de réfléchir un peu plus...et de lire plutôt que de fantasmer sur les idées des autres ou leur prêter des intentions inavouables...
    Il y a une différence entre des fêtes ponctuelles, type procession pour le 15 août, fête de l'Aïd, etc, qui peuvent parfaitement se dérouler sur la voie publique après autorisation des autorités, et le blocage quasi-hebdomadaire de rues pour la prière, ou encore le même blocage de rues quotidiennement pour la sortie d'écoles religieuses (juives orthodoxes par exemple, Fourest en a parlé à la Convention du PS). Quand on évite le simplisme intellectuel, on peut avancer.
    Mon discours est exactement le même que celui de Fourest et Pena-Ruiz (membre du PG), mais sans doute sont-ils eux aussi des "racistes pernicieux". Quant à moi, mon parcours universitaire m'ayant amené à étudier l'Islam médiéval je dois être en plus maso et pervers...

  12. 162
    un militant dit:

    Post 14 : "le PS, c'est la droite". Yan (post 155) parle de sociaux-traîtres... J'aimerais que les camarades du PG comprennent que ce retour au pire sectarisme (celui qui a sévi avant l'arrivée au pouvoir d'Hitler, nazisme et social-démocratie étant traités par les staliniens d'étoiles jumelles) ne peut qu'être encouragé par les qualificatifs utilisés dans l'édito du dernier "A Gauche" : le PS "idiot utile", "opposant en peau de lapin", et "meilleur allié du Sarkozysme?" (avec une interrogation au conditionnel qui n'enlève pas grand-chose à l'affirmation !)
    Auprès de Mitterrand, Mélenchon a pourtant pu apprendre que les insultes "à la Marchais" n'ont guère payé.
    Pourtant, si vous croyez ce ton utile au débat, et à votre cause,continuez... et continuez à vous persuader que le PS est mort. Comme cette affirmation semble acceptée par la presque totalité des intervenants sur ce blog, je vous donnerai un seul contre-exemple ; ma section. Une centaine d'inscrits, dont plus de 90 ont payé leur cotisation, et une bonne quarantaine participent très réguliérement aux débats et à l'activité (y compris dans les manifs, cet automne). Oui, nous comptons parmi nous trois élu-e-s (d'opposition au conseil municipal, dont un conseiller général) et deux collaborateurs d'élus (dont un employé dans une autre commune). Parmi les autres, il y a des militants CGT, CFDT, UNSA (dont une des élues), FSU, FCPE, un responsable mutualiste (pas dans la ligne de Davant)... et j'en passe... Tous des traîtres ? Emmanuelli, un traître ? L'inspecteur du travail Filoche, un traître ?
    On peut être fermement opposé à la ligne du PS sans suspecter tous ceux qui y adhérent d'avoir vendu leur âme. Ceci dit en toute laïcité, bien sûr.

  13. 163
    Descartes dit:

    @langue rouge (#158)

    Personnellement, je suis athée et cela ne me dérange absolument pas qu'un musulman exprime sa foi dans la rue dans la mesure où il ne m'empêche pas de professer moi aussi mon athéisme dans la rue et de vivre comme je l'entends.

    Essaye donc de "professer ton athéisme" rue Myrha un vendredi, et tu verras ce qui t'arrive. Un certain nombre de commentateurs sur ce blog n'ont pas l'air d'être au courant de ce qui se passe dans leur pays. Il ne s'agit pas ici de seulement de "musulmans exprimant leur foi dans la rue", mais d'une privatisation du domaine public: on ferme une rue à la circulation, des "gros bras" empêchent l'entrée sauf aux "bons musulmans" et aux femmes voilées, les commerces sont obligés de fermer, etc. La laïcité autorise parfaitement la manifestation d'opinions religieuses dans l'espace public. Ce qu'elle ne permet pas, c'est qu'un groupe annexe une partie de l'espace public pour y faire régner sa loi. Et ne croyez pas un instant que cela se fasse par manque de place dans les lieux de culte. Il s'agit clairement d'un acte politique, et si vous ne me croyez pas allez-y un vendredi et observez un peu comment agissent les "gros bras" qui organisent la chose. Il y a même des jours où la salle de prière est à moitié vide et la rue est pleine...

    Maintenant, vous pouvez continuer à répéter qu'il n'y a pas de problème, que tout ça n'est qu'une invention des méchants capitalistes/colonialiste/racistes qui montent l'affaire en épingle pour des raisons inavouables. Et que tous ceux qui ne sont pas d'accord avec vous sont assimilables aux antisémites des années 1930 (marj, #148). Mais ne vous plaignez pas si demain les usagers de la rue Myrha - et des autres rues - donnent leurs voix aux organisations politiques qui prennent, ne serait-ce que pour la forme, en compte leurs difficultés. Vous êtes prévenus.

  14. 164
    Louis st O dit:

    @159 jques

    Sur Marianne sur le web il y a un article sur toutes les manifs en Europe sur l'Austérité

    Je pense qu'il faudrait pas attendre que ça nous arrive.
    Louis

  15. 165
    Pierre34 dit:

    @citoyenne21 137

    "Ayez au moins le courage d'aller sur un terrain que vous préférez ignorez par facilité. Perso meme si j'apprécie Jean-Luc Mélenchon, la partie de son programme sur l'immigration ne me satisfait pas ! à la base je n'aurais pas voté MLP mais bon elle propose de revenir aux francs et je suis d'accord pour qu'on quitte l'euro, entre autre et elle empechera toute continuation de l'entrée massive des immigrés en France ! si il n'y a vraiment plus de sous dans les caisses, soyons logiques et privilégions ceux qui ont cotisé toute leur vie pour mériter une retraite digne !
    "

    On ne risque pas de trouver les solutions si l'on prend les problèmes à l'envers.

    D'abord laisser croire que les caisses sont vides est une absurdité, ce sont les gouvernants depuis 25 ans, qui ont creusé un déficit,par diverses mesures fiscales, en transférant 10% de la richesse nationale des poches des travailleurs vers celles des rentiers et actionnaires, soit 195 milliard par an. Le fait de simplement rétablir l'ancien équilibre permettrait de supprimer la dette actuelle.
    Le problème principal n'est donc pas le partage des richesses entre français et immigrés. Je vous rappelle que dans notre système par répartition pour les retraites, les travailleurs immigrés qui travaillent cotisent de la même manière que les français.
    Quand à l'immigration clandestine elle est organisée par le patronat qui a besoin de main d'oeuvre à bas prix, en échappant aux cotisations sociales. Il faut donc combattre, avec énergie, ceux qui se gavent sur cette misère humaine !

    Dernier point, le capitalisme financier international, appauvrit, par la spéculation et les déséquilibres qu'elle crée, l'ensemble des peuples du monde et aggrave,en même temps, la fracture sociale qui existe entre les pays riches et les plus pauvres, c'est lui qui est responsable de l'immigration de tous ces pauvres gens, vers nos pays, c'est lui qu'il faut combattre avec vigueur, tous...

  16. 166
    Hold-up dit:

    Descartes

    Vous ne répondez pas à la question majeure : Pourquoi trois gouvernements de Droite qui n'hésitent pas à déclencher la guerre civile quand la jeunesse de Villiers- le- bel montre sa carte d'identité française aux caméras de télévision ne font pas simplement respecter la loi depuis 10 ans en ce qui concerne une présence religieuse abusive sur une voie publique ? Il serait simple pourtant de faire stopper la sono en faisant gentiment respecter la loi. Point barre. Pacifiquement. Au pire à coup de contraventions et au mieux par la concertation et la compréhension mutuelle ; le respect partagé mais ferme. Mais en vérité la question est ailleurs. Le Chanoine de Latran (M.Sarkozy) ne saurait se passer de ce doux instrument de pacification que sont toute religion pendant une grande dépression économique et le renflouement des banques avec les deniers du contribuable. Il a de plus un projet politique de reconfessionnalisation de la France. Il faut être aveugle pour ne pas le comprendre. Et puis c'est bien commode aussi parce que ça fait parler et discourir à n'en plus finir. Comme ici. Car parler de quelques croyants qui se prosternent dans la rue abusivement est bien plus intéressant que de savoir que les États européens ont apportés 1100 milliards d'aides au banques en 2009 et 4589 milliards entre octobre 2008 et octobre 2010, n'est -ce pas ? Quand on dit les " États ", tout le monde aura compris qu'on parle de chacun et de chacune et non pas d'un animal fantastique, n'est-ce pas ? Oui tout le monde l'aura compris.

  17. 167
    Patrick Lefèvre dit:

    Salut citoyen Jean-Luc,

    Quelques remarques :
    - dans une société laïque, c'est la liberté de conscience qui garantit la liberté de culte : la seconde découle de la première et est donc son corollaire (et non l'inverse)
    - comment le FN peut-il s'opposer à une quelconque construction ou attribution de bâtiment puiqu'il ne dirige plus aucune ville ? Ce sont bien les communes, me semble-t-il, qui ont un pouvoir décisionnel à ce niveau...
    - la problématique du nombre de lieux de culte n'est pas de la compétence des pouvoirs publics : ces derniers ont juste à assurer l'ordre public
    - dans le combat contre la laicité, les chefs musulmans sont évidemment les complices de la hiérarchie catholique (avec la bénédiction de nombreuses collectivités locales) : pourquoi une simple mise à disposition des églises n'est-elle pas mise en oeuvre ? (on recense juste quelques cas à travers le pays)

    Quelques propositions pour finaliser la laicisation de la société brillamment initiée par nos illustres ainés
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/societes-multiculturelles-65955

    Très cordialement

  18. 168
    Pierre34 dit:

    @un militant 162

    Chacun à sa façon de s'exprimer les choses. La colère nous fait parfois dire, avec véhémence, des choses qui ne reflètent pas la réalité. les intervenants, sur ce blog, ne sont pas tous au PG, l'entrée en est réglementée mais libre, il me semble donc qu'affirmer que ce qui est dit est la position du PG est une exagération.

    Ceci étant dit, ce ne sont pas les militants du PS qui sont visés, mais il faut bien reconnaitre que l'attitude de vos dirigeants ressemble souvent à une foire ou chacun joue des coudes pour atteindre le pouvoir.
    Le peuple de gauche n'a que faire de cette course à l'échalotte, parfois indécente, il veut des solutions à ses problèmes et le problème principal, chacun le sait, c'est l'emprise du système capitaliste financier sur notre société, et de cela aucun vos dirigeants n'y fait allusion, exceptionnellement au détour d'une phase. certains vont même jusqu'à appuyer la route que nos gouvernants suivent actuellement.

    C'est à vous, syndicalistes, militants associatifs membres du PS de demander les éclaircissement nécessaires à vos dirigeants, car la lutte contre le capitalisme financier n'est pas seulement celle qui permet de battre Sarkozy, mais aussi celle qui nous permettra d'avoir le soutien et la participation populaire à la construction des réelles solutions d'avenir, en affrontant la maladie qui gangrène notre société, la financiarisation.

    L'attitude officielle du PS ne rassure pas et entretien une désespérance, parfois même un rejet et la fuite vers l'abstention.

    un militant du Front de Gauche, non encarté

  19. 169
    Nicolas B. dit:

    @152 Jake
    Bien résumé, pas mieux !

  20. 170
    Pierre34 dit:

    @citoyenne21 137
    "à la base je n'aurais pas voté MLP mais bon elle propose de revenir aux francs et je suis d'accord pour qu'on quitte l'euro"

    suite de le réponse :

    Quant à la sortie de l'Euro, ce n'est qu'une solution simpliste et très partielle.

    Le problème principal est celui du traité de Lisbonne, copie conforme du TCE (traité constitutionnel européen) qui a été repoussé en 2005 par le peuple français à 55 % et que Sarkozy avec l'aide du PS a fait passé tout de même en force en 2008.
    Si nous voulons appliquer les mesures nécessaires en France, pour défendre notre système de santé, notre école publique, nos services publics, notre indépendance énergétique, nous devons sortir de ce traité qui impose, dans tous les domaines, la concurrence libre et non faussée, nous imposant un libéralisme à outrance, cause de beaucoup de nos problèmes.
    La création de l'Euro a été assorti d'une interdiction à la BCE (Banque centrale européenne) de prêter aux nations, qui sont contraintes d'emprunter sur les marchés financiers à des taux parfois extravagants, au grand profit des banques et des assurances. C'est cela qui provoque la catastrophe en Grèce, Irlande, Portugal, Espagne....... à qui ensuite ?

    D'une part L'Euro permet de ne pas laisser au Dollar le monopole monétaire, qui nous conduirait rapidement à la catastrophe financière.
    D'autre part la BCE aux mains des libéraux, n'intervient pas pour aider les pays en difficulté par dévaluation. Les banques centrales des pays n'en n'ont pas le droit.
    Il suffit d'une décision politique des européens, tentons de faire bouger les choses, avec audace, pour retrouver une autonomie de décision monétaire plutôt que de décider un repli identitaire trop violent source de conflits.
    Ensuite si ce n'est pas possible le problème de sortie de l'Euro pourra peut-être se poser et proposée au vote des citoyens dans notre pays.

  21. 171
    maxou dit:

    Bonjour à tous,
    je demande un peu d'indulgence aux Webmestre ; en effet avant hier j'ai un peu mal pris que l'un de mes posts passe à la trappe, il est vrai que j'ai fortement insisté pour demander des explications au Webmestre, et n'ayant reçu aucune réponse, il est vrai que j'étais légèrement fâché ; je reconnais avoir eu une mauvaise réaction et je demande l'indulgence au Webmestre, dorénavant je ferais attention de répondre uniquement au billet du moment, encore une fois toutes mes excuses,
    et puis-je tenter de réagir de temps à autre au billet de JeanLuc Mélenchon...

  22. 172
    JJ dit:

    Un moment bref d'une intensité émotionnelle inouïe :
    A l'occasion de l'apparition de JL Mélenchon au journal du soir de France3, j'ai entendu le baratin creux de l'éditorialiste ramenant Jean-Luc Mélenchon à l'extrême gauche symétrique à l'extrême droite en alimentant une caricature nauséeuse. La demi-seconde passée sur le visage et la moue de Jean-Luc Mélenchon étaient éloquentes. Cet air du désespoir face à la bêtise médiatique récurrente ont alimenté ma compassion.
    Le traitement réservé aux gens de gauche dans les médias est de plus en plus brutal. C'est une brutalité sournoise et répétitive. Jean-Luc Mélenchon et les responsables engagés de ces mouvements ne méritent pas cela.
    Les mots gauche et droite restreignent fortement la perception que l'on peut avoir des idées nouvelles car ils alimentent le bipartisme consternant qui a cours.
    Dans l'état actuel de conservatisme de notre nation vieillissante et effrayée par les mêmes démons que l'on sait brandir comme l'insécurité et l'islamisme, les esprits libres se font rares.
    Le paysage politique de la France découpé en gauche/droite en fonction de l'occupation de sièges à l'assemblée est une bien mauvaise image renvoyée. Le paysage idéologique est un concept plus évocateur et permettant de s'affranchir de la quantité d'électeurs de Panurge. Dans une perception idéologique, la gauche française commence à partir de Jean-Luc Mélenchon pour s'étendre ensuite jusqu'à Lutte ouvrière et un ensemble de petits partis révolutionnaires. Leur nombre est hélas très faible. La droite s'étend du parti socialiste au FN, intégrant les centres nombreux et l'UMP bien sûr. Cette réflexion ramène Hamon et ses partisans à droite car incapables d'influencer le destin de ce parti d'élus hélas moribond qu'est le PS. En marge de tout cela, les partis écologiques sont inclassables car très hétérogènes sur le plan de la pensée économique et sociale. Certains souscrivent au néo_libéralisme tant qu'on essaye par des entreprises privées de repeindre le monde en vert, pour...

  23. 173
    Michel Matain dit:

    En Argentine, il y a peu, il y a eu des pogroms anti-immigrés accusés de tous les maux de la terre : délinquance, insécurité,... Ces immigrés étaient d'origine péruvienne ou bolivienne. Ils n'étaient pas musulmans. Les Péruviens et les Boliviens ont la même langue, la même religion dominante qu'en Argentine. Argentine qui est un pays d'immigrés d'Italie, d'Europe de l'Est, etc. Et les Argentins (les pauvres du moins) quand ils sont en Espagne subissent à leur tour la discrimination comme tous les "latinos" qui tentent leur chance dans la "Madre Patria" ("la mère patrie" comme on dit en Amérique Latine en parlant de l'Espagne).

    Le problème de l'immigration et de l'intégration n'est pas un problème de religion, c'est d'abord un problème social. Il existe avec ou sans Islam. Il existe partout. Alors abordons le problème socialement, laïquement, politiquement. La religion du dernier immigré n'a rien à voir là-dedans. Les problèmes existent mais si on ne les remet pas à l'endroit, il n'y a aucune chance de trouver une solution.

    L'Islam radical, intégriste, fasciste existe aussi. Il faut le combattre politiquement et il faut le combattre par tous les moyens si nécessaire comme tous les fascismes, religieux ou non. La peste brune (même camouflée derrière le drapeau vert de l'Islam) reste une peste.

    Mais surtout ne mélons pas les problèmes comme tentent de le faire toutes les droites du monde. Les problèmes de la banlieue, de l'intégration, les difficultés du vivre ensemble etc ne sont pas des problèmes religieux. L'Islam n'est pas responsable de la situation sociale de nos banlieues.

    Et pour l'occupation religieuse de la rue, stop à l'hypocrisie : arrétons de mettre des obstacles à la création de lieux de culte pour les musulmans. Si les croyants pouvaient prier dans des lieux adaptés, ils le feraient. Et dans les villes où ces établissements existent, les croyants ne sont pas dans les rues !

  24. 174
    Catherine dit:

    Ah je crois que j'ai compris (en lisant maxou -171) pourquoi mon post dans le forum précédent n'avait pas été publié (j'y évoquais la loi LOPPSI 2). Donc je ne ferai pas pareil cette fois-ci.
    Comme tout le monde j'ai été scandalisée par les propos de Mme Le Pen. Bien que scandalisée ne soit pas très exacte, on est tellement habitué à ce genre de frasque qui n'ont pour autre but que de stigmatiser toujours les mêmes et fiche une pagaille monstre. Et paf voici l'UMP qui va ré enchérir, comme si elle avait encore besoin de cela (cf la loi évoquée plus haut).
    Bref, parfaitement d'accord avec Jake (152). C'est bien de cela qu'il s'agit avant tout. Ce qui ne m'empêche pas d'avoir également un avis sur la question de la religion ou du moins de son utilisation.
    En revanche, je me dis qu'on a un sacré boulot devant nous pour les prochains mois. Je peux me tromper mais m'est avis que si c'est DSK qui l'emporte aux prochaines de 2012, ça va faire tellement mal qu'en 2017 au mieux on aura J-F Copé au pire.... Devinez qui !

  25. 175
    Hervé (PG29) dit:

    Jacques Weber est avec nous !

  26. 176
    Patrick Lefèvre dit:

    @ Michel Matain - 173

    La question sociale est insuffisante pour expliquer la situation
    Il y a manifestement instrumentalisation de la situation par les chefs musulmans car, faut-il le rappeler, les religions sont prioritairement des systèmes politiques interessés au premier chef par le pouvoir temporel
    J'ai toujours en mémoire une discussion au milieu des années 90 avec un responsable d'une association réfléchissant sur la question "Islam / Laïcité" qui m'indiquait : "ce qu'ils veulent, c'est une part du gâteau" (car comme nous le savons tous, il y a belle lurette que l'article 2 de la loi de 1905 n'est plus respecté...).
    Simplement, ces chefs ont compris qu'ils pouvaient aller beaucoup plus loin (avec le soutien sans faille de la hiérarchie catholique) car actuellement ce qu'il faut abattre c'est la laicité.
    Tout cela faisant évidemment aussi le bonheur du capitalisme triomphant mondialisé...
    Et au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, plus il y a de mosquées et plus il y a problèmes...
    Juste pour mon info, quels sont les obstacles mis à la création de mosquées (hors les recours tout à fait légitimes déposés par la Libre Pensée par exemple sur le financement public de l'opération) ?

  27. 177
    ddmm dit:

    @ webmestre

    Je souhaiterai vous soumettre une suggestion, qui m’est inspirée par le site 20minutes.fr.
    Les internautes réagissent à des articles en postant leurs commentaires, tout comme nous le faisons ici sur le blog de Jean-Luc Mélenchon.

    Mais il y a en plus dans chaque commentaire, un petit onglet nommé (recommandé) sur lequel les lecteurs peuvent cliquer s’ils le souhaitent, pour exprimer leur accord avec ce qui est exposé dans le commentaire. Les recommandations s’additionnent au fur et à mesure, il est ainsi plus aisé de voir ce qui se dégage
    majoritairement, selon le nombre plus ou moins élevé de « clic ».Un genre de petit sondage en quelque sorte.

    Je ne sais pas si c’est techniquement réalisable ici, ou bien si tout simplement cette idée est saugrenue, car je n’ignore pas que des éléments perturbateurs peuvent bien évidemment fausser les résultats, venant par exemple d’électeurs de droite (beurk !) qui se baladeraient sur le blog.
    Cordialement !

  28. 178
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    Sur Canal+ et en réponse à une question de Mr Aphatie, Jean-Luc Mélenchon a notamment déclaré que Mme Le Pen était l'héritière des nazis français.
    Et vlan !
    Curieusement celle-ci, pourtant habituellement si prompte à défendre son "honneur", n'a pas pipé mot jusqu'ici.

    Il est vrai qu'un éventuel procès public contre Jean-Luc risquerait de faire causer, et d'afficher en pleine lumière ce côté obscur qu'elle s'attache avec tant de soins à faire oublier, elle qui se voudrait la nouvelle Jeanne d'Arc de la "souveraineté nationale" et des "couches populaires".

    Certains se plaignent que Jean-Luc passe trop de temps sur le sujet.
    Mais, sans dire évidemment qu'il doit y passer tout son temps, il me parait pourtant important d'essayer de réduire le pouvoir de malfaisance de ce parti en pointant les "réalités discrètes" et "oubliées" de son programme chaque fois que possible.

    Et important d'aller au clash contre Mme Le Pen pour finir par percer au jour sa baudruche médiatique, cette image de "rebelle" qui lui est attribuée.
    Pour empêcher son parti, qui en réalité n'a jamais servi que les puissants, de détourner la révolte de nos concitoyens vers des solutions sans issue.

    Dire qu'il suffit de la snober et de l'ignorer me semble irréaliste dans la mesure où, qu'on le veuille ou non, Mme Le Pen sera dans le débat public. Tout simplement parce-que la "grande" presse aime bien jouer à se faire peur et soulever les lièvres qui lui font vendre du papier.

    Elle est notre principale adversaire et concurrente dans la mobilisation des Français "qui veulent que ça change", surtout depuis qu'elle prétend elle aussi parler "social". Compte-tenu de son audience, on ne peut la laisser prétendre sans la contredire.

    Mais bon, ce que j'en dis ...

  29. 179
    Descartes dit:

    @Hold-up (#166)

    Vous ne répondez pas à la question majeure : Pourquoi trois gouvernements de Droite qui n'hésitent pas à déclencher la guerre civile quand la jeunesse de Villiers- le- bel montre sa carte d'identité française aux caméras de télévision ne font pas simplement respecter la loi depuis 10 ans en ce qui concerne une présence religieuse abusive sur une voie publique ? Il serait simple pourtant de faire stopper la sono en faisant gentiment respecter la loi.

    Si la question est "pourquoi les gouvernements de droite n'ont pas fait respecter la loin depuis 10 ans" (c'est à dire, en laissant de côté tout le charabia sur Villiers le Bel et sa guerre civile inexistante), alors j'ai répondu précisément dans le message numéro 85 de ce même fil. Faudrait lire avec attention les réponses avant d'affirmer "vous ne répondez pas...".

    Sans recopier ma réponse, je vous en donne l'essentiel: les élus, qu'ils soient de droite comme de gauche, ont depuis longtemps compris l'intérêt d'acheter la paix sociale en cédant aux revendications communautaires, même s'il faut pour cela violer la loi. C'est pourquoi les municipalités offrent à des "caïds" des emplois municipaux, subventionnes les associations de tel ou tel "grand frère", ferment les yeux sur les trafics, subventionnent des salles de prière ou des mosquées ou laissent les islamistes "privatiser" l'espace public. C'est pourquoi depuis trente ans les gouvernements, de droite comme de gauche, ferment les yeux.

    Même si sur le court terme les élus y gagnent, sur le long terme cela fait le jeu du FN, qui apparait aux habitants qui voient leur cadre de vie se dégrader comme la seule organisation qui est en dehors de la combine. Et qu'il faut que ce soit MLP qui ouvre sa grande gueule pour que les élus (de tous bords) fassent quelque chose.

  30. 180
    Zora dit:

    Quand la France désespère certains de ses enfants ou quand certains sujets révèlent les hommes...

    Concernant le "message 110", je pense qu'il faut comprendre que, en cas de pouvoir fasciste, les "boucs émissaires" ne se laisseront pas mener à l'abattoir comme des moutons. Il semblerait que les nostalgiques des "wagons à bestiaux" ne soient pas tous au FN.

    J'espérais que la Révolution Citoyenne, tant chantée sur ce blog, se traduirait par une grille de lecture différente du FN et le l'UMP et le PS pour résoudre les problèmes posés par tous les intégrismes (Islam compris donc). Ici s'expriment des citoyens politisés, cultivés, informés... mais certains fonctionnent toujours avec le logiciel "on pense pour vous" fourni par le Système qu'ils prétendent combattre.

    JL Mélenchon s'échine à développer l'esprit critique, fournit matière à une analyse expurgée de préjugés, aligne des faits pour se prémunir de la manipulation et de la propagande... peine perdue pour certains qui font de la résistance mais pas celle qui mènera à un monde meilleur.

    Merci aux nombreux Camarades qui, par leurs écrits, donnent au mot Fraternité tout son sens.

  31. 181
    christophe dit:

    Bonjour
    Je n'aime pas le vocabulaire utilisé pour qualifier Jean Daniel. On peut être en désaccord politique avec Jean Daniel, on peut considérer qu'il est le représentant de la deuxième gauche, celle qui émerge dans les années 70, mais les attaques sur son âge par exemple sont stupides, de l'ordre du caniveau.. Surtout que son âge lui a "permis" de participer à la Libération de Paris avec la 2èmeDB........
    Oui à l'impertinence, oui au rentre dedans mais à condition de ne faire que de la politique et rien que de la politique

    Attention de ne pas décevoir le démocrate pur et dur que je suis, par ailleurs membre du PG et animateur d'un comité.

  32. 182
    jennifer dit:

    D'accord avec les posts de Marj et de Langue Rouge.

  33. 183
    Martin dit:

    Je suis atterré par l’islamophobie assumée, tranquille, normale, de la moitié (au jugé) des intervenants.
    Descartes entre autres, qui accable tout le monde de son mépris, mais se couche abjectement devant le supposé sentiment partagé par tous les Français et n’a que des mots sucrés pour le lepénisme, parce que lui « ne se coupe pas du peuple », lequel peuple est raciste, c’est bien connu, et si vous n’êtes pas d’accord, c’est parce que vous êtes un « bobo » et que vous habitez dans un « quartier confortable ». En voilà de la rigueur ! Le grand penseur omniscient aurait-il un moment de faiblesse ?
    Bref, croyez-le si vous voulez, il m’est arrivé de sortir de ma villa et de rencontrer des musulmans.
    Ceux par exemple qui se font contrôler à tous les coins de rue par la police, vous savez, cette saine police républicaine garante de la laïcité sur la voie publique, avec son ministre amateur de blagues sur les Auvergnats. Et puis celles, nombreuses, qui s’impliquent dans la vie associative, qu’il faudrait sûrement mettre dehors parce qu’elles sont voilées. Est-ce que leur vie est simple ? Ça ne vaut pas la peine d’essayer de comprendre leur combat ? de jeter des ponts ? Vous ne vous trompez pas d’ennemi ?
    Toutes les religions vont s’efforcer d’occuper au maximum l’espace qu’on leur laisse, c’est naturel, c’est religieux, c’est pénible, ce n’est pas à moi athée de faire des exégèses vaseuses sur les protestants les juifs les cathos et les autres.
    Ce n’est pas, non plus, à nous de coller au discours raciste sous prétexte qu’il est devenu banal. On a autre chose à faire. Le racisme est un crime prévu par la loi.
    Merci et soutien sur ce sujet à Marj, Yan, Langue-rouge, Michel Matain (pardon à ceux que j’oublie). Mais il y a du boulot...

  34. 184
    Hervé (PG29) dit:

    @Martin :
    Tu as des statistiques pour dire que les musulmans se font contrôler à tous les coins de rues ?
    Tu ne parles pas des Noirs, des Arabes, des Maghrébins, non, tu dis musulmans. Parce que je suis Blanc, je suis chrétien ?
    A mon sens il faut faire attention à ce genre de raccourcis.
    Beaucoup disent qu'il y a 5 millions de musulmans en France : c'est totalement faux.Il y a 5 millions de personnes venant de pays musulmans. La proportion de pratiquants est la même que pour les français baptisés.
    Après on nous parle de la "communauté musulmane" qui est une absurdité sans nom : dans ma commune il y a deux lieux de prière pour les musulmans, un pour les turques et un pour les marocains. Elle est où la communauté ?
    Attention aux amalgames et aux facilités de langage.
    Je peux me tromper mais le racisme n'est pas un crime mais un délit (je crois qu'il y a une nuance).
    Et puis qui sont les 3 personnalités préférées des français ? Un Maghrébin, un Noir et une Naine ! C'est encourageant pour la suite, non ?

  35. 185
    Martin dit:

    @Hervé (PG29) 188
    D'accord sur l'amalgame. Vexé je suis, d'habitude c'est moi qui dis ça aux autres! :-)
    Ça venait plus de l'humeur que des statistiques (que non seulement j'ignore mais qui évidemment n'existent pas)... Bon, j'ai un pote à qui on a demandé sa carte de séjour alors qu'il est Français, pupille de la nation même. J'ai des potes qui se sont mis à l'islam, par respect je suppose pour leurs parents, faut croire que la République et les Français bien-pensants ont oublié de les respecter. Et puis parfois ils en sont revenus, tout le monde se cherche dans ce monde mal foutu.
    Réfléchir, se poser des questions, c'est de la philosophie, pour soi-même et pour la société, je suis enragé par les réponses identitaires, essentialistes etc., et étonné d'en trouver autant ici.

    Fraternellement à tous.

  36. 186
    bleuet dit:

    Ce matin sur France inter (7h- quelques minutes), Mélanchon s'est fait descendre en beauté. Il commence à faire peur avec son "populisme", c'est à dire quand il parle, tout le monde le comprend (surtout les petites gens), c'est impardonnable.

  37. 187
    vaz jean-philippe dit:

    Waouh, il semblerait que le "débat"sur la sécurité, tant souhaité par l'UMP, et son pendant immigratoire (le problème vient toujours de "l'autre"...) enflamme jusqu'au blog de Jean-Luc Mélenchon. Et si au lieu de parler d'insécurité, on parlait de précariat, et ce, à tous les niveaux, économiques, familiaux, sociaux? Au moment où les peuples d'Europe se "soulèvent" pour condamner la lacheté, la connivence des gouvernants face aux financiers, les véléités de repli sur soi, les retours des nationalismes se font plus forts...L'histoire foisonne de situations similaires, où il est facile de mettre le feu, d'exacerber les passions. Les peuples n'en peuvent plus de cette Europe censée les protéger, et qui n'est que régression sociale et sociétale. Ces peuples, après avoir été mis à contribution pour éponger des dettes privées, sont pressés comme des citrons, vont-ils être amenés à se battre entre eux, ou au sein même de leur pays respectifs? pourtant "l'ennemi"est connu, il s'appelle le capitalisme, il n'a ni race, ni frontière, ni religion...Est-ce le peuple Grec? Irlandais? Américain? notre voisin de pallier, qui gagne 200 Euros de plus que nous?
    Ce n'est pas pour dire que le racisme n'existe pas, que le nationalisme n'est pas une réalité, que le communautarisme recule...Simplement ce que l'on a à combattre, c'est une idéologie, le capitalisme et tout ce qu'il génére. Et nous avons "des armes", la souveraineté retrouvée des peuples, seule capable de construire ou non, l'Europe pacifique et fraternelle, faite d'échange, non de domination, de concurence...La lutte sera longue et intense, "l'ennemi"est coriace, retors, et nous avons besoin d'être unis. Ne cédons pas aux propagandes et "débats" biaisés, "l'ennemi" veut nous entraîner sur son terrain, à nous d'imposer le notre.

  38. 188
    soufflet dit:

    Une attaque en règle sur France-Inter ce matin entre 6 heures 50 et 6 heures 55 contre Jean-Luc Mélenchon

  39. 189
    Jonathan L. dit:

    Tout d'abord merci et salutations à la modération, qui a supprimer le message de scRed qui, il semblerait, était bel et bien de la simple provocation. Je serai presque heureux de voir que de tels messages tombent sur ce blog (au moins on fait bouger les choses) si ça n'entrait pas les vives réactions auxquelles moi-même je me suis livrés face à de telles ignominies !

    J'exhorte d'ailleurs chacun à ignorer ceux qui ne font que brailler leur logorrhée :)

    Ensuite une petite reformulation d'un commentaire que beaucoup ont faits et que j'adresse ici tout particulièrement à Vaz Jean-Philippe [187] au sujet de l'insécurité, de la "marinade" (bien trouvé ^^) et des opinions délivrés par chacun: Il n'y a pas de débat à avoir ! De l'information, O.K., des opinions, certes, mais là le clivage est une fatalité puisque soit on est d'accord avec cette provocation à peine dissimulée; soit on s'incline devant la réalité du vrais débat qui aujourd'hui divise les classes (comprenez impératifs et enjeux gouvernementaux) qui implique que ceux qui se servent du précariat comme humus pour leur plantes grasses et leurs chiens aveugles sont obligés de s'adonner à la déformation de la vérité.


    "La lutte sera longue et intense, "l'ennemi"est coriace, retors, et nous avons besoin d'être unis. Ne cédons pas aux propagandes et "débats" biaisés, "l'ennemi" veut nous entraîner sur son terrain, à nous d'imposer le notre."

    Tu as raison camarade et nous le faisons dores et déjà ! Il faut rallier le bon sens à notre cause et "parlant vrais" et donc des réalités de tout les plans d'actions et d'influence possibles. Ca implique aussi de rallier toutes les causes à notre bon sens qui est celui de tous: amis Communistes, Trotskistes, Marxistes, Anticapitalistes et Altermondialistes, ou d'inspiration: notre ennemi est commun !

  40. 190
    Papa dit:

    Sur France-Inter, le dénommé B.Dely s'est acharné ce matin contre Jean-Luc Mélenchon!
    Pour lui Mélenchon ne serait qu'un "révolutionnaire en peau de lapin" !
    Et ce madame Soleil de prédire que Mélenchon en cas de victoire du PS s'accommoderait d"un "strapontin" gouvernemental !
    Une "dégeulasserie" supplémentaire de cet éditorialiste de "Marianne"!
    Cela prouve que les arguments de Jean Luc portent! La peur s'installe dans les rangs des défenseurs du capital financier.
    Les loups hurlent et la caravane du "Front de gauche"est en marche !
    La gauche unitaire Européenne en élisant Jean-Luc Mélenchon à la tête de sa commission de la culture et de l'éducation ne si est pas trompée !
    Mais de cela Dely n'en dira rien !

  41. 191
    Mario Morisi dit:

    Bonjour à tous

    C'est légèrement hors sujet, mais il fallait entendre Pulvar interviewer un leader syndicaliste du Livre ce matin. Je ne sais pas si Pulvar en fait davantage pour prouver son indépendance d'esprit à gauche, mais Pujadas serait presque passé pour un pégiste à côté d'elle. Jusqu'à oser prétendre que la moyenne de rémunération d'un ouvrier du livre et de la distribution se montait à 4000/4500 euros de moyenne. Et elle ?

  42. 192
    Louis st O dit:

    Je vois que les dirigeants de l’Europe doivent lire les livres et les billets de Jean-Luc Mélenchon parce qu’ils vont modifier le traité le Lisbonne pour créer un Fond de secours en faveur des pays de la zone Euro en cas de crise.

    En un mot les prêts des Pays de l'Europe avec l’argent de l’Europe…
    Tiens j’ai déjà entendu çà quelque part.

    Louis

  43. 193
    toto dit:

    En écho à Mario Morisi (191) et Papa (190).
    Et Audray Pulvar de déclarer après la chronique de B. Dely,visiblement satisfaite: "voilà Mélenchon habillé pour l'hiver". J'ai cru en tendre Montebourg.

  44. 194
    rachid dit:

    C'est incroyable de constater a quel point les médias simplifient les choses à tous les niveaux ! Il y a une vrai crise de ce coté la !

    Les problèmes de la burqua, des prières des musulmans dans la rue sont des problèmes de droit commun qui auraient pu être réglés comme tel. Au lieu de cela on non sert des débats à la noix sur des minorités qui ne représentent même pas 1 % de la population. On veut encore nous confisquer le vrai débat démocratique pour 2012 !

    Dans ce pays il suffit de gueuler un peu fort pour avoir l'air crédible. Ne soyons pas sensibles aux décibels mais soyons le aux arguments !

    Quid de la crise !
    Quid des inégalitées !
    Quid de la régulation bancaire qui fait n'importe quoi avec les sous des francais et des européens.
    Quid de l'emploi !
    Quid de la france dans le monde !
    Quid de la position altantiste actuelle de la france qui est dans l'otan et qui nous prépare la suppression des droits de douanes avec les USA.

    Voila des sujets pour la vrai politique et pas des manipulations destinées aux cafés du commerce du coin. Si on demandait à madame le pen de se positionner la dessus on verrait que ce qu'elle propose n'est pas viable.

  45. 195
    G2F dit:

    @ Cecilum n°49

    "Sébastien, Descartes, Marc Malesherbes, vous parlez d'or, mais j'ai bien peur que l'auteur de ce blog ne vous entende pas. J'ai un mauvais pressentiment. Quelque chose qui me dit que Jean-Luc Mélenchon ne pourra jamais sortir des schémas et archétypes qui constitue sa pensée (...) sur la question de l'immigration et de la souveraineté, aucun espoir n'est permis et les prochaines élections sont pliées d'avance."

    J'ai également un pressentiment, qui est radicalement opposé au votre : Et si, masqués derrière des interventions en apparence bienveillantes, certains intervenants récurrents du blog simulaient leur intérêt pour le Parti de Gauche et n'étaient finalement là que pour déprécier cet espace, orienter la teneur des échanges sur des thèmes qui les "arrangent" et miner ainsi le moral des authentiques sympathisants ?

    @ Martin n° 183
    "Je suis atterré par l’islamophobie assumée, tranquille, normale, de la moitié (au jugé) des intervenants."

    Je rebondis sur le terme "tranquille". En réalité, ces sympathisants d'extrême droite et autres républicains de droite savent pertinemment qu'ils doivent policer leur discours s'ils veulent que ce dernier ne passe pas à la trappe. Beaucoup s'expriment en disant "nous" pour mimer leur appartenance ou leur sympathie pour le PG.
    Une étude récente sur twitter a démontré que l'extrême droite y était deux fois plus représentée que leur poids réel. Il faut bien qu'ils compensent leur faiblesse militante par une sur-représentation artificielle de leurs "idées".
    En ce qui concerne ces interventions, beaucoup sont bâties sur le même schéma (on peut en lire des dizaines du même type sur Marianne) : La gauche a tort de se complaire dans "l'indignation",..., MLP pose de vraies questions,..., il faut que la gauche "voit la réalité en face" ou cesse sa "politique de l'autruche,... et son "angélisme", etc,...

    Beaucoup se sont démasqués, et c'est...

  46. 196
    jorie dit:

    Marine Le pen va faire une percée. Les médias lui tirent le tapis rouge, pour une extrémiste, elle est bien servie...pourquoi alors le consensus médiatique n'invite t il pas plus Jean-Luc Mélenchon qualifié également "d'extrémiste" ou de "populiste" ?on peut s'interroger donc sur les motivations de leur choix. Cela étant, il faut faire très attention etle billet de Jean-Luc Mélenchon et ses interventions là dessus sont claires. Marine Le Pen s'empare du désarroi des milieux populaires confrontés à la violence que subissent les pauvres dans leur quartier et elle s'empare aussi de leur misère sociale (chômage, délocalisations, etc....) bref, elle exacerbe leur sentiment d'injustice et d'abandon, voire leurs sentiments pour la nation. Elle joue sur notre terrain sans d'ailleurs proposer aucune solution sinon le rejet des autres, parce que ce qu'il faut souligner, pour combattre ce parti, ce ne sont pas les "petites phrases" qui font le buzz dans lequel tout le monde se complait comme des "vierges effarouchées", ce qu'il faut souligner au peuple, c'est la philosophie ultralibérale du FN, leur tradition anti laïque (clubs de jeunesse etc...), leur passé et leur tradition qui remonte tout de même à une philosophie politique d'extrême droite très violente dont on a vu des manifestations dans notre histoire. La remise en question de la république est constante dans cette histoire politique et le FN fait partie de cette mouvance. Le PS a "glosé" sur les outrances du père, sans jamais apporter cet éclairage politique. Le mépris hautain d'une élite intellectuelle envers ce parti soi disant "protestataire" a fait qu'il a réussi son parcours. Il faut donc s'attaquer aux objectifs politiques et économiques affirmés de ce parti, de manière à éclairer les citoyens et mettre à jour les supercheries "gauchistes" qu'il est capable de prétendre ! L'enjeu est très grave. Si on veut ramener les milieux populaires totalement dégoûtés par la politique, il faut LEUR REPONDRE point par...

  47. 197
    d3gl1ng0 dit:

    @Papa (190)
    Renaud Dely n'est plus à Marianne mais désormais "journaliste" à France Inter, recruté en mars dernier par un certain Philippe Val.
    Depuis quelques temps, il s'est fait une spécialité de dégommer tout ce qui est de la "vraie" gauche dans des émissions comme, par exemple, "C dans l'air" d'Yves Calvi où il est souvent invité (c'est tout dire !).
    Il a d'ailleurs commis un livre, "Besancenot, l'idiot utile du Sarkozysme" chez Bourin Editeur (ça ne s'invente pas !) où il s'en prend joyeusement au porte parole du NPA.
    Donc, il semble que ce soit désormais le tour de Jean-Luc Mélenchon, ce qui peut finalement être considéré comme flatteur, quelque part...

  48. 198
    Louis st O dit:

    193 @toto

    «On ne mord pas la main qui nous donne à manger !»
    Et pourtant après avoir défendu Audray Pulvar pour la décision prise à son encontre, la voilà qui ironise avec satisfaction sur la chronique de B. Dely, insultant Jean-Luc Mélenchon.

    Une bonne leçon pour lui, si il s’est trompé de camp, on voie qu’elle nous montre qu’elle ne se trompe pas du sien.

    Louis

  49. 199
    Bruce dit:

    Je ne vois pas l'intérêt à faire une critique de Le Pen père ou fille. Cela ne sert qu'à parler d'elle. J'approuve JL Mélenchon mais j'avoue que je ne comprends pas bien ce besoin de faire un aparté sur elle dans ce blog...si ce n'est pour répondre indirectement aux journaleux benêts qui se délectent de dire FN=FG, et dont l'objectif est d'exaspérer JL. Au delà de la contestation, il faut réellement donner des orientations claires sur le sujet de fond puisqu'il est abordé. Je suis athée et accroché à l'idée que le culte religieux doit rester dans un espace clos et restreint, sans aucun investissement des fonds publics de l'état pour le faire vivre (ni église, mosquée, minaret, etc...), et avec un contrôle de l'état sur les fonds privés qui l'alimentent (notamment pour limiter les dérives extrémistes). D'autre part, concernant la religion musulmane, certains diront qu'on la dénigre plus que les autres... Je dirai simplement que l'on en parle plus que les autres car c'est celle-ci, qui majoritairement, agresse quotidiennement (visuellement et moralement) nos concitoyens. Qui n'est pas outré en voyant se pavaner des femmes voilées dans les rues et des individus faisant des prières dans la rue. C'est du non-respect des valeurs de ce pays, du prosélytisme et de la provocation !
    Nous sommes en France et opposés à ces absurdes comportement féodaux et toute la connotation qu'il y a derrière. Certes, nous n'avons pas fait mieux avec l'inquisition quelques siècles auparavant, mais les peuples se sont battus contre cela et on n'en veut plus ! Je suis définitivement de gauche mais il y a des sujets qu'il faut aborder franchement. D'autres part, je suis complètement opposé au droit du sol unique, il mène à ce que l'on voit, des gens à qui on ne peut rien apporter si ce n'est que les parquer dans des ghettos où nombreux deviennent des bêtes fauves pour qui les règles de bonne conduite n'existe pas. Il faut les aider, mais dans leur pays. Ce sera...

  50. 200
    Smicard dit:

    à Descartes,

    Monsieur, il serait souhaitable pour la vie des idées de ce blog que vous ne vous mettiez pas sans cesse en avant comme celui qui sait. Il faut être retraité pour occuper tant d'espace et désirer le maîtriser si parfaitement. Vous n'êtes peut-être pas un gros bras mais vous êtes un sacré trafiquant de clichés.
    D'abord, ce n'est pas la rue Myrrha qui est bouchée le vendredi. La rue Myrrha c'est celle qu'on peut prendre 50 mètres plus haut à droite sur le boulevard pour éviter la gêne occasionnée. "Gott sei dank!". Ensuite dans cette rue que vous décrivez comme le bas d'une cage d'escalier (bien vu le raccourci!), il n'y a pas de commerces. Si! Une boulangerie tunisienne 20 mètres au-dessus de la mosquée puis deux restaurants qui de toutes façons sont fermés à cette heure. Et pour ce qui est des gros bras que vous vous avez vu (j'habitais rue de la Goutte d'or avant Fleury-Mérogis) ils étaient peut-être là pour éviter les débordements non? N'y a t'il pas un service de sécurité au PG?

    Que propose le PG sur les drogues par exemple? Néant, ça n'existe pas. Légaliser? Il n'y a que les fils friqués de bonne famille qui fument, c'est bien connu. Arrêtez d'érotiser la classe ouvrière comme un corps pur et moral, c'est son impureté qui doit être considérée.
    Quoi d'autre? A ma sortie de prison heureusement que j'ai trouvé les éditions de La Fabrique pour me sauver des pensées toutes faites. "La gauche, les noirs et les arabes" "La république mise à nu"... Regardez d'en bas et cessez vos pédanteries. Laissez venir les gens à la pensée laïque et républicaine, plutôt que monté sur vos principes, vous défigurez le monde réel. Moi, j'y viens petit à petit, d'abord très réticent, mais je comprends de mieux en mieux, cette idée d'un espace libéré des jugements autistes et des réflexes de reconnaissance ce qui n'est pas évident dans un monde de renégats.

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 7 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive