21juin 10

Un soviet de millionnaires désarme ses officiers !

Le foot montre l’exemple

Ce billet a été lu 11  965 fois.

E t maintenant, j’adore le foot. Finalement, cette histoire en Afrique du sud, c’est génial ! Les millionnaires font la grève ! Les joueurs ne jouent pas. Ca m’en bouche un coin, grave ! Le foot, finalement, c’est très excitant. Un soviet de soldats millionnaires a contraint son officier à lire une motion d’assemblée générale devant la presse. Et alors après ça, ça discute et encore et encore ! Tu peux y aller coco, la retraite à soixante ans à côté, c’est quoi ? De la bibine ! Alors, vous avez vu ça les gars ? Prenez de la graine ! Tout bloquer, au pire moment, voila la méthode pour faire rendre gorge à ses adversaires ! Rendez vous le 24 juin dans la rue !

 

« Que se vayan todos ! » Qu’ils s’en aillent tous ! C’est Guy Roux qui vient de le dire ce soir sur « Canal football club ». Je viens de regarder ça avec délectation, un peu par hasard. En effet j’ai laissé filer alors que j’étais encore dans l’émotion juste après avoir regardé le beau film d’amour, « Lovers », avec Penelope Cruz. Que c’était beau ! Préférer un film d’amour à un bon match de foot, dans ma jeunesse, ça m’aurait rendu suspect. Bon, j’en reviens aux choses sérieuses, le foot ! Donc d’après Guy Roux,  tout le conseil fédéral du foot devrait s’auto dissoudre pour réélire une équipe différente ! Bravo Guy !  Et voila, les gars, vous avez compris ? Faites comme au foot ! Tout le monde dehors ! Place aux suivants !

Il faut dire que l’affaire est grave. Un journaliste, éthique et indépendant, a réussi à révéler ce qu’Anelka a dit, peut-être  dans un moment de colère, je dis bien « peut-être », à son entraineur. Des phrases décisives. Quel scoop ! Ca justifiait toute la une du journal : « fils de pute » et ainsi de suite ! Il était urgent d’en être informés dans le détail ! J’imagine le gars qui prépare la une du journal : « T’as dit quoi ? Fils de quoi ? » « T’as pas dit « enculé », hein ? Juste « fils de pute » ? » « Oui c’est ça « fils de pute » ; connard ! » « Ah bon ? connard aussi ? Bon je le note ». « Mais non ! Le connard c’est toi ! » Et voila ! Au foot c’est comme ça qu’on parle ! Aussitôt démarre le chœur des effarouchés : « Intolérable ! » « Insupportable ! » J’ajoute pour ma part : « Nauséabond » ! Je dis ça parce que j’ai su qu’un joueur a déclaré que la couleur de la peau c’était un « élément d’affinité » dans l’équipe de France. Pauvre France !

Sous Chirac et Jospin l’équipe de France était black blanc beur gagnant,  bras dessus bras dessous ! Sous Sarkozy Besson, la couleur est un élément d’affinité et tout le monde se déteste ! Finalement la bonne équipe pour un français qui veut se reconnaitre dans une équipe c’est celle d’Allemagne, avec son gros brassage multiculturel assumé, ou bien, mieux encore et plus sympathique, c’est celle d’Algérie parce que 90 % des joueurs sont nés en France et qu’ils sont courageux et modestes. Politiquement on peut être avec l’Uruguay à cause de son président nouvellement élu, Pépé Mujica ! Mais moi je dis ça pour parler car au foot, je ne connais rien. Surement qu’il doit y avoir de bonnes raisons sportives de soutenir l’équipe de millionnaires qui parlent mal.

J’en reviens à des choses plus mesquines. Pardon d’être en dessous de la main mais dans mon arène à moi, l’autre jour on a eu un super moment d’émotion collective. D’accord c’était dans l’indifférence générale et je n’ai vu aucun gros titre sur le sujet. Ni même un petit titre. Ni même un entrefilet. Tant pis les gars, de toutes façons il y avait le foot, pas vrai ? Chacun ses « fils de pute » ! 

Il s’agit d’une directive de la Commission européenne. Celle-là visait à anéantir la limitation du temps de travail des chauffeurs routiers indépendants. Elle a été battue au parlement européen. Elle a même été ensuite renvoyée à la poubelle grâce à un vote de rejet définitif. Quand nous avons gagné le premier vote, des camarades se sont mis à crier de joie. Tous nous avons tambouriné sur nos pupitres et applaudi à tout rompre ! Et les assistants de groupe ont fait un super raffut de leur côté aussi en se tombant dans les bras. J’ai bien cru que mon collègue allemand de Die linke allait pleurer ! Il est assis juste devant moi et j’ai vu ses yeux humides quand il s’est tourné de mon côté en applaudissant comme nous le faisions tous. C’est un ancien syndicaliste et il a bataillé dur depuis des mois. La veille du vote son intervention d’une minute était destinée à faire comprendre que le droit social est fait pour protéger toute la société contre  les abus des acteurs privés, et parfois même contre la volonté de gens qui doivent être protégés contre eux-mêmes et malgré eux ! En tous cas, après les flots de (mini) discours caricaturaux de la droite, ce vote est comme une énorme  bouffée d’oxygène a un asphyxié. Ca fait tellement de bien de les plier ! Et comme ce vote est intervenu peu après qu’on ait appris le contenu de la réforme des retraites en France, c’était comme une revanche ! Evidemment ce n’est pas de même ampleur et il est inutile de me faire cent commentaires sur cette comparaison. Parce que je peux dire que j’ai les boules depuis mercredi matin et que ça ne m’est pas passé du tout. Il est fort ce Woerth, une chose dans l’autre. Il avait presque l’air paternel et bienveillant en annonçant ces mesures. Juste comme si ce n’était pas un évènement historique que ce jour où est officialisé la première grande et tellement symbolique régression dans les acquis sociaux universels des français.

Des membres de la flottille agressée par la marine israélienne en faisant route vers Gaza  ont été auditionné à Strasbourg, mercredi après midi, à l’initiative du groupe GUE, en présence de membre de tous les groupes du parlement. J'en parle parce que ça m'a secoué. Le premier qui a témoigné est un allemand, élu et enseignant. Il se trouvait sur le pont du bateau attaqué, non sur le pont où la bataille avait lieu mais juste en dessous où il tenait un poste de secours. Il raconte comment après le mitraillage, ils furent tous ensuite enjoints de monter sur le pont, les uns attachés les autres non, selon qu’ils étaient arabes ou turcs ces derniers étant contraints à rester attachés des heures durant. "Bien sur les militaires ont tout volé : ordinateurs, appareil photo, bagages : tout. Il était clair depuis le début qu’il n’y avait pas d’armes à bord. Pourquoi y en aurait-il eu ? D’ailleurs il avait été proposé aux israéliens d’envoyer un contrôle civil à bord." Mais, selon ce témoin direct, « l’intention du gouvernement d’Israël est de faire très peur aux gens susceptibles de monter d’autres opérations pacifiques de ce type ». Car il est évident que c’est la forme d’action qui déstabilise le plus la politique du siège de Gaza.

Puis parle Fatima, témoin direct elle aussi, présente sur le bateau mitraillé. « Peu avant l’attaque nous étions dans la salle de presse. Depuis la veille il y avait deux bateaux militaires qui patrouillaient. Vers quatre heures du matin il y a eu une coupure de l’internet. Je monte sur le pont je vois des hommes qui essaient de repousser les zodiacs des militaires avec des tuyaux d’arrosage. On a entendu de coups de feu. On ne voulait pas le croire. De nombreuses personnes ne voulaient pas croire que l’armée leur tirait dessus. Très vite les gens ont commencés à courir de tous côtés et très vite on a vu arriver sur notre pont des corps giclant de sang, mitraillé au niveau du torse et des jambes. Puis les soldats sont arrivés. Les uns armés comme des robotcops et d’autres en tenue de snippers. Il n’y a eu aucune résistance. Comment aurions nous pu résister ? Nous avons filmé, mais tout notre matériel ensuite a disparu. J’insiste il n’y a eu aucune alerte, aucune sommation avant l’attaque. Ils ont commencé l’assaut sans crier gare. La tension était extrême. Un faux mouvement aurait pu déclencher un massacre. Les militaires étaient très tendus. Nous n’avions aucune arme, aucun matériel de combat ! La disproportion des forces était terrible! »

Ensuite Marcello, un journaliste, raconte. Pour lui il n’y a pas de preuve qu’il y ait une justification à ce massacre. « Je faisais un documentaire pour Euronews. Tout mon matériel a été confisqué sauf une carte flash que j’ai pu cacher. » Il projette alors son film dans la salle où nous l’auditionnons. On voit le radar du navire où il se trouve fonctionner et montrer la présence de nombreux bâtiments dans la zone. Puis on voit le reste de la flottille, on entend les coups de feu, on voit l’hélico et les zodiacs qui tournent autour du bateau. Marcello nous montre que les images sont claires et se demande pourquoi les militaires israéliens ne montrent que des images illisibles et sombres alors que l’on voit distinctement ce qui se passe sur ces images prises à un kilomètre de distance où les gros plans sont parfaitement nets. Ensuite, il montre la suite du film tourné au jour levant. On comprend mieux alors pourquoi le gouvernement de Netanyahu a décidé une attaque de nuit. En effet dans le film de l’attaque du bateau cargo où il se trouvait, les visages des militaires masqués sont en gros plan, parfaitement net. Lui, Marcello, ensuite est resté trois jours en prison, sans aucun droit de contacts ! Tout son matériel professionnel a été volé. Absolument tout cela, attaque dans les eaux internationales, vol des matériels, arrestation et détention, constitue autant de délits avérés dans le droit international.

Puis parle un député arabe de la Knesset, Ahmed Agbaria. D’après lui, le gouvernement d’Israël a agit sciemment. Il veut montrer que personne ne peut rien contre lui. Par conséquent pour lui l’effroi qui a été provoqué fait parti du plan. Et leur idée est que le blocus continu. "Des gens ne sont pas soignés, ils meurent, les ruines ne sont pas relevées. D’un coté il s’accumule de la haine contre ce blocus. Mais de l’autre l’application délibérée de cette  violence déforme toute la société israélienne. Le plan de Netanyahu est de faire peur au monde entier." Voila ce qu’explique cet élu. Mais il dit davantage. Il explique que c’est la paix et l’existence  de deux états qui sauvera Israël et que tout le monde comprend cela. C’est vrai. Beaucoup de choses qui paraissent évidentes à nombre des personnes qui sont là, je les découvre. J’avance en tachant de produire un point de vue et un engagement conforme aux principes qui guident l’ensemble de mon action. Je le dis d’autant plus tranquillement que je vois un nombre croissant de personnes autour de moi qui connaissent la même évolution. Dans cette salle tout le monde était mal à l’aise. Très mal à l’aise. Notre impuissance nous ridiculise à nos propres yeux.

En bouclant cette note, j'ai lu que le gouvernement israélien lève le blocus pour les marchandises pour les civils. C'est une très bonne nouvelle. Puissent tous ces malheureux retrouver une vie humaine aussitôt que possible.

Quand je lis certains commentaires à la suite de mes notes je suis parfois très amusé. Voila que je suis accusé de sous estimer la catastrophe du golfe du Mexique ! Cela parce que j’ai écrit que les retraités qui dépendent des fonds de pension dont les revenus sont assurés par BP sont marrons. J’ai dit qu’ils étaient englués comme les mouettes de Louisiane. Horreur ! J’ai bien ri. Ciel, je  n’ai pas parlé avec assez de respect des mouettes qui sont engluées en Louisiane. Bien sur, quelques amis commentateurs se sont risqués à signaler que c’était de l’humour ! Rien n’y fait ! Certaines indignations ne peuvent être dissoutes par aucun argument raisonnable. Je vous rassure : les signataires de certaines des plus risibles mises en garde sont signées de gens que je connais de très longue date. Comme ce socialiste de l’Essonne qui se donne le mal d’écrire ici pour la première fois, uniquement sur ce point. Cette vigilance des chiens courant m’émeut. Quelle fidélité dans la mise en cause depuis tant d’années ! Ce qui m’intéresse à présent ce ne sont ni les personnages ni les prétextes de leurs mises en cause. C’est le registre dorénavant dominant dans lequel s’opère la mise en cause d’un homme politique comme moi. C’est le règne des chaisières du bal des débutantes. Aigres rebutés, ils incarnent en en grommelant la défense des convenances. Rappelons ce que sont les convenances : des préjugés socialement dominant. Leur confort est qu’ils ne demandent en général aucune preuve de leur bien fondé: on ne doit pas parler comme ça de ceci ou de cela. Pourquoi ? Parce que. Un point c’est tout. Quand les mouettes sont mazoutées, on ne doit pas rire, nom de dieu ! Pardon seigneur !

Telle formule est alors un « dérapage », telle autre est « intolérable » et ainsi de suite. Sans oublier les mots clefs de la flétrissure universelle comme «nauséabond», toujours lourdement accolé, euphémisation du soupçon d’anti sémitisme. « Nauséabond » permet en effet de sous entendre une accusation d’anti sémitisme contre n’importe qui, à n’importe quel propos, sans le dire explicitement. Je vous avoue que plus d’une fois j’en use, moi aussi, dans l’unique but de désamorcer la charge de ce mot ou de retourner aux expéditeurs leur malveillance. Mais je reconnais que c’est du troisième degré d’humour noir de ma part. Ici donc ma façon de parler des mouettes de Louisiane « est pour le moins malheureuse ». Peut-être devrait-on plutôt dire qu’elle est même… « Nauséabonde » compte tenu de l’odeur du pétrole. Non ? Cette attitude de drapé moral outragé, est efficace dans deux directions. D’abord elle latéralise immédiatement la scène. D’un côté le rustre : moi. De l’autre le délicat, juste et bon, qui dit ce qui est bien. Posture qui a l’avantage de permettre à celui qui formule l’injonction de signaler sans le dire ses hautes qualités personnelles. Lui ne se permettrait jamais, grand dieu de parler des mouettes de cette façon, ni de faire des plaisanteries d’aussi mauvais gout ! Je m’étonne que l’on ne m’ait pas demandé de présenter des excuses.

En ce moment c’est le truc, les excuses. C’est la version moderne de l’aveu en confession auriculaire. Hier c’était le curé qui entendait la confession puis absolvait. Aujourd’hui, acquis du maoïsme et des pentecôtistes réunis, l’aveu doit être public, l’auto critique claire et sans astuces et la demande d’excuse humble. Ces trois instruments fournissent la panoplie moderne des nouveaux inquisiteurs.  N’oublions pas l’indépassable contribution que les médias peuvent apporter à tout cela en installant un pilori médiatique. C’est évidemment le rêve secret du dénonciateur : être consacré par un appui médiatique. Mais ce n’est pas tout. Ce genre d’indignation de commande alimente le merveilleux fond de commerce du règne du soupçon. Il est évident que cet homme (moi) ment quand il se dit écologiste, la preuve : vous voyez avec quelle désinvolture il parle de ces mouettes ? Cela montre pour finir son incompréhension de ce qui se joue et donc du rôle du « capitalisme dérégulé ».  D’une pierre deux coups : je ne suis ni écolo ni de gauche non plus. Un détail, l’usage des mouettes comme figure de l’engluement dans une situation qui vous dépasse a révélé ma vraie nature. Le grand rôle de notre temps est celui de « révéler », « dévoiler la vérité qui gêne », le « chiffre que l’on n’ose pas publier », « la mouette dont on ne veut pas parler ». De misérables rats d’internet, arrachent des petits morceaux de phrases de tous côtés puis courent d’un blog à l’autre poster des mises en cause de cette sorte, à longueur de journée. Nos malheureux webmestres s’usent à les chasser avec la même infatigable patience résignée qu’il faut en avoir à la saison des mouches.

Misère qu’ai-je dis ! Des rats, des mouches ! Encore bien des expressions qui dérapent et montrent le caractère nauséabond de ma prose ! Sans compter mon incompréhension de la part essentielle de ces deux nobles créatures, les rats et les mouches, à l’équilibre de l’écosystème social démocrate qui me surveille de près. A bientôt ! Bon foot ! Et rendez vous le 24 juin dans la rue!


166 commentaires à “Le foot montre l’exemple”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. le Prolo (PG 01) dit :

    Retraites et Coupe du Monde de football
    ou : Grosse ficelle et diversion

    le Ci-devant Sarkozy reprend en mains "l'affaire des Bleus" paraît-il.
    En ce moment même, une émission entière de "C dans l'Air" sur la 5 consacrée à ce qui est sans doute le problème du siècle...
    Sont tous en pleine psychose collective ou quoi ?

    Cette coupe du monde n'a rien à voir avec le foot, rien avec le sport, c'est juste un spectacle-business.
    Et un spectacle privé.

    Voir Mâme Bachelot aller psychanalyser "les Bleus", c'est aussi saugrenu et hors sujet pour un Ministre que d'aller consoler les patineurs d'Holiday on Ice ou les clowns du Cirque Bouglione.

    Enfin il me semble...

  2. Inquiet dit :

    @ Marc Aurèle : Je ne prends personne pour des cons et mes discours ne sont pas abscons. Et pour soigner mes inquiétudes, j'aimerais des arguments qui viennent d'ici. Mais quand je pose des questions simplissimes, on ne répond pas. (Sauf Michel Matain qui m'a répondu sur le régime politique)

    Ce que je veux exprimer c'est qu'il n'est ni plus ni moins raciste de trouver qu'une équipe de blanc représente mal un pays de noir que l'inverse. A moins qu'on me démontre le contraire.

    ydaho s'interrogeait sur la phrase de de Gaulle (sur la France et les étrangers). Peut-être que les idées de de Gaulle viennent aussi du FN ? Le "bon sens" d'il y a 50 ans a été remplacé par une idéologie de la diversité comme bien en soi (pourquoi ?) alors que l'assimilation était abandonnée. Ça tombe bien, ça rend service à la mondialisation économique. Mais vu qu'il est très mal vu d'émettre une réserve sur cette idéologie nouvelle qui n'a pas fait ses preuves (ou plutôt qui les a faite en terme de "communautarisation" de la société), les gens se taisent. Alors à chaque incident qui pourra être en relation avec cette question, les fafs et les racistes envahirons le net (avec le "cadeau du réel" sous le bras) comme ils le font maintenant et les "gens comme toi" n'auront rien à répondre à la population qui voit qu'on interdit le pinard et le saucisson mais pas les blocages de rue pour prière, que "l'équipe de France est vraiment à l'image de ce qui se passe en France", qu'il y a eu des émeutes ethniques à Belleville etc...

    Mais tu as raison, je vais cesser de soulever les questions gênantes ici. Je ne suis pas con, je sais que c'est très glissant et je vois que ça le restera parce qu'il ne faut rien dire. J'en ai parlé parce que le thème a été évoqué mais je ne suis pas un troll. J'aime le débat. Encore faut-il le pratiquer avec des gens qui l'aiment aussi.

    Sur ce, je prends tes conseils, je me les roule en pointe et je me les mets dans...

  3. Hold-up dit :

    Le gouvernement n'exclut pas de geler le salaire des fonctionnaires........jusqu'en 2013 (!).

    "Selon Les Echos, « des voix s'élèvent » à Bercy et à Matignon pour geler le point d'indice (la base du salaire des fonctionnaires) jusqu'en 2013. La hausse de 0,5% en juillet, prévue de longue date, pourrait même être compromise".

    Salaire des fonctionnaires : le gouvernement s'oriente vers une position dure
    http://www.lesechos.fr/info/france/020618889449-salaire-des-fonctionnaires-le-gouvernement-s-oriente-vers-une-position-dure.htm

  4. jean-marc dit :

    http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article3571

    Donc voila un nouveau pas dans la "diplomatie européenne" ! nous sommes incapable de constituer une politique économique interne cohérente (pas de transfert financier à l'intérieur de l'europe, pas d'harmonisation fiscale ou sociale.....) et nous allons y coller 6000 fonctionnaires.

  5. Inquiet dit :

    Petite précision : mes interrogations peuvent paraitre celle d'un petit blanc flippé franco-français, mais elles se posent à tous les pays de la même manière. Ce sont des questions de fond qui concernent la mondialisation et serais-je de n'importe quel pays, dans n'importe quel pays, je me poserais exactement les mêmes dans les mêmes termes. Vous n'êtes pas obligés de me croire... Les Français n'ont pas le monopole du communautarisme et des questions sur la disparition des frontières.

  6. Le webmestre dit :

    Inquiet

    Là c'est moi qui commence à l'être (inquiet).
    Je ne cherche pas à percer les motivations qui vous poussent à engager ce débat, mais devant votre insistance, je commence à trouver vos formulations suspectes.
    Un autre modérateur m'a également averti de son manque d'enthousiasme pour laisser se développer ici ce genre de théories. Un débat raisonnable sur les questions que vous soulevez serait peut-être possible, mais pas ici.

    Nous n'avons pas le temps de surveiller ce blog à tout instant, et vous vous engagez sur un terrain extrêmement glissant.
    Merci d'y mettre un terme et de chercher ailleurs les réponses à vos interrogations. Merci également aux autres de ne pas relancer ce débat qui n'aura pas lieu.

    Pensez plutôt à votre retraite.

  7. Inquiet dit :

    @ webmestre : ce n'était pas de l'insistance mais ayant rebondi sur le sujet, je répondais aux intervenants. Mais ne vous inquiétez pas, j'ai bien reçu le message.

  8. Hold-up dit :

    @Inquiet

    Le problème " Inquiet " - si je puis me permettre - c'est que vous mélangez plusieurs plans dans votre réflexion.Vous mariez la chèvre avec le lapin... c'est ça qui refroidit tout de suite de prime abord.
    Vous ethnicisez la problématique au lieu de la techniciser au vu de l'économie capitaliste du sport contemporain, les paris en ligne, les pots-de- vins, le spectacle planétaire, les matchs truqués, la propagande par le sport, cet ultime leurre du néolibéralisme en acte. (Et je veux bien croire que ce qu'est devenu le foot est à l'inverse des valeurs initiales, mais ce n'est pas le sujet...) -

    1/ Vous mélangez l'hier et l'aujourd'hui en faisant des corrélations qui ne sont pas des arguments raisonnables.
    - Vous rapprochez l'équipe de France actuelle avec l'équipe sud-Africaine du régime fasciste d'apartheid des années 1948 - 1991 (écouter l'album " Apartheid Is Nazism" du chanteur de reggae ivoirien Alpha Blondy n'est pas un mal pour évaluer la grosse bourde dans la comparaison) - Même sans analyser plus loin, votre exemple comparatif d'emblée n'est pas recevable.

    2 / Vous confondez "le vivre à part " des Afrikaners (la domination blanche fasciste) rendu obligatoire par les décrets de la dictature de l'apartheid et la réification à pont d'or qui veut que l'équipe Française se dote des plus
    " performants et talentueux " (même si visiblement ce n'est plus vraiment d'actualité) ou des plus " bancables " - Les joueurs se vendent et s'achètent comme des produits performants, des machines à taper au ballon avec en théorie la plus grande "perfection" - Vous feriez mieux de réfléchir à la gangrène du fric qui profile jusqu'à l'absurde et l'impuissance, plutôt que de faire la même erreur que le philosophe bancal, M.Alain Finkielkraut qui prend la charrue pour les boeufs. Il lui est plus loisible effectivement d'accabler une fois de plus les " quartiers sensibles " plutôt que le néolibéralisme qui tue dans les faits et la démocratie et la république. Les valeurs sportives suivent comme le reste. Pourquoi en serait-il autrement ?

    Alain Finkielkraut a soutenu l'élection de M.Sarkozy. Dès lors, faire la chasse aux pauvres et à "leurs mauvaises manières" - est une facilité de besogneux. Plutôt que de voir ce qui dans le néolibéralisme corrode, et la solidarité et le dit " civisme ", il botte en touche. A l'heure où " Lloyd Blankfein, dirigeant de la banque Goldman Sachs, que la modestie n’étouffe pas, a affirmé dans une interview qu’il accomplissait le travail de dieu ", M.Finkielkraut s'il a toujours la prétention à faire œuvre philosophique devrait trouver matière meilleure pour commencer plus sérieusement à travailler. http://www.pauljorion.com/blog/?p=12939

  9. Inquiet dit :

    @ Hold-up : merci de ta réponse (on se tutoyait à l'époque). Je voudrais réagir à quelques phrases (sans déroger à ce que m'a demandé le webmestre). Et puis je la mets en veilleuse.

    "Vous feriez mieux de réfléchir à la gangrène du fric qui profile jusqu'à l'absurde et l'impuissance," Mais je ne comprends pas pourquoi à l'évocation de certains sujets, on répond ce genre de choses. Mais j'y ai réfléchi ! Et mon avis est fait, re-fait et archi-fait là-dessus depuis longtemps ! Et c'est surement le même que le tien et celui de tous les commentateurs qui passent ici.

    "philosophe bancal, M.Alain Finkielkraut qui prend la charrue pour les boeufs. Il lui est plus loisible effectivement d'accabler une fois de plus les " quartiers sensibles " plutôt que le néolibéralisme qui tue dans les faits et la démocratie et la république." Je suis d'accord avec ça et j'ai dit qu'il n'était pas clair et que ses positions variaient selon les thèmes abordés.

  10. jean-marc dit :

    "Je suis d'accord avec ça et j'ai dit qu'il n'était pas clair et que ses positions variaient selon les thèmes abordés."

    C'est le cas si l'on n'arrive pas à comprendre les contradictions dans les politiques suivies. En Françe on a une politique sociale qui est basées sur un systeme de répartitions et pour des raisons historiques nous avons aussi une immigration qui si nous le comprenions bien est d'une certaine necessité, voir une chance. Soit les retraites et d'autres droit sociaux se font par capitalisation (ou assurances privées) soit il se font par répartition ou contribution communes. Mais il faut se demander ce que l'on fait pour integrer cette population, et ne pas utiliser le terme intégrer dans le sens "culturel" mais dans le sens social, c'est-a-dire leur donner du travail. C'est justement un point important pour le front de gauche d'intégrer cette problematique, parce que c'est aussi une clef des droits sociaux dans l'avenir (et deja maintenant). Si toutes les personnes en age de travailler avait un emploi, il n'y aurait pas de probleme de retraite. Et le fait de créer un abces sur le probleme des origines d'untel ou d'unetelle est un paravent pour aller dans le mur. On devrait plutôt chercher à voir ces personnes comme le nouveau proletariat, nouveau dans le sens ou il n'a pas forcement toutes la capacité de compréhension historique de notre systeme politique et social et lui donner la parole politiquement autrement que pour des luttes qui ne lui donne finalement rien. En définitive c'est à la Françe de choisir clairement son systeme social et de l'assumer, mais ne demandons pas à ceux qui sont le plus mal placer de le faire.

    http://cee.e-toile.fr/index.cfm/2010/6/18/Retraite--la-cl-dun-systme-de-rpartition-est-lemploi-et-la-croissance#comments

  11. ARAMIS dit :

    ET bien moi je voudrais que çà pête vraiment, mare de bricolages politico/syndicaux qui se renvoient la baballe en comptabilisant les points et les manifestants dans la rue pour se doner une marge de discussion. Comme dirait "l'autre" : "cà commence à bien faire". J'ai connu mai 68, 1995 (entre autres) et çà commence (effectivement) à bien faire. il faut aller au clash sans se la jouer régule, m**** alors. J'ai 59 balais et je suis toujours du combat. Alors : les mous du slip y en a ras le cul. Grève générale européenne et billes sur la table, bordel ! Sinon, que dalle ! Non mais. On ne va tout de même pas faire tapisserie en permanence, non ? ARAMIS

  12. 4 Août dit :

    @ ARAMIS

    Comme le dit, donc, Jean-François Copé dans une formule qui mériterait de figurer désormais dans les anthologies : « il règne actuellement une ambiance malsaine de nuit du 4 août ».
    Juste. Sauf qu’il faudrait remplacer malsaine par saine. Et c’est ce que les manifestations de ce jeudi pourraient bien illustrer éloquemment.
    (JFK)

    http://www.jeanfrancoiskahn.com/Une-atmosphere-malsaine-de-nuit-du-4-aout-,-s-inquiete-Jean-Francois-Cope_a171.html#last_comment

  13. Papa dit :

    Arrivant de le manif,j'ai eu chaud au coeur de voir toute cette jeunesse aux cotés des anciens qui comme moi aspirent à la construction d'une autre société!
    Les médias pourront triturer,nous enfumer avec le foot,rien n'y fera.Une grande journée pour le mouvement syndical.Mais maintenant il convient de passer à la construction d'une véritable alternative.
    Il convient donc que toutes forces du "front de gauche"intègrent d'autres composantes.je pense notamment à tous ceux qui sont dans le mouvement associatif.Il faut les associer c'est un impératif.
    Parmi tous les manifestants de ce jour,un grand nombre sont capables d'apporter leur pierre à la construction citoyenne d'un véritable projet à soumettre au peuple de France.
    Si nous restons à attendre et ne répondons pas aux aspirations de tous ceux qui souffrent de la politique de Sarko et ses sbires nous passerons une fois de plus à coté de la plaque.
    Et le peuple,une fois de plus ne nous le pardonnera pas.

  14. CLECH Stéphanie dit :

    Véritable mobilisation ?
    Je m'interroge...étant donné que les propositions gouvernementales sont toujours les mêmes et ne comptent pas changer.
    Je fais partie d'une génération (35-40 ans) poussée à des études longues et finalement s'engageant dans un travail modeste pour ne pas rester au chômage.Je n'ai pas fini de travailler pour partir avec toute ma retraite !

  15. Yannick GUIDOUX dit :

    Il y avait un syndicat des joueurs de foot dans le temps non? Mais à l'époque, les joueurs n'étaient pas payés une fortune....

  16. PAGES JEAN LUC dit :

    Football, sport, société
    Le lamentable épisode de l’équipe de France de foot au mondial de l’Afrique du sud monté en épingle et remué dans tous les sens par les médias, fait remonter toutes nos représentations, nos sentiments souvent contradictoires, nos positions idéologiques...et interpelle certainement chacun d’entre nous.
    Impliqué au cours de ma carrière dans le secteur de l’activité physique et du sport, comme professeur EPS, puis comme entraineur national de handball (équipe de France espoir et adjoint de France A), entraineur de clubs de handball de haut niveau masculins et féminins et amateur, professeur à la faculté des sports de Montpellier, actuellement formateur de cadres techniques fédéraux de handball, je voudrais amener quelques analyses et idées à notre parti et les soumettre à la réflexion collective.
    En effet l’attention braquée actuellement sur le foot peut être l’occasion pour notre parti d’approfondir nos analyses sur la place, le rôle du sport dans notre société pour s’apprêter à intégrer la gestion des pratiques physiques dans notre politique de progrès humain et de l’intérêt général.
    J’ai particulièrement apprécié votre débat avec des étudiants sur la culture pour laquelle sa vision est limpide et porteuse d’actions futures déjà bien cadrées
    Comme vous le dites vous même, le sport n’est pas votre tasse de thé ; vu les dérives et scandales qu’il engendre, cela se comprend mais ces travers sont de la même nature que ceux qui touchent toute la société et ils méritent d’être analysés au même titre que tous les faits sociaux si on veut agir en responsabilité.
    Les pratiques physiques, quelles soient sportives, de plein air, prophylactiques, d’éducation, de loisir ou de compétition, quelles soient le support de spectacles, sont des dimensions de la vie sociale.
    Comme pour les autres activités (culturelles par exemple), elles font l’objet d’énormes inégalités ; si nous voulons prétendre à gouverner, nous devons être au clair sur la place et les moyens que nous leur donnerons.
    Un peu d’histoire permet de mieux comprendre les contradictions, les enjeux, les luttes qui y sont présentes comme dans tous les secteurs de la vie sociale.
    Le sport codifié et organisé est apparu à la fin du 19° siècle et au début du 20° en même temps que la société industrielle à partir du besoin pour la classe dominante de s’occuper physiquement et sainement (mens sana in corpore sano) et pour les classes populaires de compenser l’abrutissement du travail sur les machines.
    Déjà les uns et les autres ne pratiquaient pas les mêmes sports, aux uns le cricket, le tennis, l’athlétisme, le rugby.. aux autres la boxe, le cyclisme, le football et ce n’est pas un hasard si c’est dans ces derniers que s’est développé d’abord le professionnalisme, façon pour les classes défavorisées de dépasser...


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive