10fév 10

Elections régionales, parlement européen, industrie automobile

Néron, le téméraire et même Estrosi!

070220102740Cette note parle de Frèche, du parlement européen, de Nancy, de Charles le téméraire, du froid, du train et de l’industrie automobile. Ca fait quand même beaucoup. Mais quand j'écris, j'écris pour de bon. 

 

 

NERON ET LES ELEPHANTS

Je n’ai pas vu mais on m’a raconté. Frèche en majesté sur la Quatre ! Il joue sa partie avec pugnacité. Il parait qu’il va faire le tour des plateaux de télé et radio. Les médias ont décidé que ce serait le match Mandroux/Frèche. Le reste n’existe pas pour eux. Toute la vie politique, péniblement reconstruite en dehors du cirque local, est ravagée en quelques jours ! Tout ça par ce que Frèche a trouvé avec Mandroux pire éléphant que lui pour circuler dans les magasins de porcelaine ! Saluons l’immense talent des stratèges de la rue de Solferino ! Depuis qu’ils ont décidé de faire la liste Mandroux, Frèche a gagné cinq points dans les sondages et toutes les listes de gauche 070220102741sont rabattues à la limite de la barre des dix pour cent. Seuls de graves paranos diraient que de tels stratèges sont en train d’assurer la réélection de Frèche. Ils auraient alors empêché qui que ce soit d’autre qu’eux d’ouvrir une alternative. Ainsi ne seraient-ils pas privés demain de l’accès au pouvoir régional. Des gens normaux diront juste que c’est une manœuvre particulièrement mal conçue. Il est vrai qu’en faisant campagne contre une personne on ne va pas bien loin. Mais le PS n’a rien à perdre dans cette affaire. Pile ses mandroutistes sont élus, face ses fréchistes sont élus. En effet dans cette histoire pas un des membres de la liste Frèche, c'est-à-dire les 90 % du PS réel de la région, n’est exclu du PS. A tous les coups on gagne ! Nous tous qui avons des années de lutte contre ce système nous serions alors sacrifiés sur l’autel de l’image de Martine et des autres pures bonnes consciences certes un peu tardives et poussives de la rue de Solférino. Le fétiche pantelant de Mandroux sera abandonné des stratèges solfériniens aussi vite qu’ils l’ont lancé dans le jeu de quilles ! Bien sur, chaque jour qui passe, les grands esprits qui sont en train de créer ce gâchis nous pressionnent pour que nous courrions tous nous inscrire sur la liste de «la seule qui, peut gagner», celle là même qui est en train de faire perdre tout le monde ! Mais nous sommes pugnaces et méthodiques. La campagne avance, les soutiens s’affirment. Revol a de bons nerfs d’acier. Son attitude tranquille et sa patience à décliner dans tous les registres son programme sont entendues et appréciées. Le reste nous sera donné par surcroit.

NANCY DANS LE FROID

 Il y avait déjà quelque temps que je n’avais pas senti cette sorte de bise glaciale sur le visage. Avec quelques flocons qui virevoltent le tableau est complet qui me ramène à ces jours de Jura ou je courais la campagne avec le chien. Le froid n’a pas la même qualité dans l’est de la France et à Paris. Ici c’est Nancy. Je me doutais que cette sorte de froidure donnerait de la neige. Je me souviens soudain que Charles le téméraire fut tué ici dans au cours d’une bataille à peine livrée où les siens étaient déjà mi-morts avant d’avoir commencé. Il faisait très 34froid. Autant qu’à présent sans doute. On retrouva la dépouille du grand duc d’Occident à demi mangée par les loups. Sa superbe avait été vaincue par la longue patience à la manœuvre du roi Louis XI. Et par sa propre bêtise et fatuité. A Nancy, je suis venu soutenir le Front Lorraine de gauche. C’est un nid de rebelles. En plus des miens, des écolos alternatifs (dont la tête de liste régionale), gauche unitaire, m’pep et ainsi de suite, il y a les communistes du bassin sidérurgique qui ont décidé de faire équipe avec le «Front Lorraine de gauche», sept conseillers généraux communistes sur huit en Meurthe et Moselle, la jeunesse communistes et bien d’autres. On ne sait pas ce que ça donnera sur le plan électoral. Mais tout ce qui est gagné en fraternité n’est pas près de se perdre.

LORRAINNE CŒUR D’ACIER

J’ai fait le saut ici, à Nancy, depuis Strasbourg. Par la même occasion je découvre les militants locaux du Parti de Gauche venus en délégation des quatre départements de la région. Ceux-là ne montent jamais à Paris. Et ils sont si loin des circuits de transport rapide ! Puisque j’y suis, je dois mentionner, à l’intention des amoureux du rail comme je le suis moi-même, que j’ai découvert aussi la gare «lorraine TGV». Une merveille avec une enseigne lumineuse gigantesque, pas écolo pour un rond! Mais elle est installée en plein champs selon la tradition des coins de France où l’on n’a pu s’accorder entre villes pour l’arrêt du 20train. Comme en Picardie ou à Montchanin en Saône et Loire ! Dans ce coin sinistre, battu par une bise sibérienne, il faut donc venir en voiture, pour prendre le train. Hum ! Dans l’obscurité gelée l’imagination va son chemin. Peut-être est-ce là que gisait le cadavre du téméraire et peut-être y a-t-il des loups qui dévorent encore les voyageurs assommés par le froid. On poireaute avec Brigitte, Rémy son couteau suisse, et François. Pas de buvette à l’horizon ! Un hall de gare. Mais un cadre somptueux qu’illuminent d’improbables lustres. 180 kilos pièces ! De toute beauté, il est vrai. Un écriteau m’apprend qu’ils ont été fabriqués par l’entreprise Saint Louis et je me promets d’y faire un saut, la prochaine fois que je reviendrai dans ces parages, si on m’y invite. Le chef de gare, que je croise tandis qu’il prépare l’arrivée du train, d’entrée m’appelle Jean-Luc. Je ne le connais pas et lui non plus. Je suis ému par cette familiarité qui n’était nullement irrespectueuse, bien au contraire. Je reviens au Parti de gauche en Lorraine. Ici pas de querelle de personnes pour les places, pas de geyser de discours fielleux sur la démocratie tenus par les battus des investitures, pas de trotskistes infiltrés qui terrorisent du verbe de maigres cohortes d’aigres coupeurs de cheveux en quatre. Le parti de gauche en Lorraine est une petite troupe opiniâtre et militante, composée d’élus de base, conseillers généraux et municipaux, de prof retraités ou pas et de responsables syndicalistes cégétistes, du textile notamment et du transport. Il ya aussi, plus un groupe de jeunes, étudiants et dirigeants de l’UNEF, et de jeunes ouvriers. Surprise agréable, les jeunes sont tous marxistes (marxien précise un étudiant !) Un bol d’oxygène intégral !

LE PERE PEINARD

J’ouvre le journal et je tombe sur le portrait de mon ancien ami et collègue sénateur, Jean-Pierre Masseret que j’ai connu partisan d’Henri Emmanuelli avant de le trouver groupie de Ségolène royal. Aujourd’hui il prétend « unir du NPA au Modem » ! Je déplore qu’il ne mentionne pas le Père Noël et la fée Clochette pour son projet car l’un et l’autre suivront surement aussi le mouvement derrière Masseret le jour où ses trouvailles stratégiques auront un sens concret. Les nôtres ici sont en bataille pour empêcher la gauche de finir en pantoufles politiques ! Car la dynamique impulsion du président Masseret est celle dont le journal du coin annonce qu’elle crée une campagne « peinarde » ! Pas pour dire qu’il se la coule douce puisqu’il est certain de gagner comme tous les socialistes, mais pour dire qu’il est à la peine parce que personne ne vient à ses réunions. Ni supporters ni opposants, que des obligés réunis dans une ambiance ouateuse de semi coma politique ! Moi, pour être entendu dans la salle comble du bistrot où l’on se réunissait, j’ai du grimper sur un banc aux côtés de Philippe Leclerq notre tête de liste et de Serge de Carli le président de notre comité de soutien, un communiste grand teint, président du groupe communiste au conseil général de Meurthe et Moselle. Les deux ont fait le tour des questions politiques du coin dans leurs discours. Et moi ? Le reste. Ici, dans cette salle, c’est Lorraine cœur d’acier. On se remplit les poumons de l’air de la lutte implacable et du salariat à tête de pioche. Je recharge les batteries !

BOUILLIE EUROPEISTE

A présent je suis écœuré ! Et pourtant je suis blindé ! Dans l’hémicycle du parlement de Strasbourg, viens de parler le lamentable Martin Schultz, grand chef de « l’alliance progressistes des socialistes et des démocrates ». Beuark ! Il vient d’annoncer sa capitulation sans condition à la commission qui vient chercher son investiture. Il ne faut pas que « l’idéologie bloque l’Europe» caquète-t-il dressé sur ses ergots de pseudo réformiste! On a bien ri sur les bancs de gauche ! Et il a conclu «vous avez notre confiance pour les cinq ans qui viennent» après avoir rappelé que trois des sept vices présidents sont sociaux 090220102746démocrates ! Ce que Cohn Bendit a qualifié d’un mot : « nous avons assisté à la coalition des hypocrites » Brocardant les pauvres sociaux démocrates, il lance « ils sont incapables de dire pourquoi ils soutiennent cette Commission mais moi je vais vous le dire : c’est parce qu’ils soutiennent leurs commissaires ». Ce que le Martin Schultz confirme lamentablement : «quand on exige 100% de résultat et qu’on obtient 50% notre tache n’est pas de voter contre… Même dix pour cent c’est bien !» avec des adversaires pareils la droite n’a pas besoin d’amis ! Car je rappelle qu’il s’agit de participer à une commission totalement dominée par les néo libéraux ! Et que même dans cet attelage contre nature les sociaux démocrates sont très loin de former 50% du collège !

LE VER SE TORTILLE SUR L’HAMECON

Inutile de préciser que la droite n’a pas finit de rire de ce genre de palinodie. Le Martin Schultz se tortillait comme un vers sur son hameçon au cours d’une allocution ponctuée de ricanements et d’éclats de rire. Si bien que, au nom du PPE, la droite européenne, l’UMP Joseph Daul a pu déclarer moqueur : « le PPE était le seul à présenter un candidat à la présidence de la commission avec monsieur Barroso ! La prochaine fois les autres groupes devraient aussi en présenter un, ce serait mieux pour la démocratie et ça éviterait à certains de faire une campagne « stop Baroso » et de voter pour sa commission après ! » C’est exactement ce que j’ai moi-même dit ! Sauf que ce n’est pas «la prochaine fois» qu’il faudrait présenter un candidat, mais cette fois ci ! On se souvient que les sociaux démocrates ne se sont évidemment pas précipités pour présenter une alternative à Baroso. De leur côté les socialistes français qui avaient d’abord juré par la voix de Martine Aubry qu’il y aurait un candidat ont ensuite disparus du paysage sans autre forme d’explication! Pourtant les sociaux démocrates dirigent trois gouvernements. Ils sont donc en état de proposer un candidat. Et ils sont ici le deuxième groupe de députés. Le bilan est nul ! Les trois chefs de gouvernement sociaux démocrates ont soutenus la candidature de Baroso !

BAVARDAGES SOCIALISTES

Dans ce contexte le reste des interventions venant de ces bancs notamment celles des socialistes français est tellement en dessous de la main que c’est à pleurer. Ainsi quand Catherine Trautmann s’indigne : « les auditions ont confirmé nos craintes » Ah ! Mais quelles craintes ? La politique sociale, l’atlantisme ? Non ! Rien de tout cela. Son indignation est totalement formelle : «les auditions ont confirmé nos craintes : la seule priorité de ce collège sera de ne pas gêner le conseil ». Travailleurs de tous les pays, mobilisez vous pour que la commission ne soit pas au service des gouvernements que vous avez élu, c’est le nouveau drapeau de lutte que vous propose les socialistes français. Sans oublier la mise en garde d’Harlem Désir qui condamne l’approbation « d’une commission faible qui ne sortira pas l’Europe de la crise ». Plus politicien tu meurs ! Ne pleurons pas trop, les socialistes français ont voté contre Baroso et sa commission. Au contraire de tous les autres socialistes européens. Je pourrais moquer leur isolement, leurs hypocrisies et le reste. Mais je ne le ferai pas et je pense qu’il ne faut pas le faire. En effet, tant qu’ils conservent cette distance avec la capitulation pure et simple de leurs homologues sociaux démocrates européens, l’avenir de la gauche reste ouvert en France. Décrocher le Parti socialiste français du bloc européiste social démocrate est un objectif politique en vue de la refondation de la gauche en France.. Bon après cela, que sauront les français de tout cela ? Rien, comme d’habitude. Le dégout est général, il est vrai ! Le Quotidien «Les dernières nouvelles d’Alsace» appelle cela « la guéguerre des étoiles » et folklorise ce débat. Ce qui signifie que les grands champions du bourrage de crane européiste eux-mêmes pensent que tout cela est une mauvaise plaisanterie. « Le parisien », autre journal populaire y consacre une brève de dix lignes.

UN RUDE MOMENT

Je voudrai revenir sur le grand jury «RTL-Le figaro-LCI» Finalement il a 070220102738été moins question de ce qui avait été prévu et davantage de sujet étaient totalement imprévus. Ce n’est pas grave mais frustrant pour ce qui a été préparé sans venir sur la scène. C’est risqué quand on vient sur des sujets que l’on a moins préparé ou pas du tout. Il faut alors improviser. Ce n’est rien quand il s’agit de dossiers thématiques car il est bien rare qu’il y en ai d’absolument neuf et qui n’ai pas déjà donné à travailler dans un passé récent. Mais quand on vient sur des questions à la frontière des personnes et de la politique, c’est plus périlleux. Par exemple si la première dépêche qui est tombée portait sur ce que j’ai dit a propos de Strauss Kahn, je peux avouer que cela a été totalement improvisé quand aux formules utilisées. Je suis assez satisfait de la réplique et je n’y changerai rien s’il fallait y revenir. Mais je le signale pour la gourmandise des lecteurs de ce blog.

UN BON MOMENT

Mais ce « Grand Jury » RTL Le Figaro LCI a été un moment que j’ai apprécié parce qu’on y a pas mal parlé du fond. En particulier j’ai été ravi de pouvoir enfin une fois parler de politique industrielle grâce aux questions de Revel de LCI ! J’ai donc apprécié l’émission en dépit des erreurs que je me reproche d’y avoir fait : termes erronés, mots oubliés, raisonnements inachevés. Et en dépit des sujets que l’on n’a pas eu le temps de traiter comme la crise financière en Europe ou la question de la dette en France. Ce qui est réconfortant c’est le nombre des échos, mails et sms reçus en retour. Mais je reste sur ma faim a propos d’une question. Je veux donc y revenir. Il s’agit de la question de l’automobile. Je trouve que je n’ai pas su me donner le temps de développer mes arguments. Je refusais de me dire « d’accord avec Estrosi » pour la raison que cette façon de formuler ma pensée sur le sujet aurait dénaturé ma façon de voir les choses. Et comme je savais 070220102736qu’il n’y avait plus le temps de venir sur le fond du dossier, j’ai botté en touche. Quand Aphatie me demande si les voitures françaises doivent être fabriquées en France, « comme le dit Estrosi » je réponds « ca se discute ». Mais justement on n’a pas eu le temps d’en discuter. Ce qui se discute c’est ce que dis monsieur Estrosi. J’y viens donc.

FAITS ET MOUVEMENTS DE MENTONS

Ici je mets de côté le modèle de civilisation que portent l’automobile et son impact écologique. Je m’en tiens à la logique interne du dossier Commençons par rappeler l’enjeu de ce secteur sur l’emploi. La France est le quatrième producteur automobile mondial. La Chine vient en effet de nous prendre la troisième place. Ce secteur génère 2,5 millions d’emplois soit 10 % du total des emplois du pays. On décompte 700 000 emplois dans la production automobile en général entre les constructeurs et les équipementiers. A ceux là il faut ajouter 1,8 millions d’emploi qui en dépendent directement dans les garages, routes etc. On comprend pourquoi Estrosi se sent tenu de dire quelque chose, dans le style des mouvements de menton familiers à l’équipe Sarkozy. La réalité aurait mérité qu’on s’y arrête. A en croire l’UMP, Sarkozy et Estrosi auraient empêché la délocalisation de la production de la Clio IV vers la Turquie. Que vaut cet engagement ? Ce que valent les paroles de patrons et de d’UMP en général. Pas grand-chose. Car la production de la Clio 4 ne devrait commencer que dans 3 ans. D’ici là, Renault a donc le temps de changer d’avis. Comme l’avait fait Mittal en dépit de ses promesses à Sarkozy de sauver l’emploi à l’aciérie de Gandrange. D’autant que la délocalisation de la production des Clio (génération 3 actuellement) est déjà bien avancée. 60 % des Clio sont déjà fabriquées à Bursa en Turquie. Il s’y produit 175 000 voitures par an. Et il ne reste plus à Flins que 40 % de la production 125 000 voitures par an. Ce qu’ont obtenu Sarkozy et Estrosi, c’est donc juste le statu quo sur cette situation déjà très dégradée. Voila pourtant comment Claude Guéant sur Europe 1 le 16 janvier 2010 a présenté les choses : « La décision prise par Renault nous donne tous les apaisements. »Apaisés de tous les pays réjouissez-vous.

SARKOZY INVENTE L’EAU CHAUDE et FROIDE

 Ce n’est pas tout. Sarkozy aurait aussi obtenue davantage de Renault selon le même Claude Guéant toujours sur Europe 1 le 16 janvier 2010. Une prouesse pour celui qui avait oublié de prendre des actions et des sièges au conseil d’administration des banques quand il était en train de les gorger d’argent. Cette fois ci, changement de tableau. Il aurait obtenu « la proposition que désormais un représentant de l'Etat siège au comité stratégique de Renault » ! Quel exploit ! Malheureusement pour la crédibilité de monsieur Guéant: un tel comité stratégique existait déjà chez Renault. Il s’appelle Comité de stratégie internationale et il compte déjà un représentant de l’Etat en la personne de Catherine Bréchignac ! La pauvre ! Son patron l’a oublié ! 2videmement le ridicule était très grand. C’est sans doute pourquoi, histoire de jouer le jeu de la communication de l’Elysée, Renault a annoncé la création d’un nouveau comité stratégique … Mais attention, une précision fondamentale a été donnée : ce comité sera certainement rattaché ou fusionné avec celui qui existe déjà. Ouf ! On a frôlé la dépense inutile. De toute façon à quoi bon s’énerver. Renault a en effet précisé qu’il n’aurait qu’un rôle d’ « information et consultation ». Et nullement de décision. Les décisions sur la stratégie industrielle de Renault sont en effet prises ailleurs … aux Pays-Bas où se tient chaque mois le directoire de la holding Renault-Nissan. Sans l’Etat français qui n’est représenté que dans le conseil d’administration de Renault SA qui entérine ce que décide la holding mère.

ET LES AUTRES DELOCALISATIONS DE RENAULT

Cette affaire concernant la Clio n’est que l’arbre qui cache la forêt des délocalisations organisées par Renault, et sur lesquelles Sarkozy et Estrosi n’ont rien dit. En attestent deux exemples récents. Au Maroc d’abord. En 2008, Renault a signé un accord avec le Maroc pour construire une gigantesque usine sur 300 hectares à Tanger, pour 600 millions d’euros d’investissements. L’objectif étant de passer de 30 000 véhicules produits au Maroc à 200 000 puis 400 000 par an. Mais ces voitures ne seront pas destinées aux marocains. 90 % de la production, centrée sur la gamme économique Logan, sera destinée à l’exportation hors du Maroc. Renault a présenté ce projet comme ayant vocation à devenir « le site le plus compétitif du monde » pour le groupe. Ce n’est pas tout. Voici l’Inde ! Toujours en 2008, Renault a finalisé avec l’Inde un accord industriel pour construire une grande usine à Chennai pour sa filiale Nissan. Pour 780 millions d’euros d’investissements et un objectif de 400 000 véhicules produits par an. Et ces voitures ne sont pas seulement destinées au marché indien comme l’a indiqué le n°1 de Nissan lui-même : « l'Inde sera une nouvelle base d'export qui permettra à Nissan d'être compétitif dans la chaîne d'approvisionnement internationale. » Les premières voitures sont sorties de l’usine en janvier 2010. Estrosi ment donc ouvertement quand il affirme : « une voiture française, destinée à être vendue en France, doit être fabriquée en France ! » On comprend pourquoi je ne pouvais accepter, même pour une simplification de fin d’émission de me dire d’accord avec l’idée que les voitures françaises doivent être produites en France, « comme le dit monsieur Estrosi ».

L’EUROPE ? UNE NUISANCE PERMANENTE

De toutes les façons, quelques soit le mauvais coup, l’union Européenne, «qui protège » gnagni gnaga n’est jamais loin pour donner le coup fatal. La commission est le meilleur allié des délocalisateurs à la direction de la régie Renault. Dès l’annonce du Plan français d’aide à l’automobile, la Commission avait déclaré le 10 février 2009 que « toute obligation de garder une unité de production en France rendrait ces aides illégales ». Et à l’issue du Sommet européen du 2 mars 2009, la Commission s’était réjouie d’avoir obtenu de la France que « les conventions de prêt avec les constructeurs automobiles ne contiennent aucune condition relevant de la localisation de leurs activités en France. » En clair : au nom de la libre concurrence, les constructeurs doivent avoir le droit de délocaliser. C’est ce que Nelly Kroes, la commissaire à la concurrence a encore rappelé à la France début janvier 2010. Un zèle libéral qui lui vaut d’être promue vice-présidente dans la nouvelle commission Baroso. Celle que viennent d’investir… les députés européens de l’UMP !

LES FRANCAIS ONT DES DROITS SUR RENAULT !

L’argent public des français est fortement mis à contribution dans Renault. Cela nous donne des droits. L’Etat possède encore 15 % du capital de Renault et il dispose de 18 % des droits de vote. Deux administrateurs de l’Etat siègent pour cela au Conseil d’administration de Renault. L’Etat est donc le premier actionnaire de Renault. Pour mémoire, la part de l’Etat était majoritaire jusqu’en 1996. Là, l’excellent monsieur a bradé les avoirs de l’Etat en le faisant passer de 54 % à 46 %). Puis les gouvernements de droite ont encore réduit la part de l’Etat en 2002 et 2003 en la faisant alors descendre de 28 % à 15 %. Par contre, 4 milliards d’euros d’aides ont été versés par l’Etat en 2009, sous forme d’avances remboursables à Renault. L’entreprise et ses actionnaires privés peuvent encore dire merci pour les 500 millions d’euros de primes à la casse payées par l’Etat en 2009 puisque Renault en est un des principaux bénéficiaires. Surement aussi qu’ils auront une pensée émue pour les braves gens qui vont payer à leur place les 300 millions d’euros que Renault va économiser en 2010 grâce à la suppression de la taxe professionnelle.

LE PILLAGE DES FRANCAIS

En dépit de toutes ces participations publiques, l’influence stratégique de l’Etat sur Renault est quasi nulle, alors qu’elle devrait contribuer à réorienter ses productions. Notamment pour tenir compte de la crise écologique. Et ce serait l’occasion de voir un vrai débat a propos du véhicule individuel de l’avenir. Sans autre forme de procès il semble convenu que ce soit la voiture électrique qui ait les faveurs de l’Etat et de la firme… Le moins qu’on puisse dire c’est ça se discute. Pourtant l’Etat a subventionné la future voiture électrique de Renault, la Zoé. Une fois de plus sans avoir aucune garantie à propos de la localisation de l’activité. Et pas de petites sommes ! 100 millions d’euros en capital, 150 millions pour la chaîne de fabrication des batteries, sans parler du bonus fiscal de 5 000 euros qui sera offert à l’achat. Or même si la Zoé doit être assemblée à Flins, Renault avait prévu de produire l’essentiel de ses composants en dehors de France. Et Estrosi n’a obtenu qu’un engagement pour que 60 % des composants viennent de France … ce qui veut dire que près de la moitié seront produits à l’étranger ! Un comble pour un projet subventionné par les français.

LE DUMPING DE RENAULT

Les aides de l’Etat n’ont rien changé à la stratégie de dumping de Renault. Le plan de 6 000 suppressions d’emplois annoncé en 2008 n’a pas été remis en cause, alors même que l’entreprise est bénéficiaire ! Sournoisement, Renault considère qu’il n’a aucun compte à rendre à l’Etat sur sa mise en œuvre car officiellement le plan a été lancé avant que Renault reçoive les aides. Rusé, non ? Pire, Renault a provisionné 600 millions d’euros de stocks options dans ses comptes 2008, à distribuer à ses plus hauts cadres et dirigeants, alors que les salaires ouvriers de l’entreprise ont chuté en moyenne de 15 % en 2008 du fait du chômage partiel. Et l’entreprise exige par-dessus le marché des syndicats le gel des salaires pour 3 ans, l’allongement du temps de travail et de nouvelles mesures de flexibilité. Le tout pour remplir l’objectif d’être «être le constructeur généraliste européen le plus rentable ». Face à cela quel crédit donner à ce que promet Etrosi ? Aucun bien sur.


654 commentaires à “Néron, le téméraire et même Estrosi!”

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 7 8 9 10 1114 »

  1. 51
    jean ai marre dit:

    @ 682 Descartes, alias le fossoyeur.
    Le nucléaire

    Tu as compris que je ne suis pas ton camarade, c'est bien, tu progresses, maintenant, il faut que tu saches que je n'aime pas, mais pas du tout, le ton et ta manière de répondre.

    Est ce l'émotion ? Le Prolo du Biolo nous dit : " je l’avais trouvé changé sur ce coup-là. Quasiment émotif.. On nous l’avait changé, ça ne rigolait plu "

    Tu fais référence à la justice, effectivement tes questions me font penser à un tribunal.Tu dis que tu a travaillé dans des centrales en tant que CHSCT, Je pense que sur ce coup, tu prends un raccourci. Mais je te vois bien avec la casquette, arpentant le terrain de la centrale, pour traquer," le passager clandestin "...

    Bref, revenons au sujet, si tu veux savoir, et parfaire tes connaissances, demande le poliment, je t'expliquerais.

    Je n'accuse pas les soit disant Ingénieurs d'EDF, d'avoir falsifier leur diplôme,, c'est toi qui le dis.
    Je dis soit disant, car pour avoir débattu avec eux pendant des heures j'ai apprécié ces gens comme des orateurs brillants, plus proche des acteurs et comédiens, ils détiennent un bon niveau de communication plutôt que d'anciens élèves des Mines ou de des Arts et Métiers. De stature imposante, 1m 80 pour 100 kg.et le hasard a fait que je les ai retrouvé dans d'autres lieux..

    Concernant le refroidissement, c'est élémentaire, ce qui compte c'est le delta entre l'élément réfrigérant (l'eau) et l'élément réfrigéré (les installations) Si tu réfrigères avec de l'eau à 15 ° C un élément dont sa température est de 100 ° C, tu comprends (je l'espère) que l'échange va se réaliser et que la température va baisser pour atteindre progressivement 15 °C. On travaillera sur le débit de l'eau et son rejet, va modifier l'environnement où elle sera déversée....
    Les habitants du bord du Rhône, sont des gens qui ont pour habitude de vivre dans cet environnement et donc d'apprécier l'évolution du milieux, plutôt que toi par exemple qui fait que passer. Demande à Cruas,

    Le 28 janvier 1999, deux évacuations de personnels ont été nécessaires à la suite de dégazages radioactifs. L'Autorité de sûreté nucléaire a décidé de déclencher une inspection à la centrale de Cruas-Meysse, et a classé l'incident au niveau 1 de l'échelle INES[1].

    Au début de l’année 2004, des analyses de routine ont détecté la présence de tritium dans les nappes phréatiques situées sous le site[2]. En réaction, la CRIIRAD a adressé une demande au président du conseil général de l'Ardèche, par ailleurs président de la Commission Locale d'Information de Cruas-Meysse, pour la réalisation de contrôles en particulier au niveau des piézomètres implantés à l'intérieur du site[3].

    Selon un rapport datant d'avril 2007, l’ASN a constaté un relâchement dans la rigueur d’exploitation du site[4].

    Un second rapport de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, en conclusion de ses inspections de septembre et d'octobre 2008, met en évidence des manquements graves concernant l'entretien et la maintenance des équipements sensibles que sont les canalisations de transport de fluides explosifs. Le 13 novembre 2008, l'ASN a mis EDF en demeure de procéder à la mise en conformité de la centrale sous trois mois[5].

    Le 2 Décembre 2009, EDF a lancé un plan d'urgence interne après un incident sur le système de refroidissement d'un des quatre réacteurs de la centrale de Cruas.
    Le plan avait été déclenché « en raison de l'obturation de la prise d'eau alimentant le système de refroidissement de ce réacteur avec l'arrivée massive de débris végétaux charriés par le Rhône » a précisé l'ASN[

    Cerise sur le gateau, lorsque tu dis que" le nucléaire produit de l'énergie propre ", L'électricité n'a pas de goût,, elle est prope, mais le nucléaire qui a servi pour la produire est il propre ?

    Quant à Jean-Luc Mélenchon je lui fait confiance, c'est un homme qui a de la suite dans ses idées, il a trop dev respect pour ses concitoyens, pour la démocratie, et un débat national sur les énergies ne doit pas lui déplaire.
    Le PG est un parti jeune, ce sont ces types d'actions qui vont faire sa spécificité. Je comprends que tu sois allergique à cette faàon de voir et de faire,....

  2. 52
    stack dit:

    Si une tempête secoue le NPA au niveau médiatique, si tout le monde s'acharne sur lui en espérant lui porter l'estocade, il n'est pas dit que cela se traduise par un échec aux régionales.
    En Ile de France, selon le dernier sondage, Besancenot doublerait ses voix, atteignant 6%, autant que le Front de Gauche, dans une région où le NPA fait ses plus mauvais scores.
    Donc, pas d'inquiétude, nous allons faire beaucoup plus que simplement résister à l'union sacrée gauche droite contre le NPA.

  3. 53
    Pulchérie D dit:

    @ ceux qui ont regardé « 8 journalistes en colère » sur Arte.

    C'était une émission organisée par Philippe Val, plus mussolinien que jamais, et qui constituait une attaque
    « préemptive » contre les contradicteurs de la pensée élyséenne.

    Voici une savoureuse réponse de Mona Chollet, qui remet les pendules à l’heure. http://blog.mondediplo.net/2010-02-10-Effroyables-imposteurs-sur-Arte-le-roi-est-nu

  4. 54
    carlo dit:

    @ Descartes (628 sur fil précédent)

    « Jusqu’à quel point pourrais-je me défendre en arguant que l’objet a une fonction utilitaire d’abord (me protéger du froid) et serait symbolique seulement à titre accessoire ? Je le pourrais à deux conditions: la première, que « l’utilité » de l’objet soit très grande (par exemple, si le froid était tel que l’alternative soit mourir de froid), et la seconde, que je n’aie pas d’alternative permettant d’atteindre le même type d’utilité (si j’avais d’autres manteaux, j’aurais du mal à justifier du point de vue de l’utilité le choix de celui-là précisément). Il est clair que si ces deux conditions n’étaient pas réunies, le fait de porter un manteau frappé d’insignes nazis serait considéré comme un acte « symbolique », et puni comme tel. »

    Je vous remercie d’avoir pris au sérieux mon exemple mais je suis en désaccord avec les conclusions que vous en tirez.
    En effet, les deux conditions qui vous semblent nécessaires pour qu’un objet ne soit qu’un « symbole par accident » sont remplies l’une et l’autre dans le cas du voile.

    1ère condition : « que « l’utilité » de l’objet soit très grande ».

    S’agissant du voile, c’est bien le cas. Vous le reconnaissez d’ailleurs : « le respect d’une prescription religieuse a une utilité subjective. Elle peut être immense pour le croyant: on peut après tout citer des martyrs chrétiens qui ont préféré la mort plutôt que le reniement ».
    Vous ajoutez toutefois que « la société laïque dans laquelle nous vivons [n’a pas à] tenir pour réelle la perception du croyant… La liberté de cultes n’est pas absolue, mais elle est bordée par le respect de l’ordre public. »

    Cette objection ne me paraît pas fondée. En effet, un objet possède une fonction utilitaire dès lors qu’il est utilisable comme moyen en vue d’une fin. Il s’agit là d’une question de fait qui ne dépend en aucune façon de ce qu’en pense la société. Tout au plus, celle-ci peut-elle interdire l’utilisation (ou même la fabrication) de l’objet en cause. Ainsi, le législateur pourrait interdire l’usage du voile mais il ne dépend pas d’une décision du législateur qu’un voile puisse ou non permettre la dissimulation du corps féminin. Et il ne dépend pas davantage d’une décision du législateur que l’usage d’un voile puisse ou non permettre de s’acquitter d’une obligation religieuse.

    Au demeurant, pour qu’un objet ne soit qu’un « symbole par accident », il n’est nullement requis que son utilité soit « très grande ». Par exemple, un prie-dieu n’est qu’accessoirement un symbole religieux et pourtant il n’est pas du tout nécessaire d’en utiliser un pour prier.

    2ème condition : «que je n’aie pas d’alternative permettant d’atteindre le même type d’utilité »

    C’est très précisément le cas en ce qui concerne le voile. Il est en effet impossible de respecter l’obligation de se voiler en public sans faire usage d’un voile.

    Votre conclusion (« je soutiens donc que le choix de porter [un foulard islamique] doit être regardé comme symbolique d’abord, et seulement ensuite comme « utilitaire » ») n’est donc pas valide. CQFD. 8)

    « Accessoirement, je n’ai pas le moindre doute que le foulard est porté par la candidate voilée dans un but symbolique d’abord. »

    Vous avez peut-être raison, mais on ne peut pas le préjuger. Vous l’avez dit vous-même, « la bonne foi se présume et la mauvaise foi se prouve ».

    «Je vous ai déjà expliqué pourquoi je n’accepte pas ce raisonnement. La personne qui choisit de procéder à l’euthanasie choisit de tuer. Quelque soient les motivations de cet acte, l’acte demeure. Si je vole un magasin pour faire un cadeau à ma mère, on ne peut pas prétendre que je n’ai pas choisi de voler, et que le seul choix que j’aie fait est de faire un cadeau. Le choix des moyens est aussi un choix »

    Un médecin qui décide de calmer les douleurs d’un malade en fin de vie en sachant que la sédation provoquera sa mort ne choisit pas de le tuer. La mort de son patient sera la conséquence du choix qu’il a fait de soulager sa douleur mais elle n’était pas son but, ce qui ne le dispenserait d’ailleurs nullement de devoir éventuellement rendre des comptes à la société. De même, si vous sortez dans la rue par grand froid alors que vous n’êtes pas suffisamment couvert, vous savez que vous risquez de tomber malade mais il ne s’ensuit pas que vous ayez choisi de tomber malade car cela peut ne pas être du tout dans vos intentions. Dans ce cas, vous auriez beau agir intentionnellement, vous n’agiriez pas pour autant nécessairement « dans l’intention » de tomber malade. Pour la même raison, dans l’exemple que j’avais imaginé d’une personne qui récite son chapelet dans le métro, il serait faux de dire qu’elle agit ainsi pour révéler son appartenance religieuse, même si c’est ce qu’elle fait néanmoins, en quelque sorte malgré elle (quoique, le cas échéant, de façon consciente).

    Afin de réfuter mon argumentation, vous me faites remarquer que « si je vole un magasin pour faire un cadeau à ma mère, on ne peut pas prétendre que je n’ai pas choisi de voler, et que le seul choix que j’aie fait est de faire un cadeau. Le choix des moyens est aussi un choix ».

    Ce cas est différent des précédents car il y a là deux actes bien distincts dont l’un (voler) est le moyen de réaliser l’autre (faire un cadeau). Ce n’était pas le cas dans mes propres exemples : le médecin accomplit non pas deux actes différents (soulager les douleurs de son patient et provoquer sa mort) mais un seul qui a deux conséquences différentes dont l’une est recherchée et l’autre non. Si vous sortez alors qu’il fait très froid, vous n’accomplissez également qu’une seule action (sortir insuffisamment vêtu). La personne qui récite son chapelet dans le métro ne réalise elle aussi qu’un seul acte dont il résultera deux conséquences, dont l’une est voulue (implorer dieu) et l’autre non (révéler son appartenance religieuse).

    « Mais pourrait-on tenir rigueur à une personne qui, ne sachant pas mes convictions, me promettrait de prier pour moi simplement parce qu’il croit sincèrement à l’efficacité de la prière ? »

    Lui en tenir rigueur ne serait sans doute guère charitable. Il n’en demeure pas moins que si vous n’avez pas la même religion qu’elle ou que vous êtes athée, son initiative vous apparaîtrait à juste titre maladroite. Vous auriez, non sans raison, le sentiment que cette personne cherche à vous imposer sa religion et ne conçoit pas qu’on puisse ne pas partager ses convictions religieuses.

  5. 55
    André Assiétoi dit:

    @ marj (29) et Michel D (31)

    Oui, c'est vrai, une mairie communiste fout des gens dehors en plein hiver. Je le sais d'autant mieux que des gens s'organisent pour leur apporter de la nourriture chaude.

    Voici le témoignage de deux copines sur une liste de la Coordination des intermittents et précaires :

    Salut,

    Je suis avec C, on est allé sur place à Bagnolet parce que c'est à 100m de chez nous, les gens ont effectivement dormi dehors sous des tentes, ils sont 60, les enfants ont dormi chez des voisins, seul le DAL est présent, et on sait pas trop quoi faire pour l'instant à part essayer de faire du thé et du café, une fois résolus les pbs de thermos.
    un rassemblement est prévu à 18h sur place, c'est au 92 rue Victor Hugo côté Bagnolet, métro Robespierre, et comme il y a un conseil municipal ce soir nous irons également.
    France2 était sur place, mais impossible de filmer l'endroit évacué et détruit qui est gardé par des vigiles.
    Qui a des idées pour de la bouffe chaude, le besoin immédiat le plus urgent ? (ils n'ont rien, pas de cafetière, de vaisselle ni de quoi que ce soit vu que leurs affaires sont passées sous le bulldozer....
    Appelez C ou moi si vous avez des idées et des thermos !

    S... et C...

  6. 56
    André Assiétoi dit:

    J'attends avec impatience la réaction de Mélenchon à cette immonde saloperie de ses alliés privilégiés, qui devrait faire bien plus de bruit que le fichu sur la tête d'une candidate non éligible ou les palinodies du PS face au tyranneau de Montpellier.

  7. 57
    carlo dit:

    @ Descartes (#629 sur fil précédent)

    @ Descartes (#629)
    « J’ai entendu sur ce blog des discours sur le caractère « anticapitaliste » du voile, sur sa signification comme rejet de la marchandisation des corps féminins et toute une série de considérations du même acabit qui peuvent être considérées raisonnablement comme des défenses du voile, et non simplement comme une opposition à son interdiction. »

    Pour ma part, je n’ai jamais lu dans les commentaires que j’ai survolés qu’il était souhaitable que les femmes se voilent et aucune de celles qui se sont exprimées ici n’a dit, à ma connaissance, qu’elles avaient elles-mêmes décidé d'adopter ce mode de comportement vestimentaire.e se voiler.

    En tout cas, en ce qui me concerne, je ne suis pas favorable au port du voile et je ne le recommande en aucune façon dans mon entourage. Néanmoins, je ne suis pas favorable non plus à son interdiction. On peut être à la fois contre le voile et contre son interdiction. C’est la raison pour laquelle l’attribution systématique de l’étiquette de « pro-voile » à tous ceux qui sont hostiles à son interdiction ne m’apparaît pas du tout justifiée et m'a fait réagir..

  8. 58
    ermler dit:

    @ toto (33)
    (Parlant du billet de Jean-Luc Mélenchon)

    Logorrhée, inflation de mots, verbiage et je ne sais quoi encore.
    Tout cela est parfaitement indigeste.
    C’est l’expression » diarrhée verbale » qui convient sans doute le mieux et ça me fait ch…

    C'est fou comme l'expression "diarrhée verbale" est à la mode sur ce forum !
    C'est avec ce genre d'expression qu'on élève le niveau du débat. Félicitations à tous les utilisateurs de cette subtile métaphore :
    Qu'est-ce qui t'arrive toto ? Toi qui récemment me reprochait de na pas saisir je cite : "la subtilité du langage incisif" de Jean-Luc Mélenchon, voilà que sa prose te retourne l'estomac ?
    Certes, ses billets sont parfois un peu trop "foisonnants" et on pourrait lui conseiller d'utiliser plus souvent le "à la ligne. Pour le reste (avec toute la limite du billet écrit "sur le pouce"), moi je trouve que la prose- orale ou écrite - de Mélenchon.... c'est plutôt "la grande classe".. comparé aux autres !
    Ne t'en fais pas Toto, c'est peut-être juste une petite gastro...!

    @ Descartes

    J'avoue que tu m'as fait bien rire avec ta phrase : (Suite à un billet de Reyjk-on-Thames)
    Et bien, je suis ravi de voir qu’on est de plus en plus nombreux (sur ce blog et ailleurs) à refuser le jeu des étiquettes.

    Voici de longues semaines que le duo R-on-T - Descartes arrose ce blog de leur rhétorique droitière, et voici que Descartes "découvre" au détour d'une courageuse et très originale prise de position de son compère R-on-T, "je ne suis ni de gauche, ni de droite") que "..on est de plus en plus nombreux (sur ce blog...) etc".
    C'est bien vrai, ça ! Vous êtes "de plus en plus nombreux".! Avant vous étiez deux. (Toi et R-on-T) et maintenant, vous êtes...deux ! (R-on-T et toi). Si c'est pas plus fort que la "multiplication des pains", ça !

    Allez courage, la droite qui n'est "ni de droite et -surtout pas - de gauche " !
    Votre combat progresse !
    (Un peu près autant que le "Front de gauche" dans les sondages.... ;-) )

  9. 59
    lou passejaïre dit:

    l'avantage du blog de Jean-Luc Mélenchon, c'est qu'on peut s'absenter quelques semaines, et reprendre le fil des commentaires en ayant l'impression de ne pas l'avoir laissé... 80% des commentaires de ce blog, c'est sur la forme dans le genre "les feux de l'amour" !

    bon, allez, comme j'adore charger la mule, je propose qu'au delà de la question "centrale" du chiffon, on intégre aussi dans le débat " les femmes qui s'épanouissent dans la maternité et utilisent des couches culottes lavables " ont elles leur place sur les listes de la gauche de la gauche féministe écologique et tout le toutim... (on devrait bien trouver une candidate enceinte...). Même si...

  10. 60
    ermler dit:

    Désolé pour l'horrible "un peu près...". (Fin de mon post 58)
    " A peu près " ça fait plus propre.

  11. 61
    sachet dit:

    Cher Jean Luc Mélenchon

    j'ai écouté le grand jury, mais c'est bien parceque c'était vous.
    Franchement, cela faisait longtemps que je n'avais pas entendu un politique parler de projet pour la nation.
    Un vrai projet et non le catalogue habituel des mesures éparses.
    De plus un politique qui renvoie les journalistes dans les cordes quand ils veulent le ramener dans l'insignifiance ou le débat stérile c'est rassurant.
    Je pense que si vous continuer a défendre cette vision de projet commun en l'explicitant ainsi vous pourriez entrainer
    de plus en plus de monde même les plus rétifs dont je suis.

    Bonne continuation

  12. 62
    PascalL dit:

    Merci d'avoir ajouté quelques lignes sur Renault, car vous vous êtes bien pris les pieds dans la tapis lors de l'émission :)

  13. 63
    langue-rouge dit:

    @stack post 52

    A ta place je serais prudent. 6% dans un sondage "confidentiel", 3% dans un autre officiel fait en même temps.
    Probablement que ce sera entre les 2 mais plutôt vers 3 que vers 6%.

    @Mazan post 50
    Il faut savoir. Soit le NPA a trop de principes en particulier quand il s'agit de la participation de ses élus aux exécutifs dominés par le PS, du refus du nucléaire, du refus de voter les crédits des lycées privés comme le font le PCF et le PG si férus de laïcité, du refus des subventions aux entreprises qui licencient, soit il n'en a pas assez.

    Mais il faudra vous mettre d'accord sur autre chose que sur le désir de lui tapper dessus à bras raccourcis.

  14. 64
    André Assiétoi dit:

    Le communiqué du DAL à propos de l'expulsion à Bagnolet :

    Expulsion au bulldozer à Bagnolet (93), 92 rue Victor Hugo :

    * Environ 80 personnes, et quelques enfants ont été expulsé ce matin, par d’importantes forces de police.

    L’immeuble est en cours de destruction avec les biens des occupants. Certains habitaient là depuis 10 ans. Il s’agissait d’un immeuble de logements, appartenant à la mairie de Bagnolet, qui selon certaines sources aurait été revendu récemment à une filiale du groupe Auchan pour construire des logements.

    Aussitôt expulsés, les bulldozers se sont mis au travail, détruisant les biens des expulsés restés dans l’immeuble. L’huissier de justice présent sur les lieux a répondu que la mairie avait refusé de louer un garde meuble. Aucun inventaire des biens n’a été dressé, en violation avec le code des procédures civiles d’exécution qui régit le travail des huissiers de justice.

    DAL / Droit Au LogementLe commissaire en charge d’exécuter l’expulsion a assisté à la destruction des bien sans broncher.

    Devant être reçus par un adjoint au logement, les expulsés ont alors attendu en vain 2 heures sous la neige, devant la mairie de Bagnolet, puis ont été se mettre à l’abri dans un gymnase voisin, vers 15 h00.

    Un responsable de la préfecture de Saint Denis dépêché sur place a fait évacuer la gymnase par les gardes mobiles à la demande du maire. Les expulsés à nouveau à la rue se sont rassemblés et remontent vers l’immeuble en cours de destruction.

    Il s’agit d’un nouveau dérapage après celui du 25 rue de l’échiquier, Paris 10ème. Cette fois les autorités chargées de faire respecter la loi s’en affranchissent, et remettent en cause gravement les droits des personnes expulsées de leur logement.

    Les expulsés sont en majorité des migrants d’Afrique de l’Ouest, des Français, et quelques sans papier. Des habitants de Bagnolet, des représentants de RESF et de la CIP sont sur place et apportent leur soutien.

    Droit Au logement dénonce cette expulsion en plein hiver, qui une fois de plus piétine les droits des personnes vulnérables. Le DAL demande aux autorités :

    * de prendre des mesures immédiates pour reloger les expulsés, si nécessaire par voie de réquisition,
    * de mener une enquête et sanctionner les responsables de cette destruction de biens injustifiée,
    * la régularisation des expulsés qui sont sans papier.

    Droit Au Logement a été saisi sur ce dossier, lors d’un rassemblement en fin de matinée organisé pour soutenir les habitants d’un taudis sans toit, sans eau courante et sans électricité pour certains locataires, situé 35 rue Marie Anne Colombier.

  15. 65
    André Assiétoi dit:

    L'hypocrisie du PCF, qui publie un communiqué dénonçant ce qui se passe à Bagnolet :

    Expulsion-Bagnolet: "Inacceptable" pour le PC

    Le Parti communiste a jugé "inacceptable" jeudi l'expulsion des squatteurs d'un immeuble de Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Le bâtiment a été évacué puis détruit au bulldozer mercredi matin. "En pleine trêve hivernale et dans une période de grand froid, la préfecture a procédé à une expulsion sans qu'une solution de relogement ne soit trouvée. C'est inacceptable!", s'indigne le PC dans un communiqué. "Le PCF proteste contre ces méthodes d'un autre âge et demande que l'État prenne ses responsabilités pour que des solutions de relogements pérennes soient trouvées au plus vite".

  16. 66
    cvnes dit:

    @51
    rien à dire sur ta démonstration. sauf quelques petites remarques une qui ne s'adresse pas à toi.Personne ne travaille au CHSCT, il faut avoir un emploi directement lié à l'employeur dont dépend cet organisme. Siègent les représentants du personnel, la médecine du travail, le Président ou son représentant par contre peuvent-être concernés ceux qui agissent comme de prestataires direct ou indirect.
    D'autre part je ferais remarquer, que tous les ingénieurs travaillant sur les sites de production thermique n'ont pas tous le profil, ni leur pensée formaté comme tu le décris.
    Et puis, sur les conditions d'exploitations de ces centrales de la vallée du Rhône (3) elles n'ont pas toutes le même système de refroidissement, il est bon de le rappeler même si le résultat global du réchauffement des eaux du fleuve(et de ses conséquences) ne peuvent être niées.
    D'autre part, tu aurais pu ajouter les incidents encore plus importants ont eu lieu sur le site du Tricastin.
    Il faut aussi lire tous les communiqués et informations internes et externes des syndicats et particulièrement de la CGT sur les conditions de travail qui induisent non seulement des incidents graves dus à des défauts matériels ou sur l'entretien. l'utilisation d'une sous-traitance peu informée des risques encourus (il faut garder le travail) et des dégâts sanitaires sur le personnel graves. (Suicides, maladies du sang, dépressions) Et je ne parle pas des familles éclatées à cause des tensions subies.
    Amicalement.

  17. 67
    Descartes dit:

    @Jean ai marre (#51)

    Tu as compris que je ne suis pas ton camarade, c’est bien,

    Ca, je l'avais compris depuis très longtemps. J'ai eu le tort de l'oublier un instant, et tu as bien fait de me le rappeller. Il y faut toujours se souvenir de qui sont ses vrais camarades... et savoir les distinguer des autres.

    maintenant, il faut que tu saches que je n’aime pas, mais pas du tout, le ton et ta manière de répondre.

    Si ça peut te consoler, c'est réciproque.

    Tu dis que tu a travaillé dans des centrales en tant que CHSCT,

    Non, je n'ai pas dit ça. Relis avec un minimum d'attention ce que j'ai écrit. J'ai travaillé dix ans dans les centrales, et j'ai été membre du CHSCT. Mais je n'ai pas "travaillé dans des centrales en tant que CHSCT". D'ailleurs, si tu savais ce que c'est qu'un CHSCT, tu n'aurais pas fait l'erreur de croire qu'on peut travailler "en tant que CHSCT". CHSCT veut dire "comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail". On peut en être membre, mais on ne peut pas travailler "en tant que...".

    Bref, revenons au sujet, si tu veux savoir, et parfaire tes connaissances, demande le poliment, je t’expliquerais.

    Je doute fort, ayant lu tes messages précédents, que tu aies beaucoup à m'apprendre sur ces questions. Mais si tu veux te mettre à la place du professeur, à ton aise. Cela étant dit, un professeur qui ne connait pas sa matière risque un sérieux chahut...

    Je n’accuse pas les soit disant Ingénieurs d’EDF, d’avoir falsifier leur diplôme,, c’est toi qui le dis.

    Non, c'est toi qui le dis. L'utilisation de l'expression "soi disant" dans ce contexte indique clairement une contestation du statut d'ingénieur qu'ils affirment avoir. Pourquoi sinon ne pas avoir écrit tout simplement "les ingénieurs EDF" et avoir utilisé plutôt la formule "les soi-disant ingénieurs EDF" ? Les mots ont un sens... et l'utilisation de ce genre de formules est un vieux truc pour dévaloriser, sans avoir l'air d'y toucher, le discours de l'autre. Faut assumer les mots qu'on emploie.

    Concernant le refroidissement, c’est élémentaire, ce qui compte c’est le delta entre l’élément réfrigérant (l’eau) et l’élément réfrigéré (les installations) Si tu réfrigères avec de l’eau à 15 ° C un élément dont sa température est de 100 ° C, tu comprends (je l’espère) que l’échange va se réaliser et que la température va baisser pour atteindre progressivement 15 °C. On travaillera sur le débit de l’eau et son rejet, va modifier l’environnement où elle sera déversée….

    Pour quelqu'un qui prétend "parfaire mes connaissances", tu pars mal. Je crains que tu n'aies pas compris comment fonctionne un refroidissement par circulation d'un élément actif: en fait, la température du réfrigérant et du réfrigéré n'ont guère d'importance. Le cœur de réacteur, c'est un composant actif, qui produit de la chaleur. Dans ce contexte, si je refroidis avec de l'eau à 15°C, le cœur n'atteindra pas "progressivement" 15°C. Il atteindra une température d'équilibre qui dépend du coefficient d'échange, de la température d'entrée du réfrigérant et du débit d'eau. La différence de température entre la prise d'eau et le rejet, par contre, ne dépendra (à l'équilibre) que de la quantité de chaleur évacuée et du débit. Je peux donc calculer le deltaT entre la température de prise d'eau et la température de rejet dans le fleuve simplement par la formule:

    deltaT= 0,00418 x (quantité de chaleur)/débit

    qui est totalement indépendant des conditions de l'échange et de la température de l'élément réfrigéré...

    Les habitants du bord du Rhône, sont des gens qui ont pour habitude de vivre dans cet environnement et donc d’apprécier l’évolution du milieux, plutôt que toi par exemple qui fait que passer.

    Je ne fais que passer, mais je peux regarder les séries de mesures effectuées depuis cinquante ans. Tandis que les habitants du Rhone, outre le fait qu'ils ne sont pas forcément là depuis cinquante ans, doivent se fier à leur mémoire et à leur perception subjective, deux choses éminemment faillibles...

    Le 28 janvier 1999, deux évacuations de personnels ont été nécessaires à la suite de dégazages radioactifs. L’Autorité de sûreté nucléaire a décidé de déclencher une inspection à la centrale de Cruas-Meysse, et a classé l’incident au niveau 1 de l’échelle INES[1].

    Je vois que tu as décidé de "parfaire mes connaissances" en citant texto Wikipédia. Ok, c'est une manière de se cultiver comme une autre. Mais n'est-ce pas un petit peu superficiel pour prétendre avoir fait le tour de la question ? Mais peut-être est-tu allé consulter la référence fournie par Wikipédia sur le site de l'ASN ? J'en doute... Permets moi donc de douter de ta connaissance approfondie de l'affaire à laquelle tu fais référence, et donc de ta capacité à en tirer des conclusions valables. Mais peut-être ais-je tort, et tu sais de quoi tu parles. Tu n'auras alors la moindre difficulté à m'illustrer: ça veut dire quoi ici une "évacuation du personnel" ? Qu'est-ce qu'on a évacué exactement ? Un bâtiment ? La centrale entière ? La commune ? C'est quoi les "gaz radioactifs" en question ? Ils viennent d'où ? Tu m'avais promis de m'expliquer, alors vas-y, je t'écoute...

    Je n'ai pas trouvé d'autre référence à cet incident (la banque de données de l'ASN ne répertorie que les incidents depuis 2000), et je ne peux donc pas commenter en connaissance de cause. Mais connaissant les procédures, je peux imaginer ce qui s'est passé: les procédures de dégazage du circuit primaire n'ont pas été respectées, et lors de l'ouverture du circuit primaire des gaz radioactifs sont partis dans l'atmosphère du bâtiment réacteur. Ça n'a rien de catastrophique, et d'ailleurs la DSIN a du le considérer ainsi puisqu'il a classé l'incident au niveau 1.

    Je ne commente pas les autres incidents, qui sont cités de la même manière. Il ne suffit pas de recopier une longue liste sur Wikipédia pour prétendre avoir cerné le problème. Est-ce que tu est allé lire les rapports d'incident pour comprendre effectivement ce qui s'est passé et avoir une idée du risque réel couru par l'installation ? Quand tu lis qu'un "plan d'urgence interne" a été déclenché... est-ce que tu as la moindre idée en quoi un tel plan consiste et pour quelle raison on le déclenche ? Tu pourrais au moins avoir la modestie de comprendre que tu ne connais pas grande chose à ces questions, et profiter de l'opportunité que tu as de discuter avec quelqu'un qui a eu la chance de bosser effectivement sur un site, au lieu de prétendre "parfaire ses connaissances"...

    Quant à Jean-Luc Mélenchon je lui fait confiance,

    J'en ai connu qui ont fait confiance à Staline, à Mitterrand... et qui l'ont amèrement regretté. Maintenant, moi je ne fais confiance qu'à ce que je comprends. Et franchement, je ne comprends pas comment Jean-Luc Mélenchon peut tenir rationnellement le discours qu'il tient sur le nucléaire.

    c’est un homme qui a de la suite dans ses idées, il a trop dev respect pour ses concitoyens, pour la démocratie, et un débat national sur les énergies ne doit pas lui déplaire.

    J'ai le plus grand respect et amitié pour Jean-Luc Mélenchon. Mais en matière d'énergie, je me vois à mon grand regret obligé de constater que le débat a été fermé avant d'avoir été ouvert, puisqu'il a affirmé comme une évidence que le nucléaire est dangereux et qu'il faut en sortir. Quant à moi, je suis toujours disponible pour un débat...

    Le PG est un parti jeune, ce sont ces types d’actions qui vont faire sa spécificité. Je comprends que tu sois allergique à cette faàon de voir et de faire, ….

    Je n'ai pas très bien compris à quel "type d'action" tu fais référence. Pourrais-tu être plus spécifique ?

  18. 68
    izarn dit:

    Il y a une marge, voire un fossé entre le FdG et Ségoléne Royal. L'une veut le pouvoir en premier, Mélanchon veut refonder la gauche, ce qui serait un préalable si j'ai bien compris à une prise de pouvoir.
    Parceque, a quoi bon DSK président en 2012? Ca ne menerait à rien et il a raison, du Sarkozy sans le jeu sécuritaire, et surtout la croyance jospinienne (Consensus de Chicago) dans l'effet de percolation des riches vers les pauvres. Plus les riches sont riches et plus les pauvres en profitent, ce qui est un mensonge dans les faits: Depuis que cette idéologie depuis 20 ans est sur orbite, les américains eux-meme ont vu s'approfondir un gouffre entre riches et pauvres. Evidement DSK, au chaud à New York prés de Wall-Street n'a rien remarqué. Ce sont les salariés qui font la richesse, par l'inverse, comme l'avait vu ce bon vieux Marx. L'exemple des SCOP montre qu'on peut produire sans la finance des riches, et simplement utiliser des emprunts les plus classiques auprés de banques non liées à la finance globalisée et spéculative. Des banques SCOP? Et pourquoi pas? Revenons a nos moutons:
    Par contre Ségoléne est beaucoup plus réactive: On refera une autre gauche dans l'élan! Entre parenthése il serait plus facile au FdG d'en profiter qu'avec l'actuelle direction momifiée du PS. Ils n'ont pas bougé depuis 2000...
    J'ai écouté Jospin sur France Inter, cela sentait bon la lavande et la naphtaline...
    Et pourquoi pas? On a hélas à la gauche du PS ce refrain éternel des lendemains qui chantent: Camarade le chemin est long mais ton arriere petit fils en profitera...Bof, on connait la chanson...
    Ce que nous voulons c'est le pouvoir, il faut oser le proclamer. Et meme une alliance avec le Modem est plausible, a condition bien sur qu'elle ne lie pas les bras.
    C'est trés bien la gauche de la refondation des idées, mais il y a urgence à reprendre le pouvoir, à le soustraire à la droite néo-libérale qui désormais nous entraine droit dans le mur, France et Europe y compris. Le consternant rapport de Mélanchon est la pour le prouver! Ces gens sont criminellement aveuglés par leur idéologie nécro libérale.
    Nous voulons le pouvoir! Et c'est cela qui doit etre le leimotiv, ceux qui font barrage pour des motivations du genre enc...de mouches et bien, qu'ils restent dans le fossé.
    Si nous voulons redresser la situation, il n'est plus question de se la jouer bien pensant en restant spectateur dans son petit confort idéologique. Meme Bové a rallié l'européiste Cohn Bendit, c'est dire!
    Si Bayrou ne veut pas s'allier ou fait le difficile qu'il aille au diable, ainsi que le NPA.
    De toute maniére Bayrou est bien trop lisse. En politique il faut faire des actes qui marquent les idées. Quand on est dans l'isoloir, ils ressurgissent. En 2007 des gens ont vu dans leur cerveau apeuré par les médias, les voitures brulées, résonner les termes "Karcher", "racaille" et ils ont voté la sécurité promise par l'homme pseudo fort, plus que ces gadgets néà-libéraux peu crédibles meme chez les salariés mais vantés par des médias abusés ou aux ordres. "Travailler plus pour gagner plus": Mais tout le monde s'en fout! Ca n'a jamais fait aucune entrée dans le sarkosisme ce truc la...C'est de la propagande qu'il faut enfoncer dans le crane par matraquage.
    Des coups de force? De Bayrou rien, d'Aubry rien, de DSK moins que rien, le vide de l'espace intersidéral.
    Les jeunots du PS l'ont bien compris qui essaient de se démarquer maladroitement, par exemple lors de la polémique Polansky et Fred Mitterrand. Et Peillon? Son coup envers Chabot sera dans les mémoires de maniere bien plus efficace qu'on long discours sur les droits de l'homme kouchnerien "l'homme au sac de riz sur l'épaule"...
    Quand à Ségolene ses coups sont nombreux, le plus fameux en date sont ses excuses de la France depuis l'Afrique...Bien joué!
    Je propose à Mélanchon de faire des "coups" meme si cela peut heurter les habitués de ce blog.
    C'est triste à dire, mais majoritairement dans l'urne, c'est ça qui compte dans la masse majoritaire des hésitants.
    Ne pas laisser cette arme à la droite.
    Quand on a inventé l'épée de fer fallait-il continuer avec une épée de bronze par moralisme déplacé?

  19. 69
    Descartes dit:

    @stack (#52)

    En Ile de France, selon le dernier sondage, Besancenot doublerait ses voix, atteignant 6%, autant que le Front de Gauche, dans une région où le NPA fait ses plus mauvais scores.

    En d'autres termes, le scandale autour de la candidate voilée permet effectivement au NPA de ratisser des voix ? Ceux qui nous ont raconté (Besancenot en tête) qu'en présentant une candidate voilée le NPA avait "plus à perdre qu'à gagner" nous auraient donc menti ? Et ceux qui insinuaient que le NPA a présenté la candidate voilée pour faire un "coup" électoral auraient donc raison ?

    Nous le saurons le soir du premier tour...

  20. 70
    ArtDesChoix dit:

    Bonjour,
    pour info une partie de l'ingénierie de Renault est en cours de transfert en Roumanie et en Inde également. C'est très peu connu, mais on peut en trouver une trace dans cet article:
    http://pro.01net.com/editorial/509749/infogerance-capgemini-fait-une-entree-en-force-chez-renault/

  21. 71
    André Assiétoi dit:

    Sur ce forum, y-a des types qui se prétendent savants et qui tiennent des raisonnements même pas dignes de l'école primaire. Ainsi, alors qu'aucune étude d'aucune sorte n'a été faite sur les conséquences électorales de "l'affaire" du voile", alors que personne n'en sait rien, alors que les faits ont montré que c'était une décision locale qui a bien emmerdé le national, alors que c'est le Figaro qui a fait buzzé l'affaire, ce serait le résultat des courses qui montrerait s'il s'agissait d'un coup de la part du NPA ou non. Quel interprétation misérable.

    Franchement, qui peut prendre au sérieux, dans quel que domaine que ce soit, un type qui joue les scientifiques et qui montre à chaque post que c'est l'idéologie qui le tient et qui lui fait interpréter toute chose. Une idéologie bien droitière. Qui a encore envie de perdre son temps à discuter avec ce ratiocinateur impénitent ?

  22. 72
    julie dit:

    quelque fois ça sert les députés européens...

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/02/11/acces-de-donnees-bancaires-les-eurodeputes-ouvrent-une-crise-avec-les-etats-unis_1304216_3214.html#ens_id=1301339

  23. 73
    ermler dit:

    @ andré assietoi

    Expulsion de squatters à Bagnolet.

    Oui, c’est vrai, une mairie communiste fout des gens dehors en plein hiver. Je le sais d’autant mieux que des gens s’organisent pour leur apporter de la nourriture chaude.

    D'après tout ce que j'ai lu sur cette affaire (réellement ignoble), personne ne dit que c'est la mairie de Bagnolet qui a demandé cette expulsion.(Puisque- apparemment - l'immeuble appartiendrait au groupe Auchan).
    Ton :"..une mairie communiste fout des gens dehors en plein hiver" est donc, juqu'à preuve du contraire, une calomnie.
    Par contre, que la Mairie communiste n'ait rien fait pour trouver une solution d'hébergement pour ces gens, c'est inacceptable.
    Le communiqué du PCF est clair. Reste à éclaircir l'attitude de la municipalité.

    En attendant, évitons de foncer sur le PCF en lui attribuant des actes qu'il n'a pas commis.

  24. 74
    ermler dit:

    @ andré assietoi

    Après relectures, je me dis que tu évoquais peut-être l'expulsion du Gymnase où s'étaient réfugiés les squatteurs après le destruction de l'immeuble.
    Si c'est de cette expulsion-là dont tu parlais et si l'information est exacte, alors bien sûr, je retire, avec mes excuses, le mot de "calomnie".

  25. 75
    carlo dit:

    Quelqu'un pourrait-il m'expliquer qui vise Jean-Luc Mélenchon dans son billet lorsqu'il écrit:"Ici... pas de trotskistes infiltrés qui terrorisent du verbe de maigres cohortes d’aigres coupeurs de cheveux en quatre"?

  26. 76
    jean ai marre dit:

    Le nucléaire

    @ 61 cvnes, merci pour ta contribution.
    Je partage ton appréciation : tous les ingénieurs n'ont pas le même profil, ni formaté de la même manière.
    Je mettais en évidence les débatteurs qu'EDF envoie sur les sites de réunions pour porter la bonne parole.
    Je soupçonne même qu'ils ne connaissent pas la loi de joules.
    Peux tu en dire davantage sur les incidents. Je ne souhaite pas monopoliser le blog.
    La chanson de Grégoire prend sa pleine mesure, : toi, plus moi, plus eux, et tous ceux qui le veulent....

    @ 678, @ 687 Pulcherry D
    @ 681 M. Matain.

    "Sur le plan de la sécurité des hommes et des ouvrages, le fait que l'entreprise soit publique ou nationalisée n'est suffisant comme garantis "
    La sécurité est un domaine " qui coûte cher ". Dans les élaboration des projets de fabrication elle n'était pas systématiquement prise en compte. Aujourd'hui, les choses sont différentes, si la sécurité n'apparait pas en encore au premier chapitre dans la cahier des charges, elle y est très souvent incluse. même si son coût est disséqué, son poste budgétaire est analysé finement.
    Même dans une SCOP, la sécurité des hommes, des matériels et du produit fini s'il génère une autre démarche, sera analysée pour réduire son coût.
    Lors des appel d'offre," pour passer ", certaines entreprises ont tendance à rogner sur la sécurité.

    Pulcherry D, pour répondre imparfaitement à votre interrogation, je dois vous dire que l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) est composée de personnes ayant le lobby du nucléaire. Dans ce cas on ne peut être juge et partie. Par exemple, elle est incapable d'imposer à EDF des mesures majeures.

    Les risques existent autour des centrales, C'est d'ailleurs pour ça que, autour des centrales, les autorités distribuent des pastilles d'iode (qui ne sauveront d'ailleurs personne) .

    Je partage votre pertinence et la discussion sur ce blog peut mettre en évidence des sujets importants comme le :
    Quel types d'entreprises en France ?
    ou : Le coût de la sécurité fausse t elle la concurrence ?
    ou : Le débat national sur les énergies est il souhaitable ?

    Je pense que le P.G. parti jeune a tout intérêt à sortir des sentiers traditionnels et se démarquer en proposant des façons originales de faire de la politique, en associant les citoyens sur les pb de société.

    C'est en cela que j'ai applaudi Jean-Luc Mélenchon, qui dans l'interview au grand jury a proposé que cadres, les ingénieurs, techniciens et ouvriers participent pleinement à la réflexion : comment faire autrement.

    Le littoral du sud est est blanc comme dans les Alpes de Haute Provence. Restez au chaud.

  27. 77
    des pas perdus dit:

    74 carlo : a priori, pas à Mercader...

  28. 78
    Pierre Granet dit:

    @ Mazan,

    Pour approfondir, s'agissant de Samy Johsua et du comité quartiers populaires du NPA vauclusien, voir, réunion de travail quartier populaire à Avignon, sur les thèmes « représentativité, islam et NPA, féminisme, capitalisme, discrimination positive, etc. ». La vidéo est publique. Elle date d'il y a plus d'un an, tournée lors du processus de fondation du NPA, et relate la rencontre des militants associatifs de l'AJC-REV avec deux « historiques » de la LCR, Jacques Fortin, fondateur du CUARH dans les années 1970, irréductible et placide combattant contre toutes les discriminations, et Samy. Le débat sur la laïcité, la religion et les deux courants se réclamant du marxisme qui divergent sur le sujet commence à la minute 43.

    Et pour ce qui est de la confiance qu'Ilhem Moussaïd peut accorder aux dirigeants de son parti, Mazan, pas de souci. Samy, qui envisageait jusqu'à présent de n'être que « directeur de campagne » pour la liste NPA-Alternatifs en PACA, intègre la liste comme candidat. Il est donc au front, comme il l'a toujours été.

    Son interpellation publique de Jean-Luc Mélenchon, dans Marianne, omet toutefois, de mon point de vue, un préalable s'agissant des débats et des polémiques publiques entre partis de gauche. J'ai bien lu, dans son avant-dernier billet, que Jean-Luc Mélenchon « rumine », qu'il a reçu cinq sur cinq la critique à lui adressée par Pierre Marcelle dans Libération, critique que Jean-Luc Mélenchon reprend dorénavant à son compte, qu'on ne fait pas chorus avec la droite quand on est de gauche. Mais reste l'injure faite à Ilhem et à ses camarades de parti (« C’est une attitude immature et un peu racoleuse [!] ») qui n'a toujours pas été retirée. J'attendrai le prochain billet.

    Pierre Granet
    militant du NPA

  29. 79
    langue-rouge dit:

    @Descartes post 68
    Toujours prompt quand il s'agit de cracher sur le NPA.
    Pour te rassurer le sondage en question est une anomalie. Tous les autres donnent Besancenot à 3 voir 4 %. Et par ailleurs, les réponses ont été recueillies juste avant le scandale d'Ilham.
    T'inquiète, Descartes, le NPA perdra des voix dans l'histoire^. C'était le but de la manoeuvre de tous ceux qui se sont acharnés et ils ont réussi. Provisoirement bien sûr !

  30. 80
    ermler dit:

    Pour les régionales.
    Moi je vous fiche mon billet, et malgré le pessimisme de LR, que "l'affaire du voile d'Ilham" va plutôt profiter électoralement au NPA. (Sans prétendre nécessairement que le NPA ait voulu faire un coup électoral).
    Pas PARCE QUE le NPA présente une candidate voilée, mais à cause du déchaînement médiatique unanime que cette candidature à déclenché. En politique, le" tous contre un seul" profite toujours au "un seul". (Voir : Frèche).

    Tant mieux pour le NPA, si l'indignation provoquée par ce "lynchage" (indignation que je partage) lui profite électoralement.
    Et tant pis pour le Front de Gauche... pour le quel, je voterai néanmoins... malgré l'indignation.

  31. 81
    André Assiétoi dit:

    @ elmer (73)

    J'accepte tes excuses à condition que tu n'en fasses pas à la mairie communiste de Bagnolet. D'après cet article, et les informations que j'ai par ailleurs, c'est bien elle qui est à l'origine de l'expulsion. L'adjoint au maire le revendique. Et je n'ai jamais vu la police intervenir sans qu'elle ait été requise.

  32. 82
    lou passejaïre dit:

    La vérité sur le squat de l’avenue Victor Hugo à Bagnolet
    jeudi 11 février 2010 (16h14)

    Communiqué de la municipalité

    Mercredi 10 février à 6h00 du matin, les forces de police sont intervenues sur ordre de la préfecture pour mettre fin au squat de la rue Victor Hugo à Bagnolet.

    Ce squat était bien connu des forces de police pour les risques qu’il générait en terme d’hygiène et de sécurité sur la ville, de nombreux riverains ont, à plusieurs reprises, interpellé le commissariat, la préfecture et la municipalité.

    Il est avéré que ce squat était devenu un lieu de trafic de drogue, de voitures, de prostitution, de tapage nocturne incessant qui durait depuis plusieurs années. Lors de l’expulsion des occupants qui se livraient à ces activités de type mafieux, des armes de poing ont même été saisies, ne laissant aucun doute sur les risques pour la tranquillité publique et la sécurité des riverains du quartier.

    Un proposition d’hébergement d’urgence a pu être trouvée jeudi matin par la préfecture pour les quelques personnes restées sur les lieux, qui a été refusée par les intéressés.

    La solidarité, ce n’est pas l’exploitation de la misère.
    La municipalité a toujours été aux côtés des vrais victimes de la crise.

    Lors de l’incendie du foyer des Roms, la ville a mis à la disposition le château de l’étang et travaillé avec la préfecture sur une solution digne et humaine de relogement et d’insertion sociale.
    Plus récemment, la ville a pris à bras le corps la situation des locataires de la rue Marie-Anne Colombier logés dans un immeuble déclaré en péril dont le propriétaire tarde à faire les travaux qui lui incombent.
    Le mois dernier le Maire et les élus ont organisé conjointement avec RESF le parrainage républicain des étrangers sans papiers menacés d’expulsion avec leur famille.

    Le squat de la rue Victor Hugo n’a rien à voir avec le tissu social et la solidarité qui fondent l’histoire de Bagnolet, c’est à l’inverse un lieu de non droit, de violence, d’insécurité permanente, de risque pour les biens et les personne de ce quartier.

    La mairie qui travaille sur ce dossier depuis de longs mois, s’est rendue propriétaire des lieux en juin 2009 afin, de construire à cet endroit 50 logements sociaux. Dans une ville où 2700 demandeurs de logement sont en attente, souvent depuis des années, sortiront bientôt ici, des logements HLM neufs et accessibles pour tous. C’est cette solidarité que nous revendiquons, pas celle qui consiste à encourager les trafics, la violence et la prostitution.

    Nous déplorons les excès médiatiques auxquels ont donné lieu cette expulsion et l’exploitation politique qui se met en place. Il n’y avait pas d’enfant dans ce squat, pas plus que de bulldozer pour les évacuer. Ce ne sont pas 80 à 90 personnes mais tout au plus une vingtaine qui occupait le squat.

    Nous appelons la population à faire la distinction entre une solidarité soutenue en direction des familles touchées par l’extrême précarité et des groupes d’individus qui se livrent à tous les trafics.
    Nous mettons en garde contre les manipulations médiatiques et les utilisations à des fins politiciennes qui n’auraient rien à voir avec la véritable solidarité.

    Voilà ce qu'en dit la municipalié

  33. 83
    André Assiétoi dit:

    À propos du port du voile, le meilleur article que j'ai lu sur le sujet, c'est une chronique de Judith Bernard, sur le site d'Arrêt sur images (article payant, malheureusement). En voici un extrait significatif, à faire lire aux membres du NPA, et à Ilham au premier chef, puisqu'elle se dit féministe, pour les aider à trancher la question dans leur congrès :

    Du cheveu féminin considéré comme un poil de cul

    Il n’y a que les fondamentalistes pour en faire une obligation dogmatique. Et bien sûr, quand on milite contre le port du voile, c’est eux que l’on vise : les fondamentalistes, qui en en faisant le signe obligatoire d’une confession, et un signe réservé aux femmes, en ont fait une norme discriminatoire. S’il s’agissait d’un simple signe de piété, il aurait un équivalent masculin: il faudrait se couvrir le chef, qu’on soit homme ou femme, tous les musulmans iraient le cheveu caché et je n’aurais aucun problème avec ce voile parfaitement mixte.

    Mais mixte, le voile ne l’est pas, et il n’est pas difficile de dévider la pelote de significations découlant d’une telle discrimination: si seules les croyantes ont obligation de cacher leur cheveux, et non les croyants, c’est que le cheveu féminin est d’une nature différente du cheveu masculin. Sur un crâne femelle, il devient un signe sexuel assez impudique pour révéler la disponibilité de celle qui l’arbore, et a tôt fait de la désigner comme (im)pur objet sexuel : comme si sa chevelure tenait du poil de cul, lui faisant, en gros, une tête de «con» (minou, chatte, enfin vous voyez, quoi). Ce qui est assez grossier (dans la formulation aussi, j’en conviens) pour les concernées. La non mixité du voile n’est d’ailleurs pas seulement insultante aux femmes, qu’elle transforme en sexe ambulant dont il faudrait cacher la toison; elle fait aussi offense aux hommes, qu’elle érige – c’est le cas de le dire - en phallus sur pattes incapables de modérer leur ardeur sitôt qu’une toison passe à leur portée.

  34. 84
    Hold-up dit:

    @ A tous et toutes...

    Prudence ! Vous ne voyez donc pas qu'à quelques semaines des élections, tout est fait pour diviser nos forces au delà de nos propres divergences réelles mais pas complètement indépassables j'ose l'espérer à l'avenir...A condition de se retrouver demain " à minima ", c'est à dire sur l'essentiel et pas sur les foulards.................Hermes (?)

    Hier le NPA...
    Aujourd'hui le PC !
    Demain le PG ?

    L'important pour les Merdias c'est que le terme de " l'Autre Gauche" ne soit jamais prononcé et encore moins celui du Front de Gauche ÉLARGI.....ben oui, imaginez si la mayonnaise prenait, y seraient emmerdés les pisses -copies, les traders et les milliardaires et ça serait pas gentil pour eux. Pourquoi faire tant de foin en politique étant donné qu'un SDF ça meurt de froid dans un coin sans broncher et qu'au PS, on veille les morts...

    Par contre parler des forces constituantes du Front de Gauche par leur sigle particulier pour bien faire montrer que ce ne sont que des " groupuscules" (méchant en plus vu qu'une des forces laisse une entreprise privée déloger de pauvres gens dans le froid et la misère...) sans beaucoup de puissance. A l'heure des camps de rétention l'anecdote ferait sourire effectivement si de vraies personnes ne se trouvaient pas à la rue en plein hiver. Mais on a encore beau jeu d'accuser le PC plutôt que la multinationale Auchan propriétaire du terrain !

    On vient tous de sortir de l'oeuf ou quoi ? Personne ne voit la machine de guerre psychologique parfaitement huilée qui égrène chaque semaine son motif particulier. Encore un coup du Figaro ou de la presse libre et non faussée ?

  35. 85
    lou passejaïre dit:

    aprés, pour avoir vécu pendant pas mal de temps en petite couronne, j'ai pu observer les stratégies d'acquisition du foncier bati de certaines SEM...
    tu achétes une barraque (cher), tu la mures, tu mets une pancarte à squatter et tu attends, 5 ans aprés tu rachétes toute la rue pour une bouchée de pain et tu en fais du résidentiel... cqfd... mais c'est vieux, ça, c'était comme ça dans les années 80...

  36. 86
    Descartes dit:

    @Jean ai marre (#75)

    Je soupçonne même qu’ils ne connaissent pas la loi de joules.

    "la loi de joules" ? Ce n'est pas plutôt la "loi de Jules" ? Mon dieu, merci Jean de continuer à "parfaire mes connaissances"...

    Ah... c'était "Joule" que tu voulais écrire... et beh, ça ne marche pas non plus: "la loi de Joule" n'existe pas... puisqu'il y en a deux: la première loi de Joule ("l'energie interne d'un gaz ne dépend que de sa température") et la deuxième loi de Joule ("l'enthalpie d'un gaz ne dépend que de sa température"). C'est laquelle de ces deux lois que les ingénieurs d'EDF sont censés ne pas connaître ? Mais peut-être faisais-tu référence à l'effet Joule, qui fait qu'un conducteur traversé par un courant électrique s'échauffe...

  37. 87
    carlo dit:

    @ Annie (691 sur fil précédent)

    "@carlo post 607 : et en retour, il ne me semble pas avoir lu un seul « laïcard » dire qu’il fallait interdire tous les voiles par principe, dans tous les aspects de la vie."

    Je me crois me souvenir que Gilles l'avait demandé et le manifeste de Darthé-Payan n'est pas clair sur ce point. Je lui avais demandé des précisions à ce sujet qu'il ne m'a jamais fournies.

    Affirmer que les excès sont exclusivement le fait de ceux qui sont hostiles à une interdiction du port de la burqa est inexact et l'expression "pro-voile" utilisée pour les désigner est inappropriée. On peut en effet ne pas être favorable à une interdiction et ne pas être favorable pour autant au port du voile.

  38. 88
    carlo dit:

    @ Asse 42

    Défendriez-vous Frêche de la même façon s'il ne soutenait pas SR à qui, fort heureusement, les français semblent faire de moins en moins confiance?

  39. 89
    cvnes dit:

    @jean ai marre
    pour ne pas encombrer le site, je te propose de taper dans les recherches Web "incidents Tricastin", "incidents Eurodif" "incidents areva" (c'est le site de Tricastin) Tiens je mets à ta réflexion, le fait que ces sites sont alimentés en boucle (pour des raisons de sécurité comme un hôpital par exemple) et qu'ils consomment une grande partie de leur propre production mise sur le réseau.C'est encore plus vrai sur le site du Tricastion. Je n'oublie pas une pollution grave d'eau pluviale dans une zone non contaminée à Romans sur Isère à partir du site de conditionnement FBFC. Ajouter aussi Mollex (Montpelier)
    Enfin une nouvelle politique énergétique doit-être cohérente, harmonisée, sécurisée. Elle doit-être un des éléments indispensable à la pratique démocratique, à l'aménagement du territoire. En focalisant et stigmatisant le débat pour ou contre le "nucléaire" nous avons trop tendance à réduire.

  40. 90
    4 Août dit:

    @ Julie 72

    Bonne nouvelle en effet.

  41. 91
    janba dit:

    @izarn et d'autres

    Merci de faire l'effort d"=écrire correctement le Nom de Mélenchon
    A+

  42. 92
    cvnes dit:

    rien de plus que n'écrive Jean-Luc Mélenchon sur la stratégie du PS en languedoc/roussillon (et ailleurs) un article pour ceux qui ne sont pas des lecteurs acharnés du ML (à juste raison)
    http://www.midilibre.com/articles/2010/02/10/A-la-Une-Le-militant-Ferran-degaine-un-terrible-pamphlet-anti-Freche-1107245.php5

  43. 93
    carlo dit:

    @ Descartes (#57)

    Je réécris le 1er paragraphe de mon commentaire qui comportait des fautes de frappe.

    Pour ma part, je n’ai jamais lu dans les commentaires que j’ai survolés qu’il était souhaitable que les femmes se voilent et aucune de celles qui se sont exprimées ici n’a dit, à ma connaissance, qu’elle avait elle-même décidé d’adopter ce mode de comportement vestimentaire.

  44. 94
    4 Août dit:

    Grèce...

    Pauvre Grèce, pauvres Grecs. L'UE va faire du "FMI" sans le FMI:

    ""La commission surveillera étroitement la mise en œuvre de ces recommandations en liaison avec la BCE et proposera les mesures additionnelles nécessaires en s'appuyant sur l'expertise technique du fonds monétaire international. Une première évaluation serait faite en mars""

    Pourquoi n'essaieraient-ils pas plutôt la méthode Argentine ?

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/02/11/accord-franco-allemand-pour-aider-la-grece_1304390_3214.html

  45. 95
    Pierre L dit:

    à Pulchérie D (11 février 2010 à 13h36)
    Ah, Pulchérie D chérie, merci beaucoup pour ce lien. Je HAIS ces gens là.

  46. 96
    spartacus dit:

    avant de tomber à bras raccourcis sur le PCF comme de vulgaires journalistes nantis de télé ou de radios.prenaient le temps de le réflexion.je vous invitent a prendre connaissance du long communiqué de la mairie de BAGNOLET et non pas des petites phrases tronquées distillés par les médias dans leurs flashs info.ce n'est pas anodins que cela arrive pendant la campagne électorale.ne pas oublier l'émotion tue la réflexion.certains sur ce site semblent l'ignorer,trop contents de taper sur les communistes.

  47. 97
    Hold-up dit:

    "L'information circulait sous le manteau depuis quelques jours. Elle a été officialisée hier soir, lors d'une rencontre avec la presse à Gond-Pontouvre : Alain Morange, le secrétaire de la section du Parti socialiste d'Angoulême, figurera en sixième position sur la liste du Front de gauche emmenée par la conseillère régionale sortante communiste, Simone Fayaud.

    Autant dire qu'il s'agit là d'une nouvelle qui va faire du bruit dans le Landerneau politique charentais. Elle illustre parfaitement la cassure existant au PS entre les tenants d'un social libéralisme mou et les militants persuadés qu'il convient de changer complètement de politique, capitalisme financier et ultralibéralisme ayant amplement démontré qu'ils ne conduisaient qu'à multiplier le nombre des riches... et, en beaucoup plus grand nombre, celui des pauvres. "

    Front de Gauche. La liste a reçu le renfort d'Alain Morange, secrétaire de la section PS d'Angoulême.
    http://www.sudouest.com/charente/actualite/article/863464/mil/5700283.html

  48. 98
    ermler dit:

    @ andré assietoi

    J’accepte tes excuses à condition que tu n’en fasses pas à la mairie communiste de Bagnolet.
    .

    Je préférerais que tu acceptes mes excuses "sans condition"...
    Pourquoi irais-je faire des excuses à la mairie de Bagnolet ? Je ne l'ai pas (encore) attaquée.

    Dont acte : La mairie de Bagnolet reconnait que c'est elle qui a déclenché la procédure qui a conduit à l'expulsion.
    (L'information "immeuble racheté par Auchan" était donc bidon).
    Pour être précis, c'est le préfet, (et non la mairie comme le titre les "inrock's") qui a procédé à l'expulsion. Le fait que le préfet ait choisi un jour de "grand froid" pour procéder à cette expulsion me laisse assez sceptique sur
    "l'innocence" des intentions de ce préfet.
    On aurait, côté préfecture, voulu faire en sorte que cette expulsion suscite le maximum d'indignation, qu'on ne s'y serait pas pris autrement. Indignation qui, bien sûr, tomberait exclusivement sur la marie communiste.

    André, je t'invite aussi à lire attentivement le communiqué de la mairie de Bagnolet que "lou passejare" (post 82) nous a transmis.
    Je t'invite à lire les faits et les arguments qu'ils exposent. La tête froide. (Si c'est possible pour toi... ;-) )
    Je ne sais pas si les faits qu'ils donnent sont exacts. (Mais toi, tu ne le sais pas d'avantage). S'ils sont exacts, ils justifient la procédure.
    Ce qui est inacceptable, ce sont les conditions de cette expulsion. Et je m'étonnes beaucoup que le communiqué de la mairie ne s'en indigne pas.

    En attendant d'en savoir plus, je rejoins l'appel à la vigilance de Hold-up. Le coup des" méchants maires communistes" qui expulsent à "coups de bulldozers" les pauvres squatters, ça fait trente ans qu'on nous le fait régulièrement ! De préférence en période pré-électorale...

    Ca y'est! Je sens que cette affaire va être la nouvelle ligne "de fracture" qui va diviser ce blog !
    Tous aux abris ! Et préparez les munitions... !

    Et pendant ce temps, du côté du pouvoir, on sifflote....
    .

  49. 99
    guillot dit:

    Pour Samy Johsua, dans la polémique sur le voile d'Ilham qui divise la gauche de la gauche, nous serions les héritiers de Jules Guesdes et Jean Jaurès. Ce sont deux approches diffèrentes de la la laïcité qui perdureraient aujourd'hui.

    Pour Jules Guesde, le combat de la laïcité se confond avec celui de la religion (il rejoignait en cela celui d'un Jules Ferry, un anticommunard et un colonialiste)

    Jean Jaurès, lui, cherchait à "pacifier" les passions religieuses et permis à la loi de 1905 sur la séparations des églises et de l'Etat de voir le jour. Sa conception de la laïcité rejoignait celle de Lénine la même année.Dans un texte sur "Socialisme et religion",il écrivait en effet que l'unité des prolétaires pour construire un paradis terrestre lui importait plus que leur unité d'opinion sur l'existence d'un paradis céleste. Et le décret de la jeune république socialiste soviétique paru en janvier 1919 s'inspirait de la loi française de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat.

    Un autre proximité entre Jean Jaurès et Lénine était l'affaire Dreyfus, à la diffèrence d'un Jules Guesde et le courant socialiste qu'il représentait, hostiles à toute solidarité envers ce capitaine juif et bourgeois. Pour s'en convaincre, il suffit de lire sa "Maladie Infantile" écrit en 1920. Lénine conseille aux communistes anglais de s'inspirer de l'affaire Dreyfus comme exemple de déclenchement d'une crise nationale (pouvant déboucher sur une crise révolutionnaire) .

    Faire le lien entre les débats d'hier et ceux d'aujourd'hui sur la laïcité est aussi une bonne approche. Cela nous donne une boussole pour nous situer. Ainsi, les "jauréssiens" d'aujourd'hui ne sont pas ceux que l'on croit.
    les guesdistes non plus. C'est clair que dans le NPA, ces 2 approches cohabitent. Son prochain congrés de la Toussaint s'annonce passionnant.

    j'ai écouté Elisabeth Badinter sur Franc Inter. C'est un autre débat, celui du féminisme, certes. Mais son approche reste "frontale" : elle dénonce durement, sans proposer quoique ce soit pour "convertir" les femmes voilée si ce n'est la contrainte de les exclure de l'espace public. En fait cela ne revient'il pas à les renvoyer à leurs fourneaux, dans la sphère privée de leur famille !

  50. 100
    geache dit:

    Trés belle démonstration de la valeur de l'homme

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 7 8 9 10 1114 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive