13nov 09

Cette note est longue. J’y parle du retour de la «directive services», fille de la Bolkestein, qui est revenue à l’ordre du jour du parlement européen cette semaine. Elle sera transposée en droit français d’ici au 28 décembre prochain. Je mets mon analyse à la disposition de ceux qui veulent faire de la sensibilisation sur ce thème. Sinon je parle d’autres choses aussi un peu avant et si vous voulez savoir quoi, allez voir.

 

 

 

Unitaire, si tu savais !

Il y a eu une réunion en vue de l’unité de l’autre gauche, le dix novembre, au siège du Parti de Gauche. La sixième, je crois. Je ne la raconte pas. Tout cela est disponible en vingt versions différentes et peut-être même en braille pour que nul n’en ignore. On trouve le point de vue du Parti de Gauche à la une de son site. On peut connaitre ma façon d’en parler en prenant le lien avec le site de «France-info» qui m’a interrogé sur la question le matin du 11 novembre, juste avant que je prenne le train pour Bruxelles. Cette vidéo est également sur mon pavé vidéo juste à côté de cette colonne. Maintenant nous voici engagés dans la dernière phase du ridicule : deux réunions convoquées séparément pour discuter sur la base du même texte. Et quel texte ! Le texte du Front de Gauche ! Ca va pas nous grandir ! Mais ça me rajeunit ! Me re-voila plongé dans l’ambiance des poisons et dentelles des assemblées générales d’étudiants de ma génération. L’enjeu de toute cette agitation est de savoir qui va porter la casquette du «pas gentil qui divise». C’est dérisoire. Stop ! Je ne joue plus. Nous avons une divergence qui s’est concentrée sur la question du «troisième tour». Pouvons nous ou non participer à des exécutif quand nous ne sommes pas nous même en tête de la gauche ? Nous avons une divergence sur le sujet depuis le début. Toutes les autres divergences ont été dépassées. Pas celle-là. Assumons le aussi simplement qu’on se l’est dit franchement au lieu de s’inventer des pièges. Pour moi je prends ça comme un échec personnel car j’avais absolument la certitude que le NPA ferait le pas. Je l’ai dit de tous côtés et mes amis ont fait tout ce qu’ils pouvaient de toutes les façons possibles pour y arriver. Ca ne se fait pas. S’il faut un perdant en «image» dans cette histoire, puisque on dirait que c’est le sujet, c’est moi, c’est d’accord. J’assume. Je rappelle quand même de quel pas il s’agissait de franchir: poser des conditions à la participation aux exécutifs et examiner le soir du premier tour si elles sont remplies, en confiant aux militants et candidats du plan local cette appréciation. Cela me paraissait praticable sans que personne ne se renie. Surtout en ayant précisé que personne ne serait jamais obligé d’aller siéger là où il ne le voudrait pas. Et en ayant ajouté qu’on ne siègerait en aucun cas avec des MODEM. Au-delà ce serait accepter l’idée qu’on ne peut en aucun cas, jamais, former des majorités de gauche dans une assemblée. Ce n’est pas notre identité. J’admets qu’on pense autrement. Evidemment. Mais dans une alliance électorale de l’autre gauche, comme celle que nous avons en vue à propos des régionales, on ne peut demander à l’une des composantes de renier ses fondamentaux. Je ne le demande pas aux autres. Donc il fallait trouver un point de vue de dépassement de la difficulté. C’est ce qui n’a pas été possible avec notre formule. A présent il nous est proposé de discuter le programme ! Que veut dire une discussion sur le programme, question on ne peut plus simple à régler, si on n’est pas d’accord sur la façon de le faire passer dans la vie ?

Le clone de Bolkestein

Vous vous souvenez de la fameuse directive Bolkestein ? Elle a une héritière. Elle s’appelle « directive services ». On l’avait sur les bras au parlement à Bruxelles, jeudi matin. Mais il s’agissait seulement de faire le point sur son application. Pas de voter ou de changer quoique ce soit à son contenu libéral. Car après l’épisode Bolkestein, une nouvelle mouture a été rédigée et adoptée par le parlement européen. C’était le 16 février 2006. Cette deuxième version a franchi une à une, toutes les étapes que doit parcourir un texte européen. D’abord le Parlement a adopté par 394 voix pour, 215 voix contre et 33 abstentions le rapport sur le sujet de Mme Evelyne GEBHARDT, du Parti Socialiste Européen (PSE). Pour mémoire soulignons que la droite n’avait alors que 268 députés, les libéraux d’ALDE 88, le PSE 200, les Verts 42 et la GUE/NGL 41… Une fois de plus donc, le PSE a donc massivement contribué à l’adoption de cette directive libérale. 137 eurodéputés PSE ont voté pour, dont le président du PSE Poul Nyrup Rasmussen et le président du groupe socialiste, Martin Schulz. Seuls les députés socialistes français ont voté contre, à l’exception de Michel Rocard qui a voté pour. Les députés Verts ont voté contre mais les libéraux ont voté pour y compris Marielle de Sarnez … On peut dire qu’il y a de quoi avoir peur.

Un champ vraiment trés large

Car le champ de la libéralisation prévue est potentiellement très large. D’après son article deux, la directive s'applique en effet à tous les services fournis par les prestataires ayant leur établissement dans un État membre. L'article quatre définit la notion de « service » comme toute activité économique non salariée, exercée normalement contre rémunération. Quant au «prestataire», il s'agit de toute personne physique ou morale ressortissante d'un État membre qui offre ou fournit un service. On se demande ce qui peut échapper à de telles «définitions» ! Certes il y a des dérogations partielles pour les services publics. Partielles seulement, il ne faut pas rêver ! Parce que certains sont directement et explicitement inclus tels que les services postaux, la distribution d’électricité, de gaz, d’eau, le traitement des déchets. Mais aussi l’éducation et la culture pour les compartiments de ces secteurs que les Etats décident ou non d’ouvrir à la concurrence. Echaudée par l’émeute anti Bolkestein, la Commission, très habile, le 4 Avril 2006, rend une proposition de directive bien réécrite dans laquelle elle inclut les modifications votées par le Parlement européen. Genre : ce n’est pas moi qui ai décidé ce sont les parlementaires eux-mêmes. Pas contents ? Allez les voir ! Le 24 Juillet 2006. Le Conseil des ministres, c'est-à-dire les Etats nations qui constituent l’union européenne, approuvait la proposition modifiée de la Commission sans y apporter de modifications notables. Et, enfin, le 15 Novembre 2006, c’est le triomphe du texte. Le Parlement européen adopte sans l’amender en deuxième lecture la proposition de la Commission avalisée par le Conseil. Qui vous a parlé de tout ça dans la campagne des européennes à part le Front de Gauche ? Et en plus je suis sûr que beaucoup ne se souvenaient pas de tout ça ! Ne dites pas non ! Moi aussi j’ai dû tout réapprendre à l’occasion de cette session du Parlement à Bruxelles. Quelle vie !

La vie en catimini

Très peu d’informations sont disponibles sur la transposition en France de cette horreur anti-sociale. Le gouvernement est particulièrement discret sur la question. Pourtant il y a une date limite pour transposer. C’est le 28 décembre 2009. C’est donc maintenant tout proche. Juste après Noël, pendant la trêve des confiseurs. A prendre très au sérieux. Car cette transposition impacte un très grand nombre de textes de lois et de décrets en vigueur. Elle va modifier les règles d’installation et d’exercice de très nombreuses professions. D’ailleurs, faute de débat public à ce sujet les professionnels eux-mêmes, notamment les PME, seront le plus souvent démunis. Et ils sont en tous cas très mal préparés à l’arrivée prochaine dans leur secteur de firmes concurrentes, souvent beaucoup mieux armées qu’eux aux subtilités de cette directive. Cependant, parmi les rares documents disponibles sur cette transposition on trouve deux rapports parlementaires du Sénat. Mes anciens collègues les ont publiés en février 2008 et en juin 2009. Ces rapports, rédigés par le sénateur UMP Jean Bizet, contiennent une révélation. Ils expliquent la stratégie de communication et la méthode de transposition choisie par le gouvernement. Faire passer le tout en catimini. Mot d’ordre : pas vu, pas pris !Et comme Jean Bizet n’a pas peur des mots, il confirme le contenu très libéral de cette « directive pas comme les autres ». Si c’est lui qui le dit !

Secret et saucisson

Voici des morceaux choisis des rapports sénatoriaux qui donnent l’ambiance et m’évitent de longs développements moins bien écrits. « Le gouvernement français a abandonné l’objectif, qu’il avait initialement envisagé, de déposer un projet de loi-cadre pour transposer la « directive services ».Certains États membres, ayant fait le choix inverse, transposeront la directive au moyen d'une loi-cadre […] (Royaume-Uni, Espagne, Pays-Bas, République tchèque) […] Le gouvernement français justifie son choix en grande partie par des considérations politiques tenant à la forte sensibilité des implications de la « directive services » […]. Une loi-cadre de transposition pourrait en effet servir d' « épouvantail » à tous ceux qui seraient tentés d'instrumentaliser un exercice essentiellement technique à des fins électorales. Elle ne doit pas constituer un prétexte à la « cristallisation » des mécontentements de tous ordres, d'autant plus nombreux en période de crise. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009) Vous avez bien lu : il s’agit délibérément de sortir le sujet du débat public et d’empêcher que le mouvement social s’en empare. La bonne méthode pour ne pas se faire repérer c’est de saucissonner la transposition. C’est ce que confirme le rapport sénatorial : « L'abandon par le gouvernement français d'une loi-cadre de transposition conduit à instiller plusieurs dispositions de nature technique à l'occasion de l'examen de différents projets ou propositions de loi afin de mettre la législation française en conformité avec les prescriptions de la directive. Cette méthode est sans doute moins lisible, tant pour les parlementaires que pour l'opinion publique, mais elle permet, en « technicisant » la transposition, d'éviter l'apparition de polémiques stériles. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009)Les polémiques stériles, c’est ce qu’on appelle le débat démocratique dans d’autres pays

Lois sous perfusion libérale

Le rapport sénatorial énumère quelques exemples de transpositions noyées dans des lois ou des décrets plus larges. On en apprend de belles. Mais il n’existe cependant aucun inventaire global et complet des modifications effectuées ou projetées pour transposer la directive. Voici, pèle mêle, quelques exemples de ces premières mesures de transposition qui sont passées sans crier gare. Ainsi la loi de modernisation de l’économie de 2008 comporte des mesures de transposition pour déréglementer l’urbanisme commercial. En effet certaines obligations comme le recours préalable à des tests économiques pour autoriser les implantations de grandes surfaces étaient en effet considérées par la Commission comme des entraves à la concurrence au sens de la directive services. On trouve aussi des mesures de transposition dans la loi de développement et de modernisation des services touristiques de 2009. Elle prévoit notamment que l’activité d’agence de voyage ne devra plus nécessairement être exercée de manière exclusive. … Ce n’est pas malin ! Car cette clause de spécialisation est plutôt une des garanties contre la prolifération d’agences de voyages bidons sans véritable assise professionnelle ou financière. Plus inattendu, la transposition de la «directive services» est aussi allée se nicher dans la loi de réforme de l’hôpital. Pour alléger les modalités d’autorisation et de contrôle des établissements et services médico-sociaux, là encore jugées attentatoires à la libre concurrence … Avec le risque de dérapage que l’on peut facilement imaginer au détriment d’un public souvent démuni. Dans de nombreux secteurs cette déréglementation crée aussi un risque de discrimination à l’envers : certaines exigences continueraient à s’appliquer aux professionnels français alors que leurs concurrents communautaires exerçant en France en seraient dispensés au nom de la libre concurrence. Par exemple, la directive n’a pas prévu de garanties pour que les règles nationales de responsabilité et d’assurance sur les constructions soient systématiquement imposées à un prestataire étranger.

Le Royaume-Uni comme modèle

Pour mettre en œuvre la directive les Etats sont invités à effectuer un vaste réexamen de leurs législations, qui est appelé « screening » dans le jargon communautaire. Voila ce qu’en dit le même rapport du sénateur UMP Jean Bizet, révélant la logique d’alignement par le bas sur les législations les plus libérales: « L'état d'avancement du screening dépend du caractère plus ou moins libéral de la législation initiale. Dans certains États membres, le secteur des services était déjà largement libéralisé avant même l'intervention de la directive, alors que, dans d'autres, les modifications à apporter pour effectuer la transposition sont bien plus substantielles, ce qui peut donner l'impression d'une lenteur des progrès. C'est aussi pour cette raison que les évolutions en termes d'allégements de charges consécutives au screening sont plus ou moins importantes. Ainsi, elles paraissent limitées au Royaume-Uni, sans doute parce que les formalités administratives dans ce pays sont déjà bien plus légères que dans d'autres. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009)

Thérapie de choc libérale

Le gouvernement a parfaitement conscience de ce parti pris libéral. C’est au point, que, dans une circulaire du 22 novembre 2007, adressée aux directeurs de cabinet des ministres, le directeur de cabinet de François Fillon écrivait que la transposition « n'est pas exclusivement de nature juridique : aux côtés d'autres chantiers ouverts par le gouvernement, [elle] constitue une opportunité supplémentaire pour simplifier les procédures, diminuer les charges qui pèsent sur les entreprises, moderniser l'économie et développer la croissance et l'emploi ». Dans sa version de février 2008, le rapport Bizet du Sénat expliquait ainsi le lien entre la directive Services et les autres réformes libérales du gouvernement : « La dynamique « antibureaucratique » de la « directive services » devrait être accentuée par un contexte favorable à la réforme de l'État et de l'Administration dans notre pays. » Et de citer la politique de « réduction des charges administratives sur les entreprises » impulsée par la directive services et reprise de manière zélée par le gouvernement : « l'objectif fixé par le gouvernement est ambitieux, puisque la réduction de 25 % de la charge administrative doit être atteinte d'ici 2011, soit avec un an d'avance par rapport à l'échéance fixée par les institutions communautaires. » Sans oublier la Révision générale des politiques publiques et le très libéral rapport de la commission Attali. Et devinez qui l’on trouvait justement parmi les illustres membres de cette commission nommée par Sarkozy ? Evelyne Gebhardt, la députée PSE rapporteur de la directive services au Parlement européen … Une illustration de plus du naufrage libéral de la social-démocratie en général et du SPD allemand en particulier.

Malgré la crise

Dans sa version de juin 2009, le rapport du sénateur Bizet craignait qu’avec la crise, le contexte ne soit plus porteur pour la transposition de la directive services. Vraiment ? « Il est à craindre, soupire le sénateur, que la crise financière et économique, et ses conséquences notamment sociales, qui affecte l'ensemble de l'Union européenne, ne relègue la transposition de la directive au second rang des priorités de bien des États membres. » En effet ! C’est ce que devraient faire des gens censés, après le désastre produit par les déréglementations en matière financière ! Le bon sens le plus élémentaire commanderait en effet de mettre la directive services à la poubelle. Elle va être transposée en droit français. La crise va donc s’aggraver. L’Europe ca devait être la solution, c’est le problème.


482 commentaires à “Entre deux cauchemars”

Pages : « 1 2 3 4 [5] 6 7 8 9 10 »

  1. 201
    Lionel 36 dit:

    Bravo à toi, Jean-Luc, d'oser aller en découdre dans un contexte médiatique qui prend quand même part depuis trop longtemps à la décrédibilisation du Politique.

    La juxtaposition d'un footballeur, d'un clown, d'une chanteuse et d'un élu ne sont évidemment faits pour aider le citoyen à hiérarchiser les problèmes posés à la société.

    La présence des deux chiens de garde de la pensée politique présentée comme valide (UMP-PS) rend la partie encore plus déséquilibrée pour quiconque essaie d'en sortir, l'obligeant en permanence à une justification de ses propos, de ses idées, trop souvent même à des rectifications de contre-vérités (pour être poli), empêchant tout développement intéressant.

    Le ton du talk-show, dans lequel l'animateur doit rester la vedette (autocélébration du média), la pression du public qui, par ses réactions, cadre ce qui est "attendu", médiatiquement et par glissement politiquement correct, enferme le politique dans une expression qui exclut toute vérité qui ne serait "pas bonne à dire", i.e. en vérité pas bonne à entendre pour le citoyen. Face à cette régulation insidieuse, le fait de dire que P.S. (Patrick Sébastien pour ceux qui auraient un doute) a roulé pour Bayrou passe pour une agression, dénoncer le FRIC/FOOT ne peut se faire de façon plus explicite.

    Quel est donc ce pays, qui ne veut plus se donner les moyens sur le service public d'informer correctement le citoyen, qui ravale le Politique au rang du bateleur, de l'amuseur, de la vedette ?

    À qui profite ce crime contre la démocratie si ce n'est à ceux qui sont en place et comptent bien y rester ?

    Alors TOUS, militants de cette autre gauche dont parle Jean-Luc Mélenchon, nous mesurons à travers ce genre d'émissions ce qu'il nous reste à faire, car nous savons aussi que les citoyens que nous entendons dans la rue, au bureau ou à l'usine, ne pensent pas unique comme les deux Éric, ne plaisantent pas avec la chose politique comme Laurent Ruquier, mais savent que les temps sont difficiles, sont souvent désespérés et non amusés par ce spectacle organisé.
    Allez, tiens, je retourne faire signer des cartes postales pour le maintien de la poste dans le service public !

  2. 202
    myriam dit:

    @ Hervé
    quand vous parlez de caricature, je crois comprendre que vous parlez , vu l'esprit de ce blog, des discours d'azulejo (qui n'est effectivement pas très courtois) et non de ceux de marillion (191) (c'est le deuxième, elle /il tient déjà le même discours dans un précédent post), Toto (197) et l'autre où il citait un site d'extrême droite, Pulchérie D (195), claude (183) qui déborde d'analyses politiques, c'est cela ?
    @ Ju
    Vous dites que vous ne voyez pas la contradiction du discours du pg mais que vous n'êtes pas d'accord avec celui du NPA, pouvez-vous dans ce cas m'expliquez en quoi la formulation du pg de mars dernier : "nous n’accepterions pas de rentrer dans des majorités sous domination sociale-libérale. Ce qui renvoie donc à la question de se mettre en capacité de les devancer à moyen terme. " diffère de celle du npa aujourd'hui "Cela ne sera pas possible dans le cadre d’exécutifs qui seraient dominés par le PS et/ou Europe Ecologie qui mènent des politiques d’adaptation au libéralisme " et ce qui dans l'amendement du NPA vous amène à penser qu'en cas de rapport de force en faveur du rassemblement, le npa refuserait de participer aux exécutifs ?
    merci d'avance car je cherche depuis le 10 novembre et je ne trouve pas de réponse.
    A moins que la solution soit dans uns appréciation divergente de ce qu'est le ps et que finalement l'association implicite du ps à un parti social libéral dans les textes du printemps n'est pas été la véritable position du pg et que celui ci considère finalement ps et vert (et bien sûr il s'agit là des appareils et des élus et pas des militants) ne revendiquent pas le social libéralisme, ce qui serait somme toute contradictoire avec l'acceptation de l'économie de marché lors du dernier congrès du ps.
    Cordialement

    Cordialement

  3. 203
    myriam dit:

    oups, fautes dans mon précédent message, je ne me suis pas relue, désolée : expliquer / et une appréciation

  4. 204
    marsouin dit:

    bonjour,

    hier soir chez Ruquier, bonne prestation sur le fond, mais avec ta permission si tu le permet, mon cher J.Luc, essaie........je sais ce n'est pas toujours facile,mais essaie de prendre les piques et les "coups bas" avec de la hauteur et surtout le sourire, mais un petit sourire narquois qui renvoie l'interlocuteur à sa seule idée de destruction, car tous ces gens se moquent éperdument du sérieux et de la responsabilité de gens sincères comme tu l'es; ils ne sont là que pour justement exciter et énerver, car sur le fond des problèmes, ils sont incapables d'agir, ce ne sont que des clowns et rien d'autre à l'image d'ailleurs de Ruquier !
    Quand à O.Bezancenot c'est un pur et dur et là tout est à son honneur..............mais SA Révolution, il ne l'aura jamais et rien ne changera, alors la seule solution c'est de convaincre les gens qui votent pour le NPA de quitter ce radeau pour rejoindre le PG.Mais je crois surtout que O.Bezancenot a peur de se faire avaler et se voir même réduit au rôle de petit troublion de service et rien d'autre, car il a bien vu aux europèennes l'ampleur que prenait pour son premier départ le PG et Bezancenot ne veut pas se fondre dans la masse, il doit rester seul pour exister.
    on fera sans lui mais avec ses électeurs./

  5. 205
    myriam dit:

    @marsouin,
    Sans vouloir diminuer aucunement le travail des militants pg, le score réalisé aux européennes est celui de front de gauche non ? PG + PC, + GU non ? (sauf à considérer que les voix amenées par le pc et la gu sont quantité négligeable.......) Du coup, l'analyse sur la peur supposée d'OB devant le danger représentée par le PG est peut-être un peu exagérée, d'autant qu'OB n'est somme toute qu'un porte parole...

  6. 206
    Lionel PG44 dit:

    @192 Hervé

    Après une longue journée de réunion, j'ai tenté de regarder Jean-Luc Mélenchon chez Ruquier, mais j'ai roupillé, faut dire que se taper un fotebaleur et Sébastien avant, quelle épreuve. Sans parler de Ruquier faisant sont numéro, bref, une heure et demi de conneries avant d'attaquer la politique, j'ai pas résisté. J'espère trouver ça sur dailymotion...

  7. 207
    marsouin dit:

    Ok Myriam, tu as bien fait de corriger, mais pour ce qui est d'O.Bezancenot et de la direction du NPA, c'est tout simplement la crainte de ne plus exister et de devoir petit à petit se fondre dans une alliance !
    car pour les régionales, j'aimerai bien savoir ce qui retient le NPA de faire liste commune avec le front de gauche ?
    J'ai vu une interview de Bezancenot avec G.Filoche où Bezancenot reconnaissait qu'ils avaient beaucoup de convergences sur la politique à tenir et bizarrement il ne trouve pas moyen de faire un accord avec le front de gauche ? étrange, non ?

  8. 208
    Hold-up dit:

    On aimerait plutôt cependant ne pas faire sans Olivier Besancenot mais AVEC LUI et AVEC LE NPA !

    N'oublions pas que le NPA sait prendre ses responsabilités quand il le faut et que le NPA a appelé à voter pour
    François Delapierre et Tilia Mézières aux dernières élections de Poissy.
    http://www.francoisdelapierre.fr/le-npa-appelle-a-voter-pour-francois-delapierre-et-tilia-mezieres/

    UNITÉ dans la PLURALITÉ ! Est-ce trop demander à l'heure de la sublimation (de l'état solide à l'état gazeux) du capitalisme néolibéral avant recondensation solide et variée en toutes sortes de nouvelles fascisteries ?

    L’introduction éclairante aux débats de Denis Sieffert et la magistrale intervention de Gustave Massiah (Changer les rapports Nord-Sud) lors des Assises pour le changement organisé par le journal Politis début Novembre, doit nous inciter à faire des ponts et oser les pas de géant plutôt que de jouer encore la carte terne et impuissante de la scissiparité (multiplication par division).

    "Assises pour le changement" / Politis
    http://www.politis.fr/Assises-pour-le-changement-de,8577.html

  9. 209
    Hold-up dit:

    @ Marsouin

    G. Filoche n'est pas avec le Front de Gauche, il est encore au PS (!). C'est dire que beaucoup de choses sont étranges mais réelles.

  10. 210
    Michel D. (PG11) dit:

    @206 Lionel PG44
    A mon avis tu n'as rien perdu du tout.
    Non pas de la faute de Jean-Luc Mélenchon, mais ce type d'émission est exécrable, les buts étant de distraire, de faire des'bons (?) mots', bref d'amuser avant tout.
    Jean-Luc Mélenchon n'avait pas l'air du tout à sa place.
    Alors pour 5 minutes (maxi) de discours intéressant, pas de quoi regretter de ne pas y avoir assisté.
    'Revu et corrigé'était plus convaincant.

  11. 211
    myriam dit:

    @marsouin
    Pour ma part, (et donc cela n'engage que moi), je vois le problème dans ce que je conçois comme un changement de position du pg vis à vis du ps -je parle du pg, car j'avoue ne pas avoir trop d'illusion sur une partie des élus pc (cf Gayssot par exemple et qu'il me semble qu'au niveau de la GU, leur rapport avec l'ancienne ligue et donc une partie du nouveau NPA sont faussés). C'est le sens des messages que je poste depuis hier et je n'ai malheureusement pas eu de réponse et comme tu sembles prêt à dialoguer, peut-être pourrais-tu m'éclairer (cf mon post 202) au vu des anciennes positions du pg, pourquoi l'amendement NPA est-il inacceptable?
    Je ne considère pas que la question des exécutifs doit être balayée d'un revers de main, je comprends que certaisn parlent de "mettre les mains dans le cambouis" mais au vu des résultats de la "gauche plurielle" j'ai du mal à me défaire quant à moi de l'expression "aller à la soupe".
    Je vis dans une région PS/gauche plurielle, je suis d'accord que ce serait pire de vivre dans une région de droite (j'accepte donc l'appel à battre la droite) mais le traitement réservé aux employés communaux en grève, les pression exercées à la subvention sur certaines associations pour que les manifestations qu'elles mettent en place ne braquent pas l'électorat de droite (sur les sans papiers notamment) ou ne laissent pas la parole à des artistes dénonçant certaines pratiques de la majorité ps/vert me dégoûtent et oui, ce seront ces gens-là qui seront réélus et non, je ne peux pas travailler avec eux et cautionner leurs agissements.... le problème étant que s'il dominent (ce qui est le cas envisagé par le npa), ils ne laisseront pas de liberté de vote aux composantes de leur majorité sur les budgets, etc qu'ils vont exiger des votes de groupe en échange de poste (de participation aux exécutifs) et à ce niveau, je le redis, je ne fais pas confiance à tous le monde et au vu de l'histoire des partis politiques qui le composent, je n'accorde pas le bénéfice du doute à toutes les composantes du front de gauche (certains élus du pc militent quand même pour une alliance avec le modem)
    On peut proposer dans les conseils régionaux sans accepter de postes, pourquoi vouloir obligatoirement des postes ? et pourquoi ne pas accepter que les élus NPA n'en veulent pas ? Pourquoi devraient-ils obligatoirement cogérer avec un parti qui reconnaît l'économie de marché comme indépassable?

  12. 212
    Budd Z5100 dit:

    @ Myriam (post 202)
    Je cite : "Vous dites que vous ne voyez pas la contradiction du discours du pg mais que vous n’êtes pas d’accord avec celui du NPA, pouvez-vous dans ce cas m’expliquez en quoi la formulation du pg de mars dernier : « nous n’accepterions pas de rentrer dans des majorités sous domination sociale-libérale. Ce qui renvoie donc à la question de se mettre en capacité de les devancer à moyen terme. » diffère de celle du npa aujourd’hui « Cela ne sera pas possible dans le cadre d’exécutifs qui seraient dominés par le PS et/ou Europe Ecologie qui mènent des politiques d’adaptation au libéralisme » et ce qui dans l’amendement du NPA vous amène à penser qu’en cas de rapport de force en faveur du rassemblement, le npa refuserait de participer aux exécutifs ?"

    Il n'y a pas de différence. Je considère que le PG s'exprime aujourd'hui plus en tant que FdG qu'en tant que PG, et c'est dommage.
    Je suis partisan costarmoricain. Lors de notre dernière AG nous avons décidé de ne pas aller dans les exécutifs avec le PS conduit par Le Drian en Bretagne, car nous savons que ça n'a pas de sens...

    Le comité 22 n'envisage aucune fusion programmatique possible avec l'équipe régionale en place. Discussion et accord autour de l'incompatibilité des programmes radicaux avec les équipes Le Drian, Verts inclus. Nous nous mettons d'accord sur le fait que la fusion technique doit servir :
    - dans le cas où nous sommes derrière, à faire élire un groupe de l'autre gauche complètement indépendant des exécutifs, actif dans ses prises de positions et se servant du conseil régional comme d'une tribune pour faire passer nos idées. A l'image de la GUE en Europe.
    - dans le cas où nous sommes devant, à faire appliquer notre programme, sans fusion programmatique avec les autres composantes de la gauche. Nous réclamons dans ce cas la majorité des élus pour l'autre gauche, comme le pratiquent actuellement le PS grâce à la prime au vainqueur. Nous refusons de devoir négocier avec le PS à chaque vote pour l'application de notre programme.

  13. 213
    Claude dit:

    @myriam (203):

    Ne t'inquiètes pas pour les fautes d'orthographe : tant qu'elles ne conduisent pas à un contresens, il est de bon ton de les ignorer sur internet (cela s'appelle la "netiquette"). Cela peut arriver à tout le monde de faire une faute de frappe et, sauf à écorcher le pseudo d'un interlocuteur, il n'y a aucune raison de rectifier pas plus que de s'en offusquer ;)

    A la courte liste d'intervenants pertinents que tu cites, j'ajouterais pour ma part Annie, Hold-Up, des-pas-perdus, 4 aout et d'autres encore. Est-il nécessaire de tous les citer ? Hormis l'énergumène que tu cites, la plupart des échanges sont courtois et restent dans les limites de la discussion.

    Ceci dit, pour que mon post soit un peu utile au débat, je me permet de signaler deux livres qui décrivent très bien les mécanismes de la société dans laquelle nous nous débattons, tout en esquissant quelques réponses qui pourraient alimenter notre réflexion commune (ce à quoi sert ce blog, mine de rien) :

    Jacques Sapir : les économistes contre la démocratie (Albin Michel)
    Pierre Dardot et Christian Laval : La nouvelle raison du monde (La Découverte).

    J'y ajoute un site (je crois l'avoir déjà signalé ici auparavant) qui explique très bien les termes économiques qu'on nous sert régulièrement dans les médias, et qui lui aussi démonte très bien les idées reçues :
    http://economibasic.blogspot.com/

    Pour finir, deux petits opuscules qui rassemblent beaucoup d'idées de la gauche de gauche, qui peuvent nous permettre d'argumenter utilement sur notre programme social :

    Fondation Copernic : Faces aux crises une autre Europe (Editions Syllepse)
    Collectif : Manifeste Utopia (Editions du Parangon)

    Ces deux derniers sont également présents sur le web :
    http://www.mouvementutopia.org/blog/
    http://www.fondation-copernic.org/

  14. 214
    des pas perdus dit:

    On conseille aux camarades du NPA qui veulent leur pureté la lecture de ce bilan des élus aux conseil régional d'IDF :

    http://www.alternativecitoyenne-elus.org/francois-labroille/public/Alternative%20citoyenne/journal/AC-IDF-1-BD.pdf

    Ce n'est pas révolutionnaire mais leur participation a permis des avancées non négligeables... Ceci dit, il ne faut trop se leurrer quant aux pouvoirs d'un conseil régional dans une sarkozie qui recentralise...

    C'est dommage que le NPA refuse l'unité et une victoire dans la région Nord Pas de Calais...

  15. 215
    myriam dit:

    @Budd Z5100
    Merci, merci beaucoup... je désespérais d'avoir une réponse
    Bonne chance pour les élections ... comme quoi des militants pg et npa peuvent finalement se retrouver sur la même position..... :-)
    Cordialement

  16. 216
    lou passejaire dit:

    Mais qu'est il allé faire dans cette galère ?

    C'est le type d'émission qu'il faut fuir... absolument...

    les deux roquets, l'hystérique zozotant, le public réagissant aux panneaux "applaudissez" ou "sifflez"...

    je conseille juste au camarade JL Mélenchon de se replonger dans la lecture de ça : http://www.leplanb.org/Les-petits-chaperons-rouges-de-la.html et de quelques autres trucs sur acrimed, le plan B et CQFD...

    faut pas accepter de s'enfermer dans cette situation ridicule d'un débat politique avec P.Sébastien (qu"est surement un brave type, mais...), paraitre acquiesser aux déclarations d'un des Eric et se faire dézinguer par l'autre pour des fôtes d'autograves (et pas embrayer sur le flingage par les libéraux des petites mains du "livre" qui, du correcteur au typo corrigeaient inlassablement) ... et ne pas même lui renvoyer en pleine poire que son discours sur la nécessaire unité pour éviter le pire, c'est celui de tous les conjoints cogneurs " sois sage, sinon tu me forces à te chatier "...

    Mais qu'est il allé faire dans cette galére ? fallait pas embaucher le conseiller média de Besancenot !

  17. 217
    azulejo dit:

    @ pulcherie, c'est sûr qu'avec des lâches qui m'insultent par messages, je ne peux qu'être de mauvaises humeurs car tu ne le ferais pas longtemps si j'étais devant toi !. C'est pas des menaces, c'est une constatation car je me connais et je t'aurais rentré dans le lard déjà !. Je ne suis pas de droite comme tu l'affirmes dans un de tes post et j'exprime des idées mais tu es si borné que c'est toi qui ne les comprends pas !. Tu n'acceptes que les idées qui vont dans ton sens. Tu n'es qu'un beni oui oui de l'union et tu bêles à longueur de journée ; l'union, l'union,l'union et tu ne sais même pas qu'avant de s'unir il faut déjà avoir un programme et des idées mais tu n'en as pas sauf celle d'insulter les autres qui ne sont pas d'accord avec toi.
    @ marillion, tu es une tâche si moi je suis un con mais entre C.. ici, vous vous retrouvez et avez le même avis. Vous n'êtes que des opportunistes qui ne réfléchissez pas car votre cerveau est vide et c'est tout. Si seul les places vous interessez, alors pourquoi avoir quitté le PS ?. Il fallait y rester !.

  18. 218
    dorant dit:

    Budd Z5100 "dans le cas où nous sommes derrière, à faire élire un groupe de l’autre gauche complètement indépendant des exécutifs",
    Avec la loi électorale actuelle, ce n'est possible que dans le cas d'une région gérée à droite. Et où la droite l'a emportée dès le premier tour.
    En effet, au deuxième tour, pour se maintenir, il faut 10 % des exprimés - et est-ce que dans cette hypothèse, l'électorat du premier tour, qui a plutôt envie de battre la droite, n'ira pas en masse se reporter sur la liste PS?
    Et s'il y a fusion avec les socialistes entre les deux tours, il sera intenable par rapport aux citoyens de dire "je suis avec eux sur la même liste mais je ne travaillerai pas avec eux".
    Intenable, oui et très démobilisateur !

  19. 219
    lou passejaire dit:

    @Michel D. (PG11) dit:

    "@206 Lionel PG44
    Non pas de la faute de Jean-Luc Mélenchon, mais ce type d’émission est exécrable, les buts étant de distraire, de faire des ‘bons (?) mots’, bref d’amuser avant tout."

    désolé, mais si, c'est une faute politique... ayons pas peur des mots !

  20. 220
    myriam dit:

    @ des pas perdus
    Pourquoi utiliser à chaque fois des termes qui se veulent narquois, si vous parler de "pureté", je peux dans ce cas parler de "compromission" et quand s'arrêtera-t-on ? Quand on se tapera dessus ?
    Les militants du NPA n'ont pas encore voté, d'où savez-vous qu'ils refusent l'unité ?
    Vous parlez de la région du nord pas de calais, c'est l'une de celles (la seule ?) ou aux dernières élections le PC a fait le choix de ne pas participer aux exécutifs en ayant des élus... comme quoi cette position est défendable, non ?
    Nous nous sommes rencontrés sur un autre blog où vous m'accusiez de déformer les propos du pg en prenant des citations hors de leurs contexte, j'ai remis le contexte, pouvez-vous maintenant me montrer mon erreur d'interprétation ?
    Cordialement

  21. 221
    MAZAN dit:

    @Thaumasios-JLM

    Au secours ! Groucho Marx a mis Jaurès dans l'cassoulet

  22. 222
    Budd Z5100 dit:

    A Dorant (post 217),

    La loi électorale actuelle ne l'empêche absolument pas. C'est ce que certains appellent fusion "démocratique" et d'autres fusion "technique". Etre sur une liste unique de second tour pour battre la Droite sans fusion programmatique n'implique pas d'être membre de l'exécutif.

    En Bretagne nous savons que Le Drian, comme beaucoup de socialistes, compte sur ce réflexe de vote utile des électeurs de "l'autre gauche" au 1er tour, et donc qu'il ne fusionnera pas. Le PS considère qu'il a là une réserve de voix pour le second tour, un électorat captif en quelque sorte.

    Mais il est une hypothèse, dans le cas de figure que tu décris qui n'est jamais envisagé. Pourquoi ?

    Dans l'hypothèse où la liste de "l'autre gauche" fait plus de 10 % et que le PS s'allie à Région Ecologie, et surtout au MODEM, est-ce que l'électorat PS de premier tour ira systématiquement voté PS au second. Car quelle sera l'unique liste de gauche au second tour ?

  23. 223
    myriam dit:

    @dorant
    Vous parlez dans votre message de "position intenable" et très "démobilisatrice"... Comment vous expliquez les scores de MG Buffet à la présidentielle (entre 1 et 2%) ? Car comme démobilisation, cela se pose là !
    En ce qui me concerne, je l'avais analysé à l'époque comme une sanction de l'engagement du PC dans le marasme de la gauche plurielle. Si mon analyse est correcte, il semblerait que le travail avec le ps soit peut-être plus démobilisateur que la lutte contre leur politique.
    Si vous avez une autre interprétation, je suis preneuse......

  24. 224
    Pulchérie D dit:

    La crise monétaire internationale et le traité du SUCRE, par Jacques SAPIR
    Publié 14 novembre 2009
    http://socio13.wordpress.com/2009/11/14/la-crise-monetaire-internationale-et-le-traite-du-sucre-par-jacques-sapir/

    « L’échec de la tentative de ces derniers jours des Banques Centrales à inverser le cours du Dollar américain, et l’impossibilité d’exercer des pressions efficaces pour une réévaluation du Yuan chinois, indiquent bien que la question des changes est aujourd’hui au-delà de ce que peuvent contrôler les pays du G-20. En particulier, rien ne semble pouvoir arrêter le processus de surévaluation de l’Euro. Les bribes de réglementation sur la question des rémunérations et des bonus qui ont été arrachées ne sauraient ici tromper qui que ce soit. La crise du Dollar va donc continuer à s’amplifier dans les mois à venir, provoquant des ajustements qui – en raison de leurs poids cumulatifs – vont très probablement conduire à une crise ouverte du système monétaire international. Les marchés des matières premières – hydrocarbures mais aussi céréales et métaux – seront de plus en plus déstabilisés car ils deviendront l’un des refuges de la spéculation. Faute d’aboutir à une solution concertée, qui clairement n’est pas possible aujourd’hui, c’est bien vers des initiatives régionales que l’on s’oriente. Dans leurs formes actuelles cependant, ces initiatives ne sauraient constituer qu’un palliatif. Il est même douteux que pour certaines d’entre-elles, et l’on pense ici spécifiquement à l’Euro, il arrive à se constituer en réelle alternative. »

    Suite téléchargeable.

  25. 225
    Budd Z5100 dit:

    Lors de l'AG du PG breton du 07/11/2009, je me suis exprimé en disant qu'il n'était pas possible que, pour faire court, "l'autre gauche" présente une liste distincte du PS et d'Europe Ecologie au 1er tour, puis fusionne de façon technique (ou démocratique) mais donc en aucun cas de façon programmatique pour qu'ensuite une partie des élus de "l'autre gauche", au 3ème tour, participe aux exécutifs, et donc mette en oeuvre un programme très majoritairement d'inspiration PS et/ou Europe Ecologie, c'est à dire un programme pour lequel ils n'auront pas été élus, et qu'une autre partie des élus de la liste de "l'autre gauche" soit dans une opposition de gauche à Le Drian en défendant les orientations du programme du 1er tour. Il s’agit pour moi d’un problème de cohérence entre les idées (le programme) et ceux qui les portent (les élus à terme).
    Cette seconde option n'empêche d'ailleurs pas de voter des délibérations, ponctuellement, à partir du moment où celles-ci sont conformes avec nos orientations et notre programme.
    Par contre, ne rêvons pas. Participer à un exécutif, occuper un poste de vice-président au conseil régional pour mettre en oeuvre dans un domaine précis notre programme est illusoire. Le jour où le PS et/ou Europe Ecologie seront opposés aux orientations de ce Vice-Pdt, il le lui feront clairement comprendre à l'occasion du vote du budget en ne lui accordant pas les moyens de mettre en oeuvre sa politique.
    La clarification exigée par le NPA me semble donc logique.

    J’irais même plus loin en disant que si nous décidions de participer à l’exécutif en étant minoritaire, il serait cohérent d’être dès le premier tour, soit avec le PS, soit avec Europe Ecologie (d’où les propositions des dirigeants du PCF en Bretagne : réunion du 13/12 avec le PS pour définir une alliance programmatique + décision de leur conférence régionale de samedi dernier : FdG au 1er tour avec Le Drian). Je distingue clairement la volonté des élus (2 vice-présidents) des aspirations des militants communistes.

    Aujourd'hui plus que jamais, je reste sur la ligne que j’ai défendu en AG 22 et en AG bretonne et je pense que la liste de "l'autre gauche" doit clairement trancher ce point. Pour le 3ème tour, c'est l'un ou l'autre pas l'un et l'autre au gré des desiderata de l'une ou l'autre des composantes de la liste de "l'autre gauche".
    Cette question est un préalable à la constitution des listes. En effet, je pense que les futurs candidats, représentant le PG et ayant vocation à être élus au conseil régional, doivent savoir s’ils seront dans la future majorité de gauche (au sens très large) ou dans l’opposition à cette majorité de gauche.

    Derrière tout cela, une question plus importante et fondamentale se pose à nous.
    Où, chacun d’entre nous, situe-t-il la frontière entre la gauche et la droite ?
    Pour moi, cette frontière est nette. Elle se situe entre les partisans du OUI et ceux du NON au TCE.

  26. 226
    azulejo dit:

    Pour ce qui est de mes idées, j'en ai pleins mais au NPA comme au PG c'est toujours une minorité qui peut s'exprimer et qui à les commandes et qui décide de tout et comme j'en avais marre de cette pseudo-démocratie j'ai quitté le NPA et je n'ai pas repris ma carte nulle part car j'amais je ne peux donner mon sentiment et c'est toujours le petit groupe qui était à la LCR qui tire les ficelles à l'interieur et c'est exactement comme au PG ou l'on voit toujours le même petit noyau dur qui décide de tout et cela je n'en veux plus et je ne reprendrais une carte que quand je verrais qu'il existe une vraie démocratie à l'intérieur du NPA par exemple "parti dont je me sens le plus proche" quoi que j'aime bien le PG mais trop proche aussi des socialistes encore. L'autre jour j'ai regardé Besancenot à l'émission C politique et j'ai râlé quand il dit que lui il veut un parti ou c'est la base qui s'exprime et que cela aille vers le haut car au NPA ce n'est pas le cas et là il ment car il s'est trés bien que au NPA c'est un petit groupe dont lui qui décide de tout en fait pour les autres et le pourquoi que des militants expérimentés comme moi sommes partis justement car il n'y à pas de démocratie dans le NPA sauf si tu es un proche de ces gens-là !
    J'aime le NPA mais je le critiques pour essayer quecela change mais j'y crois plus trop. Comment changer la société quand à petite échelle les gens veulent décider pour toi alors qu'ils clament partout qu'ils veulent que la base décide et cela j'en ai marre de ses mensonges ! J'aimerais être journaliste et pouvoir laisser parler les militants de base et tout les privés de paroles et tout ceux qui écoeurés ne reviendront jamais, ne reprendront jamais une carte d'aucun parti même et même n'iront plus voter.

  27. 227
    myriam dit:

    @azulejo
    je ne crois pas que nous parlons du même parti... de quelle décision parlez-vous qui aurait été prise sans l'aval des militants ?
    Si la décision est celle des régionales vous faites comme des pas perdus, vous supposez une position qui n'a pas lieu d'être, les militants n'ayant pas encore voté..
    Ce qui est cocasse c'est que vos positions étant opposées, vous accusez tous les deux le npa d'avoir pris une décision a contrario de votre choix....
    Alors à l'un comme à l'autre, finalement le npa a-t-il fait le choix de l'unité ou pas ? car pour ma part je n'en sais encore rien, je n'ai pas encore voté......

  28. 228
    stack dit:

    Devant l'impasse devant laquelle nous nous trouvons, je ne vois pas d'autre solution que celle qui consiste à demander à nos camarades du PC et du PG qui ne veulent plus de la gauche plurielle de rejoindre le NPA, d'y constituer éventuellement une tendance, et d'obliger ainsi les directions du FdG à rompre enfin avec le PS.
    Je rappelle que pour les prochaines présidentielles, Besancenot est crédité de 9%, alors que Buffet, Duflot ou Mélanchon ne font que des scores confidentiels.
    Le bon cheval, c'est le NPA. Mais pour nous, militants unitaires, nous pensons qu'il faut élargir la vraie gauche à tous ceux qui veulent une réelle alternative politique, qui rompe définitivement avec les pratiques désespérantes de la gauche plurielle.
    Le PC et le PG, avec leur Front de Gauche, sont disqualifiés auprès de la population dès lors qu'ils se placent toujours dans l'objectif de créer "des majorités de gauche" avec le PS.
    Aidons-les à rompre avec le social libéralisme, un score important du NPA aux régionales permettra peut être de leur faire prendre conscience qu'on peut créer ensemble une vraie gauche qui pourra même un jour être majoritaire à gauche.

  29. 229
    azulejo dit:

    @ des pas perdus ; ta brochure est belle mais ce n'est qu'une brochure de plus et Claire Villiers je la connais pour l'avoir vu dans des tas d'émissions et avoir entendu de sa part des positions trés trés ambigues et j'ai pas confiance du tout en cette femme et quand au soit-disant avancées sociales si elles sont si évidentes que cela dis les moi car moi je n'en connauis aucune ! Le transport est-il gratuit dans les transports en commum par exemple ?. Les privés d'emplois sont-ils soutenus financièrement par le conseil régional ? Est-on passée à une énergie propre en Ille de France ?
    Et bien pour tout cela je crois que c'est trois fois NON, NON,NON donc tout le reste ne reste que du baratin et pas plus sur un beau papier glacé comme ici les élus communistes l'on fait aussisur une jolie brochure style "gala". Beurk !.. Je suis désolé mais c'est un BILAN NEGATIF pour moi et quand à l'économie solidaire ; pour moi, c'est un gadget pour se donner bonne conscience et c'est tout car on regresse de partout et ce terme est réservé aux BOBOS VERTS ou SOCIALISTES "qui gagnent 6000 euros par mois minimum" et à qui ont fait plaisir et c'est tout ! C'est de la gestion et c'est tout mais dans le concret rien ne change pour aider les citoyens réellement dans leurs vies.

  30. 230
    Hold-up dit:

    " Assises du changement " / Politis -

    "Introduction à la « Soirée européenne », avec dans l’ordre d’intervention Michel Rousseau (coordinateur des Marches européennes), Renato Soeiro (fondateur et membre du Conseil national du Bloc de gauche portugais), Julien Ferrat (responsable des relations internationales du secteur jeunesse de Die Linke)et Elisabeth Gauthier (association Espace Marx et réseau Transform !) "

    http://www.politis.fr/Assises-pour-le-changement-de,8577.html

    Il faut les écouter nos amis - ma préférence stratégique allant à Renato Soeiro (fondateur et membre du Conseil national du Bloc de gauche portugais) pour sa souriante, profonde et pertinente démonstration - amis Européens qui ont permis à la Gauche dans divers pays de sortir la tête de l'eau. Je ne saurais conseiller à certaines personnes qui s'insultent copieusement sur ce blog [au succès croissant (155 000 visites en septembre)] de se calmer, de prendre une petite fine si ça peut les y aider et d'écouter confortablement installés l'extrait sonore intitulé " Soirée Européenne " qui explique les différentes stratégies de recomposition organisationnelle et de reconquête de l'électorat populaire. Il est bon vraiment de les écouter. Une bonne gifle amicale et spirituelle ça peut pas faire de mal au delà des propos orduriers nauséabonds de certains et des velléités de cogner qu'ont d'autres intervenants. Renato Soeiro en parle très bien de ces querelles absconses et de ces conflits perpétuels dans les bagarres sempiternelles. Nous ne sommes pas d'accord sur le passé, soyons le sur le futur ! Travaillons ensemble. Mieux et encore plus. Pour la boxe y'a des clubs pour ça.

  31. 231
    Hold-up dit:

    @ Stack

    " Stack " tu déconnes là où tu parles déjà comme un robot ?

  32. 232
    VERGNES dit:

    Pour info

    Pour la région Lorraine, le PCF se prononce pour une alliance au 1er tour avec le PS.

    Reste à attendre le vote des militants PC

  33. 233
    lou passejaire dit:

    @MAZAN dit:

    "@Thaumasios-JLM
    Au secours ! Groucho Marx a mis Jaurès dans l’cassoulet"...

    tu mets le doigt sur notre différence....déjà, du temps ou la ligue communiste était pas révolutionnaire, y a vait une différence majeure entre nous, le cassoulet !

    moi et mes pôtes de lutte occitane, on le faisait à l'ancienne, avec de l'échine, de la saucisse du charcutier, et des tarbais, mijoté des heures, les gars de la ligue, ils ouvraient une boite de william saurin...

    et je vous dis pas du coté de l'OCI de LO ou du PCMLF...

    alors oui, chuis marxiste d'inspiration lafarguienne, tendance cassoulet confit... et comme dirait ma camarade :
    http://novovision.fr/?Je-suis-vieille-et-je-vous-encule

  34. 234
    Lionel PG44 dit:

    @ Vergnes

    Salut, c'est la seule région ? Je n'ai pas eu d'info là dessus

  35. 235
    Hold-up dit:

    @Myriam

    Merci de remettre un peu de raison lumineuse sur ce blog et quel que soit le vote futur des militants du NPA.

    On sent bien en effet que certains viennent ici sur le blog de Jean-Luc Mélenchon (!) rien que pour influencer d'autres militants du NPA qui auraient envie de venir sereinement discuter ici sans à priori. Tout est fait pour instiller le doute, la division et gueuler que " tout est impossible", que " tout est foutu " etc; etc. Bonjour les nihilistes !
    Ils n'hésitent pas à nous traiter de "social-traitres" et c'est aussi con que lorsque l'ancien stalinien Alexandre Adler zélateur aujourd'hui de l'Extrême- droite américaine conchie le NPA et insulte O.Besancenot en le traitant de "social-fasciste " !

    Par pitié, je le dis à certains, allez influencer vos militants ailleurs qu'ici, nous qui voulons une alliance avec le NPA, elle est vraiment nulle votre stratégie d'influence à 3 sous pour que celle-ci échoue. Laissez les militants du NPA décider par eux-mêmes et sans nous conchier nous militants PG ! OUI UNITÉ !

    Renato Soeiro (fondateur et membre du Conseil national du Bloc de gauche portugais) / Soirée Européenne
    http://www.politis.fr/Assises-pour-le-changement-de,8577.html

  36. 236
    myriam dit:

    comme quoi il existe bien un anti-npa primaire
    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article94075

    :-)

  37. 237
    azulejo dit:

    @ myriam, ne faites pas celle qui ne sait pas ! Ce que je dis est vrai et cela n'à rien à voir avec l'unité sur un seul désaccord mais avec la maimmise d'un petit groupe de gens qui décide pour tout les autres et arrêtez de faire celle qui ne sait pas s'il-vous-plait !. Tout ce fait dans l'opacité au NPA et par exemple je me suis fait saquer par un membre de l'ancienne direction nationale de la LCR "je peux te donner son nom même" pour des broutilles et des jugementsde ce Monsieur sur moi à l'emporte-pièces alors qu'il ne me connait pas du tout et juste car ma tête ne devait pas lui plaire ! Et j'ai quitté le NPA local faché "alors que c'est moi qui avait remis en route le Comité ici et qui est monté le Blog du NPA AUBE "en petit npa aube sur google" qui existe toujours d'ailleurs car je m'en occupe tout seul car le comité du NPA local n'existe plus ici mais le blog oui et qui n'à toujours pas été remis sur le site du NPA national sur le "bouton comité" alors que cela fait plusieurs fois que je leur demande de le remettre. Je suis parti du comité troyen quand il existait car il y avait deux ou trois opportunistes qui m'ont fait partir et m'ont mis en minorité sur tout les sujets car ils parlaient trés bien ou mieux que moi et à l'arrivée ils n'ont jamais rien fait ni même jamais collé une affiche "et la seule fois ou il y à eu ici des affiches c'est ma femme et moi qui les avions collé" et l'un deux quand même à réussi à être sur une liste pour les élections europeénnes alors qu'il était au NPA depuis un mois à peine et n'avait jamais milité même mais lui savait lécher le cu des bonnes personnes "chose que moi je ne ferais jamais". Et maintenant pour des raisons que je dis certaines véritées qui ne doivent pas plaire à tout le monde et que je suis un gars franc je suis saqué au national et ils ne veulent plus remettre le blog apparemment et j'ai écris à "fred borras même et toujours rien" Cela faisait des années que je suivais la LCR et que j'achetais "rouge" et j'ai même eu l'abonnement et j'ai envoyé plusieurs fois de l'argent pour les souscriptions et le remerciement c'est d'être saqué alors je ne crois plus en rien aujourd'hui car saqué pour d'obscures raisons minables !

  38. 238
    Lionel PG44 dit:

    Tant qu'on en est qu'au Gouchomarxisme, ça va... gaffe, quand même, à ne pas passer au marxisme tendance Pipo(t)

  39. 239
    Annie dit:

    @Myriam post 222, personnellement, je pense que ce sont certains membres du PCF qui mettent la pression pour la position la moins défendable. MGB est illisible quand on lit ses déclarations sur le devoir de rassemblement de la Gauche, elle entretient volontairement l'ambiguité, là où Jean-Luc Mélenchon distingue toujours la gôche et l'Autre Gauche qui est celle-là même qu'il veut faire s'unir.

    Pour la position démobilisatrice dont parle dorant post 217, je pense qu'il y a une erreur de communication pour éviter justement cette démobilisation de l'électorat potentiel : on pourrait (nous l'autre gauche) très bien communiquer sur des engagements à garder sa liberté (donc liberté à dire Oui ou Non, et pas forcément non tout le temps), à faire la politique de la chaise vide, à court-circuiter le dominant (ce dont le PS ne manquera pas de nous reprocher - tant pis pour lui, on pourrait mettre en lumière ses magouilles), à défendre bec et ongles un programme sur lequel on se serait préalablement mis d'accord, bref à résister (cf mon post 43, quand je parle de rétention et d'impact fort à faire). Par contre, communiquer sur l'ambition transformatrice est à mon avis une promesse pieuse à ne pas trop faire miroiter aux électeurs de gauche qui se savent déjà pris pour des pigeons.

    Je pense qu'il faut être sincère dans la communication avec les électeurs de gauche au niveau régional : ne pas prétendre qu'on va transformer profondément les régions, s'engager sur la rétention dont je parle ci-dessus, laisser la porte ouverte pour l'avenir (la ligne droite vers les présidentielles), assumer un rôle de garde-fou du PS/Verts en fusionnant techniquement et non prétendre qu'on va pouvoir exercer une pression efficace. Je pense que niveau communication, il faut être sincère avec les électeurs en refusant de leur donner à penser à "remake de la gôche plurielle", "responsabilité du vote utile pour battre la droite", et autres fadaises, et au contraire paraître moins ambitieux pour une capacité transformatrice des régions, se limiter au rôle de garde-fous tout en ayant un programme clairement de gauche, et se montrer par contre crâneusement ambitieux pour la suite. Il s'agit à mon sens de profiter de cette occasion historique pour lancer un Mouvement, un Nouveau Front Populaire. Là ils auraient l'impression d'une nouveauté, et non des remakes auxquels ils sont habitués. Il s'agit d'éveiller leur intérêt pour la suite, même si on ne parle que d'élections régionales, mettre en lumière cette suite en les informant du Rouleau Compresseur à venir (cf posts 43 et 52).

    Sinon, les quelques échanges vifs voire orduriers qu'on a pu constater ici, viennent surtout du langage pris pour communiquer. Pour ce que tu dis du PCF, je t'invite à lire mon post 160, et je te rejoins sur l'analyse des défaites continuelles du parti. Il est illisible (perso j'ai voté Besancenot en 2007 car c'était le seul à être lisible), et certains de ses membres ont des états d'âme à sortir de leur routine, comme l'ont fait Jean-Luc Mélenchon, Dolez ou Billard. N'oublie pas que FG et NPA et autres formations se sont tous mis d'accord pour les 1er ET 2ème tours, le seul point à finaliser est le 3ème. Ce que j'ai mis dans mon paragraphe ci-dessus est effectivement plus en accord avec le NPA, mais j'ai pas eu l'impression que le fameux amendement qui fait tant pinailler est conforme à 100 % à cause du ton furibard de certains qui caricaturent les positions des uns et des autres.

  40. 240
    azulejo dit:

    @ myriam, par contre je me reconnais parfaitement dans votre post N° 211 je crois ; car c'est ce que je penses à trois virgules prés et c'est ce que j'essaye de leur faire comprendre à tout ceux ici qui veulent l'union mais quand je le dis je me fais insulter alors qu'avec une femme cela passe !. Allez chercher à comprendre............quoi que les hommes je les comprends je crois.Je veux comme vous l'union et comme tous ici mais je n'ai pas confiance au PC car ici en champagne-ardennes il s'allie dés le 1er tour déjà avec le PS et donc comment s'allier ensuite dans des executifs régionaux avec ces gens-là ?. Pour moi c'est aller à la soupe. Et à l'arrivée on va être cocufié et décrédibilisé car ils nous feront porter le chapeau de leur politique droitière que nous ne pourrons pas influencer car ils verouilleront tou ! Ici ils sont trop naifs vraiment avec le PS et le PC et leurs pratiques antidémocratiques et déguelasses..

  41. 241
    Olivia dit:

    Bonjour à toutes et tous!

    Voici quelques nouvelles d'Augustin Legrand, fondateur des Enfants de Don Quichotte (pour celles et ceux que la question du droit au logement intéresse sincèrement); il s'engage à présent en politique (lui, et non l'association); voyez le lien suivant :

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Augustin-Legrand-se-lance-en-politique-150570/

    Pour rappel, Legrand avait refusé de devenir consultant pour Mme Boutin, il y a 2 ans, je crois.

    Par ailleurs, une nouvelle "Nuit solidaire" est prévue un peu partout en France :
    http://sans-abri.typepad.fr/nuitsolidaire/

    Horrible constat : malgré le travail acharné de bien des associations et de leurs militants, si peu de choses ont changé!
    N.B. : je poste ici en tant que citoyenne engagée, non en tant que militante PG, car je détesterais toute récupération politique de la Nuit solidaire.

  42. 242
    lou passejaire dit:

    quelqu'un pourrait il confirmer ça :
    Les Délégués à la Conférence Régionale du Limousin ont fait le choix du Front de Gauche pour le 1er tour des prochaines élections régionales. (bellaciao apparu et disparu dans la nuit)...

  43. 243
    Thaumasios dit:

    Je n'ai malheureusement pas le temps de répondre à tout…
    Ça viendra plus tard.
    Mon bon Mazan, ça, c'est une "spéciale dédicace" rien que pour toi ;-)

    http://www.thepeoplescube.com/images/Obama_Poster_Marx.gif

  44. 244
    azulejo dit:

    @ olivia, tu détestes toute récupération politique mais tu viens ici quand même faire la pub de ce Mr legrand ! C'est pas contradictoire cela non ?. C'est comme cela t'arrange en fait non ?.

  45. 245
    Yves 93 dit:

    @ Raphael Q
    Merci pour le lien : signature enregistrée.
    @ 76 Claude
    En effet, attention au sens des mots faire il faut...
    Je parle du droit des peuples - mais ce qui s'applique aux peuples s'applique aussi aux citoyen(e)s qui les composent.
    Je parle du droit des peuples à se gouverner eux-mêmes, ce qui implique qu'ils aient TOUS les moyens à leur disposition, et ce, sans exception : le peuple n'a pas à demander la permission à un qq organisme PRIVE, nationnal ou supranationnal pour appliquer la politique économique et sociale qu'il a choisi...
    Cela peut s'appeler "souveraineté populaire", si tu tiens à employer le mot souverain.
    Je me réfère aux valeurs fondamentales de notre constitution issues du siècle des lumières, de 1793, 1946 (CNR) et même 1958...
    Quant à savoir si l'euro a atténué la crise... Ce que j'en sais, c'est que ce que je payais 1 franc avant l'euro, je l'ai payé 1 euro après...
    Ma réponse est-elle claire?
    Bien cdt.

  46. 246
    Hold-up dit:

    @azulejo

    Je ne suis que simple militant lambda, mais vous voyez lorsque vous prenez l'effort de communiquer simplement et sans vous perdre dans des méandres, on peut vous suivre au moins sans préjuger de la suite. On vous entend enfin.
    Croyez -vous "azulejo" que vous êtes seul à considérer cette situation alambiquée et que précisément le défi c'est bien la quadrature du cercle. Que croyez-vous que vous êtes tout seul à voir les difficultés ? Le problème par contre c'est refuser la politique du rejet systématique du ou des partenaires. Comment tisser des liens plutôt de les rompre ? Comment ne pas se parjurer sans fermer la porte du possible. L'unité est une assise politique performatrice. Ce n'est qu'ensemble que nous changeront d'étoffe. Pas en ostracisant l'autre. Oui, il y a des putains de contradictions et c'est bien le problème. Alors quoi ? On se la joue maximaliste et tout est pourri ou on essaie d'embrasser le problème en se donnant du temps, le soin de travailler ensemble et d'ouvrir l'espérance vers des futurs concrets ? Vous faites une fixette sur " les directions". Fédérez les militants et invitez ceux d'autres partis à discuter de la chose autour d'un verre unitaire plutôt que de fermer la porte.

  47. 247
    olivia dit:

    @ azulejo

    je ne fais pas de publicité, j'informe... nuance! J'ai bon espoir qu'il y ait, sur ce site, des militant(e)s associatif(ve)s en faveur du droit au logement, qui, peut-être, n'en sont pas informé(e)s et qui, peut-être, viendront se joindre au mouvement.
    Si tu veux tout savoir, je suis la première "surprise" par la décision de Legrand!
    Quant à ce qui "m'arrange", ce n'est pas compliqué : que l'Etat français prenne à bras-le-corps le dossier du droit au logement et du mal-logement.

  48. 248
    myriam dit:

    @ azulejo
    Loin de moi l'idée de faire "celle qui ne sait pas" je vous assure, je n'ai pour ma part aucun problème et ne subis aucune pression dans mon comité, quant à l'ancienne ligue, je n'y étais pas.....Je ne tiens absolument pas à prendre parti dans le conflit qui vous oppose à une partie de votre comité, simplement je ne me retrouve pas dans la description que vous faites du parti qui nous est ou nous a été commun... Si je suis au npa après avoir longtemps accompagné de l'extérieur l'"autre gauche" c'est tout simplement parce que je ne peux justement pas les soupçonner de vouloir aller à la "soupe" mais mes certitudes s'arrêtent là, et j ne fais jamais une confiance aveugle à qui que ce soit, cela évite les déceptions...donc il y a certainement des travers chez les militants et les représentants (je refuse le mot dirigeants) mais quoi ce ne sont que des êtres humains.... Chez moi la démocratie existe et j'ai l'impression au vu des différentes prises de positions des membres du npa trouvées un peu partout et donc affichée vers l'extérieur qu'elle existye dans l'ensemble du parti. maintena

  49. 249
    Claude dit:

    @lou passejaire (218):

    Ce débat existe depuis un bon moment : faut-il ou non aller dans des émissions publiques (TV ou Radio), alors même qu'on sait que leur unique vocation est le "divertissement" et leur ligne de conduite la vente de "temps de cerveaux disponibles", sur fond d'audimat et de parts de marchés. Autrement dit, le désir de toucher le plus grand nombre et de "faire passer ses idées" peut-il se satisfaire de débats biaisés et niaiseux, tenus par des présentateurs qui se parent du titre de "journalistes", entrecoupés de spots publicitaires et de blagues vaseuses ?

    Malheureusement, le constat est sans appel et, je l'ai brièvement évoqué hier soir (voir plus haut dans le fil de discussion) quand je rappelais que le dernier débat politique datait des élections présidentielles de 81. Depuis, plus de débat politique, plus d'échanges d'idées, tout juste des borborygmes et des lamentations sur la situation qu'on ne peut changer, mondialisation oblige ! Donc, tant qu'il n'y aura pas une Autre Gauche au pouvoir, il n'y a aucune chance d'amélioration et, à moins de s'en tenir au porte-à-porte, aux estrades sur les marchés et aux mégaphones dans la rue lors des manifestations, il faudra bien s'en contenter. donc, à mon avis, on peut le regretter, le dénoncer (ce que ne se prive pas de faire Jean-Luc Mélenchon et quelques autres, mais curieusement pas OB) mais le boycot des médias est contre-productif si l'on veut décoller au-dessus des 5%.

  50. 250
    myriam dit:

    @ azulejo
    Loin de moi l'idée de faire "celle qui ne sait pas" je vous assure, je n'ai pour ma part aucun problème et ne subis aucune pression dans mon comité, quant à l'ancienne ligue, je n'y étais pas.....Je ne tiens absolument pas à prendre parti dans le conflit qui vous oppose à une partie de votre comité, simplement je ne me retrouve pas dans la description que vous faites du parti qui nous est ou nous a été commun... Si je suis au npa après avoir longtemps accompagné de l'extérieur l'"autre gauche" c'est tout simplement parce que je ne peux justement pas les soupçonner de vouloir aller à la "soupe" mais mes certitudes s'arrêtent là, et j ne fais jamais une confiance aveugle à qui que ce soit, cela évite les déceptions...donc il y a certainement des travers chez les militants et les représentants (je refuse le mot dirigeants) mais, quoi, ce ne sont que des êtres humains.... Chez moi la démocratie existe et j'ai l'impression au vu des différentes prises de positions des membres du npa trouvées un peu partout et donc affichées vers l'extérieur qu'elle existe dans l'ensemble du parti.
    Quoi qu'il en soit, je suis contente si j'ai pu vous aider à exprimer votre point de vue et ce quelle que soit la raison de la tolérance à mon égard
    Cordialement

    @ Annie,
    Effectivement, je me retrouve dans ce que vous dites, alors pouvez-vous m'expliquer l'intervention de Coquerel qui voit dans l'amendement du NPA un retour en arrièe alors que moi j'y vois un alignement sur les positions du pg du printemps dernier (et donc une sacrée "avancée" -cela dépend évidemment des points de vue - par rapport aux positions de la ligue.)
    Cordialement
    :-)

Pages : « 1 2 3 4 [5] 6 7 8 9 10 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive