12mar 10

D ans cette note il y a un document. Un vrai. Une bombe. La profession de foi de Georges Frèche ! A lire à côté d’une cuvette. Et sinon je musarde dans mes souvenirs de campagne. Enfin je parle IMGd’une histoire drôle avec Paul Ariès, le décroissant, et Arlette Chabot. Ici, je vous montre une vignette du mini livre qui me concerne. Vraiment mini. Moins d'un timbre poste. Moins qu'un cadran de montre. Je ne l'ai pas encore lu. Peut-être qu'il vaut mieux.

A Toulouse, j’étais transi de froid. J’arrivais d’Albi d’où j’étais descendu depuis Rodez. Je pense que c’est assez subjectif cette façon d’être transi. Car la neige s’était remise à tomber. En général, la neige casse le mordant du froid, si le vent ne s’y met pas. En attendant, tout le monde se sentait mal de voir ces flocons. Car on avait su que, du coup, les cars étaient interdits de circuler. Et nos amis des départements de montagne nous ont tous prévenus que leurs cars et covoiturages 080320103022seraient bel et bien bloqués. Moi-même, j’ai reçu avis de ma parentèle que les miens resteraient à la maison alors qu’ils sont prêts à tous les efforts, d’habitude, pour une bise à l’entrée et à la sortie du meeting et quelques moments de cœur. Donc on faisait grises mines et l’ami Christian Picquet se montrait plus nerveux que tous, puisque c’était son dernier meeting de campagne. Patrick Bessac, fourbissait son discours sans trop d’angoisse visible. Jean Christophe Sellin gardait le calme des vieilles troupes tout en recomptant les rangées de chaises. Trop tard pour en  enlever ! Il y en a neuf cents ! On guettait donc de la fenêtre de la mezzanine le remplissage. Je faisais des photos pour tacher de mettre en boite quelque chose de ces sortes d’instant. En vain. La conférence de presse me parut lunaire. Mais c’était parce que pour moi c’était la troisième de la journée et que dans ces sortes de moments j’ai un peu tendance à planer. Le moment venu on descend et on entre dans la salle par le fond, ce dont j’ai peu le goût car cela donne à l’arrivée des orateurs un côté spectaculaire et un peu prétentieux qui me rappelle trop les meetings socialistes des années quatre vingt dix.

LA CHANCE NE SOURIT PAS A CEUX QUI…..

J’ai pris pour conclusion de mes discours une phrase de «la rue kétanou», comme on le sait, qui m’a été soufflée par l’ami Tony Bernard, le maire de Chateldon : « La chance ne sourit pas à ceux qui lui font la gueule ! ». Je trouve ça assez profond et bien adapté. Je dis aux gens qui viennent nous écouter: «l’existence du front de gauche est une chance. Et la chance…etc.» Et je conclus : «souriez !». Nous on a souri. La salle était plus que pleine. On a réuni mille personnes. D’après la presse locale. Le déroulé se voulait en phase avec la 090320103145journée du huit mars, journée de lutte pour les droits des femmes. Cinq oratrices ont précédé le trio de «poilus» (dixit Picquet) que nous constituions Bessac, Christian et moi. De cet épisode je ne retiens qu’un fait, à cet instant. Tous ces gens ont fait cet effort pour affirmer une attitude. Ils n’ont pas appris grand-chose, j’en suis certain, à l’écoute de nos propos, même si ce qu’ont dit les oratrices sur la condition sociale et morale des femmes dans notre société est toujours, à mon avis, un discours qui surprend davantage que ce qui se laisse voir. Tous ces gens ne voulaient pas que le dernier meeting soit un «flop» à cause de la neige. Ils savent que rien ne nous est pardonné. Si nous remplissons la salle ce n’est pas un évènement pour les observateurs. Mais si nous n’y parvenions pas ce serait la curée ! Ils ont donc fait l’effort pour contribuer à celui qui se fait dans tout le pays pour imposer le Front de gauche dans le paysage. Ce Front de Gauche c’est de la graine de Front populaire. Et on ne s’en cache pas. Ca se sent. Et s’entend. Et pour finir, ça se voit.

MARCHER DANS LES GLAÇONS

Jamais je n’aurais cru que je marcherai sur une plaque de glace à Carcassonne ! Et pourtant c’est ce qui s’est passé. Mais avant ça, il a fallu arriver à la gare où nous avions rendez vous. Une équipe de France Trois suivait. Je me demande quel genre d’images ils ont pu tirer de ça. Je n’ai rien vu puisque je suis tout le temps dehors. Et 090320103147comme je ne connais pas le lien sur internet pour aller jeter un coup d’œil qui m’amuserait, je reste sur ma faim. Le plan de circulation qui mène à la gare a été dessiné par un psychopathe. On fait donc un tour énorme et mal fléché pour y arriver. En chemin, un blédard garé au milieu de la malheureuse route de corniche bloquait tout le monde pour une opération laborieuse en vue de retirer ses chaines aux pneus. Comprenne qui pourra ! Sur place on est enfin réunis. La secrétaire fédérale du PCF, Amandine Carazoni a tout organisé, et réorganisé ensuite, car le froid et la neige ont évidemment anéanti tout le programme initial. On devait aller à Villardonnel et ensuite à Fabrezan. Pour finir le maire de Villardonnel a fait le déplacement vers nous et celui de Fabrezan est resté bloqué dans sa commune par la neige. Dans la gare où on s’est retrouvés, il régnait une ambiance assez tendue car des voyageurs sont restés toute la nuit dans des trains immobilisés par la glace…. La conférence de presse a lieu dans un bon bistrot art moderne, mais le plus drôle est que le chemin pour y aller, qui ne dure pas plus de cinq minutes d’ordinaire, a pris, cette fois ci, une demi-heure pour être fait. De tous côtés des gens tombaient ou glissaient dans l’eau de la neige à moitié fondue. Notre petite troupe a même croisé Jean-Claude Perez, le député maire, vieil ami socialiste. On le chambre gentiment et lui répond avec des mots d’amitié. Pour qu’il n’ait pas d’ennuis avec son maître, Georges Frèche, on le pique devant la caméra. Mais on n’en pense pas un mot. Jean-Claude Perez est un brave socialiste. Mais il n’est pas très courageux. Comme tous les autres socialistes, il boira la coupe jusqu'à la lie et Frèche leur fera aussi passer le bras dans la gorge. Ne croyez pas que j’exagère. On a déjà trouvé que j’exagérais en le qualifiant de «Néron de Septimanie». C’est le moment de dire que je voulais le traiter de Caligula, pour signaler la lâcheté de ceux qui le soutiennent et qui accepteront tous ses caprices, fusse d’élire son cheval vice président ou maire de Montpellier. En préparant le discours, je me suis dit que Caligula était moins connu que Néron. J’en suis désolé. Car je suis de ceux qui savent que Néron n’a rien à voir avec sa caricature qui fut rédigée par ses ennemis. En fait c’était un «populares», davantage qu’un «optimate». Du peuple davantage que de l’aristocratie. Les riches le lui firent payer. Mais peu importe. Georges Frèche vous emmerde et il vous le dit sur sa profession de foi opportunément rédigée sur fond marron. Marron ! Quel texte ! Je mets en photo cettepage 2 profession foi freche profession de foi pour que vous mesuriez l’état d’abaissement de la politique auquel cet homme veut amener sa région. Voter pour lui c’est proclamer sa propre déchéance personnelle. Au recto voici le «texte». Cinq «slogans», en tout et pour tout ! «Un destin pour chacun» ; «intelligence économique» ; « restons nous même» ; «développement agréable» ; «le cœur n’a pas de ride» ; «obligation de résultat». C’est tout. Pour ceux qui ne comprendraient pas assez bien l’ampleur du foutage de gueule c’est évidemment le « développement agréable» qui est le doigt d’honneur. Au verso c’est encore plus rustique. Lepage 1 profession foi freche nom des départements de la région. Douze mini photos et un slogan : «pour le Languedoc Roussillon tous avec Georges Frèche». Comment se fait-il qu’il soit possible de se moquer du monde de cette façon ? Pourquoi est-ce qu’il n’y a aucune protestation des bons esprits habituels ? Comment les camarades socialistes, les élus, les maires, les présidents de conseil généraux, les secrétaires de sections socialistes, les militants qui tractent et collent pour soutenir ce pitre tragique, peuvent-ils accepter une telle déchéance de leur message et du sens de leur engagement politique ? Parce qu’ils ont peur. Parce qu’ils sont achetés. Ils déshonorent la citoyenneté par leur servitude volontaire.

 J’AI DU COURRIER DE L’AVEYRON

En rentrant de mon périple dans le grand Sud Ouest et Lyon, je passe deux heures au moins à fouiller et ranger mon bureau d’ordinateur. C’est pire qu’une pièce et un meuble réels. Il y a  là tant de pépites que j’en suis excité. Celui-ci ou celle-là me recommande de lire ceci ou cela, l’autre me donne un lien pour découvrir une vidéo et ainsi de suite. Des fois, c’est juste la suite de la rencontre que nous avons eue sur le terrain. Par exemple ce camarade, Pascal Mazet adjoint communiste à de Decazeville qui m’a fait un petit compte rendu d’ami à propos de la manifestation qui avait lieu le lendemain de mon passage en défense de l’hôpital public. D’ailleurs voici son message. IMG_0003« Jean Luc, je viens t'informer qu'à l'hôpital de Decazeville  dans l'Aveyron ou nous t'avons reçu, une bonne nouvelle nous est arrivée hier matin lors de la manifestation a Toulouse devant l'ARH, la commission exécutive (comex)  a octroyé le maintien du financement du service de réanimation pendant deux ans, pour l'centre hospitalier de Decazeville. C’est une bataille qui est gagnée. Mais pas la guerre. Car nous allons  nous battre pour le maintien du service de maternité, de chirurgie, du bloc opératoire, qui a une autorisation jusqu’à avril 2011. Je tenais à t'en informer  en particulier ! Pascal Mazet. » Comme je suis en train de revenir sur cette partie de mon déplacement en Aveyron, je ne résiste pas au plaisir de recopier le récit que «La dépêche» en fait : «On ne rejette pas la gestion de gauche d'un revers de la main. Nous proposons une alternative». Pour son déplacement aveyronnais hier, Jean-Luc Mélenchon du «Front de gauche» n'a pas ménagé ses efforts. De Rodez à Decazeville, puis de Decazeville à Onet-le-Château, l'infatigable défenseur d'une «autre politique» à gauche a rencontré ses troupes, parlé avec le personnel de l'hôpital du Bassin (menacé de quasi-fermeture) argumenté sur la politique industrielle avec une dizaine de salariés de la Bosch… Tout cela autour d'une idée martelée sans cesse : « Il n'y a pas de fatalité à ce que ça aille mal. Il y a moyen de s'en sortir et surtout de faire une autre politique .Avant tout, Jean-Luc Mélenchon insiste sur ses affinités aveyronnaises, un département où il se sent «chez lui». Entouré de Jean-Louis Roussel et de Guilhem Serieys, accompagné de Guy Drillin et de Jean-Albert Bessière, le «défenseur des services publics» comme il aime à se qualifier ne cède pas d'un pouce sur ses idées : «C'est le libéralisme qui nous envoie dans le mur, et la gauche et trop souvent complaisante avec lui». Et Mélenchon qui connaît bien le département pour s'y être investi dans la défense des services publics, notamment en zone rurale, appelle à un sursaut volontariste : «Pour avoir une vraie politique industrielle, il faut d'abord en finir avec les mensonges d'Estrosi. Il faut aussi enlever les pantoufles et mettre les chaussures de marche». 

CEUX DE L’ESSONNE SE VANTENT

Je ne cesse de faire des compliments aux camarades de Paris qui sont d’un incroyable dynamisme et présence sur toutes les balles qui passent, autour d’Eric Coquerel, la tête de liste dans la capitale. J’agace donc ceux qui ont le sentiment que je ne tiens pas compte de 080320103036ce qu’ils font sur le terrain. Car ce blog est aussi un média, et ils le lisent. Donc ce matin, voila tout d’un coup des nouvelles de mes grognards de l’Essonne. Une troupe aguerrie, et qui a fait toute la longue marche avec moi, semant en route les cœurs de poulets d’élevage qui pullulent autour de la mangeoire socialiste. Sur le terrain, on court partout et on gagne du monde. Les pratiques militantes se renouvellent. La tête de liste est le délégué général du Parti de gauche, François Delapierre qui mène tout ça tambour battant. Ce matin, toc, un petit message de la présidente de groupe des élus de Viry Chatillon. Ceux là ce sont les durs à la tache, le carré d’élite, formés par Gabriel Amar le président de l’agglomération des lacs de l’Essonne. « Bonjour Jean-Luc, juste un mot pour te dire que nous avons expérimenté la criée dans le RER C et D entre Juvisy et Paris…Et franchement, c'était super!!  Sur le thème du transport, très porteur sur ces lignes, nous avons reçu un accueil très chaleureux, sous le regard amusé des voyageurs, et ça faisait bien longtemps qu'on ne m'avait pas arraché un tract des mains pour le lire (en l'occurrence c'était le billet d'excuse que nous avions fait…).On a touché 400 personnes en 1h. Avec des gens qui venaient nous taper sur l'épaule et en nous disant bravo, ou en nous promettant qu'ils allaient voter pour nous. Nous n'avons eu à déplorer que 3 ou 4 râleurs (et encore ils maugréaient juste dans leur barbe)…Voilà si ce petit témoignage peut servir à décomplexer…Nous nous le sommes, et du coup nous allons recommencer demain matin 7h15 depuis la gare de Juvisy ! Mounia Benali »

LA TELE EST A NOUS !

Il y a eu pas mal de réactions de tous côtés sur la toile à ce que j’ai écrit sur nos relations avec France 2 et les camarades ont bien relayé dans les réunions locales. Il est très important de la faire car cela aide 080320103042les esprits à se libérer de la fascination pour ceux qui nous discriminent. Il ne faut pas oublier d’en mettre une petite louche dans les tracts. En ce moment la colère monte de tous les côtés contre le soi disant service public de la télévision. En particulier dans toutes ces régions où les larbins locaux de France 3 nous ont à nouveau éliminé des plateaux de débats au profit du modem ou du Front National quand ce n’est pas des deux, alors même que nous sommes la troisième ou quatrième force politique. Il faut absolument cultiver rationnellement cette colère pour en faire du positif. En ce qui concerne la télé, impossible de faire avancer l’idée d’une télé publique libérée aussi longtemps que celle que nos amis ont sous les yeux est un tel repaire qui les dégoutent et les poussent dans une attitude de pur rejet nihiliste. Je propose d’ailleurs de créer un mouvement, affilié au Parti de Gauche, et qui reprendrait le mot d’ordre qu’avait lancé Maurice Sévenot «la télé est à nous» il y a une vingtaine d’année. De cette façon on pourrait faire avancer l’idée d’un autre service public de l’audiovisuel.

FRANCE 2 CENSURE PAUL ARIES

Il y a peut-être des gens qui pensent que je me fais une idée trop personnalisée de mes rapports avec cette chaine de télévision, France 2. Je vais donc les éclairer avec une anecdote et un échange de courrier. Il y a peu, Paul Ariès, notre ami, a été évacué d’une émission à laquelle il devait participer. Comme d’habitude, ces gens si mal éduqués, qui font des mines de hibou quand on leur dit «d’aller au diable», font preuve d’une grossièreté triviale dans leur rapport aux gens qu’ils sollicitent. Là elle s’est donnée à plein. Donc Paul a fait un communiqué. Pour la forme, car il sait, comme nous, que le noir corporatisme de la profession interdit la diffusion de toute critique. 090320103141Voici le communiqué, et ensuite vous aurez l’anecdote qui l’accompagne. «Le politologue Paul Ariès, Directeur du Sarkophage et auteur de deux ouvrages récents («La simplicité volontaire contre le mythe de l’opulence», la Découverte et «Cohn-Bendit, l’imposture, Max Milo) a été sollicité par la société de production chargée de réaliser l’émission de Guillaume Durand, «l’Objet du scandale», du mercredi 10 mars 2010. Paul Ariès devait notamment donner la réplique à Claude Allègre. Claude Allègre s’en prend violemment aux idées que défend le politologue lyonnais. Paul Ariès accuse en retour Claude Allègre d’être le champion du capitalisme vert.  La participation de Paul Ariès était actée, son voyage organisé. Dimanche 7 mars à 12 h 19, la société de production exige de Paul Ariès les quatre questions qu’il souhaite poser aux Français en  interpellant Claude Allègre. Paul Ariès tout en s’étonnant du procédé fournit aussitôt ces quatre questions. Ce lundi, Paul Ariès est informé que sa participation est annulée car la direction de France 2 souhaite opposer à Claude Allègre un citoyen "lambda" (sic). Nous nous étonnons de cette décision de France 2 car ce n’est pas Paul Ariès qui a sollicité sa participation à cette émission face à l’ex Ministre ex-socialiste. La liste des questions communiquées aurait-elle déplu aux dirigeants de France 2 ? Une question demeure : Pourquoi opposer à Claude Allègre un citoyen lambda (sic) et non Paul Ariès. Est-ce un souhait de Claude Allègre ? Est-ce une décision de la seule direction de la chaine publique ?  Les citoyens choisiront entre les thèses de Claude Allègre et celles de Paul Ariès dans «La simplicité volontaire contre le mythe l’opulence» aux Editions La Découverte »

PAUL ARIES NOUS ECRIT

De tout cela nous ne savions rien. C’est un message de Paul lui-même qui nous a mis en alerte. A réception, la vérité c’est que les amis étaient d’abord écœurés que l’émission prévue se fasse avec un «lambda» plutôt qu’avec quelqu’un qui a des arguments et de la méthode. Pour ce qui est de la qualité de l’argumentation ce n’est pas du tout pareil. Nous en étions là de nos frustrations quand, là-dessus, Paul nous écrit. «Bonsoir, suite à la diffusion du communiqué, les réalisateurs de l'émission ont téléphoné au siège du «Sarkophage» pour savoir qu'elles étaient mes liens avec  Jean-Luc? Ils avaient peur qu'on dise que «France 2 n'aimait pas Mélenchon» (sic).» Bien amicalement, Paul Ariès.» Rigolade parmi les miens. On se passe ce message de l’un à l’autre au siège du parti où il est arrivé et c’est une 090320103139belle crise d’hilarité. Laurent Mafféïs, qui est à la fois le directeur de mon cabinet (mais je n’ai pas de cabinet…) et le responsable national aux études du Parti de Gauche (il fabrique à longueur d’années des analyses, des argumentaires et des synthèses) répond : «bonjour Paul, ça alors … c'est énorme ! Jean-Luc peut-il raconter publiquement cet épisode ? Pour info, Arlette Chabot a délibérément décidé de nous éjecter de France 2 pour toute la campagne … Merci en tout cas de nous avoir signalé ça ! Laurent Maffeïs» La réponse de Paul est une nouvelle source de franche rigolade. «Jean-Luc peut, bien sûr, en parler… Le journaliste a vraiment beaucoup insisté auprès de mon épouse pour connaitre mes liens avec Jean Luc et le PG… Comme quoi… Bien amicalement, Paul Ariès ». Morale de l’affaire. Paul pas plus que nous ne croit que ces gens auraient eu une autre attitude si Paul leur avait dit «mais si ! Je suis son ami intime et le parrain de ses enfants». Bien sûr ! Mais personne ne peux croire que France 2 «n’aime pas Mélenchon». Quelle idée ! Au contraire tout le monde sait que France 2 me respecte. Certes de très loin et avec parcimonie. Mais je ne peux rien contre les mal pensant quand ils s’étonnent de savoir que ce sera la seule chaine de télé où on ne m’aura pas accordé une minute, une seconde, de toute la campagne ! Sans oublier, encore une fois, l’annulation de quatre invitations aux «quatre vérités» ! La soi-disant crainte que nous nous sentions visés par l’éjection de Paul Ariès est du pipeau. Le gars voulait savoir s’il leur en cuirait. C’est fait. Ils sont servis. N’hésitez pas à relayer cette histoire si mignonne. Mais pendant que j’en suis aux amis décroissants, je me dois de faire le relais d’une vidéo à propos de la ligne politique de Cohn Bendit. Un document.


32 commentaires à “Carnet de campagne à Toulouse”

  1. 1
    Xav_ dit:

    "Ils n’ont pas appris grand-chose, j’en suis certain, à l’écoute de nos propos"

    Jean-Luc, nous avons appris à la Bourse du Travail ce soir là, mais en plus tu as insufflé de l'envie, de la joie et du courage a tous ceux qui étaient là.

    Merci.

  2. 2
    lou passejaïre dit:

    euh, c'est pas une nouveauté, la vidéo...

    le site mattloufk est plein de ces petits outils vidéos délicieux... genre écotartuffes.

    Pour le reste, faudra interdire de mener des campagnes électorales avant le printemps...

  3. 3
    jennifer dit:

    Ben nous aussi dans ma petite ville on recrute au PG et c'est formidable. Et le Front de gauche est de plus en plus connu. Dans les villes que couvre notre comité ça marche fort aussi question Front de gauche, audience etc...
    Je ne sais pas ce que seront les résultats des élections, je pense oui qu'il y aura de l'abstention, mais le PG et le FdG se sont étoffés. Ca n'a rien à voir avec ce qui se passait il y a un an. Rien du tout. Quand on a plus de monde, une autre dynamique s'instaure.

  4. 4
    F. Parot-Abellard dit:

    "Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent..."
    (Caligula, Ier siècle)

  5. 5
    jennifer dit:

    Sur la fermeture des services et des hôpitaux et maternités. Un jour il va y avoir une grosse m****. Quelqu'un mourra car il/elle n'aura pas reçu les soins à temps, parce qu'il aura fallu courir à l'hôpital usine censé regroupé tous les services fermés mais qui est à des km et qui n'a pas assez de lits... Alors ce sera le scandale. Il est temps que le peuple se révolte et défende son droit à la santé. Le droit à la santé c'est aussi la qualité pas juste la quantité. A savoir pas des hôpitaux "usines" mais une médecine de proximité, disponible 24H sur 24 pour traiter les urgences.
    Regardons ce qui se fait au Venezuela où la proximité de la santé près des gens, localement, c'est la création de petites unités dans les bidonvilles avec des médecins disponibles 24H sur 24. L'Amérique latine montre l'exemple!

  6. 6
    jennifer dit:

    Alors là je rigole!Sarkozy ferait une pause dans les réformes? De qui se moque-t-on? Les réformes il les voulait avant la crise pour se mettre au niveau de Thatcher, casser le secteur public et implanter le libéralisme et la loi du marché partout.
    Alors avec la crise, il a encore plus besoin de ces réformes pour faire saigner le peuple et donner du fric aux banques.

    Et puis contrairement à Aubry je ne pense pas que c'est une pause qu'il faut mais un retour en arrière: réouverture des services publics fermés, retaxer les riches etc..., renationaliser l'énergie etc... Qu'elle ne nous refasse pas le coup des retraites. Demander une pause c'est dire qu'on est d'accord sur l'ensemble mais qu'on recommencera après, après la pause ...

  7. 7
    max dit:

    je ne suis pas etonne de l'attitude de FRANCE 2 vis a vis de PAUL ARIES.
    ça demontre une nouvelle fois que cette chaine est gouvernée par des gens totalement sous la coupe des puissants et qui ne reculent devant rien pour leur plaire.
    faites comme moi zappez ces "pseudo" moyens d'informations et cherchez ailleur la "vraie "information
    continues JEAN-LUC à denoncer ces "petits toutous"de l'information au service d'interets partisans et bonne chance pour la suite de la campagne !

  8. 8
    4 Août dit:

    @ Jennifer

    "Et puis contrairement à Aubry je ne pense pas que c’est une pause qu’il faut mais un retour en arrière"

    Oui tu as remarqué, elle ne veut pas annuler les "réformes", juste les repousser...

    faut qu'on passe devant, ça urge !

  9. 9
    VERGNES dit:

    Donc ce matin, voila tout d’un coup des nouvelles de mes grognards de l’Essonne. Une troupe aguerrie, et qui a fait toute la longue marche avec moi... (Mélenchon texte ci-dessus)

    Référence à Napoléon ou à Mao?

    Toujours est-il que la longue marche a sauté l'étape des Pays de la Loire (listes NPA/FdG) prévue de longue date. Certes il faisait froid, mais point de flocon à l'horizon ce mercredi 10 mars à Nantes.
    Il est noté par ailleurs que l'Huma depuis le début de la campagne évite soigneusement de parler de cette région PDL, où l'unité tant souhaitée nationalement a pu ici être réalisée. En PDL point de Fréche et ses frasques, pour imposer cette unité. Juste des militants responsables et sachant prendre leurs responsabilités face à la droite et à un PS mou du genou...Mais cette unité des PDL ne semble pas suffisamment vendeur.
    A croire que certains n'aiment pas les contre-exemples alors qu'ils prônaient l'unité sur la base d'un accord national. Accord rejeté sur le seul prétexte qu'il y avait obligation pour tous les partenaires de participer aux exécutifs régionaux avec le PS.
    Cette obligation n'a pas eu cours en PDL, et l'unité a été possible! et pas sur un programme au rabais!
    Ce qui s'est fait en PDL, était réalisable partout. Le FdG devra en tirer les conséquences au vue des résultats du 1er tour, et de la dispersion des forces anticapitalistes due au diktat de la participation aux exécutifs.

  10. 10
    NG34 dit:

    France 2 est sous la coupe du pouvoir. Comment faire pour avoir un service public de qualité, qui refuse la logique de l'audience à tout prix, mais qui soit indépendant et qui donne une information honnête, sans parti pris ?

    Il ne suffit pas de dire "la télé aux journalistes". Si ces derniers ne sont pas contrôlés, ils pourront faire n'importe quoi, censurer qui ils veulent et mépriser le service public. Ils pourront par exemple privilégier leur situation personnelle à leur métier. Si une majorité d'entre eux est dominée par une idéologie, ils coopteront des journalistes favorables à cette idéologie. Il faut donc un contôle démocratique, seule alernative au contrôle par le gouvernement ou par le marché.
    Mais comment exercer ce contrôle démocratique, comme alternative à la bureaucratie totalitaire et incompétente et au capitalisme ?

    Si quelqu'un a une réponse convaincante, cela m'aiderait à choisir dimanche.

  11. 11
    jennifer dit:

    Une question est posée. Sur la liste PS du PACA il y a le président de l'Association pour le Bien-être du Soldat Israélien. Je ne suis pas sûre que ce soit bien car l'armée d'israel est une armée d'occupation. Doit-on soutenir cette candidature, et l'armée israélienne? Ce n'est pas pareil que d'avoir un candidat israélien. NOus soutenons le peuple israélien mais pas le gouvernement actuel ni son armée

  12. 12
    4 Août dit:

    @ JLM

    La télé est à nous !

    Je viens de regarder le JT de JPP pour tenter d'y déceler de l'info... mais c'était comme d'hab:

    - météo
    - grève des éboueurs (à charge, bien sur, salauds d'éboueurs !) suivi de 15 secondes sur les manifs des profs
    - régionales: mise en place technique des bureaux de vote (un micro-trottoir tente d'expliquer l'abstention)
    - hausse de la conso de tabac (salauds de stressés !)
    - infirmiers verbalisés quand ils visitent leurs patients
    - soutient psychologique des ONG à Haïti
    - un immeuble sans chauffage d'installé
    - parcours d'un artisan traiteur (ça change de l'éleveur de brebis)
    - recycler bu béton
    - élaguer des arbres
    - ouverture de la pêche
    - Schumacher à Bahreïn
    - spectacle de cheveaux
    - salon des orchidées
    - les écrivains inspirés par la baie de Somme

    Que du lourd ! (Ca va changer la dedans quand on va prendre le pouvoir)

    Au fait, il y a eu 2 infos par rapport aux régionales. (Lesquelles ?)

    http://videos.tf1.fr/jt-13h/le-13-heures-du-12-mars-2010-5768688.html

  13. 13
    clarazed dit:

    Tout comme (cf. post 9) on n'entend pas trop parler de "l'autre gauche en Bourgogne", pourtant ils ont fait et font un sacré boulot unitaire : NPA, PG, Fase et "Communiste de Bourgogne", ceux qui refusent la compromission avec le PS au premier tour.

  14. 14
    Demetrio dit:

    @ Darthé-Payan

    j'ai posté à 15h30
    un message pour toi et le camarade Mélenchon sur les retraites, mais sur l'autre fil....
    je voudrais t'inviter à le lire afin qu'on lance le débat sur ce fil
    (les camarades HOLD UP BA 4AOUT BASTILLE j'aimerais aussi avoir vos réactions merci)

    demetrio

  15. 15
    Michel Matain dit:

    @ Vergnes 9

    Mais l'Huma a beaucoup parlé du Limousin et du Languedoc Roussillon où là aussi il y a eu unité.
    Et il me parait difficile que tu reproches à Mélenchon de ne pas être venu dans les pays de la Loire quand auparavant tu as été capable de justifier la non venue de Besancenot au meeting unitaire de Montpellier dans le Languedoc Roussillon. Deux poids deux mesures ?

    J'en profite pour féliciter Mélenchon pour son blog, ses prises de position et la campagne qu'il a menée. Et je crois que dimanche de bonnes surprises vont sortir des régions. La sauce a pris et la dynamique a été lancée. L'accueil et l'écoute à nos propositions Front de gauche sont cette année d'une qualité bien supérieures à celles de la campagne de l'année dernière pour les européennes. Le Front de Gauche a fait son trou et a imposé son existence à gauche. Contre tous (et malheureusement pas seulement contre France 2).

  16. 16
    marc.malesherbes dit:

    @ Poulmarc'h Jo-Bernard (6, billet précédent))

    vous écrivez:
    Si nous devons remettre les nationalisations à l’ordre du jour d’un programme de gauche, j’estime, pour ma part, que nous ne devons pas nous contenter d’une régulation étatique de ces secteurs de production ; les citoyens, à leur niveau, doivent avoir leur mot à dire, comme ils doivent s’emparer également de leurs services publics. Il reste donc à inventer la véritable démocratie.

    Bien d'accord avec vous, malheureusement je n'ai pas entendu JL Mélenchon dans ses interventions publiques (à la TV, à la radio) dire qu'il était pour nationaliser les grands secteurs industriels et financiers.
    Peut-être cela viendra-t-il ? (et peut-être proposera-t-il de coupler ces nationalisations avec la fin du libre-échange, sinon ces nationalisations seront condamnées à la faillite) (c'est comme les SCOP, les mutuelles, c'est très bien; mais dans l'univers actuel ce n'est pas décisif)

    Quand il le fera, je vous offre bien volontiers de trinquer dans le bistrot de votre choix (et je paierai l'addition). Mais pour être franc, je ne crois pas courir un bien grand risque en prenant cet engagement; JL Mélenchon a par exemple longuement et brillamment consacré un billet récent à Renault; a-t-il conclu en disant qu'il était urgent de renationaliser Renault ? urgent de se protéger des importations de véhicules fabriquées dans les pays à bas salaires ? car bien sûr si on renationalise Renault sans régler cette question, le Renault «renationalisé » sera vite en faillite.

  17. 17
    Lionel - PG44 dit:

    Mon camarade Vergnes n'a pas tout à fait tord. La venue de Jean Luc était prévue de longue date pour un meeting à Nantes. Et puis... un petit micro de 6 minutes sur Europe 1, et pschitt, pas de Jean Luc ! A la place, nous avons eu Jacques Généreux que beaucoup d'entre nous ont eu grand plaisir à retrouver après notre campagne européenne.
    Il est vrai que dans les Pays de la Loire l'unité entre le PG et le NPA a démarré dès l'été dernier jusqu'à devenir la liste "Tous ensemble, la gauche vraiment". Il est vrai, aussi, que notre tête de liste nous a été imposée par le bureau national du PG sans que les militants aient leur mot à dire. Ceci expliquant eut être peut être cela !

  18. 18
    Pulchérie D dit:

    Pour ceux que les questions afghanes intéressent.

    Un nouveau "Manière de voir" vient d'être édité par le Monde Diplomatique.
    Titre :"Imprenable Afghanistan".
    Histoire de l'Afghanistan et étude des questions actuelles. 96 pages.Chez les marchands de journaux.
    Un article m'a frappée :"Quand la libération des femmes sert d'alibi" par Christine Delphy, qui n'hésite pas à écrire que les moudjahidins réinstallés au pouvoir par les alliés ne se comportent pas mieux que les talibans ! (page 71)
    L'enfermement des femmes continue sous Hamid Karzai.

    Un site américain consacré à l'Afghanistan, qui me paraît objectif :
    http://www.afghanconflictmonitor.org/

  19. 19
    carole G dit:

    grece:
    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article550

  20. 20
    VERGNES dit:

    L'Huma évite de parler de la liste unitaire NPA/FdG, car 5 candidats PC sont déjà avec le PS au premier tour.
    C'est pas glorieux, et la direction du PC veut ménager son appareil et concilier l'inconciliable et surtout ne pas prendre position entre les deux PC régionaux. Ce qui revient à soutenir les PC/PS.

    Ainsi il y a une deux listes où le sigle du PC est présent. Les électeurs vont avoir du mal à comprendre cette situation ubuesque, où sur les marchés des militants PCF distribuent des tracts contradictoires. Bonjour l'ambiance de franche camaraderie.

    En conclusion en PDL le PC va gagner au tirage et au grattage....mais chut il ne faut pas que cela se sache et l'Huma s'y emploie avec zéle. Le seul trés petit article a fait référence au Meeting du Mans, et laissait comprendre que le NPA avait rejoint le FdG...et dire qu'il y en a qui se plaignent de la désinformation, ou du manque d'objectivité de la presse.

    Donc pour ceux et celles qui ne le savent pas ou qui ne lisent que l'Huma. En PDL c'est une liste unitaire anticapitaliste qui regroupe le FdG, le NPA, les Alternatifs, la Fédération, République et Socialisme. En précisant que ce n'est pas un "FdG élargi" mais l'association de toutes ces composantes.

    Quant à la venue souhaitée de Besancenot à Montpellier, elle n'avait jamais été annoncée officiellement par le NPA et n'a donc jamais été annulée à la dernière minute. Ce qui n'est pas le cas de la venue de Mélenchon à Nantes, affiches imprimées et collées,des dizaines de milliers de tracts distribués depuis 15 jours, et annoncée la veille encore dans la presse régionale.
    Trois jours avant nous négocions encore les ordres de passage et les temps de paroles pour chaque intervenant, dont celui de Jean-Luc Mélenchon (jugé d'ailleurs un peu trop longuet (rien à voir avec le sénateur ump raciste) dans ces interventions par ces camarades du PG)
    La région LR, c'est plus croustillant pour la presse, çà fait du buzz.

  21. 21
    lilitte dit:

    CONCERNANT LES LIBERTES PIBLIQUES ET LA LIBERTE DANS LES MEDIAS LISEZ DANS L HD DE CETTE SEMAINE UNE REFLEXION DE JACQUES MERLINO EX JOURNALISTE A FRANCE 2
    IL Y EXPLIQUE QUE LE POLITIQUE CONTROLE LE TRAVAIL DES JOURNALISTES SANS QUE CEUX CI NE VEUILLENT LE RECONNAITRE ET L ADMETTRE.. ON APPELLE CELA DE L AUTOCENSURE
    ILEST TEMPS QUE NOUS REAGISSIONS NOUS LES CITOYENS REAGISSIONS A NOS LIBERTES MENACEES ET CELLE DE LA PRESSE EN FAIT PARTIE
    MON CHER NG34 TU NE SAIS PAS POUR QUI VOTER.
    POURTANT C EST EVIDENT. QUELS SONT LES PARTIS BOYCOTTES PAR LES MEDIAS DURANT CETTE CAMPAGNE
    DANS LES SONDAGES ET DANS LES DEBATS ON NE PARLE PAS DU FdG COMME DES AUTRES PARTIS
    SOUVENT LES JOURNALISTES AIMENT A METTRE EN SCENE UMP PS ET POUR FAIRE SEMBLANT DE LES TITILLER UN PEU DE FN DE MODEM ET DE EUROPE ECOLOGIE
    RIEN DE SERIEUX SUR LE PROGRAMME DU FdG
    VOTER POUR LE FdG C EST AMENER LE PS A DES POSITIONS DE LA VRAIE Gauche CAT SA TENTATION DU CENTRE LE REPRENDRAIT VITE
    UN FdG FORT C EST BON POUR LES SANS RIEN . DONC POUR LA MAJORITE DES FRANCAIS
    BON VOTE DIMANCHE

  22. 22
    Eric dit:

    Merci pour le meeting de la Bourse du Travail à Lyon, malgré une attente dans le froid, la salle était blindée (c'est assez rare apparemment), votre intervention malgré une légère estinction de voix était brillante, celles des autres participants étaient très enthousiasmants aussi, dommage qu'il n'y ait pas eu beaucoup d"échos dans les médias, même sur internet.

    C'était pour ma part mon premier meeting, je dois cette présence à la force de vos convictions, votre talent d'orateur votre langage clair, vos connaissances des dossiers, votre humour et la sincérité qui vous caractérisent. Continuez nous avons besoin de vous, la patrie républicaine et le peuple aussi.

    quelques moments (trop courts hélas) du meeting ici : http://www.dailymotion.com/video/xcjsrb_film-meeting-2_news

  23. 23
    claude PG35 dit:

    Parce qu'entre les deux tours, le printemps revient et avec lui les expulsions :

    Logement : le retour des expulsions

  24. 24
    Michel Matain dit:

    @ 23 vergnes

    "Quant à la venue souhaitée de Besancenot à Montpellier, elle n’avait jamais été annoncée officiellement par le NPA et n’a donc jamais été annulée à la dernière minute"

    Ca c'est de l'Huma -comme je ne l'aime pas- traduit en NPAlang
    Et quand je n'aime pas la novlang Huma, je n'aime pas non plus la novlang NPA
    C'est exactement le contraire que j'apprécie chez Mélenchon : l'absence de langue de bois ; je suis d'accord ou pas avec lui, mais quand je le lis, c'est une bouffée d'oxygène.

    Ca va être le moment des derniers coups de fil pour convaincre les copains/copines hésitant.
    Et dimanche soir ce sera la Fête pour le Front de Gauche !

  25. 25
    Sebastien dit:

    Pour info un detail, le titre du livre de Paul Aries semble etre "La simplicité volontaire contre le mythe de l'abondance"
    et non oppulence

  26. 26
    Pierre L dit:

    clarazed dit:
    12 mars 2010 à 15h44
    Tout comme (cf. post 9) on n’entend pas trop parler de « l’autre gauche en Bourgogne », pourtant ils ont fait et font un sacré boulot unitaire : NPA, PG, Fase et « Communiste de Bourgogne », ceux qui refusent la compromission avec le PS au premier tour.

    Mais feront avec au deuxième !

    Michel Matain dit:
    12 mars 2010 à 18h04
    "Et dimanche soir ce sera la Fête pour le Front de Gauche !"

    Qui appellera alors à voter PS ou, plus hypocritement, pour "le parti de gauche arrivé en tête"....

    Ça veut faire la "révolution par les urnes" et ce n'est même pas capable d'envoyer haut et fort balader cette escroquerie de "discipline républicaine", qui permet au PS de se droitiser tout en récupérant des voix à sa gauche !

    L'"Autre Gauche" ?
    Au final ce sera voter sociaux-démocrates !
    Quel progrès !

  27. 27
    Hold-up dit:

    @ Pascal PG 32 - @ Ermler - @ Sacamuelas @ Jean ai marre @ Puchérie D @ Dudu 87
    & @Carole G -

    Vos messages me vont droit au cœur. Dans les déserts froids des certitudes, les lumières solaires des humanités sororales réchauffent toujours. On a beau faire l'effort d'écouter et de comprendre tout en laissant une place vide à
    " la table de ferme appelée République" comme le dit magnifiquement Pascal PG 32, au cas où un étranger viendrait à s'asseoir, il y en aura toujours qui mettront à la place le buste froid d'une quelconque idée arrêtée, fut elle superbe. Merci pour vos mots forts. Ma modeste " œuvre " ici s'est toujours voulue ouverte. Elle visait depuis trois ans à réarmer AVEC VOUS l'espoir et l'action. Par la parole et la transmission de liens divers pour «  y aller voir » par soi -même, je n'ai fais que mon devoir face à la barbarie qui vient. Osons espérer qu'elle ne s'installe pas. Car nous voilà à la veille d'une toute autre excellente nouvelle. Quoi qu'il arrive d'ici 48 heures, le Front de Gauche sera une force enracinée dans le paysage politique Français et augure bien des joies futures. Ensemble nous poursuivrons l'œuvre commune.

    Et je prends moi aussi volontiers Louise Michel comme figure géniale de la république démocratique et sociale géniale que nous allons construire ensemble. Mais à l'inverse de Darthé Payan je ne dirais pas :

    « Louise Michel a émancipé les enfants de la terre Française de Calédonie grâce à la colonisation. »

    Je dirais : «  Louise Michel a émancipé les enfants de la terre Française de Calédonie à cause de la colonisation » et elle leur a fourgué de nouvelles armes – parmi d'autres – pour mettre à bas un régime qui les brimait, les asservissait quand il ne les exterminait pas. Car comprendre ce qui nous tue nous révèle à nous-même et nous hisse bien au delà de ce que nous savions et comprenions déjà des autres.

    Imaginerions-nous un instant que l'on puisse dire sans rire que Louise Michel fut enfermée dans un bagne à ciel ouvert après mille supplices, grâce à la Réaction et que grâce à ce système dictatorial et criminel - cette république d'opérette et de généraux furieux - cela lui a permis de devenir une agréable institutrice et de s'épanouir dans un environnement sain, coloré et luxuriant ?

    Je ne crois pas.

    Salut et Fraternité.

  28. 28
    Louise dit:

    Salut fraternel à tous!

    Désormais je me réjouis avec vous et me désole avec vous,
    mais de loin car mon ordinateur a rendu l'âme
    définitivement.

    Bon courage! J'ai hâte d'être à dimanche.

  29. 29
    4 Août dit:

    Jean-Luc va être content, TF1 organise un grand débat avec chefs de formations toussa. Par contre c'est ballot, c'est dimanche soir, quand il n'y aura plus rien à débattre...

    Rappel: ne ratez pas Ushuaïa samedi soir avec Hulot ;-)

  30. 30
    Darthé-Payan dit:

    @ Holp-up

    Je maintiens que c'est gràce à la colonisation que Louise Michel a pu instruire les enfants de la terre française de Calédonie.

    Qu'ont défendu Sédar Senghor (député de notre république, puis Secrétaire d'Etat de notre république avant de devenir président de la république du Sénégal) et Aimé Césaire ? Ils ont défendu les idéaux de la république française au delà des frontières de leur pays ou de leur département. Ils ont défendu les Lumières, les idéaux de 1789-1793 et de 1848 mais aussi les lois Ferry sur l'école publique gratuite laïque obligatoire pour les garçons et les filles. Ils ont tous deux étaient des patriotes français intransigeants. Senghor créra en 1982 une association France et aide au développement qui pronait les trois types de développement dont j'ai souvent martelé ici l'idée et l'urgente nécessité. Sédar Senghor comme Césaire était des grands défenseurs et promoteurs de la culture française et de la francophonie.

    Ils furent, président émanicpateur et fraternel avec la France pour l'un, député, responsable régional et départemental dans les antilles françaises promouvant l'émancipation et la pleine souveraineté de ces frères citoyens afin qu'ils soient égaux, pour l'autre. Chacun défendra la France, les idéaux révolutionnaires et républicains de la France. Oui, la décolonisation a été terrible mais aussi émancipatrice parce que c'était la république et c'est pour cette raison que malgré la colonisation ils seront des grands défenseurs de la république et du rayonnement politique et culturel de la France en étant l'un et l'autre des universalistes.

    Vous n'entendriez jamais un Semprun ou un Picasso vantait l'Etat Franquiste !

  31. 31
    Darthé-Payan dit:

    @ Demetrio

    Salut mon frère républicain.

    Merci beaucoup pour ton post et tous les éléments chiffrés que tu nous apportes et qui nous montrent au combien qu’il y a des bases de revenus et des ressources disponibles pour financer notre état providence, notre sécurité sociale, nos retraites. C’est tout à fait envisageable de faire de développer la sécurité sociale et les retraites avec une toute autre politique de justice sociale, de redistribution, de partage, de solidarité et d’intérêt général. Oui comme tu dis, il y a de l’argent disponible et donc mobilisable pour la solidarité. Tu as raison de poser la question l’argent doit y aller à la spéculation et autre question que tu pose avec raison et justesse : La crise ouvrière doit elle payer la crise financière ?

    Autre question à ce poser : N’est-il urgent, vital que le citoyen, le politique s’approprie l’économie et les marchés et qu’il ait une poltiique d’intérêt général et que l’économie soit soumis à cet intérêt général ?

    Il est temps de se lever et de constituer le plus large front politique, syndical, social et citoyen contre la politique Sarkoziste et pour promouvoir et développer les outils émancipateurs et de la solidarité que sont la sécurité sociale et nos retraites. Retrouvons l’esprit et la volonté du CNR.

    Le travail des camarades du POI est judicieux et l’on devrait s’unir à eux et avec tout ceux à gauche qui veulent défendre la sécurité sociale, les retraites par répartition, la retraite à 60 ans, à taux plein, sur 37,5 années d’activité et sur les dix meilleures années. Oui relevons ce noble et vital combat à la fois social et républicain. Merci à toi, mon frère républicain d’avoir attirer l’attention et espérons que tu réussiras à sensibiliser, à convaincre et à mobiliser de plus en plus de citoyen.

    Je t’embrasse et te dis à bientôt.

    Fabien.

  32. 32
    BA dit:

    Le scandale de l'année 2010 :

    Près de 2 milliards d'euros de bonus pour les traders des banques françaises.

    Après les promesses des dirigeants de banques françaises, assurant que les bonus délirants distribués pendant les "années folles", de 2000 à 2007, n'auraient plus cours, voici venue l'heure de vérité.

    Mercredi 10 mars, dans la tour du quartier d'affaires de la Défense, la Société générale a révélé à ses traders le montant de leurs primes pour 2009. Sa rivale BNP Paribas l'avait précédée d'une semaine. Le Crédit agricole suivra à la fin du mois.

    Bilan ? En valeur absolue, les primes restent très élevées. Au total, quelque 7 750 traders se partagent 1,75 milliard d'euros.

    Ceux de BNP Paribas se voient octroyer 250 000 euros de bonus moyen, en plus de leur salaire, contre 245 000 euros au Crédit agricole, 213 462 euros à la Société générale et 130 667 euros chez Natixis.

    Comparé au salaire net moyen annuel des Français (24 000 euros en 2007), ces primes représentent entre cinq et dix années de travail.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/03/11/pres-de-2-milliards-d-euros-de-bonus-pour-les-traders-des-banques-francaises_1317548_3234.html


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive