28juil 09

Nouvelle édition relue et augmentée le 31 juillet d'un paragraphe concernant une brève du Canard Enchainé.

Un voyage imprévu me tient pour six heures au total dans le train, aller et retour. Entre les deux je serai au cimetière. La mort en effet ne prend pas de vacances. Je note seulement qu’elle semble plus distraite aux beaux jours, si bien qu’elle semble faucher davantage à l’aveuglette. Et cette fois ci je crois qu’elle s’est encore plus lamentablement trompée d’adresse qu’a bien des occasions auparavant.

Alors, un enchainement d’idées sombres me fait voir toute chose par le bout où elles se délitent et se dispersent. Les paradoxes de la mort vont leur chemin. Je vérifie que l’absence définitive commence par une présence, en souvenir, plus brulante que toute réalité. A sa façon la mémoire est plus forte que la mort. Le train a démarré à six heures dix sept depuis Aix en Provence. C’est l’heure où « blanchit la campagne ». La splendeur du jour effacera les lambeaux de nuit qui me colle à l’esprit, c’est certain. A présent ce sont les merveilles de la Provence qui passent à la fenêtre. J’ai feuilleté la presse tout à l’heure, pour la première fois depuis plusieurs jours. Tout est métaphore des abimes de perplexité où cette mort soudaine m’a précipité. Je vais donc parler des corps souffrant notoires. Le président de la République, le Parti Socialiste.

 RECONFORTS OSTENTATOIRES

Un accident de santé du président de la République, bénin disent les médecins, occupe l’espace médiatique. C’est bien normal. Le souffrant tombe de bien plus haut que de sa taille. Dans un autre contexte, je n’aurai rien à en dire sinon pour exprimer les sentiments d’humanité en usage pour la circonstance. A ce propos, je note perfidement que l’expression publique de tels sentiments en modifie cependant la signification. Un mot de réconfort s’adresse à celui qui est en état de le recevoir comme tel. Si mon pire ennemi me souhaitait publiquement bonne santé, il est peu probable que j’apprécie vraiment. Je le soupçonnerais même de se procurer à peu de frais de la bonne image sur mon dos. Si je voyais la chose autrement, alors, c’est que celui-là ne serait pas vraiment mon pire ennemi. Je dis tout cela en général et de façon abstraite, car je ne me connais pas un tel ennemi. Cependant pour prolonger ce raisonnement je me dis : la seule élégance que j’attendrais de lui finalement c’est qu’il veuille bien se faire discret et attendre mon rétablissement pour reprendre le combat. Cela signifie qu’un mot de réconfort sincère tient compte des conditions dans lesquelles celui à qui il est destiné va le recevoir. Non ?  Voici ma conclusion acide. Rendre publique une telle démarche me semble davantage destiné à sa propre valorisation qu’au réconfort de l’autre. Après cela, j'ai encore autre chose à dire.

NEVROSE DE TRANSPARENCE

C’est d’ailleurs à quoi je voulais venir en abordant ce sujet. En effet, ici et là, on lit et on entend d’aucuns, et non des moindres, réclamer « davantage de transparence » à propos de la santé du Président de la République. Le malaise selon le journalissime « Le Monde » serait surtout celui que nous ressentirions à ne pas savoir au juste de quoi a vraiment souffert le Président. Evidemment ce serait là une de ces manifestations de « l’exception française » qu’abomine par-dessus tout l’organe central de référence. Cette histoire de transparence est évidemment un refrain bien partagé du monde médiatique. La transparence serait le vestibule de la vérité. On passerait de l’une à l’autre sans en être odieusement empêchés, comme ce serait le cas aujourd’hui, par le fait que les informations sont données par d’autres que les professionnels de l’information éthique, indépendante et vérifiée  que l’on connait. Je ne m’étends pas sur le corporatisme en béton armé qui, dans ces conditions, soutient la revendication de transparence ainsi formulée. Dès lors, pour moi,  l’exigence de transparence n’est que l’avant poste d’une autre revendication. Car, bien sur, aucune information "officielle" ne serait jamais admise comme telle par les professionnels de l’information. Il leur faudrait encore « vérifier » comme chacun sait qu’ils le font en permanence avec soin et scrupule. Revendiquer la transparence, c'est en fait revendiquer un pouvoir inquisitorial sur les personnes faute d'en avoir sur la politique qu'elles mettent en oeuvre. De notre côté, nous, les humbles récipiendaires de l’information « vraie » ainsi établie, que pourrions-nous apprendre de cette façon qui implique notre devoir de citoyen ? En fait rien. Absolument rien. Quoiqu’on nous en dise nous ne serions en état de rien faire. Heureusement. On imagine ce que donnerait une évaluation des capacités d’agir du chef de l’état à partir d’une investigation médiatique de cette sorte ? Quel formidable pouvoir arbitraire! Pensons-y au cas particulier qui revient sans cesse sur le tapis : le cancer de François Mitterrand. Détecté dès le mois de juin 1981, parait-il, selon les déclarations du médecin déchu qui eu à en connaitre. Comme cette information aurait été précieuse en plein débat sur les nationalisations ! Un bon débat sur la prostate du président et, par extension, sur son aptitude à gouverner aurait donné un relief tellement saillant aux questions posées ! J’imagine quels changements formidable cela aurait apporté aux manifestations de droite où l’on entendait crier « Allende on t’a eu, Mitterrand on t’aura ! » Sans compter qu’on aurait pu harceler le récalcitrant à longueur d’année, à chaque crise, à chaque débat tendu. « L’indemnisation des nationalisées ? La prostate, vous dis-je ! » « L’école privée ? La prostate bien sur ! » La prostate on le sait est suffisamment bien placée dans le corps d'un homme pour ajouter une part d'humiliation supplémentaire à la comédie dégradante qui se serait orchestrée. Qu’on se souvienne de ce qui se publia, articles et croquis à l’appui, quand le président subit une intervention chirurgicale à cet endroit en 1992. Un paroxysme de transparence et de réalisme ou le bon gout céda bien sur le pas, contraint et forcé, au « devoir d’information et de transparence ». Pour quel résultat ? Aucun. Heureusement! Sinon la pudeur du malade offensée et celle de ceux qui l’aimait blessée. Caricature ? Bien sur. Un peu. Juste ce qu’il faut pour faire réfléchir à propos des pseudo-évidences de notre temps. La transparence sur la santé des responsables politique est le nom du pouvoir qui serait donné à ceux qui s’en feraient les vigiles. C’est aussi le nom de la déshumanisation de la personne politique transformée en « chose publique », en deçà de toute dignité humaine, au-delà de toute raison politique. On veut une preuve de plus? Que l’on se reporte à ce que dirent en leur temps les hautes autorités médiatiques de notre pays après l’accident cardiaque dont souffrit Jean-Pierre Chevènement. Au mieux nous étions invités à préparer nos formules de condoléances. Au pire à compatir à son état définitivement légumineux. Ce que je dis se vérifie à la lecture des archives de l’époque. Pour finir, le légume revint à son poste exigeant de ministre de l’intérieur et le cher défunt trouva assez d’énergie pour mener rondement une élection présidentielle. Les fossoyeurs ne furent pas les payeurs. Evidemment. On attend toujours l’auto critique. En réalité, la transparence est un prétexte dans la lutte que se mène les pouvoirs dans les sociétés de notre époque. Bien sur, la transparence a bonne côte dans le public. C’est une demande porteuse. Toutefois, sans être un as de la psychologie, chacun sait qu’en grattant un tout petit peu, on ne trouvera en faveur de cette transparence que des motivations discutables. Beaucoup de voyeurisme surtout. On l’avait deviné. Mais ne perdons pas de vue l’épaisse couche d’auto suffisance qui s’y ajoute. Il repose sur les certitudes empiriques qui ont la faveur de ce temps. « On verra et alors on saura », rien que d’avoir vu ! Le monde est devenu le royaume des saint Thomas. Je crois seulement si je vois ! Et son inverse : si je vois seulement alors je crois. Mais comment m’assurer de ce que je vois ? Comment confier à mes sens le soin de reconnaitre la vérité ? Ce problème philosophique qui occupe vingt ou vingt cinq siècles de discussions, a fondé la démarche des Lumières, et nous a enjoint l’exigence d’une méthode pour penser, dont les instruments sont sans cesse remis en cause par les avancées de la science et l’accumulation individuelle d’expériences. Euréka, tout ce fatras préhistorique est réglé depuis peu, définitivement. Grace à la « transparence », mère de toute vérité. En fait, si l’on y regarde bien, la transparence est une obsession de névrosé. Aucun être ne se construit en transparence avec les autres. C’est impossible sinon au prix d’un refoulement qui mènerait la conscience tout droit au colla pse ! La part d’ombre, la pudeur, l’existence d’une intimité incompressible, la distance et le quant à soi, la pratique de l’oubli, sont radicalement indissociable de la plénitude de l’état de conscience. Ainsi cette histoire de transparence est une fumisterie à toutes les échelles auxquelles on peut prétendre qu’elle s’applique. Rien ne nous dispensera de devoir penser avec méthode. Jamais la politique d’un homme ne sera résumée par l’état des ses organes. Jamais n’existe un angle sous lequel la réalité se donne à voir toute nue et parlant d’elle-même sans qu’une interprétation n’interfère.

EVIDENCES ET ECHELLES

Cela est vraie des affaires humaines comme de la plus évidente réalité matérielle. Tout est affaire d’échelle à laquelle on observe. Et l’échelle dépend de l’objectif poursuivi. Il n’existe aucun niveau de réalité qu’il suffise de regarder pour comprendre ce qu’il est. Par exemple on connait cette question simple: quelle est longueur de la côte provençale ? Réponse ? « Ca dépend ». Pourtant on pourrait dire que cela va de soi et qu’il suffit de mesurer. Mais mesurer comment ? Si l’on fait le tour de chaque caillou, le résultat ne sera pas le même que si on fait le tour de chaque rocher et ce sera encore différent si on ne fait le tour de rien. Vu ? Cet exemple extrême n’intervient que pour montrer l’étendue du problème que les rustres prétendent régler avec leurs pseudos évidences comme celle que serait la transparence comme observatoire de la vérité. « Mais, protesterait un sophiste du genre de François Hollande, tu préfèrerais l’opacité ? ». On se doute de la réponse contenue dans la question. « Non, bien sur ». « Donc, tu es toi aussi pour la transparence ! » triompherait aussitôt l’acrobate des mots. « Oui, rétorquerai-je penaud. » Puis je refermerai le piège de mon apparente acceptation : « Mais pour voir quoi, en « toute transparence ? ». » « Voir si le chef de l’Etat est en mesure d’accomplir sa fonction » tenterait le joueur de bonneteau sémantique. Vaste question. Ce que signifie exactement l’aptitude d’un homme de pouvoir à exercer ce dernier dans des conditions raisonnables est une question extrêmement délicate à trancher. Disons même que c’est l’objet du débat démocratique. Mais passons sur ce détail et restons-en à l’apparente évidence de la question. Supposons donc que le chef de l’Etat soit absolument incapable de remplir son mandat, pense-t-on que les médecins parviendraient à le cacher ? Combien de temps ? Et pourquoi diable la ribambelle de prétendants qui tournent en soupirant d’impatience autour du tombeau vide en attendant qu’il se remplisse, tairaient-ils une telle information ? Encore n’ai-je pas supposé un instant que qui que ce soit ai assez de conscience civique pour donner l’alerte. Car tout le monde sait bien que l’honnêteté et le sens des responsabilités n’existe ni en politique, ni en médecine, ni nulle part en général hors des précieuses altitudes où règnent les pontifes intraitables de la transparence. Voila pour la controverse quant au fond des arguments implicites qui semble donner à l’exigence de « transparence » sa force d’évidence. Usurpée. Finissons par la part d’humanité que cette prétendue méthode de poursuite de la vérité nie chez celui qui en fait les frais.

NICOLAS SARKOZY EST-IL UN ETRE HUMAIN ?

Si l’étalage public des observations des médecins et le droit d’investigations qui serait reconnu aux enquêteurs médiatiques s’appliquaient alors même qu’ils ne servent à rien, il ne faut pas en conclure que ce serait en quelque sorte sans conséquence. Je n’en retiens qu’une ici. Le droit d’une personne au secret médical. Ce secret serait aboli dans ce cas. Le droit qu’en a Nicolas Sarkozy n’existerait plus. Pourquoi ? Quel est cet espace nouveau ainsi créé ou un droit universel cesserait de s’appliquer ne fut-ce qu’à une personne ? Comment une conscience de gauche peut-elle admettre un tel régime d’exception alors que le principe fondamental de gauche est que les droits légaux sont universels ? Devrions-nous être d’accord avec cette singularité au motif qu’elle s’applique à notre principal adversaire politique ? Que resterait-t-il de nous après cela ? Si Nicolas Sarkozy est un être humain, alors il doit bénéficier de la reconnaissance des mêmes droits que nous réclamons pour nous-mêmes. En dérogeant à ce principe nous concéderions davantage que ce qu’il nous prendrait de lui-même du fait de son orientation politique. Puisque Nicolas Sarkozy est un être humain et qu’il est assez conscient pour sortir dans la rue la main dans la main avec son épouse, la seule chose que nous puissions faire est d’en tirer des leçons pour nous-mêmes. Elles pourraient utilement l’inspirer lui aussi. Disons-nous qu’il n’est pas raisonnable de courir sous le soleil de midi à cinquante quatre ans. Et même si l’on plus jeune, ce n’est pas raisonnable non plus. Et même, juste pour faire du badminton au camping, ou du volley sur la plage. A supposer que faire du sport sans y être obligé soit raisonnable.

DU DANGER DE LA JOIE A PROPOS DU MALHEUR DES AUTRES

Fouiner dans les draps des malades, même bénins n’est donc pas raisonnable. Ce qui n’est pas raisonnable non plus c’est d’enterrer les vivants. Bonjour la saoûlante chronique mortuaire permanente qui entoure à présent le PS. Là encore soyons méthodique. Le diagnostic de « coma dépassé », de « mort clinique » prononcé par tant de caciques socialiste ne doit rien à la science et tout à la politique active. Ils ne déplorent pas, ils souhaitent. Ceux qui tapent sont ceux qui veulent la fin du PS par d’autres moyens, plus radicaux, plus définitif que ceux utilisés jusque là. Mais sur le fond, concernant l’orientation proposée ou plus exactement « suggérée » qu’est-il dit ? Rien d’autre que ce qui est engagé partout en Europe et qui conduit à la liquidation de la gauche. Tout est pervers dans ce jeu d’ombres. Je ne pointe ici qu’une question qui me préoccupe. Rien de tout cela, je veux dire le sabordage du PS ne correspond à l’intérêt de la gauche à cette heure. Le projet qui nous a animés en créant le Parti de Gauche, quelle que soit la profondeur des divergences avec le PS des oui-ouistes, n’a jamais été sa pulvérisation. Là où elle se produit, quand elle se produit, elle ne libère aucune force active pour la gauche. Le socle social bobocrate de l’actuelle nomenclature socialiste et de son électorat reste très éloigné des questions sociales qui sont l’enjeu du moment politique. Son adhésion aux thèmes de l’écologie politique reste elle aussi très formelle et ne dépasse pas le stade de l’anxiété de posture et de la dénonciation verbale. L’égoïsme et la tartuferie de ces milieux ne sont contrebattu d’aucune manière par un contre modèle politique de gauche. Nous n’y sommes pas audibles. Le décervelage est très avancé. Et quand la banquise des habitudes du vote socialiste se dissous dans la mer de l’abstention et de la mode électorale ce n’est pas au profit de la gauche de transformation sociale. Ce constat n’est pas à reprocher aux socialistes. La cause est entendue avec eux. Ils en sont absolument et durablement incapables. Tout ce que nous pouvons attendre d’eux c’est qu’ils gèlent le plus longtemps possible cet électorat. Sans l’entrainer plus à droite qu’il n’y est déjà disposé. Jusqu'à quand ? La gauche de ce parti a cessé d’exister de manière autonome. Elle n'est plus politiquement détectable. Pratiquement, humainement et idéologiquement. Elle n’est pas une rescousse envisageable. Il est donc de notre intérêt bien compris que tout ce bric a brac nommé PS tienne, fusse par la peinture des murs. Jusqu'à ce que nous soyons capables de faire passer la relève aux catégories sociales qui sont intéressées au changement profond que le moment réclame et que nous visons. Cela signifie que le principal problème à gauche ce n’est pas le PS, aujourd’hui. Encore une fois, la cause est entendue à son sujet. Le principal problème c’est nous. Nous, l’autre gauche. Comment construirons nous une force d’entrainement majoritaire ? Je ne parle pas seulement du système d’alliance qui en est la condition nécessaire. Je parle des mots d’ordre, des projets, des objectifs que nous pouvons faire partager par une majorité de citoyens qui aillent voter et se mobilisent encore ensuite pour les faire aboutir.  Mon intention est de dire que le rabâchage anti socialiste et la fameuse « schaden freunde », « joie à propos du malheur des autres » ne constitue pas une politique alternative à gauche. Attention à ne pas hurler avec les loups ! L’anti socialisme ne mène nulle part. La concurrence avec le PS n’est pas une fin en soi. Le recul du PS n’est pas un objectif à soi seul. Tout ceci est dit pour que nous acceptions enfin de prendre notre place et de nous hisser à la hauteur des taches à accomplir. Bien sur, tout cela, dit en pleine vacances et à la sortie d’un cimetière, ne doit pas nous conduire à faire du sport pour oublier nos misères. Surtout sous le soleil de midi. Quand il y en a.

LE CANARD RECOPIE DES BETISES

Un commentaire à la suite de ce post m'a mis en alerte. "Le canard enchainé", nous débine. Horreur! Je ne l'avais pas encore acheté cette semaine! Je n'y manque pourtant jamais.La lecture du Canard Enchainé est un rite hebdomadaire qui maintient en forme. Elle entretient le bon gaulois qui dort (à peine) en chacun de nous, gaulois d’origine ou pas, c’est à dire ce mélange d’irrévérence, de pied de nez aux importants, de flingage tous azimut, et ainsi de suite, qui rendent ce pays fondamentalement ingouvernable autrement que par obstination.  Personnellement, je lis « le Canard » depuis que je sais lire, ou presque. J’ai senti comme un grand honneur de passer du statut de rieur à celui de sujet de rigolades et brocarderies. Je n’ai pas été méprisé. La seule critique d’un de mes livres jamais parue dans ces colonnes solennelles fut un essorage à sec, les caricatures m’ont toujours donné soit la joue bouffie soit le profil filiforme à mesure de mes abus et régimes. Je ne me plains pas. La gloire d’être fracassé par  « Le  Canard » me suffit. D’autres paieraient pour que « le Canard » les assassine. Mais il faut bien dire aussi que ça donne parfois les abeilles. La perfection m’est suspecte. Je trouve qu’elle sent le Tartuffe. Cette fois ci, je me pourlèche. Enfin la boulette ! La vraie. « Le canard », mon volatile préféré, le Zorro palmipède, l’insolent qui ne mord qu’à coup sur avec toujours une vacherie d’avance sous le pied, « Le Canard » en personne, est pris en flagrant délit de « Libération ». Hé ! Hé ! Libération : recopiage d’un argumentaire socialiste de droite en fiel concentré, abus biaisé de citation, citation de citation non vérifiée, mauvaise foi ostentatoire : la totale. Au cas précis il s’agit de la position qui m’est attribué à propos de l’élection municipale partielle d’Aix en Provence. N’importe quel lecteur peut s’y reporter puisqu’elle est toujours sur ce blog. Voici pourtant comment « Le Canard » en rend compte. Lisez attentivement. Vous pourrez faire la comparaison. Insigne privilège ! Car ceux qui liront « le Canard » et le croiront comme je le fais moi pour à peu près tout ce que j’y lis, y compris les vacheries à mon sujet, ceux là seront seulement trompés. Citation donc : « Jean-Luc Mélenchon est content de ne pas avoir donné de consigne de vote pour la municipale d’Aix en Provence (le nouvel obs 22/7). Motif : il ne voulait pas qu’une alliance des forces de gauche soit ensuite « cent fois citée comme jurisprudence partout ailleurs en soutien à d’autres combines aussi calamiteuses » L’union de la gauche se porte de mieux en mieux ! ». Je ne vais pas reprendre point par point ce tissu d’affirmations stupides. Je ne vais même pas rigoler de lire que « le Canard » fait une brève à partir d’une brève du Nouvel Observateur et de plus  sans aller vérifier la source. Pourtant, journalistiquement ça ne le fait pas beaucoup. Sans compter qu’on ne lit pas « Le Canard » pour y lire des ressucées du Nouvel Obs ! Celui qui va à Munich, vaut mieux qu’il aime la bière ! Celui qui lit le Nouvel Observateur ou Libération sait ce qu’il achète. Il est donc normal qu’il l’y trouve. La deuxième gauche moisie est en vente libre. A ce propos je recommande le papier hilarant du « Monde Diplomatique » intitulé « dix jours en mer avec trois astres de la pensée française » où l’on reçoit des nouvelles fraiches d’un grand délabré, l’indépassable Jacques Julliard, le petit Brejnev de la modernité social démocrate (je sais que cette blague n’est pleinement accessible qu’au personne de l’âge de Julliard). Bon. Donc passe que ce genre de journal, affublé de tels éditorialistes publient des sornettes rassurantes pour le boboland. Mais le « Canard » ! « Le canard », nooooon ! Pas « le canard », aussi ! N’empêche: il faut rectifier. Je vais donc juste ironiser sur le ton ordinaire du « Canard » lui-même. Donc, pour « Le Canard Enchainé », une alliance au premier tour du PS avec un olibrius dont la liste aux municipales de 2001 était intitulée « que la droite se lève » c’est l’union de la gauche ? Et l’alliance de ces deux là au deuxième tour avec un autre comique qui se déclare lui-même « co-fondateur de l’UMP » ? C’est l’union de la gauche ? Et quand j’approuve mes camarades de ne pas céder au grossier chantage pour les obliger à cautionner cette mascarade, je mets à mal « l’union de la gauche » ? C’est Jean Noël Guérini qui écrit les brèves à propos de Paca dans « le Canard » ? Ou seulement un de ses amis ? Jean-Noel a décidément le bras de plus en plus long.


436 commentaires à “De la transparence en matière de santé du président et autres fadaises”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »

  1. 1
    Alexandria dit:

    Beau(x) texte(s), réfléchis, et donnant à réfléchir... Merci, cher député. Surtout pour cette réflexion sur le lieu où se situe le problème à gauche. Pas la mort du PS (même si la méchante chronique de Stéphane Guillon ma fait hurler de rire quand je l'ai entendue...), pas la mort du PS, non, mais notre NAISSANCE. Elle n'est pas achevée...
    Bon courage et merci de tout ce que vous êtes et faites.

  2. 2
    Jean-Paul dit:

    He bien, Monsieur Mélanchon, je vous tire mon chapeau.
    Je suis fier d'être votre compatriote.
    Le niveau de votre réflexion me semble bien au-dessu de la moyenne de vos collègues...
    Déslé pour votre peine, et je vous souhaite un été serein.
    Cordialement

  3. 3
    Jean-Jacques Angot dit:

    Bonnes vacances Jean-Luc, merci pour tes réflexions qui nous extirpent un peu du quotidien engluant et de tout le concert médiatique qui l'entoure.

    A ton bon conseil "ne pas faire du sport pour oublier nos misères", je me permets d'en rajouter un autre : si les "vacances" nous laissent du temps, profitons-en pour ouvrir de bons livres !... et le plus utile pour nous autre qui voulons rien moins que "changer le monde", c'est ben celui d'André Tosel (Un monde en abîme/ édition Kimé), mais quand on a légitimement la flemmes Vasquez Montalban et son héros Pépé Carvalho peut nous régaler.

    Fraternité à tous les lecteurs de ce blog.

    Jean-Jacques

  4. 4
    Hervé dit:

    Je sais, le lien qui suit n'a strictement rien à faire sur le blog du camarade Mélenchon.
    Ce n'est pas de la politique, ni de l'actualité, pourtant je ne peux m'empêcher de vous le faire partager.
    http://www.youtube.com/watch?v=u7deClndzQw

  5. 5
    abel dit:

    C'est quoi ce délire ! qui peut m'expliquer ?
    J'ai peur d'avoir trop compris !

  6. 6
    garnier gerard dit:

    Merci pour ton message et passe de bonnes vacances car la rentrée va..etre dure ! A plus gg

  7. 7
    jennifer dit:

    Merci pour cette réfléxion, Jean Luc. J'aime beaucoup la question "Sarkozy est-il un être humain?" Et il me semble qu'en effet, il a décidé de ne plus être un individu. Il est complètement au service de sa cause, le capital, et prêt à toutes les prostitutions pour cela.
    Malheureusement pour nous, il ne réagit pas comme un individu. Il ne se vexe pas assez, parce qu'il aurait de quoi mourir de honte s'il s'attardait un peu sur son ridicule et sur la haine, et le rejet qu'il suscite.
    Il est un peu comme ces personnes des téléréalités qui exposent leur vie. Il s'est fait "objet" du public et sa vie privée, il s'en fiche de l'étaler... Et nous perso, on s'en fiche comme de l'an 40 de sa vie privée. Elle ne nous intéresse pas pour un clou, vu qu'il est tellement minable, ce qui l'intéresse c'est d'avoir une femme belle et plein de fric, c'est-à-dire d'en fiche plein la vue à tous. Compenser par des "instruments" ce qui lui manque certainement intérieurement. Sans le pouvoir qui est aussi son dada, tout cela s'effondrerait immédiatement.

  8. 8
    jennifer dit:

    Chavez a décidé de geler toutes les relations avec la Colombie et de rappeler son ambassadeur.

  9. 9
    jennifer dit:

    Les USA ont enfin de décider de refuser des visas diplomatiques pour les putschistes. Zelaya salue cette décision. Déja 4 ou 5 golpistes se sont vus supprimés leurs visas diplomatiques, mais cela ne veut pas dire qu'ils n'auront pas le droit d'obtenir des visas normaux. A suivre...

  10. 10
    Nipontchik dit:

    Avant de revenir sur la pulvérisation du PS, je tiens à dire que je suis épouvanté par le manque de charité à l'égard du pdt de la république française.
    Visiblement ses amis/ennemis ont touché ses points faibles. Pensez donc, à quelques jours d'intervalle, d'abord S.Baron Cohen qui déclare que Sarko, quand il aura testé, préferera Brüno à Bruni

    et ensuite ceci:

    http://www.leparisien.fr/abo-politique/villepin-le-grand-emprunt-peut-etre-un-piege-26-07-2009-590680.php?xtor=EREC-109

    Il ya de quoi être terrassé, non? Et le manque de solidarité de la classe politique est surprenant.

  11. 11
    toto dit:

    Merci jennifer,

    Jusqu'à la lecture de votre post (5) je ne parvenais pas à synthétiser ma pensée à propos de l'ectoplasme qui a pour nom Sarkozy.
    Donc je fais miennes ces deux phrases:
    "Et il me semble qu’en effet, il a décidé de ne plus être un individu. Il est complètement au service de sa cause, le capital, et prêt à toutes les prostitutions pour cela."

    Cet invertébré a en effet une capacité de nuisance incommensurable.

  12. 12
    JANBA dit:

    ouahhh jennifer tu es super dure,mais réaliste

  13. 13
    Frederic Mauri dit:

    Afin de mieux lire l'article je fais en général un copié-collé sur une page Word. Par amusement j'ai voulu activer le correcteur de fautes d'ortographe. Et voilà que le premier mot que le correcteur me propose de corriger c'est "Sarkozy". Word ne connaissant pas ce mot il me propose en remplacement:
    "Sarcoîde". le Larousse me donne cette définition: "Se dit d'une petite tumeur cutanée, en générale multiple, ressemblant au sarcome, mais de nature bégnine."
    Il est vrai que quand j'entend son nom j'ai des irritations cutanées.

  14. 14
    toto dit:

    Frédéric Mauri,

    Extrait de votre post: " Word ne connaissant pas ce mot il me propose en remplacement: “Sarcoîde”. le Larousse me donne cette définition: “Se dit d’une petite tumeur cutanée, en générale multiple, ressemblant au sarcome, mais de nature bénigne.”

    Cependant dans ce cas précis il conviendrait de remplacer "bénigne par
    "maligne"

    Peut-être pourrions-nous faire un jeu concours de définitions!

  15. 15
    luc cuvier dit:

    Secret médical ?

    " Le droit d’une personne au secret médical." ?
    Jean-Luc Mélenchon délire de nouveau: voilà qui bafoue tout ce que les présidents sont
    et font !
    Sarko est président -soulignez, svp: donc, il n'a rien à voir avec un être humain: atterris, stp, Mélenchon... et comme tel: il doit partager -comme le font tous ceux qui ont cette fonction - tout ce qui est d'intérêt public; et sa santé en fait partie; à tel point qu'il a été remplacé qqs heures.
    je ne comprends pas le baratin !

    Luc Cuvier

    * oh, et "il a un sens de l'humour" - dixit JLM
    on est qqs uns à penser qu'il peut crever; point à la ligne;

  16. 16
    carlo dit:

    Le buz autour de la santé du PR met une nouvelle fois en évidence les défauts de la personnalisation du pouvoir. La volonté générale ne pouvant coïncider avec une volonté particulière, le pouvoir politique doit s'exercer collectivement. Voilà une préoccupation qui devrait au coeur du projet politique de la gauche.

  17. 17
    BA dit:

    Chaîne Histoire, sondages, sale été pour Buisson !

    Patrick Buisson aurait dû travailler dans l’armée. Il a parfaitement intégré le principe traditionnel de la Grande Muette : « Circulez, il n’y a rien à voir. »

    L’impétrant perçoit-il un budget qui lui permet d’acheter, d’influencer et de faire publier des sondages favorables au pouvoir Sarkozyste, comme Marianne l’a démontré la semaine dernière ? Patrick Buisson a été, dix jours durant, aux abonnés absents. Pas un mot, pas une ligne de défense, pas une explication.

    Le même Patrick Buisson se fait-il épingler par le quotidien Le Monde pour avoir aidé Christine Albanel en échange de budgets de sponsoring du Ministère de la Culture sur la Chaîne Histoire ? Patrick Buisson refuse de répondre aux convocations du « Tribunal médiatique » ? Ben voyons !

    Le silence, reconnaissons-le, s’impose si l’on entre dans le détail des faits. Donc notre scénette comporte deux acteurs principaux. Soit un ministre en disgrâce depuis son arrivée au gouvernement, et qui a raté sa campagne pour l’adoption de la loi Hadopi. Soit un conseiller officieux du président qui, dit-on à la Cour, est dans les petits papiers de Sa Majesté. Soit un remaniement qui se profile. Soit une chaîne de télévision, Histoire, dont le parrainage est l’une des ressources. Le conseiller officieux prend officieusement contact avec la Ministre. Il partage avec elle son souci du Patrimoine. Il connaît ses difficultés. Il la comprend, il peut l’aider. Mais elle aussi peut l’aider. Comment ? C’est simple ! En confiant à la Chaîne Histoire quelques budgets publics – trois au total pour une valeur de 270 000 euros. Ca se passe comme ça chez Sarkoland.

    La Rue de Valois, siège de la Culture, avait donc lancé un appel d’offre pour « valoriser » l’action du Ministère en faveur du Patrimoine. Ca tombe bien, Patrick Buisson, directeur général de la Chaîne dirigée par Laurent Solly (tiens, un ancien conseiller de Sarko !) a l’intention de consacrer une émission au patrimoine. Le premier marché, accordé en un temps record, porte sur 120 000 euros. Les deux autres s’élèvent à 150 000 euros au total.

    Contrairement à ce que nous a déclaré Franck Louvrier, le communicant de l’Elysée qui ne parvient décidément pas à passer un été tranquille, ces deux marchés ont été accordés sans aucun appel d’offre.

    L’affaire n’est pas seulement symptomatique du mépris total dans lequel les oligarques Sarkozystes tiennent les lois de la République et le Code des marchés publics qui régit les relations entre l’Etat et les sociétés privées. Elle est aussi très révélatrice du fonctionnement de la Cour Sarkozyste.

    Comme sous l’Ancien régime, un proche de Sa Majesté peut monnayer son influence ou plutôt l’influence qu’on lui prête – et qu’il ne rend pas toujours, la preuve par Albanel. Henri Guaino a-t-il la cote ? C'est vers lui que convergent des demandes de «piston» ou de faveurs.

    Comme le raconte Maurice Szafran dans le dernier numéro de Marianne, il fut un temps où nombre de requêtes passaient par Rachida Dati (« Toi seule peut le convaincre! Il n'écoute que toi »)

    Claude Guéant tient la corde ? Sa salle d'attente téléphonique ne désemplit plus. Ce n'est plus le soft power, mais le loft power.

    http://www.marianne2.fr/Chaine-Histoire,-sondages,-sale-ete-pour-Buisson!_a181642.html

  18. 18
    vital.georges dit:

    Comme toujours vos commentaires sont rafraichissants.
    Vous avez droit à de bonnes vacances.
    Toute fois une campagne d’enfumage sur la taxe carbone est mise en œuvre
    J’aurais aimé avoir votre avis sur ce point.
    En tout cas voici le mien !

    Il y a plus de 20ans Rocard inventait La "CSG" Prélèvement sur tous les revenus, annoncée comme provisoire, pour faire baisser le déficit de la sécu. Le fameux trou.
    La CSG est toujours là. Le trou aussi.

    La" Contribution Energie Climat" nom qu'il donne à la taxe carbone doit modifier le comportement des français.
    C'est en quelque sorte un impôt pédagogique!
    Plus la taxe va appauvrir les ménages, plus les ménages vont devenir écolos...c'est le raisonnement de Rocard, de Borloo...mais visiblement c'est aussi le vôtre

    Or, taxer le carbone, c'est du même ressort que mettre un masque contre la grippe porcine pour se protéger du cancer.
    La taxe durera...les émissions de carbone aussi.

    Car l'essentiel est oublié!

    Nous vivons, jusqu’au cauchemar, un temps où le capital, « gestionnaire autoproclamé de la planète, donne libre cours à sa loi constitutive : la subordination sans frein des sujets humains à sa Majesté le taux de profit ». (1)

    Partout les méthodes de management des grands groupes financiers corrodent les âmes comme les corps : « l’obésité déferle chez les mal-payés de la terre en même temps que la faim tenaille près d’un milliard d’humain » (2)

    Partout la violence et la répression sont devenues les moyens de régulation de ce système.

    Des vies entières sont brisées, broyées, par le stress, le chômage, la désocialisation, les délocalisations, les fins de mois impossibles

    « La dictature du fric est en train d’asphyxier l’humanité »(3)

    Nous savons aussi que cette dictature n’est pas sans liens avec la montée de tous les intégrismes religieux, et tous les extrémismes dont le terreau principal est la misère humaine.

    La planète ne se réchauffe pas que du seul point de vue climatique !

    Les crises, les révoltes violentes se multiplient partout.

    Reconnaître que la mondialisation, l’empire du marché et de la finance est « porteuse de la violence comme la nuée est porteuse de l’orage » n’a rien à voir avec une théorie du complot planétaire: c’est tout simplement une réalité.

    Violence faite aux hommes et femmes de ce monde, violence faites aux peuples, mais aussi violence faite à la planète.

    Car si l’homme est bien la première victime de ce système, la planète en est la seconde. Elle aussi est saccagée par la loi du profit sans rivage.

    La cause écologique est heureusement entrée en action.

    Mais l’homme et la planète, ces deux causes, sont intimement connexes.

    « Rendre la vie invivable appelle autant à s’insurger que rendre la planète inhabitable »(4).

    Pourtant ces deux causes connaissent une insupportable inégalité dans le traitement médiatique et politique.

    Le film « Home » financé par le groupe PPR (Pinault, Printemps, La Redoute) a eu droit à une diffusion mondiale gratuite mais à grand frais publicitaires, alors que des films tels que le documentaire accablant de Paul Moreira « mourir au travail » n’ont droit qu’à une diffusion confidentielle.

    Pourquoi ?

    Sarkozy peut dire que « Home » est son film préféré.

    Alain jupé peut écrire un livre « fondateur » dans lequel il jure qu’il ne mangera plus de cerise en hiver.

    Les classes dominantes ont toujours su protéger et leurs intérêts financiers et leur environnement.

    Il suffit de comparer les quartiers ouest de Paris à ceux de l’est. Les riches n’ont jamais vécus dans les endroits les plus pollués. Ils avaient, ils ont, depuis longtemps, les moyens de choisir leur environnement, de vivre dans la verdure de manger bio et diététique et surtout d’avoir une empreinte écologique très forte. Dans ces milieux, on n’hésite pas à prendre l’avion pour une soirée mondaine à Dubail ou à Monaco, ni à acheter une maison au coup écologique pharaonique sur l’ile artificielle « the Pearl » au Qatar.

    Les classes sociales ne sont pas toutes à égalités devant le désastre écologique.

    Mais quand les saccages écologiques atteignent de façon globale l’air qu’on respire tous, que pointent des bouleversements climatiques majeurs qui nous menacent tous, alors tout ce beau monde trouve comme par miracle des accents pathétiques pour nous dire de mettre la main au porte-monnaie pour une taxe carbone qui les pénalise d’autan moins qu’ils ont placé leurs capitaux « aux paradis ».

    Pour obtenir le consentement il faut créer la confusion.

    Le présentateur vedette du JT qui gagne des fortunes, et fréquente ce beau monde, qui chaque jour, en toute liberté, argumente avec zèle pour défendre les régressions sociales, la fatalité des bas salaires, les délocalisations justifiés par une concurrence d’origine divine, n’a pas besoin de consigne pour mettre à l’honneur les vedettes consensuelles du discours écologique. C’est naturellement qu’il fait ses choix, seuls ceux qui évitent de prendre position clairement contre la logique du taux de profit auront suffisamment accès à l’antenne, seuls les habilités ceux qui manipulent des concepts assez flous, comme la technoscience, les modèles de développement productivistes, la spirale des excès, le tout marché, le laisser faire du libéralisme ect…seront reconnus comme gourou de l’écologie moderne. Pour être un parleur écouté et reconnu, Comme le triste Michel Rocard, il ne faut ne jamais prononcer cette horreur ringarde : « taux de profit », ne jamais mettre en cause les institutions de domination du capitalisme mondial, le FMI, l’OMC, le traité de Lisbonne en démontrant leur collusion, sous peine de mise hors jeu. Flous, restez flous, soyez un bon confusionniste, demandez à taxer le carbone y compris sur l’électricité qui n’en produit pas, ce qui revient à taxer l’énergie et non pas le carbone ; et vous serez alors le chouchou des médias. Votre discours dénonciateur peut même avoir le goût d’une certaine radicalité, vous pouvez sans trop de dégâts dénoncer un système qui broie les individus, annoncer l’imminence de la catastrophe, si comme Euro écologie vous ne dénoncez pas le traité de Lisbonne, si vous ne dénoncez pas le grand marché transatlantique qui se prépare, alors vous êtes au moins en partie récupérable par le capital pollueur car vous le laisser agir sans entrave suivant ses règles, il peut même trouver là une opportunité pour faire de nouvelles affaires, vendre des ampoules basse consommation, organiser un marché européen industriel et juteux de production d’éolienne, de panneaux solaires, et promouvoir une croissance verte, un capitalisme vert etc. en s’appuyant sur les traités internationaux, européens et mondiaux qui livrent les biens communs de l’humanité aux intérêts du privé.

    Ces traités, ces organismes ont été faits pour éloigner les peuples de la compréhension des enjeux et donc de leur possibilité d’intervention, ce sont de véritables prisons institutionnelles qui mettent les peuples hors course.

    Comment s’étonner alors du taux d’abstention record ?

    En revanche si vous mettez au centre de votre discours la vie des gens, vous n’êtes pas récupérable par les véritables pollueurs, car vous mettez alors en accusation directe la gestion par le profit privé. « Aucune échappatoire n’est alors possible : entre l’intérêt des hommes et la rentabilité des actions, il faut choisir. Cette cause là conduit droit à la revendication cardinale de changer la vie, ce qui ne peut se faire sans pour de bon transformer la société » (4).C’est pourquoi le véritable combat transformateur est là :

    On ne sauvera pas la planète terre sans d’abord sauver » la planète homme ».

    On ne sauvera pas la "planète homme" sans renverser la dictature invisible du « taux de profit ».

    La bataille est immense, et rien nous assure qu'elle sera gagnée.

    Mais c'est elle qu'il faut mener!

    (1)(2)(3)(4) Lucien Sève: « l’homme ? » p 560…561 (édition la dispute)

  19. 19
    Georges dit:

    Les Voies du Seigneur sont impénétrables, un peu de plus la République la VIe cette fois se voyait gérée pendant 60 jours par le Président du Sénat en attendant l'Election de notre Nouveau Président mais rien n'a été ; c'est que sortant de mon rêve par les paroles de France-inter de mon poste automatique qui me sort du sommeil chaque matin. Dans mon rêve du à la chaleur étoufante d'été j'avais déjà fait des projets en voie de réalisation, deux immenses mains tendues l'une vers l'autre l'une à Marseille, l'autre à Béjaia (Bougie) afin de celler définitivement la Décolonisation, ce qui allait de paire avec le réajustemeny des Pensions de Anciens combattants Victimes de la Mère Patrie.
    L'utilisation des 646 euros d'achat de roses rouges, dépense quotidienne du couple hébergé à la Lanterne, avait trouvé son utilisation par un euro par jour on peut sauver un enfant de la faim, alors 646 euros !....., surtout qu'on ne me dise pas que je n'aime pas les fleurs et de plus les roses rouges, j'en ai diffusé en Avril et Mai 81 des milliers........

    Je ne suis pas tenu au respect profond, ma lutte des Classes passe par un combat de tous les jours pour les DDH, la Paix et l'Amour de l'Humanité, si le président de la République doit pertir prématurément, que Gloire soit donnée au prochain Président ce qui m'amène à souhaiter à
    Jean Luc Mélenchon de très bonnes vacances d'été et au notres tout autant
    RG

  20. 20
    BA dit:

    Comment faire baisser les chiffres du chômage pour le mois de juin 2009 ?

    Réponse : regardez bien les chiffres de la page 10 :

    http://www.travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-avec_RSA_version_finale.pdf

    - « Entrées en stage » : + 5,8 % sur un mois !
    - « Arrêts de recherche (maternité, maladie, retraite) » : + 3,7 % sur un mois.
    - « Dispenses de recherches d’emploi (DRE) » : + 23,3 % sur un mois !
    - « Cessations d’inscription pour défaut d’actualisation » : + 19,3 % sur un mois !
    - « Radiations administratives » : + 1,4 % sur un mois.
    - « Autres cas » : + 3,3 % sur un mois.

    Conclusion : en France, le chômage explose. Pour camoufler cette explosion du chômage, le gouvernement multiplie les « Sorties de Pôle Emploi (catégories A, B, C) ».

    C’est une manipulation scandaleuse.

  21. 21
    LM59 dit:

    Bonjour à tous,
    Aujourd'hui encore, le Canard Enchaîné travestit les propos de Jean-Luc Mélenchon à propos de la municipale d'Aix-en-Provence, en le repeignant en adversaire de l'Union de la gauche. Il faut lire cet entrefilet, qui cite le Nouvel Obs du 22 juillet, dans les "minimares" de la p. 2 pour le croire. A croire que l'auteur ignore la situation locale, très bien décrite dans le précédent post de Jean-Luc Mélenchon, ou qu'il est structurellement sourd à nos arguments...
    Et ce n'est pas le premier écrit perfide ou carrément mensonger de ce type dans le Canard dès que Jean-Luc Mélenchon est cité (sans parler de la thèse de Chavez antisémite reprise complaisamment à l'unisson de Libé il y a quelques années).
    Décidemment le volatile tourne bien mal...
    Amitiés de gauche

  22. 22
    toto dit:

    Du syndrome de Sarkozy au sarcome de Kaposi

    Sourde Wikipedia:
    Le sarcome de Kaposi est lié à l'infection par l'herpèsvirus humain HHV8. Ce virus qui existe sous forme endémique en Afrique se développe particulièrement chez les individus co-infectés par le VIH et l'HHV8. L'épidémie de sida a donc provoqué une explosion du nombre de cas de sarcomes de Kaposi.

    Conclusion: le syndrome de Sarkozy est le versant en politique du sarcome de Karposi. Pas plus ragoutants l'un que l'autre. La preuve en images:

    http://kamizole.blog.lemonde.fr/files/2009/06/sarko-pabo.1245982047.jpg

  23. 23
    maxou dit:

    Bonnes vacances Monsieur le Député,

    Suite de l'affaire Martinez, (si je me souvient à l'époque j'en avait parlé et quelqu'un m'avait demandé de donner suite si j'avais des nouvelles informations sur ce dossier ?) Donc voici les dernières nouvelles !

    Enquête. Le directeur démissionnaire du CHU de Caen et ex-directeur du Groupe hospitalier du Havre a été révoqué par le ministre de la Santé hier.
    Des frais qui font tousser...
    Joël Martinez, 60 ans, convoqué lundi devant la commission administrative paritaire nationale, a été révoqué par la ministre de la santé Roselyne Bachelot. D'ores et déjà, l'intéressé a fait savoir, via un communiqué de presse, qu'il « formera bien évidemment un recours contre toute sanction prononcée ».
    En cause : les travaux de rénovation et d'embellissement de son logement de fonction à Caen ainsi que des maisons attribuées aux autres directeurs de l'établissement. La note est plus que salée :
    816 000 € de travaux pour un pavillon de 278 m2 où il s'agissait de refaire le logement et d'installer une véranda de 32 m2.

    Un hôpital déjà très déficitaire
    Dan son communiqué, Joël Martinez souligne que l'information judiciaire en cours aurait démontré qu'il n'y avait pas d'enrichissement personnel et que les travaux réellement effectués n'ont effectivement qu'une valeur de 385 000 €. Le reste ? « 228 000 euros correspondent à des opérations de surfacturation des entreprises intervenues sur le chantier et 160 000 euros seraient de fausses factures ». Et de mettre en cause un « système » qui aurait existé bien avant sa venue à Caen.
    L'affaire a éclaté en mars avec la publication du « livre noir des hôpitaux », qui révélait les dépenses somptuaires liées aux logements des directeurs de cet établissement (pour près de 2 millions d'euros). Joël Martinez a alors préféré démissionner. Une enquête administrative et une information judiciaire ont alors été ouvertes. L'affaire a fait d'autant plus de bruit que le CHU de Caen affichait en 2008 un déficit de près de 10 millions d'euros.
    L'ancien directeur du Groupe hospitalier du Havre a été mis en examen début juillet pour
    « favoritisme » et « abus de confiance ». L'autorité disciplinaire des directeurs d'hôpital s'est pronocée lundi pour sa révocation, après avoir écarté sa demande de suspendre la procédure. La CGT, qui évoquait le choc et l'écœurement des salariés en apprenant les montants des travaux en cause, soulignait aussi que pendant le passage de Joël Martinez au CHU de Caen « un grand nombre de services ont été restructurés, mis en place avec un certain mépris des personnels, que des services sont passés au privé (stérilisation, nettoyage, etc,) et que le plan de retour à l'équilibre financier prévoit la suppression de 283 postes ». Décidément le CHU de Caen n'est pas sorti de la tourmente, d'autant que d'énormes frais sont prévus pour son désamiantage.

  24. 24
    Yves Le Henaff dit:

    " En effet, ici et là, on lit et on entend d’aucuns, et non des moindres, réclamer « davantage de transparence » à propos de la santé du Président de la République."

    La réponse a été donnée par Sarko lui-même:

    " Si je suis élu, je m'engage à publier un bulletin de santé dès mon entrée en fonction, au moins deux fois par an ensuite, et plus si l'évolution de mon état de santé devait le justifier".

    Nicolas Sarkozy, mai 2007.

    et pour une discussion plus sérieuse du sujet: in l'Express

    Chaque personne peut décider de ce qu'elle veut ou non révéler de son état de santé. Le président de la République et les membres du gouvernement ont droit -comme tout le monde- au secret médical. Les éventuels communiqués publiés ne révèlent que ce que le président et son entourage veulent bien dévoiler.

    En cas d'empêchement du chef de l'Etat (hospitalisation ou maladie grave), l'article 7 de la Constitution prévoit qu'il revient au chef du gouvernement de saisir le Conseil constitutionnel pour déclencher l'intérim et éventuellement une nouvelle élection présidentielle. Mais le Premier ministre est rarement en mesure de prendre une telle décision, autant pour des raisons humaines que politiques.

    - Georges Pompidou n'a jamais révélé la gravité de sa maladie, un cancer du sang appelé "maladie de Waldenstrom". Il est mort le 2 avril 1974 sans rien avoir dévoilé.

    - Valéry Giscard d'Estaing n'a jamais communiqué de bulletin de santé alors qu'il s'y était engagé.

    - Le 10 mai 1981 François Mitterrand, tout juste élu, prend l'engagement public de ne rien cacher sur son état de santé. Il apprend cinq mois plus tard son cancer de la prostate et publie pendant une dizaine d'années des bulletins de santé mensongers. Voir La santé des grands, l'analyse d'André Comte-Sponville dans L'Express en janvier 1996, au moment du décès de François Mitterrand

  25. 25
    Hold-up dit:

    @ vital.georges

    Merci pour votre message. Étayé, clair et bien envoyé.

  26. 26
    maxou dit:

    @Jennifer, je vient de retrouver, c'est vous Jennifer qui m'avait demandé de rendre compte des que j'aurais des suites à donner sur l'affaire Joël Martinez ?
    Post 23 à 13 : 46
    Donc voilà

  27. 27
    cathare dit:

    Bravo J L et bonnes vacances.
    Je suis de ceux qui suivent avec passion et admiration votre blog.
    J'espére que nous allons vous retrouver en pleine forme a la rentrée !

  28. 28
    gardez le moral dit:

    @ 13

    Quand on en a sa dose de Sarkozy,il y a aussi la sarcoïdose, nettement
    plus grave, sans compter le "sarcopte" vecteur de la gale!
    Bonnes vacances à tous.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sarcoïdose

  29. 29
    Hold-up dit:

    @ vital georges

    Avez-vous lu l'article de Mona Chollet dans le Monde diplomatique du mois d'aout 2009 sur la propagande qui vante - pendant que les richissimes continuent de vivre au dessus de NOS moyens -........la frugalité !...?

    Il s'intitule : "Yoga du rire et colliers de nouilles : quand la presse vante la frugalité ".... très bon article.
    il faut le lire comme il faut lire un autre article hallucinant et jubilatoire écrit par Sébastien Fontenelle qui raconte la croisière en paquebot organisé par plusieurs magazines en méditerranée, où des conférences - appelons-ça plutôt PROPAGANDE tant elles ont l'air pitoyables d'indigence, sont délivrées aux clients convaincus et embarqués.

    Mais qui sont donc les pieds -nickelés conférenciers qui exaltent le monde de l'entreprise conquérante (sans en voir toutes les conséquences " collatérales "), chient sur les professeurs et les syndicats, insultent les musulmans par auto-proclamation occidentalo-centrisme le plus pitoyable et abjecte, vante comme des poules serviles les gloires du capitalisme criminel triomphant ?

    Les pieds nickelés sont : Jacques Julliard, Luc Ferry, Pascal Bruckner !
    Les trois inénarrables comiques du CAC 40.
    Nos trois idéologues " BUSHISTES " (ils avaient tous les trois en leur temps soutenu l'entreprise idéologique et militariste de G.W Bush) continuent à s'auto-féliciter en groupe consanguin sur des paquebots affrétés pour clients auto-convaincus.
    La haine de classe qui ressort de leurs conversations (voir article) est véritablement répugnant. Personne bien sûr, ne sera venu donné la contradiction à ces beaux causeurs qui préfèrent comme tout bon propagandiste, ne jamais donner la réplique à d'autres ni permettre la pluralité des avis et des vues sur le monde et la réalité. Ils se sont entendu parler avec grand plaisir et auto-congratulation. Alain Badiou et Jacques Rancière sont ignoblement cloués aux piloris par Luc Ferry pour fédérer les troupes. On sourit devant l'indigence de la pensée de l'ancien ministre de l'Education Nationale face aux deux crucifiés, honnis par la meute bling-bling du paquebot propagandiste.

    A lire : " Dix jours en mer avec trois astres de la pensée française " de Sébastien Fontenelle (excellent) - Tout ces articles sont à lire dans le monde diplomatique de ce mois. Ne pas hésiter à soutenir ce journal. Il nous est capital !

  30. 30
    Guy QUEYTAN dit:

    Bonjour Jean-Luc

    Manifestement, ton lieu de villégiature actuel est source de brillantes inspirations, l'amateur de belles littératures que je suis ne peut qu'apprécier.
    Au delà des mauvaises surprises que parfois nous réserve la vie, je te souhaite la poursuite d'un agréable séjour dans ce joli coin de Provence que je connais bien.
    Fraternellement

  31. 31
    Un membre du PCF dit:

    Je comprend que vous voulez aller vite vu l'urgence de la réaction. Mais un révolutionnaire est ambitieux et surtout patient surtout avec cette bourgeoisie en état de guerre permanente. La rentrée sera combative.

    Notre idéologie matérialiste et néo-marxiste avance (Paul Boccara, marxiste français avait suggéré aux chinois un monnaie mondiale en 2006 et cela est repris en 2010 par le gouvernement chinois). Soyons patient et reposons nous avant de nous battre devant cette rentrée terrible.

    Le congrès de la CGT en décembre est un élément déterminant. Le syndicalisme doit maintenant mouiller la chemise dans la politique.

    Cher camarade, nous aurons besoin de toi pour battre Sarkozy en 2012. Repose toi bien et à bientôt à la fête de l'humanité à la Courneuve.

    Un camarade du PCF

  32. 32
    maxou dit:

    « "Le combat des mêmes contre les mêmes",
    globalement, ça veut dire
    que c'est le combat des classes exploitées
    contre les classes dominantes. »
    Armand Nicolas

  33. 33
    maxou dit:

    La saignée des effectifs s'accélère
    La Poste n'emploie plus que 272 000 postiers et compte remplacer seulement un départ en retraite sur cinq.
    La préparation de la privatisation à La Poste s'est accompagnée ces dernières années d'une baisse brutale des effectifs de postiers. La direction n'impose pas de plans de licenciements, mais procède par non-remplacement des nombreux départs en retraite, tout en restructurant l'entreprise pour que le travail soit fait par moins de personnel. Après 10 000 suppressions d'emplois en 2007, le dernier bilan social de l'entreprise fait état de 7 000 suppressions pour 2008, pour aboutir au 31 décembre dernier à un effectif de 272 000 postiers. Compte tenu des temps partiels et contrats précaires, ce chiffre correspond à 257 000 « équivalents agent année » comprenant 151 700 fonctionnaires
    (58 %), 8 600 CDD (3,3 %) et 97 100 CDI (37 %).
    Mais en 2009, la saignée risque de s'accélérer, puisque la direction de La Poste vise désormais le remplacement de seulement un départ en retraite sur cinq, contre un sur deux ou un sur trois ces dernières années. En parallèle, le management se durcit. En 2008, le nombre de licenciements de postiers contractuels pour faute ou inaptitude s'est élevé à 1 474 cas contre 981 deux ans pus tôt. Signe d'une ambiance dégradée, les démissions sont passées de 1265 en 2006 à 2168 en 2008.
    F. D.

  34. 34
    Hold-up dit:

    Le site en question est farouchement pro-productiviste et anti-Ecologie. Nous avons eu déjà maintes fois à en parler sur ce blog. Par pitié n'y revenons pas.
    Car en ce qui concerne les coulisses de l'économie capitaliste Etats-uniennes, il est tout de même fort intéressant d'y aller parfois jeter un coup d'oeil. Ses promoteurs Rooseveltien d'idéologie et contre le capitalisme oligarchique de la City et de Wall Street, dénoncent le gouvernement des USA.
    Nous avions beaucoup critiqué ce site et à juste titre pour ses complaisances envers le coup d'Etat au Honduras ou disons son peu de réaction. Si je ne résiste pas à vous en parler à nouveau, c'est que de nouvelles informations filtrent sur la crise mondiale. Elles sont celles-ci :

    " Désintégration financière à l’automne, action dès maintenant " :

    "entre les 12 et 15 octobre, c’est-à-dire la fin de l’année fiscale américaine, les Etats-Unis et la plupart des pays vont entrer dans un processus de désintégration accélérée. »

    « A moins de lancer une mise en banqueroute organisée du système financier, d’ici à la fin de l’automne nous aurons une situation économique mondiale chaotique. Il faut absolument mettre le système en redressement, en commençant par annuler les plans de renflouement. Nous devons faire en sorte que ce soit les Etats souverains qui reprennent les commandes de l’économie.

    « Le système arrive à échéance entre les 12 et 15 octobre, à moins que des changements imprévisibles aient lieu d’ici-là. Lorsque l’année fiscale américaine arrivera à son terme, on verra clairement que nous sommes lancés dans un effondrement mondial. »

    Faites vous une idée par vous -même :

    http://www.solidariteetprogres.org/article5642.html

  35. 35
    Nipontchik dit:

    1 critique marxiste de la décroissance:

    http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/la-revue-lutte-de-classe/article/la-decroissance-un-point-de-vue

  36. 36
    jennifer dit:

    Maxou
    Oui c'est moi et je vous en remercie beaucoup...

  37. 37
    jennifer dit:

    Je n'ai pas le courage de lire le long article de LO mis par Nipontchik sur la décroissance et je ne sais pas si ce que tu dis Hold up sur le débat déjà eu sur ce blog qu'il ne faudrait pas avoir concerne la décroissance, mais moi j'en ai très peu débattu et je trouve cette idée de décroissance complètement incongrue quand il y a des gens qui meurent de faim.
    Pour moi l'écologie ce n'est pas d'arrêter de produire car il y a partout des gens qui n'ont pas l'électricité, de machine à laver, de voiture, de frigo et que cela changerait grandement leur vie de les avoir. L'écologie va avec la croissance. Il suffit de planifier des méthodes de production écolo et cela coûte fort cher et demande justement un grand niveau de croissance. Pour lutter contre la pollution, les produits nocifs à la santé, il faut justement beaucoup de fric. L'écologie pour moi n'est pas le retour à l'âge de pierre et faire son linge à la main avec du bon savon de marseille bien sain.

  38. 38
    jennifer dit:

    Hôpital : la lutte a payé !
    Nous avons appris que la réunion exécutive de l’ARH réunie le 30 juin a prolongé la durée des autorisations de fonctionnement de la maternité de Die jusqu’au 1 août 2011. A cette date arrive à échéance l’ensemble des autorisations de fonctionnement de gynéco-obstétrique de la région Rhône Alpes.
    Cette avancée importante est à mettre au compte des nombreuses actions et manifestations qui se sont déroulées depuis un an, de la population avec son collectif de défense et des élus du Diois.
    Ce résultat implique le maintien et le renforcement de la chirurgie d’urgence avec le recrutement d’un chirurgien polyvalent et d’un radiologue, ainsi que des moyens en personnel, en matériel, en locaux et financiers pour l’ensemble des services de l’hôpital. C’est à ce prix que le scénario proposé par les partenaires diois pourra être viable et mis en place.
    Collectif de défense de l’hôpital de Die
    http://www.collectifhopitaldie.org

    La maternité de Die reste ouverte

    Hôpital de Die (26) - © france3 RAA

    Menacée de fermeture, la maternité a reçu l'autorisation d'exercer jusqu'au 1er août 2011.

    Le maire de Die a confirmé que l'Agence Régionale d'Hospitalisation a prolongé l'autorisation d'exercer l'activité de soins de gynécologique obstétrique de la maternité de Die jusqu'en 2011... Une bonne nouvelle pour les collectifs d'habitants et d'élus du secteur, très mobilisés depuis l'annonce de sa fermeture.

    Cela faisait plus d'un an que élus et habitants de Die défendaient leur maternité. Avec 150 accouchements pas an, le fonctionnement de la structure était compromis. Les futures mamans auraient du se rendre à Valence pour mettre au monde leurs enfants. C'est la situation géographique isolée de la ville qui a été notamment prise en compte par l'Agence Régionale d'Hospitalisation. En effet, Die et Valence sont séparées de plus de 60 km.

    En 2011, toutes les autorisations des maternités de Rhône-Alpes seront remises à plat. Cette autorisation constitue une feuille de route. Deux années de travail et de remise à plat du projet d'élaboration d'une maison de santé pluridisciplinaire attendent le maire de Die, Georges Berginiat, et le collectif de défense de l'hôpital.

    http://www.france3.fr/common/playerVideo.php

    *************************************************************************
    Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité
    Site : http://www.coordination-nationale.org

  39. 39
    Nipontchik dit:

    pourquoi les politiques keynésiennes de La Rouche ou de Sarkozy-Guaino ne peuvent conduire qu'à de nouvelles crises (et pas parce qu'elles sont "productivistes"):

    "Published in 1969, Paul Mattick’s book Marx and Keynes, which carries the more indicative subtitle, The Limits of the Mixed Economy, accepts the common revisionist/reformist/liberal view that for a certain historic period Keynesianism produced “prosperity”:
    “Government induced production may even bolster the rate of economic growth. Conditions of ‘prosperity’ more impressive than those brought forth under laissez-faire conditions may arise.... At any rate, recent economic history has demonstrated the possibility of a ‘prosperous’ development of a mixed economy.”
    However, Mattick at least makes a serious attempt to develop the internal contradictions of Keynesian economic policy and holds that increased government expenditure must eventually destroy capitalist stability:
    “Once non-profit production becomes an institutionalized part of the economy, a vicious circle begins to operate. Government production is begun because private capital accumulation is diminishing. Using this method diminishes private capital accumulation even more; so non-profit production is increased.... The limits of private capital production are thus, finally, the limits of government induced production.”
    The most orthodox of the various revisionist theoreticians of postwar capitalism (e.g., Mandel, Paul Sweezy, Michael Kidron), Mattick is the most grudging in giving ground before the claims of Keynesianism. In contrast to Mandel and Sweezy, Mattick’s work has the virtue of recognizing that expanded government expenditure drives down the rate of profit on private capital and therefore inhibits productive investment. However, Mattick would have been more consistent with Marxist economics if instead of treating government expenditure as a non-profit component of surplus value he treated it as a subtraction from the gross value of output, in the form of constant capital expended and replaced.
    Mattick’s work is a partially correct explanation of why those capitalist countries bearing a heavy burden of government expenditure (the U.S., Great Britain) have grown much slower than those economies with a relatively limited state sector (Japan, France). Yet his theory cannot explain the onset of a major world depression, nor does Mattick project such a development. The logic of his theoretical model is for progressive stagnation, not a general world slump.
    According to Mattick’s model, a sharp fall in private investment such as occurred in 1974 should have been preceded and caused by a sharp rise in the share of government expenditure. But this did not at all happen during the 1972-73 boom. The share of government outlays in the advanced capitalist countries remained virtually unchanged during that period, as can be seen from the following figures:"

    http://www.icl-fi.org/english/wv/932/keynes.html

  40. 40
    BA dit:

    Et si Sarkozy mourait...

    Un peu plus de deux ans de pouvoir exercé de façon frénétique et voilà que son corps rappelle Sarkozy à l'ordre. Lessivé, notre président jogger s'est écroulé et un petit frisson a parcouru l'échine de certains... Et si Sarkozy mourait ? Là, ce serait un gros malaise...

    Heureusement, Gérard Larcher veille. Le président du Sénat, un quintal et demi à la pesée, ne risque pas de mourir en faisant un footing. Mais si Sarkozy casse sa pipe, c'est lui qui assurera l'intérim. Comme le regretté Alain Poher en 1974, entre Pompidou et Giscard. Sarkozy froid, la Vème République, même avec une constitution liftée, a tout prévu.

    On peut parier que dimanche, certains ont dû mouiller leur liquette quand ils ont appris que le patron tirait la langue. L'hyperprésident en hypoglycémie ? Pire un malaise "lipothymique d'effort" nous a-t-on expliqué tandis que le brave Frédéric Lefebvre, visiblement éloigné du discours officiel en attendant d'être recasé au gouvernement, parlait lui d'une "alerte cardiaque". Il ne manque plus grand chose pour que notre Président se retrouve six pieds sous terre... Et si cela devait se produire ? Qu'adviendrait-il ? Outre le fait d'être représentés par Gérard Larcher, il faudrait supporter les larmes de Carla Bruni. Et va que j'accompagne "chouchou" avec une p'tite chanson... L'horreur.

    A droite, il faudrait songer à la succession. Si l'UMP est aux ordres devant la statue du commandeur Sarko, celui-ci enterré, pas sûr que le parti majoritaire parvienne à cultiver sa belle unanimité. Les légitimistes pousseraient sans doute François Fillon à sauter le pas. Le Premier ministre dont la moitié des Français n'a jamais entendu le son de la voix se déclarerait sans doute comme le plus naturel continuateur des réformes Sarkozystes. La rigueur budgétaire en plus ?

    Mais il serait pas un peu mou le Sarthois ? Les UMPistes se retrouveraient-ils soudés derrière l'homme de l'ombre ? Rien n'est moins sûr. Surtout que Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur et ami de trente ans du boss pourrait peut-être revendiquer une part d'héritage. Au ministère de l'Immigration, c'est quand même lui qui a fait tout le sale boulot... Enfin s'il faut parler d'héritage, qui mieux que Junior pourrait incarner le Sarkozysme. Le petit Jean, pas encore 23 ans, mais coaché par les Balkany, les Thénardier de Levallois, ce serait pas mal pour poursuivre la dynastie.

    Trop jeune le blondinet ! Alors que Jean-François Copé est dans les starting-blocks, chaud comme la braise, prêt à bondir. Bon, c'est vrai qu'il s'était positionné pour 2017 mais franchement il a pas déjà la carrure Jeff ? Plus coulant qu'un bon Brie de Meaux, il a clairement toutes les qualités requises, coiffure comprise, pour déménager à l'Elysée.

    Bon OK, c'est bien joli mais à droite y'a pas que l'UMP. Si Sarkozy disparaissait du paysage, Le Pen, le vieux, le vrai, ne manquerait pas de se lancer dans une dernière chevauchée. La Marine attendra bien encore un peu. Le vieux d'abord ! Mais à l'extrême droite, faudra sûrement compter aussi avec la Boutin. Tout juste virée du gouvernement, la dame Christine l'a encore en travers de la gorge. Et c'est plus dur à avaler qu'une hostie. Elle n'a plus rien à perdre qu'elle a dit. Vaille que vaille, avec Benoît XVI et l'Opus Dei dans son comité de soutien, y'a des parts de marché à prendre !

    Bon mais y'a la gauche quand même non ? L'opposition, ça existe encore ? Et comment ! François Bayrou est là, dans sa parure orange et la goutte au nez prêt à reprendre en main son destin après une méchante sortie de route. Un Bayrou qui retrouverait sur sa route son vieux pote Cohn-Bendit. L'écolo-libéral, fort de sa performance européenne serait sans aucun doute poussé par ses petits camarades. "Non je veux pas y aller -Mais si Dany, pour le bien de la France -Bon d'accord, mais c'est la dernière fois... ". Avec au passage, comme il en a pris l'habitude, un bon gros bras d'honneur au PS.

    Le PS justement, parlons-en. Qui pour se lancer dans la bataille ? Vu l'état du parti, serait-il raisonnable ou suicidaire d'y aller ? Un grand parti d'opposition, même moribond, ne pourrait évidemment pas se permettre de zapper une élection présidentielle. Mais le risque, c'est l'humiliation, le râteau, la tôle... Une telle circonstance serait pourtant l'occasion de se ressaisir, de retrouver l'unité perdue autour d'un vrai leader... Un doux rêve. Quel leader ? Sûr que Ségolène sortirait sans aucun doute de sa discrète retraite pour retrouver l'élan brisé de 2007. Mais Manuel Valls, qui s'imagine un destin élyséen, ne laisserait sans doute pas passer l'occasion. Ce qui ne manquerait pas de faire sortir Martine Aubry de ses gonds et d'y aller elle aussi. Plus on est de fous... D'autant qu'il faudrait évidemment composer avec Mélenchon et Besancenot.

    Autant dire que ce serait un véritable carnage électoral pour le PS. Du coup, on préfèrerait ne pas assister à pareille débâcle et on comprend mieux pourquoi tous les socialistes, bien conscients de leurs lacunes, se sont empressés de souhaiter un prompt rétablissement à Sarko... La preuve qu'il leur reste un peu de lucidité.

    http://www.lejdd.fr/cmc/blogs/200931/et-si-sarkozy-mourait_234301.html

  41. 41
    jennifer dit:

    Sauf, Nippontchik, que Sarkozy n'a même pas tenté de politique keynésienne

  42. 42
    jennifer dit:

    Après Die, Lisieux, c'est au tour de Ruffec de nous montrer la voie de la résistance et du succès !
    Même s'il était limité et temporaire, un succès reste une vraie aubaine en ces temps difficiles !
    Bravo aux ami(e)s de Ruffec
    Toute notre amitié solidaire
    Pour le CA de la Coordination - Michel

    *******************************************

    Communiqué de l'Association Soutiens en Urgence à la vie de l'Hopital Bassin de RUFFEC
    BP 19 16700 RUFFEC
    Contact :

    TOUCHE PAS A MON HOSTO – HOPITAL de RUFFEC

    Le 28 juillet, suite à la plaidoirie du 27 juillet, le tribunal administratif de POITIERS a annulé l’arrêté de l’Agence régionale d’hospitalisation visant à transformer le service de chirurgie 24h/24 et 7j/7 de l’hôpital de RUFFEC en un service de chirurgie programmée ; ce que l’ensemble des usagers, personnels et médecins de l’hôpital refusent !
    - Reconnaissant la place du service de chirurgie de l’hôpital de RUFFEC dans la chaîne de soins d’urgence…
    - Reconnaissant la qualité du service et son utilité inscrite au SROS
    - Reconnaissant que les conditions de sécurité, de qualification, d’horaires de travail et d’astreinte des personnels étaient conformes à la législation en vigueur …
    Mme Le juge du tribunal a donné raison aux habitants, personnels et médecins unis.

    Ce n’est pas la victoire finale. Nul doute que l’ ARH appliquant une politique de seule rentabilité de la santé au service des cliniques privées va attaquer à nouveau sous une autre forme !
    Notre réponse commence dès aujourd’hui :
    - utiliser tous les services de l’hôpital pour ce qui est « faisable à RUFFEC »
    - développer tous les services existants.
    - créer de nouvelles consultations externes : les besoins sont nombreux !
    - installer un scanner et ouvrir le service de radiologie numérisé aux consultations externes.
    Tout ne sera jamais faisable à RUFFEC mais notre hôpital doit répondre aux besoins des habitants de son secteur (60 000 h) et ne doit pas être réduit à un service de transfert des malades vers ANGOULEME ou POITIERS (services déjà surchargés). Cela dépend aussi de vous, de nous. Pensons à cette solution et exigeons la de nos soignants et politiques.

  43. 43
    curtillat dit:

    Bonnes vacances Monsieur le député! Sûr que vous allez nous manquer ;vous me faîtes d'ailleurs penser dans votre blog à un certain F Mitterrand dans son bloc-notes de l'hebdo " L'Unité " lors des années de la conquète du pouvoir.Même alacrité intellectuelle, belle culture politique,solidité de l'argumentation..Si on y ajoute vos qualités de débatteur et de tribun qu'on commence à découvrir dans le débat public m'est avis que la question non négligeable du leadership (voir le PS ) dans l'autre gauche ne vous posera pas de gros problème même si j'entends bien que nous ne posons pas cette question comme on la pose partout ailleurs...Je regrette que sur ce blog on n'ait donné que peu d'echo à la démarche de M Billard et de P Aries C'est l'occasion de lire le dernier numéro du "Sarkophage "dirigé justement par Aries.La necessité de bâtir un Parti de Gauche et Ecologiste s'impose plus que jamais.

  44. 44
    jennifer dit:

    Désolée c'est en anglais et je suis trop fatiguée pour traduire. C'est sur le Honduras et on peut voir au moins les photos de ce qui se passe à la frontière avec le Nicaragua

    http://21stcenturysocialism.com/article/honduras_the_hooded_face_of_dictatorship_01870.html

  45. 45
    maxou dit:

    Éditorial
    Poste SA
    contre La Poste
    Par Jean-Paul Piérot
    Dernier Conseil des ministres avant que l'équipe gouvernementale ne s'égaye aux quatre points cardinaux. Dernier ordre du jour également qui nous projette déjà vers la rentrée sociale et doit éveiller la vigilance de tous ceux pour qui le service public demeure une valeur marquante du modèle social issu de la Libération.
    Certes, le citoyen qui s'efforce de se tenir au fait de l'actualité politique aura surtout entendu, au cours des quarante-huit heures viennent de s'écouler, la litanie des communiqués de l'Élysée sur un malaise présidentiel en plein jogging et les déclarations triomphantes de Roselyne Bachelot sur le front de la guerre annoncée contre la grippe A. au passage, il est piquant de constater que rien n'est assez cher pour équiper 65 millions de Français de masques « altruistes », alors que durant des mois la ministre de la Santé n'a eu de cesse de culpabiliser malades et personnels hospitaliers, coupables de provoquer des dépenses trop onéreuses à la Sécurité sociale. Nous avons connu Roselyne Bachelot plus pingre qu'aujourd'hui lorsqu'elle défendait les franchises médicales qui frappent les malades, y compris ceux qui souffrent d'affections lourdes ou durables. Aujourd'hui, rien n'est trop cher pour servir la communication gouvernementale et faire passer sous silence la pandémie de mauvais coups concoctés à l'Élysée.

    Ainsi donc, ils veulent libéraliser La Poste. Le service public plébiscité par les Français, qui garantit l'égalité de tous en matière de distribution du courrier – au citadin d'une métropole comme au retraité d'un village de Lozère -, pourra devenir la proie d'investisseurs privés, lesquels ne manqueront pas d'occuper les créneaux les plus rentables. Le travail est largement entamé en conformité avec les directives européennes qui parachèvent la libéralisation complète du secteur postal, en ne laissant plus rien échapper à la sacro-sainte loi de la concurrence. Il n'est pas besoin d'être grand clerc, en dépit des dénégations hypocrite qui ne manqueront as de nous être opposées, pour prévoir la suite de l'histoire : derrière le changement de statut transformant l'entreprise en société anonyme, le gouvernement créé les conditions pour entrée des capitaux privés, y compris majoritaires. En la matière, d'autres exemples sont là pour le rappeler : le statut précède la propriété, et ont change le statut pour changer la propriété. Sinon, quel intérêt y aurait-il à procéder à cette opération ?

    On mesure à cette occasion quel sens il fallait donner aux propos du chef de l'État quand, devant le Congrès de Versailles, le 22 juin, il évoquait le modèle français.
    Certains observateurs avaient cru déceler une inflexion de la part d'un homme qui n'avait pas eu de mots assez durs contre ce modèle alors qu'il n'était encore que candidat à la présidence de la République. En réalité, la référence au modèle social ne visait qu'à relancer sa remise en question par les réformes qu'il entend « mener jusqu'au bout ». Et finalement, rien de substantiel ne distingue la politique actuellement conduite du cri du cœur lancé en 2007 par Denis Kesler, éminence du grand patronat qui écrivait dans un éditorial resté célèbre : « Il faut en finir avec 1945. »

    Une suggestion enfin. Pourquoi ne pas dépêcher une mission d'information en Suède, premier pays européen qui privatisa sa poste, à la fin des années 1990 ? Et dont les habitants se plaignent toujours des conséquences désastreuses. Les Français sont attachés à une poste de qualité. Ils ne comprennent pas au nom de quel progrès est évoqué déjà la distribution du courrier à J+2. Ils sont attachés au service public et à l'héritage de 1945. Cela devrait suffire pour constituer un large front pour sauver la poste publique.

  46. 46
    dudu87 dit:

    Bonsoir à vous

    Les Indiens contre le pillage des ressources
    Après une révolte –sanglante- des Indiens, le Pérou a abrogé en juin une série de lois permettant de favoriser l'exploitation du gaz et du pétrole en Amazonie. Le sociologue Yvon Le Bot, spécialiste de la question indienne en Amérique Latine, revient sur ces mouvements indiens qui se développement de plus en plus dans tout le continent pour lutter contre l'exploitation abusive des ressources naturelles de leurs terres.
    http://www.novethic.fr/novethic/planete/economie/matieres_premieres/amerique_latine_indiens_contre_pillage_ressources/121146.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo?wsletter=ok

    Je vous conseille aussi ce site, vous y verrez des photos d'une autre époque.
    http://www.survivalfrance.org
    Attention à l'équation: Progrès = Dépendance, lisez jusqu'au bout: 
    » Ce n'est pas que les Yanomoni ne veulent pas du progrès ou quelques choses que possèdent les Blancs. Ils veulent choisir et pouvoir refuser en toute liberté »

  47. 47
    Jicé dit:

    Taxe carbone ici; protection de la forêt amazonienne là-bas (initiative Yasuni, Equateur)

    Allez voir sur:
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/07/07/l-equateur-renonce-a-exploiter-le-petrole-du-yasuni_1216193_3244.html

  48. 48
    dudu87 dit:

    Je viens de lire l'article de L.O sur la Décroissance ou anti productivisme.
    Jennifer, tu as eu tord de lire en diagonale!
    @Curtillard parlait de P. Ariés qui, je pense, a rejoind le PG. L.O lui fait dire ceci:
    Si un certain nombre de décroissants prétendent n’avoir pas renoncé à l’action collective, ils n’en citent pas moins comme modèles des comportements qui rejettent celle-ci. Paul Ariès, par exemple, dit dans une interview qu’il est « un militant politique qui veut changer le monde ». Dont acte. Mais cela ne l’empêche pas, dans le journal qu’il dirige, de consacrer une pleine page à « Anne, psychologue », adepte de la simplicité volontaire, qui déclare : « On est plus heureux en possédant moins. Je ne crois plus à l’impact de notre action sur le plan planétaire. J’ai arrêté de croire que j’allais sauver le monde. On vit simplement, parce que ça nous fait du bien. »

    Comme vous pouvez le lire, les 8 millions de pauvres doivent être heureux!
    L.O n'est pas ma tasse de thé mais cet article est bien documenté et j'en fais une sauvegarde...

  49. 49
    dudu87 dit:

    Maxou, bonsoir,
    Je pense à toi!
    Message sans ambiguïté!

  50. 50
    micheljo dit:

    A tous ceux qui ont peur des maladies dont le nom contient le détestable "sarco" ou "sarko", je suis l'exemple (encore) vivant que ça se guérit.
    Alors que notre mini président se faisait élire triomphalement face à la madone du PS les médecins me trouvaient un sarcome sur un muscle de la jambe gauche.
    Ces éminents spécialistes, pas forcement d'accord entre eux m'administrèrent non pas des réformes de la retraite ou autre douloureuses sociales thérapies, mais un an de chimios qui s'avérèrent, comme les pilules amères de notre Sarcoléon, assez inefficaces et ont même faillies avoir ma peau
    La seule solution qui fit que je peux écrire ce post aujourd'hui, fut de m'enlever physiquement cette tumeur par une opération chirurgicale.
    Et chers amis, ça va mieux.
    On peut voir çà comme une parabole.
    On ne s'en sort que quand on enlève le sarco.

    Sinon, j'ai découvert le blog de jean-Luc Mélanchon sur le site de Marianne2, qui postait son papier sur son arrivée au parlement européen.
    Je connaissais sa verve à la télé, mais pas ses talents littéraires, et je guette mai,tenant les nouveaux articles de son Blog.
    Politiquement à gauche, mais sans encartement ni militantisme, je navigue entre le PS, les verts, et le NPA au gré des élections.
    Le discours du Parti de Gauche me semble actuellement synthétiser mes aspirations, il n'y a guère que l'alliance avec le PC qui me chagrine encore, souvenirs d'une époque ou je militais à la CFDT d'une très grande entreprise de Malakoff et où les camarades de la CGT prenait leurs ordres à la très stalinienne mairie de la ville.
    Bonne vacances

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive