13nov 09

Cette note est longue. J’y parle du retour de la «directive services», fille de la Bolkestein, qui est revenue à l’ordre du jour du parlement européen cette semaine. Elle sera transposée en droit français d’ici au 28 décembre prochain. Je mets mon analyse à la disposition de ceux qui veulent faire de la sensibilisation sur ce thème. Sinon je parle d’autres choses aussi un peu avant et si vous voulez savoir quoi, allez voir.

 

 

 

Unitaire, si tu savais !

Il y a eu une réunion en vue de l’unité de l’autre gauche, le dix novembre, au siège du Parti de Gauche. La sixième, je crois. Je ne la raconte pas. Tout cela est disponible en vingt versions différentes et peut-être même en braille pour que nul n’en ignore. On trouve le point de vue du Parti de Gauche à la une de son site. On peut connaitre ma façon d’en parler en prenant le lien avec le site de «France-info» qui m’a interrogé sur la question le matin du 11 novembre, juste avant que je prenne le train pour Bruxelles. Cette vidéo est également sur mon pavé vidéo juste à côté de cette colonne. Maintenant nous voici engagés dans la dernière phase du ridicule : deux réunions convoquées séparément pour discuter sur la base du même texte. Et quel texte ! Le texte du Front de Gauche ! Ca va pas nous grandir ! Mais ça me rajeunit ! Me re-voila plongé dans l’ambiance des poisons et dentelles des assemblées générales d’étudiants de ma génération. L’enjeu de toute cette agitation est de savoir qui va porter la casquette du «pas gentil qui divise». C’est dérisoire. Stop ! Je ne joue plus. Nous avons une divergence qui s’est concentrée sur la question du «troisième tour». Pouvons nous ou non participer à des exécutif quand nous ne sommes pas nous même en tête de la gauche ? Nous avons une divergence sur le sujet depuis le début. Toutes les autres divergences ont été dépassées. Pas celle-là. Assumons le aussi simplement qu’on se l’est dit franchement au lieu de s’inventer des pièges. Pour moi je prends ça comme un échec personnel car j’avais absolument la certitude que le NPA ferait le pas. Je l’ai dit de tous côtés et mes amis ont fait tout ce qu’ils pouvaient de toutes les façons possibles pour y arriver. Ca ne se fait pas. S’il faut un perdant en «image» dans cette histoire, puisque on dirait que c’est le sujet, c’est moi, c’est d’accord. J’assume. Je rappelle quand même de quel pas il s’agissait de franchir: poser des conditions à la participation aux exécutifs et examiner le soir du premier tour si elles sont remplies, en confiant aux militants et candidats du plan local cette appréciation. Cela me paraissait praticable sans que personne ne se renie. Surtout en ayant précisé que personne ne serait jamais obligé d’aller siéger là où il ne le voudrait pas. Et en ayant ajouté qu’on ne siègerait en aucun cas avec des MODEM. Au-delà ce serait accepter l’idée qu’on ne peut en aucun cas, jamais, former des majorités de gauche dans une assemblée. Ce n’est pas notre identité. J’admets qu’on pense autrement. Evidemment. Mais dans une alliance électorale de l’autre gauche, comme celle que nous avons en vue à propos des régionales, on ne peut demander à l’une des composantes de renier ses fondamentaux. Je ne le demande pas aux autres. Donc il fallait trouver un point de vue de dépassement de la difficulté. C’est ce qui n’a pas été possible avec notre formule. A présent il nous est proposé de discuter le programme ! Que veut dire une discussion sur le programme, question on ne peut plus simple à régler, si on n’est pas d’accord sur la façon de le faire passer dans la vie ?

Le clone de Bolkestein

Vous vous souvenez de la fameuse directive Bolkestein ? Elle a une héritière. Elle s’appelle « directive services ». On l’avait sur les bras au parlement à Bruxelles, jeudi matin. Mais il s’agissait seulement de faire le point sur son application. Pas de voter ou de changer quoique ce soit à son contenu libéral. Car après l’épisode Bolkestein, une nouvelle mouture a été rédigée et adoptée par le parlement européen. C’était le 16 février 2006. Cette deuxième version a franchi une à une, toutes les étapes que doit parcourir un texte européen. D’abord le Parlement a adopté par 394 voix pour, 215 voix contre et 33 abstentions le rapport sur le sujet de Mme Evelyne GEBHARDT, du Parti Socialiste Européen (PSE). Pour mémoire soulignons que la droite n’avait alors que 268 députés, les libéraux d’ALDE 88, le PSE 200, les Verts 42 et la GUE/NGL 41… Une fois de plus donc, le PSE a donc massivement contribué à l’adoption de cette directive libérale. 137 eurodéputés PSE ont voté pour, dont le président du PSE Poul Nyrup Rasmussen et le président du groupe socialiste, Martin Schulz. Seuls les députés socialistes français ont voté contre, à l’exception de Michel Rocard qui a voté pour. Les députés Verts ont voté contre mais les libéraux ont voté pour y compris Marielle de Sarnez … On peut dire qu’il y a de quoi avoir peur.

Un champ vraiment trés large

Car le champ de la libéralisation prévue est potentiellement très large. D’après son article deux, la directive s'applique en effet à tous les services fournis par les prestataires ayant leur établissement dans un État membre. L'article quatre définit la notion de « service » comme toute activité économique non salariée, exercée normalement contre rémunération. Quant au «prestataire», il s'agit de toute personne physique ou morale ressortissante d'un État membre qui offre ou fournit un service. On se demande ce qui peut échapper à de telles «définitions» ! Certes il y a des dérogations partielles pour les services publics. Partielles seulement, il ne faut pas rêver ! Parce que certains sont directement et explicitement inclus tels que les services postaux, la distribution d’électricité, de gaz, d’eau, le traitement des déchets. Mais aussi l’éducation et la culture pour les compartiments de ces secteurs que les Etats décident ou non d’ouvrir à la concurrence. Echaudée par l’émeute anti Bolkestein, la Commission, très habile, le 4 Avril 2006, rend une proposition de directive bien réécrite dans laquelle elle inclut les modifications votées par le Parlement européen. Genre : ce n’est pas moi qui ai décidé ce sont les parlementaires eux-mêmes. Pas contents ? Allez les voir ! Le 24 Juillet 2006. Le Conseil des ministres, c'est-à-dire les Etats nations qui constituent l’union européenne, approuvait la proposition modifiée de la Commission sans y apporter de modifications notables. Et, enfin, le 15 Novembre 2006, c’est le triomphe du texte. Le Parlement européen adopte sans l’amender en deuxième lecture la proposition de la Commission avalisée par le Conseil. Qui vous a parlé de tout ça dans la campagne des européennes à part le Front de Gauche ? Et en plus je suis sûr que beaucoup ne se souvenaient pas de tout ça ! Ne dites pas non ! Moi aussi j’ai dû tout réapprendre à l’occasion de cette session du Parlement à Bruxelles. Quelle vie !

La vie en catimini

Très peu d’informations sont disponibles sur la transposition en France de cette horreur anti-sociale. Le gouvernement est particulièrement discret sur la question. Pourtant il y a une date limite pour transposer. C’est le 28 décembre 2009. C’est donc maintenant tout proche. Juste après Noël, pendant la trêve des confiseurs. A prendre très au sérieux. Car cette transposition impacte un très grand nombre de textes de lois et de décrets en vigueur. Elle va modifier les règles d’installation et d’exercice de très nombreuses professions. D’ailleurs, faute de débat public à ce sujet les professionnels eux-mêmes, notamment les PME, seront le plus souvent démunis. Et ils sont en tous cas très mal préparés à l’arrivée prochaine dans leur secteur de firmes concurrentes, souvent beaucoup mieux armées qu’eux aux subtilités de cette directive. Cependant, parmi les rares documents disponibles sur cette transposition on trouve deux rapports parlementaires du Sénat. Mes anciens collègues les ont publiés en février 2008 et en juin 2009. Ces rapports, rédigés par le sénateur UMP Jean Bizet, contiennent une révélation. Ils expliquent la stratégie de communication et la méthode de transposition choisie par le gouvernement. Faire passer le tout en catimini. Mot d’ordre : pas vu, pas pris !Et comme Jean Bizet n’a pas peur des mots, il confirme le contenu très libéral de cette « directive pas comme les autres ». Si c’est lui qui le dit !

Secret et saucisson

Voici des morceaux choisis des rapports sénatoriaux qui donnent l’ambiance et m’évitent de longs développements moins bien écrits. « Le gouvernement français a abandonné l’objectif, qu’il avait initialement envisagé, de déposer un projet de loi-cadre pour transposer la « directive services ».Certains États membres, ayant fait le choix inverse, transposeront la directive au moyen d'une loi-cadre […] (Royaume-Uni, Espagne, Pays-Bas, République tchèque) […] Le gouvernement français justifie son choix en grande partie par des considérations politiques tenant à la forte sensibilité des implications de la « directive services » […]. Une loi-cadre de transposition pourrait en effet servir d' « épouvantail » à tous ceux qui seraient tentés d'instrumentaliser un exercice essentiellement technique à des fins électorales. Elle ne doit pas constituer un prétexte à la « cristallisation » des mécontentements de tous ordres, d'autant plus nombreux en période de crise. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009) Vous avez bien lu : il s’agit délibérément de sortir le sujet du débat public et d’empêcher que le mouvement social s’en empare. La bonne méthode pour ne pas se faire repérer c’est de saucissonner la transposition. C’est ce que confirme le rapport sénatorial : « L'abandon par le gouvernement français d'une loi-cadre de transposition conduit à instiller plusieurs dispositions de nature technique à l'occasion de l'examen de différents projets ou propositions de loi afin de mettre la législation française en conformité avec les prescriptions de la directive. Cette méthode est sans doute moins lisible, tant pour les parlementaires que pour l'opinion publique, mais elle permet, en « technicisant » la transposition, d'éviter l'apparition de polémiques stériles. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009)Les polémiques stériles, c’est ce qu’on appelle le débat démocratique dans d’autres pays

Lois sous perfusion libérale

Le rapport sénatorial énumère quelques exemples de transpositions noyées dans des lois ou des décrets plus larges. On en apprend de belles. Mais il n’existe cependant aucun inventaire global et complet des modifications effectuées ou projetées pour transposer la directive. Voici, pèle mêle, quelques exemples de ces premières mesures de transposition qui sont passées sans crier gare. Ainsi la loi de modernisation de l’économie de 2008 comporte des mesures de transposition pour déréglementer l’urbanisme commercial. En effet certaines obligations comme le recours préalable à des tests économiques pour autoriser les implantations de grandes surfaces étaient en effet considérées par la Commission comme des entraves à la concurrence au sens de la directive services. On trouve aussi des mesures de transposition dans la loi de développement et de modernisation des services touristiques de 2009. Elle prévoit notamment que l’activité d’agence de voyage ne devra plus nécessairement être exercée de manière exclusive. … Ce n’est pas malin ! Car cette clause de spécialisation est plutôt une des garanties contre la prolifération d’agences de voyages bidons sans véritable assise professionnelle ou financière. Plus inattendu, la transposition de la «directive services» est aussi allée se nicher dans la loi de réforme de l’hôpital. Pour alléger les modalités d’autorisation et de contrôle des établissements et services médico-sociaux, là encore jugées attentatoires à la libre concurrence … Avec le risque de dérapage que l’on peut facilement imaginer au détriment d’un public souvent démuni. Dans de nombreux secteurs cette déréglementation crée aussi un risque de discrimination à l’envers : certaines exigences continueraient à s’appliquer aux professionnels français alors que leurs concurrents communautaires exerçant en France en seraient dispensés au nom de la libre concurrence. Par exemple, la directive n’a pas prévu de garanties pour que les règles nationales de responsabilité et d’assurance sur les constructions soient systématiquement imposées à un prestataire étranger.

Le Royaume-Uni comme modèle

Pour mettre en œuvre la directive les Etats sont invités à effectuer un vaste réexamen de leurs législations, qui est appelé « screening » dans le jargon communautaire. Voila ce qu’en dit le même rapport du sénateur UMP Jean Bizet, révélant la logique d’alignement par le bas sur les législations les plus libérales: « L'état d'avancement du screening dépend du caractère plus ou moins libéral de la législation initiale. Dans certains États membres, le secteur des services était déjà largement libéralisé avant même l'intervention de la directive, alors que, dans d'autres, les modifications à apporter pour effectuer la transposition sont bien plus substantielles, ce qui peut donner l'impression d'une lenteur des progrès. C'est aussi pour cette raison que les évolutions en termes d'allégements de charges consécutives au screening sont plus ou moins importantes. Ainsi, elles paraissent limitées au Royaume-Uni, sans doute parce que les formalités administratives dans ce pays sont déjà bien plus légères que dans d'autres. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009)

Thérapie de choc libérale

Le gouvernement a parfaitement conscience de ce parti pris libéral. C’est au point, que, dans une circulaire du 22 novembre 2007, adressée aux directeurs de cabinet des ministres, le directeur de cabinet de François Fillon écrivait que la transposition « n'est pas exclusivement de nature juridique : aux côtés d'autres chantiers ouverts par le gouvernement, [elle] constitue une opportunité supplémentaire pour simplifier les procédures, diminuer les charges qui pèsent sur les entreprises, moderniser l'économie et développer la croissance et l'emploi ». Dans sa version de février 2008, le rapport Bizet du Sénat expliquait ainsi le lien entre la directive Services et les autres réformes libérales du gouvernement : « La dynamique « antibureaucratique » de la « directive services » devrait être accentuée par un contexte favorable à la réforme de l'État et de l'Administration dans notre pays. » Et de citer la politique de « réduction des charges administratives sur les entreprises » impulsée par la directive services et reprise de manière zélée par le gouvernement : « l'objectif fixé par le gouvernement est ambitieux, puisque la réduction de 25 % de la charge administrative doit être atteinte d'ici 2011, soit avec un an d'avance par rapport à l'échéance fixée par les institutions communautaires. » Sans oublier la Révision générale des politiques publiques et le très libéral rapport de la commission Attali. Et devinez qui l’on trouvait justement parmi les illustres membres de cette commission nommée par Sarkozy ? Evelyne Gebhardt, la députée PSE rapporteur de la directive services au Parlement européen … Une illustration de plus du naufrage libéral de la social-démocratie en général et du SPD allemand en particulier.

Malgré la crise

Dans sa version de juin 2009, le rapport du sénateur Bizet craignait qu’avec la crise, le contexte ne soit plus porteur pour la transposition de la directive services. Vraiment ? « Il est à craindre, soupire le sénateur, que la crise financière et économique, et ses conséquences notamment sociales, qui affecte l'ensemble de l'Union européenne, ne relègue la transposition de la directive au second rang des priorités de bien des États membres. » En effet ! C’est ce que devraient faire des gens censés, après le désastre produit par les déréglementations en matière financière ! Le bon sens le plus élémentaire commanderait en effet de mettre la directive services à la poubelle. Elle va être transposée en droit français. La crise va donc s’aggraver. L’Europe ca devait être la solution, c’est le problème.


482 commentaires à “Entre deux cauchemars”

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 9 10 »

  1. 251
    azulejo dit:

    @ tous les camarades militants ou non,simples citoyens ou intervenants sur ce blog merci signer cette petition contre la participations avec des executifs PS-PC dans les régions et le lien est ici : http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html
    Et pour la remplir ; mettez si vous ne voulez pas mettre votre adresse mettez seulement "rue" tout seul et désolé j'aurais dû prendre un modèle plus simple sûrement mais c'est la 1ere fois que j'en creer une. Merci de la signer pour ceux qui sont de mon avis.Cordialement.

  2. 252
    myriam dit:

    le post 247 résulte d'une fausse manipulation... toutes mes excuses.

  3. 253
    Eugénie R dit:

    Quelques votes internes au PC pour les Régionales
    Limousin, Rhône-Alpes, Midi-P, Languedoc ont voté pour les listes FdG
    En Bourgogne ils partent avec le PS (à une voix près :-()
    Lorraine et Champagne-Ardennes ont voté plus largement pour accord avec le PS
    Pour le moment, avec les votes de la semaine dernière cela fait 13 regions pour poursuivre la statégie du Front de gauche et 4 contre.
    En Bretagne où il y a "ballottage "il s'est passé hier la chose suivante, selon un communiqué des Alternatifs (29) :

    "Ce samedi 14 novembre 2009 à St Brieuc, se sont réunis des délégations régionales du
    Parti de Gauche, du NPA (Nouveau Parti Anti-capitaliste), de la FASE (Fédération pour
    une alternative Sociale et écologiste : Alternatifs, Communistes unitaires, CUAL –Collectifs
    Unitaires Anti-Libéraux-, PRS 29), Gauche unitaire 35 et 29 et des membres de sections
    du PCF de Bretagne.

    Etaient excusés : République et Socialisme 22 ainsi que Verts et Rouge 35.

    Tous les présents se félicitent de cette première rencontre qu’ils qualifient d’historique. Ils
    ont débattu, franchement et profondément de ce qui les rassemble pour stopper les dégâts
    du capitalisme de notre région.

    Ils ont décidé de poursuivre cette rencontre pour aller vers une liste commune aux
    élections régionales, en se retrouvant de nouveau le lundi 23 novembre à Pontivy."

  4. 254
    azulejo dit:

    @ myriam, le fait d'être une femme vous aide parfois et ici cela vous aide beaucoup car moi je suis insulté pour seulement défendre ma position qui est : de ne pas faire alliance dans les executifs aprés le second tour et aller avec le PS-PC cogéré ensemble les régions et pour seulement défendre cette position je suis attaqué comme un ennemi par beaucoup d'intervenants du blog. J'ai une pétition et si vous souhaitez la signer alors cvous serez la bienvenue.http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html

    Pour ce qui est du Comité troyen, je crois que vous avez mal lu mon post ou pas complètement car je dis que à l'heure actuelle le comité n'existe plus et que je souhaites le recréer une seconde fois !.
    Je précises que je suis pour l'union mais avec un accord national et apparemment le NPA à laisser plus de liberté et fait des concessions à ce sujet mais pour mon avis c'est une erreur politique car seul un accord national aurait été clair !.

    Je ne les suis plus du tout et je ne suivrais donc pas les consignes de qui que se soit au NPA le moment venu des élections régionales. J'ai toujours dit qu'en cas d'accord du NPA et du front de gauche pour fusionner au second tour pour soit-disant battre la droite est même une erreur ! Car la droite pour moi c'est le PS depuis longtemps et donc je ne voterais pas pour ces listes de fusion si nous ne sommes pas majoritaire en pourcentage et pouvons imposer au PS NOTRE POLITIQUE VRAIMENT DE Gauche et pas la leur qui est DROITIERE.
    Voilà ma position et elle me parait bien expliqué et claire.

  5. 255
    azulejo dit:

    @ TOUS ; petition contre la gestion et la fusion dans les executifs avec le PS et le PC :
    http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html

  6. 256
    ydaho dit:

    Ce que je viens dire ici est assez éloigné du sujet, mais je vous ai écouté hier soir dans l'émission de Ruquier et je trouve que votre "peinture" de ce qui se passe aujourd'hui dans notre pays est tout a fait exacte.. Tout les jours autour de moi je constate cela parmi des gens qui ne sont pas a priori adepte de "l'ultra violence"..
    Bien sur peu de gens viennent a la télé faire comme vous ce "constat pessimiste", le gouvernement préfère instrumentaliser les "ressentis" en nous ressortant des cartons un débat médiatique sur l'identité nationale, mais le vrai débat est ailleurs.. Le vrai débat c'est "qu'est ce que je fait demain pour nourrir mes gosses ?, pour payer mon loyer ?, pour mettre du carburant dans ma voiture ? " Alors oui dans ces cas la : comment penser aux autres ?
    Voilà.. Triste constat ! bien éloigné des "unes" des médias...

  7. 257
    Claude dit:

    @Pulchérie D (223):

    "Les marchés des matières premières – hydrocarbures mais aussi céréales et métaux – seront de plus en plus déstabilisés car ils deviendront l’un des refuges de la spéculation."

    Le "seront" est à remplacer par "sont" : regardez les cours des matières premières... Ils sont revenus aux niveaux qui ont provoqués les émeutes de la faim en 2008 ! La question n'est pas de savoir quels seront les dégâts à venir, qui viendront s'ajouter à ceux qui n'ont toujours pas été résorbés mais si les médias s'en feront l'écho. Parce qu'il ne faut pas oublier le cri du coeur du MEDF à l'automne 2009 (je cite de mémoire, donc approximativement) : "parler de la crise ne fait qu'accroître le sentiment de peurs des gens. Il faut faire confiance aux entreprises et positiver car c'est des entreprises que viendra la reprise". La reprise, on l'a : celle de la spéculation, des méga-fusions qui n'ont d'autres objectifs que des suppressions de postes et des délocalisations, le contrôle des brevets (cf. le billet de Jean-Luc Mélenchon sur Molex qui est loin d'être un cas isolé), j'en passe et des meilleures.

  8. 258
    myriam dit:

    @azulejo

    Je vous assure avoir lu votre post en entier mais j'avais compris que vous aviez quitté le comité troyen suite à des problèmes avec deux ou trois personnes de votre comité. Quant au passage sur le national là je n'avais effectivement pas saisi le problème avec le blog.....
    En ce qui concerne la position que vous défendez sur le ps, nous sommes effectivement d'accord sur un point, pas d'exécutif avec eux sauf si nous sommes majoritaires (c'est dans ce cas eux qui viendront "à la soupe" sur notre programme) pour le pc, c'est un peu compliqué car le parti n'est pas encore dans son ensemble passé du côté du social libéralisme même si certains apparatchiks (je ne suis pas certaines de l'orthographe) ont depuis longtemps passé ce cap....
    En tous cas quels que soient vos rapports avec les gens au niveau national, cela ne doit absolument pas vous empêcher de faire entendre votre point de vue notamment au niveau local
    Cordialement

  9. 259
    azulejo dit:

    @ myriam, le comité local troyen n'existe plus et je veux le recréer "me comprenez-vous". Cordialement.

    Ma petition pour m'exprimer camarade comme vous me le dites et je vais l'envoyer à tout les comitées de france : http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html

  10. 260
    Richard dit:

    DIRECTIVE SERVICES.

    Définition du mot RESPONSABLE : qui doit répondre de ses actes ou de ceux dont il a la charge.

    Alors, c'est quoi un responsable politique ?
    Une personne qui doit répondre de ses actes devant les citoyens qui l'ont élu pour remplir cette fonction de responsable.
    Fonction qui est principalement de faire en sorte de gérer équitablement l'Etat qu'il représente, son équilibre financier, les intérêts de ses citoyens.

    Examinons le côté positif de la Directive services et qui va en profiter : principalement les employeurs qui vont voir leurs charges sur salaires baisser très significativement.
    Examinons le côté négatif de la Directive services et qui va en souffrir : principalement les salariés français car le fait d'autoriser les employeurs à faire appel à des salariés extérieurs à la France et de les payer sur la base des salaires de leur pays, va aggraver et augmenter le nombre de chômeurs déjà très important, en France.

    Examinons maintenant les incidences de cette directive services, au niveau de l'Etat français.
    1 : le fait de faire appel à des salariés étrangers, ne fera qu'augmenter le taux de chômage de nos concitoyens.
    2 : la masse globale des cotisations salariales va baisser d'une façon catastrophique.
    3 : la masse globale des recettes fiscales va baisser d'une façon vertigineuse.
    4 : la masse globale des indemnisations d'allocation chômage va augmenter d'une façon lamentable (le salaire de ceux qui vont être mis en « disponibilité » étant largement supérieur à celui des salariés étrangers qui vont les remplacer).
    5 : le pouvoir d'achats des salariés étrangers étant infime, celui des chômeurs étant très amoindri, la consommation des ménages déjà affreusement réduite va chuter vertigineusement.
    6 : les recettes sur cotisations sociales et fiscales diminuant, les charges liées au paiement des indemnités de chômage augmentant, l'Etat français dont la dette publique est déjà catastrophique, va se retrouver dans une impasse et se retrouver en grave difficulté.

    Gérer c'est prévoir.
    Les responsables politiques, dûment formés pour cela, dont la mission première est d'anticiper les catastrophes possibles, n'ont qu'une possibilité: celle de REFUSER ce projet machiavélique, mais cependant, imposé par des êtres humains « a priori », responsables.

    Aller dans le sens des « demandeurs » de cette directive services, serait comparable à une mise en faillite d'une société privée et donc répréhensible, car interdit par la loi et donnant lieu à des sanctions pénales.

    Il est réconfortant d'imaginer que nos dirigeants politiques, qui ont un sens aigu des responsabilités et qui ont pour ambition de privatiser copieusement nos biens publiques communs, ne vont pas commettre cette faute qui, précisément dans le privé, leur vaudrait des sanctions pénales.

  11. 261
    myriam dit:

    @azulejo

    Oui, je vous avais compris, mon message n'avait d'autre but que de vous indiquer ce que j'avais compris et ce qui m'avait échapper dans votre premier post sur le sujet mais j'avais parfaitement compris le second
    Cordialement

  12. 262
    azulejo dit:

    @ eugenie R dans le post N° 252, sur vos explications et tout cela est trés déconcertant et comment mobiliser les électeurs de gauche et citoyens en voyant cela et même moi je ne suis même plus sûr d'aller voter au 1er tour tant cela me parait écoeurant et du n'importe quoi ! Je souhaitais un accord national et maintenant qu'il n'y en as pas je souhaites que le NPA aille seul à la bataille des régionales car comment peut-on justifier ce n'importe quoi et tout ce fouillis ?. C'est injustifiable tout cela !. On se croirait revenu aux temps des Barronnies et des petits Roitelets !.

    Petition ici : http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html

  13. 263
    André Assiétoi dit:

    @ Claude (248)

    Il n'est pas question d'appeler purement et simplement au boycott des médias. Simplement se documenter un peu avant de choisdir de participer à telle ou telle émission (Mélenchon avait l'air de ne même pas savoir où il mettait les pieds en allant chez Ruquier). Comme disait un animateur d'Acrimed à propos de Besancenot aux Grosses têtes de RTL, participer à des émissions qui méprisent le peuple, c'est mépriser le peuple.

    Acrimed propose quelques pistes et définit, pour ce qui la concerne, quelques conditions à remplir pour éviter de se faire piéger.
    http://www.acrimed.org/article2752.html

    Sinon, je fais tout de même une différence entre le comportement de Mélenchon et celui de Besancenot dans les médias. Mélenchon n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat en critiquant les médias dans les médias tandis que Besancenot refuse absolument de faire de la question des médias une question politique.
    Voici, pour illustrer, un montage parallèle des comportements de Michael Moore et de Besancenot sur un plateau de télé.
    http://www.acrimed.org/article2925.html

  14. 264
    Yves 93 dit:

    Salut,
    @259 Richard,
    Et oui, bien vu.
    Mais qui peut encore en douter? Et qui peut encore croire que l'on va changer le cours des choses sans casse?
    C'est pourquoi il est urgent de s'unir sur une ligne claire et OFFENSIVE...
    Bien cdt.

  15. 265
    Lionel PG44 dit:

    J'ai vraiment l'impression depuis 3 jours qu'il y a ici un débat, pour être poli, entre tenants de l'unité et opposés à l'unité. Quand je lis des contre-vérités à propos des uns et des autres, je me dis qu'il y a des connards dont la seule idée est de démolir les efforts et le travail fait, tant dans les exécutifs des partis que par les militants, pour arriver à une magnifique division que verra encore triompher l'UMP et le PS. Quand on a compris qu'au moins dans deux partis de l'autre gauche il y a deux options totalement opposés, qui n'ont d'ailleurs pas grand chose à voir entre elle, quoi que !
    D'abord, taper sur les cocos est un connerie monstrueuse... "on" attendait, chez certains, un raz de marée en faveur de l'alliance avec le PS dès le premier tour ! Pas de bol, c'est perdu. Pour le reste, s'en remettre au vote des militants et vous allez être surpris.
    Pour le NPA, les choses sont identiques, d'une certaine façon, et le vote des militants, là aussi, nous réserve quelques surprises.
    Quoi qu'il en déplaise à certains, apparatchiks cocos ou intégristes troskos, les uns et les autres ont un engagement sincère qui ne se limite plus à sa petite chapelle personnelle. Les militants communistes que je connais, et pas que des jeunes, dès qui ont connu les grandes heures du "post-stalinisme" n'en peuvent plus d'être les harkis du PS. Il veulent "l'avenir radieux" de leur idéal de jeunesse... et que leur reste-t-il aujourd'hui, un parti qui dépasse tout juste les 2% à la dernière présidentielle. Au NPA, nombres de militants n'ont pas connu les grandes heures de la LCR, celle qui tenait le pavé vers 1970. Et parmi ceux qui ont tenu le pavé, combien en ont ils marre du superbe isolationnisme de l'élite révolutionnaire qui sait tout ? Ils sont comme moi, comme vous, tous en avons marre de la mascarade du présidentialisme, des égos gargantuesques, de la démagogie électoraliste.
    Et c'est pour ça qu'ensemble PG, PC, NPA et tous les autres avec lesquels nous discutons cette "alliance historique" nous allons dire m**** aux dogmatismes boutiquiers pour représenter un espoir véritable à gauche et faire un score qu'on espère proche des 15% pour bousculer l'ordre établi de l'UMP et le PS. Amen !

  16. 266
    4 Août dit:

    "J’ai présenté comme origine de la crise, cinq causes principales (le résumé de mon intervention devrait être mis en ligne sur le site du comité) : baisse de la part salariale dans le partage du surplus au cours des trente dernières années – soulignant le rôle joué par les stock-options dans ce processus –, remplacement des salaires déficients par une politique de crédit complaisante, montée en puissance des bénéfices financiers dans la création de richesse – jusqu’à dépasser aux États-Unis 40 % de celle-ci, médiocrité et insuffisance des modèles financiers, aussi bien dans la valorisation des produits que dans la gestion du risque, enfin, vice conceptuel de la titrisation, transposant abusivement une logique assurantielle à un secteur – l’immobilier – coutumier des bulles financières." (Paul Jorion)

    http://www.marianne2.fr/La-crise-s-approfondit-grace-a-Chimerique_a182778.html

  17. 267
    Hold-up dit:

    @ Richard

    J'aimais bien votre démonstration et je la trouvais " pédagogique " en premier lieu pour moi-même. Mais ne comprenant pas pourquoi vous dites qu'une mise en faillite d'une société privée serait répréhensible (n'y en a t-il pas souvent des faillites d'entreprises privées ?) je trouve que soudain en fin d'article, la démonstration tombe à plat et rend du coup toute la démonstration bancale et moins évidente. Il doit me manquer des notions de droit pour comprendre en quoi mettre en faillite une société privée est " répréhensible " au delà du fait en soi et des conséquences sociales que cela entraine. Merci d'éclairer ma lanterne.

    Passage "incriminé" :

    "Aller dans le sens des « demandeurs » de cette directive services, serait comparable à une mise en faillite d’une société privée et donc répréhensible, car interdit par la loi et donnant lieu à des sanctions pénales."

  18. 268
    Raphael Q. dit:

    Salut camarades,

    avant tout il faut que nous gardions espoir,nous avons lancé le débat au sein du NPA pour convaincre que la stratégie de la majorité (direction) et celle de la minorité (hostile à l'unité) nous mène droit dans le mur: nous NPA, toute la gauche radicale, mais aussi et surtout toutes les classes populaires.

    Je ne sais pas si nous serons capables de convaincre suffisamment pour renverser la tendance, ce sera difficile, mais nous tentons d'y arriver!

    LE fait que le PC parte dès le premier tour avec le PS dans 4 régions (pour le moment) n'arrange pas les choses, mais leur choix est souverain, nous le respectons même si nous ne sommes pas d'accord avec.

    L'appel pour l'union connait un réel succès, à l'heure où je poste,nous avons dépassé le seuil des 1500 signatures en moins de 36 heures. N'hésitez pas à le diffuser largement et à le faire signer! Faisons pression sur les directions pour que nous fassions l'union que la base souhaite!

    http://www.reussirlerassemblement.org/index.php?petition=1

  19. 269
    lou passejaire dit:

    @ claude et andréassietoi

    d'ou ma colére hier soir, c'était une faute politique d'aller servir de faire valoir à la bande à ruquier...

    bon, je veux bien considérer que Mélenchon est encore ko debout ou au moins un peu sonné des fin fonds de ridicule dans lesquels certains nous plongent... parce qu'on l'a connu plus combatif...

    mais faut pas recommencer trop souvent...

  20. 270
    azulejo dit:

    @ tous, faisions pression pour que le NPA n'avalise pas cet accord foireux, dangereux et de dupes ou tous nous allons nous y brûler les ailes et y perdre ! PETITION à SIGNER en CONTRE :
    http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html

  21. 271
    des pas perdus dit:

    Myriam, vous avez raison car sur le terrain, j'ai de bons rapports avec les militants du NPA.

  22. 272
    Annie dit:

    @Myriam post 250 : ma foi, peut être est-ce du à une IN-TER-PRE-TA-TION de ce fameux amendement ? Interprétation due à la façon dont il a été présenté ? Peut être est-il interprété comme un refus catégorique de participer ou non contradictoire avec le fait que le NPA est d'accord sur le 1er et le 2ème tour au fonds ? Il a aussi le fait que Coquerel interprète comme contradictoire le fait que certains du NPA ne font pas de cet amendement un préalable obligatoire. La dernière réunion qui a eu lieu a quand même conclu qu'un programme commun est la chose la plus "facile" sur laquelle se mettre d'accord.

    Donc si le programme est bouclé, participer aux exécutifs serait à faire en fonction seule de ce programme : donc voter Oui si telle initiative est conforme au programme (ce qui revient bien à se mouiller), voter bien sûr Non et court-circuiter/faire la politique de la chaise vide si telle initiative est contradictoire au programme,et aux valeurs de gauche. Donc c'est la possibilité de laisser un Oui/Non ouvert qui me semble être en cause dans toutes nos prises de tête, là où l'amendement du NPA est IN-TER-PRE-TE comme un Non quelles que soient les initiatives proposées par les majoritaires (PS et/ou Verts).

    Il y a encore une possibilité : mettons que les majoritaires proposent une initiative à laquelle on n'aurait pas du tout pensé dans le programme commun. Là il s'agirait pour la liste Autre Gauche de se réunir et de débattre sur ce "point auquel on n'avait pas pensé" en cherchant les infos, et d'exiger des majoritaires un report du vote.

    Au fonds, je pense que ce sont les interprétations (en grande partie dues aux intentions qu'on attribue aux uns et aux autres) qui pourraient être faussées, et donc condamner l'alliance de l'autre gauche. Parlons-en sereinement, sans pugilat. Et je le répète, je pense que c'est plus le PCF (une partie de son apparatchik) qui est le plus illisible, là où quelle que soit l'interprétation des amendements du NPA, elles sont objectivement cohérentes avec son identité. Comme je l'ai suggéré dans mon post 160, le PCF sait aussi qu'il "tient" le PG et la GU (que je sens eux prêts à être audacieux), même si médiatiquement, c'est plus Jean-Luc Mélenchon qui est mis en avant. Je serais très déçue que le PCF profite de sa relative position de force, car quand les 2 Lucides (dont je parle post 160) ont du se regarder dans le fonds des yeux, ils savaient qu'ils pourraient disparaître. Comme ne cesse de nous avertir Jean-Luc Mélenchon, on a des cas chez nos voisins européens où la Gauche a COMPLETEMENT DISPARUE du paysage politique, que la poignée de récalcitrants du PCF médite dessus une bonne fois pour toutes. M'enfin bon, j'ai confiance en la base du PCF qui doit être majoritairement d'accord avec moi.

  23. 273
    lou passejaire dit:

    Quelques votes internes au PC pour les Régionales :
    "Limousin, ont voté pour les listes FdG" ben je peux vous dire que celle là, on y croyait pas, on voulait y croire mais on y croyait pas....
    En Bourgogne ils partent avec le PS (à une voix près :-() et celle là, ce faible écart alors que les journalistes de compagnie annonçaient que le PCF irait comme un seul homme s'asseoir sur les strapontins du PS-Modem...

  24. 274
    Hold-up dit:

    @lou passejaire

    Oui, cela me fait penser au temps où Patrick Sébastien (il me semble que c'est lui) avait invité José Bové et lui avait demandé de s'habiller en " Gaulois " comme Astérix dans une émission sur le " Terroir ". José s'était fait prendre une fois croyant qu'il pouvait toucher un large public sur les OGM mais il n'a jamais recommencé grâce à la lucidité de ses amis militants. Transformer un Altermondialiste combatif et preux en gentil "dupond lajoie" franchouillard et ringard, il fallait oser ! Ils l'on fait (nos adversaires) - Tout est fait pour castrer, ridiculiser et délégitimer tout Partisan. La machine à ringardiser le peuple, c'est ça la télé ! Après on rentre tout honteux dans son terrier. Du moins c'est ce qu'ils voudraient. (nos adversaires).

    Toute proportion gardée car Jean-Luc Mélenchon n'est jamais autant nié sur un plateau de télévision que ne l'avait été en son temps José Bové costumé en Gaulois, souvenons-nous de sa dernière apparition cependant où la belle nana de la météo de Canal + lui avait tendu un piège et (la direction de Canal + dans son ensemble et en premier lieu) lorsque les lumières se sont éteintes et que soudain des " Filles" sont arrivées avec des pintes de Guiness sous un tombereau de musique celtique vers Jean-Luc Mélenchon. On apprenait alors que Jean-Luc Mélenchon avait été invité le jour de la " St Patrick " (jour de fête en Irlande), et le lendemain du Vote " POSITIF " et " Politically Correct " des électeurs Irlandais que la crise avait broyé, sur le Traité de Lisbonne !
    Jean-Luc Mélenchon ne pouvait - J'ai bien dit " ne pouvait " dans la situation présente et le piège tendu - apparaitre que " ringard ", "dépassé", " out ! " " old-fashioned " - Il ne l'est pas, ce n'est pas le sujet, mais ce que veulent les médias, c'est nous le faire penser. Pintes de bières, belle nana qui rigole, Michel Denizot qui se marre, la foule qui applaudit comme des neu-neu. Hop ! envoyez c'est pesé ! VIVE L'EUROPE DES MARCHES FINANCIERS (bandes de nazes !).
    Ridiculiser, toujours ridiculiser, il n'en restera rien et suprême volonté d'abattre comme un coup de grâce dans la nuque bien connu et d'en être tout à fait sûr : Ringardiser, il faut " ringardiser " pour détruire l'homme politique qui ne plaît pas, ringardiser le militant, le partisan, le défenseur de l'humaniste cause. Toujours ringardiser afin que rien n'accroche réellement chez le téléspectateur. Il ne faudrait pas que celui-ci se mette à penser surtout et qu'il ressente soudain des atomes crochus avec " LA PROIE ". Passer à la télé c'est disparaitre aujourd'hui.

    Allez un petit tour vers les médias libres où l'on apprend que les vrais " people" (tout ceux qui sont inoffensifs) valent très chers et que " c'est là aussi qu'on trouve des philosophes comme Luc Ferry, qui facture 10 000 euros la prestation selon Capital, ou Bernard-Henri Lévy, annoncé à 30 000 euros par le même magazine, et loué « entre 12 500 et 50 000 euros » par Speakers Academy, qui le considère comme « un des meilleurs philosophes européens de notre temps ".

    Un (plus ou moins) people pour une soirée : combien ça coûte ?
    http://eco.rue89.com/2009/11/14/un-plus-ou-moins-people-pour-une-soiree-combien-ca-coute-125931

  25. 275
    Pulchérie D dit:

    @ Claude (257
    Tout en étant du même bord politique, et professant des points de vue d’économistes semblables, comme le retour à une certaine forme de protectionnisme, il me semble que Lordon soit beaucoup plus pessimiste que Sapir, qui est l’auteur de l’article dont nous discutons. Lordon a dit le 20 septembre 2009, que la crise connaissait une apparence de trêve, parce qu’une reprise du jeu boursier commençait : effectivement, le Dow Jones a dépassé cette semaine les 10.000 points.
    L’injection de 700 milliards de dollars de Paulson aux banques en déficit leur a permis de recommencer à jouer. Lordon attend le second raz-de-marée.
    L’infâme spéculation sur l’agro-alimentaire bat effectivement son plein, et comme vous le dites, l’avenir annoncé par Sapir, nous le vivons actuellement. Lordon, dans sa conférence, affirmait ne pas comprendre l’indifférence populaire.
    Il me semble que les syndicats ne remplissent pas leur rôle d’éducateur, et que tant que les prix ne se mettront pas à grimper, les « gens d’en bas » resteront calmes, surtout avec des médias qui cachent la vérité. Quand le peuple aura vraiment faim, il s’en prendra d’abord à ces rhéteurs de tréteaux qui sèment la division dans la gauche, en ergotant sur des points secondaires et en s’opposant à l’unité populaire ; ils seront balayés. Mais il faut que des structures soient déjà imaginées, pour les mettre en place comme remplaçantes de celles qui s’écrouleront. Je pense que le PdG a un programme qui pourrait permettre la conception de telles structures

  26. 276
    Annie dit:

    @Hervé post 192, @RD post 194, @Lionel 36 post 201, @marsouin post 204, @ydaho post 256, @André Assiétoi post 263, @lou passejaire post 268, @Hold-up post 273

    Je tiens à faire la synthèse de vos interventions, en précisant que je n’ai pas vu l’émission en question (Ruquier et toute sa clique provoquent des réactions de rejet viscéral chez moi), et je voudrais continuer ma « réflexion » sur l‘attitude de Jean-Luc Mélenchon avec les médias dominants, si je puis me le permettre, entamée dans mes posts 121 et 188 sur le billet fric et foot http://www.jean-luc-melenchon.fr/2009/11/fric-et-foot-montent-dans-un-bateau/all-comments/#comments

    Je suis d’accord sur le fonds avec vous quand vous comparez l’attitude de OB avec Jean-Luc Mélenchon, ce dernier lui étant très supérieur dans son ambition et son panache à décrédibiliser l’avis médiatique (cf émission arrêts sur image ici http://www.jean-luc-melenchon.fr/2009/10/invite-d%E2%80%99arret-sur-images/ que je conseille à tous de prendre le temps de visionner). Pour répondre @lou passejaire posts 142 et 216, si je suis bien d’accord avec Plan B, CQFD et autres Acrimed, et que j’ai moi-même parlé de l’incroyable capacité des meRdias à recycler sous un format mainstream ce qui était de l’ordre du contestataire, je pense que Jean-Luc Mélenchon a la bonne tactique, et n’a pas forcément eu tort d’aller chez Ruquier. Il est tout à fait cohérent avec ce qui a été dit dans l’émission Arrêts sur Images, à savoir décrédibiliser le média dominant en profitant de son passage chez lui (d‘où la relative agressivité dont parle RD, il était là pour ça), ce qui est le contraire de OB dont l’attitude avec les meRdias relève de la politesse et du « mal nécessaire » (d’où la critique du Plan B).

    Cependant, pour reprendre les remarques très intéressantes de RD en post 194, et ce que j’avais mis dans mes posts 121 et 188 du billet fric et foot, Jean-Luc Mélenchon a tout à gagner en trouvant le moyen de passer le message suivant :

    - Rappeler que le pouvoir est toujours diffus (comme dirait Foucault et tant d’autres), et pas forcément chez celui qui gouverne,

    - Faire comprendre au public que les meRdias défendent les dominants, et leur classe dont ils font partie, et donc se mettent systématiquement en porte-à-faux de tous les vrais contestataires (le coup du CUMULARDS dont je parle post 94 en commentaire d’un bon mot de Georges Marchais rappelé à la toute fin de l’émission Arrêts sur Images, est à ce titre un chef d’œuvre rhétorique absolu, grâce aux 3 niveaux de lecture qu‘il implique),

    - Manier à la fois la cohérence argumentaire, la courtoisie, l’ironie, l’agressivité et les arguments qui clouent le bec (Jean-Luc Mélenchon sait très bien le faire, je rappelle pour cela son passage à Public Sénat que j’ai commenté post 121 ici http://www.jean-luc-melenchon.fr/2009/11/tout-nouveau-tout-beau/all-comments/#comments),

    - Et enfin ce qui manque je trouve dans ses critiques aux médias et que j‘ai évoqué dans son billet sur le foot en rappelant le livre de Serge Halimi : une forme de bienveillance et de rappel envers les journalistes anonymes, précaires et pigistes, qui ne sont pas sur le plateau bien sûr, qui eux font leur travail d’information, parce que ce petit plus lui permettrait de ne pas juste passer pour un « bougon poujadiste anti-médias » (ce qu’il n’est pas bien sûr, mais ses adversaires pourraient lui coller cette étiquette), et lui permettrait de retomber sur ses pattes, à savoir le lien avec ses convictions politiques et la défense de tous les travailleurs précaires.

    Effectivement, réussir à faire tout cela à la fois, à tous les coups, de façon spontanée, malgré l’agressivité et/ou la bêtise de ses interviewers, le format zapping qui empêche un réel débat, relève de la gageure, mais à vous lire, Jean-Luc Mélenchon ne s’en est pas trop mal tiré.

    Par contre, malgré son humour habituel, il semble qu’il ait oublié de « s’étonner » en public d’être passé le dernier (bouche en cœur et ironie bien placée) : quel dommage ! Cependant, il semble qu’il n’ait pas fait de soupirs nostalgiques de son papa-mentor idéalisé François Mittérand, que je critiquais tant dans son billet fric et foot : un très bon point ! ^_______^

  27. 277
    Pulchérie D dit:

    Ce blog devient vraiment très gênant...pour certains qui ne partagent pas notre point de vue d'une gauche unie.
    D'abord, tentatives plusieurs fois réussies de nous couper le sifflet : nous avons été "hackerisés".
    Puis, depuis que J-LM a changé d'hébergement, et que le blog semble plus difficile à saboter, on nous a dépêché des brouilleurs d'idées qui se sont fatigués. Mais il reste un curieux personnage, peu encombrant mais qui pourrait faire fuir certains, comme Jennifer, très sensible à la grossièreté.
    Il serait bon qu'elle se manifeste à nouveau, pour bien montrer que les tentatives d'intimidation ne prennent pas.

  28. 278
    Claude dit:

    @André Assiétoi (263):

    Oui, je connais aussi les posts d'acrimed sur cet épineux sujet. Ce que je voulais souligner est qu'il n'existe aucune autre possibilité actuellement (et depuis longtemps) d'avoir une audience suffisamment large pour défendre ses idées. Bien sûr, il y a également internet (la preuve, on y est) mais n'oublions pas que seuls 60% des français y ont accès d'une part, et que le net est suffisamment vaste pour s'y perdre (la preuve, une de mes réponses précédente a disparue quand j'ai cliqué sur "valider" - donc aucun soupçon de censure je n'ai :D

  29. 279
    ermler dit:

    @ tous

    Existe- t- il, à votre connaissance d'autres blogs d'hommes politiques ou partis qui proposent un forum de discussion ouvert à tous (Tel celui de Jean-Luc Mélenchon) ?
    Pour l'instant, je n'ai trouvé que ceux de Clémentine Autain et Moscovici. !

    Merci de m'en indiquer d'autres.
    S'il en existe.

  30. 280
    Michel D. (PG 11) dit:

    A propos de @275 - Annie : l'émission était-elle en direct ou enregistrée ?

  31. 281
    Nipontchik dit:

    Il y a 1 facteur que vous oubliez tous ici; depuis hier soir on peut à nouveau y croire et bien entendu si Domenech arrive à gagner le match de mercredi (ce qui n'a rien d'écrit d'avance bien sur) la révolution prolétarienne et plus prosaïquement l'intérêt des masses populaires paupérisées pour le Spectacle lamentable de l'"autre gauche" aux régionales sera quasi nul si....
    D'ailleurs impossible de ne pas tenir compte de ce facteur pour 1 stratégie présidentielle (de mon journal préféré, La Nacion-organe central de l'oligarchie terrienne d'Argentine):
    Con ese cargo, y el de diputado, Kirchner tendrá la base institucional que necesita para defender la gestión de su esposa desde tribunas y atriles. Sus operadores programan sucesivas giras por el país en los primeros meses de 2010, con un segundo objetivo: medir y remontar su imagen. "Hoy está mal en las encuestas; si mejora, avanzará su plan presidencial de 2011; si no, replantearía la estrategia", dicen en la Casa Rosada.

    Por ese motivo, el jefe del Gabinete, Aníbal Fernández, instaló anteayer que los candidatos para 2011 podrían ser Kirchner o su esposa.

    El "plan A" es Kirchner. El "plan B", en rigor, no existe aún. Pero el calendario K marca que sólo después de la Copa Mundial de Fútbol Sudáfrica 2010 habría definiciones públicas. Kirchner imagina hoy que las elecciones internas abiertas, que resulten de la reforma política, serían a fines del año próximo. Con la nueva ley electoral, la Casa Rosada definiría esa fecha clave.

    Además, Kirchner quiere neutralizar a la nueva mayoría opositora en el Congreso. Apuesta a la parálisis legislativa. Tras el 10 de diciembre, el Congreso entrará en receso; las sesiones ordinarias comenzarían sólo en marzo de 2010. Imagina que para entonces la expectativa popular estará en el fútbol, y no en las leyes.

    Dificultades y planes

    "Kirchner podría capitalizar un éxito de la selección de Maradona", se ilusionó ante La Nacion un pope del PJ. Sólo en julio, Kirchner definiría su política. "

    "

  32. 282
    Disjecta dit:

    Jean-Luc Mélenchon chez Ruquier hier:
    http://www.dailymotion.com/video/xb5hez_melenchon-vs-zemmour-naulleau-1-itv_news
    http://www.dailymotion.com/video/xb5hh6_melenchon-vs-zemmour-naulleau-2-itv_news

    Vu comme ça et sans l'infâme bouillie qui a dû précéder (j'ai tenu une minute en ouvrant mon écran à vingt-trois heures), Jean-Luc Mélenchon s'en sort plutôt bien. C'est vrai que pour les rires des abrutis derrière, faut serrer un peu les dents.
    Un moment Ruquier évoque la possibilité que deux candidats de droite se retrouvent au second tour en 2012. Jean-Luc Mélenchon avance alors que si cela arrivait, c'est qu'on serait vraiment des abrutis à gauche pour ne pas avoir donné envie au gens de voter pour nous, avec la crise néolibérale actuelle. Dois-je l'avouer (mon vieux fond de misanthropie), mais un moment j'ai cru que Jean-Luc Mélenchon allait dire: "Avec la crise actuelle, il faudrait vraiment que le peuple français soit complètement abruti pour foutre deux candidats néolibéraux au second tour!" (sachant qu'un Strauss-Kahn VS Sarkozy correspond tout à fait à ce cadre d'hypothèse supposant un peuple français anesthésié et ahuri).
    A vrai dire, c'est ce que j'ai pensé quand j'ai appris que les grands gagnants en Allemagne, c'était finalement le parti le plus ultra-libéral...
    Pas de doute en tous cas: l'ultralibéralisme passe bien par un asservissement et un abêtissement du peuple. C'est bien ce qu'a compris l'Amérique du Sud en s'attaquant en priorité au taux d'analphabétisme de ses populations (même si bien sûr, savoir lire ne fait pas nécessairement l'homme de lutte).
    Merci Hold-Up pour le lien sur l'intervention de Lordon. Le SLAM devrait sans aucun doute faire partie du programme économique du PG (et du NPA).

  33. 283
    Annie dit:

    @Pulchérie D post 274, je suis bien d'accord avec Lordon, et j'avais adoré son intervention à arrêts sur images http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=175

    C'est pour ça que j'en reviens avec ce que je disais à propos du débat à lancer sur la sortie de l'UE, et que tu sembles avoir mal pris (je t'ai répondu post 156 http://www.jean-luc-melenchon.fr/2009/11/11-novembre-deux-lieux-deux-celebrations-deux-significations/all-comments/#comments)

    Du fait du Rouleau Compresseur à venir, TOUTE solution ne pourra pas se faire sans ambitionner de récupérer sa souveraineté nationale. Jean-Luc Mélenchon a beau être au Parlement Européen ne peut pas défendre correctement nos intérêts généraux avec les autres membres de la GUE/NGL car les vraies décisions sont prises par la BCE et la Commission de Bruxelles qui sont dogmatiquement obsédées par la privatisation à tout crin, et cooptées par les USA. L'UE est la fédération de 27 intérêts nationaux antagonistes, et pour résoudre cela, la BCE et la Commission (qui sont anti-démocratiques et sur lesquelles nous n'avons pas la moindre emprise) veulent tout uniformiser sous le dogme libéral.

    A nous aussi de faire le travail de pédagogie, et expliquer tout cela.

  34. 284
    Annie dit:

    @ermler post 279, NON IL N'Y EN A AUCUN DE MEILLEUR QUE NOUS, NOUS SOMMES LES PLUS PASSIONNANTS ET LES PLUS DEMOCRATIQUES, et je t'interdis d'en chercher d'autres ^________^

    @claude post 278, que penses-tu de ma synthèse post 276 ?

  35. 285
    André Assiétoi dit:

    @ Annie (276)

    Je suis bien d'accord avec toi, mais quand tu dis que Mélenchon doit "décrédibiliser le média dominant en profitant de son passage chez lui", tu oublies une chose : l'émission de Ruquier est montée. Peut-être qu'il a dit des choses bien plus intéressantes que ce qui est resté après le montage, allez savoir ?
    C'est pourquoi, entre autres précautions à prendre pour maitriser sa parole, il faut préférer autant que faire se peut les émissions en direct.

    Frédéric Lordon, invité d'Acrimed, a expliqué comment il faisait lorsqu'il était invité :
    http://www.acrimed.org/article3094.html

    Ça pourrait être une piste de travail au sein du PG (je ne sais pas si ce parti s'intéresse à la question des médias, qui est une vraie question politique ? S'il y a une commission "médias" ?)

    D'autres articles concernant Lordon sur Acrimed :
    http://www.acrimed.org/spip.php?page=recherche&recherche=Fr%C3%A9d%C3%A9ric+Lordon

  36. 286
    Hold-up dit:

    @ermler

    Moscovici ?
    Ils ne parlent qu'entre apparatchiks sur ce blog, c'est hallucinant. Combines internes, chausses-trappes et nullité politique à tous les étages. Le blogueur qui a la mauvaise idée de s'aventurer en pareille terre désertique se voit chasser comme une mouche. D'un pur geste de la main invisible du marché, on chasse l'insecte blogueur qui s'initie - outrage suprême - à y prendre la parole. On vous y fait vite comprendre sur son blog que vous êtes une m**** et on vous néantise comme un seigneur devait autrefois néantiser le serf. On ne vous voit tout simplement plus ou l'on fait comme si vous n'existiez pas. Moscovici comme tous ces hauts seigneurs du PS se souviennent des serfs-électeurs à l'heure de la récolte électorale lorsque ceux-ci doivent prélever la dîme, la gabelle et la taille. Les serfs reconnaissants courbent alors l'échine, saluent bien haut les si importants et illustres apparatchiks du PS et disparaissent dans les méandres profonds de la révolte. Il faut savoir aiguiser sa faux quand arrive l'orage.

  37. 287
    ermler dit:

    @ Annie

    Rassure-toi, je n'ai pas l'intention de déserter ce blog auquel je suis viscéralement attaché et même addicte !

    Maintenant si quelqu'un pouvait répondre à mon post 279.
    Merci.

  38. 288
    Charlot le rigolo dit:

    Mélenchon chez RULQUIER, Lamentable !
    Un péquenot baba d'admiration dans le show biz.

  39. 289
    Hold-up dit:

    Charlot le rigolo est vraiment trop rigolo.

  40. 290
    Claude dit:

    @Pulchérie D (274):

    Lordon n'est pas le seul de son avis : Krugman (prix Nobel) a publié un article il y a quelques temps déjà où il prédisait cela. Les économistes appellent ça une crise en W : parce que c'est à cela qu'elle ressemble sur une courbe statistique... Il avait prédit un retour de famme en bourse puisque les tombereaux de billets qui se déversés sur les banques pour les sauver de la faillite n'ont pas été réinvesties dans le crédit ou la production : ils ne pouvaient donc qu'alimenter la spéculation.

    Un mot sur les bonus des "traders" : mon opinion sur la question est que l'empressement des banques (enfin, certaines comme BNP et SG) à mettre en application leur soi-disant limitation est suspecte. Si l'on y réfléchit quelques minutes, il s'agit de verser les bonus en plusieurs fois (et non pas de les limiter comme j'ai pu le lire/voir dans les médias). Le but est de lier ces bonus aux bénéfices que feront les banques dans le temps futur (notons au passage que ce temps est limité à 2 ou 3 ans et non à la réalisation réelle des actifs - si l'on peut appeler ainsi des avoirs fictifs qui ne sont en réalité que des lignes d'écritures puisqu'ils n'ont aucune contrepartie dans le monde réel)* plutôt qu'à l'instant présent comme c'est le cas actuellement. Je simplifie à l'extême car les spéculations sur les cours des changes sont, dans les faits, bien plus compliqués que cela. En quelques sorte, en versant les bonus 1/3 maintenant et 2/3 dans 2 ans, on nous dit que les traders seront "plus responsabilisés" parce que leur rémunération future sera liée aux bénéfices dans le temps de la banque. concrètement, la banque n'a donc plus qu'1/3 des bonus à verser immédiatement ! Ce qui est merveilleux dans cette histoire (et c'est bien pour cela qu'on ne nous le dit pas) c'est que les 2/3 qui seront versés dans deux ans (si la banque fait bien les bénéfices escomptés) vont pourtant être provisionnés au bilan comptable des banque... Avec pour effet de diminuer ses bénéfices annuels et donc d'échapper à l'impôt sur les sociétés durant ces deux années.**

    * c'est tout le débat qu'on a eu ici-même, il y a peu de temps, avec Annie notamment (si ma mémoire est bonne) sur la souveraineté monétaire et la sortie de l'euro pour la France.

    ** Pour ceux qui l'ignorent, les règles comptables en vigueur obligent les banques à provisionner les encours de crédit => on a pu voir avec les subprimes que le risque est en fait très supérieur aux provisions pour ce qui est des marchés dérivés (ce qu'on appelle les avoirs toxiques parce qu'il s'agit de dettes - dont on ne sait plus très bien ce qu'elles représentent une fois titrisées - transformées en actions - puisqu'elles ont été amalgamées entre elles et recouvrent des risques très différents) mais, les dettes pays ou les dettes d'entreprises suivent les mêmes règles : selon la note attribuée (par les fameuses agences de notation), on est censé mesurer le risque de défaillance, autrement dit de ne pas rentrer dans ses deniers - capital et intérêts dûs (d'où la facheuse tendance à faire payer les intérêts avant le capital, problème des pays en voie de développement depuis 50 ans). Or, selon ce risque, les banques provisionnent les montants qu'elles risquent de perdre... Donc, elles mettent de côté aujourd'hui ce qu'elles risquent de ne pas recevoir demain ! et, ce faisant, échappent à l'IR et demain (puisque ces mêmes dettes, titrisées, s'échangent sur les marchés dérivés : ce sont les fameux swaps, CDS et autres).

    S'il y a un économiste dans le public, je suis preneur de toute contestation sur le fond du raisonnement (il se peut que sur la forme je sois confus ;)

  41. 291
    Annie dit:

    @André Assiétoi post 284 : comme quoi, je suis vraiment une ignare de ce Ruquier qui me refile des crises d'acné, car je ne savais pas que c'était monté (ce qui expliquerait le fait que Jean-Luc Mélenchon soit passé en dernier). Tu as raison, il DOIT préférer le direct, car il sait désarçonner les cons (comme l'exemple de Public Sénat que j'ai mis post 276). Sinon, dans mon département, j'ai entendu parler d'une Commission Internet au sein du PG, mais je n'ai pas entendu Commission Médias pour le PG, tu lances une piste intéressante. Sinon, dans nos conseils à Jean-Luc Mélenchon que j'ai tenté de synthétiser post 276 et que tu complètes si bien post 284, je voulais juste compléter mon allusion au fait que le pouvoir est toujours diffus : Quand Jean-Luc Mélenchon a parlé de Guetta dans l'émission Arrêts sur Images, qu'il a traité à juste titre de propagandiste du traité de Lisbonne, il faudrait qu'avant de balancer toute la sauce (ici la sauce c'est le "PROPAGANDE !" = "GOEBBELS JE TE VOIS !"), y aller crescendo : rappeler aux éditorialistes qui sont contre lui qu'ils ont oublié leur boulot de CONTRE-POUVOIR (vu qu'ils sont eux-même complices).

    Charlot le vraiment pas rigolo en post 287, qui décrédibilise la personne Jean-Luc Mélenchon par l'insulte gratuite et en passant au dessus de nos analyses, c'est pas la peine de troller, on est familier du procédé (comme le rappelle Pulchérie post 277).

    @ermler post 286 : pour te répondre, Désirs d'Avenir de la grenouille du bénitier du PS, niark, niark, niark ?

  42. 292
    Richard dit:

    @ Hold-up, post 267

    Bonsoir.

    Voici : il est possible de faire une cessation d'activité pour diverses raisons et par exemple des difficultés financières, mais la loi interdit à une société privée de perdre de l'argent.
    En deçà d'un certain seuil, le ou les responsables doivent en faire la déclaration auprès de leur Tribunal compétent.
    De plus, s'il est prouvé qu'une erreur de GESTION a été commise, le ou les responsables encourent des sanctions pénales.

  43. 293
    Claude dit:

    @Annie (276):

    J'avais déjà remarqué ta capacité à mémoriser et citer précisément tes posts et ceux des autres, y compris en remontant assez loin dans le temps. Voilà qu'en plus, tu te mets à synthétiser les interventions pour en montrer la cohérence (ou pas)... En tout cas, belle démonstration !

    Mais comment fait-elle ? grrrrrrrr ! (je lol, bien sûr)

  44. 294
    Claude dit:

    @ermler (279):

    Le mien ;) Ce n'est pas à proprement parler un blog mais tous tous les articles sont susceptibles d'être commentés et je ne pratique pas de censure (j'ai juste banni un certain individu qui sévit ici par anticipation :D

    Et bon, je ne suis pas à proprement parler un homme politique non plus - tout dépend de ce qu'on met derrière l'expression :-P

    @Pulchérie D: d'accord avec toi : Jennifer, reviens STP !

  45. 295
    Claude dit:

    @Annie et Ermler :

    Je viens de vous répondre à tous 2 mais comme je me bat aussi avec le site du PG35 (quelle galère pour mettre quelques images en ligne :(mon addiction pour ce blog en prend un coup et ma réactivité aussi ;)

  46. 296
    Claude dit:

    @André Assiétoi (284):

    Il y a en tout cas un forum dédié... Je crois qu'il y a également une commission mais je n'ai pa encore eu le temps de m'y intéresser : on a beau militer au PG, on n'a pas pour autant le don d'ubiquité (dommage, ça rendrait bien service des fois :)

  47. 297
    Hold-up dit:

    @Richard

    Très content que vous m'ayez répondu. J'imaginais bien qu'une question de droit m'échappait. Pour la pleine compréhension de votre texte, il serait bon que vous donniez entre parenthèse une petite indication pour ceux qui ne sont pas spécialisés. Merci.

  48. 298
    Claude dit:

    @Richard (291):

    Heu oui, m'enfin tout cela est très théorique... Et, depuis il y a eu quelques lois pour "dépénaliser" tout cela et empêcher qu'un malheureux entrepreneur se retrouve confronté (par mégarde, n'en doutons pas) à ses "erreurs de gestion". Il ne reste plus guère qu'en cas d'enrichissement personnel sur le dos de sa société qu'on risque quelque chose (on parle des grosses boites, parce que les artisans et commerçants, le tribunal de commerce n'hésite pas à leur tomber dessus à bras raccourcis).

  49. 299
    4 Août dit:

    Commission média.

    http://www.lepartidegauche.fr/component/artforms/?formid=31

  50. 300
    zeff22 dit:

    L'unité en marche en Bretagne :
    Sachant que le PCF en Bretagne annonce dans la presse vouloir s'allier au premier tour avec le PS..
    Voici une information intéressante :

    Communiqué de presse

    Elections régionales 2010
    Vers une liste commune aux élections régionales
    Ce samedi 14 novembre 2009 à St Brieuc, se sont réunies des délégations régionales du Parti de Gauche, du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), de la FASE (Fédération pour une alternative Sociale et écologiste: Alternatifs, Communistes unitaires, CUAL –Collectifs Unitaires Anti-Libéraux, PRS 29),la Gauche Unitaire 35 et 29 et des membres de sections du PCF de Bretagne.
    Etaient excusés: République et Socialisme 22 ainsi que Rouge et Verts 35.
    Tous les présents se félicitent de cette première rencontre qu’ils qualifient d’historique.
    Ils ont débattu, franchement et profondément de ce qui les rassemble pour stopper le dégâts du capitalisme dans notre région.
    Ils ont décidé de poursuivre cette rencontre pour aller vers une liste commune aux élections régionales, en se retrouvant le lundi 23 novembre à Pontivy.

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 9 10 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive