23avr 10

La Belgique et la Grèce, Cochabamba et les droits de l'écosystème

Quoi de plus grec qu’un Belge en ce moment ?

Ce billet a été lu 19 780 fois.

Samedi soir vous me verrez chez Ruquier. Mais j'ai enregistré cette émission jeudi soir. Finalement, si le volcan m’a retenu en Europe quand je devais aller à Cochabamba, ma semaine contrainte à Paris n’a pas été aussi vide que je pouvais le croire d’abord, non sans gourmandise. Bien sûr, j’ai gardé un œil sur le sommet des peuples. J’en dis un mot. L’un des nôtres s’y trouvait, Franck Pupunat. J’ai regretté qu’il soit si peu question de ce sommet dans mes journaux favoris en Europe. Mais je suis surtout fasciné par les évènements qui roulent et grondent sous la surface de l’Union Européenne avec ce qui se passe en Grèce et en Belgique. La Belgique me met l’eau à la bouche. Les flamands sont si grossièrement séparatistes que l’invention anti française qu’est ce royaume de circonstance finit par se fissurer jusqu’au point où même les wallons devront se demander quoi faire de mieux que belges. Quoiqu’il en soit les plaques tectoniques de l’Europe sont en train de bouger tout comme celles de la croute terrestre. 

La Belgique est un artefact récent. Il n’y a pas de Belgique, dans l’histoire profonde. Certes les belges sont mentionnés par César dans son récit de la Guerre des Gaules, en 52 avant notre ère. Mais ceux qu’il désigne sous ce nom occupent un territoire bien plus vaste et bien plus français, si l’on peut dire à l’époque,  que l’actuel Etat du même nom. Le reste de l’histoire dit mieux où sont les attractions culturelles. Je me suis régalé des aventures des liégeois et autres wallons sous l’ancien régime, complotant plus souvent qu’à leur tour avec les rois de France contre leur seigneur bourguignon. Bien sûr, on peut mentionner aussi nombre de grosses révolutions qui ont uni les bourgeois et leurs ouvriers, contre les féodaux de toute robe et allégeance, inclus les seigneurs mouvants du roi de France ! Mais il n’en demeure pas moins que l’atavisme français est si profond dans cette zone qu’elle constitua, de son plein gré, un département français à la suite de la révolution française de 1789.

En effet, en 1792, les troupes révolutionnaires françaises sont entrées aux Pays-Bas autrichiens et dans la principauté de Liège qu’elles ont libèrée de l’autorité despotique du saint empire germanique. Durant cette première libération, un plébiscite au suffrage universel est organisé. La population vote avec enthousiasme en faveur de la réunion du Pays de Liège à la France. Il est vrai que cette union prend le sens d’une révolution politique contre la monarchie et son fatras, au sens français d’alors, davantage que d’une question ethnique ou linguistique. Au début de 1793, les autorités françaises décident donc de réunir le comté de Hainaut et le Tournaisis pour former un nouveau département français : le département de Jemmapes. Ce sera le seul territoire de l’actuelle Belgique uni à la France à cette époque. Ce territoire fut officiellement rattaché à la République en 1795. Tout allait de soi.

Il faudra la défaite napoléonienne et la hargne anti française des anglais pour qu’apparaisse, au Congrès de Vienne de 1815, un Etat tampon, destiné à empêcher les français de maîtriser les côtes les plus proches d’Albion. Les anglais pensaient ainsi contenir la supposée volonté d’expansion des français. Pour fabriquer la Belgique, l’Europe de la revanche des rois et de la contre révolution, unit Pays-Bas méridionaux et les Provinces-Unies en confiant le tout aux monarques des Pays Bas. Quand, à la suite de la nouvelle révolution en France en 1830, les belges se débarrassent du roi dont les anglais les avaient affublés, ils brandissent encore le drapeau tricolore des français. Mais pour écarter le spectre de l’union avec la France, les garde barrières de l’Europe post napoléonienne, stipendiés par les anglais une nouvelle fois,  affligèrent les belges d’un drapeau aux mêmes couleurs que celui des Pays-Bas mais à la verticale et avec le rouge côté hampe ! Personne n’avait rien demandé de semblable ! Et le drapeau fut aussi artificiel que l’Etat qui l’affichait. N’empêche que jusqu’en 1878, la seule langue officielle de la Belgique sera le français. Puis un lent grignotage va donner au Flamand une assise et des exigences, puis des sectarismes, qui culminent aujourd’hui dans les persécutions contre les francophones majoritaires dans plusieurs communes des alentours de Bruxelles.

Bien sûr, ma façon de raconter cette histoire est orientée par mon « unionisme» aussi raisonné que spontané. Je ne me sens pas obligé de ratifier les haines anti républicaines du congrès de Vienne. Je préfère une France nombreuse et englobante à la petite chose rabougrie que dépeignent les « déclinistes » et les projectionnistes du COR. Il est vrai que je me demande pourquoi les wallons sont si timides face à l’arrogance flamande. Jusqu'à quel point d’humiliation sont-ils disposés à se laisser enfermer avant de tirer l’échelle ? Mais comme il est vraisemblable que les flamands le feront de leur propre chef et sans rien attendre ni entendre, à quoi bon s’exalter ? Laissons faire la nature, elle nous servira si bien ! Peu importe ce que nous nous figurons ou pensons. Ce qui compte c’est que le mouvement spontané du nationalisme flamand mine ce royaume folklorique d’une façon qui résume bien l’impasse du projet européen.

Quoi de plus conforme au style néo-babélien de l’union européenne que ce royaume ! Il fait varier ses frontières internes et les droits de ses citoyens selon les résultats de recensements linguistiques ! La Charte des langues régionales l’a rêvé, la Belgique l’a fait !  Voyez ces institutions empilées  (cinq niveaux de parlement !), son roi de circonstance et son régime d’Etat faible ! C’est un véritable hologramme du fatras institutionnel de l’Union avec son président de commission concurrent du président tournant et du président fixe, pour ne rien dire des mille feuilles aussi baroque que l’organisation de la politique étrangère ou la cogestion entre le parlement et la Commission, j’en passe et des moins belges ! Que la querelle s’enkyste à propos du statut des sujets-citoyens francophones des circonscriptions de la région de Bruxelles, capitale auto proclamée de l’Union européenne, quoi de plus emblématique ? La concurrence libre et non faussée appliquée à la vie des peuples donne ce résultat que les uns ne veulent plus des autres quand il s’agit de payer et d’être solidaires. La rapacité flamande est le visage emblématique de tous ceux qui refusent aussi à la Grèce les secours que l’agression qu’elle subit devrait lui valoir. L’Union européenne qui agonise à Bruxelles en tant que mode de fonctionnement institutionnel est déjà morte à Athènes pour le même motif. L’égoïsme n’est pas un contrat social.

J’ai dit ces choses à ma manière et je me doute qu’elles vont choquer. Mais je les ai toujours présentes à l’esprit quand il s’agit de penser le futur de notre continent. Et celui de notre patrie républicaine. Les permanences de l’histoire sont aussi actives en sont sein que nos rêves et projet. La lucidité commande de composer avec les unes pour soutenir les autres. L’union de l’Europe a été tentée maintes fois dans l’histoire. Toutes ont été des échecs. Toutes ces tentatives ont en commun d’avoir pensé pouvoir se dispenser de la démocratie au profit d’un autre principe d’organisation supposé supérieur et plus efficace pour unir les peuples que la citoyenneté et l’intérêt général. Le roi, l’empereur, le Christ, la race, le marché libre et non faussé. Tout a été tenté et parfois tout en même temps ! Mais jamais le peuple, sa volonté générale et son intérêt général.

Ce n’est pas nous les prétendus « xénophobes » que dégoisaient les amis du traité de Lisbonne  qui avons mis le feu aux poudres qui explosent à présent ! Au contraire ce sont les amis du volapuk européiste, leurs poses affectées et bien pensantes, leurs obsessions à propos des bienfaits spontanés du libre commerce et de la dérégulation comme seule matrice d’un destin commun qui ont organisé cette ruine calamiteuse du noble idéal européen. Et ça ne fait que commencer. L’incitation à l’égoïsme, à la compétition de tous contre chacun ne se contentera pas de démanteler la vie commune des peuples privés de service publics et jetés les uns contre les  autres pour le pain  quotidien à coups de directive services. Elle va faire merveille aussi pour l’unité de tous les Etats récemment constitués en Europe. Je pense à l’Italie ! Mais on verra ce qu’il en sera de l’Espagne et de ses « autonomies »,  le moment venu des sacrifices promis à toute l’Europe par les agences de notations et leurs vigilants protecteurs allemands ! Attendez que la France soit agressée à son tour par les pourfendeurs de déficits et que nos amis allemands nous traitent comme des grecs et alors on verra où mènent ces folies.

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». A Cochabamba de même. Certes. Mais ce sont quand même finalement près de 20 000 personnes de pas moins de 135 pays différents  qui s’y sont rendues pour ce qu’on appelle désormais la « première conférence mondiale des peuples sur le changement climatique ». Il faut bien voir en effet que cette Conférence est la première d’une série de ce type. Organisées par des gouvernements progressistes, elles permettront aux mouvements citoyens du monde de travailler ensemble dans un cadre institutionnel. Sur place, il y aura eu une pensée exprimée pour nous, les absents. Il est vrai que plus de 4000 personnalités ont dû renoncer à venir du fait de l’éruption du volcan islandais. Pablo Solon, ambassadeur de la Bolivie auprès de l’ONU a tenu à dire un mot à ce sujet : «  Nous sommes tristes car beaucoup de camarades issus de mouvements importants se retrouvent dans l’impossibilité  de participer physiquement à nos travaux. Nous leur demandons de se joindre à nous par voie électronique. Cette Conférence est un premier pas crucial, mais au final il n’est que le premier pas d’une campagne plus vaste, plus importante, plus globale pour sauver la Terre Mère ». Pablo Solon sait de quoi il parle. Il a été le principal animateur de la guerre de l’eau de 2000 à Cochabamba. On fêtait la semaine dernière les 10 ans de la victoire de cette révolte citoyenne contre la privatisation du service public de l’eau. Cette lutte a dorénavant son écho dans tous nos pays. Mes amis de la communauté d’agglomération de l’Essonne, sous la houlette de Gabriel Amard son président fêtent à leur manière cet anniversaire en engageant cette semaine la phase décisive de leur bataille pour le retour de la gestion de l’eau en régie publique !

Deux propositions essentielles ont été débattues à Cochabamba. Celle d’un référendum mondial sur le changement climatique. Et celle d’un tribunal climatique international. Lors de la conférence de Copenhague, en novembre dernier, le président Evo Morales Ayma a constaté comme tout le monde que les représentants des Etats en présence n’étaient pas capables d’œuvrer dans le sens de l’intérêt général. Sa réplique a la simplicité des révolutions populaires de l’Amérique latine. « Puisque nous avons des divergences si prononcées de président à président, consultons le peuple et exécutons ce qu’il décidera » avait-il alors déclaré. Bon. Cela ne parait ni simple ni évident à mener. Pour autant est-ce aussi impossible que cela en a l’air ? Ce n’est pas ce que pense Evo. Sa proposition est de soumettre cinq questions aux peuples du monde. Ces questions, leur pertinence et leur formulation, ont été mises en débat durant le sommet de Cochabamba. L’un des 17 groupes de travail est consacré à l’élaboration du texte de ce référendum. Nous verrons où nous en sommes d’ici peu, le temps que je lise avec mes camarades les documents qui nous sont arrivés hier nuit.

Le Tribunal International de Justice Climatique existe déjà, sous la forme d’un « tribunal d’opinion ». Sa première « audience » a eu lieu du 13 au 14 octobre derniers. Différents gouvernements et entreprises y ont été accusés pour avoir porté atteinte aux droits de l’homme, des peuples et de la nature. Soit pour avoir contribué à l’émission de gaz à effet de serre, soit pour avoir encouragé la mise en place de « fausses solutions » conduisant à la destruction d’écosystèmes, ou à l’expropriation de communautés pour remplacer les cultures vivrières par des plantations d’arbres (compensation carbone) ou des agro-carburants. Au rang des accusés : l’Etat du Salvador pour « complicité avec des transnationales en vue du pillage du territoire », la Fondation hollandaise Forest Absorbing Carbon Emissions (FACE) pour un projet de captage de carbone en Equateur, les 12 Etats membres (Argentine. Bolivie. Brésil. Chili. Colombie. Equateur. Guyane. Paraguay. Pérou. Suriname. Uruguay. Venezuela) de l’IIRSA (Initiative pour  l’intégration et l’infrastructure régionale sud américaine) pour leurs projets trop dépensiers en émissions carbone. Le jury, composé de huit personnalités issues des mouvements sociaux et écologistes, ont procédé à un jugement moral, non contraignant. Le but de tels « jugements » reste néanmoins de promouvoir la judiciarisation et la classification des crimes écologiques. C’est évidemment l’évolution vers un tribunal international de justice climatique sous l’égide de l’ONU qui est visée pour protéger l’intérêt général.

Voila qui nous conduit à réfléchir à l’idée de la reconnaissance de l’existence de crimes écologiques. On entend par « crime écologique » toute atteinte grave au bien commun de l’Humanité qu’est l’environnement. La gravité d’un tel crime s’apprécie au regard de la mise en danger de l’écosystème et de ses conséquences sur les droits de l’homme  ainsi que de la responsabilité avérée des criminels. Dans ce cas le Tribunal International de Justice Climatique est soit un tribunal éthique, soit il est pleinement créateur de droit. Mais on peut aussi entendre par crime écologique toute infraction au droit environnemental. Dans ce cas  le Tribunal International de Justice Climatique met en application le droit en vigueur. L’intérêt de la reconnaissance de l’existence de tels crimes  réside à la fois dans son caractère pédagogique, on crée une conscience de l’intérêt général mondial, et dans la fin de l’impunité des grands profiteurs-pollueurs. Mais alors quels seraient les mécanismes de sanctions ? On peut en imaginer de deux types. D’une part, l’obligation de réparer les dégâts environnementaux et sociaux causés par un apport financier ou logistique. D’autre part, le versement d’une contribution financière à un fonds international de lutte contre le changement climatique. Je n’entre dans ces détails que pour signaler à quel point l’idée de ce tribunal se décline plus facilement que ne le laisse d’abord penser son intitulé.

Tout cela commence par un point disputé. La reconnaissance de droits de l’écosystème. Je le place dans son contexte actuel en Amérique latine. La normalisation de droits de la nature est prônée notamment dans les constitutions équatorienne et bolivienne. Ainsi, la constitution équatorienne déclare dans son article 17:  " La nature ou Pacha Mama, au sein de laquelle se déroule la vie et sa reproduction, a droit au respect de son existence et de ses cycles vitaux, ses structures et ses processus évolutifs. Toute personne, communauté, peuple ou nationalité pourra exiger de l’autorité publique qu’elle fasse appliquer les droits de la nature. L’application et l’interprétation de ces droits devra passer par l’observation des principes établis par cette Constitution. L’Etat incitera les personnes physiques et morales et les collectivités à protéger la nature et à promouvoir le respect de chaque composante de l’écosystème ». La Constitution bolivienne se prononce elle dans deux articles. « Article 33. Les personnes ont droit à un environnement sain, protégé et équilibré. L’exercice de ce droit doit permettre aux individus et collectivités des générations présentes et à venir ainsi qu’aux autres êtres vivants, de se développer en permanence de manière normale » Article 34. Toute personne, à titre individuel ou en représentation d’une collectivité, est en droit de mettre en œuvre des actions légales en défense du droit à un environnement sain, sans préjudice de l’obligation des institutions publiques d’agir face à tout attentat contre l’environnement. ». Je souligne ici que dans le cas bolivien, il n’est nullement question dans le texte constitutionnel de la  « Terre Mère » mais bien de la nature, l’écosystème ou l’environnement. Toutes choses qui n’incluent nulle anthropomorphisation. On parle bien de données objectivement établies sous le seul empire de la raison et de la délibération et se concluant par l’édiction en droit positif. Telles qu’ainsi décrites on peut tirer plusieurs enseignements des dispositions de ces constitutions. D’abord en rendant constitutionnel le droit à vivre dans un environnement sain, ces constitutions placent l’intérêt général entre les mains de l’Etat, d’une part, et des citoyens, d’autre part. En effet, l’Etat a à chaque fois le devoir d’agir pour préserver l’écosystème dans l’intérêt de tous, et le citoyen est incité à faire de même. Ensuite  on doit souligner qu’à chaque fois la seule instance d’évaluation est la délibération citoyenne dans le cadre de la Constitution.

Dans tout cela, ce qui me pose problème comme on le devine, ce sont les références à la « Pacha Mama » « Père Cosmos » et autres articles religieux dont je ne vois pas ce qu’ils apportent au débat sur des sujets qui doivent être traités dans leur portée et implication universels. Je n’aime pas la folklorisation de la religion destinée à lui donner un air exotique. Constater que la revue internationale des Verts est intitulée « Pacha Mama » me consterne. Je ne cache pas mon désarroi face à la cérémonie chamanique  par laquelle les autorités boliviennes ont décidé d’inaugurer ce sommet des peuples sur le changement climatique de Cochabamba. Pour moi comme pour mes camarades, ce sommet doit être celui des citoyens du monde en lutte contre le capitalisme et pour le respect de l’intérêt général humain et donc de l’écosystème. Il ne saurait se placer sous les auspices de quelque religion ou particularisme que ce soit. Certes, nous pouvons comprendre la portée symbolique que revêt historiquement la célébration d’une telle cérémonie aux yeux de nos camarades issus des communautés indigènes. Nous savons leur fierté d’être le fer de lance de la lutte pour l’intérêt général humain après  plus de cinq siècles d’oppression violente ininterrompue.  Pour autant la célébration de ce sommet en Bolivie, à Cochabamba, ville symbole de la lutte contre la privatisation de l’eau, nous semble être un signe suffisamment fort et compréhensible par tous. Y mêler des rites religieux en l’honneur du « Père Cosmos » et de la « Terre Mère », c’est  prendre le risque de restreindre la portée de ce sommet dont les objectifs sont pourtant essentiels pour l’Humanité. C’est aussi nous embrigader dans des rites et croyances avec lesquels nous ne voulons rien avoir à faire. C’est pourquoi nous y sommes opposés. Au niveau national comme international, je crois pouvoir dire que le Parti de Gauche défend de la même façon, quelque soit le culte concerné, le principe de laïcité, garant de la représentation de tous les citoyens sans discrimination.  Nous voulons que celui-ci soit respecté à l’avenir. Si les prêtres chamaniques sacrifient des fœtus de lama et les prêtres catholiques des hosties, que ce soit à l’usage de leurs ouailles, sans que le sommet y soit contraint de participer.  Cela n’enlève rien à notre soutien au sommet, bien sûr. Mais cela situe notre exigence universelle sur le sujet.


437 commentaires à “Quoi de plus grec qu’un Belge en ce moment ?”

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 7 8 9 »

  1. 101
    le Prolo du Biolo dit:

    @ 82 - Darthé-Payan et ses fantasmes

    avec cette idéologie écolo qui est pour moi une nouvelle religion réactionnaire et obscurantiste du retour à la glorification de la nature, élevée au rang de divinité inviolable (comme toutes les divinités d’ailleurs) et qui est à l’inverse du message humanisme, émancipateur et rationnel des Lumières et des idéaux républicains ?

    En plein trip le gars moi je dis... ;-)
    Tu prends quoi pour voir tous ces éléphants verts ?

  2. 102
    ermler dit:

    @ dudu 87 (97)

    Que veux-tu savoir?

    Bonsoir.
    Rien; C'était un petite "foucade", en passant. T'as pas vu le ;-) ?
    (Voir mon post 422 et ton post 423.)

  3. 103
    gabrielle dit:

    Si la Belgique est une invention récente, quoi dire de l'Italie et de tant d'autres? Les séparatismes sont chaque fois plus fortes en Europe. En Espagne les vasques et catalans ne veulent plus rien de l'Espagne par exemple. La plupart des états nationaux, nés des la renaissance et des royaumes absolus sont dans le pétrin parce que ne sont plus capables de répondre aux besoins des peuples si différentes, cela se traduit dans un regain des nationalismes. Ce n'est pas un problème mineur.

  4. 104
    Descartes dit:

    @Carol DEBY (#85)

    Si le peuple estime que le gouvernement ne convient plus, il le déclare incompétent, quelle que soit sa durée.
    Comme sous la quatrième république française !

    Je crois que tu te trompes. En Belgique (comme en France sous la IVème) si le peuple estime que le gouvernement ne convient plus, il doit attendre sagement les élections parlementaires suivantes pour exprimer son opinion. Le parlement peut renverser le gouvernement, mais pas le peuple...

    Je trouve d'ailleurs étonnant ta défense du régime d'assemblée. Après tout, ce régime a démontré son incapacité à gérer les crises: en France, il s'est révélé incapable d'organiser la décolonisation, en Belgique de gérer la crise entre les deux communautés. C'est en grande partie du fait de ce système que tu as l'air d'apprécier tant que la Belgique est dans l'état ou elle est.

    Si la Wallonie était séparée de la Flandre, aurait-elle intérêt à se rattacher à la France ? Je crois que les Wallons en doutent, dans l’ensemble. Pourquoi ? Il est peu agréable de décevoir. Mais que nous offrirait la France ?.

    Eh bien... les français pourraient se poser la même question: "qu'est ce que nous apporterait la Wallonie" ? Pas grande chose, à mon sens. Si l'on pose le problème dans ces termes, intégrer la Wallonie, ce serait s'encombrer d'une région sinistrée, qui vit aujourd'hui pour une grande partie des transferts sociaux venant de Flandre (c'est d'ailleurs ce qui explique le mieux pourquoi les flamands ont envie de couper les ponts). Si on commence à parler d'intérêts, je ne suis pas persuadé que la France ait plus à gagner que la Wallonie d'un éventuel mariage.

    En tant que républicain, je suis prêt à tendre la main a quiconque veut s'intégrer à notre communauté nationale. Mais si les wallons estiment que leur intérêt se trouve ailleurs... à eux de voir. Mais qu'ils ne s'attendent pas à ce que l'offre soit renouvelée le jour où ils seront dans la m****.

    Ensuite, la Wallonie est peuplée de plus de quatre millions d’autochtones, plus les centaines de milliers d’immigrés. Il existe en Europe occidentale, faut-il vous le rappeler, des états qui sont indépendants, alors qu’ils ne sont peuplés que de moins d’un million d’autochtones (le Luxembourg) ou de moins de quatre millions (la Suisse).

    Admettons. Seulement, dans les deux cas ces états arrivent à vivre en grande partie grâce à leur système bancaire et à leur statut de paradis fiscal. Quelque chose me dit que la Wallonie aura du mal à jouer à ce jeu là.

  5. 105
    Jean dit:

    Bien sur votre billet est orienté, il n'en est pas moins vrai. Je suis né sur ce sol dit belge il y a 55 ans et je commence très sérieusement à me poser des questions identitaires. J'ai un réel soucis avec notre classe politique plus préoccupée par les prochaines élections que par nos problèmes socio-économiques illimités mais ils devraient eux aussi avoir un sérieux problème puisque lors de leur prise de fonction ils commencent par jurer fidélité au Roi et à la Constitution du "Peuple belge" pour s'employer immédiatement à trahir leur serment. Les Belges dont je pensais faire partie ne disposent d'aucune possibilité de montrer leur mécontentement par les urnes, la vote étant obligatoire et les bulletins nuls ou vierges comptabilisés en faveur de la majorité. Il y aurait bien des choses à dire. Merci pour votre engagement.

  6. 106
    bric à brac baroque dit:

    Bravo pour vos positions sur le voile et les retraites! On vous suit.
    Songez aussi pour les retraites à l'argument de l'emploi de tous les jeunes et de tous les chômeurs actuellement sans emploi, aux femmes qui bossent à mi-temps, etc, etc.
    Bon courage!

  7. 107
    mediacideur dit:

    "Samedi soir vous me verrez chez Ruquier."

    Non, non...

  8. 108
    Brath-z dit:

    Je viens de suivre votre intervention à On Est Pas Couchés, et je dois avouer que je vous y ai trouvé très convainquant, très clair, très précis et très explicatif, ce qui fait du bien (d'habitude, on a droit à un bla-bla lénifiant autant qu'abscons et évasif). Vous, au moins, allez au fond des choses.

    J'ai regardé ce début d'émission (en général, je n'en regarde que la partie "politique", le reste m'intéresse moins) en compagnie de ma mère, écolo convaincue qui a voté Europe Écologie aux deux dernières élections, et j'ai eu la surprise de l'entendre, elle, anticommuniste convaincue qui a passé sa jeunesse à assener des discours axés sur "la république assassine" et qui adhérait encore il y a peu de temps au mot d'ordre "mort aux nations", dire "avec lui aux commandes, ça ferait du bien au pays, quand même !".

    Alors bon, je sais que la questions est délicate, que la candidature commune à la présidentielle crispe un peu tout le monde, mais je vois en tous cas qu'on peut aligner une grande partie de la gauche, y compris celle qui s'en éloigne par bien des aspects, sur les positions qui sont les vôtres et qui sont, à mon humble avis, pour une large part la meilleure perspective d'avenir. Et cela me réconforte.

  9. 109
    Darthé-Payan dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon
    @ Tous

    Du grand JL Mélenchon ce soir chez Ruquier.

    Très ferme sur la loi contre "la burqà" et tout procédé dégradant. Refusant l'amalgame avec Sarkozy. En ardent républicain et laÏque, il a défendu les principes républicains de la loi commune d'ordre générale et aussi la laïcité.

    Cela nous change des discours politiiquement correct de pensée communautariste et victimaire que l'on rencontre trops souvent à gauche et notamment dans la gauche radicale.

    Il a refuté l'argument de le stigmatisation. A bon entendeur...

    Sur les retraites, il s'est proprement "éclaté" et a essayé malgré les interruptions vaneuses de Ruquier à expliquer comment les choses peuvent être analysés différemment et aussi les autres pistes pour obenir les ressources de financiement dans le cadre d'une autre répartition des richesses. Il est au top notre camarade surtout quand il ne parle pas d'écologie.

    Même si l'émission a été un peu confuse et si JL Mélenchon est revenu sur'l'affaire de l'apprenti journaliste", il a eu aussi un ton ironique à l'encontre du PCF. Constatant que la direction du PCF ne voudrait d'accord nationale avec la direction du NPA. Constatant fait déjjà par beaucoup de monde il y a un an.

    Donc Jean-Luc Mélenchon merci encore pour ta position d'ardent républicain et laïque.

    Salut et fraternité.

    Bonne nuit à tous.

  10. 110
    olivier33 dit:

    Du Super Jean-Luc Mélenchon ce soir chez Ruquier.
    Ce soir je suis plus fier que jamais d'étre militant du PG.

  11. 111
    ermler dit:

    @ D-P (106)

    C'est bizarre. t'oublie de dire comment il a mouché ton copain Zemmour..!

  12. 112
    Darthé-Payan dit:

    http://manifeste-jacobin.blogvie.com/2010/04/24/actualites-de-quoi-la-crise-belge-porte-le-nom/

  13. 113
    Darthé-Payan dit:

    @Ermler

    Complémentarité, jeu de rôle entre eux.

    Et toi des propos de JL Mélenchon sur la loi gouvernemental sur le voile intégral. Tu en penses quoi ? Hein ?

  14. 114
    Patrice dit:

    J'ai raté le début de cet échange, mais là j'hallucine devant un tel nationalisme primaire. Dommage que Jean-Luc Mélenchon ne parvienne pas à sortir de telles arriérations :

    - « Je me suis régalé des aventures des liégeois et autres wallons sous l’ancien régime, complotant plus souvent qu’à leur tour avec les rois de France contre leur seigneur bourguignon »
    Ah bon, et la Bourgogne ce n'est pas en France maintenant ? En quoi est-on historiquement un meilleur citoyen à Paris qu'à Dijon ? Qu'est-ce qui permet de dire aujourd'hui que Louis XI était meilleur républicain que Charles le Téméraire..? Quelle vision d'un étrange idéal républicain hérité des pires rois de l'histoire ?

    - « jusqu’en 1878, la seule langue officielle de la Belgique sera le français »
    N'est-ce pas là justement une grosse partie du problème, d'avoir constamment nié et méprisé le flamand - comme la France aussi l'à fait constamment dans la partie du département du Nord où on parlait flamand - et d'avoir ainsi ouvert la voie à un ressentiment qui aide aujourd'hui l'extrême-droite flamande en Belgique,...? Et Jean-Luc Mélenchon il est fier de ça ?

  15. 115
    bastille dit:

    Lettres aux aveugles :

    Ce qui me pose problème dans ce qu’écrit Jean-Luc Mélenchon c’est : « la reconnaissance de droits de l’écosystème », « La normalisation de droits de la nature » et citation:Art 17 : « exiger de l’autorité publique qu’elle fasse appliquer les droits de la nature…protéger la nature et à promouvoir le respect de chaque composante de l’écosystème ».
    La nature d’objet devient sujet possédant des droits et c’est pourquoi je pense qu’il ne va pas au bout de sa critique.
    La sempiternelle formule « préservation de l’environnement » ou sa variante « écosystèmes » est sujette à caution. Depuis que l’humanité existe, elle a travaillé à aménager la planète pour améliorer son sort, la rendre plus habitable en quelque sorte. Ce faisant, elle bouleversé bien des écosystèmes et singulièrement l’environnement. C’est pourquoi il me semble absurde ou contreproductif de vouloir figer par la législation l’existant qui n’est d’ailleurs pas toujours satisfaisant.
    Il s’ensuit que seul l’intérêt bien compris de l’humanité doit être pris en compte lequel exclut tout « droit de la nature », s’oppose au régime de la propriété capitaliste et nécessite une reprise en mains de nos destinées.

  16. 116
    Darthé-Payan dit:

    @ Bastille

    Je partage amplement ton post 112

    Bon, je t'en dirais plus demain (plutôt tout à l'heure) car il est une heure avancée de la nuit.

    Tu as vu ce soir il a été clair,net,précis et sans ambigüité sur le voile intégral et à clairement refusé le postulat victimaine de stigmatisation qui pourrait être opposé par certains communautaristes et religieux comme il a refusé tout amalgame entre sa position républicaine et laïque et celle viscieuse de Sarkozy.

    Salut fraternel à toi et en espérant te lire plus souvent. A bientôt.

    Fabien

  17. 117
    ermler dit:

    @ D-P (110)

    - C’est bizarre. t’oublie de dire comment il (Mélenchon) a mouché ton copain Zemmour..!
    - Complémentarité, jeu de rôle entre eux.

    Aîe ! Tu persistes et tu signes ! " Mélenchon-Zemmour, même combat ! Complices déguisés en contradicteurs, pour mieux tromper l'adversaire", c'est ça ?! D-P, dans quel fantasmes hallucinogènes de la politique vis-tu ? Faudrait vraiment demander à tes copains du PG de t'offrir une petite cure. ;-)

    Et toi des propos de JL Mélenchon sur la loi gouvernemental sur le voile intégral. Tu en penses quoi ? Hein ?

    Et ben j'en pense toujours aussi peu de bien. Hélas...!

  18. 118
    Toto dit:

    Dire que le mec qui est en train de mettre à genou les grecs va être le candidat des socialistes lors des présidentielles en France en 2012...On en a de la chance ! Quand on dit que depuis 20 ans dans ce même grosland les libéraux se sont partagés la tâche entre ceux qui revendiquent leur libéralisme librement et ceux qui revendiquent le socialisme faussement, la concurrence est rude pour les autres d'autant que la machine à oppression de l'opinion fonctionne à plein en faveur de cette dyarchie instituée par la paresse de ceux qui imposent à tous les autres les vertus de la flexibilité permanente.... Pas censuré cette fois-ci, svp ! Toto pas méchant !

  19. 119
    Descartes dit:

    @Patrice

    N’est-ce pas là justement une grosse partie du problème, d’avoir constamment nié et méprisé le flamand – comme la France aussi l’à fait constamment dans la partie du département du Nord où on parlait flamand – et d’avoir ainsi ouvert la voie à un ressentiment qui aide aujourd’hui l’extrême-droite flamande en Belgique,…? Et Jean-Luc Mélenchon il est fier de ça ?

    Pas tout à fait. La France ne s'est pas contenté de "nier et mépriser" le flamand (ou toutes les autres lanques dites régionales et patois). Elle les a effectivement combattues, en les chassant avec détermination de l'espace public. Contrairement à la Belgique, ou le français était la langue officielle mais non la langue usuelle, la France a réussi en deux générations à faire du français la langue usuelle de tous les français. C'est de cela que Jean-Luc Mélenchon est, à juste titre, fier.

    L'exemple Belge montre bien le problème qui s'est posé à la France en 1789 (et qui se pose à l'Europe aujourd'hui): on ne peut pas constituer une communauté politique de citoyens et en même temps tolérer un morcellement communautaire et les barrières qui vont avec. Aussi longtemps que les communautés survivent, ce sont elles les acteurs de la vie politique, et non pas les individus. Il y a des pays qui s'en accommodent fort bien (en général, des petits pays fort riches comme la Suisse), d'autres qui s'en accommodent (comme les pays anglo-saxons). En France, on a fait le choix inverse: une société de citoyens qui agissent en fonction de leurs désirs et intérêts individuels (et non pas ceux de leur "communauté") dans le cadre de normes qui sont les mêmes pour tous. Pour cela, il a fallu briser les communautés, et notamment les communautés linguistiques. Pour qu'il y ait délibération publique, il faut qu'il puisse avoir un dialogue fluide entre représentants et représentés, et entre les citoyens eux-mêmes.

    Cela ne veut pas dire forcément qu'il faille tuer les langues dites régionales ou les patois. On peut continuer à les utiliser et à les enseigner... comme on le fait du Latin et du Grec: comme des monuments d'un passé qu'on souhaite préserver. Mais pas comme une voie vers l'avenir... L'alternative, c'est la Belgique au mieux, la Yougoslavie au pire.

  20. 120
    Darthé-Payan dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon
    @ Tous

    Bonjour,

    Je voudrais compléter mes diffèrents post de hier soir au sujet de l'intervention de notre camarade JL Mélenchon chez Ruquier au sujet de son propos sur les retraites même si dans cette partie ce fut très confue du fait de ce genre d'émission. Il y a eu à la fin de l'échange entre Jean-Luc et Zemmour. Ce dernier lui a fait justement remarqué que si l'on augmentait les salaires et aussi les cotisations il fallait aller vers un protectionnisme et ça avec l'Europe c'est fort peu possible. JL Mélenchon a rappelé qu'il s'était opposé au traité. Mais c'est vrai que là encore notre camarade s'est arrêté en chemin. A quand Jean-Luc et le PG annonceront qu'ils sont pour une politiquement du retour à la pleine souveraineté nationale et au retour à la pleine indépendance nationale et donc que la France quitte l'Union Européenne, les traités successifs,la BCE, le grand marché transatlantique, l'Otan et l'Omc ? Là la phrase de Zemmour devait permettre à JL Mélenchon d'aller plus loin. Ce fut pas encore le cas... C'est encore un peu tôt peut-être pour les claquemurés européistes de la gauche radicale qui sont monnaie courante au PG. L'évolution se fera et se fera en notre corps défendant.

    @ A ceux qui croient que je prends de la poudre de perlinpimpin....

    Non, non je constate simplement !

    Pour finir
    Aujourd'hui, journée nationale souvenir des déportés. Rendez-vous devant les monuments aux morts des communes.

    J'y participe en tant qu'élu municipal. Pour ma part c'est en fin de matinée à 11 H.

    Esprit civique et républicain.

    A cette après midi

    Salut et fraternité.

    Fabien

  21. 121
    Frédéric lambert dit:

    Merci!
    Je suis Bruxellois francophone (comme 93 % des Bruxellois) et je souhaite la fin du pays et l'intégration à la France. C'est par la mutliplication de prise de position extérieure comme la vôtre que la masse francophone dormante va enfin ouvrir les yeux.
    Merci, donc.

  22. 122
    le Prolo du Biolo dit:

    @ Bastille - 113

    C'est normal et on continue...

    Depuis que l’humanité existe, elle a travaillé à aménager la planète pour améliorer son sort, la rendre plus habitable en quelque sorte. Ce faisant, elle bouleversé bien des écosystèmes et singulièrement l’environnement.

    C'est justement là qu'est le problème. Nous faisons partie de cet écosystème, nous en dépendons pour vivre, l'homme est juste un mammifère plus évolué qui comme les autres ne peut tout saccager et tout bouleverser n'importe comment et dans tous les sens sans se mettre lui-même en péril.

    Tenir compte compte de cette réalité incontournable, comme dans toute situation conflictuelle, c'est plutôt plus malin que de l'ignorer. Surtout quand on veut essayer de déterminer le mode d'existence économique et politique le plus favorable.
    Cela n'empêche pas de progresser, et c'est la meilleur attitude pour tirer le meilleur parti pour nous de cet écosystème.

    Cela dit, tu peux préférer te casser la tête contre les murs et refuser de changer tes habitudes, plutôt que passer par la porte ouverte, l'écosystème quand nous l'aurons trop modifié et rendu invivable pour les humains continuera très bien autrement et sans nous. Comme il a continué après la disparition des dinosaures.

    Pour ce qui est de la personnalisation de l'écosystème, de "ses" droits, et de "ses" lois, et de la "religion" de la nature, n'as-tu pas l'impression de jouer un brin sur les mots ? Cette façon de dire et de personnaliser n'est évidemment qu'un tic de langage.
    Ce dont il est question, c'est d'une charte (et d'un minimum de bons sens...) qui puisse déterminer notre conduite en fonction des réalités physiques de cet écosystème, pour nous éviter d'y provoquer des dégâts irréversibles pour nous.
    Comme on parle de la République et de "ses" lois.
    Tout le monde a bien compris que dans les deux cas il s'agit d'un ensemble sans âme ni volonté, et non d'une divinité religieuse...

    D'autre part, pour ce qui est de dire que "l'homme a toujours fait comme ci ou comme ça" (et en substance qu'il peut donc très bien continuer comme ça), c'est quoi la durée de ce "toujours", et quoi l'échelle humaine par rapport à celle de la planète ?

    Enfin, cette planète est immense, elle n'en est pas moins un objet fini et donc aux ressources physiquement limité.
    Et contrairement à ce que tu dis, l'homme aujourd'hui ne travaille plus à rendre la planète habitable et à améliorer son sort. Il a crée le capitalisme, un système prédateur, gaspilleur et destructeur dans son concept même, qui l'emmène droit au mur.

    Mais ce que j'en dis...

  23. 123
    xavier dit:

    Monsieur, j'ai travaillé en Belgique pendant 9 ans pour un cavalier international pro Flamand Eric Wauters quand à moi je suis Normand et j'habitais à Malines (Mechelen). L'histoire est très bien expliqué mais il manque l'essentiel à savoir, La Flandre fait vivre la Wallonie depuis longtemps, en exemple les plus grands ports sont en Flandre.
    Les Flamands sont multilingues Allemand, Anglais, Français, Hollandais en étant Français ils m'ont toujours bien traités. Les Wallons se refusent à parler une autre langue et spécialement le Flamand, je me rends encore fréquement dans ce pays et se sont les poliques qui en font un pataquès.
    Définition du Wallons pour un Flamand: D'abord il travail et fait la fête, puis achete une voiture, trouve une femme et construit une maison.
    Flamand Il travail, achete voiture et maison puis se marrie. Au niveau sportif il n'y a pas de problème Il est aussi à noter que l'administration Belge est beaucoup moins lourde que en France en exemple un chauffeur routier passe l'après midi sur le port du Havre pour prendre sa cargaison, 30 minutes à Hoostende.Du point de vu commerce la Belgique est loin devant la France puisque ce pays est devenu une plaque tournante. Ce pays de la taille de la Normandie est capable de sortir des sportifs de haut niveau en exemple l'équitation ou maintenant ce sont les Français qui vont là bas pour acheter des chevaux car la recherche de l'élite est dans leurs culture alors que la France privilegie le sport de masse avec toujours et encore des examens payant qui ne forme que des pédagogues mais comme vous le savez "Les livres de sport n'apprennent qu'a ceux qui sentent déja" Vous étiez excellent chez Ruquier.

  24. 124
    toto dit:

    Melenchon chez Ruquier. Même Zemmour était comme médusé. C'est dire!

    http://www.telleestmatele.com/article-videos-on-n-est-pas-couche-24-avril-2010-jean-luc-melenchon-invite-de-laurent-ruquier-face-a-eric-naulleau-et-eric-zemmour-49215362.html

  25. 125
    carlo dit:

    Hier soir, chez Ruquier, Jean-Luc Mélenchon est encore revenu sur la question du voile intégral pour défendre le principe d'une interdiction. Il ne parvient décidément pas à évoluer sur cette question. J'en suis personnellement très déçu d'autant plus que je le trouve toujours très flou sur l'Europe (est-il ou non favorable à la reconquête d'une partie de notre souveraineté nationale, condition nécessaire à la mise en oeuvre d'une politique alternative en France?). Par ailleurs, je ne le trouve pas assez offensif sur la question des institutions et j'en viens à me demander si, arrivé au pouvoir, il ne se satisfairait pas, comme FM -dont il s'inspire beaucoup trop à mon goût- du régime quasi-présidentiel de la Vème République. En revanche, j'ai été rassuré de l'entendre réaffirmer ses engagements écologistes. En effet, il ne suffit pas de critiquer le capitalisme financier, le libéralisme ou même le capitalisme en général; il faut aussi critiquer le modèle de consommation qui gouverne notre société et qu'impose le système économique actuel. Même le PS l'a compris.
    En résumé, Jean-Luc Mélenchon doit revoir au plus tôt ses positions sur le voile, être plus critique à l'égard du tout consommation, sortir du flou en ce qui concerne l'Europe et être plus offensif sur la question des institutions. Je regrette de devoir constater que, sur les deux premiers points, les positions du PS me satisfont davantage que celles de Jean-Luc Mélenchon...

  26. 126
    Annie dit:

    @Darthé-Payan post 118, tu dis :
    Il y a eu à la fin de l’échange entre Jean-Luc et Zemmour. Ce dernier lui a fait justement remarqué que si l’on augmentait les salaires et aussi les cotisations il fallait aller vers un protectionnisme et ça avec l’Europe c’est fort peu possible. JL Mélenchon a rappelé qu’il s’était opposé au traité. Mais c’est vrai que là encore notre camarade s’est arrêté en chemin.

    Tu menlèves les mots du clavier, car au milieu du concert de louanges, j'allais intervenir sur la seule répartie pertinente du "grand intellectuel" Eric Z. : c'est quand il dit "Je vous attends sur l'Europe" à Jean-Luc Mélenchon et sur ce point, il a RAISON.
    On ne peut pas limiter le débat sur les retraites uniquement sur une meilleure redistribution, il faut non seulement donner les pistes pour que la richesse globale produite aille toujours crescendo, mais être crédible vis-à-vis du cadre européen qui corsète tous ceux qui sont épris de justice sociale.
    Néanmoins, D-P, si tu te souviens bien, Jean-Luc Mélenchon a répondu (pas seulement sur le fait qu'il s'était opposé au TCE) : il suggère une forme de désobéïssance (pour ça je suis d'accord) pour dire ensuite qu'il faudrait discuter avec nos partenaires (je ne me rappelle plus les termes exacts, mais c'était encore l'idée de "dialogue européen").

    Alors là non, étant donné le rapport de forces très défavorable (aux travailleurs, aux systèmes de protection sociale), Jean-Luc Mélenchon serait prié de mettre en lumière ce rapport de forces, de parler d'affrontement politique inévitable et de mesures unilatérales. Parler encore de "dialogue" alors que ça fait 60 ans qu'on nous bassine avec ça m'agace un peu. Proposer comme perspective à la France de retourner l'Europe par des mesures unilatérales c'est très ambitieux, ça parait provocateur (car un pays voisin, face à une situation protectionniste d'un autre voisin, réagit en général par le protectionnisme à son tour), mais comme l'avait suggéré Sapir, il ne s'agit pas d'aggressivité, mais surtout de susciter un immense débat au niveau européen, et d'amener lesdits voisins à faire pression pour changer, entre autres, la politique de la BCE.

    A la décharge de Jean-Luc Mélenchon, dans ce genre d'émissions (mais pourquoi on l'a pas encore vu chez Taddéï ?), il doit user déjà une énergie incroyable pour dégommer toutes les fausses évidences (cf C. Berling qui minaude : mais ya des gens qui veulent pas partir à la retraite à 60 ans), les absurdités du genre prédictions à 50 ans d'avance, dénoncer la campagne d'affolement.

  27. 127
    Carol DEBY dit:

    A dudu87 n°94

    Merci pour la référence…mais je connaissais Paul François. J’ai vu sa vidéo. Il m’a semblé sincère. D’une famille d’agriculteurs indépendants, il a joué le jeu de la surproduction agricole, pour laquelle il a été « formaté » dans une école spéciale. Les premières décennies ont été gagnantes, en utilisant les herbicides Monsanto. Puis les gains ont diminués, et en même temps, la catastrophe est arrivée : intoxication massive, coma, réanimation etc. Ce qui est terrible,c'est que beaucoup de ces herbicides servent de catalyseurs d’oxydations dans l’organisme, et agissent pendant des années.
    Un peu tard, François voudrait faire machine arrière et revenir à une agriculture plus naturelle, celle de son grand –père.Y arrivera-t-il, avec le formidable impact des lobbies.
    Je le crois plus équilibré que Bové. A suivre.

    Je te conseille de lire le dernier bouquin sur les OGM, de William Engdahl, paru en 2007 et traduit en français en 2008. L’éditeur français, Jean-Cyrille Godefroy, a trouvé intéressant de l’affubler d’une préface de José Bové, qui pourrait inciter l’acheteur à se méfier de ce livre.
    Engdahl insiste sur le rôle de certaines grandes familles capitalistes dans le développement mondial de ce type suicidaire d’agriculture chimique, en soutenant les campagnes de promotion (p. 201). Il décrit bien les effets nocifs des très grandes entreprises chimiques : Monsanto aux USA, Syngenta (Suisse), Dow Chemicals (USA). Il insiste sur le rôle des grands semenciers comme Cargill, Novartis, Dupont, Archer Daniels Midland (ADM), Smithfield Foods, ConAgra et … Monsanto, toutes firmes américaines.

    C’est plus de la géopolitique que de l’agriculture.
    Je rappelle le titre : OGM, semences de destruction, par William Engdahl, chez Jean-Cyrille Godefroy, ISBN 978 2 86553 204 9

  28. 128
    Insatisfait dit:

    Bonjour
    Homme au cœur à gauche depuis toujours, j'ai vécu une grande victoire en 1981 avec la victoire de Monsieur Mitterrand... mais... aussi par la suite un peu de désenchantement... Quel désastre en 2002... Je regrette beaucoup le temps de Mitterrand et Georges Marchais c'était un régal face à la politique actuelle...
    Figurez vous que hier soir, j'ai suivi l'émission de Ruquier et qui vois-je, Monsieur Mélenchon ! Je fus impressionné malgré mes soixante trois balais... Il a la langue bien pendu... il sait se faire entendre.... j'ai de suite pensé à Mr Marchais... Bravo ! Monsieur Mélenchon ! Je vous ai apprécié et qui sait peut-être ferons nous un bout de chemin ensemble... à gauche des hommes de votre trempe manque énormément...
    Je ne suis qu'un pauvre citoyen, mais ne dit -on pas les petites rivières... restez fidèle à vos convictions et osez éviter la langue de bois ! Bravo ! Je vais désormais vous suivre à la parole, à la lecture... Qui sait, d'ici 2012 tout reste ouvert.... Bonne chance
    Cordialement
    L'insatisfait.

  29. 129
    GimmeAnF dit:

    Questions :
    Sur ce site, entre deux billets de Jean-Luc Mélenchon, pourquoi est-ce qu'à force de lire beaucoup des interventions, on finit par être démoralisé, et au contraire en lisant ou en écoutant Jean-Luc Mélenchon, ça requinque ?
    Serais-je seul dans ce cas ?
    Docteur, est-ce que ça se soigne ?!

  30. 130
    jean ai marre dit:

    Darthé-Payan

    J'ai écouté comme beaucoup de sympathisants et de militants du PG l'intervention de JL Mélenchon.
    Action ciblée essentiellement sur " faut occuper le terrain ". Percutant sur le pb actuel où sont branchés 90 % de Français: les retraites.
    Sur l'Europe et les autres sujets politiques, de la caresse.

    Donc mon post @ 76 à ton intention reprend toute sa valeur.

    J'attends ta réponse.

  31. 131
    Carol DEBY dit:

    A carole G n°64

    Merci également pour nous avoir signalé les liens pour les articles de Lordon et de Sapir.
    Passionnant !

  32. 132
    carole G dit:

    Thalasrum(post 98) n a t il pas soulevé le probleme majeur:Les riches ne veulent pas payer pour les pauvres!(et en fait le problème linguistique ne serait qu un prétexte...?)
    Carol(e):du latin Carolus

  33. 133
    Patrice dit:

    Descartes (117) a au moins le mérite de reconnaître honnêtement les choses ! Pour être un bon républicain, il faut donc imposer la langue de la communauté dominante et écraser les autres : les défenseurs des langues minoritaires sont d'affreux communautaristes ethniques et arriérés, mais les défenseurs de la langue majoritaire sont de grands humanistes qui éclairent le monde des lueurs libératrices de leur universalisme...

    Mais n'est-ce pas exactement ce que cherche à faire l'extrême-droite flamande dans la banlieue de Bruxelles (au détriment du français cette fois) ? N'est-ce pas à cette uniformisation nationale que les Québequois ont réussi à échapper ? Ah mais non, ces exemples-là ne seraient sans doute pas valables, puisque pour ne pas être accusé du péché de communautarisme il faut parler français, ce sont bien sûr toujours les non-francophones qui sont communautaristes, par définition...

    Quand à l'exemple yougoslave il est vraiment mal à propos, ou plutôt c'est encore mieux puisqu'il s'agissait notamment d'éradiquer par la violence les communautés non-Serbes : n'était-ce pas la méthode suprême pour arriver au plus vite au résultat unitaire prôné ci-dessus par Descartes ?

    Merci en tous cas de cette franchise.

  34. 134
    Inquiet dit:

    Suite au passage télé d'hier, on voit une fois de plus la nature des divergences d'opinions des soutiens de Jean-Luc Mélenchon que nous sommes. Je me demande bien comment on va pouvoir s'en accommoder et faire avancer le projet (ce n'est pas du tout pour être négatif que je dis ça mais il faut bien voir les choses comme elles sont).

    Le désaccord le moins important selon moi est sur l'écologie. Le fait d'annoncer que le PG est un parti écologiste ressemble beaucoup à du "marketting". Mais je pense qu'il n'y a pas d'anti-écolo au PG mais certainement des gens qui voudraient qu'on parle plus politique au lieu de braire avec les moutons. Ce n'est pas méchant.

    Personnellement, je suis tout à fait d'accord avec sa position sur le voile. Une chose curieuse est qu'au début de ce débat on parlait de 300 femmes et nous en sommes maintenant à 2000. J'aimerais bien savoir comment les chiffres qu'on nous annonce varient comme ça en quelques mois... Jean-Luc Mélenchon pourrait toutefois rassurer ceux qui s'inquiètent d'une stigmatisation des musulmans en expliquant calmement son point de vue et surtout qu'il ne s'agit pas d'emboiter le pas à l'islamophobie organisée US mais bien d'une position de la république française.

    Une de mes craintes par contre est qu'il ne sorte jamais du bois concernant l'Europe. Certains parlent de minaudage, mais j'ai peur que ça ne soit plus sérieux que ça.

    Un regret sur l'émission d'hier : il n'a pas parlé (on ne lui a pas demandé non plus) de sécurité alors que la question revient sur le tapis avec les chauffeurs de bus. Laisser cette question à Sarko est une très mauvaise idée. Casse sociale plus gros bras policiers, c'est assez effrayant. Seul un mouvement dont le but est la justice sociale est légitime à rétablir l'ordre public et certainement pas des Berlusconi ou imitations.

    (Tout ça est mal écrit mais je me lève juste...) Bonne journée.

  35. 135
    4 Août dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon

    Pour hier soir, parfait. Rien à jeter.

  36. 136
    ydaho dit:

    Moi la loi sur la burka, ça me "gave", on ne fait pas une loi pour une "minorité, fussent t'elles 2000.. Dans un pays qui serait encore une république, on fait une loi sur les "valeurs"... Et donc dans ce cas, on fait la loi sur les "dérives" religieuses actuelles, ou les dérives républicaines qui sont fort nombreuses.. J'ai apprécié que JML étende sa réflexion aux comportements de certains dans les hôpitaux, ou sur le regards que portent d'autres sur la femme en général.. Ils faut donc étendre !
    La stigmatisation, oui ! elle existe, elle n'est peut être pas le fait de la gauche, mais il est clair que c'est un outil de travail pour l'UMP.. ça, c'est a combattre de toutes forces ! de toutes façon cela se retournera contre la gauche au moment des élections.. Les voix de l'extrême droite iront a Sarkozy, ou bien ils s'allieront... ce qui sera encore pire..
    L'écologie, je suis d'accord dans l'ensemble, quand par exemple on essaye d'arréter la peche a outrance du thon rouge, ou la protection des espèces, la pollution généralisée ou d'autres exemples concrets de ce type.. Oui, c'est important et il faut des écologistes dans les gouvernements.. Lorsque l'écologie est érigée en système politique, la je serais un peu plus dubitatif.. L'exemple du réchauffement de la planète est un peu la pour montrer les limites.. de tout temps la planète a "évoluée" dans un sens ou dans un autre au niveau du climat.. Et prévoir le long terme avec les données connues, ça me semble très aléatoires.. Si les uns ou les autres se trompent c'est tout de même très grave pour les peuples ! D'autant que les "résultats écologiques" sont souvent une TAXE de plus ! on dirait plutôt une nouvelle vache a lait pour les états, qu'un système de pensées bien définis ! Je pense même que la droite dans son ensemble fait exprès, sous la pression des industries, qui sont quand même leurs amis très proches, de "traduire" l'écologie en taxes supplémentaires ! c'est la meilleure façon de ne pas avancer.. Tout est prétextes a faire du business pour eux, il n'y a qu'a voir le prix des matériaux d'isolation pour les maisons, la façons dont il "grimpent" tout a coup et s'adaptent "miraculeusement" aux aident des états !
    En résumé, l'écologie devrait être une valeur de gauche, et ne pas rester aux mains de la droite !..Mais ça, cela me semble du rêve... Et pourtant c'est très sensé !
    La Belgique, oui, le linguistique est un prétexte ! c'est le fric qui mène la danse ! Eux aussi ont d'ailleurs essayé de se "rabibocher" avec la burka... ça n'a même pas marché ! plouf ! Chassez le naturel, il revient au galop ! c'est comme notre grand homme et son "fait pas le malin" ! ou le "durafour crématoire" tristement célèbre..
    En passant regardez les infiltrés mardi soir.. Si l'église n'arrive pas a faire interdire l'émission,...

  37. 137
    jennifer dit:

    Une conductrice en « niqab » verbalisée, ou le droit à la banalité

    Par Eros Sana (24 avril 2010)

    La priorité avant l’été, ce n’est ni la lutte contre le chômage, ni l’urgence écologique, ni la reconstruction d’une Europe au bord du gouffre, mais le voile intégral porté par quelques centaines de femmes. Un simple fait divers routier vient nous rappeler qu’aucune législation d’exception n’est nécessaire pour faire respecter la loi à celles qui portent la « burqa ».

    Une jeune femme de 31 ans conduit sa voiture dans les rues de Nantes. Tout de noir vêtu, son corps – à l’exception de ses yeux – est entièrement recouvert d’un voile intégral. Deux membres des forces de l’ordre effectuent un contrôle routier et… la verbalisent. Elle écope d’une amende de vingt-deux euros pour « circulation dans des conditions non aisées », les policiers considérant que son champ de vision est restreint. Cette amende est une excellente chose.

    Au surlendemain des élections régionales, l’ensemble de la droite – avec à sa tête un Nicolas Sarkozy affaibli par les résultats de l’UMP, une crise sociale, économique et écologique sans précédent ainsi que des sondages qui frôlent les profondeurs abyssales – choisit d’effectuer un virage encore plus à droite (restons dans la métaphore routière). Ce tête-à-queue vers la droite ultra s’exprime de différentes manières : volonté d’imposer aux forceps une réforme néo-libérale des retraites, retour dans les banlieues de « Sarko simple flic », maintien de la tension sociale suscitée par le débat sur l’identité nationale en faisant feu de tout bois sur le voile intégral.

    Islamophobie d’Etat

    Le chômage est à l’un de ses plus hauts taux historiques (plus de 10% des actifs). Les procédures de licenciement collectif sont toujours aussi nombreuses. Les enjeux climatiques et énergétiques auxquels la France et l’Europe sont confrontées demeurent d’une urgence impérative. Pendant ce temps, Nicolas Sarkozy, son gouvernement et sa majorité, comme un seul homme, considèrent que la loi qui doit être « adoptée en urgence avant l’été » est une loi sur l’interdiction générale du voile intégral dans tous les lieux publics.

    http://www.bastamag.net/article1005.html
    Eros SANA

  38. 138
    4 Août dit:

    Jennifer, comme convenu, tu plonges dans la diversion burqanienne planifiée par l'Elysée...

    "Franck Louvrier, le conseiller pour la communication de Nicolas Sarkozy, se félicite de «l'instinct prémonitoire » du policier. Il envoie des textos aux journalistes pour qu'ils reprennent l'information. A l'Elysée, on s'agite pour que cette polémique se développe, et qu'elle cache la misère de Sarkofrance."

    http://www.marianne2.fr/sarkofrance/Sarko-le-malin_a43.html?com#last_comment

  39. 139
    ydaho dit:

    voilà Jennifer, c'est "typique" de la droite.. l'écran de fumée ! Il faut savoir aussi que je ne sais plus quel ministre a reçu l'ordre de voir si on ne pouvait pas dechoir le mari de sa nationalité.. Vu que la dame masquée.. ça va être très dur, il va falloir aussi déchoir tous ses ancêtres gaulois..
    Je suis contre la burka, c'est clair, mais s'y prendre comme ça c'est du délire !

  40. 140
    Sébastien dit:

    Bonjour,

    Merci pour votre intervention chez Ruquier hier soir..un vrai moment jubilatoire qui regonfle.
    Petite réflexion sur l'argumentaire de Zemour au sujet des retraites : "Si l'objectif caché du gouvernement était réellement d'amener sournoisement un système par capitalisation, alors il ne réformerait pas et laisserait le dispositif se dégrader de lui même "(dixit le chroniqueur saltimbanque)...après tout c'est logique.
    Je ne crois pas que vous ayez répondu à cette énième salve...le contre argument m'est venu ce matin (!) :
    Les politiques en place doivent évidemment montrer qu'ils gèrent les problèmes et qu'ils agissent pour le bien de la collectivité...n'oublions pas qu'il faut, pour poursuivre sur cette voie ultra libérale, gagner des élections et donc donner la sensation de s'impliquer un peu.. Le but du jeu -si je puis dire- consiste avant tout à conserver le pouvoir tout en ayant l'air de se préoccuper du bas peuple.
    Une mécanique bien huilée il me semble. Bonne journée

  41. 141
    carlo dit:

    @ Inquiet (#134)

    "Suite au passage télé d’hier, on voit une fois de plus la nature des divergences d’opinions des soutiens de Jean-Luc Mélenchon que nous sommes."

    Absolument. Sur de nombreuses questions, notamment celle du voile, il existe un profond désacord entre nous. Alors que j'ai toujours soutenu la dissidence de Jean-Luc Mélenchon, je n'ai pas honte de dire que, sur la question du voile, je me sens infiniment plus proche du PS que de ses positions outrancières et, à dire vrai dire, à mon avis, ridicules. J'espère encore que Jean-Luc Mélenchon abandonnera au plus vite cette thématique qui, décidément, ne l'inspire absolument pas.

    "Le désaccord le moins important selon moi est sur l’écologie".

    Je ne le crois pas, malheureusement. Certaines réactions sur ce blog (notamment celles de DP et celles de Descartes, en tout cas, lorsque je lisais encore ses commentaires) le démontrent à l'envi.

    "Personnellement, je suis tout à fait d’accord avec sa position sur le voile."

    Je suis, quant à moi, en complet désaccord avec lui. Ses positions sur ce sujet m'inquiètent au plus haut point et je m'interroge de plus en plus sur les raisons qui l'empêchent de réviser son point de vue.

    "Une de mes craintes par contre est qu’il ne sorte jamais du bois concernant l’Europe."

    Moi aussi, mais je voudrais également qu'il soit plus offensif en ce qui concerne la réforme des institutions.

  42. 142
    carlo dit:

    @ ydaho

    "Je suis contre la burka, c’est clair, mais s’y prendre comme ça c’est du délire !"

    Et, comme le propose Jean-Luc Mélenchon aussi. Malheureusement.

  43. 143
    carlo dit:

    @ 4 août

    @ Jean-Luc Mélenchon

    Pour hier soir, parfait. Rien à jeter.

    Non. L'essentiel de ce qu'il a dit sur la burqua est "à jeter". Malheureusement.

  44. 144
    Lionel - PG44 dit:

    137 jennifer

    Heu... pas glop ! Islamophobie, le grand mot est lâché.
    Selon moi, il est aussi dangereux de conduire avec un niqab qu'avec un Kwai à capuche, cf le sketch de Danny Boon.
    Mais, trêve de plaisanterie, le niqab n'est pas un instrument de torture vestimentaire islamique, c'est un vêtement sémitique du moyen orient millénaire. N'allons pas chercher plus loin, il est contemporain de la lapidation au bon vieux temps de la Jérusalem hébraïque. La sainte église apostolique et romaine s'en est emparée pour vêtir ses "soldats", comme elle s'est emparée de l'ancien testament pour en faire un nouveau. Sans doute, dans ces contrées et ces temps, ce genre de vêtement protégeait-il de la poussière et du soleil, sans compter la propriété des femelles par des mâles jaloux et inquiets de la séduction de leur cheptel sur les autres coqs de village. Rien de bien nouveau, donc !
    Il faut avoir intégrer les théories libérales et communautaires anglo-saxones et nordiques pour ne pas voir le coté mortifère de ces accoutrements provocateurs. Il suffit de voir, en Hollande par exemple, les dégâts produits par cette façon de voir quand l'extrême droite arrive aux portes du pouvoir. Et, là, c'est pas du Le Pen 2002, c'est du sérieux. C'est du lourd, bien gras, bien raciste, bien xénophobe qui aurait certainement été limité si des lois sur la laïcité avaient existé. A méditer !

  45. 145
    jennifer dit:

    Ce dimanche, SALAH HAMOURI aura 25 ans, dont 5 ans enfermé dans les prisons d'Israël, la solidarité s'organise toujours en l'absence d'initiative de Sarkozy trop occupé à instaurer un état policier dans le 9-3 :

    FREE SALAH HAMOURI !

    LYON / Action pour Salah Hamouri, emprisonné en Israël depuis 5 ans, aura 25 ans. Rassemblement devant la préfecture du Rhône le vendredi 23 avril à 18h.

  46. 146
    Lionel - PG44 dit:

    142 carlo

    Jean-Luc Mélenchon n'a pas dit grand chose sur la burqa, il n'en avait pas le temps et ce n'était pas le lieu, ni le moment, au regard de la monstrueuse et imbécile instrumentalisation faite par Croix de Feu. Que Sarko veuille légiférer là dessus, c'est son droit et, pourquoi pas, son honneur de président d'une république laïque de le faire. Reste seulement la méthode et l'idée dans laquelle il la fait. Ce n'est pas dans une émission de divertissement que l'on fait, en cinq minutes, la démonstration de ses idées. Je trouve, même, remarquable le message qu'a fait passé Jean Luc hier soir chez Ruquier à propos de la présidentielle et de la retraite.

  47. 147
    Darthé-Payan dit:

    @ Annie

    Oui, notre camarade Jean-Luc est encore dans la discussion et le dialogue avec les partenaires européens notamment l'Allemagne. Hélas !

    Jean-Luc comme l'ensemble du PG et du FdG doit franchir le pas et mettre en perspectives une sortie de notre pays de l'Union Européenne afin de retrouver indépendance, souveraineté et aussi moyens de proctections et de reconquêtes notamment industrielle, agricole. Il faut être clair et nos camarades partisans du PG doivent ouvrir les yeux. Je prends quelques exemples :

    - Est-ce que si nous restons dans l'Union Européenne la nationalisation du crédit et des grandes entreprises industrielles et de services publics va t'elle être possible ?

    - Est-ce que si nous restons dans l'Union Européenene la protection de notre système de solidarité va t'elle être possible ?

    - Est-ce que si nous restons dans l'Union Européenne la reconquête du marché intérieur par la relocalisation, la réindustrialisation et le retour à un secteur agricole digne de ce nom avec des banques publiques irrigant l'économie et l'etat aidant par des prêts sélectifs les poltiques sectorielles ?

    - Est-ce que si nous restons dans l'Union Européenne le refus de la directive transports (transports ferroviaires régionaux ouverts à la ocncurence sur propositions des régions) ou de la directives services à la personne sera possible ?

    - Est-ce que si nous restons dans l'Union Européenne nous pourrions refusé le GMT ? ETC.....

    A un moment il faudra que Jean Luc et que le PG franchisent le Rubicon et disent clairement stop à l'Europe et retour à la pleine souveraineté et indépendance de notre pays. C'est vital pour l'avenir de nos droits sociaux, pour nos régimes de retraites, pour notre sécurité sociale, pour nos services publics, pour nos droits de citoyens. La crise Grecque ne nous éclaire pas assez avec la position de Bruxelles et de celles de Berlin ? L'appel au FMI ne nous allerte pas ? Le peuple grecque qui prend tout les coups et aucune solidarité salariale et populaire européennne (il est beau l'internationalisme gorgé d'anti impérialisme, d'anti colonialisme et d'anti nationalisme et autre guévarisme pabliste à la petite semaine que l'on nous rabat ici sur le blog par certains camarades et par beaucoup de militants anticapitalistes !) Qu'est-ce qu'il nous faut de plus que ce soit le tour de la France ou que la barbarie arrive pour réagir et demander que la France quitte l'Union Européenne (ce titanic qui coule tout en nous soumettant et nous vassalisant auprès des Etats unis) ? Qu'attendons nous pour défendre (et la refonder) qu'elle meure ? parce que c'est Sarkozy qui est aux commandes ?

  48. 148
    Lionel - PG44 dit:

    Et comme l'a écrit le camarade 4 aout, rien à jeter !

  49. 149
    Darthé-Payan dit:

    @Annie
    (suite et fin)

    Quand l'Europe devient à ce point la négation et la destruction des peuples citoyens et souveraines, des Etats nations, des services publics et de solidarité, il est grand temps d'effectuer un sursaut ! Ne plus cautionner l'inaceptable !

    Sursaut ou déclin ! République sociale et universaliste ou barbarie ! A nous de voir. A nous de réagir. A nous de nous résaisir.

  50. 150
    ermler dit:

    Mélenchon, hier soir chez Ruquier.

    "Trés bon"... comme toujours. Il prend du galon, côté médiatique. Journalistes muselés, invités un peu "scotchés".
    Bref, une "bête", comme on dit dans le spectacle. Il dépote, il déménage !....
    Il ose contrer les faux "leveurs" de tabous, en levant, lui, le tabou de l'argent et de la répartition des richesses... Il a des "solutions" à contre-courant sur les retraîtes. Sa critique de l'élite journalistique fait mouche...!
    Bref du "grand Mélenchon"." Très en forme", lui concède C. Fourest...
    Et après...?
    Ben après, tout ça ressemble de plus en plus à une posture de "présidentiable" qui, en outre," nargue" ses partenaires. "Qu'ils en présentent un meilleur que moi, s'ils en on un", dit -t-il sur un ton de matamore, sous les rires et les applaudissements du studio ! Il avait l'air très content de sa prestation. "Bravo l'artiste".

    Mélenchon est en train de se laisser griser par son propre talent. Il tombe, peu à peu, dans le piège médiatique qu'il prétend déjouer. Il continue à la jouer "perso" : "Moi...je...moi je...". Il apparait de moins en moins comme le porte-parole d'un projet collectif qui est pourtant le fondamental de la création du PG. Réunir toutes les forces de l'autre gauche pour construire une alternative politique au duo UMP-PS.
    Le Front de gauche, son avenir ? "Bah ! C'est vrai que le PC ne veut pas du NPA ! Alors, moi, je fais ce que je peux pour les réunir, mais j'y arrive..."...Bref, comme un air de résignation.
    Quant à la mise en chantier d'un véritable programme alternatif pour 2012.... toujours PAS UN MOT !
    Reste plus que la performance individuelle... Et tout le monde de conclure : " Pas de doute, il sera bien candidat en 2012...et, avec lui, on ne va pas s'ennuyer !". La charrue avant les boeufs ! Le piège fatal s'est ouvert et la tête y est déjà entrée...je le crains.

    Conclusion : " Du grand Jean-Luc Mélenchon !", comme on dit sur ce blog. C'est vrai.
    Mais moi, je reste un peu déçu et inquiet face à tant de "grandeur".
    Où est le projet tant attendu de l'autre gauche unifiée ?.... Surement pas "uniquement" dans la construction d'une personnalité forte qui épate jusqu'à ses adversaires.. (Zemmour, cloué au sol).
    L'arbre grandit, se déploie....mais cache de plus en plus la forêt.

    Ceci étant dit en toute fraternité.

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 7 8 9 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive