10mai 10

Marchés financier, Merkel, grand casino financier!

Enfin! On a retrouvé 750 milliards qu’on n’avait pas!

Ce billet a été lu 35 912 fois.

R ésumons. Les Etats de la zone euro viennent de creuser de 440 milliards leur dette publique en une nuit. Ca c'est fort! Alors qu'on ne trouvait pas le premier euro pour les Grecs! Là, d'un coup, hop! 750 milliards sont disponibles que le contribuable est prêt à donner pour sauver qui on voudra: des fainéants grecs, des irresponsables espagnols, des gréviculteurs français, bref tous les "pigs" du monde sont dorénavant à l'abri. On croit rêver! 

Il a fallu un mois pour trouver 25 milliards dont la Grèce avait besoin à un taux non prohibitif. Entre temps, le mal s’étant aggravé, il fallu en rassembler putativement 110, moyennant primes et récompenses pour les généreux sauveteurs. Il ne fallut pas moins d'une semaine supplémentaire de tergiversations. Et comme ces sottises ont trop duré, le sytème a failli s'effondrer parce qu'un trader a mal tapé sa commande sur son clavier! Génial! A partir de là, ça devenait sérieux. Plus question des fichus grecs et de leur retraite à 43 ans, à moins que ce soit à 33 ans! Le trouilomètre s'est dégradé chez les belles personnes qui se régalaient la veille encore de voir les grecs privés de leur treizième mois à 750 euros bruts par tête. Là ce sont les milliards des précieux qui étaient en cause.

Il n’aura donc fallu que deux nuits pour trouver 750 milliards. Et  pour sauver qui ? Ceux là même qui ont déclenché une nouvelle fois l’incendie. Les pauvres banques, les malheureux assureurs, les pitoyables traders! Ainsi, les Etats ne sont plus seulement les garants et les exécutants de la construction du merveilleux marché libre et non faussé. Ils en sont directement protagonistes. Ils fabriquent des lignes de crédits chaque fois que le casino coule ! Les mêmes ahuris qui se régalaient des mesures de sanction contre les paresseux grecs ne disent plus mot quand les Etats creusent leur dette publique de 440 milliards supplémentaires au seul profit du système financier international.

Et les sanction contre les « marchés » voyous? Nul n'en propose. Les 27 ne trouvent pas une seconde pour édicter la moindre règle, même minime, pour lutter contre la spéculation. Par exemple pour avancer la date d’application des mesurettes concernant les agences de notation déjà en route dans les interminables tuyaux institutionnels européens. Ou pour avancer la date d’application  des petites réglounettes européennes contre la titrisation des assurances sur le défaut des dettes publiques. Rien ! Rien de rien. Du fric, de l’oseille, des montagnes de fric pour le système et des sacrifices pour les peuples. Tant et si bien que la démonstration qui devait être faite selon laquelle les déficits étaient la faute des peuples et que le marché, dans son infinie sagesse et grâce à sa merveilleuse main invisible libre et non faussée, les sanctionnaient objectivement, se retourne en son contraire. Les marchés c’est n’importe quoi et les sacrifices il n’y a pas de raison de les faire !

Jusqu'à la Banque Centrale Européenne et ses mannequins en plomb, Trichet le bien nommé et les autres faces de pierre,  qui commencent à faire, trop tard, ce qu’ils auraient dû faire au début et ce pourquoi on nous a bien ri au nez : acheter elle-même les obligations des Etats ! Où sont passés les super intelligents qui nous narguaient ? Les super économistes qui glosaient sur les dettes publiques excessives et le rempart de la banque centrale ? Pschitt ! Disparus ! On ne tardera pas à les revoir sur tous les plateaux de télé réciter la leçon ! Et quand je m’y trouverai, peut-être,  pour expliquer les évènements autrement, surement qu’on me retaillera un plateau spécial du type Guillaume Durand avec sept personnes, sept, pour me contrer en psalmodiant comme des moulins la vulgate libérale ! Notons que dans cet épisode particulièrement misérable de la vie de l’économie de casino que défendent sans trêve ni repos toutes les élites, quelques personnages surfaits sont ramenés à leur juste proportion.

Ainsi de la Merkel et de son équipe de lourdauds. La super madame Merkel, avait été encensée par tous les commentateurs en mal de maman-qui- donne-la-fessée  pour avoir refusé de financer ces fainéants de grecs ! Un mois après sa sottise rustique éclate aux yeux du commun ! Elle est la principale responsable, du point de vue de l’Europe actuelle, du désastre en cours. Tous ses atermoiements n’avaient d’autres causes que son horizon borné par la survie de sa coalition dans une élection locale. Bien sûr, maints petits malins voyaient bien, cependant,  comment l’agonie grecque profitait sans le dire au modèle économique allemand tout entier fondé sur l’export en améliorant le taux de change. Un euro un chouia plus faible de quelques dollars, c’est autant de gagné en compétitivité sur le marché des marchandises libres et non faussées.  Cela, bien sûr en dépit  des discours de façade. Sans oublier que les grands comptes qui se retiraient de la dette grecque, espagnole et portugaise se repliaient sur les titres français et allemands générant de savoureuses économies de poche par la baisse des taux auxquels ils étaient admis ! Passons !

Tout cela « c’est de la technique » et il n’y a pas le temps de l’expliquer aux idiots que les rédactions médiatiques pensent avoir au bout de leur porte voix. Reste l’essentiel : la Merkel s’est pris une rouste ! Evidemment les griots prétendent que c’est à cause de sa faiblesse pour la Grèce. Malfaisant et égarant ces commentateurs ne quittent pas une seconde la ligne argumentaire qu’ils répètent depuis le début des évènements. Se risquent-ils à dire ce qui se serait passé, inclus dans cette élection, si la Grèce avait été mise en cessation de paiement ? Combien de banques allemande et française auraient bu la tasse ? Ouf ! C’est fini ! Elle a enfin perdu ses élections locales ! Elle consent donc à signer le bon de sortie des pompiers !  Trop tard pour sa réputation. Ce n’est pas trop grave ! Mais trop tard peut-être pour nous tous !


1 177 commentaires à “Enfin! On a retrouvé 750 milliards qu’on n’avait pas!”

Pages : « 15 6 7 8 9 [10] 11 12 13 14 1524 »

  1. 451
    laforcedupeuple dit:

    Et si on levait enfin le secret -défense ? «
    Et bien ce serait le sarkoguet! N'oublions pas qu'il est mouillé jusqu'aux oreilles et bien plus encore.

  2. 452
    ydaho dit:

    Il n'y a pas que tf1... Qui "pratique" la lobotomie" c'est aussi une action concertée de la plupart des médias, une action guidée par une seule chose : le fric ! La rentabilité ! et une vue a court terme ! ça peut se retourner aussi contre eux, parce que quand on "animalise" les gens... Ils ne manquent pas de se comporter un jour en animaux !

  3. 453
    mediacideur dit:

    @ Denise B, ci-dessus :

    Source ?

  4. 454
    mediacideur dit:

    C'est bon, j'ai trouvé, mais j'aurais économisé 2 posts si vous l'aviez indiquée (la source)

  5. 455
    ydaho dit:

    @ Médiacideur : a mon avis les sources de denise sont la :

    http://thefinalcountdown.bleublog.lematin.ch/finance-le-sale-pognon

    http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=457

  6. 456
    ydaho dit:

    S&P en fait...

  7. 457
    Carol DEBY dit:

    J’ai regardé l’émission de Paris-Inter « Le Fou du Roi » à laquelle participait Mélenchon.
    A un moment, Jean-Luc Mélenchon a clairement dit que l’on ne pouvait plus tolérer la désinformation des médias telle qu’elle se pratique actuellement.
    Evidemment, une telle réflexion va susciter des protestations véhémentes : la liberté de la presse est inscrite dans la plupart des constitutions démocratiques.
    Mais Jean-Luc Mélenchon a complété sa déclaration en affirmant qu’à ses yeux, le journaliste devait d’abord être libre financièrement, et sortir de son état de pigiste, dans lequel il stagne actuellement dans trop de cas.
    En effet, sans une indépendance financière, la Presse ne peut être libre.
    La haute finance a pu s’emparer des journaux parce qu’ils n’ont plus suffisamment de lecteurs ; dès ce moment, il ne pouvait plus y avoir de liberté de la Presse : la censure devenait interne.
    La liberté de la Presse est un vain mot, dans l’Union Européenne.
    Un état vraiment démocratique devrait accorder une subvention suffisante aux journaux, indépendamment de leurs opinions, qui serait proportionelle au volume du lectorat.
    La nomination et le maintien d’un journaliste dans le domaine audio-visuel devrait être à l’abri des influences politiques.

    Progressivement, Jean-Luc Mélenchon établit les grands points de son programme et ce, contrairement à des insinuations paraissant régulièrement sur ce blog, selon lesquelles il n’obtiendrait que des effets de tribune, sans savoir exactement quel cap suivre.
    Mélenchon se fait connaître du grand public, et en même temps, attire l’attention sur son Parti de Gauche. Nous sommes à deux ans des élections, et il a déjà obtenu de grands succès.
    Les gens de l’Autre Gauche de Wallonie (un mouvement, non un parti) suivent avec de plus en plus d’intérêt les progrès incontestables de Jean-Luc Mélenchon.
    Bonne continuation, Monsieur le Député européen.

  8. 458
    Demetrio dit:

    @ Ydaho post 440

    dans ta réponse tu confirmes : l'Europe ne t'intéresse pas !
    Merci ! C'est ton droit le plus strict ! Mais permets moi de te poser une question :
    te rends tu compte de la gravité de ton propos ? Vu ce qui se passe avec la crise mondiale en ces jours ?
    Mais je le répère c'est ton droit ! Ce que je te demande, en revanche, ce n'e pas faire l'histoire
    avec la méthode performative : tu nommes et tu crées la réalité !
    Le performatif constitue la clé de voûte de ton édifice, tu es dans la projection
    de tes désirs,la suggestion incantatoire de tes fantasmes, l'attente béate du miracle!
    Nous les jacobins, comme tu le sais et nous le répètes à longueur
    de posts, nous avons beaucoup de défauts, mais nous avons aussi quelques mérites,
    par exemple être des matérialistes historiques et des marxistes, et par conséquence loin de nous
    l'habitude malsaine de plaisanter avec l'histoire, chose que tu te permets allégrement.
    Que tu veuilles le bonheur des gens je te crois et moi aussi, figure toi !
    J'ai 64 ans et je milite depuis 46 ans, je fus longtemps militant communiste,
    puis je suis venu au PG car j'estime Jean-Luc Mélenchon et ce qu'il avait dit lors de sa fondation, notamment sur 1789 et 1917,
    rappelle toi, m'avait emballé.
    Quand je parle de République ou de laïcité je sais de quoi il en retourne.
    Si tu veux balancer l'eau du bain de la grande Révolution de 1789 avec le bébé jacobin, libre à toi,
    je te demande de respecter l'histoire, de ne pas la façonner avec ta méthode performative.
    Est-ce beaucoup te demander ?

  9. 459
    Darthé-Payan dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon
    @ Ba
    @ Ydaho
    @ Tous

    Oui les Etats nations sont défaits et mise sous tutelle. Une commission oligarchique a-démocratique imposera son bon vouloir aux pays. Les peuples souverains sont défaits également. Les Etats nations sont devenus en quelque sorte des'incapables majeurs" sauf que la on les enfonce. Drôle de façon de les protéger. Mais à qui la résponsabiltié ? Bruxelles fait ce que bon lui semble et la BCE pratique de la même manière. Qu'avons nous fait pour empécher cela rien vu que l'on dénonce aujorud'hui ce qui a été avalisé hier. Que le PS, ou les écolos bobos de EE fassent les innocents et crient contre la crise tout en restant dans cette immonde Europe de Bruxelles. Passe ! Mais que ceux qui ont été des opposants au TCE et au Traité de Lisbonne et ont dénoncé le vote en faveur de la réalisaion du GMT dans le dos des citoyens ne fassent que dans le verbe et ne mettent pas une seconde en avant le fait que pour avoir une planche de salut il faut rompre avec l'Union Européene, les traités succesifs et existant, la BCE et le GMT. Jean-Luc Mélenchon est toujours dans la simple sortie du Traité de Lisbonne (au revient au traité de Nice et l'on accepte Maastricht qui la principale conséquence des dérives de la Commission de Bruxelles qui laminent l'un après l'autre les acquis sociaux, les états providences, les services publics. Les peuples et les nations sont peu à peu détruits. Le droit essentiel et vital de souveraineté n'est plus que chiffon de papier. L'économie de la libre concurence libre et non faussée règne en maïtre. Et le PG, comme le Front de Gauche et le Npa ne souhaite que la rupture avec le Traité de Lisbonne et les traités précédents ils s'appliqueront et ils sont de la même eau ! Alors on continu dans l'Europe ? A 27 Etats membres et bientôt d'autres comment va-t-on faire pour démocratiser cette Europe, faire un processus constituatn (comme le réclame JL Mélenchon encore ce matin ? C'est du domaine de l'impossibilité. Cela devient stérile et simple posture. Il faut être vertueux, audacieux, courageux et ne plus tergiverser ! La France doit Rompre avec l'Union Européenne, avec les traités successifs, avec la BCE, avec le GMT pour retrouver sa pleine et entière souveraineté notamment dans le domaine du politique, du monétaire, de l'économie, des protections, des solidarités.

    On attend quoi 2015 quand le Grand Marché Transatlantique sera en application et que la France républicaine et parlementaire aura disparu et que l'Europe et la France seront de venus des vassaux des Etats unis et simple territoire -marché ? Ce sera trop tard ! Allors Jean-Luc, Camarades de gauche bougeons nous et devenons audacieux !

  10. 460
    Darthé-Payan dit:

    @ Demetrio

    Salut mon frère républicain et jacobin

    Et oui comme tu le dis dans ton commentaire il y a en qu'il veule balancer l'idéal révolutionnaire républicain et jacobin. Libre à eux.

    Ce qui m'a fait bondir c'est l'autre jour, je suis plus qui est l'intervenant, disait que Jean-Luc Mélenchon c'est la patrie et Le Pen : la nation. C'était vraiement n'importe quoi ! Les Soldats de l'an criaient Vive la Naiion ! Jaurès en a éctit des centaines et des centaines de lignes voire des miliers sur la nation. Il parle aussi de patrie comme nos illustres jacobins que furent Robespierre, Saint Just, Couthon, Lebas, etc;... JL Mélenchon parle longuement de patrie et de nation dans "Causes républicaines". Je sais que certains disent oui JL Mélenchon est républicain mais pas comme les Jacobins du blog, qu'il n'est pas patriote comme les jacobins du blog, qu'il n'est pas jacobin comme les Jacobins du blog ! Déjà qu'il commence par lire ce qu'écit JL Mélenchon sur tout cela (cf Causes républicaines, cf intervieuw à regards, chroniques dans Marianne, dans Politis etc... Denaturé, reécrire l'histoire, re écrire le discours et les écrits de JL Mélenchon voilà comme ils procèdent. Bientôt il découvront que JL Mélenchon ne situe en rien dans Mai 68 et ils diront oui mais pas comme les Jacobins du blog. A croire que l'on a toute les tarres. A croire que nous sommes des extras terrestres politiques. Je leur dirai que nous sommes tout simplement fidéle au socialiste historique français qui est d'essence révolutionnaire, républicaine, jacobine, laïque et universaliste. Des Lumières à JL Mélenchon en passant par Robespierre, Babeuf, Blanc, Jaurès voilà la filiation, voilà l'inspiration.

    Je mets pour finir le lien sur la brochure de l'expo sur la Révolution Françaiee faite par Le Formateur des Collectivités pour le stand de PRS à la fête de l'Huma en 2007.

    http://www.leformateurdescollectivites.fr/pdf/brochure.pdf

    Gilles se joint à moi et nous t'embrassons fraternellement.

    Fabien

  11. 461
    ydaho dit:

    post 440
    @ Démétrio, darté, descartes et …
    Je respecte ce qu’a dit Annie sur Giscard et la loi de 73, je rappelle juste que l’age moyen du téléspectateur ou auditeur éventuel de Jean-Luc Mélenchon a la télé ou a la radio est d’environ 30/40 ans, et qu’a l’heure ou il faut convaincre, je ne pense pas que Jean-Luc Mélenchon puisse se lancer dans ce type de démonstration alors qu’il n’a que peu de temps pour s’exprimer.. Je ne dit pas qu’il ne doit pas communiquer la dessus sur un blog, ou dans une interview pour un journal, je dis qu’a la télé le temps qui lui est imparti est largement insuffisant pour « attaquer » un tel sujet alors que ceux qui sont susceptible de l’écouter n’était même pas né a l’époque.. Bien sur il peut « glisser » une phrase ça et la mais se lancer dans une démonstration aussi longue et en rapport avec ces faits devrait lui prendre une journée d’antenne !
    Alors les frères Jacobins et Républicains, cessez de prendre un mot ça et là et d’en triturer le sens pour le « tourner » a votre avantage.. Cessez votre entreprise de destruction concertée, et elle l’est concertée, ne serais que par votre aptitude a « noyer » certains post par un flot de paroles…Tombez des nues si vous le voulez, soyez esbaudis autant que vous le voulez, mais ne nous brisez pas les arpions !
    Quand a toi démétrio le penseur, je t’ai dit que l’Europe n’était pas aujourd’hui MON problème, parce que je pense avant tout a mon pays et a mon peuple ! Et aujourd’hui si mon pays et mon peuple disent non a l’Europe, disent non aux mesures anti sociale prise par l’Europe, alors le cycle destructeur s’arrêtera ! Je te rappelle que la plupart des décisions prisent par l’Europe et ses sbires libéraux doivent l’être a l’unanimité, Si mon pays, si mon peuple dit NON ! Ils n’y aura pas de décisions et on pourra voir « venir » ! D’ou je soutient JML dans sa conquête des électeurs et ses efforts pour convaincre qu’une autre voie (voix) existe et qu’on pourra dire NON ! avec l’assentiment d’un gouvernement dont il sera partie prenante ! (malheureusement, je ne peut raisonnablement espérer aux 51 %)..
    Je sais que tu iras encore chercher les poils sur les œufs de ce message et que tu en déformera encore, toi ou tes « accolâtres » malsains, les mots pour les retourner de manières incongrues ! Mais je m’en fout !
    Je n’ai peut être pas ta « culture militante », mais j’ai ma force de conviction, et elle est pas né d’hier, ni même adaptée aux circonstances ça et là.. Je peut me battre pour les « gens », je peux écrire pour les « gens » parce que je les « aime » ! Et non pas parce ce que je veux les convaincre a tout prix ! Continue de thésauriser ! Moi je continuerais d’aimer les gens et d’essayer de vouloir un monde « meilleur » pour eux ! les déshérités ! et je ne crois pas que ce soit le tient !

  12. 462
    Michel Matain dit:

    @ Darthé-Payan

    Dans le post 467, tu as oublié "frère républicain et jacobin".
    Yen a qui dise que les lapsus c'est révélateur...
    Que se passe-t-il ? Rien de grave j'espère ?

  13. 463
    Darthé-Payan dit:

    @ ydaho

    Tiens le camarade ydaho est en mode'répondeur automatique " au moins que le disque soit rayé ?!

  14. 464
    Demetrio dit:

    @ Darthé-Payan

    salut mon fère jacobin et républicain,
    non le disque de Ydaho ne s'est pas rayé !
    C'est sa méthode performative : en avant toute,
    avec incantations et fantasmes !
    mes salutations fraternelles pour Gilles et pour toi !
    Vive la république !
    demetrio

  15. 465
    Demetrio dit:

    @ Darthe-Payan
    suite
    merci pour le lien,
    c'est du miel
    je vais me régaler

  16. 466
    turmel j michel dit:

    Descartes post 162 du 11mai. Avant d etre cht j ai travaillé dans le batiment. Dis cde un peu de recul,eu égard à ce que racconte Mario Morisi sur les jaunes qui refusaient de déscendre des échafaudages en 36. Le milieu ouvrier parfois,c est comme partout il s énerve.Une bonne branlée à un jaune cela ne sert absolument pas la démocratie,la persuation, le débat d idée, quoi que..,mais ques que c est plaisant pour celles et ceux qui depuis des semaines se battent,perdent de l argent, et sont fatigués..Alors permets, je comprend le Mario,et puisque l on est entre nous, ce qui ont eu à subir quelques salades de phalenges lors des luttes qui ont jalonné ma vie de militant, ils ne m ont jamais prouvé par la suite, qu ils avaient été victime d affreux staliniens.AU CONTRAIRE,ils m ont démontré qu ils étaient de vrais manges m....,et des collabos de premiere. Ce ne sont pas des methodes je l accèpte, mais dans certaines circonstances,ne comptez pas sur moi pour les condamner.

  17. 467
    TacOTac dit:

    @Descartes (#445 et #447)
    Le mécanisme d’escompte des titres du trésor est intrinsèquement inflationniste, parce qu’il réduit le « coût politique » que les gouvernants doivent payer pour piquer l’argent au contribuable. Essayons d’être clairs: imaginons que tu étais ministre des finances, que tu as besoin d’un milliard pour financer un programme, et que tu as deux choix pour obtenir cet argent: soit imprimer des bons du trésor et les présenter à l’escompte, soit augmenter l’impôt. Lequel tu choisirais ? Il est évident que la solution de facilité serait l’escompte. Or, dans les deux cas tu prendrais l’argent dans la poche du contribuable: les bons que tu présentes à l’escompte sont rachetés par la BF en faisant tourner la planche à billets, c’est à dire, en enlevant un petit peu de valeur à chaque billet circulant. Mais quand on augmente l’impôt, le politicien qui le fait est obligé de le montrer et de faire voter le Parlement. Tandis que l’escompte des bons est politiquement « indolore », puisque le peuple n’est pas informé. On peut donc entrer dans une spirale inflationnaire sans même s’en rendre compte.
    Je ne comprends pas. La dichotomie que tu fais ici est indiscutable, mais la même peut être faite entre une augmentation des impôts et une augmentation de la dette avec emprunt avec intérêt a des banques privées… Et la valeur enlevée dans ce cas n’est pas liée a l’inflation, et elle ne l’est pas a la monnaie, mais a l’intérêt cumule que le citoyen du peuple paiera tôt ou tard. Et nous avons paye 700 milliards depuis 73, ce qui est un chiffre important. Le fait que tu fasses cette comparaison me laisse penser que la nature de ton discours contre l’escompte a un peu de l’idéologie… Mais j’y reviens, en abordant le thème de l’inflation de façon moins abrupte et en montrant qu’un peu d’ingéniosité politique (de la bonne volonté) permet de reprendre le système d’escompte en se préservant de l’inflation.
    C’est un premier point. Le second point consiste a prendre du recul sur un discours avec l’évolution des évènements depuis les années 70 : toujours sur cet exemple d’une inflation existante mais mesurée, dans les deux cas que l’on compare, est le suivant : dans le cas d’une inflation mesurée, le contribuable perd du pouvoir d’achat et stricto sensu, de la croissance économique potentielle est « perdue », par comparaison avec le cas d’un prêt par les banques privées ou l’intérêt collecte peut, potentiellement, est injecté dans l’économie. C’était aussi un point d’ancrage fort de Pompidou, de part sa formation et son parcours, et cela pouvait éventuellement s’entendre a l’époque (choc pétrolier…). L’histoire et la financiarisation de l’économie ont montre que ces capitaux constitués par les intérêts, ont progressivement, a la mesure des dérégulations successives des marches financiers pendant...

  18. 468
    TacOTac dit:

    @Descartes (#445 et #447)
    Il faut surtout avoir le souci de la réalité historique. Faire des procès d’intention n’avance pas à grande chose. As tu des documents ou des références qui permettent de conclure sur les intentions de Pompidou ou de Giscard ? Non ? Alors, vaut mieux s’en tenir aux faits: l’escompte des titres avait un effet inflationniste que tous les économistes reconnaissent, et en 1973, avec le choc pétrolier et la fin de la séquence des « trente glorieuses », cet effet était devenu dangereux.

    C’est aussi mon souci, l’histoire. Ce que je dis, même de manière un peu provocante, n’a rien d’un procès d’intention. Alors je m’explique : c’est seulement d’abord une question d’idéologie néolibérale avec l’endettement de l’Etat auprès des banques privées avec intérêt, apparemment neuve à l’époque après la IVe et la Ve, et servant indubitablement les intérêts privés avant tout (même si présentée comme source potentielle de croissance au delà de sa capacité a endiguer l’inflation), et le fait de savoir que Pompidou a été pendant 8 ans un grand banquier chez Rotschild puis son Directeur Général avant le début de sa carrière politique est une information CAPITALE en soi, car les intérêts privés de l’oligarchie sont toujours antinomiques de ceux de l’intérêt général, cette antinomie est l’essence et la condition de la perpétuation de l’oligarchie. Or, les historiens sérieux nous le montreront dans 20 ou 30 ans (il y a toujours ce décalage pour que les archives s’ouvrent…) des anecdotes croustillantes qui ne seront que du niveau de l’anecdote, car il est évident que ce monsieur a gardé des liens forts avec les magnats de la banque pendant ses mandats électifs, et je dis encore simplement qu’il y a conflit d’intérêt clair entre l’enrichissement des banques par l’Etat et le bien commun. Pour terminer sur ce point, il me semble qu’un banquier d’affaires ne peut pas et ne doit pas devenir un homme d’Etat, c’est simplement un non sens. Gros problème d’indépendance comme on en voit partout aujourd’hui…
    Si c’était une question d’idéologie, alors faudrait m’expliquer pourquoi Pompidou, élu en 1969, a attendu quatre ans pour interdire l’escompte des titres. Désolé, mais il faut s’en tenir aux faits: la loi de 1973 est une réponse à une situation économique concrète.
    Tu sais, je t’invite à consulter les travaux d’Annie Lacroix-Riz qui a démontré l’existence d’une synarchie bancaire française tres active dans les années 30 et 40 et aux manettes de la politique intérieure et extérieure ayant conduit aux évènements de la seconde guerre mondiale et a rien de moins que l’instauration du régime de Vichy, derrière lequel était la banque Worms.. La banque Worms appartenait à ce réseau synarchique et cette synarchie était adossée au fameux comité des forges initié au 19ème...

  19. 469
    TacOTac dit:

    @Descartes (#445 et #447)

    Il est clair que cette synarchie qui « a fait les évènements de la guerre » ne s’est pas évanouie dans les années 50 et 60. Il faut être un peu sérieux et raisonnable. Encore une fois, il n’y a pas encore de travaux d’histoire probants sur cette période de la synarchie, mais pour ce qui concerne 1973, il suffit de lire entre les lignes et de tisser le fil. Pourquoi en 1973 et pas des 1969 ? nous ne le savons pas encore mais nous le saurons un jour, au gré du déballage des archives par des historiens sérieux. Ce qui est clair pour moi : l’accession au pouvoir, les évènements sont toujours le résultat de force politiques (opposition de l’époque entre autres) et d’intérêts divergents nationaux et internationaux complexes et souterrains, et certains résultats, a la faveur de ces courants, sont obtenus rapidement, moins rapidement ou jamais. Il est raisonnable de penser que = Pompidou a du œuvrer beaucoup plus tôt que 1973 pour obtenir ce résultat. Et puis l’influence de la politique américaine (non convertibilité du dollar en or de 1971) et la synarchie mondiale de la banque des années 50 et son Bilderberg, auquel était associé Pompidou… Au niveau mondial, les synarchistes de Bilderberg avaient des intérêts évidents a ce que des fonds puissent être levés au niveau français pour drainer les marches financiers internationaux. Et bilderberg est à rapprocher de la commission trilatérale, ou encore du plus institutionnel actuel forum de Davos ou souterrain « cercle » se mêlent les genres dans des relens troubles entre finance, banque et pouvoirs institutionnels…

  20. 470
    TacOTac dit:

    @Descartes (#445 et #447)

    Il est clair que cette synarchie qui « a fait les évènements de la guerre » ne s’est pas évanouie dans les années 50 et 60. Il faut être un peu sérieux et raisonnable. Encore une fois, il n’y a pas encore de travaux d’histoire probants sur cette période de la synarchie, mais pour ce qui concerne 1973, il suffit de lire entre les lignes et de tisser le fil. Pourquoi en 1973 et pas des 1969 ? nous ne le savons pas encore mais nous le saurons un jour, au gré du déballage des archives par des historiens sérieux. Ce qui est clair pour moi : l’accession au pouvoir, les évènements sont toujours le résultat de force politiques (opposition de l’époque entre autres) et d’intérêts divergents nationaux et internationaux complexes et souterrains, et certains résultats, a la faveur de ces courants, sont obtenus rapidement, moins rapidement ou jamais. Il est raisonnable de penser que = Pompidou a du œuvrer beaucoup plus tôt que 1973 pour obtenir ce résultat. Et puis l’influence de la politique américaine (non convertibilité du dollar en or de 1971) et la synarchie mondiale de la banque des années 50 et son Bilderberg, auquel était associé Pompidou… Au niveau mondial, les synarchistes de Bilderberg avaient des intérêts évidents a ce que des fonds puissent être levés au niveau français pour drainer les marches financiers internationaux. Et bilderberg est à rapprocher de la commission trilatérale, ou encore du plus institutionnel actuel forum de Davos ou souterrain « cercle » se mêlent les genres dans des relens troubles entre finance, banque et pouvoirs institutionnels…

    C’est pour la même raison (éviter l’effet inflationniste) que la BCE s’interdit d’accepter des titres de dette nationaux en escompte. Et si elle a accepté récemment de le faire avec la dette grecque, c’est sous une énorme pression politique et pour éviter un mal qui serait pire que le remède. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’accepter l’escompte des titres du trésor revient à autoriser le gouvernement à emprunter sans limite à 0%, et de transférer le coût à l’ensemble de la zone monétaire via l’inflation.

    Oui mais elle nous montre aujourd’hui que l’idéologie de vouloir a tout prix limiter l’inflation au profit des banques privées la pousse à le faire tout de même, à cause même des énormes pertes de banques liées à …des obligations d’état empruntées à intérêts et (en partie) titrisées !

    Les grands principes de Pompidou et la folie de leurs manifestations effets lors des différentes crises financières (1987, 1999-2000, 2007-2010), au gré des dérégulations successives et de l’endettement des peuples, sont en alignement direct, le vecteur en est l’émanation perfide et carnassière des intérêts de cette oligarchie synarchique,

    Je te conseille de visionner Michel Drac dans Crise ou Coup d’Etat (4 vidéos sur Dailymotion), le...

  21. 471
    TacOTac dit:

    L’histoire montre que ce sont les effets désastreux des grands principes de Pompidou des années 1970 poussés à leur extrême qu’on est obligés aujourd’hui d’éponger par une inflation qui va être massive, j’en suis a peu près convaincu…

    Ironie de l’absurde, donc. Et démonstration de l’effet dévastateur de la prédation de l’état par les banques.

    Il y aurait beaucoup à dire sur ça. Mais si tu veux empêcher les banques privées de s’enrichir sur la dette des états, il faut trouver d’autres solutions. Obliger la banque centrale à accepter les titres de dette nationaux en escompte est un remède pire que le mal.

    Je suis d’accord, dans le cadre actuel de l’Europe et de la BCE, en tenant compte de la problématique de variabilité économique de chaque état-membre… Mais revenons au début de notre raisonnement. Si on sortait de l’Europe avec une banque de France fonctionnant comme en 1970 (ce qui supposerait un nombre important de pré-requis assez radicaux quant a la mainmise et la préemption de l’Etat sur le secteur bancaire privé, ce qui serait simplement « un monde différent » au vu de la gouvernance actuelle, mais bon…).

    Ce qu’on pourrait faire en sortant de l’Europe aujourd’hui comme ce qui aurait pu être fait a l’époque, pour économiser le payement d’intérêts : remplacer un « endettement visible et structuré » auprès des détenteurs de capitaux, par un « endettement visible et structuré » auprès de la banque de France, quitte à encadrer les règles d’émission, par exemple au seuls besoins de financement des investissements, en conservant le financement du fonctionnement de l’Etat et des collectivités (y compris, si on veut, les amortissements) par les recettes fiscales. Voire même créer en plus un taux d’escompte de la banque de France a l’Etat pour ces lignes d’investissement, bas mais non nul.

    Que le prêt au Trésor Public soit direct par la Banque de France ou non, car issu de crédits par les banques commerciales (demande de monnaie), il y a bien une émission monétaire équivalente correspondante à l’origine.

    Pour finir, quelques chiffres de l’inflation : 1979 10.8 % 1978 9.1 % 1977 9.4 % 1976 9.6 % 1975 11.8 % 1974 13.7 % 1973 9.2 % 1972 6.2 % 1971 5.7 % 1970 5.2 % 1969 6.5 % 1968 4.5 % 1967 2.7 %

    L’inflation entre 1960 et 1972 à suivi annuellement des taux très raisonnables et on remarque également qu’à partir de 1973, ces taux augmentent rapidement. Si la crise pétrolière n’y est pas étrangère, je ne trouve pas que ces chiffres démontrent l’efficacité du dispositif dans l’absolu… Il me semble plus que vraisemblable que, dans le pire des cas, avec le genre de dispositif décrit ci-avant, on n’aurait pas eu des résultats moins bons sur ce plan… C’était simplement de l’opportunisme politique idéologique. Remonter aux origines de la crise pétrolière nous amènerait trop...

  22. 472
    VCLR - PG 06 Nice dit:

    Mélenchon for President...

    Ce titre est celui donné à la dernière chronique de Didier PORTE sur Inter qui est un pur moment de bonheur. Vous allez bien rire et savourer le salut amical de l'humoriste pour notre Jean-Luc préféré. Voici le lien: http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/didierporte/index.php?id=91508

    Je vous souhaite un bon moment...

  23. 473
    TacOTac dit:

    @Descartes (#445 et #447) suite et fin de 475, désolé...

    Le second point consiste a prendre du recul sur un discours avec l’évolution des évènements depuis les années 70 : toujours sur cet exemple d’une inflation existante mais mesurée, dans les deux cas que l’on compare, est le suivant : dans le cas d’une inflation mesurée, le contribuable perd du pouvoir d’achat et stricto sensu, de la croissance économique potentielle est « perdue », par comparaison avec le cas d’un prêt par les banques privées ou l’intérêt collecte peut, potentiellement, est injecté dans l’économie. C’était aussi un point d’ancrage fort de Pompidou, de part sa formation et son parcours, et cela pouvait éventuellement s’entendre a l’époque (choc pétrolier…). L’histoire et la financiarisation de l’économie ont montre que ces capitaux constitués par les intérêts, ont progressivement, a la mesure des dérégulations successives des marches financiers pendant les années 80 et 90 en Amérique et en Europe, avec la financiarisation de celle-ci, contribué de façon beaucoup plus négative que le contraire, de façon différente et pas dans la même mesure de chaque cote de l’atlantique, a l’économie réelle. C’est aujourd’hui indiscutable.

  24. 474
    VCLR - PG 06 Nice dit:

    Celle-là (La révolution est en marche) est pas mal non plus: http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/didierporte/index.php?id=91308

  25. 475
    jean-marc dit:

    Je vous laisse un lien sur la crise du systeme monétaire, long et ardu mais cela me semble incontournable si l'on veut se faire une idée de tout les problèmes posés.
    http://www.notre-europe.eu/uploads/tx_publication/Discours-TPS-LouvainLaNeuve-25.02.2010.pdf

    @Carol DEBY
    Un état vraiment démocratique devrait accorder une subvention suffisante aux journaux, indépendamment de leurs opinions, qui serait proportionelle au volume du lectorat.
    La nomination et le maintien d’un journaliste dans le domaine audio-visuel devrait être à l’abri des influences politiques.

    c'est vraiment important que Jean-Luc Mélenchon pose ce probleme, c'est une question culturelle qui est aussi une clef de la vie politique. Tout le monde paye sa redevance télé, on pourrait imaginer en meme temps un systeme ou l'on pourrait voter chaqu'un pour un espace dédié à un acteur politique que l'on choisirait et aussi à un autre acteur culturel. Là on aurait vraiment un début de "vie" culturelle réelle. A l'heure actuelle on a d'un coté des débats politique ou les invités sont dans une logique de médiatisation de survie, et ou l'explication, c'est-a-dire ce qui fait du coté du spectateur sa culture politique est réduit à peau de chagrin, et des émissions ou les reportages sont dit objectifs proche du réel et donc sans "imagination" sans perception des forces d'avenir, sans orientation possible.

    JM

  26. 476
    Michel D. (PG11) dit:

    @ 312 Hold-up qui écrivait hier (# 312, 12 mai 2010 à 14h32) :
    Article en Anglais. Ce serait bien que quelqu’un puisse le traduire correctement me semble-t – il :

    European Banks Now Feverishly Betting Against Euro, As Bailout Fails, Gold Surges by Tyler Durden
    http://www.zerohedge.com/article/european-banks-now-feverishly-betting-against-euro-bailout-fails-gold-surges

    Il me semble que personne n'a répondu à l'appel jusqu'à présent alors voici la traduction (mal dégrossie) de 2 passages-clés :
    1) In other words, the very banks that Europe is bailing out are betting more and more aggressively with each passing day against Europe's own survival! Even George Soros has shed a tear of pride in how beautifully his initial plan to take on the BOE has mutated for the Bailout Generation.
    "En d'autres mots à chaque jour qui passe ces banques mêmes que l'UE est en train de renflouer parient de manière de plus en plus offensive/déterminée/agressive contre la propre survie de l'Europe ! Même G S a versé une larme de fierté en voyant comment son plan initial visant à s'attaquer/s'en prendre à/"se payer" la Banque d'Angleterre (?) a évolué pour la Génération du Renflouage."

    2)We anticipate another record bailout to be announced by Europe within the month as Europe now has no other choice. And each subsequent bailout will only lead European banks to bet even more aggressively against the survival of Europe, which destroys more and more European taxpayer capital. Welcome to Global Moral Hazard.
    "Nous anticipons un autre renflouage qui devrait être annoncé dans le mois qui vient car l'Europe n'a à présent pas d'autre choix. Et chaque renflouage successif ne fera que conduire les banques européennes à parier de manière encore plus agressive contre la survie de l'Europe, celle-ci détruisant une part de plus en plus grande du capital du contribuable européen. Bienvenue au Risque Moral Mondial (?)."

    Dis donc, il est fiable ce site ? Car ça fait froid dans le dos... Et un internaute sur le site dit :"Les Français qui parient contre leur propre camp ? Rien d'inhabituel !"
    C'est ce qu'on appelle :"
    biting the hand that feeds you" = littéralement, mordre la main qui vous nourrit = "cracher dans la soupe"

  27. 477
    Louis XVI dit:

    Cinq messages de TacOtac entre 475 et 479 + 1 en 481

    Ca me rappelle le bon temps, quand la cour me laissait raconter mes merveilleuses histoires de serrurerie...

    j'étais là sur mon trône et je faisais les questions et les répondes, c'était doux..

    Ah !

    Mes hommages à vos Soeurs Jacopines et Mères-publicaines...

  28. 478
    Hold-up dit:

    Michel D (PG. 11).

    Ok, merci pour l'initiative. Est-ce que le site est faible ? Ma foi, il le semble. Répercuté dans la suite des commentaires du blog de Paul Jorion... Bon mais cela ne veut pas dire qu'il l'est, ok. On en jugera. Mais au fond n'assistons-nous pas à la destruction du Capital Fictif ? J'ai dis une connerie là ?

  29. 479
    Hold-up dit:

    " Le philosophe Jean-Paul Dollé, professeur à l’école d’architecture de Paris-la Villette, propose une approche originale de la crise économique mondiale survenue en 2009. Ce n’est pas par hasard, avance-t-il, que cette crise historique trouve son origine dans les conditions d’accès à la propriété foncière de la population pauvre de l’État le plus puissant du monde capitaliste. Ce n’est pas un hasard non plus si ce sont des familles noires, celles des descendants d’esclaves, qui ont les premières subi les effets des subprimes et ont dû, dans de très nombreux cas, abandonner leur logement"...

    Jean-Paul Dollé - L’INHABITABLE CAPITAL - Crise mondiale et expropriation
    http://www.editions-lignes.com/L-INHABITABLE-CAPITAL.html

  30. 480
    Mario Morisi dit:

    "Affluence monstre à Fatima: le peuple chrétien soutient son pape"

    Allez voir les images sur libé.fr...

    Une marée d'attardés mentaux qui pleurnichent leur bon dieu collabo et qui,

    au lieu de prendre d'assaut leur gouvernement et leur premier ministre PSE, le mal nommé Socrate...

    rampe comme des blattes devant le knout ultralibéral...

    Ca vous a de ces parfums de moyen-âge...

  31. 481
    ydaho dit:

    Mario, 10 millions d'habitants sur 92 mille Km², et donc un demi million (chiffre du vatican) regroupé a Fatima... C'est pas bien grave en ces temps troubles.. ça fait a peine 5 %... En d'autres temps il aurait réuni la moitié de la population ! Les temps changent !

  32. 482
    Michel Matain dit:

    Un truc qui n'a rien à voir avec tout ce qui précède.
    C'est le témoignage d'un prof de droit de la fac de Nice qui a cherché et réussi à obtenir sa fiche des RG

    http://www.humanite.fr/Ma-fiche-aux-renseignements-generaux

  33. 483
    ydaho dit:

    Un peu "long".. Mais intéressant !

    http://www.entrailles.fr/index.php?post/Que-veulent-vraiment-les-blancs

    "...Comment comprendre que la société dominante qui se réclame de la liberté de conscience, veuille interdire toute croyance autre que l’athéisme, dans le même temps qu’elle assimile le christianisme à un simple trait culturel, mais un trait culturel qui définirait l’identité nationale ? Comment comprendre que se rejoignent dans la dénonciation de l’islam, tandis qu’ils évitent de s’affronter entre eux, les nostalgiques du catholicisme religion d’Etat d’une part et d’autre part les adversaires déclarés de toute religion, mais qui doivent pour l’instant faire de grands détours pour ne pas voir les nombreuses églises qui sont sur leur chemin et n’ont rien de privé, encore moins d’intime ?..."

  34. 484
    Mario Morisi dit:

    @ Michel D.

    Je m'y suis mis au sprint. Que les spécialistes en économie me pardonnent, mon anglais me vient de la fac, des pubs et des terrains de foot, ainsi que des grands auteurs. Mon vocabulaire financier n'est pas à la hauteur. Que les initiés anglophones lisent l'original

    European Banks Now Feverishly Betting Against Euro, As Bailout Fails, Gold Surges by Tyler Durden
    http://www.zerohedge.com/article/european-banks-now-feverishly-betting-against-euro-bailout-fails-gold-surges

    Expérimentation mentale ; vous êtes le trader en chef de la méga-banque française Croquemonsieur et Cie,. Lors des cinq dernières années, vos bonus vous ont été payées en stock-options. Ces deux dernières semaines vous les avez vues plonger lorsque les marchés se sont finalement rendu compte qu’on les avait truffées jusqu’à la gueule de dettes « PIIGS » de sorte qu’elles ne valent plus à présent que 60 cts de dollar au mieux.
    Pour couronner le tout, l’euro a plongé à son minima depuis des années, anéantissant toute chance de vous offrir un pied-à-terre à New-York, alors que le rapport euro/dollar était de 1,5 il y a quelques semaines. qu’est-ce que vous faites ?
    Eh bien, vous vous attaquez à l’euro, sachant parfaitement que l’Union européenne, le FMI et la Banque mondiale ne laisseront pas l’Europe couler. Vous vendez, vous vendez et il ne vous reste plus qu’à vendre encore et encore en essayant d’accompagner jusqu’au bout la chute du ratio Euro/dollar vers les 1.20, 1.10, jusqu’à la parité si possible, pour faire croire que la fin de l’Europe est arrivée.
    Et voilà, le 9 mai votre plan a marché ; l’Europe accepte de soutenir vos bonus, en faisant flamber 1 trillion de dollars sous le prétexte que la monnaie va servir à stabiliser l’environnement et l’euro. Immédiatement, les stocks de votre mégabanque, et donc la valeur de vos bonus augmentés (de quelques millions d’euros) ; bondissent à un taux record de 20% en un seul jour.
    Alors vous pensez :
    « Comment puis-je encore augmenter mes bonus ? Pourquoi aurais-je besoin d’une nouvelle baisse de l’euro. »
    Arrivé à ce point, je sais qu’entre moi même et les autres Desk de fixing des banques françaises et allemandes, on peut facilement le faire descendre à 1,20 et même à moins.
    Car nous n’avons fait qu’affaiblir les banques centrales qui nous maintiennent en vie. Et quand cela arrivera, quand l’euro sera à nouveau en danger, l’Europe imprimera un autre trillion, puis dix trillons, puis cent trillons ; tandisd que ma portion de stock-options grossira de plus en plus.
    Génial, vraiment génial. Certes, aucun hedge-fond n’a reçu la confirmation que plusieurs des grosses banques françaises étaient en train de s’activer pour faire baisser l’euro afin de profiter de l’avantage des aléas moraux globalisés, qui à chaque « bail out » ne font rien d’autre que d’accroître les profits des...

  35. 485
    Mario Morisi dit:

    Suite de la traduction Union Banks

    '(...) En d’autres termes, ce sont les banques que l’Europe soutient qui parient contre la survie de l’Europe chaque jour qui passe et de plus en plus agressivement.
    Même George Soros a versé une larme de fierté en voyant comment son génial plan de l’emporter sur la BOE s’est transformé en génération du bail-out.
    En en une nuit, le trader de la Croque Monsieur et Cie imaginaire, et d’autres employés des banques françaises bien plus réels (y compris les hedge-funds US) y sont parvenus tandis qu’il n’y a déjà plus de trace du trillon d’aide du week-end est déjà oublié, que les futures coulent déjà, que l’Asie s’effondre, que le ration euro/dollar tente de se maintenir à 1,26 et, on le voit bien qu’il va revenir à 1,25, même lorsque l’or remonte.
    On anticipe déjà sur l’annonce dans le mois d’une autre vague d’aide record puisque l’Europe n’a plus le choix. Et chaque vague d’aide va seulement pousser les banques européenne à parie contre la survie de l’Europe, ce qui conduira à détruire davantage le capital des contribuables européens.
    Bienvenue à la Loterie morale globalisée.

  36. 486
    Descartes dit:

    @Darthé-Payan (#407)

    La loi n’a pas empéché grand chose car l’inflation galoppée dans les années 70 et jusqu’à fin 1985.

    Ce n'est pas exact. La loi de 1973 n'a pas mis l'inflation à 0%, mais cela ne veut pas dire qu'elle n'ai pas été efficace. Elle a permis d'éviter une situation comme celle qu'à connue l'Angleterre, avec une inflation encore plus haute et un recours au FMI.

  37. 487
    Descartes dit:

    4 août (#394)

    « Ce n’est qu’avec l’arrivée de Billard que Jean-Luc Mélenchon a commencé à se commettre avec « Sortir du nucléaire » Faux. Dès le départ, Jean-Luc Mélenchon a parlé de remplacer le nucléaire par des centrales géothermiques. Je m’en rappelle parce qu’il a un peu séché sur la technique face à un journaliste, et j’étais furax.

    Toutes les références de Jean-Luc Mélenchon à la géothermie que j'ai pu trouver sont postérieures à l'OPA de Billard. Pourrais-tu m'indiquer dans quelles circonstances Jean-Luc y a fait référence avant celle-ci ?
    Pour ce qui concerne le nucléaire, je n'ai aucune trace d'une réunion, meeting commun ou conférence de presse commune avec "Sortir du nucléaire" antérieure à la venue de Billard. Par contre, j'en ai plusieurs après. Je maintiens donc que Jean-Luc Mélenchon ne s'est pas "commis avec Sortir du Nucléaire" avant l'OPA en question...

    Je n’ai jamais compris pourquoi l’emblème n’avait pas été choisi vert/rouge dès le départ. Ceci dit, entre coloriser un logo et faire une OPA…

    Quelqu'en soient les raisons, ce n'était pas le cas avant que M. Billard ait "décidé de coorganiser le congrès du PG", mais oh ! miracle, ce fut le cas après. Une coïncidence, certainement...

  38. 488
    Hold-up dit:

    N° 493 et 494 @ Mario Morisi

    MERCI ! Il était nécessaire de traduire ce texte éloquent. Merci à toi.

    Alors ? Hein ? C'est à gerber non ? Il est difficile de rajouter des mots en lisant ce texte. Certains ricaneront
    car c'est ça le capitalisme, dans les faits. Le problème c'est que peu de monde sont au courant de son fonctionnement complexe à part ceux qui sont aux manettes et leurs adversaires politiques historiques. Au centre, les milliards d'individus triment, sont dépouillés, esclavagisés, instrumentalisés, pour engraisser une poignée de connards qui jouissent de précipiter dans la misère infinie des peuples entiers pour redresser le montant de leur déjà gros pécule.
    Je ne comprend pas comment un type comme Georges Soros soit encore en liberté. Il devrait être tout de suite arrêté, menotté en conduit dans une prison haute sécurité pour ses crimes. Mais je sais pourquoi il est encore libre bien sûr. Ce que je ne comprends pas c'est qu'il n'ait pas eu un accident de la circulation lui l'ami des maffias internationales. Mais c'est hélas tout le système qui produit des milliers de petits Georges Soros. Des néofascistes de marché qui ont l'équivalent d'armées puissantes et qui savent les propulser sur les nombreux théâtres d'opération qu'on leur laisse occuper en attaquant les monnaies ou autres actions du même ordre.

    Ce sont eux qui tue le peuple Grec aujourd'hui, comme ils ont tué le peuple Islandais en le précipitant des décennies en arrière, et qu'ils tueront demain d'autres peuples de la même manière. Mais la liste est trop longue depuis les temps passés. Les milliards de personnes se laissent encore tondre par une poignée de crapules sans qu'on ne leur mette des bâtons dans les roues tant la corruption doit être immense chez les élites politiques de part le monde. Quelle pitié ! Les habitants n'ont plus qu'à ramper effectivement à Fatima ou dans d'autres lieux de culte. Ce genre de lieu est ouvert bien souvent 7jours sur 7 et on s'y frotte les genoux jusqu'au sang pour se mortifier d'être aussi con. Amen.

  39. 489
    Louis XVIII dit:

    @ ma petite jacopine républicaine

    Je ne suis pas au fait de votre siècle, mais ça se trouve dans le salon dudit parti de gauche, et c'est daté du 5 décembre 2008...

    Nous voulons préserver les écosystèmes planétaires pour préserver l’humanité elle-même.

    Nous savons qu’il est illusoire de demander au capitalisme d’être vertueux et de prendre en compte le Bien Public. Nous remettons en cause le productivisme tout en croyant au progrès humain et social. Nous affirmons l’urgence de changer rapidement les modes de consommation et de production forgés par le capitalisme. Nous nous prononçons pour une planification écologique au service d’un autre développement, d’un «alterdéveloppement». Pilotée démocratiquement, elle a pour but, au nom de l’intérêt général, de mettre en place dans la durée les transformations radicales qu’impose la crise écologique.

  40. 490
    Descartes dit:

    @TacOTac (#475)

    Je ne comprends pas. La dichotomie que tu fais ici est indiscutable, mais la même peut être faite entre une augmentation des impôts et une augmentation de la dette avec emprunt avec intérêt a des banques privées…

    Oui. Mais dans les deux cas, tu prends un risque: si tu augmentes trop les impôts, les électeurs te lapident. Si tu augmentes trop la dette, les banques refuseront de te prêter (ou le feront de plus en plus cher). En d'autres cas, tant l'emprunt que l'impôt contiennent un "mécanisme de rappel", une force qui rend son utilisation de plus en plus difficile au fur et à mesure que tu t'enfonces, et donc qui oblige les politiques à faire attention. Le problème de l'escompte direct des titres par la banque centrale (ou des "avances", qui était la technique utilisée sous la IVème) et que, comme l'appel de fonds est en apparence indolore, il n'y a aucun mécanisme de rappel. Et le pays peut s'enfoncer très loin avant de découvrir les problèmes.

    Mais j’y reviens, en abordant le thème de l’inflation de façon moins abrupte et en montrant qu’un peu d’ingéniosité politique (de la bonne volonté) permet de reprendre le système d’escompte en se préservant de l’inflation.

    Je suis très curieux de ton explication: un mécanisme qui permettrait de conserver le système de reprise d'escompte sans les effets inflationnistes serait très intéressant!

  41. 491
    barovin dit:

    Comment retrouver la croissance sans politique de relance...?
    Notre Résident de la République est inflexible pour revenir sur la politique fiscale du paquet fiscal et du bouclier fiscal (15 milliard €uros pour l'ensemble)......autant injuste qu'inefficace et sans réelles influences sur la croissance.
    En revanche, il annonce la non- reconduction des mesures de relance du pouvoir d'achat pour les millions de foyers qui l'ont perçus en 2009. (150 €uros par foyer) et souhaite donc faire des économies en annulant un poste qui ne peut que doper la croissance.
    Mais au fait, où sont passés le ministère et le ministre de la relance......?
    Inconséquence, Incohérence...quand tu les tiens.....!

    Il faut retrouver de la "République". Ne pas laisser notre avenir et celui de nos descendants dan s les mains des petits comptables de Bruxelles, du FMI et de l'UMP. Leur imagination "sociétale" ne s'arrête qu'aux niveaux des chiffres..En nous imposant l'austérité, ils protègent leurs priviléges pécuniaires. Qu'ils s'imposent l'austérité, avant de la demander aux autres, à ceux qui paradoxalement la vivent déjà depuis des décennies. Modifier les institutions politiques de ce pays devient une priorité afin qu'y sévisse une véritable démocratie, une imagination novatrice pour oeuvrer à construire la cohésion sociale de demain en tenant compte des grands enjeux environnementaux....Ca dépasse de loin la médiocrité des débats sur la burqa, l'identité nationale....Quel avenir, quel monde, quels modes de production et de consommation pour nos enfants et petits enfants...voilà les grands chantiers sur lesquels nos politiques devraient se pencher

  42. 492
    Descartes dit:

    @TacOtac (#476)

    C’est aussi mon souci, l’histoire. Ce que je dis, même de manière un peu provocante, n’a rien d’un procès d’intention. Alors je m’explique : c’est seulement d’abord une question d’idéologie néolibérale

    Désolé, mais ou bien il y a des faits qui corroborent tes affirmations, ou il n'y en a pas. L'idéologie ne joue aucun rôle à l'heure de déterminer comment les choses se sont passées. Affirmer que Pompidou a fait la loi de 1973 parce qu'il voulait telle et telle chose de par son idéologie, c'est faire un procès d'intention.

    "Si c’était une question d’idéologie, alors faudrait m’expliquer pourquoi Pompidou, élu en 1969, a attendu quatre ans pour interdire l’escompte des titres. Désolé, mais il faut s’en tenir aux faits: la loi de 1973 est une réponse à une situation économique concrète". Tu sais, je t’invite à consulter les travaux d’Annie Lacroix-Riz qui a démontré l’existence d’une synarchie bancaire française tres active dans les années 30 et 40 et aux manettes de la politique intérieure et extérieure ayant conduit aux évènements de la seconde guerre mondiale

    Je connais très bien les travaux d'Annie-Lacroix Riz, ils sont excellents... mais cela n'a absolument aucun rapport avec la loi de 1973. On ne va pas commencer avec des théories de complot et des sociétés secrètes. "Les faits, que les faits": as-tu une quelconque référence factuelle pour affirmer que la loi de 1973 a eu d'autres buts que de combattre l'inflation ? Non ? Alors, tout ce que tu peux dire n'est qu'un procès d'intention.

    Encore une fois, il n’y a pas encore de travaux d’histoire probants sur cette période de la synarchie, mais pour ce qui concerne 1973, il suffit de lire entre les lignes et de tisser le fil. Pourquoi en 1973 et pas des 1969 ? nous ne le savons pas encore mais nous le saurons un jour, au gré du déballage des archives par des historiens sérieux.

    Et bien, quand nous le saurons, nous pourrons parler. On ne fait pas de l'histoire avec des travaux inexistants et des archives imaginaires. Pour le moment, toutes ces obscures conspirations n'ont pas l'ombre d'une réalité factuelle. Dans ces conditions, j'applique le rasoir de ce cher Occam, et je préfère l'explication la plus simple... c'est à dire, que la loi a été faite en 1973 parce qu'elle correspondait à une problématique précise, à savoir la récession consécutive au choc pétrolier et le besoin d'éviter une crise inflationniste. Pourquoi aller chercher des conspirations imaginaires ?

  43. 493
    Mario Morisi dit:

    @ hold-up

    ... tant la corruption doit être immense chez les élites politiques de part le monde

    Tu n'y es pas, relis le texte ; ça ne s'appelle pas "corruption", ça s'appelle délits d'initié, marchés publics trafiqués, renvois d'ascenseur, stock-options pour le petit neveu, participations croisées, actions dans le BTP en Afrique..

    Mieux, les exécuteurs des basses-oeuvres supérieures, comme le méprisant petit homme qu'on a élu président, sont en service commandé. Ils dévastent tout, essaient de se maintenir...

    et s'ils sont "désélus", ils ont un tel carnet d'adresses qu'on les remercie en haut-lieu, et qu'ils sont décorés de l'ordre du Fouquet's Club

    Sinon on promet de leur trouver une planque "top of the pops" à la tête d'une Major ou d'une institution nationale ou mondiale...

    Vous vous rappelez Notat ? Vous avez en tête Hirsch ? Et les divers barbauds qu'on expédie à la Cour des Comptes et dans toute une série de Cours... qui rappellent le temps de notre ami Louis XVI...

    Et dire que d'aucuns s'offusquent pour quelques dents qui roulent dans la sciure, sur un mode pédagogique et virtuel...

  44. 494
    Descartes dit:

    @TacOTac (#479)

    Ce qu’on pourrait faire en sortant de l’Europe aujourd’hui comme ce qui aurait pu être fait a l’époque, pour économiser le payement d’intérêts : remplacer un « endettement visible et structuré » auprès des détenteurs de capitaux, par un « endettement visible et structuré » auprès de la banque de France, quitte à encadrer les règles d’émission, par exemple au seuls besoins de financement des investissements, en conservant le financement du fonctionnement de l’Etat et des collectivités (y compris, si on veut, les amortissements) par les recettes fiscales.

    J'avoue que j'ai du mal à voir en quoi cela change les choses. L'endettement "visible et structuré" auprès des détenteurs de capitaux ne créent pas de monnaie. Mais la banque centrale ne détient pas de capitaux, lorsqu'elle prête de la monnaie, c'est en la créant ex-nihilo. L'effet inflationniste est là. Le fait de réserver la création de monnaie aux investissements ne change en rien le problème.

    Voire même créer en plus un taux d’escompte de la banque de France a l’Etat pour ces lignes d’investissement, bas mais non nul.

    Ça ne change rien, puisqu'il suffit à l'Etat d'émettre plus de titres et de les faire escompter pour payer les intérêts en question. Sans une limite d'émission, le taux d'escompte ne change rien au problème: on est toujours dans des prêts à 0%.

    Que le prêt au Trésor Public soit direct par la Banque de France ou non, car issu de crédits par les banques commerciales (demande de monnaie), il y a bien une émission monétaire équivalente correspondante à l’origine.

    J'ai pas compris ce commentaire. Pourrais-tu élaborer ?

    L’inflation entre 1960 et 1972 à suivi annuellement des taux très raisonnables et on remarque également qu’à partir de 1973, ces taux augmentent rapidement. Si la crise pétrolière n’y est pas étrangère, je ne trouve pas que ces chiffres démontrent l’efficacité du dispositif dans l’absolu…

    Pour démontrer l'efficacité (ou l'inefficacité du dispositif), il faudrait avoir une idée de ce qu'aurait été l'inflation à partir de 1973 si l'on avait continué à escompter les titres de dette comme avant...

  45. 495
    emma78 dit:

    A Descartes-496

    Lors de la création du PG, peu de gens -à mon avis- auraient adhéré avec le logo actuel.

    Effectivement, on nous a annoncé et l'arrivée de M. Billard (avec 150 écologistes) et une modification du logo du PG afin de montrer que le PG se mettait au vert puis Jean-Luc Mélenchon s'est mis à faire des offres de service à DCB sur les ondes de France-Inter sachant que EE valide toutes les directives libérales et était pour la taxe carbone (!)

    Tout çà a créé un certain malaise, de même que l'entrisme de certains (ex PS ou autres) afin d'avoir des places éligibles aux régionales ou pour montrer une image respectable du PG..

    Les militants s'attendaient à des débats politiques pour bâtir un programme et en sont réduits à écouter les interventions de Jean-Luc Mélenchon, à regarder les slogans des derniers tracts pour connaître les positions du PG et bien sûr le congrès du PG repoussé d'un an (certainement après celui du PCF et du NPA) n'arrange rien car a priori il semble difficile de présenter des propositions alternatives alors qu'on ignore ce qui sera vraiment débattu en novembre..

  46. 496
    André Assiétoi dit:

    #
    465
    Carol DEBY dit:
    13 mai 2010 à 15h25

    J’ai regardé l’émission de Paris-Inter « Le Fou du Roi » à laquelle participait Mélenchon.
    A un moment, Jean-Luc Mélenchon a clairement dit que l’on ne pouvait plus tolérer la désinformation des médias telle qu’elle se pratique actuellement.
    (...)
    Progressivement, Jean-Luc Mélenchon établit les grands points de son programme et ce, contrairement à des insinuations paraissant régulièrement sur ce blog, selon lesquelles il n’obtiendrait que des effets de tribune, sans savoir exactement quel cap suivre.
    Mélenchon se fait connaître du grand public, et en même temps, attire l’attention sur son Parti de Gauche. Nous sommes à deux ans des élections, et il a déjà obtenu de grands succès.
    Les gens de l’Autre Gauche de Wallonie (un mouvement, non un parti) suivent avec de plus en plus d’intérêt les progrès incontestables de Jean-Luc Mélenchon.
    Bonne continuation, Monsieur le Député européen.

    Je suis d'accord en partie avec votre analyse. Il y a toutefois un point qui me chiffonne. Jean-Luc Mélenchon est suffisamment informé sur le système médiatique pour ne pas se compromettre dans des émissions où il n'y a rien à gagner parce qu'il ne peut pas poser un minimum de conditions pour que le débat soit équitable. Je pense à l'émission de Guillaume Durand. Quel besoin d'aller se fourvoyer dans ce genre d'émissions alors qu'il peut se faire inviter ailleurs dans de bien meilleures conditions ?
    Par ailleurs, il faut se méfier de l'illusion qui consiste à croire qu'il suffit d'aller dans les émissions populaires pour engranger. Besancenot en a fait les frais, qui était invité partout, y compris chez Philippe Bouvard. Qu'a-t-il fait de sa popularité médiatique ? Idem pour José Bové. Une fois que les médias se sont retournés, il n'y a plus rien à faire. Quand on se croit plus malin que les autres, on le paie un jour.
    Voir ce film, qui montre bien ce qui arrive lorsque les médias se retournent.
    Comme dit Henri Maler, après que Besancenot se soit commis chez Philippe Bouvard : aller dans des émissions qui méprisent le peuple, c'est mépriser le peuple.

  47. 497
    ydaho dit:

    @ André Assietoi : Oui mais...Ou aller alors ? la plupart des émissions politiques ont disparu des antennes, et si JML veut "distribuer" le programme du P.G.... Comment ne pas se compromettre dans ces émissions ? Il n'y a quasiment rien d'autre ! Les partis aux gouvernement, on les voit dans tous les 13/20 heures.. Les opposants n'ont que la "place" qu'on veut bien leur laisser.. JML n'a pas le choix, il faut aller la ou on peut l'entendre, et je suppose qu'il en mesure les risques.. La force de conviction fera peut être le reste..
    C'est aussi un des pièges tendus par la droite, les opposant "sérieux" ne peuvent s'exprimer que dans des émissions pas sérieuses.. Le système en place, connait bien les médias pour les posséder, c'est comme un jeu d'échec !

  48. 498
    jean ai marre dit:

    @ 392 Abel, @ 400 Hold-up

    Après lecture de bons nombres de posts,, je reviens sur la déception d'Abel
    Tu n'es pas seul, à partager le sentiment que tu exprimes, Hold-up, j'espère t'a convaincu, à mon tour je pense qu'il ne faut pas laisser la place à ces gugus...
    Ils font un travail de sape, pour faire passer leurs idées.. Ils veulent récupérer l'esprit de résistance de nos concitoyens.
    Salut et viens discuter.

  49. 499
    ydaho dit:

    @ J. ai Marre..

    Tu avoueras quand même que c'est d'un lourd..

  50. 500
    lemexicain dit:

    @ Descartes (18h29) : « Pour ce qui concerne le nucléaire, je n’ai aucune trace d’une réunion, meeting commun ou conférence de presse commune avec « Sortir du nucléaire » antérieure à la venue de Billard. Par contre, j’en ai plusieurs après. Je maintiens donc que Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas « commis avec Sortir du Nucléaire » avant l’OPA en question… ».

    Si tu avais suivi mon petit conseil de lecture tu aurais pu éviter de nous ressortir encore et toujours les mêmes salades... "Dès le 5 février 2009, le Parti de Gauche demandait l'abandon du projet de construction d'EPR à Penly et se positionnait pour la sortie progressive du nucléaire" (page 43). J'ai tiré cette phrase d'un paragraphe introductif à ce communiqué émanant de la direction du PG, « que nous avions rédigé alors avec Jean-Luc Mélenchon, après discussion avec les fondateurs du parti », dixit Corinne Morel Darleux. Pour info, Martine Billard a rejoint le PG en juillet 2009.

    Pour ce qui est des deux messages que tu m'as adressés hier soir, j'estime que tu es de mauvaise foi, notamment en ce qui concerne l'écologie : « à l’époque, elle était à sa place, c’est à dire, une question politique parmi d’autres ». Ce n'est conforme ni à mes souvenirs, ni aux récentes déclarations de Jean-Luc. Pour l'absence de débat, je ne suis pas en mesure d'en parler car je viens d'arriver au PG. De toute façon, il est clair que nous ne sommes pas au bon endroit pour évoquer ce genre de chose. Si tu peux t'exprimer librement ici c'est parce que tout le monde peut le faire, la "censure" étant (bien heureusement) réduite au strict nécessaire... Le fait que l'on tolère nos propos ne signifie pas qu'on les cautionne. La preuve en est qu'on t'a jusque là laissé débiter tes âneries sur Martine Billard...

Pages : « 15 6 7 8 9 [10] 11 12 13 14 1524 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive