17mai 10

Les mauvaises nouvelles des uns peuvent être les bonnes des autres

Leur truc ne marchera pas. Le nôtre si !

Ce billet a été lu 23  392 fois.

Je suis parti trois jours, sans télé, sans radio, sans journaux. J'avais à faire. Pendant ce temps mes amis au congrès de Die Linke à Rostok en Allemagne  et d'autres au contre sommet Europe Amérique latine à Madrid poursuivaient notre harassant agenda militant international sans lequel notre Parti de gauche serait hors de sa mission et de ses devoirs. Sitôt revenu, après plusieurs heures de ballade sans objet dans Paris la splendide et sur la terrasse sublime de l'Institut du Monde arabe, j’ouvre mon blog. Alors, les bras m’en sont tombés des épaules : ma dernière note a été lue plus de trente mille fois et il y a plus de mille commentaires. Signe des temps qui me dépasse. Je dis un mot quand même sur le sujet en fin de note. Mais, surtout, je dis ce que je sens avec ce recul, certes bien petit puisqu’il ne s’agit que de trois jours, mais le premier depuis longtemps. Dites : c’est vraiment la fin d’un monde. Il faut se préparer sérieusement pour la relève. L’affaire va être rude !

Oui c’est la fin d’un monde. Non seulement il n’y a pas d’autorégulation positive du système financier mais toute tentative pour le secourir ne sert à rien qu’à aggraver son instabilité génétique. La main invisible est une main démente. Ce truc est intrinsèquement irredressable. Je peux dire que ça m’angoisse. Je pense que beaucoup de gens sentent ça comme moi. Ce qui me frappe c’est l’obstination des dingues qui tiennent les manettes de l’opinion et de la décision. En trois jours j’avais oublié l’effet que ça fait de lire leurs contes à dormir debout sur les vertus de l’austérité et leurs martingales puériles sur les soi-disant cercles vertueux du moins d’Etat, moins de fonctionnaires, moins de service public, et gna gna gna. Au milieu de tous ces stipendiés, je retrouve mes ennemis intimes : les déclinistes. Montés sur le dos des amis de la douleur, à moins que ce soit l’inverse, ils débitent à longueur de colonnes, comme des pianos à musique, leurs insubmersibles certitudes hautaines à l’égard des gens simples qu’ils veulent encore et toujours mener au fouet. «Fainéants», «fonctionnaires», «gaspilleurs», «gréviculteurs» et ainsi de suite, en direct (pour les grecs et les espagnols) ou en suggéré (pour les français qui paient quand même le journal où c’est écrit). Le plus infâme c’est quand ils pleurnichent à l’évocation des «générations futures écrasées par la dette» ce bobard de café du commerce. Les générations futures, c’est clair qu’elles les préoccupent moins quand il s’agit de la diffusion des titres toxiques, des actions des pétroliers qui salopent la mer et pourrissent l’air ou de sortir du nucléaire.

Les refrains des déclinistes en font une véritable cinquième colonne de temps de guerre de la finance contre les peuples. Le truc du décliniste c’est toujours le même : « la France est en retard ». Toute mauvaise nouvelle est la bienvenue pour ce véritable parti de l’anti-France, les Baverez et consorts, qui insultent ce peuple, pour son bien -cela va de soi- à longueur d’années. En retard ! Toujours en retard le gros nul de Français ! En retard pour la souplesse du marché du travail, en retard pour le passage à l’économie de service, en retard pour encourager le risque et l’entreprise ! En retard pour abroger la carte scolaire, en retard pour développer l’enseignement privé ! En retard pour le classement de Shanghai des universités même si les gens de Shanghai eux-mêmes disent que leur classement ne vaut rien. En retard, c’est le mot pour culpabiliser celui qui ne veut pas passer pour un fainéant et qui a toujours peur déjà d’arriver en retard au boulot ! En retard pour la réforme des retraites qui permettrait pourtant cette grande avancée de civilisation, à laquelle «même les sociaux-démocrates ont travaillé dans toute l’Europe» et  qui ferait travailler les vieillards comme nos arrières grands parents en avaient déjà la chance.

J’en profite pour remercier à nouveau notre bon maitre qui permit à mon arrière grand-père de rester à la maison à partir de soixante quinze ans et lui promit de lui « donner de quoi », privilège auquel mes deux grands pères n’eurent pas accès ayant eu la malice de se soustraire à ces bienfaits en mourant de maladie professionnelle l’un à trente trois ans, l’autre à cinquante six comme des tire au flanc qu’ils étaient. Je donne ces exemples, moi qui n’aime guère personnaliser les problèmes politiques, pour rappeler aux nigauds qui se laissent endormir par les bobards des puissants quels chemins à rebours ces gens veulent nous faire prendre. De tous les griots du système, le pire est le décliniste ! Car il prétend enchaîner la victime aux intérêts des ses bourreaux par le sentiment de culpabilité qu’il est si facile de faire ressentir à ceux qui triment sans jamais voir le bout d’aucun effort. Et, pire que tout, le décliniste veut faire croire que la France ne peut rien, et donc que le peuple serait impuissant et même en grand danger s’il se soustrayait à la médecine de cheval qui lui est prescrit. Mais je les comprends. Mieux vaut pour eux prévenir que guérir et la meilleure police est celle qu’on installe dans la tête des gens. Sinon gare ! Car la France peut à peu près tout. Y compris dévaliser les dévaliseurs. Organiser un autre partage de l’oxygène disponible. De bon gré, ou de force cela va de soi. En tous cas c’est que nous nous ferons le moment venu. Et je pense qu’il viendra plus vite que d’aucuns le croient.

Passé le dégout que ces gens m’inspirent, d’un autre côté je ressens aussi l’incroyable énergie que donne le sentiment d’avoir vu juste pendant toutes ces années où le monde du casino triomphait ! L’autre jour Stéphane Bern – mais oui- dans l’émission « le fou du roi »à laquelle je participais, disait que des gens comme moi passaient pour des extra terrestres il y a quelques années et que, à présent, ce que nous disons « va de soi ». Ce genre de franchise n’est pas dans les moyens du commentateur politique traditionnel qui, lui, est trop intelligent pour reconnaitre l’ombre d’une erreur d’appréciation au cours des dix dernières années ou même des cinquante dernières qu’il est éditorialiste au « Nouvel Observateur ». Pourtant, comme les choses vont vite ! J’ai même lu Pierre Moscovici, le seul dirigeant du PS qui annonce vraiment la couleur au milieu de cet empire de faux-culs, dire que les riches devraient payer ! Eh ben Pierre ! Ca va pas de faire ton petit Georges Marchais, toi aussi ? Quand je vois ce glissement des mots qui passent d’une bouche à l’autre j’en ressens d’autant plus fortement une immense  gratitude à l’égard de ceux qui ont maintenu la flamme intellectuelle et militante du combat radicalement opposé à ce système pendant les années de la terreur intellectuelle des libéraux et sociaux libéraux. Quels qu’aient pu être leurs éventuels excès et erreurs, je dis bien éventuels, ils ont maintenu la lumière allumée pendant l’interminable décennie des endormeurs et des inquisiteurs.

Même les riches, crient au loup. Pas leurs griots qui n’ont pas reçu encore leur nouvelles fiches d’éléments de langage et continuent la chanson d’hier. Ceux qui ont le fric. Vraiment. Pas les idéologues payés par des colloques, des croisières explicatives, et ainsi de suite ! Juste les gens qui ne se paient pas de mots. Ceux là savent que les cures d’austérités ne guériront personne en Europe. Ils savent que les Etats endettés vont l’être davantage du fait de la récession que ces politiques engendrent. Et donc du point de vue même du système c’est une aberration de traiter le mal par la saignée. Que la dictature des marioles qui parient sur l’effondrement de la Grèce pour encaisser le montant de leurs titres d’assurance va continuer de plus belle et de façon tout à fait raisonnable du point de vue de leurs intérêts. Et que les analystes qui le comprennent sont également parfaitement raisonnables parce que c’est ce qui va se passer vraiment. Et que les premières à se casser la figure vont être les banques gavées de titres que leur propre spéculation ont rendu pourris. Et ainsi de suite. Et ceux la connaissent la vérité. La voici. La collinette de dettes publiques est là et ce n’est rien à côté de la montagne des dettes privées. Et tout cela ne se purge pas avec des plans d’austérité dont aucun ne pourrait suffire à combler le trou sauf à tenir tout le monde en état d’anémie pendant un siècle. Mais par la dévaluation, l’inflation ou la guerre. Et tout cela peut être éviter à condition de lisser le tout dans le temps en faisant ce qu’aucun ne veut faire : prendre dans la grosse caisse de quoi lisser l’effort. Evidemment ça n’exonérera pas du devoir de tout changer au mode de production et d’échange, au contenu de la production et à la grille générale de l’utilité publique des dépenses, mais du moins ça nous épargnerait ce que seuls les fous peuvent vouloir de sang froid c'est-à-dire la catastrophe. Si mon avis sur le sujet paraît excessif, je vous renvoie à ce débat que j’ai eu avec monsieur Alain Minc  au Forum de Lyon de «Libération». C’est lui, répondant à un auditeur qui nous interrogeait sur la façon dont se réglerait le problème de la dette, qui déclare : dans l’histoire cette question s’est toujours tranchée par ces deux moyens : l’hyper-inflation ou la guerre et parfois les deux à la fois. Pourquoi ne le dit-il plus s’il le pense vraiment ?

Et celui-là, monsieur Patrick Artus ! Il vote pour moi maintenant ? C’est le directeur des études économiques chez Natixis.  C’est dans « le Monde » de dimanche-lundi 17 mai. Je vous livre seulement la conclusion mais c’est tout l’entretien qu’il faut lire en dépit du titre révulsif « les marchés sont pour une fois raisonnables » qui fait craindre une nouvelle rasade de catéchisme décliniste. A la fin voyons cependant de plus près cette magnifique question sans a priori politique idéologique : «La France n’est pas l’Espagne mais doit aussi réduire son déficit. Le plan Fillon suffira-t-il ? » demande malicieusement Anne Michel. Horreur, que répond cet Artus ? Au fou ! Au Mélenchoniste ! Au Buffetiste ! Au Besancenotiste ! Lisez lentement, c’est suave. « Selon nos calculs, il faudrait qu’en deux ans la France réduise son déficit de 96 milliards d’euros. Le gouvernement assure que la croissance apportera 20 milliards d’euros mais il se fonde  sur une prévision optimiste de 2,5% S’il faut trouver 96 milliards de réduction de nos déficits structurels ce sera compliqué. Cela représente deux siècles de bouclier fiscal ! On peut toujours comme en Grèce décider de ne plus payer les retraites ni les fonctionnaires. Ce n’est pas efficace. La seule façon de faire  c’est de procéder à une grande réforme fiscale en alignant la taxation des revenus du capital  sur celle du travail. Cela pourrait rapporter 100 milliards d’euros sans dégâts économique puisque ces revenus sont épargnés ! » Champagne ! Vous voyez les amis ? Encore un effort. Le moment venu on ne manquera pas de monde pour faire le boulot et taper là où il faut taper.

En tous cas voici ce que devrait faire un gouvernement de Front de gauche, s’il était aux manettes. Premièrement : pas de panique ! En toute hypothèse rendre coup pour coup. Evidemment rien dans le Traité de Lisbonne ne nous interdit, sans violer aucun accord international, de nationaliser les banques non mutualistes de ce pays. Je parle de celles dont le bilan n’est pas pourri jusqu’à la moelle. Il y a tant de façon de prendre le contrôle de ces petites choses ! En tous cas la formation d’un pôle public financier est la priorité pour prendre le contrôle des flux sanguins de l’économie qui est aujourd’hui dans les mains maladroites d’addicts aux produits toxiques. L’existence d’un tel pôle, par sa puissance et sa solidité nous permettra d’ailleurs en créant le seul rapport de force ordinaire entre malade et bien portant, de créer une vraie ambiance de travail avec le reste de la finance. Il faut tenir compte du fait que dans ce bras de fer, si les gros bonnets s’y risquaient, nous aurions aussi une bonne partie des salariés du secteur bancaire de notre côté. Autant dire la bombe atomique ! Deuxièmement au lieu de pleurer notre gouvernement se réjouira de voir que plus l’euro se déprécie et mieux on se portera ! Il faudra saisir la situation comme une opportunité. Car cette dévaluation est largement bienfaisante. Elle abaisse le prix des marchandises que nous produisons en Europe et renchérit celle des voyous délocalisateurs. Jouissance pour les nôtres, punition pour les traitres : que du bonheur. Je rappelle aux hypocrites qui font mine de s’indigner que l’euro a commencé à 0,80 contre un dollar et que la tactique des Etats-Unis a été de couler leur monnaie pour rattraper les gains de productivité qu’ils étaient incapables de faire dans un pays où l’investissement privé et l’énergie de la libre entreprise est pour bonne part une fable pour la cléricature libérale européenne. Je rappelle aussi que les chinois rient au nez de tous ceux qui leur demandent de réévaluer leur monnaie. Mais il est vrai qu’eux n’ont pas encore découvert notre géniale invention qu’est une banque centrale indépendante chargée seulement de la stabilité des prix ! Sacrés chinois !

Et voici que s’avancent les comptables d’un soir ! Ils frisent l'apoplexie! On va importer de l’inflation ! Et alors ? L’inflation ronge la rente ! Bravo ! Le fric doit tourner ou crever ! Vu du sol c’est tout bon aussi. Que les marchandises qui  entrent coutent plus cher, voila qui est parfait : il s’en consommera moins. Bonne occasion pour relocaliser ! De toutes les façons, à terme, s’il s’en consomme moins leur prix baissera pour la raison que l’Europe reste le premier acheteur premier producteur et première masse monétaire du monde. Bon, voyons un exemple d’inconvénient relatif. Un cercle vertueux : le pétrole plus cher ! Tant mieux ! Ca vaut la taxe carbone pour ralentir le rythme de la consommation de ce truc nuisible, accélérer le travail pour installer des substituts écologiquement viables, dynamiser les programmes d’économies d’énergie. Nécessité fera loi puisque la raison n’y a pas suffi. Si ca va trop loin la marge est dans les taxes qui y sont affectées. Et si besoin, on peut parfaitement rétablir un contrôle des prix sur ce produit hautement spéculatif. Facile comme un décret. De toute façon les récalcitrants n’ont pas le choix. L’essence qui ne serait pas vendue aux français écroulerait les cours et les compagnies hostiles. Sans oublier que la réquisition est légalement possible dans notre pays comme dans tout le reste des autres nations démocratiques car aucune ne peut laisser croire qu’elle laisserait les intérêts privés s’imposer face à l’intérêt général.

Mais, monsieur Mélenchon combien de temps faudra-t-il pour que ces inconvénients relatifs dont vous vous accommodez si facilement fassent leurs effets ? Et voici ma réponse : un certain temps. Et à mon tour je pose une question : Quand pourra-t-on jouir des effets positifs de vos merveilleuses cures d’austérité dont vous vous accommodez si facilement ? Et je suis obligé de reconnaitre que vous, au moins vous le savez parce que vous les avez déjà expérimentées partout dans le monde. Et voici la réponse : jamais. Parce que ça n’a jamais marché. Et il suffit de voir dans quel état sont vos cobayes en Europe de l’est après que le docteur FMI les a soignés ! Vous êtes au courant ? Voyez les bons élèves lettons et estoniens ! Ah, comme ils ont été encensés pour leurs dirigeants jeunes, tellement jeunes mon cher, sortis des bonnes écoles étasuniennes, initiateurs d’une magnifique économie bâtie sur les dettes privées, l’immobilier facile et tout le business qui a fait aussi la fortune des irlandais, des espagnols et de tant d’autres ! On leur a pardonné de voter des retraites aux anciens SS, leur ministre qui participe à des rassemblements d’anciens nazis et toutes ces choses tout à fait secondaires quand il s’agit d’insulter les russes. Bref, en dépit de tous ces talents, la rigolade n’a pas duré. Les remèdes de tonton FMI ont frappé forts ! L’économie s’est contractée de 25% en Estonie et de 20% en Lettonie ! Bien sur cela a un coût humain : 22 % de taux de chômage en Estonie et 15,5% en Lettonie ! Salaires et retraites se sont effondrés ! Budget de la Santé rabiotée, celui de l’éducation amputée, tout ça se paiera un jour ou l’autre plus cher que le présent déjà cruel ! Tout ça est horrible ! Pas pour notre chère « Europe qui protège » ! Elle au contraire cite cette purge en exemple. L’Estonie est régulièrement félicitée pour sa prochaine entrée dans « l’euro qui protège ». Imaginez que grâce à ces remèdes la dette publique est seulement de 7% du PIB (60 % autorisés par le pacte de stabilité !) et le déficit budgétaire est limité à 1,7% du PIB (3% autorisés).

Bien sûr il y a quand même une face cachée. Ce sont les milliards injectés par notre chère « Union qui protège » dans l’économie lilliputienne de l’Estonie. Jusqu'à 8 % de son PIB ! Eh bien ? A quand le rétablissement de la prospérité ? Où s’arrête la potion amère et commence le cercle vertueux ? Malgré toutes ces merveilles et fées bienfaisantes appliquant la torture sans discontinuer, aucun économiste ne prévoit un mieux avant 2015 ! Et  encore : le mieux en question consistera seulement en une situation encore inférieure à celle de 2007 pour la Lettonie et 2006 pour l’Estonie ! Sachant que la crise a éclaté en 2008 cela fera sept ans de malheurs avant de commencer à se retrouver au niveau de brutalité antérieur ! A bon entendeur salut ! Sachant qu’aucune des grandes économies du reste de « l’Europe qui protège », comme celle de la France, de la Grèce de l’Espagne ou de l’Italie ne pourra jamais bénéficier du niveau de transferts européens auquel ces économies naines ont eu droit, la démonstration est faite. Cette politique ne mène nulle part, à aucun horizon rationnel, tout simplement. Dès lors, faute d’efficacité, quelle est la légitimité des politiques d’austérité et de rigueur? « Aucun gouvernement ne devrait accepter des mesures qui l’obligent à saigner son économie pendant une durée indéterminée pour pouvoir se redresser » Ce n’est pas une résolution du secrétariat du Parti de Gauche qui le dit mais le journal « The Guardian » sous la plume de Mark Weisbrot, économiste américain codirecteur du center for économic and policy research, à Washington, que j’ai lu dans le journal peu suspect de gauchisme « Le Courrier International ».

Juste pour le fourniment en arguments, dans le cas où cela serait nécessaire aux lecteurs de ce blog. Je voudrais signaler la publication de ma tribune dans « le Monde » en réplique à monsieur Peyrelevade et à ses accusations de mensonges, à propos du partage de la richesse dans notre pays, dont il m’accable, moi et mes semblables en hérésie, depuis maintes semaines. Et une interview dans « Libération » à propos des inepties de la Commission Européenne sur le contrôle du budget  des Etats ! Un nouveau palier de franchi dans les prétentions tyranniques de cette commission avec l’idée de soumettre les budgets aux commissaires avant leur examen par les assemblées des Etats souverains qui composent l’union ! Non seulement c’est une monstruosité anti démocratique mais c’est une aberration quand on pense à qui on confiera ce contrôle. Non seulement ils ne sont élus par personne mais en plus, quoi, vous voyez le niveau ?  Un Herman VanRumpuy décider le budget de la France, lui qui était incapable de s’occuper de celui de la Belgique ? Vous voyez la baronne Ashton obligée d’apprendre où est Paris avant de se prononcer sur le niveau de nos dépenses pour la défense nationale ? Ou un Barroso, viré du Portugal par les électeurs, apprécier le niveau de nos dépenses d’éducation ou de sécurité sociale ? Il est largement temps de clouer le bec de ces illuminés.       

Je finis sur le niveau de fréquentation de ce blog. D’abord je vais dire que ça me fait très plaisir. Ce n’est pas tout le monde qui a cet honneur. Pour autant, cela ne me donne pas la grosse tête. Je ne pense pas avoir écrit le document du siècle. Juste un papier d’humeur pour participer à maintenir la résistance morale contre les très intelligents qui mènent le monde en général et notre pays en particulier. C’est moins documenté que les propos de mon camarade Jacques Généreux qui est, lui, un guerrier homologué pour la première ligne. Du coup je vois mon blog comme halte utile en chemin pour les nombreuses troupes qui montent au front harceler les blogs, sites et tutti quanti des ennemis du peuple et leur jacassin absurde. Ici on fourbit son matériel et on partage ses  munitions. Bienvenue les amis ! En tous cas, je préfère être franc : les quatre cent premier commentaires j’en ai lu une bonne partie au pas de charge et à mesure qu’ils arrivaient, avant de partir au vert pendant mes trois jours. Mais les six cent suivant, je n’ose même pas dire que je les ai survolés. Combien de temps me faudrait-il pour reprendre le fil du débat et des informations que tout cela contient ? Pourtant ces commentaires sont une mine. Je pioche moi aussi, d’habitude, là dedans comme un gourmand. Si je mets de côté quelque personnes que je suis désolé de déranger avec mes notes, compte tenu de la permanence de leurs intemporelles polémiques personnelles, et quelques incorrigibles zazous qui me recollent des kilomètres de prose qu’ils doivent coller partout ailleurs, tout le reste fourmille de raisonnements d’autant plus rigoureux que le premier qui se laisse aller à de l’à-peu-près se fait sévèrement ramasser par les autres ! Donc, je vous invite non seulement à me lire (hum quand même je peux continuer à croire que c’est aussi pour ça qu’on me rend visite, non ?) mais à lire même en vitesse les commentaires. Ne vous laissez pas impressionner par les duels privés que j’accueille aussi. L’œil a vite fait de sauter les lignes quand il le faut, vous le savez aussi bien que moi. Ici: libre fourniture d’arguments et de liens utiles. Merci à tous. Signé: de la part de votre produit d’appel.

Tags: , , , , , , , , , , , ,


695 commentaires à “Leur truc ne marchera pas. Le nôtre si !”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. 4 Août dit :

    Retraites. Sondage en ligne sur lefigaro.fr

    Faut-il imposer une taxe supplémentaire sur les hauts revenus pour financer les retraites ?

    Votants 24053
    Oui 65.14%
    Non 34.86%

  2. le niglo dit :

    @ jlm et à tous

    Bravo à toi ainsi qu'à j.genereux que j'ai saisi sur son blog au sujet des rentrées de TVA qui ne sont sans doute pas à la hauteur de la réalité (restaurants, coiffeurs et prestataires diverses...).

    Cependant, mon propos n'est pas sur ce sujet, en effet la semaine dernière je crois que les députés ont adoptés une loi sur les déchets. C'est encore ceux du bout de la chaîne qui vont payer. Toujours haro sur le baudet! Dès la création du PG j'avais proposé à nos réflexions nationales que le recyclage des déchêts soit payé par le géniteur de ces derniers. En effet cela amenerait les industriels à être plus écolos évitant ainsi les doubles et triples emballages et être soucieux du coût de leur destruction.

    De plus cette contrainte gènerait les importateurs lointains, et ferait rentrer des devise (taxes de recyclage collectées en douane) ces dernières pourraient créer des emplois pour des centaines de personnes sans qualification.

    Ma proposition d'amendement au PG a été retenue mais différée à des débats futurs.

    Sur tous ces sujets il est important de réfléchir afin de COMPLETER un programme pour le candidat au présidentiel de la VRAIE Gauche.(je mentionne " compléter" car au PG nous avons déjà un programme qui tient la route).

    Nous sommes peu nombreux au PG, mais ce n'est pas un handicap car nous avons la qualité. Le nombre n'a pas d'importance, ce sont les idées et le dynamisme de cette force qui est la seule à l'heure actuelle à ouvrir une autre voie pour le PEUPLE.

    Amitiés à tous, soyons fiers de notre parcours.

    le nigo PG 12 Aveyron

  3. ydaho dit :

    Bonjour, j'ai fait mes 200 bornes.. ça me met toujours de mauvaise humeur..

    Jean Luc Mélenchon : Président ! :-)

  4. ydaho dit :

    Le silence sur ce qui se passe à Bangkok est assourdissant. Imaginez une seconde les militaires iraniens ou chinois ouvrir le feu avec des balles réelles sur des civils armés de lance pierres et de bâtons en bambous!
    Déjà une cinquantaine de morts depuis début avril. L'armée organise depuis jeudi soir une véritable répression contre les Chemises rouges....Blocus du quartier par des coupures d'électricité et d'eau. Des snipers sont postés sur des toits et tirent sur des cibles à portée de vue. Sae Deng, responsable de la sécurité des "rouges" a été le premier visé jeudi soir. Il est grièvement blessé à la tête et entre la vie et la mort. Une véritable tentative d'assassinat. Un journaliste australien basé à Bangkok a fait un compte rendu effrayant de son passage dans une zone que les militaires ont appelé "killing zone". Voir le lien :
    http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2010/05/16/nick-nostitz-in-the-killing-zone/

    La scène a été filmé en partie :
    http://www.facebook.com/video/video.php?v=123968350962277

  5. spartacus dit :

    il fut un temps ou un pays, la chine avait un grand timonier à sa tête,c'est comme ça que les chinois l'appelé.il a coîncidé avec ce qu'ils ont nommé le grand bond en avant.en FRANCE aujourd'hui avec sarko et sa bande c'est le grand bond en arriére.voila ce qu'ils nous proposent.a nous de dire non merci!

  6. rem66 dit :

    bien d'accord pour les virer a la baionnette, ils ne comprennent que ce langage, ils pleurent sur des caisses soit disant vides, elles ne le sont pas pour tout le monde.... qu'ils crevent....

  7. Darthé-Payan dit :

    Jean-Luc, je me retrouve dans ta note et notamment sur la crise et sur la nationalisation des banques mais attention sans avoir le pouvoir et le contrôle de la monnaie notre pays même en nationalisant les banques ne pourrait faire une politique de rupture avec l'ordre capitalisme, une meilleure répartition des richesses ou lancer dans le cadre du plan les programmes de reindustrialisation de la France ou du du développement des unités agricoles.

    Il nous avoir le pouvoir sur la monnaie. Il en réulte une décision importante à prendre rompre avec l'Union Européenne et la BCE sans oublier le GMT.

    La commission oligarchique et a-démocratique de Bruxelles qui cherche a imposer son pouvoir de tutelle sur les Etats nations souverains. Oui il faut rompre avec cette union européenne avant qu'il ne soit trop tard. Le Grand Marché Transantlantique (pourquoi pas une convention nationale du PG élargie au Front de Gauche pour aborder la question du GMT ?).

    Peu de personnes semblent se rendent compte de ce qui se prépare en 2015. Je sais que parfois tu essaies d'aborder la question dans les médias mais vu comment les émissions et les débats sont oerganisés bien souvent tu n'as pas trop la parole ou alors tu n'as pas l'opportunité d'en parler ou qu'il n'y a pas assez de temps pour développer le dossier.

    Le sujet du GMT est complexe et donc il faudrait du temps pour en prendre connaissance et en faire le tout. D'où mon appel à une convention.

    Pour ma part, je participe avec mon cercle et mon comité à une session de formation et de questions-réponses mercredi 19 mai sur ce dossier du GMT avec un prof d'économie et un prof de droti international spécialisé dans le droit communautaire.

    Je me rendrais aussi à la confèrence en région toulousaine sur Jaurès la question nationale et la république qui se tient vendredi 21 mai.

    A bientôt de te lire.
    Salut et fraternité
    Fabien

  8. humaniste dit :

    Ouf ! Quel plaisir de lire enfin un vrai, un authentique, un passionné et compétant ; cela ne m'étonne pas de Jean-Luc Mélenchon tellement je l'avais déjà remarqué lorsqu'il était encore encarté au PS.
    Il a eu ce courage digne des GRANDS ; oser taper dans la fourmilière.
    Ma seule crainte est que des "tordus" viennent "infiltrer" son, notre groupe.

    Serait-il notre sauveur pour qu'encore une fois la France soit la première à montrer au monde que nous sommes toujours là pour montrer le vrai chemin à l'HUMANITE, pour qu'enfin une bonne fois pour toute "l'être passe avant l'avoir".
    Merci et je diffuse à fond le BLOG.

  9. Samuel (PG59) dit :

    @ Alain,
    @ Jean-Marc,

    Le lien vers la circulaire du 18 janvier se trouve ici : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021712266. Elle prétend « clarifier et sécuriser le cadre juridique des relations financières entre pouvoirs publics et associations ». Elle réaffirme la liberté d’association comme un droit fondamental inscrit dans la déclaration des Droits de l'Homme. Mais elle impose aussi aux associations et aux collectivités des conditions si restrictives que, dans la pratique, elle remet en cause ce droit fondamental.

    Un appel, lancé à l'initiative de RECIT, Action Consommation et la FNFR a déjà recueillit plus de 2000 signatures, et un recours au tribunal administratif est envisagé. N'hésitez pas à le signer et le faire signer !

    http://www.associations-citoyennes.net/

    Samuel

  10. stephane grim dit :

    En quelques jours c'est un concentré d'arguments denses :
    Frédéric Lordon à Arrêt Sur Image "Nationaler les banques ?"
    Jacques Généreux sur Parlons Net
    Jacques Sapir sur Marianne2 (mais aussi son texte de novembre 2009)
    Et bien sûr les interventions écrites ou orales de Jean-Luc Mélenchon ou M. Billard

    Je n'ai pas oublié que le premier homme politique que j'ai vu parler de ses "noirs nuages à l'horizon", les mêmes que je voyais monter depuis le milieu des années 90, c'était Jean-Luc Mélenchon à Rouen lors du grand meeting de 2005...

    De ces textes on voit se dégager deux approches, nationaliser une partie ou la totalité des banques. Lordon penche clairement pour la seconde et j'ai tendance à croire que cela aurait l'immense avantage de contrôler plus efficacement la situation compte tenu de la probable dégradation intense de la situation. En clair aller contre l'idée d'économie de marché dans ce domaine pour avoir une coordination indispensable afin de maintenir la circulation monétaire, la continuité de financement des acteurs économiques ; dans cette logique on aborde la question des secteurs qui doivent être soustraits au privé ou réguler drastiquement pour la raison suivante : leur centralité, le fait qu'ils soient des biens communs vitaux.

    Mais alors quels sont ses secteurs ?
    - L'eau (d'autant plus compte tenu des abominations perpétrées par les entreprises françaises au niveau international)
    - les banques ou l'encaisse monétaire
    - L'énergie, mais sur ce point j'ai déjà eu l'occasion de dire que je penchais pour sortir d'un système de flux et réseau pour développer un service public du contrôle et du suivi ; faire un pôle énergétique (toutes sources d'énergie). Cela signifie qu'on pourrait envisager une nationalisation temporaire avant localisation de la production.
    - Les transports en commun par une convergence obligatoire et donc une sortie de la mise en concurrence entre les systèmes (route, rail, air, eau)
    - Les assurances, du moins temporairement et en bridant toute possibilité de concentration ; le but étant de leur casser les reins et remettre dans le circuit économique l'ensemble de leur possessions (terres, bâtis, etc)
    - la finance, plus précisément la Bourse, avant de décider d'une fermeture définitive ou non, compte tenu de son caractère nuisible. Sur ce point la fermeture des flux financiers est un impératif en tout cas, avec réflexion sur l'étendue de la zone (suivant les négociations avec les partenaires de l'UE), notamment du fait de la présence de certains des principaux paradis fiscaux (Luxembourg et Royaume Unis) au sein l'Union Européenne.
    - La Grande distribution, par une nationalisation temporaire, à l'équivalent d'une réforme agraire, avec une législation redéfinie ; le but étant de libérer l'ensemble du tissus économique asphyxiés et poussés à détruire l'emploi, de réaménager la distribution sous forme privée ou...

  11. Pierre dit :

    Merci camarade berger.
    "Parmi ceux qui aboient avec les loups, dieu reconnaitra les chiens...."
    Et bravo à Généreux qui sonne bien mieux à l'oreille que Trichet....
    "Le vent se lève, il faut tenter de vivre!"

  12. stephane grim dit :

    désolé pour "Ces noirs nuages..." et "régulés drastiquement"

    Pour la fin il manque : "sous forme privée ou associative en petites structures sur l'ensemble du territoire, de réduire l'impact des transports par voie de conséquences".

  13. COLLONGE Madeleine dit :

    Revenue hier soir du Plateau des Glières, haut lieu de résistance où se déroulait non seulement un bel hommage, mais aussi aussi une protestation de 3000 à 4000 personnes contre le démantelement de tout ce qui avait été mis en place par le Comité National de la Résistance? La neige et le froid n'on rien empêché. Résistance à tout crin. Et ce matin cerise sur le gâteau, votre texte comme à l'accoutumée, brillantissime. OUI LA REVOLUTION EST EN MARCHE ET TOUS LES MEMBRES DU Front de Gauche Y PARTICIPENT. Espérons que la victoire sera au bout, et qu'elle ne soit pas trop sanglante.

  14. Babeuf dit :

    Papier une fois de plus admirable et réoxygénant, M. Mélenchon.

    Authentique patriote, vous êtes le seul à pouvoir réconcilier la gauche avec l'idée de Nation, et par conséquent la gauche avec le peuple, ce qui me semble aujourd'hui être la jonction indispensable afin d'abattre cette tyrannie financière mondialiste qui nous mène droit dans le mur, avec arrogance et crétinerie crasses.

    Continuez, par votre voix, à réinsuffler un espoir à une jeunesse (j'ai vingt ans) qui semble condamnée à ne vivre qu'au rythme de l'austérité, de la précarité, de la concurrence, de la compétitivité, de la "valeur" travail, de la modernisation, de l'adaptation,

  15. Jacques Monge dit :

    Bien cher produit d'appel, bien cher Camarade Jean-Luc. Je ne te remercie même pas : tu fais ton boulot. Et quel boulot! De la reconnaissance alors. D'un sexagénaire militant, bien content d'avoir été un des Délégués à Limeil-Brévannes [PG77, Comité Pauline Roland]. Ceci dit je me marre : au PCF de 62 à 68, malgré l'Algérie, au PCMLF [l'Officiel] de 69 à 75, ne voilà-t'il pas que ma boussole préférée est un ancien de l'OCI! Sans oublier l'autre analyste, l'incontournable Plenel, mais il n'était qu'à la LCR... Que les convictions soient, et perdurent. Nous comptons sur toi Camarade, compte sur nous.

  16. Descartes dit :

    @Hold-up (#1155 dernier fil)

    Avez-vous déjà vu René dénigrer avec une telle virulence la Droite ? Jamais. Même avec parcimonie, il ne la critique jamais. Dénigre t-il les marchés, les gouvernements de Droite en Europe ou ailleurs qui appauvrissent les peuples ? Ne serait-ce qu’une once de leur politique ? Jamais. Critique t-il les banques qui poussent ces mêmes États européens à la banqueroute et à voter leurs politiques antisociales ? Jamais, Ô grand dieu, jamais !

    Mais franchement, ca servirait à quoi ? Quelle pourrait être l'utilité de "dénigrer la droite" ou "dénigrer les banques" alors que sur ce blog tout le monde est d'accord sur ce sujet ? Est-ce que cela apprendrait aux distingués participants de ce forum quelque chose qu'ils ne savent pas encore ? C'est un peu le même problème qu'avec les gens qui me reprochent de "parler de ce qui divise" au lieu de "parler de ce qui unit". Mais quel est l'intérêt de parler de choses dont tout le monde est d'accord ? Ce sont les choses qui posent problème qu'il nous faut discuter...

  17. Jean-Jacques Duval dit :

    @ laetSgo

    Pour ajouter un mot à ce post, en plus des articles de Lordon, excellents, que les abonnés à Arrêt sur Images aillent sur le site écouter le même (Lordon) Si l'ensemble est long, le meilleur est dans l'acte 6, où comment renationaliser les banques pour pas un rond ! Savoureux !

  18. ydaho dit :

    Moi c'est ce lien qui me dégoute aujourd'hui...

    http://www.bloc-identitaire.com/actualite/1289/esprit-resistance-nous-anime

    Je croyais ne jamais voir "ça".. :-(

  19. Descartes dit :

    @lemexicain (#1163 dernier fil)

    Je reviens une dernière fois sur le nucléaire… Camarades, aviez-vous vu le reportage intitulé « Uranium, le scandale de la France contaminée », diffusé l’an dernier sur France 3 dans l’émission « Pièces à conviction » ? Je doute qu’il ait été réalisé par des écolo-bobos,

    Et qu'est ce qui te fait "douter" ainsi ? Désolé, mais le reportage en question non seulement a bien été réalisé par des écobobos pour des écobobos.

    et pourtant c’est sans appel !

    Tout à fait. C'est une excellente illustration de comment on peu jouer sur la peur irrationnelle des gens pour vendre du papier. Pas un élément, pas une donnée dans le reportage qui soit vérifiable. Ca en dévient comique. Le moment le plus rigolo c'est certainement la séquence où la mère Lucet devant un responsable d'AREVA sort d'un coffret en plomb un sac contenant soi disant des substances radioactives très dangereuses en faisant tout le théâtre "ceci est très dangereux, faut pas s'en approcher, il faut le manipuler avec précaution" et que le mec d'AREVA prend le sac à pleines mains...

    Tu as un autre exemple de ce langage dans l'article cité par Hold up (#1166) (en italique, mes commentaires):

    Cependant selon la CRIIRAD, le réaménagement des sites a consisté à simplement recouvrir certains secteurs radioactifs de remblais en terre végétale [aucun document ou référence vérifiable, l'affirmation de la CRIIRAD suffit]. Les déchets radioactifs sont toujours dans le sol. La CRIIRAD estime donc que la procédure de réaménagement a été totalement insuffisante [sur quel critère ? on ne le saura pas]. Elle rappelle par ailleurs que les frais de ce réaménagement ont été pris en charge par un budget Européen (le Fond Européen de Développement) [aucune référence, aucun document prouvant ce dire] : AREVA n’est même pas en mesure d’assumer sa responsabilité financière, s’indigne-t-elle. Quant à la vérification de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, la CRIIRAD remet en cause la neutralité de ces contrôles [sur quelle base ? on ne le saura pas, là encore l'affirmation est suffisante]. À partir de l’enquête conduite sur place par SHERPA en juin 2006 [aucune référence au rapport d'enquête], des témoignages d’anciens travailleurs Gabonais et d’expatriés et des documents consultés par la CRIIRAD [aucune référence ou indication sur la nature et l'origine de ces documents], les associations dénoncent également des insuffisances dans les conditions de travail et dans la gestion des résidus radioactifs à l’époque de l’exploitation des mines".

    Conclusion: si la CRIIRAD le dit, ça doit être vrai.

  20. Descartes dit :

    @TOTO (#1173 dernier fil)

    le nombre de pauvres augmente depuis trente ans » alors que les chiffres de l’INSEE montrent que c’est faux
    vous avez la sources ?

    Bien entendu. Je les ai donné plusieurs fois sur ce blog. Tu peux consulter le tableau statistique sur le site de l'INSEE ici.

  21. Descartes dit :

    @lemexicain (#1145 dernier fil)

    Puisque tu envisages la question sous l’aspect pratique, en évoquant différents sujets sur lesquels un « candidat présidentiel » devra prendre position, je me permets de te poser la question suivante : où compterais-tu trouver des électeurs de gauche prêts à cautionner un programme sécuritaire, opposé à l’immigration et promoteur du nucléaire ? Personnellement je n’en connais pas beaucoup…

    Ça dépend ce que tu appelles "électeurs de gauche". C'est quoi, pour toi, un "électeur de gauche" ? Si c'est un électeur qui a voté en 2007 pour un candidat de gauche, alors on est foutus, parce que les "électeurs de gauche" ne suffiront pas à donner à un candidat une majorité...

    Personnellement, je pense que la priorité ce ne sont pas les "électeurs de gauche", mais l'électorat populaire. Et là, tu trouveras beaucoup (et même une majorité) qui seront prêts à cautionner... ou même qui exigeront de leur candidat une réponse claire et ferme sur la sécurité, sur l'immigration, sur le nucléaire...

    Je ne vois pas en quoi ta position sur le nucléaire ferait de toi un républicain, et en quoi la mienne ferait de moi un gauchiste.

    Si le débat sur le nucléaire est aussi emblématique, c'est parce que c'est bien plus qu'un débat sur l'énergie. Derrière le débat sur le nucléaire se cache un débat bien plus fondamental, celui sur le fait de savoir si l'être humain est capable d'user sagement du pouvoir que les sciences et les techniques lui ont donné, ou si au contraire il doit être considéré comme incapable de le faire. Faire le choix du nucléaire, c'est clairement prendre la première option.

    La République, chez nous, est intimement liée à l'humanisme des Lumières et au positivisme qui en est l'héritier. Elle est historiquement liée à la confiance dans l'homme et dans sa capacité à utiliser les moyens qu'il s'est donné pour le bien, et donc dans les sciences, les techniques, le progrès. C'est pourquoi j'ai du mal à voir comment on peut être "républicain" tout en rejetant ce qui fait le fondement de l'idée républicaine. Or, c'est précisément ce que font les écologistes, lorsqu'ils voient dans les sciences et les techniques un danger incontrôlable et dans la Nature la seule source de sagesse...

  22. cvnes dit :

    @ stephane grim
    je ne partage pas ton avis sur l'énergie (les énergies) Je suis pour un pôle public intégré. (production, transport, distribution) afin d'avoir une maitrise sur la totalité des acteurs de l'énergie et pour pouvoir agir sur l'ensemble des secteurs ne pas les déséquilibrer. Rien ne s'oppose ensuite des productions locales si elles sont réparties sur l'ensemble du territoire si ne créent pas de déséquilibre réseau, mais aussi assure qualité et fiabilité. Car tout comme la question de la péréquation tarifaire, la gestion du réseau et du système productif équilibré est un moyen de sécuriser la continuité des flux. D'autre part il me semble qu'il vaut mieux intégrer une système de gestion et de contrôle démocratique à l'échelle locale, régionale et nationale qui englobe collectivités locales, usagers, personnel du pôle public, et représentants de l'état. Enfin je le répète, je suis pour une nationalisation de ce secteur et non pour un EPIC ou un service d'intérêt général. Pour moi le terme de nationalisation s'accordant avec l'idée de nation donc propriété du peuple et non d'un état. Seul le peuple décide du sort d'une nationalisation, de sa création à sa dénationalisation. Donc je considère comme l'eau entre autre qu'en tant que patrimoine universel il appartient à la nation et à elle seule de décider que c'est "pas une marchandise comme une autre" que le peuple est souverain. D'autre part de par sa cohérence nationale (éviter par exemple des micro productions inutiles et difficiles à gérer) cela permet de nous inscrire dans des coopérations transnationales.

  23. Léo dit :

    Merci beaucoup pour la justesse de votre analyse monsieur Mélenchon ! Vous donnez encore espoir devoir changer en profondeur ce pays que nous aimons tous.

    Je profite juste de ce commentaire pour signaler (un peu tard) une très prometteuse conférence de l'économiste-sociologue Bernard Friot ce soir à Nancy : http://jc54.over-blog.org/article-conference-de-bernard-friot-sur-l-enjeu-des-retraites-49792010.html

  24. Gérard de Neuilly... sur Marrne dit :

    Enfin une gauche qui ressemble à quelque chose. Une opposition qui en a, qui les montrent et surtout, qui donne envie de voter.
    Pas une droite qui se repeint en rose pour se dire de gauche, ou encore une gauche qui est prête à toutes les alliances pour ratisser plus "banlieues", suivez mon regard...
    Non, une véritable opposition qui propose des vraies mesures de gauche, des mesures sociales qui n'impliquent pas un décaleçonnage en règle devant les atteintes au droit républicain.
    Un positionnement qui vous honore monsieur Mélenchon. Merci de réhabiliter la politique en la replaçant dans son champ d'action naturel.

  25. Descartes dit :

    @lemexicain (#1145 dernier fil suite)

    Tu les évalues à combien de division les « républicains de gauche » dans ton genre ?

    Cela dépend comment tu comptes. Je pense qu'en termes électoraux, il y a plusieurs millions d'électeurs qui sont prêts à suivre un discours "républicain". Mais c'est une évaluation personnelle, et il faudrait faire des études bien plus approfondis pour en avoir un chiffre précis.

    Et Jean-Luc tu le situerais où dans tout ça, plutôt de ton côté ou du nôtre ?

    Tu m'aurais posé la question dans les premiers jours du PG, je t'aurais répondu "plutôt du mien". Aujourd'hui, je ne sais pas. J'ignore s'il croit vraiment que Martine Billard tient l'avenir serré dans ses mains fines, ou s'il fait semblant de le croire pour des raisons de Realpolitik. Mon opinion, très personnelle, est que Jean-Luc se laisse emporter par son enthousiasme en croyant qu'il arrivera à créer un mouvement populaire à partir d'une base sociologique essentiellement composée de gauchistes des classes moyennes. Ce en quoi, à mon avis, il se trompe.

    D’après ce que j’ai compris il essaye de rassembler toute la gauche anticapitaliste, du NPA au PCF, et je doute qu’on puisse parvenir à mobiliser les foules avec la conception que tu te fais des valeurs de la gauche.

    Il faut choisir: ou bien on veut "rassembler toute la gauche anticapitaliste", ou bien on veut "mobiliser les foules". Mais on ne peut pas avoir les deux... A mon avis, une frange importante de l'électorat populaire est en attente de "valeurs de gauche" comme celles que je propose. C'est là ou sont les "foules". Jean-Luc Mélenchon a fait le choix d'endosser un discours qui s'adresse plutôt à des militants.

    J’en reviens à la question que je me pose depuis le début à ton sujet : as-tu d’autres objectifs en venant t’exprimer ici matin, midi et soir que de semer le trouble et d’alimenter la division à gauche du PS ?

    Beh... gagner ma croûte, bien entendu. Elle ne t'a pas expliqué, Pulchérie ?
    J’en reviens à la question que je me pose depuis le début à ton sujet : as-tu d’autres objectifs en venant t’exprimer ici matin, midi et soir que de semer le trouble et d’alimenter la division à gauche du PS ?

  26. Olive dit :

    J'ai jamais réussi a voter à gauche. Je suis fils de gaullistes, parents encartés au RPR puis à l'UMP.
    Je sentais bien que mes idéaux étaient de gauches, mais impossible de voter pour un Mitterand, un Jospin et encore moins une Royale, j'y arrivais pas; un blocage.

    Puis un jour je vous ai vu a une émission avec Lellouch, où celui-ci a failli vous provoquer en duel (grand moment d'hilarité, je vous en remercie), et là je me suis dit: "m**** un mec de gauche qui a l'air sincère et convaincu".
    Et depuis j'essaie de ne pas trop louper vos interventions télévisées, et c'est un plaisir a chaque fois.

    Vous comblez un vide dans ma construction politique chaotique.

    J'ai annoncé a mes parents mon nouveau choix politique. Pire qu'un "coming out" d'un fils de Villiers.

    Non je plaisante, ils ont un peu tiqué, mais je ne desespère pas de les convaincre.

    Bonne journée, Monsieur Mélanchon.

  27. Descartes dit :

    @JLM

    Bravo Jean-Luc! Ta prise de position contre les "déclinistes" de tout poil fait plaisir à entendre.

    C'est un sujet qui mériterait d'être plus travaillé: le "déclinisme" n'est après tout qu'une des variantes de la "haine de soi", ce piège dans lequel nos élites ont si souvent tombées. Le besoin permanent de s'excuser pour des crimes réels ou imaginaires commis par nos ancêtres, l'incapacité à s'approprier l'œuvre des générations qui nous ont précédées, l'affirmation péremptoire que c'est mieux ailleurs... tout cela est un poison pour l'esprit public.

    Permets-moi une critique tout de même. Ton argument serait plus percutant s'il n'était pas associé avec des commentaires qui semblent n'être là que pour donner des gages à certains... par exemple, à "sortir du nucléaire"...

  28. olive dit :

    houla, désolé pour la faute a votre nom de famille.

  29. olive dit :

    La "haine de soi" ne touche pas que les élites, j'ai l'impression.

    J'ai un exemple qui peut sembler futile, mais qui me semble assez symptomatique : la main de Thierry Henri.

    C'est bizarrement un mélange entre la haine de soi, et tout le contraire.

    bon je suis peut être hors sujet.

  30. alib dit :

    Depuis un certain temps que je lis ce blog et que je partage un bon nombre de raisonnement,il m'arrive parfois de ne pas comprendre les commentaires non avises qui polluent ce site. si ils pensent perturber nos démarches collectives "changer la société,pour un meilleur ici et maintenant" cela ne marche pas puisque les faits nous donnent raison!Comment avec les moyens médiatique et autres griots a la solde du medef (exemple sur les retraites) ils n'ont pas empêchés que le front de gauche soit a 7% sur les 17 régions. Et quelles réponses nouvelles apportent les puissants de ce monde ? Depuis que je travaille ces toujours les plus démunis (moins de1500euros/mois) à serrer la ceinture. Comment peuvent ils croire nous faire avaler la couleuvre, que l'État doit épongé la dette privée. Pourquoi ce qui on prit des risques en achetant des titres pourris ne paient pas l'addition? Ha dernière nouvelle ce matin a France culture 8h30 il parait que pdt du du Bresil n’est pas raisonnable pour la fin de son mandat car il a été « intermédiaire de L’Iran » pour la libération de l’otage francais?(en critiquant les e.u chroniques de mr Alder) a quand un service public ou les journalistes politiques ne soit pas seulement les diffuseur de leur opinions, je croyais que seul les hommes politiques en avaient le droit ?.question quant les vert prendront ils la responsabilité de s’associer avec le parti de gauche pour changer vraiment l’espoir a gauche ?,

  31. Nipontchik dit :

    des évènements inquiétants survenus sur mon lieu de travail m'amènent à anticiper des vacances prévues depuis quelque temps...au bout de 20 ans, comme le dit la chanson, le voyageur revient....
    comme un illustre prédécesseur j'ai mon comité d'accueil là-bas....
    je reviens sur ce qui m'a poussé à partir maintenant: tout simplement l'utilisation de méthodes de management perverses, "ils" ont mis dans mon bureau 1 "folle" (qui ne vient que quelques heures par semaine (mais avce des bouteilles d'alcool, un chien et qui m'a volé un bien personnel); probablement des forumeurs ont ils vécu eux-mêmes des situations similaires, c'est tellement répandu à l'époque du néolibéralisme, et ils doivent savoir que ce genre de procédés laissent toujours des séquelles sur ceux qui en sont victimes

    j'ai demandé 1 mutation et j'attends que mon syndicat la défende (des arguments il ne devrait pas en manquer); je me suis inscrit gréviste le 27 mai (mais je défilerai ailleurs qu'entre Bastille et République)
    petit détail: je ne travaille pas à France Télécom!
    la dernière fois que j'étais parti aussi loin, à mon retour le mur de Berlin était tombé et Saddam Hussein avait récupéré sa 19ème province; que se passera-t-il cette fois-ci (à part les articles de Voici sur Carla bien entendu)?

    retour prévu vers le 10 juin (mais je vais dans des territoires où il ya internet!)

    que es un soplo la vida....

  32. vaesoli dit :

    juste quelques mots pour vous remercier de votre combativité.La cohérence de votre pensée touche de plus en plus de gens. Votre attitude et votre enthousiasme devraient séduire nombre de personnes prêtes à s'investir dans une nouvelle politique.
    Courage à vous. Courage à nous toutes et tous.

  33. carlo dit :

    @ (presque) tous et plus particulèrement à Jennifer

    Martine Billard était opposée à Sihem Habchi ("ni putes ni soumises"), dans le Soir 3 de vendredi dernier, à propos du voile intégral (vidéo consultable sur le site de France 3).

    Elle a déclaré: "C'est bien de faire des lois mais il faut que les lois soient applicables, sinon on fait des lois pour se faire plaisir...Il y a quand même ce que dit le Conseil d'Etat, qui n'est pas à négliger, qui est que, aujourd'hu, il n'y a aucun support dans notre constitution pour faire une loi pour interdire globalement le voile intégral".

    Martine Billard a parfaitement raison. Comme nous sommes quelques uns à ne cesser de le répéter ici depuis des mois, une loi d'interdiction générale serait contraire aux principes de la République qu'invoquent à tort et à travers les partisans d'une telle loi.

    Elle a par ailleurs précisé : "Aujourd'hui, on pourrait dire: on fait une loi qui interdit le port du voile intégral dans les services publics, pour aller chercher ses enfants à l'école, dans les commerces et ainsi de suite puisqu'il y a besoin, lorsqu'on se présente devant d'autres personnes pour accomplir un certain nombre de démarches, qu'on puisse reconnaître la personne."

    Cette position, inspirée par l'avis du Conseil d'Etat, est tout à fait sage. Toute la gauche devrait, selon moi, s'y rallier.

    Martine Billard a tenu à ajouter: "Moi, je suis scandalisée, en tant que députée, quand je reçois, de la part du Secrétariat des Anciens Combattants, des invitations à des cérémonies religieuses. Ce n'est pas le rôle de l'Etat d'organiser des cérémonies religieuses".

    Encore une fois, elle a parfaitement raison. Que l'Etat ne respecte pas le principe de laïcité, qui ne s'applique qu'à lui, est en effet tout à fait scandaleux.

    Les ultra-républicains qui fréquentent le blog de Jean-Luc Mélenchon critiquent souvent la présence de Martine Billard à ses côtés. De toute évidence, ils ont tort. Martine Billard exprime des opinions empreintes d'une grande sagesse qui tranchent avec les positions excessives et caricaturales qu'ils défendent eux-mêmes.

    J'ose espérer que Jean-Luc Mélenchon ne me range parmi "les quelque personnes qu'[il est] désolé de déranger avec [s]es notes, compte tenu de la permanence de leurs intemporelles polémiques personnelles".8)

  34. Bernard HUGO dit :

    En désignant les pauvres, les chômeurs, les retraités, les salariés et jusqu’aux couches moyennes comme les catégories pour lesquelles on va exiger partout en Europe et dans le monde des sacrifices considérables et auxquelles on a déjà imposé depuis un quart de siècle un mode de vie épouvantable (l’urbanisme démentiel, la destruction des services publics, la liquidation du droit du travail, sans oublier l’escroquerie que fut la mise en place de l’euro, le traité de Lisbonne…) l’ordre économique est contraint d’abattre ses cartes. La distorsion entre l’univers de la richesse économique (valeur d’échange) et la production de la richesse réelle (valeur d’usage) est devenue telle que la réalité physique et l’éprouvé de la réalité vécue rappellent leurs exigences vitales. Toutes les supercheries de la propagande la plus mensongère sont éventées. La plupart des dirigeants politiques n’ont même plus de légitimité morale puisque - outre la corruption dont ils donnent de si beaux exemples - quand la justice de classe exonère Pasqua par du sursis mais condamne à de la prison ferme des gamins de dix-sept ans pour vol à la roulotte – ils sont élus en réalité par moins de 20% du corps électoral. La duperie est épuisée : Malgré lui, le capital est contraint à la démystification : nous savons maintenant que « la valeur est produite exclusivement par le travail vivant » et qu’il faudra encore des gens pour traire les vaches. Parce que le destin du capital porte en lui comme son secret dissimulé la praxis subjective des individus vivants. « Dès qu’il s’en sépare – Et le progrès technologique inaugure l’ère de cette séparation – la valorisation et le capitalisme ne sont plus possibles ». (Michel Henry - Marx)

    L’injonction du roi des parasites à « travailler plus »… assortie de cette soudaine constatation des girouettes… « il faut réindustrialiser la France »… occuper les créneaux à forte valeur ajoutée dans la division mondiale du travail… signifie après démystification : l’extorsion du surtravail, la plus-value est produite exclusivement par le travail vivant, (par les travailleurs chinois, indiens, brésiliens, africains…) cependant que plus de la moitié de la population active des pays les plus riches est employée exclusivement à la circulation de l’argent et à la captation de la valeur sous sa forme économique.

    « C’est dans le capital porteur d’intérêt que ce fétiche automate est clairement dégagé : valeur qui se met en valeur elle-même, argent engendrant de l’argent. Sous cette forme il ne porte plus les stigmates de sa naissance. Le rapport social est achevé sous la forme du rapport d’un objet, l’argent, à lui-même. » « De l’argent produisant de l’argent – A-A’ représente la forme vide du contenu du capital, l’inversion et la matérialisation des rapports de production élevés à la puissance...

  35. lemexicain dit :

    @ Descartes (14h29 et 15h25) :

    J'aurais préféré poursuivre cette conversation sur l'ancien billet pour ne pas perturber les commentaires de celui-ci, mais bon... Tant pis. Finissons-en une bonne fois pour toute sur le nucléaire : notre désaccord est irréductible, pas la peine de s'éterniser là dessus 150 ans, ou alors on en parle ailleurs.

    Les gens d'AREVA ont tout fait pour empêcher la diffusion de ce documentaire, mais ils ont été débouté par le CSA... Un ramassis d'écolo-bobos, c'est bien connu ! Dans l'interview que tu évoques, le responsable de la communication d'AREVA prend le sac à pleines mains... mais il se garde bien d'en retirer le plastique. Je doute qu'être exposé à ce truc aussi peu de temps soit dangereux pour la santé ; quand bien même ça l'aurait été, ce type aurait été prêt à prendre le risque pour conserver son salaire de ministre... Il est clairement malhonnête — il fait son boulot de responsable de la communication quoi — et en plus sa démonstration tombe à l'eau. Il faut vraiment avoir de sacrées œillères pour ne pas s'en rendre compte ! Il n'y a encore pas si longtemps (hier, 21h38) tu fustigeais ceux qui ne retiennent que ce qui les arrange... Que fais-tu des taux de cancer des anciens employés des mines ? Les travailleurs africains qui extraient l'uranium importé en France, tu crois qu'ils sont mieux protégés ? Quant à tes insinuations sur la non-objectivité de la CRIIRAD... ne t'en déplaise, c'est un des seuls laboratoires indépendants de mesure de la radioactivité. Mes convictions politiques me portent à accorder plus de crédits à ce genre de structure qu'à une multinationale en situation de monopole.

    Pour réagir à ton deuxième message : bien sûr qu'il faut s'adresser aux gens qui ne vont plus voter, seulement je ne crois pas qu'il faille courir le risque de se couper de l'électorat de gauche traditionnel pour y arriver. D'après ce que je constate en lisant les commentaires sur ce blog et à droite à gauche, Jean-Luc parvient à redonner de l'espoir à des électeurs de gauche qui n'y croyaient plus, mais en plus il arrive à susciter un intérêt nouveau chez certaines personnes pour la politique. La preuve que les deux sont conciliables...

    Tu caricatures les écologistes en les présentant comme de véritables obscurantistes... Réfléchir à de nouvelles sources d'énergie performantes et potentiellement moins dangereuses que le nucléaire, ça n'a rien d'incompatible avec ta conception du modèle républicain, puisque cela revient à miser sur les sciences, les techniques et le progrès... Donc à faire confiance à l'être humain pour relever le défi énergétique et pour faire émerger de nouvelles solutions ! En revanche... Partir du principe que le nucléaire est indépassable, ça ne serait pas un peu décliniste...

  36. ermler dit :

    @ JLM
    @ ceux qui sauront répondre à mon interrogation

    Re-bravo pour ce nouveau billet !
    Une phrase, un détail me chipote, néanmoins:

    On va importer de l’inflation ! Et alors ? L’inflation ronge la rente ! Bravo ! Le fric doit tourner ou crever !

    Fort bien !....
    Et si l'inflation ronge les maigres économies épargnées laborieusement par le modeste retraité ou par le chômeur en fin de droit de plus de cinquante ans qui n'a pratiquement plus aucune chance de trouver un emploi ?. Economies qui leur permettent de survivre !... Faut-il aussi que cet argent-là "crève", et le retraité et le chômeur en fin de droit avec lui...?
    Merci à ceux qui voudront bien s'exprimer sur ce "détail".

  37. Bernard HUGO dit :

    suite : « C’est dans le capital porteur d’intérêt que ce fétiche automate est clairement dégagé : valeur qui se met en valeur elle-même, argent engendrant de l’argent. Sous cette forme il ne porte plus les stigmates de sa naissance. Le rapport social est achevé sous la forme du rapport d’un objet, l’argent, à lui-même. » « De l’argent produisant de l’argent – A-A’ représente la forme vide du contenu du capital, l’inversion et la matérialisation des rapports de production élevés à la puissance maxima : la forme productrice d’intérêt, la simple forme du capital où il est la condition préalable de son propre procès de reproduction ; la capacité de l’argent ou de la marchandise de faire fructifier leur propre valeur, indépendamment de la reproduction – c’est la mystification capitaliste dans sa forme la plus brutale. » « La conversion du capital total en capital financier sans qu’il y ait personne qui achète et utilise les moyens de production…est proprement un non sens. Mais ceci contient une absurdité encore plus grande : sur la base du mode de production capitaliste, le capital rapporterait de l’argent sans être employé productivement, c’est à dire sans créer de plus-value dont l’intérêt n’est qu’une fraction ; le mpc poursuivrait sa route sans qu’il y ait production capitaliste. »
    « Dans le capital porteur d’intérêt se trouve achevée l’idée du fétiche capitaliste, la conception qui attribue au produit accumulé du travail et, de plus, fixé comme argent, la force de produire de la plus-value grâce à une qualité secrète innée, de façon purement automatique et suivant une progression géométrique ; de sorte que ce produit accumulé du travail, comme le pense l’Economist, a depuis longtemps escompté toute la richesse du monde pour l’éternité comme quelque chose lui appartenant et lui revenant de droit. Nous savons qu’au contraire la conservation, donc aussi la reproduction de la valeur des produits du travail passé, est en fait seulement le résultat de leur contact avec le travail vivant. » (Marx – Le capital – livre III.)

    Merci à JL Mélenchon pour sa chronique.

  38. stephane grim dit :

    @cvnes

    Bonjour et enchanté
    tu sais, je crois que nous ne sommes pas forcément opposés. En fait je partage totalement l'idée d'un pôle public intégré.
    D'abord parceque les transitions vers des productions plus localisées demandent du temps de recherche, de dialogue et globalement d'éducation populaire d'organisation, de mise en place.
    Ensuite parceque l'idée de contrôle à plusieurs échelles dont tu parles me semble juste (national, régional, local) et avec les différents acteurs non privés ; le but est d'assurer une vraie égalité sur tout le territoire et une absence de féodalité locale". Il s'agit d'éviter ce qui s'est produit pour la distribution, où la régionalisation a produit un développement faramineux de corruption ou d'ententes malsaines (collectivités/GD) locales. L'ouvrage de Jacquiau, pourtant vieux de 10 ans, est très éclairant sur ces dérives lamentables dont la gauche est particulièrement fautive.
    L'idée de localiser la production ne semble pas te défriser, mais tu sembles surtout attentif à une gestion qui soit réellement républicaine, donc égalitaire et dans le sens de l'intérêt général (dans le sens national et local), ça me parait être une vraie convergence.

    Entièrement d'accord avec le fait de refuser toute idée d'EPIC. Il s'agit d'un bien commun donc nous devons être totalement souverain, et soutenir d'ailleurs toute population étrangère dans cette démarche de souveraineté vis à vis de ces secteurs.
    Pour l'eau, aucun désaccord me semble-t'il.
    Enfin je suis content de voir que l'idée de nationaliser totalement la grande distribution ne te dérange pas puisque tu n'en parles pas. C'est un point que je crois majeur.

    Nous devrions rajouter comme bien communs, la biodiversité, non à nationaliser en tant que tel mais à préserver de toute privatisation, brevetisation du vivant. Dans ce sens on pourrait réfléchir à des logiques internationales de zones régionales (grandes régions au niveau de la planète) pour les brevets (hors vivant), en donnant les process tout en interdisant l'importation de ces produits faits à partir des brevets donnés. Ceci ne pourrait être fait que dans le cadre d'accord excluant le privé. Je reconnais que cette idée, qui m'est venue il y a quelques mois, est peut être saugrenue mais bon ben j'ai la bétise de croire qu'elle mérite réflexion.
    Autre idée que j'ai trouvé cette fois sur "Alimentons nos régions", la création de maisons paysannes ou maisons des semences (à part ou intégrées aux chambres d'agriculture), finalement un peu dans la logique de préservation de Kokopelli. Le but y serait de garder la plus grande variétées de semences possibles, libres d'utilisation, adaptées aux conditions locales, sélectionnées même par les producteurs locaux (comme ils le faisaient par exemple avec les melons puisqu'on gardait les graines des meilleurs et que se developpaient ainsi des...

  39. stephane grim dit :

    suite manquante IoI :

    ...races locales comme le melon de Luneville en Lorraine.

    Amicalement

  40. jean luc estivaux dit :

    merci Mr Mélenchon, enfin un peu de bons sens,(qui est la chose du monde la mieux partagée, à condition de ne pas écouter la Télévision) et vive l'euro faible.

  41. laforcedupeuple dit :

    " Il faut saluer le courage de Papandréou et de son gouvernement. Il n'y a pas moyen de faire autrement."
    Déclaration de Elisabeth Guigou (PS).

    Je le redis, toutes les forces des gauches anticapitaliste doivent se rallier à un même bût commun, à savoir pour l'élection présidentielle (que je souhaite avant 2012), être devant le PS. Et en aucun cas je ne voterais pour eux à un deuxième tour. Je préférerais rejoindre la majorité sans avenir, cette armée silencieuse, que l'on nome abstentionniste.

  42. lemexicain dit :

    comme point de vue ?

    Pour réagir à ton troisième message (15h38), j'en conclus que tu n'es à peu près d'accord avec rien de ce qui s'est dit sur ce blog ces derniers temps — sauf bien sûr quand il a été question de burqa — et que tu n'est pas non plus d'accord avec la méthode adoptée par le PG, qui consiste à rassembler toute la gauche anticapitaliste... Selon toi, il faudrait choisir : « ou bien on veut rassembler toute la gauche anticapitaliste, ou bien on veut mobiliser les foules. Mais on ne peut pas avoir les deux... ». Eh bien moi, comme beaucoup ici, je ne suis pas d'accord. Je considère que ce n'est pas en faisant cavalier seul et en adoptant des positions contraires aux convictions de la plupart d'entre nous qu'on arrivera à faire quoi que ce soit... Il faut convaincre l'électorat populaire que nos idées sont ce qu'il y a de meilleur pour tous, pas le contraire. Notre rôle est de montrer qu'une autre voie que celle qui est promue à longueur de journée par les médias et nos adversaires politiques est possible, ce qui ne peut se faire qu'avec une solide base militante et des convictions fortes. Tu as les tiennes, nous avons les nôtres. Je ne suis pas d'accord avec tes solutions, et à mon avis nous sommes une majorité ici à être dans ce cas.

    Pour finir... Non, Pulchérie ne m'a rien expliqué. Et oui, j'ai personnellement d'autres objectifs en venant m'exprimer ici que de semer le trouble et d’alimenter la division à gauche du PS. En revanche, tu n'as pas clairement répondu à ma question.

  43. ydaho dit :

    Rassembler toute la gauche anticapitaliste = mobiliser les foules = montrer qu’une autre voie est possible !

    c'est pas mal ?

  44. lemexicain dit :

    Oui c'est parfait. Tu as résumé 10 lignes en une seule !

  45. ydaho dit :

    C'était clair net et précis, donc facile a résumer.. :-) !

  46. Descartes dit :

    @olive (#77)

    La « haine de soi » ne touche pas que les élites, j’ai l’impression. J’ai un exemple qui peut sembler futile, mais qui me semble assez symptomatique : la main de Thierry Henri.

    Franchement... quel rapport entre la main de Thierry Henri et la "haine de soi" ?

  47. 4 Août dit :

    Descartes, t'es trop nul sur ce coup là.

  48. Descartes dit :

    @carlo (#81)

    Elle a déclaré: « C’est bien de faire des lois mais il faut que les lois soient applicables, sinon on fait des lois pour se faire plaisir…Il y a quand même ce que dit le Conseil d’Etat, qui n’est pas à négliger, qui est que, aujourd’hu, il n’y a aucun support dans notre constitution pour faire une loi pour interdire globalement le voile intégral ». Martine Billard a parfaitement raison.

    Non, Martine Billard a parfaitement tort: l'avis du Conseil d'Etat ne dit nulle part "il n'y a aucun support dans notre constitution pour faire une loi pour interdire globalement le voile intégral". Vous pouvez le constater vous-même en lisant le document du Conseil ici.

    Ce que le Conseil d'Etat signale est qu'il n'existe aucune base "incontestable" pour fonder une telle interdiction. En d'autres termes, que la jurisprudence actuelle du Conseil Constitutionnel ne permet pas de garantir qu'une telle loi serait jugée conforme à la constitution. Mais il n'y a aucune garantie non plus qu'elle serait jugée non conforme non plus... Le Conseil Constitutionnel ne donnant pas son avis à priori, la seule manière de savoir si une telle loi est constitutionnelle ou pas serait de la voter puis de la déférer devant le Conseil pour que celui-ci puisse s'exprimer.

    Comme nous sommes quelques uns à ne cesser de le répéter ici depuis des mois, une loi d’interdiction générale serait contraire aux principes de la République qu’invoquent à tort et à travers les partisans d’une telle loi.

    C'est ton avis et celui de Martine Billard... mais pas celui du Conseil d'Etat.

  49. ydaho dit :

    J'adore ce passage !

    De tous les griots du système, le pire est le décliniste ! Car il prétend enchaîner la victime aux intérêts des ses bourreaux par le sentiment de culpabilité qu’il est si facile de faire ressentir à ceux qui triment sans jamais voir le bout d’aucun effort. Et, pire que tout, le décliniste veut faire croire que la France ne peut rien, et donc que le peuple serait impuissant et même en grand danger s’il se soustrayait à la médecine de cheval qui lui est prescrit. Mais je les comprends. Mieux vaut pour eux prévenir que guérir et la meilleure police est celle qu’on installe dans la tête des gens. Sinon gare ! Car la France peut à peu près tout. Y compris dévaliser les dévaliseurs. Organiser un autre partage de l’oxygène disponible. De bon gré, ou de force cela va de soi. En tous cas c’est que nous nous ferons le moment venu. Et je pense qu’il viendra plus vite que d’aucuns le croient.

  50. Mario Morisi dit :

    L'intervention de Benoît Hamon au Talk le Figaro vient de s'achever...

    A vous d'aller prendre vos informations...

    Dr Jekyll et Mr Hyde hante le corps du PS...

    Hamon emprunte pas mal de nos arguments...
    Mais laisse entendre qu'il se soumettra au choix des militants PS lors des primaires...

    Ca n'a rien de nouveau, mais à bon entendeur salut...

    Si tu es de gauche et Ps ou socialiste de coeur (ça ne va pas de soi), fais ton choix

    A ma gauche un front de la vraie gauche unitaire, à ma droite, le PS

    qui par le passé, dans les moments graves de l'histoire, s'est souvent tristement illustré...


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive