03nov 09

Exonérations de cotisations sociales des footballeurs

Fric et foot montent dans un bateau

Exporter ce billet au format pdf Envoyer ce billet à un ami Imprimer ce billet

Ma journée a mal commencé. Les SMS et les mails pleuvent pour protester contre ma participation aux contributions du site officiel du « débat » sur l’identité nationale. Moi aussi je proteste. Mon texte a été piraté sur mon blog et publié sans mon autorisation. Les noirs bureaucrates qui font vivre de cette manière les débats, n’ont même pas l’intelligence de s’assurer de ce qu’ils écrivent. Il me reste donc à leur apprendre que je ne suis plus sénateur de l’Essonne mais député européen depuis 6 mois et que mon prénom est Jean-Luc et non pas Jean-Pierre, comme ils l'avaient d'abord écrit sur ce site. Je vous laisse à cette rigolade. J’en viens à plus drôle encore. Pour une fois, sur ce blog on va parler de foot. Je n’y connais strictement rien, ainsi que vous le devinez. N’empêche que c’est un moment bien amusant pour moi que cette dispute dans l‘UMP à propos des exonérations de cotisations sociales des footballeurs. Pas seulement a côté du parallèle écœurant avec la taxation des indemnités des accidentés du travail. Mais parce que c’est un vieux souvenir que cette histoire de cotisations des footballeurs. En effet, j’ai déjà organisé une castagne à ce sujet en 2004 au Sénat. L’affaire venait de bien plus loin. C’est-à-dire de 1997. Et elle a même déjà fini au Conseil Constitutionnel, du fait de votre serviteur. Lisez ces informations que vous n’avez déjà lues nulle part ailleurs.

FRIC ET FOOT MONTENT DANS UN BATEAU
Disons d’abord que les barons du foot ont de la constance. Beaucoup de patience. Et pas mal d’entregent. Cette niche fiscale pour exonérer les revenus tirés de l’exploitation de l’image des sportifs professionnels vient de très loin. Elle est aujourd’hui dénoncée par une partie de la droite. Mais elle fut pourtant créée par la même dite droite après un long travail de pressions du lobby du football. L’affaire a commencé sous Alain juppé, en 1997. C’est lui qui le premier céda à la pression affectueuse des amis du fric dans le foot. Il décida donc de faire passer cette exonération devant les assemblées. Comme l’initiative venait du gouvernement, le texte passa donc comme les autres devant le Conseil d’Etat ? Patatras ! Il fut immédiatement retoqué. Ca se passe le 27 mars 1997. Celui-ci rend ce jour là un avis en assemblée générale qui déclare cette exonération contraire à la Constitution. C’est évident. En effet elle rompt l’égalité devant les charges publiques de tous les citoyens. Fin du premier épisode. L’affaire réapparait sept ans plus tard. On est en juillet 2004. Cette fois-ci les malins ont compris que pour passer la première phase  éliminatoire, celle du Conseil d’ Etat, il faut changer de méthode. Ce n’est donc pas le gouvernement qui propose cette fois là, mais deux députés UMP. Ils déposent une proposition de loi sur le sport professionnel.. Car dans ce cas, lorsqu’il s’agit d’une initiative parlementaire, le Conseil d’Etat ne donne pas d’avis. Notons, pour mémoire, que cette proposition de loi comportait aussi d’autres cadeaux pour les grands clubs sportifs sur lesquels il serait peut-être opportun de venir regarder de plus près puisqu’on est sur ce sujet. Ainsi par exemple l’exonération de la taxe sur les CDD dont les clubs sportifs sont de grands consommateurs. Cette même loi décida la fin de l’interdiction de multipropriété des sociétés sportives qui achèva de faire entrer les clubs dans la sphère financière. L’étape suivante sera la cotation en bourse et la course à la concentration. Cette proposition de loi a donc lourdement aggravé la marchandisation du sport. A l’époque le président de la Ligue de football professionnel est par Frédéric Thiriez, un proche du Parti socialiste dont il avait été à plusieurs reprises l’avocat. Je mentionne ce point pour donner une idée des courroies de transmission qui se mirent en mouvement à l’époque du vote pour me «raisonner» quand il s’avéra que j’avais pris le mord aux dents sur le sujet… Donc, le 14 octobre 2004, l’Assemblée adopte la proposition de loi UMP. Le 24 novembre 2004,  le Sénat adopte à son tour la proposition de loi UMP. Cette cadence de législation TGV va être la caractéristique de cette affaire. On va voir pourquoi dans un instant. Pour aller plus vite le gouvernement avait fait le forcing pour obtenir des sénateurs UMP un vote «conforme». Tel quel. Pas un amendement ne fut supporté. Pour ma part, j’ai défendu à cette occasion une motion de procédure visant à faire rejeter le texte. Je précise que je défendis cette motion dite «exception d’irrecevabilité constitutionnelle» (/2004/11/loi-sur-le-sport-professionnel-defendre-legalite/) au nom du groupe PS du Sénat dont le président avait suivi ma démonstration. Mais peu s’en fallu que ce soit à titre individuel. En effet les socialistes avaient été travaillés au corps par leur camarade Frédéric Thiriez, notamment tous ceux qui avaient dans leur zone de chalandise électorale des grands clubs de foot. Suivez mon regard. Après un vote serré au groupe socialiste, ma position l’emporta. Par prudence, je n’avais répondu à aucune sollicitation téléphonique. Le PC, le PS et les Radicaux ont voté contre la proposition de loi.  La Droite elle vota au sifflet. Battus en séance donc. On nous recommanda une retraite digne. Pas question ! J’obtiens que nous déposions un recours au Conseil constitutionnel. On le déposa. Et là se produit un véritable miracle.

LES AMIS DU FOOT SE LIGUENT
Comme on le comprend, toute cette hâte visait aussi à boucler l’affaire avant la fin de l’année fiscale, histoire d’apporter un soulagement immédiat aux pauvres footballeurs écrasés de cotisations sociales. Donc, nous déposons notre recours à la mi novembre. Et dès le 9 décembre 2004, surprise, le Conseil constitutionnel valide le texte. Il n’y voit trace de rupture d’égalité devant les charges publiques. Contradiction complète et étrange avec l’avis émis sur le même point par le Conseil d’Etat 7 ans plus tôt. La décision se réclame même de….l’intérêt général. Tant de zèle sent le souffre. Des mauvaises langues me font alors observer d’étranges connivences. On me dit que  le président du Conseil constitutionnel, Pierre Mazeaud, est un proche de Frédéric Thiriez. N’a-t-il pas participé avec lui à plusieurs exploits sportifs, et non des moindres, comme  cette ascension himalayenne. Ne lui a-t-il pas remis la légion d’honneur ? Et il a même préfacé un de ses ouvrages … Bien sur, je n’en tiens aucun compte ! Et de toute façon qu’est-ce que j’y pouvais ? Cerise sur le gâteau, la loi fut promulguée six jours plus tard, le 15 décembre 2004. Ce n’est pas du service de pointe ça, mes amis ? Plus rapide tu meurs.

UN AVANTAGE TOTALEMENT INDU
Maintenant que cette belle histoire de solidarité du fric et du sport vous a été révélée, voici quelques arguments pour vos soirées, si la question y vient en débat. En quoi consiste la niche fiscale en cause ? Les sportifs professionnels, et leurs employeurs les clubs, bénéficient d’une exonération de cotisations sociales un type précis de rémunérations. Il s’agit de celles versées par les clubs au titre de l’exploitation de l’image collective des équipes. Par exemple les droits TV ou les produits dérivés. Cela représente des centaines de millions d’euros de salaires. Ils sont libres de toutes cotisations sociales depuis 2004. Mais ces cotisations sont quand même payées. Par nous tous. Car l’Etat compense le manque à gagner auprès de la sécu. Il y en a pour 36 millions d’euros chaque année. Notons que cet avantage fait partie des multiples exonérations de cotisations sociales dénoncées par la Cour des comptes. Celle-ci les dénonce comme abusives car inefficace, vu qu’elles sont sans contrepartie directe, et injuste. On joutera que l’argument sur « la défense de la compétitivité et de l’attractivité des clubs français » présenté par les griots du foot n’est rien d’autres qu’une justification du dumping fiscal et social qui s’organise au niveau mondial dans le marché du sport et notamment du football. C’est la même logique que celle du bouclier fiscal.  Mais le plus immoral dans cette affaire est dans ce qui se constate à l’examen de la situation réelle. Accrochez vous. Apprenez que le sport professionnel est un important bénéficiaire de la solidarité nationale en matière d’assurance maladie et d’accidents du travail. En 2000, année sur laquelle je m’appuyais pour argumenter au Sénat, on comptait ainsi un taux de sinistres de 750 pour 1000 dans le secteur du sport professionnel contre 44 pour 1000 pour l’ensemble de la société. Dès lors, les sportifs bénéficient à ce titre de montants considérables d’indemnités journalières d’assurance maladie, compte tenu du niveau élevé de revenus. Un petit rafraichissement de mémoire ? Je n’ai pas collecté de nouveaux chiffres pour faire cette note. J’en suis resté à ceux dont je disposais au moment où je bataillais au Sénat. Mais je doute que les prix aient baissé n’est-ce pas…Le salaire mensuel moyen des footballeurs pro français avait déjà doublé depuis 1998. Il était passé de 15 000 à 30 000 euros. Pour une moyenne, c’est déjà très élevé, non ? Evidemment les inégalités sont colossales entre la trentaine de joueurs  dont le salaire brut annuel dépasse les 600 000 euros et une majorité de 300 joueurs professionnels qui touchent moins de 380 000 euros annuels, ce qui est quand même beaucoup pour ce que c’est.  Avec 150 000 euros par semaine, Zidane touchait en un mois à Madrid ce qu’un SMICARD mettrait 55 ans à gagner. A 20 ans le jeune espoir Djibril Cissé gagnait près de 80 000 euros par mois à Auxerre. Ils ne sont pas contents les crevards de leur payer les soins et les indemnités d’arrêt de travail des gentils petits gars qui courent derrière un ballon ? Il faudrait demander aux accidentés du travail qui viennent d’être mis à la taxe sur leurs indemnités, quel effet ça leur fait.


190 commentaires à “Fric et foot montent dans un bateau”

Pages : [1] 2 3 4 »

  1. 1
    Lionel RAVAISSON dit:

    Bravo pour cette nouvelle formule, trés agréable et esthétique !

  2. 2
    lemexicain dit:

    Il est chouette comme tout ce nouveau blog, bien plus agréable à lire que l'ancien !

  3. 3
    4 Août dit:

    Il manque un lien à la fin de l'ancien blog...

  4. 4
    jennifer dit:

    Waouh, on pourra même barrer, mettre en gras etc.. C'est vraiment le nec plus ultra car dans les posts parfois on a envie d'insister sur quelque chose.
    J'aime beaucoup les vidéos car j'aime bien écouter et voir Jean Luc. Lire ça fatigue la vue.
    Merci pour ce changement, ça semble plus facile.

  5. 5
    jennifer dit:

    Mon premier envoi a râté mais j'y disais combien j'étais contente de la barre qui permet de surligner, barrer etc... dans les posts. Ca manquait et toutes les explications fort savantes je n'y comprenais pas grand chose (désolée Pierre L !) et c'est fort utile quand on veut citer quelqu'un, insister sur un mot etc...
    Les vidéos aussi j'aime bien car parfois lire un texte me fatigue la vue alors que voir ou écouter Jean Luc est beaucoup plus détendant.

  6. 6
    claude dit:

    Déjà, bravo pour le nouveau blog... En espérant qu'il subira moins d'avaries que ce qu'on a pu subir ces derniers temps (en même temps, je suppose que c'est un peu le but ;)

    @Hold-up (121) : j'ai trouvé un peu curieuse la position de J. Sapir sur la France et l'OTAN... Sachant que l'OTAN servait à défendre le "monde libre" contre l'URSS, la disparition de celle-ci aurait dû amener sa dissolution. De plus, l'OTAN avait vocation à défendre l'Europe et on aura du mal à me faire avaler que l'Afghanistan est en Europe ou à ses frontières. Quoique, depuis qu'un député européen (DSL, j'ai oublié son nom) a sorti qu'Israël faisait partie de l'Europe, on peut se poser la question des limites européennes...

    Pour le reste, malheureusement, je crains fort qu'il ait raison et, grâce à une médiatisation au compte-goutte, il sera très difficile de mobiliser sur la question du retrait d'Afghanistan. Par contre, je pense qu'il ne faut pas rêver et que l'Iran ne s'embarquera jamais dans ce bourbier, sauf à y être "forcée" en sous-main. Et, dans ce cas, il conviendrait de s'interroger très fortement sur le contenu des tractations qui précéderaient son implication. De ce point de vue, l'autre article est intéressant en ce qu'il confirme qu'Israël a "besoin" d'un ennemi extérieur pour assurer sa cohésion interne et que l'Iran joue le rôle de l'épouvantail suffisamment proche pour que cela soit crédible mais suffisamment éloigné, dans le même temps, pour que la pression ne retombe pas trop vite. Et, j'ai comme l'impression que côté iranien, ça arrange bien aussi le pouvoir en place.

  7. 7
    Lionel 36 dit:

    Le Canard aussi …
    Pan sur le "Canard" : ce n'est pas la première fois que le "Canard" donne des coups de palmes à Jean-Luc Mélenchon. Cette semaine, il fait montre de peu de professionnalisme  en se contentant de colporter des ragots de Match sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon en Ile de France. Que le Canard "barbote" ses infos d'accord, mais quand c'est dans le caniveau…

  8. 8
    jean estivill dit:

    3615 A Gauche c'était déjà à la pointe du progrès (après s'être fait piquer 3615 tonton).Tonton,tata et l'abbé pierre...fut la réponse méritée à la forfaiture.    jean  (SAVIGNY)

  9. 9
    clarazed dit:

    Merci pour ce nouveau blog ; sur mon Mac, je vois enfin les textes comme ils auraient du être et peux écrire sans passer par Explorer !
    Bravo au concepteur et bravo à Jean-Luc Mélenchon pour tout ce que vous nous apportez.

  10. 10
    romain blachier dit:

    il est choupin ton blog

  11. 11
    ermler dit:

    Il est magique, ce blog !
    Il fait apparaître des noms tous neufs et même réapparaître des revenants !

  12. 12
    lola dit:

    super un blog tout neuf!

  13. 13
    Josué dit:

    Cher Jean-Luc,
    il y a 20 ans j'ai pris la décison, à contre coeur,de ne pas m'engager dans la vie de la cité.
    Aujourd'hui ce que vous êtes, ce que vous incarnez me redonne foi en la politique. Si vous ne réussissez pas à réveiller les consciences, nous seront condamnés à la médiocrité et aux compromissions.
    Merci très sincèrement de mener cette lutte,
    Josué Philippe Poignand

  14. 14
    BJ dit:

    Nouveau blog avec tout plein de nouvelles fonctionnalités, youpi !

  15. 15
    rosay dit:

    Bonjour à tous, espérons que ce nouveau blog sera plus difficile  à bloquer ?!
    quand au canard,il devient boiteux et lui aussi je ne l' achete plus et pourtant j ' en étais un fidèle lecteur depuis plu d 'un demi-siècle !, je ne  sais plus le lire peut-être, ou  les journalistes sont devenus, des journaleux au  service de la bourgeoisie, bo-bo !Salut à tous et bonne  lecture.Rosay.

  16. 16
    Michel D. (PG11) dit:

    Comme qui dirait : un blog de combat !

  17. 17
    Carol DEBY dit:

    Superbe métamorphose !
    Salut aux revenants.
    Merci à Jean-Luc Mélenchon.
     
    C.DEBY

  18. 18
    Bruno dit:

    Bonjour,
    Sympa ce nouveau blog. Il ne me reste plus qu'à retrouver un peu de temps pour une participation plus active.
    Concernant l'actualité je m'inquiète du repli progressif dans le débat public de la thématique des inégalités sociales. Ce matin le patron du Crédit Agricole était invité sur France Inter, le discours lénifiant sur les bonnes banques françaises passe à nouveau comme une lettre à la poste (pas encore privatisée). Même Bernard Maris n'est pas arrivé à sérieusement le mettre en difficulté.

  19. 19
    des pas perdus dit:

    J'ai l'impression que mon précédent commentaire a disparu..
    Je disais donc que c'est plus clair et plus agréable à lire.  J'aime bien le favicon dans la barre d'adresse, les photos (il y a un doublon avec photothèque et instantanés), la blogroll plus complète (un peu trop institutionnelle pour un blog, non ?), le menu défilant des archives. J'aime d'autant plus que le blog fonctionne grâce au logiciel libre WordPress... même si je préfère Dotclear... http://www.gnu.org/philosophy/philosophy.fr.html

    Toutefois, un petit bémol : il y a dans les commentaires, d'une part les fonctionnalités "styles", "police" et "taille" qui sont inutiles, et d'autre part il en manque une pour faire des liens...

  20. 20
    lou passejaire dit:

    faut juste espérer que l'hébergement tiendra mieux le coup...
    a priori, il "passe bien" sous midori webkit... la gauche de combat semble commencer à s'émanciper de l'omniprésence (omnipotence) de Microsoft... y reste du boulot, mais... on avance
     

  21. 21
    toto dit:

    Waouh,
    Les commentaires les plus courts sont les meilleurs.

  22. 22
    azulejo dit:

    Bonsoir, c'est vraiment tres bien ce nouveau blog et j'en suis tout surpris.  Bravo jean luc pour votre superbe  blog qui nous change en positif et en dix fois plus agréable  Sinon pour zelaya, c'est mal parti pour qu'il revienne je crois ! Un sénateur Républicain dit que les etats-unis reconnaitrons les élections même si zelaya ne revient pas au pouvoir. Des  nouvelles pas  réjouissantes ici   :  http://www.telesurtv.net/noticias/secciones/nota/61151-NN/senador-republicano-asegura-que-eeuu-reconocera-elecciones-hondurenas-aunque-zelaya-no-sea-restituido/  

  23. 23
    lou passejaire dit:

    on soulignera jamais assez l'intéret de passer aux systémes d'exploitations libres, tant en terme de sécurité qu'au plan du symbole...
    Les développeurs et utilisateurs de logiciels libres sont indépendants, sans tendance politique particulière, et leurs motivations sont diverses. Ils réalisent ou utilisent des outils fondés sur un mode de production reposant sur la collaboration, l'entraide, le partage, la mutualisation. À ce titre, Bill Gates a comparé les communautés du libre à des "communistes d'un nouveau genre".

  24. 24
    brigitte dit:

    C'est quoi l'histoire des propos de Jean-Luc dans le débat Bessonnien ? pas vu, pas lu, juste un compte-rendu très étriqué dans le Républicain lorrain hier. Merci de nous en dire plus.
     Par contre, (et c'est infiniment moins drôle, et je préfère revenir aux sources, en direct) qu'en est-il, Jean-Luc, de (je cite...) ton " estime " pour Patrick Buisson ? Zut j'en ai renversé mon thé. À l'heure du petit déj, la journée elle démarre mal, non ?

  25. 25
    Pulchérie D dit:


    L’AFP présente un long commentaire sur l’état moral des soldats américains. Le médecin militaire psychiatre qui a tué hier 12 soldats et en a blessé 31, dans une caserne du Texas, était sur le point d’être envoyé en Afghanistan . Il fait le principal objet de cet article, qui parle d  « une armée épuisée par des déploiements à répétition depuis des années  en Irak et en Afghanistan, et confrontée à un taux record de suicides et de dépressions. »
    « Ces missions à répétition sont considérées comme étant à l'origine d'une forte progression du nombre de suicides dans l'armée américaine. L'an passé, 128 soldats ont mis fin à leurs jours contre 115 en 2007, et le nombre de suicides cette année est en voie de dépasser ce funeste record. »
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jIByjPylbVnEdUUw2HDDGpzB-pFg.
    Décidément,, l’évolution des affaires militaires US fait de plus en plus penser à  celle d’il y a presque quarante ans, au Viet-Nam .
     

  26. 26
    BA dit:

     
    L'Élysée propose aux exploitants français de recruter low-cost en Europe de l'Est.
    Un conseiller de Nicolas Sarkozy aurait proposé aux agriculteurs français de recruter des intérimaires polonais et roumains rémunérés au tarif en vigueur dans leur pays d'origine - soit 2 à 4 euros de l'heure - pour travailler dans l'Hexagone.
    Des ressortissants d'Europe de l'Est payés au même tarif que dans leur pays pour travailler dans l'agriculture française, telle est la proposition qu'aurait faite un conseiller technique de l'Elysée aux producteurs de fruits et légumes.
    L'Elysée a nié qu'il s'agisse d'une proposition, affirmant vouloir seulement étudier la situation dans les pays qui font appel à cette main d'oeuvre faiblement payée, sans nécessairement l'importer en France.
    Selon le syndicat Légumes de France, cette idée a été formulée la semaine dernière à Angélique Delahaye, présidente de l'organisation, par Christophe Malvezin, conseiller de Nicolas Sarkozy pour l'agriculture.
    "Il lui a proposé de faire venir des intérimaires polonais aux conditions du pays d'origine", a dit à Reuters Denis Digel, administrateur de Légumes de France et chargé du dossier des coûts salariaux.
    Cette suggestion a été réitérée mercredi devant un responsable agricole du Vaucluse reçu à l'Elysée, a-t-il ajouté.
    "Ils souhaitent nous aider à créer des structures d'intérim à l'étranger pour faire venir des salariés. Ce n'est pas du tout ce que veut la profession. On l'a toujours dénoncé", a souligné Denis Digel, lui-même producteur de légumes en Alsace.
    Christophe Malvezin a expliqué pour sa part à Reuters que sa proposition était "d'analyser ce qui se passe dans les autres pays" plus compétitifs que la France, conformément à la demande du président de la République "qui a demandé que l'on tienne compte de leur expérience".
    "Ce n'est pas parce que les Allemands font venir des Polonais à des coûts polonais qu'on va le faire en France, mais il faut aller au bout de l'analyse", a-t-il ajouté.
    Quant aux agences d'intérim, leur rôle aurait été évoqué par des agriculteurs français qui s'adressent déjà à elles pour recruter des saisonniers d'Europe de l'Est, a-t-il précisé.
    Le sujet a de quoi relancer les polémiques qu'avait provoquées en France le projet de directive Bolkestein, qui aurait permis à un prestataire de services de travailler dans n'importe quel pays de l'Union européenne aux conditions de son pays d'origine.
    Finalement abandonné en raison d'une forte opposition syndicale et politique, le texte avait alimenté le mythe du "plombier polonais" et contribué à provoquer la victoire du "non" au référendum de 2005 sur le projet de Constitution européenne.
    Les producteurs de fruits et légumes français dénoncent depuis des années les distorsions de concurrence avec les pays voisins. Ils demandent que leurs charges et cotisations sociales soient remplacées par une TVA sociale applicable à l'ensemble des productions agricoles, nationales et importées.
    En Allemagne, où les employeurs bénéficient d'une exonération totale des charges sur la main d'oeuvre saisonnière sans être tenus de respecter un salaire minimum, le coût horaire moyen de la main d'oeuvre est de six euros.
    Il est de 11,30 euros en France avec un smic à 8,82 euros et devrait passer à 10,50 euros du fait de l'exonération totale de charges patronales sur les travailleurs saisonniers annoncée le 27 octobre à Poligny (Jura) par Nicolas Sarkozy.
    "Cette mesure ne règle pas le problème mais on ne peut pas tolérer qu'on fasse venir des travailleurs étrangers dans nos entreprises alors qu'on se bat pour le développement de l'emploi local", a déclaré Denis Digel.
    Avec la remontée du chômage, il n'y a, selon lui, aucune pénurie d'emploi dans l'agriculture en France.

     
    http://www.france24.com/fr/20091106-france-agriculture-gouvernement-malvezin-interimaires-polonais-roumains-tarifs-pays-recrutement

     

  27. 27
    Christian dit:

    Jean Luc, en général j’aime bien vos interventions devant tous les médias, vous êtes le bon client qu’ils attendent et vous leur servez une soupe des plus onctueuse, c’est souvent marrant et bien argumenté même si on sent une sorte de volonté de taper en force sur tout ce qui est à votre droite. Et comme le plus près c’est le PS, il a droit à un traitement de faveur.
    Mais sur cette histoire d’indemnités journalières, votre discours devant les sénateurs devait être particulièrement soporifique pour qu’aucun d’eux ne réagisse à ces déclarations
    “Les sportifs bénéficient à ce titre de montants considérables d’indemnités journalières d’assurance maladie, compte tenu du niveau élevé de revenus.”
    Je joins cet extrait du mode de calcul des IJ qui à défaut de rendre le débat plus joyeux peut au moins rétablir les faits:
    Montants depuis le 1er janvier 2009
    L’indemnité s’élève en principe à la moitié du gain journalier de base, calculé à partir du salaire brut sous plafond et perçu au cours des 3 mois précédant l’arrêt de travail (moyenne sur 90 jours) :
    * 47,65 EUR maximum dans le cas général,
    * 63,53 EUR maximum après le 31e jour d’arrêt pour l’assuré ayant 3 enfants à charge.
    Alors, quand vous écrivez “Ils ne sont pas contents les crevards de leur payer les soins et les indemnités d’arrêt de travail des gentils petits gars qui courent derrière un ballon ?” en conclusion de votre tirade du jour, il ne faudrait pas nous enfumer comme vous savez le dénoncer chez les autres du PS et d’ailleurs.
     

  28. 28
    Hold-up dit:

    Signons l'appel " Stop paradis fiscaux "

    http://www.stopparadisfiscaux.fr
     
    Et abonnons -nous à  CQFD
    http://www.cequilfautdetruire.org/

  29. 29
    Hybris dit:

    Et revoilà les sondages… Et leurs prophéties à finalité mercantile et souvent auto réalisatrice.
    Le dernier qui vient d’être produit par CSA pour LCP nous indique que Strauss-Kahn serait le seul à pouvoir battre Sarkozy. Ben voyons… Ah ! si l’on pouvait comme en 2007 instiller de cette façon dans le cerveau des gens, quel devrait être le bon compétiteur  face à notre dévoué président, le bonheur serait total…
    A grande distance de l’échéance électorale, en vérité que sonde-t-on ? Sinon le bruit médiatique qu’on a contribué à créer ?
     
    Dans une interview donnée  à Télérama en février 2007 Emmanuel Todd (*) faisait sur le sujet le commentaire suivant:
    « Dans les phases pré-électorales, avant que les thèmes aient été présentés par les candidats ou les partis, l’électorat populaire est inerte. Les sondages qui ont été réalisés à ce moment–là représentaient l’opinion des classes moyennes, et plutôt des classes moyennes supérieures, parmi lesquelles on trouve les journalistes, les sondeurs…Ces derniers le savaient mais, au lieu de  reconnaître que leur boulot ne valait rien  ont préféré dire : ‘’les sondages sont une photographie de l’opinion à un moment donné’’. C’est une escroquerie ! Ils suggèrent que l’opinion change, alors qu’on assiste en réalité à un phénomène de formation, de cristallisation d’une opinion populaire qui n’existait pas et qui émerge dans le courant de la campagne »
     
    (*)Emmanuel Todd devrait participer lundi soir prochain  au débat de l’émission « ce soir (ou jamais !) » sur le thème  « la chute du mur ».
     
    @ ermler >  J’ai 64 ans et mèche.

  30. 30
    Gilles dit:

    @Ermler
    J'ai 47 ans et jeune grand père.

  31. 31
    Gilles dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon
    @ Toutes et tous
    Je suis rentré hier d'un séjour à l'hôpital où je suivais un traitement assez lourd en radiothérapie.
    Je suis fatigué mais heureux de retrouver la nouvelle version du blog de Jean-Luc qui est plus aérée, plus fonctionnelle, plus interactive. Cela facilitera les choses et la rapidité dans les échanges et les infos. Donc c'est super et je remercie tous ceux qui l'on confectionné et réalisé comme ceux qui le gèrent.
    @ Ermler
    J'ai 47 ans et je suis jeune grand-père.

  32. 32
    Gilles dit:

    @ Jean-Luc
    Super la nouvelle version du blog plus interactive, aérée et fonctionnelle !
     
    Merci à tous ceux qui l'ont réalisé, conçu et à ceux qui le gèrent.

  33. 33
    Gilles dit:

    @ Toutes et tous
    Heureux de vous retrouver.

  34. 34
    kalamar 31 dit:

    Slt Gilles, c'est à pile ou face, le postage

  35. 35
    Gilles dit:

    @ Toutes et tous
    Difficultés de poster un  texte...

  36. 36
    Gilles dit:

    @Kalamar31
    Tu peux me donner des astuces pour que mon texte soit validé ?

  37. 37
    kalamar 31 dit:

    @Gilles
    idem ici

  38. 38
    Gilles dit:

    @Kalamar 31
    Je ne comprends pas  explique moi un peu

  39. 39
    Henri Brosse dit:

    « Si on fait de la puissance, de la force, le fondement du droit, ainsi que Hobbes et d’autres, alors le droit, la loi etc. ne sont que le sympôme, l’expression d’autres rapports sur lesquels repose la puissance de l’Etat. La vie matérielle des individus, qui ne dépend nullement de leur seule « volonté », leur mode de production et leurs formes d’échanges, qui se conditionnent réciproquement, sont la base réelle de l’Etat et le restent à tous les stades où sont encore nécessaires la division du travail et la propriété privée, tout à fait indépendamment de la volonté des individus. Ces conditions réelles ne sont pas du tout crées par le pouvoir d’Etat, ce sont au contraire elles qui créent ce pouvoir. Les individus qui exercent le pouvoir dans ces conditions ne peuvent donc, abstraction faite de ce que leur pouvoir doit se constituer en Etat, que donner à leur volonté déterminée par ces conditions précises, l’expression générale d’une volonté d’Etat, d’une loi, - et le contenu de cette expression est toujours donné par les  conditions de leur classe, comme il ressort très clairement de l’examen du droit privé et du droit pénal. Il ne dépend pas de leur volonté idéaliste, de leur bon plaisir, que leur corps ait ou n’ait pas de poids ; il ne dépend pas davantage d’eux d’imposer leur propre volonté sous forme de loi ou de ne pas le faire, et de l’affirmer en même temps, indépendante du bon plaisir personnel de chacun d’entre eux pris individuellement. Leur domination personnelle ne peut que se constituer en même temps comme domination moyenne. Leur domination personnelle repose sur des conditions d’existence qui sont communes à un grand nombre d’entre eux et dont ils ont, eux, les gens au pouvoir, à assurer la persistance contre d’autres modes de vie et qu’ils doivent affirmer valables pour la généralité. L’expression de cette volonté déterminée par leurs intérêts communs est la loi.

    Il se fait la même illusion que Frédéric-Guillaume IV, par exemple, qui prenait lui aussi, les lois pour l’expression pure et simple de la volonté souveraine, s’étonnant ensuite qu’elles viennent toujours échouer sur « cette espèce de matière informe » qu’est le monde. La plus inoffensive de ses marottes, c’est à peine s’il peut lui faire franchir le stade d’une ordonnance ministérielle. Qu’il décrète donc un emprunt de 25 millions, la cent dixième partie de la dette publique de l’Angleterre, et il verra d’où émane la volonté souveraine. (Marx, Engels. « L’idéologie allemande » Editions sociales p. 362-364)

  40. 40
    kalamar 31 dit:

    @Gilles
    post sur le forum

  41. 41
    Gilbert D. dit:

    @ hybris (35)
    Il faudrait dénoncer haut et fort ce type de sondages réalisés plusieurs mois avant une élection. Patrick Champagne, un sociologue spécialiste de la question, explique pourquoi ils n'ont aucune valeur scientifique :
    http://www.acrimed.org/article2458.html

  42. 42
    des pas perdus dit:

    3ème essai...
    Pas mal, même très bien... 
    Une critique constructive : sympa le menu déroulant des archives, les fonctions photos (une seule suffirait non ?), le favicon (visibilité pas top à améliorer) qui n'existait pas avant..
    Il manque une fonction "liens" pour les commentaires. Et comme dit Julie, la fonction "imprimer".. laquelle serait bien la bienvenue si le webmaster y associe  le pdf...

  43. 43
    des pas perdus dit:

    3ème essai...
    Pas mal, même très bien... 
    Une critique constructive : sympa le menu déroulant des archives, les fonctions photos (une seule suffirait non ?), le favicon (visibilité pas top à améliorer) qui n'existait pas avant..
    Il manque une fonction "liens" pour les commentaires. Et comme dit Julie, la fonction "imprimer".. laquelle serait bien la bienvenue si le webmaster y associe  le pdf...

  44. 44
    Gilles dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon
    Sur le sport, il serait temps de privillégier les valeurs du sport émancipateur, fraternel, internationaliste, d'échange mutuel et de respect que cette folle course au fric, à la concurence libre et faussée (par l'argent, les droits télé, le dopage...) qui règnent aujourd'hui. Déjà pourquoi ne pas revenir sur le statut de clubs pro tels que les sociétés anonymes à objet sportif, les conglomérats qui mèlent l'argent des capitaux privés et le financement public ?

  45. 45
    Pulchérie D dit:

    Normal
    0
    0
    1
    152
    870
    7
    1
    1068
    11.1282

    0

    21
    0
    0


    L’AFP présente un long commentaire sur l’état moral des soldats américains. Le médecin militaire psychiatre qui a tué hier 12 soldats et en a blessé 31, dans une caserne du Texas, était sur le point d’être envoyé en Afghanistan . Il fait le principal objet de cet article, qui parle d  « une armée épuisée par des déploiements à répétition depuis des années  en Irak et en Afghanistan, et confrontée à un taux record de suicides et de dépressions. »
    « Ces missions à répétition sont considérées comme étant à l'origine d'une forte progression du nombre de suicides dans l'armée américaine. L'an passé, 128 soldats ont mis fin à leurs jours contre 115 en 2007, et le nombre de suicides cette année est en voie de dépasser ce funeste record. »
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jIByjPylbVnEdUUw2HDDGpzB-pFg.
    Décidément,, l’évolution des affaires militaires US fait de plus en plus penser à  celle d’il y a presque quarante ans, au Viet-Nam .

  46. 46
    lou passejaire dit:

    L'accord politique qui devait mettre fin à quatre mois de crise politique au Honduras s'est effondré vendredi, les deux camps rivaux n'ayant pu s'entendre sur la formation d'un gouvernement d'union nationale.
    Ce qu'ils font est absurde, ils essayent de se moquer de tout le monde: du peuple qui m'a élu, et de la communauté internationale qui me soutient. Nous avons décidé de ne pas poursuivre cette comédie avec M. Micheletti", a déclaré Zelaya.
    La télévision nationale montrait vendredi matin un grand nombre de chars d'assaut et de soldats encercler l'ambassade du Brésil où Manuel Zelaya est réfugié depuis son retour clandestin au Honduras en septembre.
    reuters y a moins d'une heure.
     
     

  47. 47
    MAZAN dit:

    Régionales: Marie-George Buffet s'oppose à Olivier Besancenot
    (AFP)
    PARIS — Marie-George Buffet (PCF) s'est opposée vendredi à Olivier Besancenot en souhaitant de "bonnes majorités de gauche" dans les régions après les élections de mars 2010, et non une "bonne opposition de gauche" comme le veut le leader du Nouveau parti anticapitaliste (NPA).
    "Contrairement à Olivier Besancenot, nous ne pensons pas qu'il faut une +bonne opposition de gauche+ dans les régions, mais bien de bonnes majorités de gauche", a déclaré la secrétaire nationale du Parti communiste français, dans un entretien à L'Humanité vendredi, à la veille du Conseil national du NPA (7-8 novembre) consacré aux régionales.
    "Il s'agit pour nous de former des majorités de gauche et de participer aux exécutifs régionaux", poursuit-elle. "L'expérience montre que ce n'est pas la politique de la chaise vide qui fait avancer les choses", assure Mme Buffet.
    Une nouvelle réunion "unitaire" sur les régionales entre NPA, PCF, Parti de Gauche et autres formations de la gauche radicale se tient mardi, mais les perspectives d'un accord semblent de plus en plus hypothétiques.
    Le Front de gauche (PCF-Parti de gauche-Gauche unitaire) propose aux autres formations de la gauche radicale, dont le NPA, des listes de premier tour "différentes de celles présentées par le PS et Europe-Ecologie".
    Ces listes "s'engageront sans ambiguïté" au deuxième tour "en fusionnant avec les autres listes de gauche et écologique", à l'exclusion du MoDem, pour participer aux exécutifs régionaux.
    Le NPA, qui refuse tout accord de gestion avec le PS, doit se prononcer dimanche sur cette proposition lors de son Conseil national.

  48. 48
    Anny Paule dit:

    Juste pour voir si ça marche!
     
    A méditer:
    "Le peuple voudrait en finir, or il n'y a pas de fin. Qui dit révolution dit progrès et par là-même conservation. Il n'y a qu'une seule révolution. La révolution d'il y a 18 siècles s'appelait "Evangile" : 'égalité de tous les hommes devant dieu. L'autre s'appelait "Lumières" : égalité de tous les hommes devant la Raison. Une troisième révolution fut politique et s'appela "Contrat social" : égalité de tous devant la loi. La justice a sonné sa quatrième heure : égalité de tous devant la fortune.
    La révolution devait fonder la société, elle n'a songé qu'au gouvernement."
    Pierre Joseph Proudhon, "De la justice dans la révolution", 1858.
    Cent cinquante et un ans après, nous en sommes toujours au même point! Il faut se bouger pour faire bouger les choses!

  49. 49
    Anny Paule dit:

    Je crois que ça ne marche pas... Hepl!

  50. 50
    clarazed dit:

    Puisqu'on est dans la technique, une question : Jennifer écrit qu'on peut barrer, souligner, surligner et mentionne une "barre". Elle est où cette barre ? et comment fait-on pour écrire en gras etc... Je précise : j'ai un Mac.
    Merci à celles/ceux qui me répondront !

Pages : [1] 2 3 4 »

Blog basé sur Wordpress © 2009/2013 INFO Service - V4
Générateur de miniatures