28avr 10

Un premier rassemblement pour les grecs contre les banques.

Nous allons tous être des grecs

Ce billet a été lu 10 782 fois.

C e soir, je tape quelques lignes en ayant le sentiment de vivre des moments de grande intensité historique. Les banques et les assureurs, « les marchés », encouragés par l’impunité dont ils ont joui quand ils ont agressé la Grèce, et emballés par leur propre dynamique mortifère font suffoquer ce pays et engagent à présent leur ballet mortel en Espagne et au Portugal. Les palinodies du gouvernement allemand et la pleutrerie du gouvernement français ont ouvert la voie à une catastrophe financière et politique en Europe. La première phase du scénario latino-américain, mille fois raillé par les beaux esprits, a franchi l’Atlantique.

Je suis spécialement fier du rassemblement réussi ce soir en solidarité avec le peuple grec (voir la vidéo de la Télé de gauche qui relate cet évènement). En dépit du délai, des vacances et de l’improvisation, nous avons été plus de deux cents. On se préparait à se réjouir d’être cinquante ! La présence médiatique permettra une information différente de  ce qui se dit en boucle à propos de grecs et des autres « fainéants dépensiers ». France inter, RMC, France culture, BFM et canal plus ont vaincu la limite du sous effectif de vacances et ont fait leur travail. Les autres sont trop pauvres pour faire face. On compatit.

En tous cas, chapeau bas à mes camarades du Parti de Gauche ! En 48 heures ils ont réussi la mobilisation décidée lundi soir. Devant le siège  de l’union des banques et celui des assureurs, une forêt de drapeaux pégistes assurait une ambiance visuelle très réconfortante. Chacun de nous avait relayé l’appel soit sur son blog soit sur les réseaux sociaux comme Facebook. Les listes de diffusion ont été mises à contribution. Tout cela a fonctionné. Courageusement plusieurs partenaires ont répondu présent et appelé de façon plus ou moins symbolique compte tenu des délais. Ainsi, après la décision du président du groupe PC/PG du conseil de Paris appeler au rassemblement, le PCF a décidé aussi de se joindre à nous à la suite du PCOF, des Alternatifs et du MPEP. Pas de nouvelle du NPA ni de GU mais le délai et les vacances ont frappé fort il faut bien le rappeler. Le PG organise une présence rassemblée symbolique de même nature à Bruxelles avec ses militants locaux devant l’union des banques européennes. A notre façon nous avons répondu à l’appel de nos camarades grecs de Synapismos.  

Pour que ce que nous disons soit mis à sa place, partons des réalités de base. La dette totale de la Grèce, cette catastrophe colossale, c’est 300 milliards d’euros ! Dit comme ça, ça ne veut rien dire. Mais quand on sait que cela représente environ 2 % du PIB de l’Union européenne, on comprend mieux ! La dette grecque ce n’est rien. Ce qui est tout c’est le profit que les banques vont en tirer. Et la peur que les mauvais traitements subis font aux autres peuples.

Cette journée a été tragique  pour l’Europe politique. DSK et Trichet étaient à Berlin toute la journée pour négocier avec l’Allemagne le contenu du plan grec. En Europe, il y a l’Allemagne. Point barre. Les deux notables français sans patrie identifiée, DSK et Trichet ont multiplié les consultations avec les importants allemands. Sarkozy devait attendre dans le vestibule. La France ? Ou est-ce ? Donc rencontre avec le ministre des finances Wolfgang Schaüble et les chefs de tous les groupes parlementaires. A l’issue d’une de ces rencontres, un député porte parole de la CDU pour les questions budgétaires, a affirmé que BCE et FMI se sont opposés à une contribution des banques au plan de sauvetage de la Grèce qui avait été suggérée par un député. Ouf ! Les banques peuvent continuer leur pillage, personne ne prétend leur faire rendre gorge ! 

Les Taux pour la dette grecque ont franchi les 11 % à 10 ans et les 18 % à 2 ans ! C’est-à-dire que la Grèce ne peut plus se refinancer. Les banques et les assureurs vont donc pomper maintenant le jus de la déroute. Pendant ce temps le FMI de Strauss Kahn et « l’Europe qui protège » de la commission européenne exigent des coupes salariales. Mais quoi encore ? Le chétif président de l’internationale socialiste et Premier ministre grec, Papandréou, a encore gagné le premier prix de l’infamie. Incapable de résister aux banques et aux prédateurs de « l’Europe qui protège », il a trouvé plus simple d’insulter son peuple et de le mettre au pain sec. Pour complaire aux allemands il a  affirmé que l’argent public et européen n’avait pas été utilisé pour le développement du pays mais pour « acheter des maisons, des voitures et vivre dans le farniente » et que « l’heure de vérité est arrivée ». Exactement le genre de nul qui fera demain tirer sur la foule qui manifeste comme en Amérique latine. Pourtant, à Athènes, le ministre grec du travail a affirmé que le gouvernement refusait la demande de coupes salariales du FMI et de la Commission européenne. Ces derniers auraient demandé au gouvernement de s’engager à supprimer les 13ème et 14ème mois qui existent dans les conventions collectives du privé et du secteur public où le 14ème mois a déjà été supprimé par Papandréou. Mais il ne pèse rien ! Et les diktats des punisseurs de peuple s’appliqueront sans faille ! La preuve c’est que Papandréou n’envisage même pas de faire voter le parlement sur ces plans de saignée. La démocratie ou la dictature des banques, le choix est fait.

Bien sûr c’est une chose que la pente générale des évènements et leur dynamique spécifique. Je pense que la situation a échappé des mains de ceux qui pensaient en jouer. Un immense effet domino peut s’enclencher qui emportera un pays après l’autre et du coup une banque après l’autre tombant,  tout le système imploserait. Ce risque existe évidemment à l’heure qu’il est.


205 commentaires à “Nous allons tous être des grecs”

Pages : « 1 2 3 [4] 5 »

  1. 151
    Descartes dit:

    @Le Prolo du Biolo (#140)

    En réalité parce-que ça leur fout la trouille aux beaux quartiers. Et qu’ils craignent l’exemple et la contagion.

    Ah oui, c'est vrai... dans les beaux quartiers, ils tremblent à l'idée que les français voient à 20h00 sur TF1 que trois cents gauchistes jettent des cannettes sur les CRS qui leur répondent à coups de bâtons et des gaz lacrymogènes. Parce qu'ils pourraient se dire "tiens bobonne, ce soir on a rien à faire, on pourrait sortir s'amuser comme les grecs, ça fait longtemps qu'on s'est pas fait une sortie en ville"". Faudrait grandir, un de ces jours... mai 68, c'était il y a bientôt quarante-cinq ans...

  2. 152
    Descartes dit:

    @Jean ai marre (#145)

    Pour parfaire la rigueur scientifique de la notation, il faut connaître le système de rémunération des agences. Elles sont payées par les émetteurs, c’est-à-dire par ceux qui sont directement intéressés à séduire les clients. Au fil des ans, le mode de rémunération s’est affiné pour un certain nombre de clients: plus la note est élevée, plus l’agence perçoit de commissions. Un système qui ne peut qu’inciter à la prudence.

    En d'autres termes, tu veux dire que la Grèce paye les agences de notation pour qu'elles cotent ses titres de dette ? Et que plus la note est élevée, plus les agences de notation palpent ? Dans ces conditions, il faut conclure que les agences ont toujours tendance à surcoter (puisque c'est leur intérêt), et donc que la situation de la Grèce est bien pire que ce que les agences nous disent...

  3. 153
    ydaho dit:

    @ Rigel qui écrit :

    @jennifer
    Dis, t’as un peu lu le sujet du post ? T’as pas l’impression de faire tâche, là ?

    Non, cela ne fait pas "tache" dans le sujet..Je ne veut pas rentrer dans les théorie fumeuse de "complot", mais plutôt dire que nous avons affaire a un "front d'idées convergentes".. DroiteS, extrêmeS droiteS c'est du pareil au même, dans un autre post quelqu'un faisait remarquer que le créateur des thèses libérales était allé d'abord appliquer ses créations dans des pays dont le régime s'apparentaient plus a une dictature, comme par exemple l'argentine ou le Chili et Tutti Quanti donc des régimes de droites extrêmes..Chez nous c'est pareil, l'extrême droite n'est qu'une branche de l'arbre qu'on a caché quelques temps a cause des ignominies de l'époque collaborationniste.. Mais elle n'a jamais vraiment été coupée, pour preuve en est le comportement de Juppé a Bordeaux et la complaisance dont ont jouis et les curés fondamentalistes et le groupe dis rae..
    http://www.blog-savary.fr/index.php?2010/04/28/220-la-censure-politique-existe-je-l-ai-rencontre
    Pourtant Juppé est classé moins a droite que Sarkozy ? non ?
    Et c'est pareil partout, le but c'est de priver les plus nombreux (le peuple) d'un pouvoir décisionnel qui empêcherait les 5 % de mâles dominants sur cette planète de continuer d'empocher les dividendes de 80 % des richesses ! voilà pourquoi cette société est ainsi ! des pauvres a la pelle, des ouvriers mal payés dans le monde entier, des femmes considérés a peu prés partout comme génitrice (plutôt d'un mâle) ou cuisinière ! Je fais pas la liste parce que c'est trop long, et vous pouvez de vous même en rajouter et montrer les autres "corps" qui participent activement a notre paupérisation !
    Eux, ces 5 %, disposent de nombreux leviers pour nous manipuler, nous gouverner, nous emprisonner même, etc...etc..Ces leviers, ils les meuvent en ce moment même, ça s'appelle le racisme, l'antisémitisme, la religion, l'argent, la peur.. vous connaissez toute la liste.. Et ça marche, je vois que même ici que des voix s'élèvent contre les allemands, qui voudraient ne pas aider la Grèce, ou les Espagnols qui auraient abuser des subsides Européens.. Chacun de nous a son "levier intégré" qui le fait agir dans un sens ou dans un autre.. Ou les vieux qui placent leur argent a 15 %.. (ça existe 15 % ?) ou bien ceux qui voient le prix de leur maison augmenter vertigineusement ? Pouvez vous me dire a quoi sert que le prix de ma maison augmente ? si je ne souhaite pas la vendre ou si je n'en possède que le crédit ad hoc ? Enfin, tout ça pour vous dire que ça marche ! Réaction/action pourrait on dire.. Mais l'action, la vraie, est ce que cela ne serait pas plutôt que nous ne réagissions pas aux provocations éculés des réactionnaires ? ça fait quand même presque 2000 ans qu'ils nous...

  4. 154
    jean ai marre dit:

    @ 147; 148 Descartes.

    2008 2009
    Irlande : 44 64 = + 20 %
    Grèce : 99 115 = +16 %

    Pour les agences de notations, tu le fait exprès ou quoi ?

    Les pays n'y sont pour rien. Ils subissent cette note. Au profit de qui ?
    A qui profite le crime ?

    Qui a intérêt à modifier les notes : A+ A+ A+ ou A+ A A - ,

  5. 155
    ermler dit:

    @ jean ai marre (146)

    Moi, pour Merckel, j'aurais dit "Blöde Kuhe" (ou "daawi kueh " en alsacien).

    D'ailleurs mon pseudo c'est ERMLER et non ERMIER... Pas la peine de dissimuler mes racines germaniques !

  6. 156
    Hold-up dit:

    @ Le Prolo du Biolo dit:

    " Merkel une « vieille paysannne » ? Une « vieille schnock », j’aurais préféré. :
    En quoi « paysanne » serait-il dévalorisant ? "

    Avec le terme " griot ", il faut bien avouer que J.L.Mélenchon a parfois des expressions à l'emporte-pièce quelque peu malheureuses. Mais pour rééquilibrer à la fois la vérité et le style, il est vrai que c'est le Figaro qui a encore une fois déformé en partie les propos de Jean-Luc Mélenchon en en faisant une manchette énorme pour que l'électorat paysan se raidisse et n'ait pas l'idée un jour de voter PG ou FdG.

    Jean-Luc Mélenchon a en fait, dit très exactement :

    "Selon le patron du PG, "cette situation" est due "au fait que les Allemands ont une élection dans un mois (le 9 mai, NDLR), que Madame Merkel a besoin de ses alliés libéraux et que, pour leur complaire et pour gagner une élection dans un land, on décide de tout reporter". Sur la chancelière allemande, il [Jean-Luc Mélenchon] a ajouté : "C'est pas une dame de fer, c'est une dame locale, c'est une paysanne d'un coin de l'Allemagne qui ne prend pas ses responsabilités devant l'Europe ".

    Le Figaro n'est pas très honnête en transformant outrancièrement les mots de Jean-Luc Mélenchon comme il l'a fait. Cela ne dédouane pas non plus tout à fait le président du P.G de ces humeurs verbales pas toujours bienvenues. Il faut savoir aussi le dire ici.

    Car la critique est heureuse même si certaines sont rudes, cruelles et pas toujours vraies ou justifiées comme la dernière d'Article 11, un site remarquable d'information. L'unité c'est pas encore gagné : http://www.article11.info/spip/spip.php?article785

  7. 157
    Hold-up dit:

    L'article du Figaro en question : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/29/97001-20100429FILWWW00443-merkel-est-une-paysanne-melenchon.php

  8. 158
    Descartes dit:

    @Jean ai marre (#151)

    2008 2009
    Irlande : 44 64 = + 20 %
    Grèce : 99 115 = +16 %

    Et alors ? Je t'ai copié tout le tableau pour que tu réalises qu'en fait l'Irlande oscille depuis des années a des niveaux d'endettement entre 30 et 60%, tandis que la Grèce n'est jamais descendue en dessous de 95%. Du point de vue d'un prêteur, le risque n'est pas le même pour un pays dont la dette a augmenté de 20% l'année dernière tout en restant dans les niveaux historiques, que pour un pays qui a pris 16% mais qui de ce fait touche un record. Une fois encore, ce que les prêteurs anticipent c'est la capacité d'un pays à rembourser ses dettes. Et l'Irlande à 60% inspire bien plus confiance que la Grèce à 115%, même si la dette de la Grèce croit légèrement plus lentement...

    Pour les agences de notations, tu le fait exprès ou quoi ? Les pays n’y sont pour rien. Ils subissent cette note.

    C'est toi qui a affirmé que les agences étaient rémunérées "par les émetteurs". En d'autres termes, la cotation des titres de la dette grecque sont payés par l'émetteur, qui est le gouvernement grec. Si, comme tu le dis, la rémunération est d'autant meilleure que la note est élevée, cela veut dire que les agences auraient un intérêt à donner à la Grèce des notes les plus élevées possibles (c'est à dire, sans perdre la crédibilité). Et donc, si les agences manipulent les notes, elles ont intérêt à les manipuler à la hausse, et non pas à la baisse. Ce qui serait fâcheux pour la Grèce...

    On a beaucoup reproché aux agences leur tendance à sur-noter et donc à sous-évaluer le risque pour faire plaisir à ceux qui les payent (c'est ce qui s'était passé dans l'affaire ENRON). Mais dans le cas grec, ce reproche serait contradictoire avec l'idée que les agences sont coupables d'enfoncer la Grèce dans la crise, puisque ce sont au contraire les mauvaises notations qui posent ici problème...

    En fait, dans les circonstances actuelles ce n'est pas tant le problème de la rémunération que le problème du "suivisme du marché" qui est en cause. Les agences de notation n'ont pour capital que leur réputation et leur crédibilité. Or, les gens ont tendance à trouver plus "crédible" les gens qui disent ce qu'ils veulent entendre. Quand les marchés ont peur d'un titre (comme c'est le cas avec les titres de dette grecs), la tentation des agences de suivre le marché plutôt que de le contredire est extraordinairement forte. Il faut beaucoup de courage dans ces cas pour contredire le marché...

  9. 159
    Hold-up dit:

    A propos des "Agences de notation" et " A qui profite le crime ? "...

    " Le scandale Enron, elles ne l'ont même pas vu arriver. Pas plus que la faillite de Lehman Brothers. Pourtant, les agences de notation américaines continuent de faire la pluie et le beau temps sur l'économie mondiale. Leur dernier fait d'armes : elles ont précipité la Grèce dans la crise. Et elles s'attaquent maintenant au Portugal (...) "

    Article Marianne 2/ Plus scandaleux que Goldman Sachs: les agences de notation
    http://www.marianne2.fr/Plus-scandaleux-que-Goldman-Sachs-les-agences-de-notation_a192263.html

  10. 160
    le Prolo du Biolo dit:

    @ 148

    Faudrait grandir, un de ces jours… mai 68, c’était il y a bientôt quarante-cinq ans…

    Et Athènes, c'est aujourd'hui...

    J'ai bien vu le mépris habituel en guise d'argument, et son dada anti-68 qui tombe là comme un cheveu sur la soupe, mais pas bien cerné la pertinence de l'argument.

    Ne sais plus où donner de la tête ce pauvre Descartes, veut mettre son grain de sel sur tout.
    Du coup les arguments laissent à désirer.

    Tiens, allez, on lui jette un autre bout de pain, il va se jeter dessus, ça marche à tous les coups :

    Utiliser une plateforme off-shore pour produire du pétrole c'est comme utiliser l'énergie nucléaire.
    Tant que ça roule, on croit avoir trouvé la super technique.
    Mais quand survient un problème, les conséquences en sont irréversibles et irrémédiables à l'échelle humaine.

  11. 161
    emma78 dit:

    Les pays empruntent selon un taux basé sur le risque (il s'agit d'obligations d'Etat); plus le risque est élevé, plus elles doivent fournir de garantie (taux plus élevé).

    C'est comme pour un particulier, le petit prendra un crédit à la consommation (taux proche de l'usure) alors que le gros a des garanties et peut négocier des taux bas sans commissions s'il rembourse avant l'échéance.

    Après, il y a un rapport de forces: les USA disposent du dollar et sont donc en position dominante par rapport à des confettis comme la Grèce !
    Les banques emruntent en Europe à 1% ou plus.. donc refourguent des crédits plus chers; leurs marges leur permettent de spéculer sur les monnaies ou sur les matières premières avec des rendements élevés donc au final, les banques s'enrichissent et les Etats s'appauvrissent et s'endettent... Il suffit d'un problème (le doute ici sur la Grèce ou des spéculations sur des titres sans valeur) pour que le système financier s'emballe ! et demande la garantie des Etats ou du FMI

    Ce qui semble spécial, c'est que les Etats Européens n'aient aucune maîtrise sur l'euro (création de la monnaie et taux de change) avec des intérêts divergents !

  12. 162
    ydaho dit:

    En sous-estimant le risque de crédit inhérent aux produits de crédit structurés, alors qu’elles ont pourtant souvent accès à des informations qui ne sont pas largement diffusées, les agences de notation ont contribué aux graves turbulences du marché. La grande majorité des crédits hypothécaires à risque (« subprimes ») était ainsi très bien notée… De plus, lorsque les conditions du marché se sont dégradées, les agences de notation n’ont pas adapté rapidement leurs notations. La crise actuelle a révélé les faiblesses des méthodes utilisées par ces agences.

    vous pouvez en savoir plus ici : (ça date de décembre 2008)

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/europe/rap-info/i1291.asp#P498_141391

  13. 163
    Hold-up dit:

    " Le temps qu'il fait " le 30 avril 2010 - Paul Jorion
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=10921

  14. 164
    le Prolo du Biolo dit:

    @ 156 - Hold Up

    Agences de Notation

    On peut se douter aussi qu'il y a entente entre elles et les banques lorsqu'il s'agit de faire descendre ou monter (au besoin artificiellement) les valeurs de tel ou tel actif pour favoriser un placement ou spéculer contre lui.

    Vus les liens d'intérêts croisés dans ce milieu.

  15. 165
    Pulchérie D dit:

    @ H-U (153)

    J'ai écrit ce matin que j'avais trouvé Jean-Luc Mélenchon excellent. J'ai bien entendu ce court passage où il associe Merkel et "paysanne". Je suis née dans une ferme. Mes parents étaient de petits agriculteurs indépendants. Nombre de fois, j'ai entendu ce mot : paysan, auquel je n'attribue aucune notation péjorative. Je sais traire une vache et rentrer les foins.
    Cela se passait dans les années cinquante. Cela ne m'a pas empêchée d'entrer à la fac, puis d'y rester.
    Je continue à apprécier Jean-Luc Mélenchon. Mon opinion sur sa valeur de tribun n'a pas changé d'un iota. Une fois de plus, les scribouillards se liguent, du Monde au Figaro, pour tenter de susciter l'antipathie autour de Mélenchon. Il me semble bien que le nombre de ses partisans continuera inexorablement à monter.

  16. 166
    Hold-up dit:

    @Puchérie D

    Je suis bien évidemment d'accord avec toi. Mais entre le Figaro qui trafique l'information issue d'une interview et certains termes employés par Jean-Luc Mélenchon qui peuvent crisper ou être entendu " péjorativement ", il y a une marge de manœuvre qui peut être entendue sans qu'on tombe dans le- politiquement- correct- à -la- con - As tu lu l'article
    cruel d'Article 11 ? Si je l'ai mis c'est que je crois que la vérité est ailleurs, dans la pluralité du mouvement qui se dessine, la pluralité devenue nécessaire en ce qui concerne les personnalités du PG, où sont Jacques Généreux,
    Martine Billard, pourquoi ne voit-on pas d'autres femmes parler au nom du PG ? Il est temps maintenant je crois de montrer que Jean-Luc Mélenchon n'est pas seul, même si nous, nous le savons bien. Cela n'est pas contradictoire avec le talent d'orateur de Jean-Luc Mélenchon - Talent qui est précieux en ces temps de disette stylistique en politique. Dois-je réaffirmer mon soutien à Jean-Luc Mélenchon au delà de ces observations même pas " critiques " venant d'un militant PG ? Dois- je battre ma coulpe ? NON ! Je dis ce que je crois être bon de dire dans le respect de tous et de toutes. Il y a une rythmique insoupçonnée à tenir. Il est temps d'ouvrir le champ des porte-paroles du PG. A mon humble avis.

  17. 167
    emma78 dit:

    Les agences de notation ne notent que ce qu'elles voient (ratios, % endettement, PIB, tx de croissance): un peu comme les sociétés d'audit payées par les grandes sociétés qu'elles certifient car c'est obligatoire...

    Ce n'est pas toujours fiable car la société peut dissimuler des fonds pourris ou des trucs pas nets; il suffit d'un retournement de conjoncture pour que çà apparaisse au grand jour ou que le doute s'installe sur la fiabilité des chiffres fournis.

    Tous les Etats empruntent à tour de bras et créent de la monnaie sans aucune contrepartie: les banques choississent leurs emprunteurs et peuvent écarter d'office tous les pays qui ne leur inspirent pas trop confiance: la Grèce puis le Portugal et l'Espagne.. ou renchérissent le taux de crédit !

    Pour l'instant, elles sont attirées par les pays émergents avec des possibilités de plus-value rapide, disposant de matières premières hautement spéculatives et repassent le bébé (tel que la Grèce) au FMI pour qu'il puisse faire le ménage (hausse des impôts, baisse des salaires des fonctionnaires...).

    Si la Grèce ne sort pas de l'euro, elle a le choix soit de faire payer les riches (qui vont vite retirer leurs billes) soit la grande masse (qui n'a pas le choix) en rééchelonnant sa dette sur du long terme.

    Les autres choix ne sont pas évidents: sortie de la zone euro de l'Allemagne (?) ou de la Grèce (?) qui ne pourrait plus importer sans payer cash...et paierait ses fonctionnaires avec de la monnaie sans valeur.

    A mon avis, tous ces pays endettés attendent le retour de l'inflation qui baisse la valeur de la dette et permet de se refaire dès que la croissance reprend.. vu la spéculation sur les matières premières, il suffit d'attendre...

  18. 168
    Descartes dit:

    @Le prolo du biolo (#161)

    On peut se douter aussi qu’il y a entente entre elles et les banques lorsqu’il s’agit de faire descendre ou monter (au besoin artificiellement) les valeurs de tel ou tel actif pour favoriser un placement ou spéculer contre lui.

    Ah... je me disais bien que la Grande Conspiration ne pouvait pas être loin...

    En fait, on dit beaucoup de bêtises sur les agences de notation. Oui, elles se trompent. Mais pas aussi souvent qu'on ne le croit. On parle toujours des avions qui se crashent, mais rarement de ceux qui arrivent à bon port. On parle toujours des erreurs médicales, mais plus rarement des centaines de milliers d'opérations qui se passent bien. Et de la même manière, on parlera des erreurs commises sur ENRON ou sur les subprimes en oubliant que les analystes des agences fournissent quotidiennement une information juste.

    D'ailleurs, les partisans des théories de conspiration devraient se poser une simple question de logique: chaque jour, des centaines de prêteurs et d'investisseurs utilisent les notations des agences pour guider leur choix d'investissement. Si les notations étaient manipulées en permanence, si elles n'étaient pas plus fiables que le doit mouillé, depuis le temps tous ces investisseurs l'auraient déjà réalisé. Et ils auraient rejeté une source d'informations aussi peu fiable. Les agences de notation le savent très bien, et c'est pourquoi si elles ont un intérêt à faire plaisir aux émetteurs (qui les rémunèrent), elles ont aussi un intérêt à maintenir leur réputation de fiabilité. Et donc à réduire au minimum les erreurs.

    Ceux qui vouent aux gémonies les agences de notation me rappellent ceux qui rejettent l'expertise scientifique au prétexte que "les scientifiques aussi peuvent se tromper". Ce qui est vrai... mais si leur expertise est précieuse, c'est parce qu'ils se trompent beaucoup moins que n'importe quelle autre source d'expertise. Et c'est un peu la même chose avec les agences: elles n'ont pas toujours raison, mais il est raisonnable de supposer qu'elles ont raison la plupart du temps.

    Par contre, il faut aussi comprendre que les agences ont un biais important, qui lui est systématique: c'est le "suivisme du marché" (c'est à dire, la tendance à corriger leurs prévisions dans le sens de l'opinion dominante). C'est ce comportement moutonnier qui tend à amplifier les instabilités des marchés. C'est ce comportement qu'il faut corriger, et non pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Si demain vous deviez faire un choix d'investissement, comment savoir le risque que vous prenez s'il n'y a personne pour l'évaluer ?

  19. 169
    emma78 dit:

    Pour en revenir à la France, une politique d'endettement et de faillite au profit des financiers est facile:
    - baisse du rendement des impôts et allègement des contrôles et des charges sociales
    - désinvestissement de l'Etat qui laisse le marché gérer ce qui est rentable et laisse pourrir le reste.

    C'est ce à quoi on assite depuis longtemps avec une baisse de la part des salaires et des aides sociales dans la valeur ajoutée.
    On pimente un peu avec de faux problèmes sociétaux (l'identité nationale et autres fariboles) et le marché continue à vivre tranquillement.

    Le PS pense qu'il aura un peu de marge pour rééquilibrer le tout (au moins les minima) et le PG vitupère via Jean-Luc Mélenchon.

    A quand un programme pour reprendre la main dans le sens de l'intérêt général (investissement, éducation, justice, santé...)?

  20. 170
    Hold-up dit:

    Foutaises des " Agences de Notation " : Juge et Partie

    " Mais le plus gros problème est ailleurs. Qui rémunère les agences ? Les émetteurs de dette eux-mêmes, entre 25 000 et 125 000 dollars. Conclusion de première année de Deug : risque de conflit d’intérêt évident, d’autant que les agences ont tout intérêt à ce que leurs clients émettent toujours plus de produits financiers, puisqu’elles sont sûres de devoir les noter par la suite, et de facturer leurs honoraires à chaque fois. Les agences de notation ont d’ailleurs largement participé à la montée en puissance des produits financiers ultra-complexes, issus de la titrisation de créances douteuses, en les notant allégrement AAA ou apparenté, et en poussant leurs clients à en créer toujours plus. Parmi les champions de cette roulette russe financière, Goldman Sachs. "

    http://sobiz.over-blog.com/article-cinq-bides-pour-2010-episode-5-apres-goldman-sachs-standard-poor-s-49419517.html

  21. 171
    Pulchérie D dit:

    @ H-U (163)

    Figure-toi que je suis entièrement d'accord avec toi.
    Mais il faut nuancer.
    Ce que je ne puis faire ce soir, car l'alitement m'attend.
    Rendez-vous demain.

    Pulchérie D.

  22. 172
    le Prolo du Biolo dit:

    @ 167 - Descartes

    Ah… je me disais bien que la Grande Conspiration ne pouvait pas être loin…

    Quand on pointe le doigts sur un problème, on est catastrophiste.
    Quand on pointe le doigt sur la corruption, on est conspirationiste.
    etc...

    Tu en deviens ridicule à caricaturer systématiquement tout ce qui est dit sur ce blog juste pour faire des bons mots et étaler ta suffisance.

  23. 173
    Hold-up dit:

    Samedi, tous dans la rue contre la réforme des retraites !
    http://www.marianne2.fr/Samedi,-tous-dans-la-rue-contre-la-reforme-des-retraites%21_a192278.html

    "Financement des retraites et de l’assurance maladie
    120 à 170 milliards d’euros par an pompés par les profits sur les salaires : et l’on nous parle des "trous" de la protection sociale ? "

    http://www.plumedepresse.net/spip.php?article1401

  24. 174
    Hold-up dit:

    Alternatives Économiques :
    Grèce : le scénario de la panique

    http://www.alternatives-economiques.fr/grece---le-scenario-de-la-panique_fr_art_633_49363.html

  25. 175
    Michel D. (PG11) dit:

    Pour reprendre un post de cet après-midi (désolé j'étais absent) : @135 Mario Morisi :
    Tout à fait d'accord avec toi.
    C'est sûrement un pur hasard si cela se passe systématiquement ainsi, en effet.
    Pur hasard si l'an dernier par exemple, pendant les semaines de protestation dans les universités, on n'a jamais vu aucun reportage sur des mouvements similaires à l'étranger (Italie, Catalogne, Allemagne...), des AG au niveau européen etc. Aucune analyse de fond pour montrer la convergence des opinions sur le sens des contre-réformes universitaires alors en cours.
    Il est pourtant bien connu maintenant que les journalistes et médias sont les chiens de garde de l'ordre social, mais certains préfèrent nous prendre pour des c..., sur ce blog.

  26. 176
    Pierre L dit:

    Carol DEBY dit:
    30 avril 2010 à 21h59
    "Pierre L., toi qui exerces ton humour sur la stupidité des histoires belges, qu’attends-tu pour nous faire rire à propos de la dérive « cartésienne », en France. Ou bien es-tu tellement contaminé que tu ne la perçois plus ?"

    Excusez moi, je ne comprends pas le Flamand.
    Vous voulez bien me le traduire en Wallon ?
    Vous parlez de Descartes ?
    De l'heureuse maman Clémentine ?
    ...J'comprends rien...

  27. 177
    Descartes dit:

    @Le prolo du biolo (#178)

    Quand on pointe le doigts sur un problème, on est catastrophiste.

    Non. On est "catastrophiste" lorsqu'on pointe un problème imaginaire pour annoncer des catastrophes tout aussi imaginaires. Par exemple, "on ne sait pas quoi faire des déchets nucléaires".

    Quand on pointe le doigt sur la corruption, on est conspirationiste.

    Oui, lorsque la "corruption" en question ne ressort pas de faits réels, mais de la supposition qu'étant "tous pourris", ils doivent certainement être corrompus. Exemple: "On peut se douter aussi qu’il y a entente entre elles et les banques (...)". Ce "on peut se douter" ne s'appuie sur aucun fait palpable...

    Tu en deviens ridicule à caricaturer systématiquement tout ce qui est dit sur ce blog juste pour faire des bons mots et étaler ta suffisance.

    Venant d'un maître es-modestie comme toi, j'avoue que cette leçon me touche beaucoup...
    etc …

  28. 178
    Hold-up dit:

    Pour la photo : "La Grèce prépare de nouvelles mesures douloureuses"30 avril 2010
    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/international/201004/30/01-4275902-la-grece-prepare-de-nouvelles-mesures-douloureuses.php

    Quand je défilerais demain je penserais à l'homme âgé manifestant en Grèce qui tient un morceau de pain sur la photo.

  29. 179
    Pierre L dit:

    au Webmestre
    ha! il suffit de supprimer le point d'exclamation. d'accord. merci.

  30. 180
    Pierre L dit:

    au webmestre
    et de le remplacer par % et son code ascii en hexadecimal ?

  31. 181
    Mario Morisi dit:

    @ Prolo du biolo (170) et à tous les humains de gauche doté d'une cervelle

    Cessons de nourrir les Quatre Corses et leur escadron de putois hydrocéphales.

  32. 182
    rikki dit:

    Hello,

    Vous parlez de charges sociales, de justice, de santé..etc..
    Mais comment se battre lorsque tout proche de nos frontières les gens sont payés 10 fois moins que nous?
    Et un peu plus loin, cela passe a 20 fois moins cher que nous..
    Voila le fond du problème.. et pas la peine de faire comme si de rien n'était..
    Ainsi depuis plusieurs années tous nos emplois sont aspirés un a un vers des pays à bas couts...
    C'est toute la vieille europe et les US qui sont touchés..
    Pour le salarié francais il a le droit à une double peine.. Il a un salaire plus élevé et paye des charges énormes.. Pour le salarié chinois ou autre il a double avantage.. le salaire et les charges.. Ainsi le produit made in france devient sans issue..

    Parler de justice, de santé, de charges..tout le monde le souhaite..encore faut il voir ces quelques réalités qui nous minent.et qui procurent le financement aux dits projets.. et peu d'hommes politiques proposent des solutions face a ces inégalités économiques abracadabrantesques.. Le salarié français semble être bien condamné... Le reste c'est beaucoup de prose dans le vide..
    Et je crains que ces transferts d'emplois n'en soient qu'a leur début.. Mais nous nous préférons rester dans des conflits d'après guerre.. C'est tellement plus hype... et surtout plus rémunérateur pour nos hommes politiques de conserver des chasses gardées.. Comme si les années 60-70 étaient identiques au monde 2010..

    @pedurie
    On ne peut que dépenser que ce que l'on a..et vivre au dessus de ses moyens est dangereux.. que ce soit en France ou en Grèce..
    Parole de paysan..

  33. 183
    Pierre L dit:

    au webmestre
    Dites donc, histoire que cela ne se voit pas que vous avez effacé plein de commentaires, n'oubliez pas celui du 30 avril 2010 à 22h30.
    De rien.

  34. 184
    Mario Morisi dit:

    Rien ne neuf à l'Ouest, mais à décortiquer attentivement...
    C'est dans Répubblica.it. Je vous ai traduit ça volontiers.
    Lire et réagir.

    L’accélération de la situation et le pressing des partenaires européens et des Usa de Barak Obama ont donc convaincu l’Allemagne, première puissance du continent, de dépasser doutes et rôle de frein. « L’UE est une communauté de destin, même dans les moments difficiles, a fait remarquer Schaeuble. Et s’il y a un accord avec le Fmi, la Bce et la Commission, je n’ai aucune raison de douter que la Grèce le mettra en œuvre. Les premières mesures d’austérité ont été approuvé par le Parlement grec en seulement deux jours. Il nous en faudra sept, apprenons à parler avec respect de nos partenaires, a-t-il ajouté, en critiquant durement les eurosceptiques du monde politique et des médias allemands qui grondent en demandant de « ne pas donner un centimes d’euro à ces gaspilleurs de Grecs. »
    Le marathon des négociations sera à couper le souffle. Encouragé par les appels désespéré du Premier Ministre Grec, le leader socialiste George Papandreaou, à son pays et à l’Europe ; « Notre souveraineté nationale est en jeu. » Dimanche, si les négociations se concluent par un accord sur les aides et sur les dures mesures d’austérité en Grèce, le président de l’Eurogroupe, Jean Claude Juncker, le doyen de la politique luxembourgeoise e élève préféré de Helmut Kohl, convoquera une conférence, peut-être même une téléconférence, des ministres de l’économie et des finances. A la même heure à Berlin, Schaeuble prendra probablement contact avec l’administrateur de la Deutsche Bank, le très puissant Josef'Joè Ackermann, e avec les autres grands banquiers allemands. Lundi le gouvernement Merkel se réunira en séance extraordinaire pour publier le décret de loi, et la même chose se passera dans les autres capitales. « L’entente franco-allemande est total », assure de Pékin le président français, Nicolas Sarkozy.
    Ce sera ensuite le tour des Parlements ; à Berlin, Rome et ailleurs. Dans le cas allemand, Mme Merkel et Shaeuble, une fois obtenue l’assurance du oui de ses groupes parlementaires à l’excepton de Die Linke (gauche radicale), soumettront le décret de loi au vote du Bundestag (Chambre basse, celle qui est décisionnelle). Le chef d’Etat, Hors Koehlher, pourra alors signer le décret avant les élections dans le Rhein Nord-Wetsfalie. Le 10, les élections gagnées ou perdues peut-être, Angela Merkel ira à Bruxelles au sommet des leaders de l’Eurogroupe. « Nous voulons sauver la stabilité de l’euro, e expliquer à tous, même aux Allemands, que le projet européen est dans l’intérêt de tous, et que de l’euro, de l’UE et de son intégration, l’Allemagne n’a fait que gagner » a averti le ministre des finances. (suite prochain post)

  35. 185
    Mario Morisi dit:

    Suite de l'article de la Repubblica (30 avril 2010 - Article complet d'Andrea Tarquini.

    ... C’est également au nom de la monnaie unique, a-t-il expliqué, qu’on ne parle pas de restructuration ou de rééchelonnement de la dette grecque. L’objectif commun, grecque et européen, devra être l’assainissement des comptes grecques, le retour d’Athènes à la solvabilité, e d’une Grèce compétitive économiquement dans le contexte de l’UE.

    Fascinant, on le savait, mais le saint Empire romain germanique et le IVe Reich flotte ûber alles.
    Les banquiers allemands se réunissent, convoquent les chefs d'Etat, qui votent des décrets de lois, leurs ministres des finances préparent les dossiers, c'est voté. Et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes.
    Les socialistes acquiescent et votent avec un grand sens des responsabilités.
    Seul drapeau de la résistance : Die Linke !

    E finita la commedia, tous unis très à gauche.
    Sinon ce sera vol au dessus d'un nid de coucou.

  36. 186
    Darthé-Payan dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon
    @ Tous

    La crise grecque et la crise des Etats devenus quasiment insolvables doivent nous aider à repenser la stratégie économique et financière de ces Etats nations.

    La Grèce a vécu au dessus de ses moyens et de manière tellement mécanique qu'aujourd'hui elle paie le prix fort et c'est à son propre peuple qu'elle administre une cure d'austérité. Le système capitalisme transnational et les système bancaire ne sont pas prêts à mourrir. Ils organisent leurs survie en réduisant au minimum la capacité de la Grèce à faire fonctionner sa production et impose une diminution dratisque de la masse monétaire en circulation, des crédits et des avances et aux facilités de trésorerie aux entreprises. C'est de l'économie de guerre qu'impose le système capitalisme via le FMI et la commission de Bruxelles avec son lot de rationnement, de destruction, de remise en cause de droits sociaux, de services publics, de solidarité.

    Oui la Grèce a joué avec le feu et l'Europe a laissé organisé le fol enchainement de l'endettement et de l'injection de crédit ne servant à rien de concrètement productif et redistributeur.

    C'est vrai que l'Etat nation n'est plus qu'une simple entité politique qui avalise les directives de la Commission de Bruxelles, les choix de la BCE et dèja le processus d'achèvement des nations et des peuples citoyesn avec le Grand Marché Transatlantique.

    Le peuple Grec prendra la quantité de coups que les docteurs du FMI et de la Commission de Bruxelles auront décidé pour qu'enfin la Grèce n'affecte plus en rien le capitalisme européen et la monnaie Euro. La construction à son terme du marché européenn de la concurence libre et non faussée pousse l'Europe à agir et à déposséder un peu plus encore la Grèce de ses atributs et outils d'Etat-Nation. Papandréou n'a plus aucune porte de sortie,,n'a plus d'autres possibilités d'appliquer durement les remèdes de rationnement et de décroissance. Plus dur sera l'électrochoc plus vite la Grèce pourra stopper la spirale infernale de la dette et de la quasi cessation de paiement.

  37. 187
    Darthé-Payan dit:

    @Jean-Luc Mélenchon
    @ Tous

    (suite et fin)

    Il est temps pour nous hommes et femmes de gauche, de la gauche radicale de tirer la leçon de cette crise grecque.

    D'abord constater que les Etats nations ne sont plus que des coquilles vides. La Commission oligarchique de Bruxelles, le capitalisme transnational, l'individualisme et le communautarisme et l'affaiblissement du rôle de l'Etat font que les Etats nations n'ont plus les moyens de se défendre, d'imposer quoi que soit et n'ont plus de souveraineté ni d'indépendance.

    La crise grecque montre que le politique, le citoyen n'ont absolument pas de pouvoirs sur l'économie et la finance. C'est les intérêts particuliers qui dominent et imposent leurs propres visions et choix à (ou à la place de) l'intérêt général. C'est la soumission totale du politique au marché et aux impératifs de rentabilité du capital. Les Etats nations ont été dépossédés (traité de Maastricht, de Lisbonne, BCE) du pouvoir monétaire et du crédit, des protections et droits vitaux en temps de crise.

    De ces deux constats, nous devons en tirer toutes les conséquences à savoir :

    - que notre pays (que les Etats-Naitiosn) doivent se réapproprier la souveraineté dans le domaine de l'économie, de la monnaie, du crédit et de sa législation et retrouver son indépendance.
    Un moyen sortir de'l'Union européenne, des traités successifs, de la BCE, du Grand Marché Transatlantique, de l'Otan et de l'Omc.

    - que notre pays (que les Etats Nations) se réapproprie l'économie et les marchés en nationalisant et en organisant la souveraineté populaire dans l'économie.

    Il est temps d'avoir le sursaut et d'être les éclaireurs d'une nouvelle ère qui s'ouvrira :celle des nations et des peuples souverains et solidaires. C'est aussi cela d'être Républicain et Jacobin.

  38. 188
    André Assiétoi. dit:

    @ Pierre L

    C'est mon commentaire sur Clémentine Autain qui a été effacé ? On n'a pas le droit de dire qu'on n'en a rien à foutre de sa vie privée ? Ça devient grave, là...

    Pour la peine je vous donnerai pas le lien de l'émission de Mélenchon à Arrêt sur images. Il a été très brillant.

  39. 189
    Le webmestre dit:

    Concernant les commentaires sur la vie privée de Clémentine Autain.

    Non! On n'a pas le droit.

    En premier lieu parce que nous sommes ici sur le blog de Jean-Luc Mélenchon, et pas sur n'importe quel forum généraliste du Web.

    Parce que votre avis personnel sur telle ou telle personnalité n'est pas en rapport avec le sujet du billet que vous commentez et n'intéresse que vous. Je vous rappelle que pour ce genre de conversations, vous avez msn ou le café du commerce...

    Parce que dans le cas que vous évoquez, cette personne à publié un billet sur son propre blog, pas ici. Vous allez donc commenter sur son blog.

    Parce que vous employez un ton parfaitement offensant que la personne en question pourrait juger diffamatoire et se retourner contre nous.
    J'ai bien dit nous, et pas vous dont l'anonymat est douillettement protégé par un pseudo.
    Je vous rappelle que ce que vous écrivez sous couvert d'un anonymat, dont j'espère que vous êtes conscients qu'il n'est que de façade, engage la responsabilité directe de Jean-Luc Mélenchon, auteur de ce blog, et dans une égale mesure la mienne, hébergeur.

    Pour finir, je vous rappellerai ce qu'est une prétérition en vous faisant remarquer que je ne porte pas de jugement sur le fond de votre commentaire adject venant de quelqu'un qui se dit humaniste et tolérant.

  40. 190
    Annie dit:

    @André Assiétoi post 188 : ah tu as enfin vu le passage de Jean-Luc Mélenchon à arrêts sur images ? De toute façon, elle est dans la vidéothèque en cherchant bien.

    Je t'avais laissé un message une fois où tu t'énervais de l'apparente passivité de Jean-Luc Mélenchon face à BHL à propos des injures de ce dernier sur des penseurs dits d'extrème-gauche, et je t'avais dit de voir cette émission qui si elle ne donne pas de réponse, donne des pistes (AS Jacques évoquait cette émission avec BHL).

    Je suis d'accord avec ton commentaire sur le fait qu'il y est très bon (c'est un des meilleurs numéros d'@si avec ceux des passages de Lordon et Malher), mais je trouve que l'émission montre aussi certaines ambiguités ou failles chez Jean-Luc Mélenchon (même s'il reste toujours sur une forme de réserve), et c'est très bien comme ça.

  41. 191
    toto dit:

    @Webmestre (188)

    A vous lire ce matin je comprends que des insanités, que vous avez eu la sagesse d'effacer, ont été dites à l'encontre de Clémentine Autain.
    Je suis d'autant pus choqué à l'idée qu'il y a eu des posts infamants que c'est moi qui involontairement les ai provoqués en incitant les participants de ce blog a aller faire un tour sur celui de Clémentine Autain.
    Ma démarche n'avait d'autre but que de saluer une amie très activement engagée dans une politique de gauche et qui nous annonce qu'elle vient d'être maman.
    J'imagine assez bien ce qu'on pu écrire quelques beaufs machistes et très peu couillus qui sévissent ici. Qu'ils soient maudits.

  42. 192
    bejar dit:

    Je vous invite à regarder cette émission d'arret sur images ou Jean-Luc Mélenchon à été parfait comme d'habitude sur la dette Gréce ainsi que sur les idées qui sont les notres en terme d'économie pour sortir de cette crise.

    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2967

  43. 193
    Le webmestre dit:

    Les liens vers des contenus payants ne sont pas acceptables.
    Quel intérêt de proposer un tel lien?

  44. 194
    gaston D dit:

    sur le même sujet mais avec une autre optique : une lettre de Grèce qui prédit du très moche pour dans pas longtemps (publié sur un blog d'un élu du Lot) : http://marcbaldy.blog4ever.com/blog/lire-article-7452-1744137-828_lettre_de_grece.html.

  45. 195
    TOTO dit:

    bonjour, je voulez revenir un peu sur la question des retraites, Jean-Luc Mélenchon ses engager dans un combat de Sanson contre Goliath je l en remercie
    d abords je m excuse pour mon fr pas très académique
    alors voila en entendant mr Jean-Luc Mélenchon chez Ruquier je les sentie quelques peu gêner parfois, évidement sa arrive a tout le monde mais je pense que l atmosphère y était pour beaucoup, je ne vais pas m étaler sur cette atmosphère je pense qu il comprend de quoi je parle
    voila suite a la réflexion de Mr naulleau quand vous essayer d argumenter qu ont tente une capitalisation, je ne pense pas que vous aillez réussi a convaincre sur ceux point, pourtant il est essentiel car ont le sait tous ses la réalité et ils ont beaux noyer le poisson ont le sent tous
    pourquoi ne pas aborder la sécu ?
    et oui maintenant tout citoyen ceux rend compte que la sécu ils sont entrain de la capitalisez, ceux qui ne sen aperçoive pas ne regarde pas tout simplement
    pourtant dans ma petite tête de citoyen je me rappel 1995 et le non a la privatisation de la sécu, depuis le peuple na ni gagner ni perdu car si ont regarde les faits comme ils sont depuis ses de plus en plus de médicament non rembourser, des soins plus chers et moins rembourser ses la politique du non a l antibiotique et oui aux générique etc...
    ont nous bassine avec tout sa et pourtant beaucoup de générique sont plus cher et sa ont nous le cache, la sécu continue a dépenser plus bon nombres de choses ont était faites pour soit disant éviter le gâchis
    ont sait aussi qu un label sécu a était crée depuis temps d années, que bon nombre de commandes sont doubler voire tripler de prix
    exemple une TV a 100 E couteras 200 ou 300 et que les contrats sont signer en secret mais des langues se sont délier depuis, je me rappel plus ou j ai vue cette séance de responsable de la sécu qui en parler
    bon j ai déjà beaucoup parler de la sécu, ya tellement a dire, donc voila je revient avec les retraite même si pour moi tout est lié a des fait politique
    Mr Mélenchon prenez les citoyens devant le faite accomplie qu ils sont bel et bien entrain de capitalisez la sécu et qu il ferons avec les retaites la meme
    rappeler vous 1995 ont as gagner mais ils font une politique de privatisation et de capitalisation de la secu
    tout les Fr peuvent le voire
    je sait que vous serrez trouver les argument pour rappeler ses fait quand des Naulleau tenterons sur ceux chemin qui est très intéressant en argument vérifiable par tous dans sont quotidien

    en 1995 les fonctionnaires ont empêcher Juppé de le faire et pourtant petit a petit ils le font
    depuis quelques années ont doit tous avoir 1 ou des mutuelles pour tenter de compenser
    la plupart des mutuelle sont des déviance d assurance qui eux sont en bourse
    voila bon courage et encore une fois désoler du paver mais je tenez a donner une petite contribution , espérons que j arrive quand même a me faire comprendre
    merci a vous...

  46. 196
    Alain Chancogne dit:

    Bonjour,
    Une évidence.
    Qu'ils aient voté pour cet Euro et le carcan maastrichien (Ps -dont JLMélanchon.. et Fabius,) qu'ils se soient pitoyablement abstenus (Lutte POUvtière), que plus tard ils aient voté NON au TCE(Jean-Luc Mélenchon ; Fabius le PCF; LO. NPA...) qu'ils soient aujourd'hui(tousles précéedents nommés) dans une analyse lucide sue cette crise, reste pour la visibilité d'une Alternative cradible..une question.
    Peuton continuer à parler de "changement" sans poser la questionde l'impossibilité deradicalité si on reste dans ce montage capitaliste continental initié au

  47. 197
    Alain Chancogne dit:

    Message interrompu
    Je reprends:

    "Bonjour,
    Une évidence.
    Qu’ils aient voté pour cet Euro et le carcan maastrichien (Ps -dont JLMélanchon.. et Fabius,) qu’ils se soient pitoyablement abstenus (Lutte ouvrière)), que plus tard ils aient voté NON au TCE (Jean-Luc Mélenchon ; Fabius le PCF; LO. NPA…) qu’ils soient aujourd’hui(tous les précédents nommés) dans une analyse de cette crisedont je partage des pertinences(notamment sur ce blog..), reste, pour des millions de gens,pour la visibilité d’une Alternative crédible....une "petite" question.
    Peut-on continuer à parler de « changement » sans poser la question de l’impossibilité de radicalité si on reste dans ce montage capitaliste continental initié auTraité de Rome
    Cette nécessaire(selon moi) rupture impliquera en processus, une lutte de classes sans précédent, de l'entreprise au niveau de l'Etat.
    Question directe à JLM:
    Cher Camarade,
    Retraité de la BNPParibas, militant de ce secteur financier, ex responsable du PC qui a quitté ce parti;

    ,j'ai été abasourdi de voir que durant les Européennes, vous, le PCF et le Front de gauche vous vous prononciez pour la "nationalisation immédiate de Toutes les Banques"..
    J'ai noté que MG Buffet a remartelé ce slogan durant les Régionales.

    Je lui ai écrit(on ne me répond jamais au PCF..je sais pourquoi.., je ne suis pas un de ses EX qu'on supplie de revenir...-sourire-).pour essayer de savoir ce que vous proposiez de concret en terme d'appropriation sociale de ce secteur..Accessoirement..comment..faites vous pour déposséder des possédants (ce que j'approuve) en sachant que- si je ne me trompe pas- la seule BNPParis bas c'est 35 milliards de Capitalisation...!

    Ce n'est pas à un marxiste comme vous, ex militant "trotskyste" ayant longtemps milité au PS.. aujourd'hui, un des leaders de l'"autre gauche" (pour parler un langage que je ne partage pas...) que je rappellerai que ce cher Engels prétendait que la"preuve du pudding c'est qu'il se mange"
    Le mouvement populaire, pour résister, gagner ET en même temps construire une perspective de changement de Société a besoin d'autre "grain à moudre" que du slogan électoral.....
    Cordialement

    AC

    Militant DU communisme, refusant d'être supplétif pour porter DSK à l'Elysée et rejetant l'impasse du "gauchisme" style NPA...

  48. 198
    Laurent dit:

    Oui, nous allons tous être des grecs.

    Du côté des spéculateurs en tous cas, on stocke déjà des munitions pour une attaque similaire contre la France.

    http://www.acheter-or.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=21

    Mais peut-être que la prochaine cible sera le Royaume-uni dans ce jeu de dominos contre les peuples.

  49. 199
    vieilledame dit:

    que ferait le parti de gauche s'il était au pouvoir ? pardon, que fera le parti de gauche quand il sera au pouvoir dans un cas pareil ? ça m'intéresse vraiment, et ce n'est pas de l'humour !

  50. 200
    Nipontchik dit:

    ..Accessoirement..comment..faites vous pour déposséder des possédants (ce que j’approuve) en sachant que- si je ne me trompe pas- la seule BNPParis bas c’est 35 milliards de Capitalisation…!(Chancogne)

    Sortez de la paille les fusils, la mitraille....

Pages : « 1 2 3 [4] 5 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive