18avr 10

Du volcan, de Cochabamba, de VSD et des médias, encore et c'est pas fini

Laki est de retour ! L’histoire sent le soufre

Ce billet a été lu 19 170 fois.

D ans cette note il va être question  du volcan qui a annulé mon voyage pour le nouveau monde et le sommet des peuples à Cochabamba. Et de luttes des salariés dans les médias. J’adore cette affaire de volcan même s’il m’en cuit. Ombre de la grande révolution, tu t’avances sur nous depuis le même cratère qui te fit naitre en 1783 ! Cette irruption volcanique est un tel clin d’œil à l’histoire dans ce moment !

Laki, bien sur ! J’ai couru me renseigner dès que l’on m’a remis en mémoire l’affaire de l’irruption islandaise qui avait «entrainé la révolution française» comme on dit, pour faire court, dans la langue médiatique. Le volcan Laki en 1783! Je me souviens avoir lu cette histoire dans je ne sais quel livre, il y a longtemps, à propos des volcans en général et de l’impact de leurs irruptions sur l’histoire de l’humanité. J’ai eu ma phase « volcan », étant gamin, en même temps que ma phase «conquête de l’espace». Le diable m’emporte ! Comment ai-je pu oublier quelque chose d’aussi croustillant. La personne qui m’en a parlé est une spécialiste de l’histoire des pays scandinaves et autres contrées la haut, sur la carte du nord de l’Europe. J’aime l’idée que le volcan qui a mis le feu aux poudres chez nous, pour ouvrir l’ère moderne selon le mot de Goethe à propos de la révolution française, viennent du pays où les gens ont voté « non » au dédommagement des banques étrangères qui se sont fait détrousser par des plus vicieux qu’elles. Sitôt de retour chez moi où la valise pour Cochabamba trône dans le salon, j’ai tapé Laki+1783 sur Google et je suis tombé sur une page d’histoire passionnante, incluant un petit film, publiée dans la "Tribune de Genève"

L’éruption commença le 8 juin 1783. Sur une distance de 25 km, s’ouvrirent  110 cratères ! Rien que ça ! Ce fut l'éruption volcanique la plus importante des temps historiques. Ces cheminées émirent 14 milliards de m3 de lave basaltique, d'acide fluorhydrique et de dioxyde de soufre. Quel potage ! Ce qui sort aujourd’hui d’Islande est de même nature. D’abord ca flotte dans l’air et ca fait écran au soleil. Il fait plus froid et ca commence tout de suite à perturber le système climatique. Puis, tout ça dégringole ensuite en pluies acides qui détruisent la végétation et polluent les sources. Quand il en sort un bon paquet, et si par hasard ca se combine avec d’autres irruptions ailleurs, le climat est modifié parce que les particules en suspension font beaucoup écran au soleil et la température baisse. Mauvaise nouvelle pour l’agriculture et la consommation d’énergie. Bonne nouvelle pour les glaciers et tout ce qui s’en suit.

J’ai lu le récit à propos de l’irruption de 1783, et j'en reproduis de quoi vous épargner un clic. « Au début elle fut explosive, puis elle continua en émission de lave pendant des mois, jusqu’en février 1784. Les cendres recouvrirent l’île, et de 50% à 80% des animaux d’élevages moururent. La famine qui suivit décima environ 20% de la population islandaise. Mais ce n’est pas tout. En cet été 1783, un anticyclone puissant et centré durablement sur le nord de l'Atlantique envoya les fumées vers le reste de l’Europe, comme ces jours. (…) Un nuage de poussière recouvrit les 2/3 de la France et se déposa en partie au sol. Les années qui ont suivi l'éruption du Laki en 1783 furent marquées par des phénomènes météo extrêmes, dont des sécheresses et des hivers très rigoureux, puisqu’on disait que le pain et la viande gelaient sur la table de la cuisine et les corbeaux en plein vol. On vit une accentuation du petit âge glaciaire. La ligne de grain orageux qui traversa la France du sud au nord, en été 1788, détruisit presque toutes les récoltes du pays. On pesa des grêlons de 10 livres (5 kg). Ces modifications climatiques et le volcan Laki ne sont peut-être pas seuls en cause, mais les historiens admettent que leur influence fut considérable dans les événements politiques qui mirent fin à la royauté. On estime que le nuage de cendre modifia le régime des moussons en Afrique, faisant baisser le niveau du Nil et l’irrigation de la plaine céréalière d’Egypte. »

Apparemment l’affaire pourrait ne pas en rester là. « Quand à l'éruption actuelle, les autorités craignent que cette éruption ne déclenche le réveil du volcan voisin, le Katla situé sous le glacier Myrdalsjokull. Une éruption sous-glaciaire serait bien plus destructrice à cause des violentes explosions phréato-magmatiques et des inondations résultant de la fonte massive de glace. Les séismes observés ces dernières semaines sous l'Eyjafjallajokull résultaient de la montée du magma. Jusqu'à présent, le Katla ne présente aucune activité inhabituelle, ni séisme si gonflement, mais ces deux volcans ont des réservoirs magmatiques qui communiquent et l'histoire a montré que chaque éruption de l'Eyjafjallajokull avait été directement suivie par une éruption du Katla.»  Ce volcan qui menace est qualifié de « vicieux » ! Ca promet. En tous cas on peut penser que la série des tremblements de terre dont on entend parler signale une activité de toutes les plaques tectoniques de notre chère veille boule.

Par conséquent on peut s’attendre à ce que les volcans s’agitent et que ca pète de plusieurs côtés. De cela nous ne pouvons, sans doute, rien dire. En tous cas pas moi, bien sur, qui ne suis pas un savant de ces choses. Ce que je sais par contre c’est que, si c’est le cas, nous avons la certitude d’un impact politique sous toutes les latitudes. Car si le climat est un système instable, la société humaine, ébranlée par le n’importe quoi libéral, l’est tout autant, sinon davantage. Partout les systèmes locaux d’interdépendance on été détruits au profit des grands systèmes globalisés. Les productions les plus diverses dépendent de circuits longs de transport.  On voit ce qu’il en est du transport aérien ces temps. Mais on doit aussi considérer que les changements climatiques produisent des pénuries agricoles que la délocalisation des productions aggrave.  Si tel produit devient plus rare sur le marché du fait du climat là où il est produit, il n’est pas sur que son remplacement soit possible ailleurs où on l’attendait ! Soit par ce qu’on ne s’y soit pas préparé, soit par ce que de toute façon le même ou un autre similaire n’existe plus localement. Je ne mentionne ici qu’un des innombrables exemples de déstabilisations que cette affaire suggère. Ce qui conforte, d’une façon inattendue, la pertinence du scénario du « bug »  maintes fois décrit sur ce blog.

Avions bloqués : nous n’irons pas à Cochabamba, au sommet des peuples convoqué par Evo Morales. Des dizaines d’heures de travail de plusieurs équipes du Parti de Gauche sont perdues. Notes, échanges sur les forums, textes et traductions préparés, tout est en suspend, nuage de papiers que la présence sur place devait cristalliser et faire converger. Le travail de mes collaborateurs-camarades, notes, traductions, contacts, planification des rendez vous et déplacements, tout est par terre ! On n’ira pas à Cochabamba ! On devait y être à cinq du Parti de Gauche. Les hôtels réservés au prix d’heures de tractations, les billets d’avions, la débrouille sans fin pour faire baisser les couts, les transferts dans quatre pays, la mobilisation des ambassades de France pour m’aider en Bolivie, au Paraguay,  en Uruguay, en Argentine, pchouf : plus rien ! Comme si ça n’avait jamais été. Nous n’irons pas à Cochabamba L’énormité de l’évènement tient, bien sur, tout le monde en haleine et chacun regarde le volcan. Mais je vois la peine dans les yeux de ceux qui ont travaillé, la déception de ceux qui voit tout disparaitre dans le néant du temps qui passe. J’y suis spécialement sensible. Personne ne sait mieux que moi combien notre force est dans le collectif. Ce constat s’applique à moi d’abord. Moi, qui ai pris l’habitude de dire « je », pour être dans le style de communication de notre temps qui disqualifie les collectifs, et qui devrait dire « nous »  le plus souvent car j’agis sur des pistes balisées par le défrichage des autres, entourés d’évaluations croisées produites par des réseaux infatigables, et combien d’autres réalités de cette sorte, toutes choses qui me donnent ma force et font mes performances quand je ne gâche pas leur travail par des erreurs personnelles. Je m’amuse de voir ceux qui n’ont jamais connu cette force du collectif, ironiser sur ses aspects négatifs souvent fantasmés – l’embrigadement, la discipline, la soumission aux consignes- méconnaitre l’inouïe puissance de l’action coordonnée, de l’accumulation des énergies, de la réflexion collective, de la cohérence d’action qui applique au même point des milliers d’efforts de toutes dimensions. Sans oublier la possibilité d’avoir une stratégie et une tactique qui tiennent dans le temps et accumulent ainsi dans la durée le bénéfice de l’action pensée.

Comme on le sait, la critique sur les médias que j’ai enchainée à l’incendie provoqué par l’étudiant en provocation médiatique s’appuie sur une analyse sociale de la nécrose de la vie médiatique. Mon point de vue, à la suite de celui du PG,  diffère de la critique classique des autres partis à gauche sur ce thème. Pour eux tout est de la faute des méchants propriétaires de journaux. Ce point de vue est extrêmement frustre. Il est censé permettre de concilier la critique du système et le copinage avec ceux qui le font fonctionner au quotidien. Il permet de se concilier les gens de médias, repeints en salariés victimes impuissantes des odieuses pressions du propriétaire. Facile, trop facile. Maintes fois il a été signalé ce que ce point de vue a, d’ailleurs, d’insultant pour les personnels. Victimes, ceux-ci consentiraient sous la contrainte à truquer la vérité et à déformer la réalité pour quelle entre dans le prisme que nous connaissons ? Cette pensée mécanique à propos de l’interaction des super-structures intellectuelles comme simple reflet contraint des infrastructures matérielles de la propriété du moyen de production, c’est du marxisme de comptoir du café du commerce. Nous, nous interrogeons tout le système.  A supposer que tout parte du méchant patron, comment se fait-il que de haut en bas tout le monde suive, s’adapte et se répète ? C’est l’effet de système qu’il faut interroger si on veut le briser.  C’est au modèle qui produit cette soumission qu’il faut opposer un autre modèle, aussi global que celui que nous combattons. Mais, bien sur, encore faut-il combattre. C’est ce que nous avons entrepris au parti de gauche. Aucun autre parti de gauche ne le fait. Dans cette lutte nous mêlons ruses et opportunités.  

L’invitation au CFJ a été un moment privilégié pour ouvrir le débat dans des conditions qui atteigne le gros de la troupe médiatique et notamment tous les prolétaires du métier. L’incident a fonctionné comme un révélateur, un ouvreur de discussion. L’onde de choc a porté. J’ai eu beaucoup de messages de journalistes. D’un autre côté, nombre de mes propres camarades se sont réinvestis sur la question. La commission média du Parti de Gauche s’est sentie légitimée par le fait que les camarades comprenaient l’enjeu de leur travail. Des adhésions à la commission sont arrivées. Je vais rencontrer cette commission d’ici peu pour participer à une séance de travail. D’un autre côté des discussions ont eu lieu partout dans le parti sur la place particulière du système médiatique dans la vie d’une société démocratique à forme républicaine. Je crois que c’est très important pour notre évolution en tant que nouveau parti. La pensée sur les médias ne peut pas être l’angle mort de notre projet. Ce serait renoncer à avoir une ambition pour la société toute entière à ce sujet. Il a été frappant de voir pour moi que la question est plus simplement abordée dans la jeune génération de mon parti qu’elle l’était dans la mienne au même âge. Les points de vue sont à la fois plus fascinés par la puissance médiatique et son effet miroir sur les personnes qu’elle montre et plus décontracté sur l’idée que « d’autres média sont possibles». Evidemment j’y vois l’écho de moments passés que j’ai vécu avec le même idéalisme. La vogue de la presse libre dans les années 70, la vague des radios dites libres dans les années 80, par exemple. Il est important de constater que la pensée critique sur les médias et la volonté d’y faire vivre d’autres pratiques a accompagné les vagues révolutionnaires dans notre pays. La sphère médiatique est la deuxième peau du système économique et politique. Chaque brèche qu’on y ouvre fait respirer l’organisme tout entier. En situation de pouvoir, l’insurrection civique doit atteindre la sphère médiatique. Mais comment ?  

J’ai donc été contacté par la rédaction du journal VSD, en grève contre la refonte du projet éditorial de leur journal. Au premier coup d’œil on pourrait dire que c’est « juste » le licenciement de dix journalistes qui mobilise leurs collègues. Ce serait une lutte classique adaptée la situation particulière d’un média. Sur place, ce n’est pas à cela que j’ai assisté, même si, à l’évidence, c’est le fond de tableau. J’ai lu déjà des commentaires acerbes sur le fait que VSD ce serait un des nombreux porte parole de l’idéologie dominante et que, donc, un homme de gauche n’a rien à faire dans ces parages. Avec un tel raisonnement, quel journal, à part l’Humanité, Politis, Le Monde Diplomatique et les journaux de l’extrême gauche, seraient dignes de notre intérêt ? Quel que soit la situation cela revient à dire que nous croyons absolument vain tout projet éditorial non engagé politiquement qui se propose d’informer ou de vulgariser, fusse de façon légère, et d’entrer très avant dans les actualités quotidiennes, la mode, la vie des objets et ainsi de suite ? Pour ma part je ne rêve pas d’un monde ou il n’y aurait à lire que des organes de presse politiques. J’apprécie que des espaces d’expression politique soient présents partout, dans tous les types de presse. Bien sur. Mais je sais aussi que les êtres humains ne vivent pas que de politique.  Au fond la politique est une résultante, me semble t-il. On décide politiquement après s’être imprégné de tout le reste. Encore faut-il pouvoir s’imprégner décemment, honnêtement. C’est autour de cette idée que se construit ma vision de la fonction d’une presse émancipée dans une société républicaine.  

Emanciper les médias ? De l’argent bien sur. Mais pas seulement. De l’idéologie dominante, des conformismes de la pensée, du sensationnalisme, du voyeurisme. Et ainsi de suite. Toute la définition du métier de journaliste et des conditions de son exercice est en cause. Et même la nature des supports en tant qu’ils sont, de par leur nature même, normatifs. C’est compliqué. Toutes sortes de paramètres entrent en jeu, nous en sommes tous d’accord. Ce qui m’a plu, par-dessus tout, dans la discussion avec la rédaction de VSD  c’est que nous avons parlé de cela. De cette difficulté. Des solutions. Je ne sais pas si quelqu’un a filmé. J’aimerai bien. J’ai trouvé l’échange très formateur pour moi. Je crois que j’ai aussi appris des choses aux gens qui se trouvaient là. Mais ce qui m’a frappé c’est qu’au cœur de ce qu’on peut considérer comme le noyau dur de la petite bourgeoisie de notre temps, s’exprime une conscience si âpre des dégâts de la financiarisation sur toute la vie intellectuelle. Par exemple l’une dit « ce qui ne va plus dans la presse c’est que ce sont des financiers qui dirigent nos journaux et plus des journalistes. Ces gens ne connaissent rien à notre métier » Un autre dit « la façon dont est cloisonnée la façon de produire un journal cloisonne notre propre expression et notre pensée» Un autre «nous devons nous réapproprier notre outil de production c'est-à-dire notre capacité à penser nous même nos sujets sans préoccupations extérieures à ce sujet» Ce qui s’est dit de cette façon je l’ai souligné sur place c’est exactement ce que disent les ouvriers et les ingénieurs d’Airbus, par exemple. Hélène, la collaboratrice de la sénatrice Marie Agnès Labarre, m’accompagnait dans cette visite. Elle me dit : « ils parlent comme les Contis » qu’elle était aller soutenir avec une délégation du parti la semaine précédente. Ensuite nous avons évoqué la question de l’exigence ou non de diplôme pour établir l’aptitude à être journaliste. Pas simple. Le formatage par les écoles de journalisme est très discuté dans la profession, alors même que les élèves de ces écoles sont encore très minoritaires dans les salles de rédaction. Si j’évoque cette question c’est parce qu’elle m’a amené à parler de la capacité des gens ordinaires à devenir producteurs eux mêmes de messages médiatiques. J’ai évoqué l’exemple de « télé-vive » au Venezuela et de ses écoles de formation en direction des personnes du terrain. C’est aussi l’expérience de René Balme maire de Grigny dans le Rhône.  Est-ce une évolution imaginable de la profession ? Nous avons aussi évoqué la forme de propriété des médias qui conviendrait à une émancipation par rapport au capitalisme. Est donc venue la question des coopératives. Bref, tout y est passé. Mon constat est que la profession est très déstabilisée par l’évolution de la sphère médiatique. Elle est disponible pour en parler et nous avons un bon terrain pour y faire vivre le moment venu une révolution citoyenne très ardente.

Le fait frappant est le suivant. Pas un journal n’a rendu compte de ma visite ni ne l’a suivi. Pourtant, ce serait un sujet excitant de voir comment je suis accueilli dans une rédaction entière après mon lynchage, non ? Où sont passés tous les gros nuls corpos qui ont vociféré pour défendre « la profession toute entière » ? Et les étudiants en journalisme ? Vous le croyez  si vous voulez, il y en avait trois au pied de l’immeuble de VSD qui ont voulu m’interroger sur… l’architecture du quartier ! Bravo les petits ! Ils doivent venir de l’école de Sciences Politiques !  Pourtant là il s’agit d’une rédaction qui dénonce l’évolution du projet éditorial vers une presse « low cost ». Qu’on lui donne raison ou tort est-ce que ce n’est pas autrement plus significatif du malaise de la profession que « le malaise » cucul la praline décrit par la noctambule du journal « Le Monde » qui m’appelle à 22heures 30 pour faire son reportage de déjantée sur « le malaise des politique face aux médias » ? Et le malaise des médias qui la ferment sur le malaise des médias ? Quelle est la cause de ce silence ? Pourquoi s’exposent-ils au retour de bâton si facile auquel je me livre en se laissant prendre en flagrant délit de double langage et de cécité volontaire ? L’argent mes petits ! L’argent ! La soumission au patron, la peur d’être obligé demain de parler des conflits dans sa propre entreprise ! L’obligation de devoir dire que le problème dans la profession c’est précisément celui dont ces médias nient qu’il existe dans la société ! Ma visite à VSD est la démonstration de ce que racontent comme moi toux ceux qui ont compris le système. Il est donc important que cela se sache dans le milieu et notamment auprès des plus jeunes. Moi je suis allé soutenir une rédaction en lutte ! Les beuglant de mon lynchage n’y sont pas allés, ils n’ont pas signé la pétition, ils n’ont pas défendu les collègues. Leur protestation contre moi ne vaut rien de plus qu’une basse manœuvre politicienne. Et regardez les maintenant se la jouer sur mes prétendues contradictions en jouant les grands méprisant parce que j’ai donné une interview à « Voici ». Je remercie « Voici » de me l’avoir proposée. Je me garde ce sujet pour une prochaine note car l’affaire participe de ma campagne sur le thème. Vous saurez bientôt comment et pourquoi.


440 commentaires à “Laki est de retour ! L’histoire sent le soufre”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »

  1. 1
    Pierre L dit:

    Preumse !

  2. 2
    ydaho dit:

    Hé bien au moins, il lit les commentaires de son blog !

  3. 3
    le Prolo du Biolo dit:

    Le feu couve sous la cendre...

    Y compris dans la Presse apparemment.
    Un certain parfum de 1967...

  4. 4
    Mario Morisi dit:

    Et un Haroun Tazieff d'Or, doublé d'un Elisée Reclus d'argent !

    Quand au volant média, j'adhère bien sûr en tant qu'ex journaliste et ex patron de presse indépendante

    à cela près que, Jean Luc,

    je te réclame le remboursement du prix de "Voici"

    Payer 1, 50 euros pour deux pages (ma foi bien jouissive)

    Ca fait quand même très cher de la page !

  5. 5
    sylvie boussand - PG03 dit:

    @Ydaho
    vu le temps (au milieu de tout le reste) que Jean-Luc Mélenchon consacre à son blog, je ne suis pas surprise qu'il lise les commentaires, tout du moins la plupart. Cela nourrit sa réflexion, de même qu'il nourrit la nôtre.
    J'attends la suite sur les médias… difficile d'oublier le no man's land médiatique sur le FdG pour les régionales.
    Bonne nuit à tous.

  6. 6
    ydaho dit:

    Bah, le no man's land médiatique c'est de bonne guerre, faut passer outre !
    bonne nuit aussi..

  7. 7
    estivill dit:

    Un coup de coeur d'Hondelatte sur canal pour Mélenchon,pas étonnant qu'on aime bien autour de moi ce que fait ce journaliste!

  8. 8
    Hold-up dit:

    " La cendre ne s’en ira pas si vite. Elle va rester dans le ciel européen pendant des jours et des semaines. Les journaux d’ici le disent désormais clairement. Les compagnies aériennes sont en train de chercher à imaginer l’effet sur leurs affaires déjà éprouvées par la crise financière. Mais l’important n’est pas là. L’important est que la classe dirigeante européenne est bloquée à terre. Ils ne peuvent pas bouger. Le groupe dirigeant polonais, homophobe et raciste, a été anéanti par l’imprévisibilité du ciel. Maintenant le ciel est tout simplement en train de déclarer la fin de cette Union européenne basée sur l’avarice et le racisme. L’union européenne, qui n’a pas su ni voulu affronter la crise grecque, qui ne veut ni ne sait affronter la récession avec l’abandon des politiques néo-libérales qui ont provoqué la récession, est maintenant condamnée. "

    " Il y a quelques jours, en parlant dans une assemblée publique dans la ville de Stavanger, en Norvège, j’ai demandé aux intellectuels norvégiens d’entrer dans l’Europe. Eux m’ont répondu : pourquoi devrions-nous le faire ? L’Europe existante n’est capable que d’exploiter le travail et de déplacer les énergies et les ressources sociales vers les profits des banques. Nous, Norvégiens, nous utilisons la richesse qui provient du pétrole pour le bien commun. En effet, les ouvriers norvégiens gagnent des salaires de 50 000 euros par an et les services sociaux sont bien meilleurs que dans n’importe quel pays du continent néo-libéral.
    Pourquoi devraient-ils renoncer à leur pétrole en échange du despotisme avare de la Banque centrale européenne ?
    "
    Article / Article 11 : " Cendres " de Franco Berardi
    http://www.article11.info/spip/spip.php?article772

  9. 9
    Annie dit:

    Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon :

    http://www.lecanardrépublicain.net/spip.php?article327

  10. 10
    Tenshu dit:

    "L’obligation de devoir dire que le problème dans la profession c’est précisément celui dont ces médias nient qu’il existe dans la société ! "

    Tellement vrai, tellement juste.

  11. 11
    lemexicain dit:

    @ Annie 6h39 :

    La même lettre ouverte a été postée par ici sur Agoravox. Je pense avoir répondu au moins à la première question dans les commentaires. ;-)

  12. 12
    Demetrio dit:

    Merci à HOLD UP pour m'avoir offert l'occasion de lire
    le beau texte de Biffo que je ne lisais plus depuis longtemps car perdu de vue !
    merci !

  13. 13
    jennifer dit:

    MENACES CONTRE LA REVOLUTION BOLIVARIENNE

    Après le Honduras, avec la militarisation de l'Amérique latine, le Venezuela est menacé extérieurement. Parallèlement, en vue des prochaines élections législatives de septembre l'opposition a remis en route une nouvelle campagne médiatique de désinformation et de discrédit contre Chavez (il soutiendrait les terroristes de l'ETA, des FARC, interdirait l'accès internet etc...) autant de mensonges éhontés mais qui sème le doute...

    avec IGNACIO RAMONET ET SALIM LAMRANI

    Mardi 4 mai à Ivry sur Seine, Espace Robespierre

    http://cbparis.over-blog.com/article-rencontre-avec-ignacio-ramonet-et-salim-lamrani-48865246.html

  14. 14
    jennifer dit:

    Webmestre

    Bonjour et merci d'être intervenu plus personnellement dans le débat, J'ai découvert en bas du billet à droite: ce billet a été lu "x" fois. Or en remontant en arrière sur les autres billets on s'aperçoit qu'il y a un problème car le nombre de posts écrits dépasse parfois énormément celui du nombre de personnes qui l'ont lu.

  15. 15
    toto dit:

    Salut Maxou,

    Content de savoir que tu nous observes de près. Je crois que l'anticommunisme sur ce blog n'est pas pire que ce qu'il était quant tu y défendais avec détermination l'idéal communiste.
    Je vais faire ce matin ce que tu aurais fait si tu n'avais pas renoncé à intervenir. Je mets le lien suivant pour alimenter la réflexion sur la stratégie du PCF.
    http://www.humanite.fr/Le-PCF-lance-sa-reflexion-de-congres
    Si je peux me permettre ne sois pas trop sévère à l'égard de Jennifer, elle à l'habitude de dire sans détours ce qu'elle a sur le coeur comme elle l'a fait dans le fil précédent.

  16. 16
    Le webmestre dit:

    @jennifer
    Intervenir personnellement dans le débat? Certainement pas!
    Un Webmestre doit toujours prendre la précaution de ne pas intervenir sur le blog ou le forum qu'il administre afin de conserver son impartialité dans les conflits qu'il pourrait éventuellement être appelé à résoudre.

    Quant au compteur de visites, il en va des compteurs comme de la Loi : « un compteur ne dispose que pour l'avenir; il n'a point d'effet rétroactif »
    Donc, le comptage des visites sur chaque billet a commencé au moment où la fonction de comptage a été installée, c'est à dire hier dans la journée. L'indication pour les billets anciens est donc incomplète, mais je n'ai aucun moyen de l'éviter.

  17. 17
    Descartes dit:

    @JLM

    Car si le climat est un système instable, la société humaine, ébranlée par le n’importe quoi libéral, l’est tout autant, sinon davantage. Partout les systèmes locaux d’interdépendance on été détruits au profit des grands systèmes globalisés. Les productions les plus diverses dépendent de circuits longs de transport. (...) Mais on doit aussi considérer que les changements climatiques produisent des pénuries agricoles que la délocalisation des productions aggrave. Si tel produit devient plus rare sur le marché du fait du climat là où il est produit, il n’est pas sur que son remplacement soit possible ailleurs où on l’attendait ! Soit par ce qu’on ne s’y soit pas préparé, soit par ce que de toute façon le même ou un autre similaire n’existe plus localement.

    Pitié ! Encore une fois, on n'aide pas le combat antilibéral en étalant ce genre d'absurdités. C'est justement les "systèmes locaux d'interdépendance" qui ont permis les grandes famines. Car les désastres sont essentiellement locaux: voir les productions agricoles locales décimées dans un périmètre réduit par une maladie ou un évènement climatique exceptionnel est chose courante. Une inondation, une guerre, un tremblement de terre peuvent détruire la production industrielle d'une région. Mais il faudrait un événement très exceptionnel pour ruiner les récoltes ou détruire les industries partout dans le monde en même temps. Les interdépendances globales sont bien moins fragiles que les interdépendances locales à cause d'un principe bien connu en physique statistique: plus un système est composé d'un grand nombre d'éléments, plus les fluctuations globales sont faibles.

    Prenons par exemple la famine irlandaise de 1845-1849, provoqué par le mildiou de la pomme de terre. Pourrait-elle avoir lieu aujourd'hui ? Bien sur que non: la diversification des échanges (en 1845 l'Irlande n'échangeait qu'avec un seul marché, la Grande Bretagne) et du coup la diversification des sources d'alimentation fait qu'un tel événement est aujourd'hui impossible. Il y a toujours des famines dans le monde, certes, mais justement dans les régions où l'alimentation des populations dépend des "systèmes d'interdépendances locales". Contrairement à ce que croient les théoriciens de la "souveraineté alimentaire", les systèmes reposant sur les échanges locaux sont infiniment plus fragiles que ceux reposant sur les échanges globaux, car lorsqu'un événement catastrophique se produit, il concerne simultanément toutes les sources d'approvisionnement.

    Alors, critiquons la globalisation là où elle est critiquable. Mais de grâce évitons de proposer des retours en arrière...

  18. 18
    jean ai marre dit:

    @ 293 Zemir post précédent

    Les syndicats vont faire très attention à leurs communications, car le gouvernement possèdent tous les moyens pour faire passer des messages à répétition dans la population.
    Je suis sûr que même des slogans publicitaires vont prendre le relais de l'information partisane.

    Les Centrales claqueront peut être la porte, à condition que l'esclandre leur soit favorable.

  19. 19
    dorant dit:

    cendres dangereuses
    L'armée finlandaise a rendu publiques des photos de moteurs de F18 - illustration du post- après que ces jets ont fait un petit tour dans le nuage de cendres, peu avant que l'interdiction de prendre les airs soit décidée. (clichés disponibles sur plusieurs sites dont Rue 89)
    Et les dégâts sont importants, même après un court séjour dans la masse d'air concernée : « Un passage plus long aurait pu mener à une surchauffe et menacer l'avion et son pilote. » indique le service de communication finlandais.
    Donc le risque est réel.
    Les compagnies aériennes, qui font actuellement le forcing pour la réouverture des couloirs aériens après quelques tests bien rapides, devraient prendre en compte la réalité de ce risque. Imaginez qu'un Airbus, même un seul, se plante à cause de ça et là, ce ne serait pas quelques jours d'attente mais bien plus...
    Il n'y a pas que le cours des actions qui compte.

  20. 20
    marianne dit:

    jean luc, juste un point : pas de scénario catastrophe à la 2012 en vue. L'activité sismique et volcanique de la terre en ce moment est tout à fait dans la normale. Les évènements qu'on a mis en exergue ces derniers mois n'ont été remarqués que parcequ'ils se sont produits dans des régions peuplées et importantes économiquement. Et il n'y a pas de lien entre les séismes d'Haiti, de Chine ou du Chili et l'erruption d'Islande. C'est juste à priori un concours de circonstances... donc prudence.
    Mais oui, l'ombre du Laki plane sur l'Europe ! bonne nouvelle ?

  21. 21
    Bérénice dit:

    La Terre se fâche, tous les signes sont là, personne ne semble les voir. Il serait plus que temps pourtant. Evo Morales est le seul à l'avoir dit, de façon émouvante. Quels aveugles nous sommes ! Un nouveau lien doit être construit avec elle et non pas contre elle comme cela est fait depuis si longtemps. Nous n'avons pas à "dominer" la nature mais à entrer en dialogue avec elle comme une partie d'elle, ni au-dessus ni à côté. Réfléchir à comment prendre ceci en compte dans le projet politique me semblerait plus intéressant que les débats stériles sur qui sera candidats à la présidentielle et les bisbilles avec le PC ou autre organisation, franchement saoûlants.

    Sur Voici, un seul regret : le quitus donné à Me Carla Bruni-Sarkozy qui me paraît bien naïf et à M. Zemmour dont le sionisme actif conduit à un racisme plus ou moins feutré et à une misogynie assumée.

    Enfin, vous écrivez : "Moi, qui ai pris l’habitude de dire « je », pour être dans le style de communication de notre temps qui disqualifie les collectifs, et qui devrait dire « nous » le plus souvent..." Ce serait en effet, très important pour votre crédibilité que le "nous" soit plus présent dans votre discours et qu'il y ait d'autres que vous qui interviennent dans les médias au nom du PG sinon vous allez ressembler de plus en plus à O. Besancennot pour ce qui est de truster la parole du PG (lui du NPA).

  22. 22
    Darthé-Payan dit:

    @ Annie

    Oui JL Mélenchon doit y rapondre ainsi que le PG.

    L'Union Européenne, le Grand Marché transatlantique, le dépérissement de la république, des Etats nations, du principe de souveraineté, d'unité et d'indivisibilité, d'indépendance, de laïcité, de refus du communautarisme, de l'ethnicisme comme mode d'organisation d'un pays ou de poltiique, le refus de l'Europe des régions et des communautés.S Oui JL Mélenchon doit répondre aux questions que soulèvent et met en exergue la lettre ouverte.

    Oui JL Mélenchon doit sortir des ambiguïtés de sa position actuelle sur l'Europe et sur le processus transatlantique.

    Je connais fort bien leur site. Rien que du beau et du bon exprimé sur ce site ardemment républiicain. Je n'ai point voulu le mettre à la connaissance des intervenants ici car, je me serais fait traiter de tout les noms d'oiseaux de la bien pensance actuelle du blog qui n'est autre que le libertarisme européistes graves ! Annie tu risques de t'attirer les foudres des autres et te faire traiter de souverainiste, de républicaine xénophobe, de nationaliste etc..

    Pour les jacobins, l'aventure continu, un blog préparatoire aux asisses et en cours de construction.

    Tu peux y trouver le manifeste jacobin en cliquant sur le titre de l'article; Tu l'auras au format.pdf et il y a aussi un premier article de bienvenue.

    http://manifeste-jacobin.blogvie.com/2010/04/17/manifeste-jacobin-pour-la-republique-et-le-socialisme/

  23. 23
    Descartes dit:

    @Bérénice (#20)

    La Terre se fâche, tous les signes sont là, personne ne semble les voir. Il serait plus que temps pourtant. Evo Morales est le seul à l’avoir dit, de façon émouvante.

    Certains songeraient-ils à instaurer au culte de la Pachamama en France ?
    La Terre (majuscule sic) ne se "fâche" pas. Elle n'est pas plus capable de colère que d'amour, de haine, de joie ou de peine. L'éruption de l'Eyjafjallajokull n'est un "signe" de rien du tout. C'est un phénomène physique, comme la rotation de la terre.

    Un nouveau lien doit être construit avec elle et non pas contre elle comme cela est fait depuis si longtemps.

    Peut-être quelques sacrifices pour gagner ses faveurs seraient-ils de mise ?

    Nous n’avons pas à « dominer » la nature mais à entrer en dialogue avec elle comme une partie d’elle, ni au-dessus ni à côté.

    Pour dialoguer, il faut être deux. Dans la mesure où "la nature" n'est pas un être intelligent, on voit mal comment on pourrait "dialoguer" avec elle. C'est un peu comme dialoguer avec une plante verte. Va falloir se résigner, Bérénice, la nature, comme tous les autres concepts généraux, est une création humaine. Et nous sommes donc par essence "au dessus" de la nature, puisque c'est nous qui la constituons, et ce n'est pas elle qui nous constitue... S'il n'y avait pas d'hommes sur cette terre, il n'y aurait pas de "nature"...

  24. 24
    BA dit:

    Plus les jours passent, plus la Grèce doit emprunter sur les marchés internationaux à des taux élevés.

    Plus les jours passent, plus la Grèce se surendette.

    Plus les jours passent, plus la Grèce s'approche du défaut de paiement.

    Lisez cet article :

    Les rendements des obligations d'Etat grecques ont atteint lundi vers 11H00 un nouveau plus haut historique depuis l'entrée du pays dans la zone euro, au-dessus de 7,6 %.

    A 11H14, le taux de l'obligation d'Etat grecque à 10 ans était à 7,621 %, contre 7,366 % vendredi vers 16H00 GMT, après une pointe à 7,631 %.

    Le différentiel ("spread") avec l'emprunt allemand à 10 ans qui sert de référence au marché s'élevait à 455 points de base contre 428 vendredi. Cela signifie que la Grèce doit offrir un surplus de 4,55 points de pourcentage par rapport à l'Allemagne pour emprunter sur les marchés.

    http://www.romandie.com/infos/news/201004191145080AWP.asp

    Depuis le 15 septembre 2008, nous sommes entrés dans une nouvelle période.

    Cette nouvelle période peut être résumée par un mot :

    le chaos.

    Le voilà, le mot de l'année 2010 :

    le chaos.

    Attachez vos ceintures.

  25. 25
    Kamel MOUHOUBI dit:

    Bonjour, cette affaire de volcan démontre l'incroyable vulnérabilité de nos sociétés et de nos idées reçues quand elles sont aux prises avec des forces qui les dépassent.
    Ce volcan je le remercie, car il nous oblige à revoir notre vision du monde, il nous oblige à nous interroger et à imaginer un autre avenir.
    J’aimerais que cela dure, que plus un seul avion ne décolle pendant les 10 prochaines années.
    Pourquoi ? et bien pour imaginer un autre avenir, une autre vie.
    Quand nous disons « on pourrait faire ceci ou celà », « on pourrait vivre autrement etc » on nous répond que c’est idiot, que ce n’est pas possible, voyons on ne peut pas empêcher les avions de voler, on ne peut pas empêcher les gens de voyager pour un oui ou pour un non, on ne peut pas empêcher les capitalistes d’être des capitalistes, le pauvres d’être des pauvres et les riches d’être riches, on ne peu pas accueillir toute la misère du monde, des vélos à la place des voitures dans les villes ? mais voyons ce n’est pas possible vous n’y pensez pas, et pourquoi pas la semaine de 10 heures tant qu’on y est ! les villes doivent être polluées c’est obligé, on ne peut pas faire autrement… notre démocratie ne peut pas être autre chose que cette démocratie de façade et le monde ne peut pas être chose que ce qu’il est : un monde injuste.
    Voilà ce que des gens intelligents, raisonnables et instruits me répondent quand je leur parlent de mes rêves.
    Le monde ne peut pas changer, met toi ça dans le crane !
    Je crois qu’ils se trompent, je crois qu’ils ne veulent pas écouter mais comment briser leur certitudes, leur arrogances ? ils ne croient pas au changement jusqu’au jour ou un volcan éteint depuis 150 ans se réveille quelque par en Islande, un volcan au nom imprononçable, un volcan dont personne au monde ne connaissait l’existence.
    Ce volcan à cloué 17 000 avions au sol en quelque jours, plus un seul avions dans le ciel qui aurait pu imaginer cela… ce volcan empêche les hommes les plus puissants du monde de se rendre aux obsèques d’un tyran Polonais, ce volcan nous dis « Vous pouvez vivre autrement et pas dans 100 ans, maintenant ».Du jour au lendemain le monde peut changer, les centrales nucléaires peuvent s’arretter, pas dans 60 ans, maintenant ! les guerres peuvent s’arretter, pas dans 10 ans, maintenant !
    Merci à ce volcan Islandais de nous remettre à notre place et de nous rappeler qu’un autre monde est possible.
    Un second volcan pourrait se réveiller, mais qu’il se réveille, maintenant, que 10 volcans se réveillent et qu’enfin nous puissions remettre l’imagination et les rêves aux commandes.

  26. 26
    Sylvain dit:

    Juste un truc, pendant que le ministre essaie de monter les fonctionnaires contre privé sur le sujet des retraites, madame Florence Woerth va entrer au conseil de surveillance d'Hermès.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5irJYqKpYs5u6RJxf_mtbJZmpCfgg

    A+

  27. 27
    Humbert [PG32] dit:

    Merci Jean Luc,
    Je ne veux surtout pas critiquer à tort, mais il me semble que ta réaction versus les médias, parce qu'elle était juste, a bien portée ! Je la relaye avec mes petits moyens. Te lire et t'entendre, sont pour moi et certes beaucoup de camarades et d'amis, un grand plaisir, à la fois pour la qualité de l'écriture et sur le fond.
    Cependant, je souhaiterait beaucoup que tu reviennes aux fondamentaux, à notre identité - parfois mise à mal par nos "partenaires"; enfin et surtout, nous permettre d'apparaître, dans les médias, à propos de la "réforme" des retraites !.
    IL NOUS FAUT UN PORTE PAROLE QUI CLOUE LE BEC AUX "syndicalistes tels que Chérèque (complaisamment invité) et qui fixe la LIGNE !
    Il nous faudra nous battre, c'est essentiel, je compte sur toi
    Merci mon camarade et ami
    Humbert

  28. 28
    Carol DEBY dit:

    A Alin
    Au député européen Mélenchon (qui en entendra d’autres, au Parlement).

    VanRompuy, président permanent de l'Europe, publie un recueil de haikus.
    Il conclut ses discours présidentiels par des haikus répétés deux fois, sidérant, paraît-il, les représentants japonais.
    Voici le dernier, paru dans le Monde :
    trois vagues déferlent
    abordant ensemble au port.
    Le trio est rentré

    Voici un haiku auvergnat que je dédie au puissant président :

    Le Puy rond s’est hâté
    Aux puissants a sacrifié
    Bilderberg a gagné

    Vous imaginez une de ces montagnes d’Auvergne, se hâtant vers un lieu de sabbat et sacrifiant à d’‘imaginaires puissants, tandis qu’une mythique entité chante victoire.
    Wagnérien…non ? Pourquoi ce sourire navré. Ca vaut bien les haikus de VanRompuy.
    Alzheimerien suis-je ? Qui sait ? Et le chantre des Haikus l’est-il ?

  29. 29
    janba dit:

    J'ai bien aimé le passage sur l'emploi du "je",et vous?

  30. 30
    sylvie boussand - PG03 dit:

    @25
    Mme Woerth au conseil de surveillance d'Hermès, et Mme Chirac au conseil d'administration de LVMH…

  31. 31
    lou passejaire dit:

    @ Lauret Gilbert, et pas mal d'autres parmis mes camarades du PG...

    Ecologie Socialisme République, y a écrit sur la porte...

    Fesse bouc, c'est l'anti-écologie par essence... Fesse Bouc, c'est l'apologie de l'accumulation, donc à la limite, du capitalisme (on accumule des "amis" comme d'aucuns accumulent du profit...) ... Le Buzz, dont Fesse-Bouc est un des moteurs, c'est la négation de la république...

    Va falloir un de ces quatres, que le PG se mette à réfléchir puis à produire de l'intelligence sur les TIC, les réseaux, le logiciel libre etc....

    J'ai autant d'agacement à ces velleités face-bookesques que quand je reçois un document politique anticapitaliste dans un format propriétaire...

    le libriste agacé aurait tendance à dire "fesseboucsaymalsapuesaypaslibresaypirequedwige"... mais je me retiens....

  32. 32
    toto dit:

    @Bérénice,

    Pour dialoguer avec la Terre il faut être poète et votre contradicteur en 23 est totalement dénué de poésie et enfermé dans un cartésianisme rigide.

    http://cyberportfolio.st-joseph.qc.ca/public/grovic/2009/01/poeme_pour_la_terre_notre_terr.html

  33. 33
    Bérénice dit:

    Descartes vous êtes d'un positivisme affligeant. Je vous conseille de lire un peu Bruno Latour, entre autre...

    J'en profite pour corriger une sottise que j'ai écrite à 12h23 : "M. Zemmour dont le sionisme actif conduit à un racisme plus ou moins feutré et à une misogynie assumée."

    La fin de phrase devrait être : et dont la misogynie est assumée".

    Sa misogynie n'a bien sûr rien à voir avec le sionisme, il est des antisionistes tout aussi misogynes hélas !

  34. 34
    ermler dit:

    Attention !

    Je respecte, bien sûr, l'initiative de Gilbert Lauret (post 22), de créer une page facebook pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon en 2012.. Je suppose et j'espère que ce n'est QUE une initiative personnelle et que Jean-Luc Mélenchon et LE PG ne sont pas à l'origine de cette initiative.
    Rien ne serait plus nuisible au développement du Front de gauche qu'une focalisation sur la personne de Jean-Luc Mélenchon, et que de poser en "priorité" la question de sa candidature à la présidentielle.

    De grâce, ne tombons pas dans les travers et les dérives des autres. Jean-Luc Mélenchon est avant tout le porte-parole d'un projet qui reste encore à construire. Qu'il prenne garde à ne pas devenir une sorte de Ségolène Royal de l'autre gauche.
    Avec comité de soutien, "club de fans" et tout le tintouin...!
    La priorité c'est : Le rassemblement de toute la gauche anti-libérale autour d'un projet commun. D'un programme crédible de vraie rupture.
    Tant que ce projet-là ne sera pas accompli, la question de la candidature est prématurée et ne pourra que
    "pourrir" le débat et nous fâcher avec nos partenaires.
    Franchement je suis inquiet de la tournure prise par la popularité croissante de Jean-Luc Mélenchon. Lui même me semble trop prêter le flanc à cette dérive. Jamais, je ne l'ai entendu dire que la candidature n'était pas la question prioritaire !
    Jamais je l'ai entendu parler de "programme" à construire d'ici 2012.

    J'espère que Jean-Luc Mélenchon et son entourage vont prendre conscience des dangers de cette dérive et qu'ils sauront rectifier le tir en remettant les priorités dans le bon ordre.

  35. 35
    claude PG35 dit:

    Dans la continuité du mouvement national contre les expulsions, que nous avions relayé en son temps, le « Réseau logement pour toutes et tous 35 » lance une nouvelle opération. En effet, en Ille-et-Vilaine, plus de 300 places d’hébergements d’urgence ont été supprimées en 2009, et 50 de plus le 31 mars dernier… pour des raisons budgétaires !

    Un logement pour tous ?

  36. 36
    ydaho dit:

    @ lou passejaire..

    Face book ou autre chose, c'est la façon dont tu l'utilise (pas toi perso) qui "est en cause".. Moi j'ai un face book, il n'y a pas mon nom, pas d'info perso et condition siné qua none peu d'amis puisque de toutes façons on ne peut pas "parler" décemment avec plus d'une 20 taine "d'amis"... donc j'en ai 15 ou 16 selon les jours.. et ça me permet de "parler" avec des gens que je n'aurais jamais eu l'occasion de rencontrer... En résumé tu ne "trouves" sur internet que ce que tu y "cherches" voilà tout..
    D'autres part, il y a déjà une page Mélenchon sur face book, une page de "fan" qui diffuse toutes les vidéos parues ça et là et de multiple page pour le parti de gauche (en régional) et au moins deux en national...

  37. 37
    ydaho dit:

    Et si votre réseau "d'ami" est pas trop mal fait, vous pouvez tomber sur des information comme celle ci relayé par des sites des fois "fiables" et des fois non..

    http://danactu-resistance.over-blog.com/article-palestine-bds-menaces-sur-notre-site-de-resistance-48828144.html

    Le net est une mine d'or ! tout dépend comment on s'en sert.. :-)

  38. 38
    argeles39 dit:

    Le type de reportage qu'on ne verra jamais sur TF1 :

    http://www.legrandsoir.info/Marinaleda-un-modele-d-auto-gestion-unique-en-Europe.html

    Comme quoi, si le socialisme n'est pas dans nos gènes, c'est tout de même une question d'éducation.
    Dans ce village les gens n'accumulent rien, mais ne sont-ils pas plus heureux au final ?

    PS : je me demande si ce n'est pas un canular, car je n'en vais jamais entendu parler....

  39. 39
    laforcedupeuple dit:

    Ce soir, Olivier Besancenot dans complément d'enquête, sur France 5 à partir de 22h05.
    La force Populaire, la VRAIE Gauche: PG/NPA/PC/LO/VERT(les vrais)/Anarchistes (et oui) et tous LES SANS...
    Les retraites, le salaire, l'emploi, la santé, le logement, etc...Voila dés aujourd'hui une opportunité de descendre massivement dans la rue pour nous faire entendre, reprendre le pouvoir par une juste révolte et en finir avec cette 5ème, le capitalisme et le libéralisme. Ni droite, ni PS!
    LE POUVOIR AU PEUPLE PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE!

  40. 40
    argeles39 dit:

    ce n'est pas un canular, le maire ressemble même à Karl MARX :

    http://www.youtube.com/watch?v=ZOEG4lmVp7Y

    Etonnant.......

    On apprend dans la vidéo que l'homme a déjà régulariser 5000 clandestins.....

  41. 41
    Michel Matain dit:

    @39 Argeles
    Oui ça existe, une militante NPA, Myriam je crois, avait déjà donné le lien il y a longtemps.

    @ en général et à tous
    Dans un post, je trouvais qu'on s'orientait sur ce blog vers un côté fan club Mélenchon.
    Ca s'amplifie (ou plus exactement ça s'aggrave) avec Gilbert Lauret post 22 qui crée un mouvement de soutien à la candidature Mélenchon 2012 sur Facebook.

    De nouveau, est-ce l'urgence de faire campagne pour Mélenchon dès aujourd'hui ? En ce qui me concerne c'est définitivement non. La première urgence reste les combats immédiats, en particulier les retraites, et je redis mon soutien au post d'André Assiétoi : le programme d'abord. Le candidat ensuite.

  42. 42
    jean ai marre dit:

    La Presse,

    Lorsqu'on défend la presse, ce n'est pas la logique développée par le journal qui est acceptée, mais pour soutenir la liberté d'informer démocratiquement,
    Les journalistes qui travaillent dans ces journaux, n'ont pas la même sensibilité que leur patron, ils font le job avec les moyens et la liberté qu'ils disposent «  il faut bien gagner sa croute ! « ,
    Tout comme les cadres d'unité de production industrielle, ils la ferment, ,
    Donc aider les journalistes en grève, c'est accepter leur combat pour donner à la presse sa vraie valeur démocratique, celle d'informer,

    Nous avons en mémoire le procès intenté il ya qqs temps a Ndiaye par ce quelle avait rédigé en toute indépendance.

  43. 43
    Descartes dit:

    @Bérénice (#33)

    Descartes vous êtes d’un positivisme affligeant. Je vous conseille de lire un peu Bruno Latour, entre autre…

    Lequel de ses livres en particulier ?
    En fait, je ne devrais pas être surpris par votre référence. Bruno Latour est l'un des plus ardents porteurs de l'obscurantisme postmoderne importé des Etats-Unis. Je vous recommande le chapitre que lui consacrent Sokal et Bricmont dans "Impostures intellectuelles"...

    Je persiste et signe. L'antropomorphisation de "la nature" transformée en un être intelligent avec lequel il serait possible de "dialoguer" est une vision profondément réactionnaire, qu'on trouve à l'origine du romantisme allemand et plus tard des idéologies "naturalistes" dont le nazisme (lire à ce propos de Janet BiehlL et Peter Staudenmaier, "Lessons from the German experience, AK Press, 1996). Ce n'est d'ailleurs pas par hasard si les premières lois de protection de "la nature" sont promulguées sous le nazisme (Reichsnaturschutzgesetz du 1er juillet 1935). On trouve d'ailleurs parmi les auteurs nazis quantité de références qui ressemblent drôlement à ton idée de "dialogue avec la nature". Prenons un petit exemple:

    "Nous déclarons que séparer l'humanité de la nature, de l'ensemble de la vie, conduit à la destruction de l'espèce humaine et à la mort des nations. Seule la réintégration de l'humanité dans l'ensemble de la nature peut rendre notre peuple plus fort. Voilà le point fondamental de notre tâche. Ce sont les êtres vivants, et non l'humanité qui constituent le centre de notre réflexion. (...) cette recherche d'un dialogue avec la totalité de la vie, avec la nature elle même, cette nature au sein de laquelle nous sommes nés, qui constitue la plus profonde signification et l'essence même de la pensée nationale-socialiste" (Ernst Lehmann, Biologischer Wille. Wege und Ziele biologischer Arbeit im neuen Reich, München, 1934, pp. 10-11)...

    Alors, vois-tu, je préfère de loin être d'un "positivisme affligéant"...

  44. 44
    jean ai marre dit:

    @ 34 Ermier,

    Je partage ton sentiment sur initiative au demeurant heureuse de G, LAURET @ 22,
    Mais n'allons pas plus vite que le vent,

    Fasse bouc est un puissant vecteur de communication mais il a le désavantage de s'essouffler rapidement,

    Mais au fait : Fan de quoi ou de Qui ?

    Je suis Fan des idées que véhicule et défend avec opiniâtreté Jean-Luc Mélenchon, parce que j'en partage beaucoup et elles ont le privilège de nous transporter dans une société différente, où l'idéologie libérale est battue en brèche,

    Mais je ne suis pas Fan de Jean-Luc Mélenchon, car je ne crois pas à l'homme providentiel,

    Car l'idolâtrie, l'homme providentiel, c'est un principe de droite, mise en place par la bourgeoisie,
    A Gauche, nous sommes plus pragmatique, plus réaliste, : des idées, une volonté d'agir, de mettre en place un programme, porté par une équipe, avec bien sûr un leader,qui se soumet à la démocratie,

  45. 45
    emma78 dit:

    Je suis d'accord avec Emler: tant que le Pg ne dispose pas de programme (et pas ce constat que constitue Lignes d'horizon), on ne peut mettre en avant le PG.
    Je regrette que Jean-Luc Mélenchon parle aux médias en son nom personnel et craint une dérive visant un buzz personnel...Je ne pense pas que cela serve le PG et en tant qu'adhérente du PG, je soutiens l'autre gauche (antilibérale) en attendant un PROJET.

  46. 46
    argeles39 dit:

    @ michel Matain

    Dans un post je t'avais donné un info au sujet du camp d'oraison, je ne sais pas si tu l'as vu ?
    En résumé :
    Oraison n'était pas un camp de réfugiés espagnol (GTE ou CTE), mais un CSS (un camp de concentration pour politiques français, essentiellement communistes). En revanche il y a bien eu un GTE au Mèes (à quelques km d'oraison) comme en témoigne rené CHAR dans les carnets d'Hypnos. Mais par ailleurs je suis sur du site des Mèes car le frêre de mon grand-père, après un an sur la plage d'Argeles, y fut transféré (il s'en échappa ensuite pour intégrer le maquis......).

  47. 47
    Claude PG35 dit:

    @jennifer (13):

    Pas forcément : je ne lis le billet qu'une fois et je laisse plusieurs commentaires ;) D'ailleurs, mon navigateur n'est jamais fermé et j'ai le billet en cours dans un onglet en permanence (ce qui me permet de suivre les commentaires sans devoir les afficher en totalité, pour ceux qui se plaignent de la disparition de cette fonctionnalité :)

    Par contre, petit soucis avec le lien pour "laisser un commentaire" (idem pour celui "lire les commentaires") qui renvoie maintenant en haut de page (au lieu d'en bas :P

  48. 48
    Enluth40 dit:

    478 chômeurs de plus à Hagetmau dans les Landes.
    Une boîte de fabrique de salons et canapés ferme.(Tribunal à 15h cet après-midi)
    Un groupe qui gère des fonds de pension avait racheté l'entreprise il y a moins de deux ans.
    Le libéralisme avance.
    Bientôt la fin de la crise.
    Merci à lui.

  49. 49
    Michel Matain dit:

    @ 44 Argeles

    Oui c'est confirmé pour le GTE des Mées (plusieurs sources).
    Ce qui ne reste pas clair c'est le CSS d'Oraison.
    Où était-il exactement à Oraison même ? Je n'arrive pas à le savoir.
    Par contre je viens de découvrir un nouveau camp pour Vietnamiens qui se trouvait à Villeneuve.
    Camp qui a servi après la guerre pour les soldats allemands.
    J'ai pris contact avec le Mémorial des Milles mais dans leurs archives, il n'y a rien sur Villeneuve ni sur Oraison.
    Mes sources reposent sur des témoignages de gens d'ici.
    Ce qui veut dire que si on ne rassemble pas aujourd'hui tous ces témoignages directs d'anciens, la mémoire de certains de ces camps disparaitra. Parce qu'un village se sent coupable d'avoir eu sur son territoire un camp, on préfère l'oublier. Même si la population d'un village n'est responsable en rien de l'implantation sur sa commune d'un lieu sinistre.

  50. 50
    Mario Morisi dit:

    Buonasera a tutti

    On cause, on cause, on argumente, on fomente, on réagit, on acquiesce et on déblatère, et c'est bien...

    En plus de tout ça, dans la ville natale de Pasteur (Dole, 39) le NPA a invité les camarades suivants pour coordonner une vigoureuse réaction à l'offensive sur les retraites...

    Sont nominés :
    ATTAC, CFDT, CFE CGC, CFTC, CGT, CONFEDERATION PAYSANNE,, FO, FSU, MODEF, SNUipp, SUD, UNSA, ALTERNATIFS, DECROISSANCE, LO, PC, PG, VERTS

    Rappelez vous Charlebois, entre deux posts, "on pourrait faire quelque chose, entre deux post, on pourrait se grouiller le cul", non ?

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive