13nov 09

Cette note est longue. J’y parle du retour de la «directive services», fille de la Bolkestein, qui est revenue à l’ordre du jour du parlement européen cette semaine. Elle sera transposée en droit français d’ici au 28 décembre prochain. Je mets mon analyse à la disposition de ceux qui veulent faire de la sensibilisation sur ce thème. Sinon je parle d’autres choses aussi un peu avant et si vous voulez savoir quoi, allez voir.

 

 

 

Unitaire, si tu savais !

Il y a eu une réunion en vue de l’unité de l’autre gauche, le dix novembre, au siège du Parti de Gauche. La sixième, je crois. Je ne la raconte pas. Tout cela est disponible en vingt versions différentes et peut-être même en braille pour que nul n’en ignore. On trouve le point de vue du Parti de Gauche à la une de son site. On peut connaitre ma façon d’en parler en prenant le lien avec le site de «France-info» qui m’a interrogé sur la question le matin du 11 novembre, juste avant que je prenne le train pour Bruxelles. Cette vidéo est également sur mon pavé vidéo juste à côté de cette colonne. Maintenant nous voici engagés dans la dernière phase du ridicule : deux réunions convoquées séparément pour discuter sur la base du même texte. Et quel texte ! Le texte du Front de Gauche ! Ca va pas nous grandir ! Mais ça me rajeunit ! Me re-voila plongé dans l’ambiance des poisons et dentelles des assemblées générales d’étudiants de ma génération. L’enjeu de toute cette agitation est de savoir qui va porter la casquette du «pas gentil qui divise». C’est dérisoire. Stop ! Je ne joue plus. Nous avons une divergence qui s’est concentrée sur la question du «troisième tour». Pouvons nous ou non participer à des exécutif quand nous ne sommes pas nous même en tête de la gauche ? Nous avons une divergence sur le sujet depuis le début. Toutes les autres divergences ont été dépassées. Pas celle-là. Assumons le aussi simplement qu’on se l’est dit franchement au lieu de s’inventer des pièges. Pour moi je prends ça comme un échec personnel car j’avais absolument la certitude que le NPA ferait le pas. Je l’ai dit de tous côtés et mes amis ont fait tout ce qu’ils pouvaient de toutes les façons possibles pour y arriver. Ca ne se fait pas. S’il faut un perdant en «image» dans cette histoire, puisque on dirait que c’est le sujet, c’est moi, c’est d’accord. J’assume. Je rappelle quand même de quel pas il s’agissait de franchir: poser des conditions à la participation aux exécutifs et examiner le soir du premier tour si elles sont remplies, en confiant aux militants et candidats du plan local cette appréciation. Cela me paraissait praticable sans que personne ne se renie. Surtout en ayant précisé que personne ne serait jamais obligé d’aller siéger là où il ne le voudrait pas. Et en ayant ajouté qu’on ne siègerait en aucun cas avec des MODEM. Au-delà ce serait accepter l’idée qu’on ne peut en aucun cas, jamais, former des majorités de gauche dans une assemblée. Ce n’est pas notre identité. J’admets qu’on pense autrement. Evidemment. Mais dans une alliance électorale de l’autre gauche, comme celle que nous avons en vue à propos des régionales, on ne peut demander à l’une des composantes de renier ses fondamentaux. Je ne le demande pas aux autres. Donc il fallait trouver un point de vue de dépassement de la difficulté. C’est ce qui n’a pas été possible avec notre formule. A présent il nous est proposé de discuter le programme ! Que veut dire une discussion sur le programme, question on ne peut plus simple à régler, si on n’est pas d’accord sur la façon de le faire passer dans la vie ?

Le clone de Bolkestein

Vous vous souvenez de la fameuse directive Bolkestein ? Elle a une héritière. Elle s’appelle « directive services ». On l’avait sur les bras au parlement à Bruxelles, jeudi matin. Mais il s’agissait seulement de faire le point sur son application. Pas de voter ou de changer quoique ce soit à son contenu libéral. Car après l’épisode Bolkestein, une nouvelle mouture a été rédigée et adoptée par le parlement européen. C’était le 16 février 2006. Cette deuxième version a franchi une à une, toutes les étapes que doit parcourir un texte européen. D’abord le Parlement a adopté par 394 voix pour, 215 voix contre et 33 abstentions le rapport sur le sujet de Mme Evelyne GEBHARDT, du Parti Socialiste Européen (PSE). Pour mémoire soulignons que la droite n’avait alors que 268 députés, les libéraux d’ALDE 88, le PSE 200, les Verts 42 et la GUE/NGL 41… Une fois de plus donc, le PSE a donc massivement contribué à l’adoption de cette directive libérale. 137 eurodéputés PSE ont voté pour, dont le président du PSE Poul Nyrup Rasmussen et le président du groupe socialiste, Martin Schulz. Seuls les députés socialistes français ont voté contre, à l’exception de Michel Rocard qui a voté pour. Les députés Verts ont voté contre mais les libéraux ont voté pour y compris Marielle de Sarnez … On peut dire qu’il y a de quoi avoir peur.

Un champ vraiment trés large

Car le champ de la libéralisation prévue est potentiellement très large. D’après son article deux, la directive s'applique en effet à tous les services fournis par les prestataires ayant leur établissement dans un État membre. L'article quatre définit la notion de « service » comme toute activité économique non salariée, exercée normalement contre rémunération. Quant au «prestataire», il s'agit de toute personne physique ou morale ressortissante d'un État membre qui offre ou fournit un service. On se demande ce qui peut échapper à de telles «définitions» ! Certes il y a des dérogations partielles pour les services publics. Partielles seulement, il ne faut pas rêver ! Parce que certains sont directement et explicitement inclus tels que les services postaux, la distribution d’électricité, de gaz, d’eau, le traitement des déchets. Mais aussi l’éducation et la culture pour les compartiments de ces secteurs que les Etats décident ou non d’ouvrir à la concurrence. Echaudée par l’émeute anti Bolkestein, la Commission, très habile, le 4 Avril 2006, rend une proposition de directive bien réécrite dans laquelle elle inclut les modifications votées par le Parlement européen. Genre : ce n’est pas moi qui ai décidé ce sont les parlementaires eux-mêmes. Pas contents ? Allez les voir ! Le 24 Juillet 2006. Le Conseil des ministres, c'est-à-dire les Etats nations qui constituent l’union européenne, approuvait la proposition modifiée de la Commission sans y apporter de modifications notables. Et, enfin, le 15 Novembre 2006, c’est le triomphe du texte. Le Parlement européen adopte sans l’amender en deuxième lecture la proposition de la Commission avalisée par le Conseil. Qui vous a parlé de tout ça dans la campagne des européennes à part le Front de Gauche ? Et en plus je suis sûr que beaucoup ne se souvenaient pas de tout ça ! Ne dites pas non ! Moi aussi j’ai dû tout réapprendre à l’occasion de cette session du Parlement à Bruxelles. Quelle vie !

La vie en catimini

Très peu d’informations sont disponibles sur la transposition en France de cette horreur anti-sociale. Le gouvernement est particulièrement discret sur la question. Pourtant il y a une date limite pour transposer. C’est le 28 décembre 2009. C’est donc maintenant tout proche. Juste après Noël, pendant la trêve des confiseurs. A prendre très au sérieux. Car cette transposition impacte un très grand nombre de textes de lois et de décrets en vigueur. Elle va modifier les règles d’installation et d’exercice de très nombreuses professions. D’ailleurs, faute de débat public à ce sujet les professionnels eux-mêmes, notamment les PME, seront le plus souvent démunis. Et ils sont en tous cas très mal préparés à l’arrivée prochaine dans leur secteur de firmes concurrentes, souvent beaucoup mieux armées qu’eux aux subtilités de cette directive. Cependant, parmi les rares documents disponibles sur cette transposition on trouve deux rapports parlementaires du Sénat. Mes anciens collègues les ont publiés en février 2008 et en juin 2009. Ces rapports, rédigés par le sénateur UMP Jean Bizet, contiennent une révélation. Ils expliquent la stratégie de communication et la méthode de transposition choisie par le gouvernement. Faire passer le tout en catimini. Mot d’ordre : pas vu, pas pris !Et comme Jean Bizet n’a pas peur des mots, il confirme le contenu très libéral de cette « directive pas comme les autres ». Si c’est lui qui le dit !

Secret et saucisson

Voici des morceaux choisis des rapports sénatoriaux qui donnent l’ambiance et m’évitent de longs développements moins bien écrits. « Le gouvernement français a abandonné l’objectif, qu’il avait initialement envisagé, de déposer un projet de loi-cadre pour transposer la « directive services ».Certains États membres, ayant fait le choix inverse, transposeront la directive au moyen d'une loi-cadre […] (Royaume-Uni, Espagne, Pays-Bas, République tchèque) […] Le gouvernement français justifie son choix en grande partie par des considérations politiques tenant à la forte sensibilité des implications de la « directive services » […]. Une loi-cadre de transposition pourrait en effet servir d' « épouvantail » à tous ceux qui seraient tentés d'instrumentaliser un exercice essentiellement technique à des fins électorales. Elle ne doit pas constituer un prétexte à la « cristallisation » des mécontentements de tous ordres, d'autant plus nombreux en période de crise. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009) Vous avez bien lu : il s’agit délibérément de sortir le sujet du débat public et d’empêcher que le mouvement social s’en empare. La bonne méthode pour ne pas se faire repérer c’est de saucissonner la transposition. C’est ce que confirme le rapport sénatorial : « L'abandon par le gouvernement français d'une loi-cadre de transposition conduit à instiller plusieurs dispositions de nature technique à l'occasion de l'examen de différents projets ou propositions de loi afin de mettre la législation française en conformité avec les prescriptions de la directive. Cette méthode est sans doute moins lisible, tant pour les parlementaires que pour l'opinion publique, mais elle permet, en « technicisant » la transposition, d'éviter l'apparition de polémiques stériles. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009)Les polémiques stériles, c’est ce qu’on appelle le débat démocratique dans d’autres pays

Lois sous perfusion libérale

Le rapport sénatorial énumère quelques exemples de transpositions noyées dans des lois ou des décrets plus larges. On en apprend de belles. Mais il n’existe cependant aucun inventaire global et complet des modifications effectuées ou projetées pour transposer la directive. Voici, pèle mêle, quelques exemples de ces premières mesures de transposition qui sont passées sans crier gare. Ainsi la loi de modernisation de l’économie de 2008 comporte des mesures de transposition pour déréglementer l’urbanisme commercial. En effet certaines obligations comme le recours préalable à des tests économiques pour autoriser les implantations de grandes surfaces étaient en effet considérées par la Commission comme des entraves à la concurrence au sens de la directive services. On trouve aussi des mesures de transposition dans la loi de développement et de modernisation des services touristiques de 2009. Elle prévoit notamment que l’activité d’agence de voyage ne devra plus nécessairement être exercée de manière exclusive. … Ce n’est pas malin ! Car cette clause de spécialisation est plutôt une des garanties contre la prolifération d’agences de voyages bidons sans véritable assise professionnelle ou financière. Plus inattendu, la transposition de la «directive services» est aussi allée se nicher dans la loi de réforme de l’hôpital. Pour alléger les modalités d’autorisation et de contrôle des établissements et services médico-sociaux, là encore jugées attentatoires à la libre concurrence … Avec le risque de dérapage que l’on peut facilement imaginer au détriment d’un public souvent démuni. Dans de nombreux secteurs cette déréglementation crée aussi un risque de discrimination à l’envers : certaines exigences continueraient à s’appliquer aux professionnels français alors que leurs concurrents communautaires exerçant en France en seraient dispensés au nom de la libre concurrence. Par exemple, la directive n’a pas prévu de garanties pour que les règles nationales de responsabilité et d’assurance sur les constructions soient systématiquement imposées à un prestataire étranger.

Le Royaume-Uni comme modèle

Pour mettre en œuvre la directive les Etats sont invités à effectuer un vaste réexamen de leurs législations, qui est appelé « screening » dans le jargon communautaire. Voila ce qu’en dit le même rapport du sénateur UMP Jean Bizet, révélant la logique d’alignement par le bas sur les législations les plus libérales: « L'état d'avancement du screening dépend du caractère plus ou moins libéral de la législation initiale. Dans certains États membres, le secteur des services était déjà largement libéralisé avant même l'intervention de la directive, alors que, dans d'autres, les modifications à apporter pour effectuer la transposition sont bien plus substantielles, ce qui peut donner l'impression d'une lenteur des progrès. C'est aussi pour cette raison que les évolutions en termes d'allégements de charges consécutives au screening sont plus ou moins importantes. Ainsi, elles paraissent limitées au Royaume-Uni, sans doute parce que les formalités administratives dans ce pays sont déjà bien plus légères que dans d'autres. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009)

Thérapie de choc libérale

Le gouvernement a parfaitement conscience de ce parti pris libéral. C’est au point, que, dans une circulaire du 22 novembre 2007, adressée aux directeurs de cabinet des ministres, le directeur de cabinet de François Fillon écrivait que la transposition « n'est pas exclusivement de nature juridique : aux côtés d'autres chantiers ouverts par le gouvernement, [elle] constitue une opportunité supplémentaire pour simplifier les procédures, diminuer les charges qui pèsent sur les entreprises, moderniser l'économie et développer la croissance et l'emploi ». Dans sa version de février 2008, le rapport Bizet du Sénat expliquait ainsi le lien entre la directive Services et les autres réformes libérales du gouvernement : « La dynamique « antibureaucratique » de la « directive services » devrait être accentuée par un contexte favorable à la réforme de l'État et de l'Administration dans notre pays. » Et de citer la politique de « réduction des charges administratives sur les entreprises » impulsée par la directive services et reprise de manière zélée par le gouvernement : « l'objectif fixé par le gouvernement est ambitieux, puisque la réduction de 25 % de la charge administrative doit être atteinte d'ici 2011, soit avec un an d'avance par rapport à l'échéance fixée par les institutions communautaires. » Sans oublier la Révision générale des politiques publiques et le très libéral rapport de la commission Attali. Et devinez qui l’on trouvait justement parmi les illustres membres de cette commission nommée par Sarkozy ? Evelyne Gebhardt, la députée PSE rapporteur de la directive services au Parlement européen … Une illustration de plus du naufrage libéral de la social-démocratie en général et du SPD allemand en particulier.

Malgré la crise

Dans sa version de juin 2009, le rapport du sénateur Bizet craignait qu’avec la crise, le contexte ne soit plus porteur pour la transposition de la directive services. Vraiment ? « Il est à craindre, soupire le sénateur, que la crise financière et économique, et ses conséquences notamment sociales, qui affecte l'ensemble de l'Union européenne, ne relègue la transposition de la directive au second rang des priorités de bien des États membres. » En effet ! C’est ce que devraient faire des gens censés, après le désastre produit par les déréglementations en matière financière ! Le bon sens le plus élémentaire commanderait en effet de mettre la directive services à la poubelle. Elle va être transposée en droit français. La crise va donc s’aggraver. L’Europe ca devait être la solution, c’est le problème.


482 commentaires à “Entre deux cauchemars”

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 8 [9] 10 »

  1. 401
    Hold-up dit:

    @Claude

    Oui, sur S&P j'aurais dis exactement la même chose : culte du chef grotesque même si on peut suivre certaine analyses du " dit chef " et Scientisme délirant et outrancier sans aucun recul ni esprit critique ni aucune réflexion d'écologie politique (proprement hallucinant) ; mais leurs analyses " roosveltiennes " / Keynesiennes (?) - I don't know - permettent parfois de se tenir au courant de ce qu'il se passe au delà de l'atlantique et offre une réflexion non consensuelle. L'idéologie néolibérale de plus en plus débilitante est largement combattue sur le site. Après on en fait ce que l'on veut. Certains articles sont bons à lire et leur expression, "fascisme financier" me semble parfaitement recevable. Y'a qu'à voir où nous en sommes 30 ans plus tard et ce que ces marchés financiers font aux peuples de la planète. C'est pas nouveau, mais c'est toujours bon à dire. Enfin leur refus de l'Europe néolibérale, leur anti-Bushisme, leur opposition aux guerres néo-coloniales d'Irak et d'Afghanistan sont assez rares pour être soulignés face à nos médias à la botte.

    (Je testerais ton adresse sur ton site ces heures prochaines) -

  2. 402
    Claude dit:

    @Hold-Up (401):

    Oui, mais que penser de cet article par exemple ?

    "au lieu d’avancer vers une politique qui élimine les assurances orientées vers le seul profit, la HR 3962 instrumentalise l’Etat pour accélérer la privatisation de la santé. Par cette loi, l’Etat exige de 21 millions d’Américains qu’ils prennent une assurance santé privée auprès de ceux qui sont la cause de l’emballement des coûts. Cette mesure va rapporter au moins 70 milliards de dollars de revenus annuels supplémentaires à ces compagnies, et qui sortent pour l’essentiel de la poche du contribuable. Cela conduira forcément à encore plus de dépenses et encore plus de subventions et des profits toujours plus élevés pour les compagnies d’assurance. Il s’agit d’une espèce de renflouement au nom de la santé."

    Suivi de :

    "Cette loi HR 3962 continue à redistribuer la richesse vers Wall Street, aux dépens de l’économie manufacturière et des services qui souffrent de dépenses que d’autres pays ne doivent pas assumer, en particulier le coût des soins de santé. L’Amérique continue à être l’exception parmi les pays industrialisés pour son système de santé privatisé. Au final, nous sommes moins compétitifs dans le domaine de l’acier, de l’automobile, de l’aéronautique et de la construction maritime tandis que les autres pays du monde subventionnent leurs exportations dans ces secteurs en socialisant les coûts de la santé. "

    La mise en gras est de moi et la loi HR 3962, c'est la loi sur la réforme du système de santé. L'article complet :
    http://www.solidariteetprogres.org/article5987.html

    Je n'ai pas suivi dans le détail la loi en question, mais si Obama a été contraint d'abandonner un prise en charge totale par l'État, en déduire qu'il renfloue les compagnies d'assurances par ce biais en spoliant les pauvres gens qui n'ont pas de couverture santé me parait plus qu'exagéré ! Il y a dans cet article un savant mélange de vrai et de faux...

  3. 403
    lou passejaire dit:

    "Des centaines de délégués communistes se sont réunis ce week-end lors de la seconde série des conférences régionales.

    A l’issue des débats, particulièrement riches tant sur la question des projets régionaux face à la crise que sur les rassemblements de gauche pour des majorités de gauche claires et offensives, nous constatons une confirmation des résultats du week-end dernier.

    En effet, dans les grandes régions, Ile de France, Rhône-Alpes, Nord Pas de Calais, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, les délégués ont choisi l’offre nationale pour des listes de Front de gauche élargi.

    Au total, 18 régions ont décidé d’une dynamique pour des projets et des rassemblements bien ancrés à gauche.

    Les adhérents du Parti communiste français voteront les 19, 20 et 21 novembre les décisions prises lors de ces conférences régionales.

    Parti communiste français

    Paris,le 16 novembre 2009."

    quand je dis que rien n'est si simple....

    mais aussi, dans l'une des régions ou ça s'est pas fait :

    "Déclaration des représentants de l'Yonne du Parti communiste, du Parti de Gauche, du Nouveau Parti Anticapitaliste et de la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique.

    Sans préjuger par avance des décisions que les militants de nos organisations prendront démocratiquement, nous souhaitons la constitution en Bourgogne, d'une liste indépendante du Parti Socialiste et d'Europe Écologie au premier tour des Élections régionales des 14 et 21 mars prochains.

    Au deuxième tour, nous nous engageons à tout faire pour battre la droite en proposant aux listes du PS et d'Europe-Écologie une fusion démocratique proportionnellement au score atteint par chacune de ces listes au premier tour, à l'exclusion de tout accord avec le Modem ou une autre liste de droite.

    Nous voulons travailler à la co-élaboration d'un projet bourguignon, qui permette à la fois, de combattre réellement les effets de la crise et de la politique menée par Nicolas Sarkozy et le MEDEF, et de permettre à notre région de prendre toute sa place parmi les autres régions, en France, en Europe et dans le Monde. Nous voulons notamment affirmer notre choix d'un programme de rupture avec le capitalisme, face aux renoncements passés du Parti socialiste et à ses dérives droitières, notamment, ses tentatives de constituer, pour l'avenir, une alliance avec le Modem.

    Nous voulons nous engager dans une campagne co-organisée en vue de gagner la majorité des travailleurs et des citoyens aux perspectives ouvertes par une gauche de transformation sociale et écologique. Nous voulons travailler avec eux à la réalisation d'une majorité qui change leur vie.

    Enfin, nous voulons travailler au sein du Conseil régional pour y défendre nos propositions en toute indépendance, pour peser sur les choix de la région, afin qu'une véritable politique de gauche soit menée. Nous voulons œuvrer dans les prochaines semaines à surmonter les divergences qui sont encore les nôtres quant aux conditions que nous mettons à une participation aux exécutifs régionaux.

    Auxerre, le 6 novembre 2009"

    décidément rien n'est simple... ou rien n'est perdu !

  4. 404
    caole G dit:

    Une réalité de plus en lus difficile...
    http://www.lesmotsontunsens.com/securite-sociale-menages-trinquent-a-la-sante-des-entreprises-6156

  5. 405
    Georges 69 dit:

    Je suis très nettement moins assidu sur la pratique du Blog que fut un temps, néanmoins je suis très attentif à ce qu'il s'y débat , j'en profite pour présenter mes respects à mon Président du Parti de Gauche et lui ajoute je te présente toute mon amitié Jean Luc.
    Les Tâches des militants peuvent faire apparaître parfois des absences, pris par ailleurs sur le terrain, c'est mon cas, je ne reviendrai pas dessus, je ne me justifie pas j'explique !

    Dans le cadre des prochaines élection régionales Le grand Lyon et d'une façon générale tout Rhône Alles se trouve confrontés à un problème celui du transfert de L'OL du Stade de Gerland à éventuellement Décines,. Je risque l'argument Gérard Collomb(PS) Maire de Lyon, Président du Grand Lyon,Sénateur du Rhône entame par là, la reconversion de la Métropole du Grand Lyon en Mégalopole en prévision de l'éventuel Euro-Foot, Le coût est énorme par rapport aux autres besoins de cette communauté il s'agit de 180 à 300 millions de'Euros, en effet Gérard Collomb offrirait à la Société anonyme OL toutes les infrastructures d'abords et de transports à ce Stade de Décines à Monsieur Aullias PDG de l'OL qui lui s'acquiterait de la construction du Stade.
    Une enquête d'Utilité publique est en cours elle concerne les 57 communes du Grand Lyon et tous les départements limitrophes l'AIn et l'Isère et autres départements peu éloignés.
    D'autres solutions étaient possibles à savoir à moindre coût l'agrandissement du Stade de Gerland de 42 000 places à 60 000 places ambitionnées ou à Vénissieux ou un terrain face à au Magasin Carrefour autrement plus interessant que celui de Décines reste libre encore qu'il appartient à une Société Fonciére américaine ; A Vénissieux aucun frais supplémentaire pour les infrastructures de Transport, elles existent sont en Place , Métro, Tramway, bus tout est prêt pour accueillir ce nouveau Stade et nous serions pour ; mais le projet porte actuellement sur Décines et pour ce projet nous sommes contre !..
    Le Grand Stade ne sera concerné au mieux que pour 35 manifestations de Foot par An, est-ce là une réalisation de prestige, à n'en pas douter c'est le cas et qui plus est avec l'Argent des Contribuables du Grand Lyon et celui de ceux des Départements Limitrophes, y compris de l'Etat .
    Sur ces mêmes communes il manque et c'est une honte à notre époque 12 000 studios pour étudiants, tout autant de places pour retraités, nos Hôpitaux sont insuffisants voir pour certains devenus vétustes.
    Revenons au Stade à Décines, transporter aller et retour après manifestations 60 000 personnes à partir d'une infrastucture rénovée est pratiquement impossible aujourd'hui et nous en avons fait l'essai à 6 reprises, il s'agit d'un investissement de temps de au moins 1heures 30 en jour de semaine aux heures de matches avec le Grand Stade ? 60 000 personnes à transporter, tramway un toutes les 50 à 60 secondes , les autres voies seraient impraticables pour la quasie durée des matches. Il va s'en dire que du Grenelle de l'Environnement de la Polution CO2 sur ce parcours que tout entendement rend impossible Aullas et Collomb ne s'en préoccupent pas, pas plus que du coût de l'Opération pour ses infrastructures.

    Pour complêter votre information sur le domaine du Grand Stade :
    http://www.carton-rouge-decines.fr/revision_ plu.htm_enquête publique
    Ou eet en plus :
    grandlyon.com delibs/pdf/CoseildeCommunauté/2009/07/06/ANNEXE/2009-0880.pdf
    Les 57 municipalités du Grand Lyon sont à mêmes de vous fournir tous les documents nécessaires pour participer en tant qu'individu, electeur et citoyen à l'Enquête Publique
    Vous pouvez faire en sorte que vos amis nous rejoignent au Parti de Gauche ou au Front de Gauche ou les deux,
    Mon commentaire ne m'empêche pas d'aimer le Foot, toute ma famille supporte l'OL ; mais pas là pour ce projet de Stade à Décines, nous avons aussi 3 étudiantes et 4 retraités ;
    Amitiés Partisanes, républicaines et socialistes
    Georges (PG la 13e du Rhône)

    Lire aujourd'hui l'article de Jean Luc Mélenchon dans "A Gauche" le Salaire mensuel de Zidanel 55ans de SMIIG.

    Soyons réaliste exigeons l'impossible le pire serait de ne rien faire !

    El Ché

  6. 406
    lou passejaire dit:

    @Claude "dit:
    16 novembre 2009 à 1h56

    @Lou Passejaire : où vas-tu chercher tout ça ?"

    sur le site de Gotlib... pour SD, dans mes fonds de tiroir "trouvés sur le web" pour les urinoirs...

    J'avais pas un peu décroché de ce fil de commentaires, patés, confits de canard et foie gras obligent...

    je sais, c'est mal, mais c'est bon... et on y arrive en étant en dessous du seuil de pauvreté...

  7. 407
    Michel Matain dit:

    Oui rien n'est perdu au Pcf bien au contraire : les conférences régionales ont voté ; quatre seulement ont choisi d'aller avec le Ps au premier tour : la Bourgogne, le Poitou-Charent, la Lorraine et la Champagne. (En Bretagne le vote a été repoussé en janvier). Dans toutes les autres régions, le choix du Front de gauche élargie a été votée. Y compris dans des régions où c'était loin d'être acquis : Basse et Haute Normandie, Limousin (où paradoxe l'ADS -partie prenante de la Fédération - a fait le choix d'être avec le PS au premier tour). La bataille n'est pas terminée. En Bourgogne, ça s'est joué à une voix et en Poitou Charente aussi la majorité a été faible. Maintenant va avoir lieu le vote des militants. Qui eux partout se montrent enthousiastes pour le Front de Gauche. Il faut aider ces militants communistes à faire le bon choix en ayant une attitude unitaire, pas comme celle du NPA qui est un vrai repoussoir.

  8. 408
    carole G dit:

    à mettre en parallele avec l article du LEAP:

    http://www.lacrisedesannees2010.com/article-le-trou-noir-de-la-finance-n-engloutira-pas-les-etats-39243990.html

  9. 409
    Claude dit:

    @Georges 69 (406):

    Alternatives Economiques consacre 4 pages au Grand Lyon : pas un mot de ce projet... Il est malheureusement payant sur leur site :
    http://www.alternatives-economiques.fr/le-grand-lyon-face-a-la-grande-crise_fr_art_875_45388.html

  10. 410
    Supporter dit:

    Merci Mr Mélenchon ! Et tenez bon, nous sommes nombreux avec vous !

  11. 411
    Nipontchik dit:

    Cap 21 (le bidule de C.Lepage, ex ministre de Juppé) en Languedoc se barre du Modem et va sur la liste verts-Europe écologie

    ça va être dur d'appeler au voter au 2nd tour pour "la gauche rassemblée " hi hi

  12. 412
    Richard dit:

    @ Nipontchik.

    Non, C. Lepage, fait parti des "pures".
    Pas étonnant qu'elle ait quitté le Modem.

    C'est un élément déterminant et fiable.
    Personnellement je suis heureux qu'elle ait fait ce choix.

    C'est tant mieux pour l'Ecologie et pour nous TOUS.

  13. 413
    Capitaine Poltron dit:

    Pfff.... Ce Richard y comprend rien. Corinne Lepage n'a pas quitté le modem.

  14. 414
    Annie dit:

    @Claude posts 377 et 389, pour ce qui est de la pertinence que je loue chez LEAP en post 365, il s'agissait de la pertinence du constat de la fuite en avant des dirigeants occidentaux du G-VAIN, donc le fanatisme idéologique dont tu parles. Comme dit Hold-up post 381, tu as peut être eu une lecture trop rapide de l'article du LEAP. Après que leurs prévisions sur la hausse d'impôts forcée soient "fausses", ça reste à débattre mais ils constatent avec effroi le dogmatisme idéologique de nos dirigeants. Il y a à la foi du fanatisme de leur part, sûrement de l'ignorance et de mauvais conseillers, et très certainement de la corruption massive.

    Pourtant les mesures politiques à prendre sont bien connues : séparation des banques d'investissement des banques de dépôt, une nouvelle devise internationale basée sur un panier de monnaies, la nationalisation des banques ou au minimum une entrée et un droit de véto dans le Conseil d'Administration des banques qui ont reçu de l'argent public, l'audit des banques zombies, et j'en passe, tu complèteras mieux que moi. Que les USA sensés être dirigés par un démocrate refusent de revenir à la Loi Steagall-Act qu'ils doivent à l'administration Rossevelt (qui il est vrai avait été annulée par un... démocrate), mesure qui relève du bon sens le plus élémentaire, est proprement effrayant.

    Les chinois ont des actes plus intelligeants, et vont dans le sens de leur intérêt général (ils ont eux-mêmes proposé cette nouvelle devis avec les russes), ils ont commencé à commercer dans les monnaies locales avec plusieurs pays, le Brésil et l'Argentine ont conclu des accords de même nature, les pays de l'Alba travaillent sur le Sucre pour échapper à la monnaie de singe qu'est le $, etc, il y en a qui bougent et qui ont du courage politique (et comme par hasard, il s'agit souvent de pays diabolisés par la presse pravda occidentaliste).

  15. 415
    VERGNES dit:

    Ah oui Corrine Lepage, qui critique le fait qu'Augustin Legrand (SDF canal St Martin) qui vient de rejoindre EE, soit quand même un peu trop proche de la gauche de la gauche (C'dans l'air ce jour).

    Eh oui les premiers rapprochements modem/verts commencent, et ceux avec le PS se précisent, même que Peillon et Royal se font la course à l'échalote pour en revendiquer la primauté.

    Et de ci de là, cahin-caha Hue, Catignon le maire PC de Sevran, certes des petits pas...mais pas dans le bon sens.

  16. 416
    Annie dit:

    @marillion post 331, et @André Assiétoi post 339 : merci de m'avoir signalé ce livre "Les Editocrates" qui vient de sortir. J'avais beaucoup aimé le livre de Mona Chollet sur les "Rêves de droite - se défaire de l'imaginaire Sarkozyste". Il s'agit aussi d'un chantier à lancer : sur le plan artistique, reconquérir l'imaginaire...

  17. 417
    stack dit:

    Dans le Var ou je suis, les deux élus régionaux du PC seront sur les listes PS dès le premier tour.
    Alors que le PC se prononce pour l'unité avec le FdG.
    Si partout c'est pareil, le PC va jouer sur deux tableaux: reconduire ses élus sortants sur des listes avec le PS; et obtenir de nouveaux élus avec le FdG.
    C'est un peu gênant, non ?

  18. 418
    lou passejaire dit:

    @Vergnes
    corinne lepage qui écrit sur son blog :

    Mais, il ne s'agit pas seulement de la forme; il s'agit également du fonds. Les Verts, en particulier français, portent une idéologie très marquée à l'extrême gauche, même si le secrétariat général actuel ouvre davantage. Or, la construction d’Europe Ecologie et plus généralement d'un grand mouvement d'écologie politique passe par une synthèse des différentes réponses que les écologistes proposent à l'analyse commune qu'ils font de la situation actuelle. La fermeture, voire le sectarisme dont certains Verts font preuve rend impossible cette réflexion pourtant indispensable.

    @ stack

    la question est "que fera le PC ? exclusion ou pas ?"

  19. 419
    David59 dit:

    L'émission s'appelait'On n'est pas couché'et effectivement je me suis couché à 2 heures du mat. La question : faut-il participer à une émission qui fait de la méchanceté gratuite son cheval de bataille d'un'divertissement'à audience. Je suppose que pour se faire connaître, on y est contraint. Mais ca serait bien de pouvoir imposer l'heure de son passage : minuit, minuit 15 maxi. CAr à 1 h 30 à part les aficionados, y a plus grand monde.

    Personnellement, je ne suis pas sur de l'opportunité de participer à ce genre d'émission, où les invités sont les faire valoir des animateurs qui critiquent pour criitiquer et faire de l'audience et du buzz à tout prix.

  20. 420
    Pulchérie D dit:

    Avez-vous suivi le débat au Sénat sur le rôle de la France en Afghanistan ?
    Kouchner nous révèle qu'on ne fera pas plus, mais...qu'on ne fera pas moins.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/asiepacifique/20091116.FAP3464/debat_au_senat_sur_lafghanistan_questce_quon_peut_faire.html

    Comme toujours, BK (Bacille de Koch), nous laisse admirer le néant de sa pensée.

  21. 421
    Claude dit:

    @carole G (409):

    Un article très intéressant en effet, mais très touffu (et très long)... Il y a des passages que j'aurais bien aimé qu'il commente plus, notamment le statut de l'euro/retour à une souveraineté monétaire ou la façon dont il envisage l'équilibre des échanges dans le commerce international. C'est un peu le défaut des papiers de JC Werrebouck : très touffus et qui sont dans l'ensemble ce que j'appellerai "d'ordre stratégique" : il reste généralement dans la macro-économie, voire au-dessus d'elle, mais ses analyses sont toujours pertinentes. Il y a de quoi bâtir un programme (présidentiel) dans cet article... Mais il va falloir faire preuve d'imagination : comme il le relève très justement, un des plus gros succès idéologiques du libéralisme (ordo et néo) est d'avoir été si loin dans l'individualisation au travers de l'appat de la consommation que le retour à un système "purement marxiste" - collectiviste - est impossible, ses avatars de l'est s'étant d'ailleurs discrédité eux-mêmes (en niant l'individu pendant longtemps).

    A nous de cogiter pour trouver un juste milieu entre le respect de l'individu et la nécessité d'une resocialisation des biens communs, en premier lieu les services publics aujourd'hui dévoyés de leur mission et sciemment discrédités au travers des réformes successives menées depuis 30 ans : sécutrité sociale, retraites par répartition, Education Nationale, etc.

  22. 422
    rosay dit:

    Bonsoir à tous,

    Je cite "l Europe ça devrait la être la solution, c'est le problème. "

    Le parti-ex-socialiste, a voté grâce à.......la modification de la constitution Française " Bravos pour la droite "

    Le parti-ex-socialiste,à voté grâce à.............le traitre traité de Lisbonne " Bravos pour la droite "

    L e parti-ex-socialiste, est-il de Gauche ? "Bravos pour la droite "

    Pour moi le parti-ex-socialiste est à droite !

    Désolé Monsieur Mélenchon ou le Camarade - Partisan Mélenchon !

    Par pudeur, je ne donne pas de Nom aux votant Ex-socialiste.

    N'oublions pas que pauvre et malade ,c'est pire que riche et bien portant.

    Rosay , à +

  23. 423
    Raphael Q. dit:

    Un petit salut fraternel:

    La pétition va bientôt dépasser le seuil des 2600 signatures en moins de 3 jours.

    preuve pour qui veut l'entendre que la volonté d'unité existe chez nos sympathisants respectifs.

    Signez et faites signer encore:

    http://www.reussirlerassemblement.org/index.php?petition=1&pour_voir=oui

  24. 424
    Annie dit:

    @Rosay post 420, tu recites une phrase de Jean-Luc Mélenchon dans ce billet « L'Europe ça devrait la être la solution, c‘est le problème » ; comme tu n'as pas suivi le feuilleton, nous avons repris la balle lancée par Jean-Luc Mélenchon au bond dans nos débats fécons (que ce soit ce billet ou les précédents), et posé la question de la sortie de l'UE et de la récupération de notre souveraineté nationale, ce qui doit de toute façon plus que trotter dans la tête de Jean-Luc Mélenchon.

  25. 425
    Claude dit:

    @Nipontchik (411):

    En même temps, c'est pas très étonnant : ses prises de positions (écologiquement parlant) ne sont pas trop "en phase" avec le Modem et encore moins l'UMP. M'engin, à elle de voir comment elle gère ses contradictions... Quoiqu'avec le glissement d'EE, elle doit se sentir plus à l'aise.

  26. 426
    rosay dit:

    @ Annie,
    Certes, ton propos est juste, mais les ex-socialos me font mal au ventre, et voter pour eux au deuxième tour,
    je le supporte mal.

    Mais je fais de mon mieux pour que le front de Gauche passe devant au premier tour.
    Rosay à +

  27. 427
    Claude dit:

    @David59 (418):

    lol... Pour l'audience à 1 ou 2H du matin, j'ai franchement un doute. La concurrence doit pas être trop féroce :D

  28. 428
    Jacques G. dit:

    J'ai entendu Jean-Luc Mélenchon ce we encourager les spectateurs TV à se faire vacciner contre la grippe H1N1. Que pense-t-il de cet article : http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2009/11/13/foirage-vaccinal-la-consequence-ineluctable-des-chois-politi.html ?

  29. 429
    Claude dit:

    @rosay (424):

    On est nombreux dans ton cas, je crois... Moi non plus je n'ai pas voté au second tour en 2007 et Besancenot au 1er (pour les curieux ;) après hésitations : pas sur le programme puisqu'à gauche du PS, les programmes - PCF inclu - se ressemblaient comme 2 gouttes d'eaux... Mais, il était plus le crédible à ce moment-là et il fallait aussi marquer le coup : la gauche plurielle, pour repartir comme en 40, non merci ;)

  30. 430
    carole G dit:

    @Claude(419)
    Ces sujets sont effectivement tres cmplexes.
    Il y faut,certes,de l imagination,mais aussi des connaissances théoriques.
    C est pour cela(imaginer le monde de demain),que le PG doit aussi se tourner vers de jeunes intelectuels.

  31. 431
    rosay dit:

    Bonsoir à tous,

    Je n'ai jamais voté" sur un programe de l'un ou de l'autre ", mais d'abord et avant tout pour la gauche,ou pour le parti le plus proche de " Esprit de Gauche " à ++

  32. 432
    myriam dit:

    Bonjour à tous,

    @ Claude, je n'ai pas fuit et en tous cas pas à cause d'azulejo, j'ai simplement un travail et une famille qui m'obligeaient à m'éloigner d'internet...:-)
    Toujours à Claude, vous dites : "la gauche plurielle, pour repartir comme en 40, non merci" mais dans ce cas pourqoi vouloir absolument participer aux exécutifs avec le PS (d'autant que la politique au cas par cas au mieux et "je mange à tous les rateliers" (cf message de stack) au pire du PC n'augure pas vraiment une rupture de la co-gestion)
    Nous sommes justifions notre refus de co-gestion par les bilans politiques du ps (tout en reconnaissant qu'il faut battre la droite, d'où la fusion technique) mais quelqu'un peut-il me donner des arguments favorables à l'acceptation de postes ? (je prierai ceux qui ce contenteraient de m'expliquer que je ne suis pas unitaire et que je suis une sale sectaire et que c'est pour ça que je ne veux pas participer aux exécutifs de s'abstenir, j'ai compris)
    Sincèrement, qu'est-ce qu'un membre de l'exécutif peut faire qu'un simple élu ne peut pas ? Un élu peut proposer, un élus peut voter pour au contre alors pourquoi co-gérer en sachant très bien que le ps ne fera jamais une politique de rupture ? Qu'est-ce que j'ai loupé qui peut justifier cette position ?
    Cordialement

  33. 433
    myriam dit:

    je n'ai pas encore l'habitude des messages et j'ai encore une fois laissé pas mal d'erreurs... ne peut-on se corriger après. lorsque comme moi on oublie de se relire ?
    Quoi qu'il en soit :
    "fui" et non "fuit" / "pourquoi" et non pourqoi"/ le "sommes" est de trop et "élu" et non "élus"
    Toutes mes excuses
    Cordialement

  34. 434
    Annie dit:

    @Jennifer posts 338 et 350 et @claude 346 : je pense que la demande de André Assiétoi post 337 (une posture critique vis-à-vis de l’attitude du PCF) reste légitime, et qu’il faut la regarder sereinement. J’ai indiqué comment je voyais les choses posts 43, 160, 239, et 272, je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est une poignée de l’apparatchik PCF qui a la position la plus incohérente et la moins défendable, alors que quoiqu’on pense des déclarations des militants du NPA concernant leur amendement (et azulejo n‘est pas représentatif du NPA), ça reste cohérent avec leur identité. Michel Matain post 408 nous indique où en est le PCF à ce jour, et stack post 416 pointe à juste titre des ambigüités qui ne font pas honneur à notre ambition d’unité de l’autre gauche d’une part, et de lancement d’un Nouveau Front Populaire. Je ressens un peu une volonté de jouer sur les 2 tableaux de la part d’une partie du PCF : garder des élus dans des régions « gagnables », et une bonne volonté pour l’unité de l’autre gauche là où le parti a moins de plumes à perdre.

    Il reste à attendre la fin des votes des militants avant de tirer des plans sur la comète, mais je ressens quand même que certains communistes ont des états d’âmes à être audacieux.

    Par contre, vis-à-vis du NPA (j‘ai apprécié la mise au point de Grillot post 359), je rejoins totalement ton agacement quand tu dis :

    « Enfin si on veut vraiment changer les choses, il faut combiner la rue et la présence militante et j’insiste sur le mot « militante » dans les exécutifs. »

    J’aimerais bien que tous (récalcitrants du PCF ou du NPA, et autres), nous fassions preuve d’un peu d’humilité afin que nous convergions de quelques degrés pour finaliser ce fichu accord unitaire, en regardant nos camarades d’Amérique du Sud. Que ce soit Allianza Pais (Equateur), le MAS (Bolivie), le PSUV (Venezuela), il n’y a eu AUCUNE révolution radicale, mais des politiques réformistes (à visée révolutionnaire) menées par des mouvements qui ont réussi à faire s’unir des gens qui militaient chacun de leur côté. Ils n’étaient pas d’accord sur tout, mais ont compris qu’unis, ils feraient le poids. La CONAIE, l’organisation indigène équatorienne la plus influente (et qui est du genre « plus puriste que moi, tu meuuuuurs ! ») est en froid avec Rafael Correa mais a eu la présence d’esprit d’inciter à voter pour lui. On parle de pays où la grande majorité des gens vivait dans la misère, faudra-t-il qu’on soit aussi dépouillé qu’eux pour admettre l’évidence d‘un accord unitaire ?

    Regardez l’Argentine, qui a touché le fonds en 2001 : il y a les mouvements des piqueteros, les admirables mouvements de saisies et d’occupation d’usines, mais ils n’ont pas encore trouvé de débouché politique. J’éviterais de cracher sur les Kirchner (et j’approuve totalement le principe de la récente Loi contre le Latifundo des ondes, et certaines choses qui sont passées sous leur mandat), mais Proyecto Sur en est encore à ses balbutiements, et la gauche y est divisée.

    Quand on voit nos querelles de clocher, nos pinailleries sur des queues de cerise pour finaliser un d’accord qui se fait tant attendre (pardonnez l’expression, mais j’en ai marre !) afin de pouvoir mixer nos ambitions de lancement d’un Nouveau Front Populaire pour la suite, de rôle d’Infiltré Exigeant et Agissant au sein d’une majorité autre que nous au niveau régional, je me dis que la poignée de récalcitrants a peut être une mentalité un peu trop… bourgeoise tiens (par rapport à nos camarades de l‘Alba) ! J’ai l’impression que les batailles sur les mots, les interprétations de ce que machin ou trucmuche ont dit, ne sont des prétextes et des jeux sur les nerfs.
    Je rappelle le Rouleau Compresseur et l’Agenda des posts 43 et 52, et notre chance historique à saisir ! L’accélération du temps (qu’évoque LEAP), l’imprévisibilité totale des mois à venir au plan international et des conséquences de la mutation de la crise, l’autoritarisme de nos dirigeants, devraient être le plus important. Merci d’ailleurs @lou passejaire post 399 de faire le rappel des familles compradore en France, on finit par oublier qui est notre Ennemi Idéologique Commun.

    Je sais que j’ai pu donner un ton culpabilisant ci-dessus, mais il s’agit juste d’un coup de gueule passager. Je n’attribuerai jamais la responsabilité des désastres sociaux à venir aux militants récalcitrants si l’accord ne se faisait pas, je voulais juste pointer le caractère historique de le faire.

    @Jennifer encore qui dit aussi : « Désolée je ne veux pas être vexante mais il y a tant de choses à faire en politique que je trouve certains débats inintéressants et une perte de temps quand ils ne sont pas ancrés dans la réalité et comment agir vraiment sur elle. »

    Et bien, j’ai remarqué qu’en 4/5 jours, nous avons tous eu des débats féconds sur les points suivants :
    - Nos commentaires critiques, encourageants, emphatiques, parfois semi-sarcastiques (mais c’est de l’affection) sur les prestations de Jean-Luc Mélenchon face aux meRdias dominants, avec des réflexions plus larges sur la médiacratie (et des liens, suggestions de livres, etc très intéressants) ;
    - Le débat sur la sortie de l’UE, l’identification de l’origine de nos problèmes (Bruxelles, BCE, OTAN) ;
    - Lancer un mouvement pour la récupération de notre souveraineté ;
    - Le rappel à l’ordre sur l’utilisation du mot « apatride » ;
    - L’identification d’un agenda-d’la-mort et ce que j‘appelle le Rouleau Compresseur ;
    - la défense du parcours « coupable » de M. Mélenchon, de temps en temps, des Torquemada gauchistes se permettent des réflexions stupides et à l’emporte-pièce, basées sur des préjugés ;
    - les infos sur la monnaie, les impôts, etc,
    - J’en oublie d’autres…
    Il est curieux que les récalcitrants réagissent uniquement sur les pinailleries sur l’accord que nous attendons comme le Messie (même si au fonds, j‘ai déjà dit qu‘elles n‘étaient pas forcément injustifiées), mais JAMAIS sur les débats constructifs que nous avons (j’dis rien, j’insinue tout^^).

    Enfin @Turmel jm post 386, sur intentions que tu prêtes à OB, comme pour le PCF, il faut attendre les votes des militants avant de lancer des affirmations de ce type. Je n’apprécie pas les Torquemada-anti-Jean-Luc Mélenchon, j’essaie d’avoir la même attitude vis-à-vis du porte-parole du NPA.

    Enfin, @ermler post 358, quand tu auras fait ta synthèse des âges, pourras-tu nous la faire partager ?

  35. 435
    Hold-up dit:

    Petite distraction politique si vous me permettez. Où l'on s'avisera d'écouter avec une oreille avertie ce qui fleure bon la bonne République Coloniale Correcte (colonial correctness / colonially correct) - Répugnant Président vraiment.
    Vidéo : Le comique et le résident où quand Dany Boon décore Nicolas Sarkozy de la palme de la puanterie tout en l'exprimant littéralement (le comique imitant le sapin de noël laisse parler le résident qui se lâche soudainement atteint et " clignotant ", paternalistiquement gerbant).
    http://www.rue89.com/2009/11/15/nicolas-sarkozy-decore-dany-boon-le-comique-et-le-president-126076

  36. 436
    Claude dit:

    @myriam (429):

    Pour être franc, je pense que la question des exécutifs devrait se régler entre les 2 tours, même s'il n'est jamais mauvais d'en discuter avant. Selon le score qu'on aura (je pars du principe qu'on sera tous ensemble) et celui du PS et des Verts, la situation ne se présentera pas de la même manière. Il me semble évident que si le PS est à la rue et que EE ne prend pas leur place, on risque d'avoir une situation où nous serons indispensables pour obtenir une majorité : il dépendra donc de notre détermination dans les réunions inter-listes à ce moment-là de mettre la pression pour faire passer nos mesures-phares et exiger une politique de gauche.

    L'ennui dans la situation présente est que le PS s'est habitué au "vote utile" pour "faire barrage à la droite et certains sont tentés d'en abuser : les élections récentes l'ont montré : s'il est en situation de force le PS ne cherche même pas à discuter d'un éventuel report de voix : il part du principe qu'ils lui sont acquis de toute manière. En annonçant d'ores et déjà une "fusion technique", on entérime cet état de fait et je me demande si on ne devrait pas - pour faire un parallèle avec la discussion sur une éventuelle sortie de l'euro, voire de l'europe* - brandir la menace de ne pas donner de consignes de vote en cas de refus de négocier sur notre terrain.

    En bretagne (où j'habite), j'ai lu quelques déclarations dans le télégramme de brest (les liens sont passés ici hier soir) : Le Drian - selon le canard brestois (prendre en compte la propention des médias à accentuer certains propos et à en dénaturer d'autres) - est justement sur cette position et a réussi à ce que la fédé bretonne entérime cet état de fait : les dirigeants PCF parlent de la faiblesse de leurs alliés du FdG (GU et PG) et du NPA pour se justifier. Il n'est pas certain du tout que les militants soient du même avis mais, l'important à relever est qu'ils se sont sentis obligés de se justifier : à nous de mettre la pression. Et, pour ce qui me concerne, je ne suis absolument pas certain que j'irais voter pour une liste menée par le PS au second tour si nos propositions ne sont pas prises en compte !

    Donc, le rapport de force doit se créer dès maintenant pour mettre la pression (y compris sur les hésitants du PCF) en laissant entendre ce que je dis plus haut : pas de de compromis en faveur de notre programme = pas de voix. A nous d'être clair là-dessus dans la campagne. Et, au soir du premier tour, on voit les scores et si le PS revoit sa position.

  37. 437
    dudu87 dit:

    Bonsoir à vous,

    Nombreux ici savent que je suis plus au PCF depuis belle lune. Mais le PCF a su..à une époque donnée une formation militante.
    @Annie, j'ai lu tes 4 points forts intéressants et très lucides;
    "MGB (qui ne semble guère appréciée ici) n’est pas si idiote non plus, et elle avait bien la lucidité de voir que son parti était en voie de disparition. Donc les deux Lucides (la momie et la future disparue) se sont p’tète dit que l’unité et la solidarité les empêchera tous les 2 de couler définitivement, ce qui est le minimum qu’on attend de gens qui sont de gauche."
    MGB a une grande qualité, c'est de savoir naviguer parmi "la Tour de Babel" qu'est devenu le PCF! Son défaut, reprochés par les Militants/es de base est qu'elle est issu du sérail du Col Fabien. Mais rappelons-nous dans quel état idéologique avait laissé le PC, R. Hue? La mise a la poubelle du "centralisme démocratique" a créé un changement fondamental dans la pensée militante de base. Si le défunt "comité central" faisait toujours une analyse...affirmative et très détaillée de la situation politique du moment, le CN en donne une très succincte, pose souvent des questions... aux militants d'apporter des réponses, idem pour l'HUMA qui reste souvent sans positions officiels du parti à transcrire. Par contre le militant de base du PC est très unitaire mais Jean-Luc Mélenchon n'était pas toujours apprécié suite à son faire valoir que le PS lui faisait jouer, tant qu'au NPA, la lutte fratricide avec la LCR a laissé beaucoup de trace (les militants syndicaux ouvriers en ont bavés dans les entreprises, adhérents au PC) et Krivine est toujours là! Tant qu'aux apparachiks, ne vous inquiètez pas ils n'ont pas dit leur dernier mot! Je ne serai pas surpris de voir un tel élu régional sortant PC se présentait sur la liste PS ou...VERT, en fonction de l'opportunité? Reviendrons-nous au temps des exclusions? De quel droit certains vont-ils crier'EXCLUSIONS" à l'extérieur du PCF?

    "On parle de pays où la grande majorité des gens vivait dans la misère, faudra-t-il qu’on soit aussi dépouillé qu’eux pour admettre l’évidence d‘un accord unitaire ?" L'accord unitaire se fera, peut-être boiteux mais il se fera, par contre, Faudra t-il attendre la Misère pour voir la victoire? Peut-être surtout qu'aucune analyse sérieuse de notre société dans toutes ses composantes n'a été faite et là au risque de me répéter, ANALYSONS LE PROBLEME POUR TROUVER LA SOLUTION!

    "on finit par oublier qui est notre Ennemi Idéologique Commun." Les Possédants contre les POSSEDES!
    Au risque d'être rabajoie, ça s'appelle la LUTTE DES CLASSE! Ce terme vous fait-il peur, je ne l'ai pas lu dans les commentaires que j'ai lu, y compris de nos "anti capistalistes"?

    "Et bien, j’ai remarqué qu’en 4/5 jours, nous avons tous eu des débats féconds sur les points suivants :"
    En 2 ans, je peux témoigner que ce forum a beaucoup évolué, à une époque nous avions de vrais fachos et quelques individus qui relevaient de la psychiatrie... pas triste!

    Tiens au faite, certains ont-ils rencontré H2, quelque part? Il nous manque celui-là!

  38. 438
    myriam dit:

    A Claude,

    la politique de la discussion entre les deux tours me paraît dangereuse mais.. c'est juste une impression, je n'ai pas réellement réfléchi sur le sujet... l'idée de faire pression pour discuter du programme, je n'ai rien contre au contraire... donc oui, il y a encore certainement des pistes à creuser..sur la manière d'agir dans ces élections !
    Mais tu ne réponds pas à une question qui me tarabuste, comme je l'ai dit, autant pour moi le refus de cogérer peut se justifier par le bilan ps -mais qu'est-ce un mec acceptant un poste peut faire qu'un élu ne peut pas faire ? je le redis un élu peut proposer des choses aux votes, communiquer avec ses concitoyens pour les informer, voter pour, ou contre.. que fait de plus un mec ou une nana acceptant un poste dans un exécutif qui justifie qu'on prenne ce risque si les sociaux libéraux sont majoritaires ?
    Je pense que les militants pg sont sincères là dessus donc j'ai du louper quelque chose mais quoi ?
    Cordialement

  39. 439
    jennifer dit:

    Annie
    Je ne parlais pas des débats intéressants que vous avez eus ici, je n'ai pas le temps de tous les lire, je parlais des débats que j'ai eu avec des gens qui soutiennent des positions ultimatistes, idéalistes et qui ne tiennent pas compte de la réalité et donc je ne veux plus en avoir de ce type de débats. Les sous entendus n'étaient pas envers vous, mais envers moi même (si je puis dire ainsi). Donc ne te vexe pas.
    Par ailleurs je ne partage pas ce que tu dis sur le PCF du tout.

  40. 440
    azulejo dit:

    Quand je dis que ces deux personnes me mettent tout sur le dos ! Même myriam qui est obligé de dire qu'elle n'à pas fuit à cause de moi et c'est honteux quelle en arrive à cela ! Et c'est dire le mauvais climat que certains maintiennent ici contre moi mais je vais signaler tout cela à qui de droit car c'est inadmissible que deux personnes m'insultent et propagent en permanence des choses fausses à mon égard et montent les gens contre moi et à vous deux "claude et marillion" je peux vous assurer que je vais demander à connaitre vos N° d'IP et je vais porter plainte si je le peux contre vous car j'en ai assez que vous me salissiez et m'agressiez !
    La bretagne avec un N° d'IP est petite et trés petite même et c'est facile d'identifier les gens plus avec le blog c'est encore mieux et j'ai suffisamment d'informations contre ces deux personnes maintenant. A bon entendeur salut.

  41. 441
    jennifer dit:

    Désolée j'ai essayé de lire les réponses qu'on m'a faites et autres posts mais je suis un peu trop crevée pour tout bien comprendre. J'y vois que Azulejo me dit qu'il s'est fait agressé et dans ce qu'il me cite sur les prix nobel et autres, je n'y comprends rien. Qu'il me reproche d'apprécier Claude (on n'a pas le droit?) et me conseille de lire tous les posts (ce que je ne peux matériellement pas faire).
    Les réponses de Claude mes questions sur les impôts, ses critiques sur LEAP que je n'apprécie pas beaucoup aussi malgré un "vernis" intéressant.
    Bon je vais me coucher car il y a trop de choses écrites et il me faudrait du temps, ce que je n'ai plus depuis que je suis au PG. Mais continuez sans moi, je reviendrais un des ces jours quand j'ai plus de temps. Là trop de choses à organiser...

  42. 442
    reno dit:

    il est sans doute très heureux d'approfondir sa pensée dans les moindres détails,de s'arquebouter jusqu'à d'absolus paroxismes, il me semble plus fondamental d'empècher cette droite de nuire plus en avant et pour cela il est indispensable de s'unir toutes sensibilités de gauche réunies une fois ces termes définis. Jean-Luc Mélenchon est un chef éclairé un homme politique qui tiens un discours accessible au populaire dont je suis et plutot que de couper des cheveux en quatre à courir après les fanatiques du NPA je crois plus que nous arriverons à sortir Sarko avec Mamers Bove Hamon Montebourg et bien sur le PC tous ensemble avec Jean-Luc Mélenchon.avant de vouloir décrocher la lune fabriquons une route.allez voir sur LCP les débats parlementaires vous verrez qui tient, défend de belles positions de gauche et le mépris de cette droite triomphante qu'il urge d'abattre

  43. 443
    Annie dit:

    @Jennifer post 435 : je n'étais pas du tout fâchée hein^^, je voulais juste rebondir sur ton agacement -oh combien justifié- de voir les mini-pinailleries, comparées à ce qui nous tombe sur la tête (Directive Bolk., casse des services d'intérêt général, criminalisation des mouvements sociaux, autoritarisme de l'UE, etc), et me suis permise de rappeler qu'ailleurs on a moins rechigné à s'unir et qu'il y a eu des changements radicaux en moins de 5/10 ans (refondation citoyenne, récupération des biens communs en cours, le Sucre, la lutte our la démocratisation de l'information, etc). Et nous qui pinaillons pour une élection régionale alors que notre souveraineté et nos services publics sont bradés sous nos yeux !

    Pour mon IN-TER-PRE-TA-TION de l'attitude du PCF, disons que les ambigüités relvées par stack en post 416 (entre autres) et les déclarations officielles entretenant le flou sur l'attitude face au PS, doivent à mon sens être discutées et débattues, sans pugilat bien sûr. Mais j'ai bien retenu que l'autre gauche est d'accord sur les 1er ET 2ème Tours. Allez trouvons le moyen de faire un accord sur le 3ème Tour qui satisfasse le maximum !

  44. 444
    Ju dit:

    @ Myriam

    Par rapport à la différence entre un élu dans une opposition ou une minorité de gauche (dans une région gérée par la gauche) et un vice-président dans une majorité de gauche...

    Imagine que dans une majorité de gauche dans laquelle notre rassemblement impose un bon rapport de force, le vice-président aux transports ou à l'économie (parmi les grosses compétences des régions) est quelqu'un de notre gauche : ce sera plus facile pour appliquer notre programme (gratuité dans les transports, arrêts des subventions au privé... je ne sais qu'en penser vu qu'on n'arrête pas de discuter des pourquoi de la division et pas du programme qu'on voudrait voir appliquer).
    De même, les nôtres au sein d'un exécutif, toujours si le rapport de force est bon, peuvent participer aux débats interne à la majorité, orienter les décisions, fixer des limites.

    Par contre, le "simple" élu qui n'est pas dans la majorité, comme tu le dis, il a le droit de voter pour ou contre, d'informer, proposer... mais ça ne pèsera pas lourd au sein du conseil régional.

    Enfin, pour revenir juste sur ton post 429, nous ne voulons pas "absolument" aller dans les exécutifs, contrairement à ce que tu sembles croire. Nous le disons depuis toujours, nous souhaitons y aller seulement si cela permet d'appliquer notre programme.

    Amitiés unitaires

  45. 445
    myriam dit:

    @ Ju

    Par rapport au souhait de rentrer dans l'exécutif "absolument" ou non, j'ai lu plusieurs déclarations du PC où l'objectif avoué était de faire "de bonne majorité de gestion à gauche avec le ps" et j'ai, de plus, un souci avec la position du pc qui fait le choix dans certaines régions de partir avec le ps dès le premier tour (donc sans la condition du programme de rupture a priori ou alors je me trompe sur la nature du ps). Mais bon admettons que j'ai l'esprit mal tourné.....et que je me fasse des films.....

    Vous expliquez ensuite que l'occupation de postes rendra " plus facile" l'application de notre programme, peut-être mais je n'ai pas l'impression que cela garantira quoi que ce soit et j'ai peurque l'on serve de caution de "gauche" au ps tout comme les ministres communistes de la gauche plurielle en leur temps...il faudrait donc déjà tirer un bilan de ce qui a été fait en terme de participation... Or, si l'on observe l'état actuel des choses, on peut se demander, si le fait d'avoir des participants aux exécutifs change réellement la donne, pourquoi nous n'avons pas déjà les transports gratuits dans les 20 régions sur 22 où l'exécutif est partagé entre le ps, le pc et les verts ? Pourquoi le pc qui a de nombreux vice-présidents n'a pas pu encore imposer cela à ses ex futurs alliés de la gauche plurielle ?

    Outre ces interrogations sur le bilan à tirer des cogestions déjà engagées, je me demande si supposer que nous puissions récupérer des "gros" postes (ce qui pourrait peut-être rendre notre participation aux exécutifs intéressante pour nos concitoyens) ne suppose pas que nous soyons en positions de force et que donc les sociaux libéraux ne soient plus majoritaires ce qui lèverait de fait le blocage.......
    Pensez-vous honnêtement que si le ps est en position de force il nous laissera appliquer un programme qui va à l'encontre de la politique qu'il mène depuis des années?
    Enfin dernier point, admettons que tout se passe non pas tel que nous l'espérons tous (l'autre gauche devant) mais comme cela risque de se passer : le ps majoritaire qui nous accorde cependant un poste ou deux intéressants, comment allons -nous justifier les cochonneries qu'ils feront passer dans les postes que nous ne maîtriserons pas (parce que ce n'est pas parce que nous serons là qu'il vont changer de nature n'est-ce pas?), comment nous représenterons nous ensuite devant nos concitoyens en ayant participer à un exécutif qui sur la plupart des point a agi à l'encontre de notre programme ?
    N'est-ce pas ce qui s'est passé avec le pc et sa participation aux instances dirigeantes sous la coupe du ps ?
    Cordialement

  46. 446
    reno dit:

    camarades plusieurs questions me tarabustent la première concerne l'ENA cette école me semble etre à la vue des transformations sociales opérées par ses brillants adeptes une fabrique d'ambitieux déshumanisés.comment pouvons nous encore faire confiance à ses professeurs lorsque nous assistons à l'incurie d'une Ségolene ou à la mièvrerie de Holland? Une autre est comment techniquement pourrons nos elus sortir ou contrer les directives europeennes qui les privent de leurs pouvoir légitimes? Dénoncer les contrats légalement signés au profit des grands groupes financier est il possible? si vous pouvez éclairer ma lanterne je serais plus intéligent merci

  47. 447
    myriam dit:

    A Reno,
    je ne me considère absolument pas comme une fanatique et je suis désolée d'avoir de la mémoire, mais sous prétexte de battre la droite et en promettant le changement, les gens sur lesquels vous comptez pour virer sarko (Hamon, Montebourg, etc cie) appartiennent au parti qui a eu le pouvoir, qui a voté oui au TCE, qui n'est pas revenu sur l'éclatement de la SNCF, qui a validé la double peine, qui dans les communes et communautés de commune ont bradé les services public (eau etc) au privé, qui exploite et précarise les employés communaux, qui sous le gouvernement Jospin à privatiser en se cachant derrière Bruxelles et qui fait maintenant du pied au Modem....
    Si ne plus leur faire confiance, c'est sombrer dans le fanatisme et couper les cheveux en quatre... et bien soit,effectivement, donnez moi cette étiquette.
    Toujours est-il que, en plus d'opinion divergente, nous n'avons pas la même conception du débat car en ce qui me concerne, je ne pense pas que lancer des épithètes plus ou moins agréables aux gens qui ne pensent pas comme moi fasse avancer la discussion, discussion dans laquelle j'essaie d'argumenter sur des faits, j'en attends autant de mes détracteurs

  48. 448
    VERGNES dit:

    Je l'ai déjà formulé sur ce blog, mais dire avant le 1er et le 2éme tour que l'on participera aux exécutifs c'est vraiment la meilleure façon ne pas créer le meilleur rapport de force possible vis à vis du PS.
    C'est à se demander si l'on veut vraiment créer ce rapport de force, à se demander si les places ne sont pas déjà négociées.
    En effet le FdG seul fera un petit score (le NPA aussi) , mais permettra de "ratisser" des déçus du PS qui se seraient peut-être abstenus ou voter pour NPA.

    J'avoue avoir du mal à comprendre (d'un point de vue purement électoraliste) pourquoi le PCF veut se limiter au seul FdG sachant que le score ne sera pas élevé, et que donc il pourra peu peser sur les négociations entre les 2 tours.

    D'un point de vue purement électoraliste (préserver ses élus) c'est totalement suicidaire...à moins qu'il y ait déjà des accords?

    Par ailleurs quelles seront les têtes de listes? et la place accordée au PG ?

    Mais sortons de l'aspect électoraliste.

    Chacun s'accorde sur la faillite du PS et à a nécessité de faire émerger une gauche radicale forte.
    Cela nécessite une différenciation nette, que chaque électeur puissent matériellement constatée au 1er tour comme au 2éme. Ors la seule façon maintenir cette différenciation au 2éme tour ce n'est surement en déclarant par avec que l'on ira gouverner avec le PS.

    Pour ce qui est du PC, les électeurs ni verront rien de nouveau, c'est ce qu'il a toujours pratiqué.
    Pour le PG, les électeurs penseront que c'était bien la peine de quitter le PS, donc rien de nouveau
    Pour le NPA, certains électeurs refuseront de voter au 2éme tour, mais ce serait aussi une formidable caution de gauche pour le PS, alors que nous somme tous d'accord qu'il se modémise.

    Et en bout de course, aucune visibilité de la constitution d'une gauche radicale, circulez il n'y rien à voir.

    Nous ne pouvons porter la responsabilité de faire perdurer des pratiques électorales qui une fois encore ne permettra de faire émerger une force radicale dans laquelle la population puisse s'identifier sans se résoudre à l'éternel vote utile (pour qui?).

    Alors oui des listes unitaires anticapitalistes et indépendantes du PS/Verts au 1er,2éme et 3éme tour.

    Il y a bien un moment où il faut matérialiser la rupture, sinon ce n'est que déclaration d'intention.

    Quand à battre la droite électoralement et combattre idéologiquement le capitalisme, il vaut mieux des scores à plus de 10% (on peut le faire), que 2 listes à 5% allant "négocier" des strapontins avec le PS hégémonique qui continuera à mener sa politique d'accompagnement à laquelle nous serions de fait assimilés malgré nos dénégations.

    Rompre c'est parfois douloureux, peur de l'inconnu, mais souvent libérateur et ouvrant des voies nouvelles.

  49. 449
    ermler dit:

    @ Myriam

    1. La position (du NPA) qui consiste à accepter la fusion avec PS / Verts au deuxième tour tout en refusant systématiquement de participer aux exécutifs ne tient pas la route. On ne peut pas faire partie d'une liste en déclarant qu'on sera d'emblée dans l'opposition à la majorité issue de cette liste. Pas un électeur n'est prêt à accepter une telle incohérence que la droite ne manquera pas d'exploiter et qui la fera gagner à coup sûr. Cette position est suicidaire.
    2. Bien d'accord pour dire avec toi que ce serait mieux que nous arrivions en tête. Si le PS est (largement) devant nous, ça sera dur. Très dur.
    3. Il est possible que les vice-présidents PCF se soient un peu assoupis durant la dernière mandature. Raison de plus pour les réveiller en les flanquant de vice-présidents PG ou NPA !
    4. Tu n'as "pas l'impression que ça garantira quoi que ce soit" et tu as "peur que l'on serve de caution "... En effet, RIEN n'est garanti, surtout si on a "peur". Demandons à nos élus de substituer la combativité à la "peur". Ca ne garantit rien, mais au moins on se sera battu. Il sera toujours temps d'en tirer les conséquences, si, effectivement, on a réussi à rien imposer !
    5. Les "cochonneries" comme tu dis, on pourra toujours les combattre en votant contre en assemblée.
    6. As-tu déjà entendu parler du rapport de force ? Il dépendra, certes, du nombre de nos élus, mais surtout de leur combativité, y compris celle de ceux qui "occuperont des postes". Faut-il que les militants du NPA aient peu confiance en la combativité de leurs élus, pour être à ce point persuadés "qu'ils ne pourront rien faire".
    7. La position du NPA et celle qui s'exprime à travers les " questions" que tu poses, ça porte un nom :
    Le défaitisme !

  50. 450
    VERGNES dit:

    Pour éviter toute fausse interprétation de mon post 449, je précise que l'indépendance aux 3 tours ne signifie pas qu'il n'y ait pas de fusion démocratique, sauf si liste de droite présente dans la coalition PS/verts

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 8 [9] 10 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive