30août 10

Comme dirait Libération

Ma rentrée dans le lard

Ce billet a été lu 11 338 fois.

Voici une note assez longue. La troisième depuis mon retour de congés. Je crois que c’est trop long. Que faire ? Plus court la prochaine fois. C’est sûr ! Ici il est question de notre « Remue Méninges » à Grenoble, d’une histoire glauque avec un éditeur, et de ma synthèse des remarques sur les deux émissions « Auditorium », comme promis. Cette fois ci, c’est parti. Tout pour le jour « j » du 7 septembre. Ce samedi 4 on se retrouve pour la grande manifestation de défense de la France républicaine contre les chasseurs de roms, en guerre contre le peuple et ainsi de suite, la pitoyable bande à Besson et Hortefeux. Sans oublier leur chef  suprême monsieur le président « j’t’ai vu ! j’t’ai vu ! Fait pas le malin ! » – « Casse-toi, pov con ! », c’est à dire le chanoine de Latran, fâché avec son chef hiérarchique dans l’Eglise, monsieur le pape. Ce que j’ai à dire du moment est dans mon discours de dimanche. Il est en ligne. Mon émotion du matin c’est d’avoir appris que les entreprises du CAC 40 disposent d’un matelas de 80 milliards.

Ca fait vraiment beaucoup 80 milliards ! Et que vont-ils en faire ? Les investir ? Non. Il parait qu’il n’y a pas de visibilité pour les grands projets. On rêve ! Ce sont tout de même les grandes entreprises qui font la dynamique générale de la production, non ? Elles attendent quoi ? Des commandes des PME ? C’est le monde à l’ envers. Alors que vont-elles faire ? J’ai lu que ce serait le bon moment pour elles pour procéder à des fusions acquisitions. Bingo ! Du casino, encore ! Ca me ferait bien colère de voir ça ! Parce que grâce à monsieur Copé l’ami ses riches et l’ennemi de la nuit du 4 aout, ces fusions acquisitions ont exemptées de taxes ! Il en a couté 12 milliards l’an passé au budget de l’Etat. Ca me remet en mémoire une autre nouvelle de l’été. La Poste va entrer sur le marché de la téléphonie mobile. Je me pince ! J’avais cru comprendre qu’on avait démantelé les PTT, postes télégraphe et téléphone, parce que c’était des métiers différents, bla, bla, et qu’il fallait que chaque entreprise se positionne sur son cœur de métier, bla, bla, et soit privatisées pour collecter des capitaux que l’Etat ne peut donner, bla, bla, pour être compétitives sur le marché ouvert, bla, bla, libre et non faussé ! Quelle comédie ! Où sont les idiots du village qui hochaient la tête d’un air suprêmement intelligent et que consternaient nos critiques archaïques ? Il est urgent de les retrouver pour leur demander des comptes sur le bilan de ces privatisations et celles des autres services publics. Car maintenant voila le bilan : tout marche plus mal et tout coute plus cher. Le capitalisme ça ne marche pas bien du tout.

Fin août, le « Remue Méninges du Parti de gauche », est devenu maintenant un exercice très dense. Peut-être trop. Il y a toutes sortes de séance de formation et en même temps des réunions des organes du parti comme le bureau national, les commissions de secteurs. Des documents du parti y sont mis à disposition pour un temps de discussion collective qui leur fait subir de rudes coups de rabots et ciseaux et colle. Cette fois ci les trois cent fiches programme du parti rassemblées cet été ont vécu une séance de brassage tel que le document initial a été revu à plus de 85 %. Je ne m’en plains pas car il y avait certes du meilleur mais aussi du très approximatif. Ce qui va sortir de là pour être mis en discussion générale sera donc le résultat de trois mois de travail et de quatre jours de brassage collectif impliquant plus de cent paires de mains. Plus collectif, c’est où ?
Mais le « Remue Méninges » c’est aussi, à la fois, une réunion nationale et un évènement local. Cette année, par exemple, les militants du parti en Isère ont organisé une tournée dans le quartier de la Villeneuve et une réunion sur place avec des militants associatifs et politique du quartier. J’étais très heureux de pouvoir m’y associer. Il n’y avait ni caméra, ni micro, ni journalistes, à notre demande, car les gens sur place sont très traumatisés par ce qui s’est passé cet été. Que Sarkozy soit allé tenir son stupide discours sécuritaire et discriminant sur place c’est comme si il avait fait à Latran un discours sur la pornographie. C’est aussi obscène. Car les moins de quarante ans ne peuvent pas imaginer ce que le quartier de la Villeneuve a représenté dans l’imaginaire urbanistique et social de la gauche dans les années 70. Un modèle. On venait de toute la France voir comment « ca marche ». J’ai participé à dessiner mon quartier sur ce concept dans le canton que j’ai représenté treize ans en Essonne. Sur place, à Grenoble, on vous en parle avec des larmes dans les yeux. J’y étais donc comme chez moi. D’autant qu’il y a un bon groupe de militants du parti à cet endroit, ce qui nous crée une responsabilité dans la gestion de la situation sur place…

La même fin de semaine avait lieu l’Université d’Eté du PS, celle du PC, et celle de la Fase. Nous sommes plutôt contents d’avoir pu avoir une percée de presse dans de telles conditions d’embouteillage. Libération, Le Figaro, BFM télé, France inter étaient sur place. France 2 a donné un sujet au vingt heures et aussi France 3, TF1 et LCI au 13 heures. Merci à eux tous. Et aussi au Dauphiné qui a couvert largement notre présence. Je ne veux pas oublier bien sur le correspondant local de l’Humanité ! Ca aussi ca nous a beaucoup touché. Tout cela je le mentionne parce que le PS saturait l’espace médiatique. Ce qui m’amuse à ce sujet, c’est que tous ceux qui se sont rués à La Rochelle pour gouter du sang, non seulement n’ont rien eu sous la paille, mais se sont ennuyé à mort si j’en juge par les témoignages dont je dispose. Rien à raconter. Aller voir le PS faire l’unité avec lui-même, en présence du fantôme d’un candidat et de ses trois challengers, c’est un peu genre semoule au lait. Heureusement il y avait le discours de Martine Aubry, dense, original et passionnant, qui a permis à tout le monde de savoir pourquoi il était venu là et de repartir avec une pêche d’acier. J’essaie d’être aimable. En réalité, je n’en sais rien car je n’y étais pas. Car à l’heure où elle parlait, je bouclais anxieusement mon propre discours, puis je le prononçais. Mais je suis sur que ça devait être très intéressant. Bon. Revenons à nous. De l’écho à nos travaux, il y en aura encore. Ce sera celui que nous même nous allons en donner dans la blogosphère des membres du Parti de gauche. Car je sais bien  qu’ils vont tous raconter leur participation au remue méninge sur leur blog. Je mettrai des liens dans ce texte, à mesure que je les repèrerai. La seule erreur de communication est venue de nous. Nous avons démarré mon discours de clôture vingt minutes avant l’heure convenue avec la chaine parlementaire. Celle-ci a réussi à limiter les dégâts en amputant la retransmission en très léger différé de seulement dix minutes. La version intégrale de mon propos sera donc en ligne sur le site du parti de gauche et sur ce blog en fin de journée du lundi, le temps que les amis aient fini de nettoyer et compresser les images. Le texte sera lui aussi disponible très bientôt. C'est-à-dire dès que le décryptage de la bande son sera fini par le camarade qui accepte de mettre son savoir faire professionnel bénévolement au service du parti. Mais il ne peut s’y mettre qu’en dehors de ses propres heures de travail… Tout le parti fonctionne comme ça. Des bénévoles partout, tout le temps, mettant leur savoir faire au service de tous. De cette façon, comme ce sont de vrais professionnels et très bons dans leur branche le plus souvent, le parti dispose toujours d’une présence de très haut niveau technique qui rivalise avec les plus grands. A Grenoble, pour le remue méninge, l’équipe des bénévoles du siège parisien du parti a rejoint les bénévoles isérois pour réaliser toutes les taches de logistique d’une aventure comme celle-ci. Sur place, les militants de l’Isère, autour d’Elisa Martin la co-présidente du groupe Front de Gauche à la région Rhône Alpes et Alain Dontaine, trente militants, nuit et jour, quatre jours durant… Sans chichis, sans prétention. Notre seul regret est que ça reste trop cher malgré tous les efforts. On va donc trouver le moyen d’autonomiser financièrement le Remue Méninges pour faire baisser le prix et surtout permettre à des jeunes camarades d’y accéder plus facilement. Mais pas qu’à eux. On m’a proposé de faire une « mutuelle du Remue Méninges ». Tel qui ne peut venir mais aurait les moyens de le faire aide tel qui peut venir mais n’a pas les moyens d’y aller. Idée à retenir.

L’affaire de la ville de Paris et du procès de Jacques Chirac, m’embête bien compte tenu de l’écho donné à mon propos sur le sujet. Je sortais de la conférence de presse, au Remue Méninges à Grenoble, quand la journaliste de France Inter m’a posé la question sur l’affaire « Delanoë-Chirac ». Elle faisait son boulot. Moi, comme ce n’était pas mon sujet, et que je n’avais consulté aucun de mes camarades parisiens, ni nos élus du conseil de Paris sur le sujet à ce moment là, j’ai répondu sur la forme de la question. Pour moi ce n’est pas juste de mettre Bertrand Delanoë sur le même plan que Jacques Chirac dans cette histoire d’emplois fictifs. De cela on a fait un soutien à telle ou telle procédure. Il n’en n’est rien. Le seul mot qui comptera en la matière ce sera celui des élus au Conseil de Paris, Alexis Corbière et Danielle Simonnet. Pour que l’on n’évalue pas mon propos autrement que je l’ai formulé, je reprends à mon compte ce qu’en a dit l’AFP et que rapporte  le journal « La Croix ». J’ai choisi « La Croix » parce que c’est en quelque sorte parole d’évangile. Bien sur. A la rentrée je suis d’humeur facétieuse comme on le voit. « Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) a défendu ce week-end la position du maire PS de Paris Bertrand Delanoë à propos du projet d'accord pour que l'UMP et Jacques Chirac remboursent à la ville de Paris la facture d'emplois fictifs remontant aux années 90. "Je crois que la ville est rentrée dans ses sous, non, c'était quand même le plus urgent de récupérer ce qui avait été pris, après on ne peut pas reprocher à la ville de Paris d'avoir cherché à aboutir", a déclaré le président-fondateur du PG, interrogé par France Inter. Alors que le protocole d'accord a été critiqué par Eva Joly (Europe Ecologie), les Verts de Paris et le député PS Arnaud Montebourg, M. Mélenchon a affirmé que "le problème ce n’est pas un problème Delanoë, le problème c'est un problème Chirac, ce n’est pas pareil". "Le voleur c'est pas Delanoë. Delanoë il a ramené les sous à la maison, il a bien fait", a-t-il ajouté. Selon M. Mélenchon, la question est de savoir "comment se fait-il qu'il suffit d'acquitter ce qu'on a pris après s'être fait serrer pour qu'il n’y ait plus aucun problème (…) Allez dire cela à un voleur de mobylette !". Pour lui, "le problème c'est de savoir pourquoi certaines personnes sont au-dessus des lois". M. Mélenchon a ajouté qu'il n'était pas "enchanté", "comme beaucoup de Français", à "l'idée de voir un président de la République dans un prétoire". Jacques Chirac doit comparaître fin 2010 ou début 2011 avec neuf autres prévenus devant le tribunal correctionnel de Paris. Il est poursuivi pour 21 emplois de complaisance présumés payés entre octobre 1992 et mai 1995 par le cabinet du maire de Paris, fauteuil qu'il occupait alors. Selon un projet d'accord révélé il y a quelques jours, la facture de ces emplois estimée à 2,2 Millions d’euros sera remboursée aux trois-quarts par l'UMP et pour un quart par l'ancien chef de l'Etat. Avec ce règlement à l'amiable avant le procès, la Ville retirerait sa constitution de partie civile. »

Celle-là elle est trop forte ! J’apprends en lisant une dépêche de l’AFP qui tire sa source de « l’hebdo des libraires » que je vais publier un livre aux éditions Balland de Jean Claude Gazewitch et Eric Nolleau. Je découvre le titre : « Devoir de rupture ». Incroyable ! Naturellement il n’est pas question de cela. Il n’en a jamais été question. Déjà l’an passé cette maison m’avait fait le coup en annonçant ce même livre de moi dont j’avais appris l’existence en passant à l’antenne de France Inter. A l’époque était aussi annoncé le plan du livre et son contenu ! C’est le journaliste qui m’interrogeait qui me l’avait appris, à l’antenne. Un moment spécialement pénible pour lui comme pour moi. Et déjà, en fait, je préparais un autre livre avec un autre éditeur. Il s’agissait de « l’Autre Gauche » édité chez Bruno Leprince. A l’époque j’avais mis cela au compte des dérapages et de l’incompréhension. Car j’avais édité l’année précédente, chez Gazewitch, en 2007, un livre avec le journaliste Michel Soudais « En Quête de gauche ». Ce livre  avait figuré au top des ventes d’essais politiques publié par l’Express. Ce n’était pas un mince exploit compte tenu des conditions très mesurées de la mise en place des livres dans les librairies. Mais à la suite, seul Bruno Leprince avait accepté le défi d’éditer dans le délai d’un mois un bref pamphlet  contre le discours de Nicolas Sarkozy à Latran.  La preuve était faite que mon raisonnement éditorial était le bon. Nous avions ainsi un désaccord Jean Claude Gazewitch et moi, purement formel. Je ne voulais plus faire de gros livres. C’est trop cher (19 ou 20 euros pièce il ya trois ans !), et trop discriminant : acheter trois cent pages de prose politique est devenu le fait de toutes petites poignées de personnes. Ecrire de tels monuments me dévore des jours et des nuits dont je ne dispose plus comme avant.  Leprince et moi nous sommes très bien entendus sur la formule de petits livres pas chers (5 euros), vite édités. Chaque tirage a été un honnête succès compte tenu de ce qu’est la lecture des livres politiques. 7000 exemplaires pour « la réplique au chanoine de Latran », autant pour « l’autre gauche ». Et mes amis qui ont suivi la même méthode ont réussi de même. Ainsi Corinne Morel Darleux avec « les petits pois sont rouges ». Je suis sur qu’il va en être de même avec le livre que vient de sortir Gabriel Amard sur la régie publique de l’eau. Mon livre de rentrée paraitra le 13 octobre prochain chez Flammarion. Notre contrat prévoit une large mise en place, un prix bas, une courte longueur. Ce livre ne fait donc que  150 pages, ne coutera que 10 euros. On vise un grand public et un usage militant intense que le prix de vente permet. Sans oublier que ça va faire aussi le cadeau de noël clin d’œil de mes amis.   Annoncer autre chose ne sert qu’a rendre plus difficile la mise en place. On comprend mieux le fond de l’affaire quand on sait qu’Eric Nolleau est le co-éditeur de la maison Gazewitch. Il avait déjà démoli mon livre « l’autre gauche », paru chez Leprince, sur le plateau de l’émission de Ruquier. Monsieur le gros malin prétendait y avoir trouvé des fautes d’orthographe dont il me rendait responsable. Il ironisait lourdement sur le sujet. Bonjour la critique sur le fond ! Donc voici un nouveau mauvais coup bas. Le monde de l’édition serait-il également violent et cynique ou bien n’est que le fait d’une équipe indélicate qui mène des vendettas ? Si vous voulez m’aider a ce que la mise en place se passe bien, passez chez votre libraire et commandez mon livre dès maintenant. Editeur Flammarion.  Titre : « qu’ils s’en aillent tous ! » sous titre « vite, la révolution citoyenne ». Prix 10 euros

J’avais promis un relevé résumé de la mise au banc d’essai des mes deux premières émissions « Auditorium ». Le voici. Mes conclusions pratiques seront tirées à partir de ce que vont me dire les camarades qui vont lire la synthèse dont je vais faire ici un résumé. Vous verrez en regardant la prochaine émission ce que ca donne. D’ici là je suis fier de constater que les deux émissions ont été bien visionnées. Environ 8000 fois pour la première et plus de 10 000 fois pour la seconde. Il y a eu près de deux cent interventions écrites chaque fois. J’avais demandé d’exprimer un avis en produisant deux commentaires positifs et deux commentaires négatifs. Les contributions ont suivi la demande. Je suis frappé par le sérieux de leur ton et par la préoccupation d’améliorer l’outil. Mes lecteurs se sont intéressés à trois aspects : le concept de l’émission, la mise en scène de l’entretien, le fond des sujets.

Le concept de l’émission, je commence par là. Pourquoi cette émission, à qui s’adresse-t-elle ? La question revient souvent et je crois que c’est le bon point de départ. L’émission est-elle destinée à une large diffusion sur le net ou seulement au blog ? Son but est-il de « fournir des arguments approfondis » à mes amis ou de « convaincre des visiteurs non-acquis » ? L’émission consiste-t-elle à « imiter » les émissions politiques diffusées sur les grandes chaînes de télévision ? Mes auditeurs relèvent que l’introduction du débat par le journaliste Michel Soudais, après le court générique, est trop rapide et abrupte. En quelques phrases, le journaliste pose le cadre du débat et le lance par la première question. Certains internautes  suggèrent une introduction un peu plus développée qui précise les objectifs de l’émission. Toutes ces remarques obligent à réfléchir sur la forme donnée à « l’auditorium ». Elles sont donc d’une grande pertinence dans la mesure où en y répondant clairement, je règlerai des ambigüités que je n’avais pas vues du tout et qui peuvent bloquer sérieusement la compréhension de l’émission.

Certains commentaires sont très sévères. Ils qualifient l’émission de « vidéo de propagande » ou encore « d’interview  stalinienne ». Dans un autre registre, une lectrice parle de l’émission comme d’une « copie des modèles dominants ». Plusieurs autres déplorent « une imitation » des émissions des grandes chaînes de télé en raison de la forme très « classique » de la mise en scène. D’autres, évoquent une émission de type « clip de campagne électorale ». Là encore, la demande est de clarifier l’objectif de l’émission. Si le but est de créer un espace où je dispose du temps nécessaire pour développer mes arguments et détailler mes propositions, alors je devrais assumer son caractère de « propagande ». L’auditorium serait alors une version en images et en son du blog. En revanche, si le concept vise à créer une émission politique télévisée sur le net – et éventuellement d’inviter d’autres intervenants – alors il faudrait revoir les éléments de forme qui donnent l’impression cette impression de totale personnalisation propagandiste. Précisons au passage que pour ma part le mot propagande n’est pas du tout disqualifiant et que je le préfère mille fois à l’euphémisme contemporain « communication »
Concernant l’idée même de faire une émission, j’ai noté que la quasi-totalité des internautes apprécie l’initiative et salue le travail réalisé par les militants du Parti de Gauche. L’idée d’une série d’entretiens thématiques filmés de façon professionnelle dans un studio, est jugée « excellente », « originale »… Le fait de prendre à contre-pied les émissions de télé souvent animées par des journalistes « libéraux » en assumant notre propre émission, plaît à de nombreux internautes. Quelques-uns, toutefois, n’en voient pas l’utilité dans la mesure où l’audience est limitée aux « habituels visiteurs du blog » et « aux déjà convaincus ».

Voyons à présent la mise en scène de l’entretien. Les critiques peuvent être classées dans deux catégories. D’abord le cadre. On trouve beaucoup de critiques «négatives » sur l’espace et le décor. Le studio apparaît « étroit », « exigu », « la table est trop petite », « le public est trop proche ». Même si la lumière semble avoir été « très travaillée », l’aspect sombre de l’environnement pèse sur l’ambiance. Le décor est jugé « désagréable ». Cette impression est renforcée par la perception de parasites sonores et visuels : « chaise qui grince », « micro qui grésille », « papiers sur la table ». Certains internautes suggèrent de retravailler la captation du son et des voix, de réaliser l’émission dans un environnement ouvert, « en plein air », dans un « café » ou encore dans un « amphithéâtre ». Le public fait l’objet de nombreux commentaires : placé trop proche de la table, sa vision perturbe la concentration. De plus, le rôle du public n’est pas perceptible : « pots de fleurs », « statique », « passif », « figé, « limite zombis », « trop sage ». Les commentateurs sont partagés entre l’idée de se passer du public et celle de lui permettre d’intervenir en posant des questions. La réalisation et le montage font également l’objet de remarques. Les plans de coupe sont jugés trop nombreux, la réalisation serait très « convenue ». Le générique en début d’émission est apprécié et jugé « moderne ». Mais le tout manquerait de mouvement. Aussi, plusieurs commentaires proposent d’insérer des images (statistiques, tableaux, illustrations du thème…) dans le montage. Nombreux suggèrent d’insérer des sous-titres, des phrases extraites de mes propos ou encore de reprendre les questions, un peu à la façon des émissions sur la 5 ou sur Arte. Deuxième registre, le rythme. Si l’entrée en matière est jugée trop rapide, le rythme de l’émission est globalement apprécié : « bon rythme », « pas trop long », « rythme mesuré », « bon format ». La longueur de l’émission, plus de 40 minutes n’a pas vraiment posé de problème majeur. Au contraire, mes commentateurs se disent satisfaits de pouvoir suivre un raisonnement « du début à la fin », de voir que j’ai le temps de développer mes arguments sans être interrompu ou pris de court par la montre. Cependant, certains recommandent de soutenir davantage le rythme en organisant l’émission en plusieurs séquences : 3 fois 15 minutes. D’autres pensent qu’il faudrait réduire à 30 minutes y compris pour des questions techniques de téléchargement (problème d’ADSL).

Le journaliste Michel Soudais est ressenti comme un élément important de la compréhension du débat. Il a permis de bien définir le thème dès le début de l’émission (« c’est un bon journaliste »), ses questions montrent qu’il connaît le sujet (« ce qui est exceptionnel pour un journaliste »), elles permettent de relancer et de poursuivre sans être inopinées. Toutefois, sa posture ne semble pas facile : son rôle est-il de « passer les plats » ou de lui porter la contradiction ? Les remarques des internautes pleuvent : la majorité déplore le fait que Michel Soudais n’est pas exactement dans un rôle de journaliste mais plutôt d’animateur de conférence (« journaliste de complaisance », « manque de spontanéité »). Il semble que les visionneurs attendent plutôt un journaliste se faisant « l’avocat du diable », « portant la contradiction », « développant les arguments de la droite et des adversaires politiques »… Ils conseillent donc de confier l’entretien à deux journalistes (un homme et une femme) dont l’un aurait le rôle d’animer et l’autre celui de contredire. Ou alors d’inviter une personnalité portant la contradiction (débat face-à-face avec d’autres formations politiques). Le ton de l’émission? Il semble donner satisfaction dans la mesure où il est « posé », « sérieux », « calme », « serein ». Les internautes saluent ce ton qui permet la compréhension et l’assimilation des informations et des arguments. Certains regrettent toutefois le manque de « pugnacité », de « virulence », « d’adversité » qui font ressortir parait-il mon « talent » ! Hum ! Quelques remarquent portent sur le jeans et la cravate (« c’est l’un ou l’autre »). Mais je crois comprendre que l’aspect vestimentaire décontracté plaît.

J’en viens au fond des sujets. Les commentaires mettent l’accent sur les qualités pédagogiques, didactiques  du propos et de l’argumentation, le discours est « bon », compréhensible », « accessible », « crédible ». Il manque toutefois des exemples concrets pour illustrer une démonstration et permettre à tout internaute de bien saisir l’argumentation. De plus, on me demande de présenter davantage de « propositions concrètes » et claires, des « éléments de programme » pour convaincre car cette émission est l’occasion de le faire largement. Des remarques portent sur les expressions que j’ai employées. Ainsi, quand il dit « un gouvernement de gauche », il devrait plutôt dire « un gouvernement de front de gauche ». j’ai bien noté un reproche auquel je vais être tout de suite très attentif. J’emploie souvent l’expression « attendez, je vais vous expliquer » qui rappelle une expression de Sarkozy et renvoie à une posture de domination. Je vois bien que la très large majorité des internautes partagent les idées développées  et forme donc un public acquis à ces idées. Du coup le niveau d’exigence est élevé. Certains sont en attente de précisions et pointent quelques approximations. Par exemple la nouvelle constitution et le passage à une 6ème République. A partir du moment ou je l’évoque, on attend de moi des précisions sur le type de régime, les raisons du changement…

La souveraineté nationale dans l’Union Européenne rencontre un bon écho en lien avec le référendum de 2005. Mais on me recommande de faire attention au terme « protectionnisme » qui renvoie l’image d’un enfermement, style FN. Le mot « internationalisme » devrait apparaître plus fortement. Il faudrait marquer les différences avec le FN sur des thèmes comme la souveraineté, l’identité…Sur le « changement du statut de la propriété », il manque des précisions, un exemple. On me dit que les propositions sociales sont insuffisantes : la critique du système ne suffit pas, il faut plus de propositions. Plusieurs commentaires insistent sur les mesures de privatisation prises par les gouvernements de gauche. Les internautes attendent une remise en cause sur ce point et des engagements clairs (nationalisations…). L’insistance sur la « relance » de l’Etat  ouvre la voie aux critiques sur le tout Etat. Il faut parler davantage de la « ré-industrialisation » du pays qui concerne les salariés. Question : est-ce que je crois encore possible de réorienter l’UE en en restant membre ? Suis-je pour en sortir ?

La première leçon à tirer des commentaires des internautes est que l’Auditorium est un outil utile, une idée originale qu’il faut conserver et améliorer. Le concept doit être précisé (à qui ? dans quel but ?) et la mise en scène mériterait « plus d’imagination », « de créativité » et d’animation. Sur le fond, la démonstration doit intégrer des propositions concrètes, des exemples illustratifs pour convaincre et pour expliquer au plus grand nombre. Conservons deux remarques techniques : penser au sous-titrage pour les sourds et malentendants, installer un bouton « partager avec un ami ». et une suggestion : établir un partenariat avec d’autres sites pour la diffusion de l’émission. C’est noté !


142 commentaires à “Ma rentrée dans le lard”

Pages : [1] 2 3 »

  1. 1
    Jean Estivill dit:

    Ils ont osé,oui les dirigeants socialistes se réclament de Jaurès. Aux universités d'été de leur parti,ils ont produit un maillot noir avec cette phrase : "Qu'est-ce que Jaurès aurait fait ?" Il aurait tout simplement hurlé en constatant qu'ils ont osé se livrer à la supercherie de transformer le drapeau rouge du socialisme et de l'internationalisme de la photo mythique du Prés Saint Gervais en drapeau bleu de l'Europe du libéralisme forcené,de la concurrence "libre et non faussée"qui ne peut conduire les peuples qu'à s'affronter. On veut faire parler Jaurès, alors relisons le, on y retrouvera sa volonté jamais démentie de construire l'aboutissement de la République qu'est le Socialisme. A ce propos quel dirigeant socialiste s'assigne ce but, et le proclame?

  2. 2
    Salva dit:

    Bonjour,

    Concernant l'affaire "Chirac" et la mairie de Paris.
    Ce qui me choque moi, c'est de savoir qu'un ancien président de la république est capable de sortir 500.000€ Cash !

    Nous ne vivons vraiment pas dans le même monde.

  3. 3
    dit:

    Ces déclarations sont de la pure langue de bois. S’il y a des conclusions certaines à tirer de cette pantalonnade :
    - c’est que ce deal s’apparente à un contrat entre mafiosi.
    - c’est que Chirac qui a organisé, pratiqué et couvert l’escroquerie à grande échelle pendant tous ses mandats va être une fois de plus blanchi !
    - c’est que nous, justiciables comme les autres, allons assister à une parodie de justice...
    La délinquance financière semble être à la mode

  4. 4
    donatien dit:

    Et pourquoi pas une emission avec des blogueurs ? Demandes a Rosselin il va t'arranger cela :)

  5. 5
    Inquiet dit:

    Bonsoir Jean-Luc. Tu dis :"Mais on me recommande de faire attention au terme « protectionnisme » qui renvoie l’image d’un enfermement, style FN. Le mot « internationalisme » devrait apparaître plus fortement."

    Oui beaucoup de commentateurs de ce blog te le recommandent. C'est bien d'écouter les participants d'ici mais tu dois aussi penser aux électeurs. L'internationalisme, il y a le NPA pour ça (et les scores qu'il affiche) et c'est très bien. Tu pourrais présenter (représenter ?) autre chose...

    Cordialement.

  6. 6
    josé dit:

    Et le pire dans cette histoire c'est que jamais chirac et l'UMP ne payeront les sommes réclamées par la justice.
    Le dindon sera bien Delanoé qui aura accepté l'accord sans garantie de la contrepartie. Je peux comprendre que le maire de Paris souhaite l'indemnisation, afin de ne pas alourdir les futurs impôts locaux. Mais comment croire que la Justice est égale pour tous si quelques uns y échappent, sous prétexte d'avoir été Président de la République.
    Vois tu Jean Luc, pour des affaires aussi importantes que cela, je pense qu'on ne doit pas donner l'impression de cautionner une parodie de Justice, alors que pour d'autres, la Justice est un vrai rouleau compresseur. Attention à ne pas donner crédit au "tous pourris..." la classe politique, dans son ensemble, n'en ressort jamais grandie.

  7. 7
    LR dit:

    "Porter la contradiction" ne signifie pas nécessairement partir des idées de droite!
    Certes, la pensée démocratique de droite peut être un aiguillon utile, mais disons qu'elle est rare...
    Par contre il y a énormément de débats à gauche et si Jean-Luc Mélenchon ou le PG font des choix, il est normal qu'ils les confrontent aux autres positions et arguments qui existent.
    Cela ne signifie pas nécessairement le pugilat auquel la télé nous à habitué à réduire la vie politique.

  8. 8
    Bélatar dit:

    Bravo pour l'exercice d'analyse des commentaires des internautes et surtout le sentiment que vous allez en faire quelque chose accroît la confiance.

    Une idée : pourquoi ne pas organiser des discussions approfondies sur tel ou tel thème avec successivement des personnes des autres partis ou groupes se réclamant de la gauche, ce pourrait faire coup double : être instructif et contribuer au rassemblement souhaité en sortant de la "pensée-slogan".

    Enfin, dans votre discours à Grenoble (écouté sur le site du PG) vous avez dit beaucoup de choses avec lesquelles je suis d'accord, certaines m'ont fait rire aussi (il faut commencer par "désenvouter" les gens : très pertinent !) mais surtout, le plus juste : associer toujours critique et propositions.

    Un étonnement aussi, vous étiez très alarmiste avant l'été sur la renégociation de la dette or je n'ai rien entendu dans votre discours à ce sujet : où en est-on ?

  9. 9
    Jean-Luck dit:

    Au moins, on peut pas dire que Jean-Luc ne lit pas attentivement les commentaires !

  10. 10
    MV dit:

    Pour ce qui concerne une prochaine émission:
    Concernant le décor, je suggère un décor qui rappelle un lieu familier aux gens, tout en restant politisé pour ne pas
    paraître comme un nouvel artifice de com'. Ce serait un lieu public, symbole du vivre ensemble.
    Idées:
    - un local associatif
    - un bureau de poste (sur le point d'être fermé?) ou une petite épicerie dans un village menacé par l'abandon de l'état
    - une salle de pause ou un local syndical dans une usine, une tour de bureaux, ou une école,
    Peut-être dans une entreprise coopérative plus à même de délivrer l'autorisation
    - un gymnase
    Le public de M.Melenchon serait constitué par les locaux qui fréquentent habituellement le lieu

  11. 11
    Gilbert Duroux dit:

    Je trouve que la position de Jean-Luc Mélenchon, justifiant les petits arrangements entre amis, est inaudible. Non, l'essentiel n'est pas de faire rentrer les sous, d'autant que la somme en question est dérisoire. D'après un chroniqueur du Post, les 2,2 millions en question représentent à peine 1 heure et demi de fonctionnement de la mairie de Paris.
    En plus, ce ne sont pas les auteurs du délit qui paieront, mais les contribuables, vu que les partis sont financés pour l'essentiel par de l'argent public.
    Je suis vraiment surpris que Jean-Luc Mélenchon qui, d'habitude, place la morale en politique au dessus de toute autre considération, se fasse ainsi le défenseur de ces petits arrangements douteux. Pour lui, d'après l'AFP, le problème viendrait qu'il suffirait "d'acquitter ce qu'on a pris après s'être fait serrer pour qu'il n'y ait plus aucun problème". Et de renvoyer à "un voleur de mobylette !"

    Cet argument est fallacieux. Ce n'est pas le fait que l'UMP paie ce que doit Chirac à la place de Chirac qui va le faire échapper à la justice. Mais le fait que Delanoë, en acceptant cet argent douteux, s'engage en retour à ce que la mairie de Paris ne se constitue pas partie civile. Ce qui fait que Chirac va se pointer au tribunal le sourire aux lèvres. En effet, le Parquet réclamant un non-lieu, ajouté à l'absence de partie civile, tous les observateurs avertis s'accordent à dire que Chirac ne risque plus rien et que l'audience risque même de se transformer pour lui en tribune.

    J'ajouterais, pour terminer, que le fait de n'être pas enchanté à l'idée de voir un président de la République dans un prétoire ne saurait constituer un argument sérieux. On ne peut pas à la fois combattre le népotisme, vouloir une autre République, plus démocratique, sans remettre en cause une fonction présidentielle qui a dérivé en monarchie. Le chef de l'État ne doit pas être au dessus des lois, considéré comme ayant une impunité absolue. Je sais bien que la fréquentation de Mitterrand a laissé des traces, mais un président n'est pas un dieu. De toutes façons, l'homme qui est en cause n'était pas président mais maire de Paris.

  12. 12
    grain de sable dit:

    Pour Chirac vs la ville de Paris, je ne trouve pas acceptable cet espèce d'arrangement qui permettrait qu'un grand voyou dispose d'un traitement judiciaire plus favorable que celui d'un petit voyou au lieu, au contraire, d'être jugé proportionnellement à sa plus grande nuisance.

    Et encore moins que la justice française puisse d'accommoder de marchandages que nous ne connaissions jusqu'à présent guère que par les téléfilms américains.

    Que M. Delanoë "assure" pour la récupération de l'argent des contribuables ne me paraît pas si regrettable que ça (sous réserve, bien sûr, que ce ne soit pas encore une fois un marché de dupe...). Ce que je regretterais fort, en revanche, face à des politiciens qui ont montré combien ils étaient dénués de scrupules, d'honneur, d'honnêteté et de probité, et en un contexte où ils semblent parvenir bien trop souvent à se mettre au-dessus des lois, c'est que la ville de Paris retire réellement sa plainte.

    Pourtant, je suis très loin de considérer qu'il est, de façon générale, acceptable de s'abaisser au niveau de son adversaire pour le battre, mais là, franchement, dans le cadre de jeux politiques où la spoliation du citoyen-contribuable semble être une sorte de sport que certains pratiquent sans vergogne aucune, je me pose la question.

    Alors ce que j'aimerais, c'est que dès que l'argent sera dûment et intégralement encaissé, elle soit quand même déposée, cette plainte. Et qu'ainsi M. Chirac soit finalement, par un juste retour de bâton, un couillonneur couillonné.

  13. 13
    L dit:

    Une vidéo de Jean-Luc Mélenchon interviewé à Grenoble au cours d'un point presse sur les événements de la Villeneuve survenus en juillet.
    http://www.grenews.com/article.jspz?article=21655&xtor=RSS-166

  14. 14
    Eric dit:

    Je suis aussi contre l'accord "Ville de Paris"/UMP/Chirac.

    En effet, sil y a eu emplois fictifs, pour être équitable, il faudrait que Chirac rembourse l'ensemble de sommes détournées aux parisiens.
    Hors le montant de l'indemnisation ne porte que sur les dossiers pris en compte par la justice et "oublie" le coté immergé de l'iceberg, les emplois fictifs non retenus par la justice car prescrits.

    C'est seulement dans le cadre d'une procédure judiciaire qu'il est normal d'exclure les cas prescrits et d'appliquer une peine qui ne corresponde pas forcément au préjudice subit.
    Seule la justice peut, au nom de la société décider de la juste peine à appliquer à Chirac (ou de prononcer un non lieu).

    A Samedi

  15. 15
    Jean Louis dit:

    Pourquoi bannir le terme protectionnisme? C'est pourtant cela qu'il faut mettre en place, protectionnisme raisonné, intelligent, comme le définissent M Allais ou E Todd... Peut être faut il systématiquement choisir un adjectif à coller à protectionnisme..

  16. 16
    jean dit:

    je suis très déçu par la position de J L Mélenchon sur l'affaire Chirac-Delanoé. Rien ne justifie cet arrangement qui évitera à Chirac d'être jugé. I l m'est regrettable de voir Mélenchon déroger à ses sacro-sants principes pour Chirac.

  17. 17
    angegabrield dit:

    comment maintenir un niveau d'eau dans un seau percé?

    premier trou conséquent: la perte de la maitrise de la monnaie! et l'obligation d'emprunter sur les marché ne pouvant plus s'emprunter à soi-même, soumission à la dextre des agences de cotation etc...

    deuxième trou conséquent: la perte de la maitrise de ses frontières, avec toute les conséquences sur le remarquable système sociale Français, sur les salaires, l'emploi etc...

    troisième trou: les délocalisations, la mise en concurrence fiscale au sein même de ce bin's Européen etc...

    aucune nation ne peut-être libre quand elle n'a plus la maitrise des cordons de sa bourse...

  18. 18
    Seydou dit:

    Je me demande pafois pourquoi vous vous battez, M. Mélenchon, englué comme vous etes dans une alliance de circonstance avec des partenaires qui n'ont aucune ambition de conquête du pouvoir et condamné à jouer les supplétifs du Parti Socialiste avec des scores en dessous de 5% à la prochaine Présidentielle. Quoi d'ailleurs que vous en disiez dans les medias aujourd'hui. Lors des régionales de mars dernier, vous nous avez fait le même coup du "on va voir ce qu'on va voir dans le Languedoc Roussilon", et puis le père Frêche vous a quand même battu à plate couture.

    Je suis un libéral (pour qui liberté prime sur égalité) qui vous aime bien, pour votre faconde et pace que vous êtes l'un des rares politiques qui parle vraiment politique. Mais j'ai l'impression qu'après avoir surestimé votre capacité à infléchir la politique du PS, vous surestimez maintenant votre capacité à renverser le rapport de forces à l'interieur de la gauche et en faveur de la gauche.

    Peut-être est venue l'heure de la retraite, non ?

  19. 19
    marco polo dit:

    Je ne comprends pas qu'il soit possible de "s'arranger" en marge de la justice...Chirac a quand même transgressé à la règle et en cela il ne doit pas passer au travers; ou alors n'est-ce pas admettre qu'on peut avoir une justice à plusieurs vitesses. Je ne confonds pas Delanoë et Chirac, mais pourtant ça ressemble au mariage de l'huile et de l'eau...Je ne suis pas naïf au point de croire que les petits arrangements entre amis sociaux-démocrates et droite n'ont jamais existé mais là j'ai le sentiment qu'une ligne jaune vient d'être franchie, transgressant un principe républicain de justice.

    Le peuple français à voté non au traité de Lisbonne, c'est Sarkozy qui a s'est mis hors la loi en violant la décision populaire et revenir sur ce vol, c'est restituer au peuple SA décision. Ce n'est pas sortir de l'Europe, c'est au contraire une position qui sera le garant de la mise en place d'un processus de démocratisation en Europe. Dans ce cadre assurer par des "écluses" l'intégrité économique de chaque pays sans pour autant le nommer protectionnisme est la seule solution permettant d'intégrer et de garantir à chaque pays son développement intérieur en harmonie avec les autres. L'Europe ne se construira qu'au fil des générations.

    Au delà, l'avenir doit se préparer et le 7 septembre en est une charnière importante, la défense de la retraite devient le symbole décisif d'un choix de société, ce ne sera pas le grand soir, mais devra ouvrir la porte à de plus grandes luttes, amplifiées par une unité syndicale plus que jamais nécessaire et par une unité politique qui permettra l'essor et la mise en avant d'un Front de Gauche conquérant. Et là, la fête de l'humanité sera le test pour savoir quelles volontés animent ceux qui veulent participer et contribuer à construire ce Front.

    Donner à ce Front tous les outils possibles pour rassembler toutes les volontés de changement, avec nos différences, c'est le seul chemin possible pour renverser le capitalisme fauteur de crise économique et écologique. C'est le seul moyen pour changer et promouvoir un république démocratique et sociale.

    Sinon, tout ne sera que discours et intentions...sans jamais rien changer.

  20. 20
    ab1818 dit:

    Bonjour,
    Par rapport aux analyses faites par M. J-L Mélenchon, de la qualité et densité du contenu du blog de retour de - remues méninges - du PG. Je suis presque gêné ici, d’ajouter mon grain de sable concernant que l’affaire du Maire d’hier et Maire de Paris d’aujourd’hui qui s’arrangeraient au mieux et entre eux, sur une affaire flagrante d’escroquerie. Que cache donc encore cette urgence, cette précipitation à vouloir récupérer dès à présent « ces sommes d’argent », estimées ? Justifiées par qui ? Comment ? Certifiées par ?.. Dans cette affaire comme dans bien d’autres c’est notre, votre argent non !.. Mais peut être suis-je dans l’erreur … Cela va peut être servir à l’achat de tentes pour aider nos chômeurs cet hiver au bord du canal et pouvoir leur installer un chauffage d’appoint... Ainsi, tout pourra recommencer comme hier.

  21. 21
    RIEUX Max dit:

    Sur le terme protectionnisme il ne faut pas lâcher,je t'accorde protectionnisme raisonnable,en effet sur le plan éco comme sur les autres modes de pensée l'ultralibéralité détruit la construction politique de la République fusse t-elle sociale.NI passoire,NI forteresse c'est justement les limites posées par le débat politique citoyen qui correspond à un temps historique et sont donc variables et ajustables,nous le pressentons l'humanité touche à des limites,les principes mis en avant il y a des lustres doivent être ré-interrogé sous peine de décalage;
    Le besoin de protection de l'humanité est une besoin anthropologique à nous de l'actualiser,les déclarations universalistes et sois disant définitives qui "enferment" l'humain dans des textes et des livres sont contredits souvent par la praxis.
    Dans le prolongement de ce débat:,je pense qu'il faut changer le sous titre du PG :république,socialisme,écologie en PG parti de la République sociale et de l'écologie,en effet socialisme ou communisme sont tellement pesant historiquement que on peut proposer des axes politiques progressistes sans avoir le poids des mots sur le dos.
    Qui plus est dans notre belle langue Française il suffit de mettre de suffixe ISME pour transformer le couple Théorie /Pratique en une idiotie.

  22. 22
    RIEUX Max dit:

    La gauche par l'exemple ? Delanoé/PS et Chirac /UMP Hallucinant arrangement entre amis ?
    par Max Rieux, mardi 31 août 2010, à 08:52

    Delanoé PS/Chirac UMP: Toute cette dernière fin de semaine les médias nous ont "bassiné" avec le PS, La Rochelle,etc...alors que l'autre gauche elle aussi était en réunions,curieusement d'ailleurs les médias qui couvraient le PS n'ont pas interrogé sur l'affaire Chirac /Delanoé et sur la transaction amiable qui élimine la justice,si c'est çà l'ordre juste nous avons du souci,c'est un scandale d'éthique politique oui !,faudra pas s'étonner si aprés le refrain à la mode c'est ;"tous ripoux ",tous dans le même sac,bonnet blanc et blanc bonnet,petits arrangements entre amis;l'extréme droite n'en espérait pas tant du crétinisme politique qui remet sur la scène la fameuse pièce "suivant que vous serez puissant ou misérable.......la justice de cour fera de vous des innocents ou des coupables, vivement la révolution citoyenne.

    Il n'y a pas si longtemps le groupe ZEBDA dans "motivés" avait un air "y a pas d'arrangements "pas d'arrangements" pas de grimaces faut pouvoir se regarder dans une glace ", certes la Ville de Paris va récupérer des sous mais les coupables ne seront pas mis sur la sellette,je vous laisse transposer çà dans le champ judiciaire banal,un délit n'existe plus si tu payes en argent,bravo l'ordre juste, au final je pense que le populisme de gauche va devoir sortir de ses complexes sur les élites de gauche et autres,visiblement St Just est toujours d'actualité,sans tomber dans le perfectionnisme patauger dans la fange n'est pas acceptable, sinon comptons sur le peuple souverain pour nous le rappeler.

  23. 23
    toimoi dit:

    Bonjour,pourquoi tu remercies les télés et les journeaux?c'est pas leur boulot d'informer?

  24. 24
    jean-marc dit:

    "Sur le terme protectionnisme il ne faut pas lâcher "

    dans la réalité c'est l'ultralibéralisme qui fait du protectionisme, à quoi servent les paradis fiscaux ? C'est sûr, le terme de régulation des échanges serait plus approprié, mais il faudrait aussi penser à un accord mondial sur les monnaies.

  25. 25
    max dit:

    j’ai bien noté un reproche auquel je vais être tout de suite très attentif. J’emploie souvent l’expression « attendez, je vais vous expliquer » qui rappelle une expression de Sarkozy et renvoie à une posture de domination.

    merci j luc de nous avoir ecoute.....et surtout entendu ! :-)

    maintenant sur cette affaire CHIRAC ump / DELANOE,comme bcp içi je ne comprends absolument pas ta reaction !
    peut etre as-tu d'autres motifs,que nous ne connaissons pas,pour avoir cette attitude qui tranche vraiment avec tous ce qui fait la base de nombreuses actions du FdG a commencer par la JUSTICE !
    et la c'est quoi comme justice ?
    une magouille de fric qui evite un proces et la reconnaissance publique de fautes !
    je ne peux pas croire que tu cautionnes cela et j'espere que ds ton prochain billet tu nous expliqueras, si tu le souhaites bien sur,plus clairement ta position

  26. 26
    spartacus dit:

    pas d'accord avec jlm sur le remboursement à la ville de paris et la justification que Jean-Luc Mélenchon en fait.du pain bénit pour le FN.même si le procés aurait pu prendre des années.ce procés aurait pesé aux prochaines élections en faveur de la vrai gauche.

  27. 27
    Daniel dit:

    Sur l'affaire Chirac, je ne comprends pas vraiment les discours sur "une justice la même pour tous.." etc.
    Une chose est la réparation (restitution des sommes) du préjudice qui concerne le civil (entre la ville et J Chirac). Une autre est l'infraction à la loi, qui reste constitué. Le fait de remettre les billets dans la caisse n'efface pas le vol, qui reste un acte condamnable.
    Ceux qui clament que l'arrangement devrait permettre d'éviter le procès font en fait le jeu de J Chirac. Cela n'efface pas la faute et sa sanction pénale qui n'a rien à voir avec l'indemnisation de la victime !

  28. 28
    Georges dit:

    @2
    Chirac est coutumier du fait, je parle du fait d'escroquerie.
    Dans les années 70, il avait même fait classer son château, enfin celui de sa femme Mademoiselle de, monument historique alors qu'il n'avait rien d'historique selon les experts des MH du moment.
    La réfection de la toiture du château avait coûté la bagatelle historique à l'Etat section MH de 80 millions de francs de l'époque. Par la suite tout y passa, installation électrique, menuiserie, parquet, l'amplitude des factures n'avait d'égale que l'avidité des chatelains. Rien de trop beau pour les Chirac. Redorer le blason de la famille était l'objectif, il convenait de puiser à pleines mains dans les deniers de la nation via ceux des contribuables.
    Voir Humanité de l'époque et l'Humanité Dimanche.
    Dans les environs du château, des camarades qui avaient milité avec "Jacques" à la vente de l'HD sur le parvis de l'église ont gardé sans doute des articles de notre presse. C'était dans la période ou le"Petit", bardé de diplômes, ne savait pas politiquement du quel côté il allait tomber.
    Pas d'arrangement avec les escrocs, Chirac et son parti doivent payer la totalité de l'escroquerie aux emplois fictifs.
    Concernant le château seule l'escroquerie est restée historique, le mieux si un jour nous avons le pouvoir, nous Front de Gauche, ce sera de faire du château une maison de retraite médicalisée pour retraités de 60 ans ayant versé 37ans 1/2 de cotisations.
    Oui encore une fois je parle du passé, oui pardon d'étaler mes états d'âme, mais c'est là que se situent chez moi mes convictions profondes. L'avenir sera ce que nous en ferons : il nous faut tout faire pour gagner la partie de 2012, nous devrons gagner !

  29. 29
    Nicrus dit:

    Qu'est ce que Jaures aurait fait demandent les socialistes?
    Simple, Il aurait adhéré au PG!

  30. 30
    cording dit:

    Je suis internationaliste si cela n'est pas conçu comme la négation du réel (pour aller à l'idéal !) que sont les nations qui composent l'UE en tant que cadre incontournable de la souveraineté populaire.
    Il faut toujours se rappeler la décision du Tribunal Constitutionnel allemand de juin 2009 dans lequel il était mis en évidence qu'en l'absence d'un peuple européen la souveraineté ne pouvait être que nationale et qu'en conséquence le Tribunal n'accepterait plus aucun transfert de souveraineté à une instance de l'UE.

  31. 31
    ydaho dit:

    @ georges, je connais bien aussi l'histoire du château historique, ça aussi c'est a garder dans les mémoires !

  32. 32
    Gilbert Duroux dit:

    @ Daniel (27)

    Je crois que tu n'as pas bien compris l'enjeu. Ce que tu appelles "réparation" dépasse le cadre "civil" et aura bien des conséquences lors du procès. Parce qu'en échange de ces quelques sous (je le rappelle, les 2,2 millions en représentent seulement 1 heure et demi de fonctionnement de la ville de Paris, hors investissements), la Ville renonce à être partie civile. Comme de son côté le Parquet ne réclame aucune peine, ce sera une parodie de procès. Chirac ne risque plus rien.
    Je crois que sur le coup, Jean-Luc Mélenchon a parlé trop vite, sans consulter personne. C'est, à mon avis, son principal défaut : céder aux injonctions des journalistes, qui réclament des réponses immédiates. Le temps médiatique n'est pas celui de la réflexion et de la démocratie.

    On me dit que dans la vie courante Jean-Luc Mélenchon est plutôt quelqu'un qui est à l'écoute, qui entend et tient compte des arguments de ses proches. Pourquoi son image publique est-elle aussi différente ?

  33. 33
    Vivian dit:

    Bonjour.
    Je suis membre du PG au Havre, et après avoir visionné le discours du Remue Méninges, que j'ai trouvé intéressant, je suis resté circonspect sur une "proposition".
    En effet, Jean-Luc dit à un moment qu'il faudrait renvoyer les trafiquants de drogue à la frontière plutôt que de persécuter les sans papiers. Je ne comprends pas cette proposition. Sous entend-elle que la majorité des trafiquants de drogue sont étrangers ? Cela me paraît en outre assez incohérent avec notre idée de régularisations de tous les sans papiers, et le fait que la loi doit s'appliquer de la même manière à tous sans qu'il y ait à ajouter une peine à certaines personnes.
    En espérant que vous puissiez m'éclairer.
    A bientôt.
    Vivian

  34. 34
    Gabrielle dit:

    Indépendamment du talent pédagogique et rhétorique de Jean-Luc Mélenchon, faire intervenir d'autres membres du PG dans Auditorium montrerait la qualité des compétences dans des domaines étendus. Ex, J Généreux pour les questions économiques et sociologiques, Corinne Morel-Darleux pour l'écologie, et François Delapierre, Pascale Le Néouannic...Ce serait un bon moyen de faire connaître nos jeunes et talentueux dirigeants, et répondrait au reproche de propagande, terme dont l'origine est chrétienne (congregatio de propeganda fide) et auquel on peut préférer sinon communication du moins le classique forum (place où l'on discutait des affaires publiques).

  35. 35
    ydaho dit:

    C'est une "image" vivian, ne prend pas ombrage, le trafic de drogue est une activité internationale..

    @ autres : Je suis assez d'accord avec la vision de Jean-Luc Mélenchon sur l'affaire en cours, en effet un "tient" vaux mieux que deux tu l'auras... D'autant que par les temps qui courent je vois mal des condamnations pour les protagonistes, ça n'arrivera pas ! Je ne préjuge pas : je regarde ce qui se passe autour de nous en ce moment ? vous avez vu un puissant condamné ? vous avez entendu parler récemment de l'arrestation d'un gros trafiquant ? d'un escroc international ?... Rien !
    Alors qu'ils restitue le pognon c'est déjà bien ! Et si Delanoè avait refusé l'accord, on serait en train d'écouter les même pleureuses nous écrire a satiété qu'une fois de plus, les politiques se fichent du contribuable !
    2,2 millions d'euros c'est pas une paille ! ça représente les impôts de pas mal de gens !

  36. 36
    gerlub dit:

    Bonjour MTC Jean-Luc Mélenchon,

    Je t'ai regardé ce matin face à Bourdin. Sur le fond, comme d'habitude rien à dire..... tout était excellent.
    Sur la forme, je pense, humblement, que tu devrais prendre un peu plus de hauteur. Quel est l'intérêt tant du PG que du tien, d'une espèce de pugilat avec un animateur plutôt "beauf" ? Cela amuse peut-être bcp de monde, mais je n'en vois pas l'intérêt.... électoral ?

    A mon avis, toujours humble, quand tu as l'occasion de passer dans les media "nationaux" il faut d'abord et avant tout s'adresser aux gens à convaincre et peut-être un peu moins à ceux déjà convaincus !

    salut et fraternité MTC Jean-Luc Mélenchon.

  37. 37
    Hold-up dit:

    @ ydaho

    Bonjour - Affaire Chirac / Delanoë - On peut suivre ton raisonnement et se dire que " oui c'est mieux que rien " - mais on parle de droit et de politique là, pas d'impressions populaires au comptoir du commerce. (Sorry) - Qui ne voit pas que nous sommes en présence d'un début d'acclimatation vis à vis de la traduction dans le droit nouveau des petits arrangements entre hauts bourgeois ? Je ne veux pas tomber dans les vieux clichés mais si l'on fait de la politique alors on doit se référer aux dispositions de Rachida Dati alors Garde des Sceaux, qui avait proposé en son temps la " DÉPÉNALISATION DE LA VIE DES AFFAIRES " :

    Le jeudi 4 octobre 2007 s'adressant à un groupe de travail présidé par le Premier président honoraire de la Cour d'appel de Paris, Rachida Dati proclamait : " "Je veux que vous soyez libres et inventifs. Libres de fixer les critères de dépénalisation qui vous paraîtront pertinents, libres de poser les limites que vous souhaitez, libres d'explorer les matières qu'il vous plaira, et libres d'imaginer les solutions les plus adaptées et les plus réalistes".

    Les Rroms peuvent partir tranquilles.

  38. 38
    GEORGES dit:

    @32---Comme c'est drôle depuis le 226 je n'ai pas changé, je suis toujours le même et toujours avec une très bonne mémoire celle du Reporter de l'HD, VL et H que j'ai été, si ce n'est que maintenant je n'accole plus mon nom ni PG à mon prénom
    ----------------
    A partir de ce brin de chaleur que tu me témoignes aujourd'hui, j'aimerai que tu m'aides à résoudre un petit problème technique sur le Blog uniquement
    tous les jours et pour toutes mes correspondances, j'écris en italique gras en police 10 ou 12 afin de m'aider dans mes corrections, ce, à la suite d'Opérations des yeux. J'ai découvert la micro informatique il y a 12 ans, je ne suis pas né avec, idem pour faire passer des liens, ect mes coquilles me font mal au système nerveux ma vue se brouille souvent qu'en j'écris, sauf en italique et gras, mais impossible d'utiliser les 5 propositions techniques proposées audessus de l'espace Commentaire
    ---------------------------
    Merci de m'aider ou m'appeller : Georges ROULLIER (PG) 69800 (nom Breton, unique dans le 69
    J'ai aussi des infos à faire passer

  39. 39
    Erwan dit:

    Juste pour vous signaler que j'ai tenté dans la journée de commander votre livre "qu'ils s'en aillent tous", et que le libraire chez qui j'étais n'en avait pas la trace sur son ordinateur. (la faute à Flammarion, qui n'en propose pas encore la commande?).
    Par contre, j'avais la possibilité de réserver "Devoir de rupture"......

    Et le libraire de me dire "Vous êtes sur de votre titre ? C'est rare les auteurs qui sortent deux livres en même temps !".

  40. 40
    Disjecta dit:

    Jean-Luc, bon courage pour la rentrée évidemment. Juste une petite réaction par rapport à votre interview sur BFM. Méfiez-vous de la façon dont les médias occidentaux montent actuellement en épingle avec une gourmandise suspecte tout ce qui peut dégrader l'image de l'Iran. C'est une théocratie d'accord, mais c'est avant tout un pays souverain. Or actuellement on nous déroule le même scénario que pour l'Irak, afin de bombarder ce pays en toute bonne conscience. La menace est réelle et les fous furieux qui dirigent actuellement les E-U et Israël sont bien capables de passer à l'acte. Donc plutôt que de revenir sur un propos débile d'un journal iranien, vous feriez mieux de dénoncer les risques qu'encoure actuellement l'Iran et l'évidente amnésie de l'occident qui oublie comment on nous a vendu les ADM pour la guerre en Irak, de la même manière qu'on nous vend aujourd'hui la soi-disante bombe nucléaire iranienne.

  41. 41
    Bucheron dit:

    Je vous en prie, par pitié, pour les auditorium... Un(e) jeune bien motivé(e), à l'esprit vif et joyeux ferait bien meilleur(e) animateur que ce M. Soudais ! Il est terriblement...terrible !

  42. 42
    Annie pensée libre dit:

    Merci Jean-Luc Mélenchon de nous avoir lu (j'avoue avoir du mal à y croire vous ne pouvez être partout, aussi je suppose que le/s webmaster/s vous ont fait des extraits ou bilans de nos propos) nos commentaires et d'en tirer les conclusions.

    Dans la demande de diffusion : non seulement vos auditoriums seraient sur la télé de gauche, mais j'aimerais aussi pouvoir la charger sur mon ordinateur (la réécouter par exemple au moment des campagnes électorales seraient intéressants, par exemple ces temps-ci je cherche vainement des propos de sarko durant sa campagne pour pouvoir les mettre en parallèle contradictoire entre ses actes actuels et ses promesses de campagne) et si il n'y a pas de droits d'auteurs de pouvoir la passer sur mon blog.

  43. 43
    ydaho dit:

    @ georges : mais je savais a qui je disais ça, on reconnait facilement ta synthaxe, mais tu n'as pas du vraiment lire ce que j'avais écrit M. Roullier, il n'y avait aucune animosité dans ce que j'avais dit, tu devrais retourner vers l'épisode du 226 et reprendre le fil..
    Je voudrais bien t'aider pour ce qui concerne mais je n'utilise que très peu "l'espace des propositions techniques" car la plupart du temps j'en ai bloqué l'accès.. Mais par contre je suppose que tu utilises internet explorer et donc que tu peux en modifier "l'aspect" visuel et en améliorer ta perception...
    Pour ce faire commence par grossir a 125 % tes polices, la commande pour ce faire se trouve en bas a droite de ton navigateur.. c'est une loupe ou une commande "niveau de zoom", le fait de mettre en 125% donnera aussi une impression de "gras".. Si tu ne trouve pas directement le 125, clique sur "personnaliser" et frape toi même le nombre, ensuite selon ta vue tu pourras adapter a tes besoins.. Si cette "loupe" ne se trouve pas en bas a droite de ton navigateur, elle est aussi en haut dans la rubrique affichage !
    Voilà pour le moment..

  44. 44
    Lili dit:

    Jean luc Mélanchon, je suis avec vous ! Courage !
    Je crois que c'est Blaise Pascal qui écrivait à je ne sais plus qui, et qui lui disait :
    "Je vous écris une longue lettre parce que je n'ai pas le temps d'en écrire une courte. "
    Quelques fois nous n'y pensons pas assez.

  45. 45
    jennifer dit:

    c'est soulageant d'entendre que peut être le pg ne va pas s'aligner sur Delanoé dans cette histoire. J'ai juste entendu Eva Joly et elle m'a convaincue. Pourquoi Chirac parce qu'il a été président s'en tirerait avec un réglement à l'amiable? Il n'est pas au-dessus des lois comme l'est Sarkozy. On en a marre des passe-droits et on ne veut pas que ce soit les militants UMP ou l'argent de l'Etat qui paient pour les emplois fictifs!

    Aux info ils étaient ravis d'annoncer que la gauche se divisait sur cette question des emplois fictifs! Ils sont friands des divisions à gauche. Que Delanoé veuille faire ses magouilles, libre à lui. Il est ce qu'il est et on ne va pas attendre qu'il change mais on n'est pas obligé de s'aligner sur lui car tout cela est louche et le peuple attend depuis trop longtemps que les présidents soient jugés comme les autres.

  46. 46
    laforcedupeuple dit:

    Qui peut croire que 2012 se gagnera avec un front de gauche restreint à deux partis ?
    Seule une large alliance avec les autres gauches et associations et un programe commun en dehors du PS et de EE permettra une présence au deuxième tour. Je le crois fermement et c'est en plus une évidence que personne ne peut nier.

  47. 47
    ydaho dit:

    @ hold up,
    tout d'abord content de te lire, ensuite je "n'excuse" pas l'arrangement entre copains, s'il en est un, ce qui n'est pas évident du tout, que ça arrange la droite je n'en doute pas, mais delanoé ? Moi je dis comme Jean-Luc Mélenchon, l'argent c'est pas Delanoé qui l'a piqué ! donc qu'il transige pour le récupérer et le "restituer" aux contribuables, je trouve ça louable et finalement je n'ai rien a dire de Delanoé, dans ce cadre là, pour le reste il y a un procureur, une justice dite aveugle qui devrait faire son boulot.. Et c'est la que je dis que "in finé" Delanoé n'est pas trop con, il regarde les statistiques tout comme vous et n'a jamais vu de gros poissons aller au trou depuis belle lurète !... Les voleurs de mobylete on leur demande de rendre des comptes, les peines les plus lourdes sont demandé pour eux, mais les "cadres" : nibes ! C'est dans ce monde là qu'on vit pour le moment, et je ne crois pas que Delanoé en soit responsable ? voilà pourquoi je suis plutot d'accord avec Jean-Luc Mélenchon.. Et je trouve assez incroyable que ce soit l'actuel maire de Paris qui recoive "l'opprobe" alors que l'ancien président prête toujours partout a la plaisanterie "agréable".. On va peut être encore manger des pommes avec le sourire.. ;-)

  48. 48
    bertgil dit:

    Bonsoir Mr Mélenchon,
    trés bien la manifestattion de la france républicaine contre les chasseurs de rom.Il n'empéche qu'il faut étre conséquent et responsable.Voila des gens qui viennent en France,pas de travail pas de logement,Ils se regroupent dans des camps à la limite des villes.Ils y a depuis quelques années éclosions de ces camps.Pas d'eau,pas d(électricité,ils pataugent dans la boue.Comment vivent ils :ils font la manche, commettent des larcins,prostitution.Les pouvoirs publics n'auraient jamais dû tolérer ces camps.Ceux qui dénoncent l'attitude du gouvernement sont inconséquents.Bien entendu les mots,les mises en scéne, du gouvernement manquent de compassion et d'humanité.On ne peut se servir de la misére pour essayer de récupérer des voix.
    Les privatisations ont été faites pour boucher des trous, et pour entrer dans les clous des traités européens.La gauche plurielle de jospin a privatisée à tout va.Cette gauche a mis en application les traités européistes avec zéle, et également la mondialisation,et la financialisation de l'économie.Les sociétés privatisées sont devenus des machines à dividentes, pour le grand bien des actionnaires.Les usagers qui ont des problémes domestiquent avec ces sociétés peuvent toujours essayer d'obtenir un interlocuteur.Il leur faudra faire un numéro, qui les reverra vers des autres numéros, pour s'entendre dire veuillez prendre contact avec une sté privé,nous n'intervenons pas pour ce genre de problémes.
    Concernant Chirac.Il ne faut pas cautionner les arrangements entre le Maire de Paris,L'ump et Chirac.Et la justice dans cette affaire? Absente.Une remarque Mr Chirac sort 500000 euros.La politique ça rapporte.
    Le protectionnisme.Les entreprises françaises doivent lutter pour conquérir et consolider leurs marchés.Elles n'y arrivent pas puisqu'elles sont obligées de délocaliser pour cause de dumping.Dumping des entreprises des pays de l'est, de l'Inde et surtout de la Chine.La France devra s'alligner ou mourir à petit feu.Les remédes: sortir de l'euro, et monétiser,mettre des droits de douanes ciblés sur des secteurs fragiles.
    Réunion des socialistes: Le discours de madame Aubry est d'une platitude honteuse.Voilà un parti qui est dans l'opposition depuis 2002, et qui n'a à proposer que des généralités, du vague,rien.Le ps attend que le fruit lui tombe dans la bouche.L'ump perdra peut étre cette élection mais le ps ne la gagnera que par défaut.

  49. 49
    Nicole RIOU dit:

    C'est sans doute prescrit mais j'ai bossé à la mairie de Paris une bonne partie des années 70 avant de changer d'administration et je peux vous certifier que dans le service où je me trouvais on parlait déjà du scandale des emplois fictif....
    Si encore Delanoë le social démocrate réclamait à Chirac l'intégralité des salaires payés indûment à ses copains en y incluant les intérêts légaux, on pourrait peut-être en discuter, mais là l'attitude du maire de Paris est proprement révoltante. Mais je ne suis pas étonné outre mesure... la sociale démocratie, à la droite du PS, n'est pas loin de l'UMP !
    et entre amis, on s'arrange c'est bien connu !
    Après, il va nous parler de justice et d'égalité... à mourir de rire !

  50. 50
    ydaho dit:

    Tient ! Je vous invite a lire "ça" avant d'aller fouler le bitume le 4 septembre !

    http://www.mediapart.fr/node/90797

Pages : [1] 2 3 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive