23nov 08

Je devrais me réjouir des premiers pas remarquables accomplis depuis la création du Parti de gauche (PG), notamment ses 5000 déclarations de soutien et ses récentes adhésions de personnalités socialistes comme Franck Pupunat, Jacques Rigaudiat ou Jacques Généreux. Je veux avant tout saluer l’évènement que représente la création du front de gauche avec le Parti communiste en vue des prochaines élections européennes. Au cœur de l’obscurité que répand la déchéance morbide du Parti socialiste la lumière du renouveau de la gauche s’allume. Mais c’est encore la nuit. La semaine du parti socialiste a été profondément démoralisante pour les gens de gauche qui en retiennent la conclusion essentielle : Sarkozy a le champ libre. De ce champ de ruines on ne se relèvera pas en un jour. Mais rien ne sert de gémir et de se laisser abattre. Le calendrier nous ouvre une opportunité inespérée de rebond.

Tout le raisonnement qui nous avait conduits à décidé de quitter le PS dès le soir du vote, puis à créer aussitôt le Parti de Gauche (PG) s’est vérifié sous une forme bien plus caricaturale que tout ce que nous avions imaginé. La victoire de Ségolène Royal a contraint tous ses challengers à une grotesque et destructrice guerre de retardement dans laquelle tout a coulé, y compris la gauche du parti et pour finir peut-être le parti lui-même. Au total cette séquence réalise sous une forme certes ubuesque et imprévue tout le contenu de l’évolution du PS tel qu’il s’est progressivement mais implacablement amassé au fil des années. Aligné sur l’horizon indépassable du capitalisme et du libéralisme, rêvant de l’alliance au centre qui le mettrait au diapason de tous les autres partis sociaux démocrates d’Europe, le PS s’est effondré en se présidentialisant à mort, pipolisé, dépolitisé. A présent, ce que l’on appelait le parti socialiste est mort. De ce fait l’ensemble du dispositif qui structurait la gauche autour de ce parti est à terre.  La droite qui faisait déjà ce qu’elle voulait grâce à l’abstention du PS n’a plus rien en face d’elle. C’est tout le dispositif de riposte qui doit être reconstruit. Et pour cela c’est l’espace politique occupé par le PS qui doit changer de leadership. Naturellement cela ne veut pas dire que le parti socialiste va disparaître. Sous le même nom, autre chose va se présenter sur la scène. Soit, autour de Martine Aubry, une sorte de nouvelle SFIO, syndicat d’élus gérant les rites de la gloire passée, soit avec Ségolène Royal un parti de type démocrate à l’italienne. La première forme n’aura d’autre projet que sa conservation et se tiendra aussi longtemps que possible dans une logique identitaire avant d’être siphonnée progressivement par le centre et la droite. La seconde sera à géométrie variable construite sur la seule échéance présidentielle et en dépendra en tout et pour tout. Elle la portera avant de l’anéantir. Dans les deux cas Bayrou aura le dernier mot. Aubry et Royal qui incarnent ces deux futurs sont autant les créatrices que les jouets d’une situation qu’elles ont endossée davantage qu’elles l’ont créée. Ce fond de scène peut durer. Il peut tout bloquer et maintenir toute la gauche durablement dans l’impuissance jusqu’au terme du désastre que la crise du capitalisme promet à notre pays. La nomenclature socialiste, l’immense appareil qui entoure les élus y trouverait son compte : son seul souci est de durer. Avec la création du Parti de gauche (PG), et la formation du front de gauche avec le Parti communiste, un processus est engagé. Depuis la modeste place qui est celle du Parti de gauche (PG), avec ce qui vient de commencer depuis notre initiative nous disons: un autre futur est désormais possible. Une courte période s’ouvre, jusqu’aux prochaines élections européennes pour construire un nouveau dispositif politique à gauche qui soit à la hauteur de la crise sociale qui commence et de la catastrophe écologique qui murit. Il n’y a aucun mystère sur ce qu’il faut faire. Ni sur le calendrier d’exécution. Trois congrès vont se succéder à gauche: celui des Verts, celui du PC, celui du NPA. Tous ont à traiter l’offre politique présentée par la rencontre du PCF et de Parti de Gauche (PG). Se rassembler pour la prochaine élection européenne. Cette offre est aussi un programme et une stratégie. Un programme: celui qui découle du refus du traité de Lisbonne et de la politique libérale qu’il contient. Une stratégie: le rassemblement de tout l’arc de force qui se situe sur ce terrain politique. Le Parti de Gauche est l’outil au service de cette tache. Je donne rendez vous à tous ceux que ces questions intéressent samedi 29 novembre prochain au gymnase de l’ile de Vannes, métro Mairie de Saint Ouen pour le meeting de lancement du Parti de gauche, en présence (notamment) de Oskar Lafontaine.

POST SCRIPTUM:

L’abréviation choisie par ses fondateurs pour désigner le Parti de Gauche est PG. L’usage de l’abréviation PdG est donc érronnée. Ce point a déjà été signalé par moi à l’occasion de plusieurs passages médiatiques. Il faut donc signaler comme une marque malveillante le fait de continuer à l’utiliser en dépit de nos mises au point. Cela allait déjà de soi pour n’importe quel observateur. Mais c’est mieux de le dire. 

 


387 commentaires à “La lueur du jour aussi”

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 7 8 »

  1. 51
    Bruno dit:

    Antoine (48), Vous n'avez pas l'impression de pousser le bouchon un peu fort ? J. L. Mélenchon, responsable de la victoire de Sarkozy en 2012 ?!?
    1) Je ne vois pas en quoi Martine Aubry serait une garantie contre une éventuelle victoire de Sarkozy en 2012.
    2) On peut (éventuellement) reprocher à Jean-Luc Mélenchon d'avoir quitter le PS trop tard, mais sûrement pas trop tôt !
    3) Enfin, si les partisans de Benoît Hamon sont nombreux à avoir quitter le PS pour le PG c'est pour moi une bonne nouvelle : que tous ceux qui espéraient en une alliance Aubry-Hamon pour promouvoir une vraie politique de gauche tirent les conclusions de la dérive effective du PS et franchissent également le rubicon.
    4) 2012, c'est encore loin... et il y a d'autres échéances d'ici là, notamment les européennes pour lesquelles je serai heureux de pouvoir voter pour une liste de gauche fidèle au vote des Français en 2005.

  2. 52
    Frédéric VIALLE dit:

    @ Mano,
    Tu t'exprime comme une personne qui n'a pas l'habitude des compromis, le PCF n'a jamais privatiser les services publics, est n'est pas non plus pour le RSA ou le flicages des rmistes, quand tu exerce un pouvoir régional, départemental, ou national par exemple si on prend la" gauche plurielle" il y a des institutions, quand tu parle de privatisation j'imagine que tu pense à France Télécom par exemple et bien un peu de mémoire, l'ouverture du capital à était réaliser à la demande du PS est pas du PC, mais le problème et là tu as raison c'est que le PCF été trop faible au parlement 27 députés pour 287 au PS et surtout si il avait voté contre le gouvernement celui-ci serait tombé, et la droite serait revenue plus vite au pouvoir alors on peu toujours dire que... mais les institutions de la 5 république que le PCF à combatu en sont temps pose un problème et il faudra s'y attaquer. Par ailleurs, le PCF à déja était au pouvoir de 1981 à 1983 et il en est parti car le PS ne respecter pas le programme commun et qu'on fait les citoyens ils ont voter encore plus pour le PS... Il ne faut pas avoir la mémoire courte, certe, mais il faut aussi crée de l'espoir les citoyens peuvent aussi se regarder dans le glace souvent se sont les premiers à demander des passes droits pour se faire sauter un PV, ou demander un logement... Il va de soit que dans le cadre du front de gauche aux Europennes, les propositions alternatives seront anti-libérales et surtout ne mélangeons pas les sujets les commes municipales, il y a un autre mode de scrutin, avec les Europeennes c'est un scrutin en grande région et je doute que des listes dispersées à la gauche du PS passerons la barre pour avoir des députés. J'agirai pour ce qui me concerne pour une union la plus large possible à la gauche du PS, mais sans exclusive!

  3. 53
    Carol DEBY, Liège dit:

    Une amusante présentation de la situation au PS, dans le site .

    Voici un succulent extrait :
    "Hargneuse, tenace, souvent haineuse, la madame sans-gêne de Charente Poitou a quand même réussi à collectionner les têtes des éléphants, depuis Strauss Kahn et Fabius jusqu’à Delanoë, Aubry et les autres, y compris son ex-compagnon, Hollande, qui a trop longtemps sévi en qualité de premier secrétaire. Aussi audacieuse que fofolle, agaçante et portant sur les nerfs, elle invente des concepts fumeux et des mots tarabiscotés pour resservir au bon peuple les mêmes projets navrants. Ça marche suffisamment pour convaincre des adhérents et des militants et ainsi créer un bordel monstre au sein de ce qui fût naguère, avant ces manœuvres destructrices, un grand parti. Quelques dizaines d’individus bien plaçés complotent pour se faire encore une meilleure place, au mépris des vrais socialistes, la base, dont les intérêts et les rêves sont le cadet de leurs soucis. Le militant est pris en otage de tous les bords, le sympathisant compte pour du beurre, le socialiste de base n’a qu’à aller se faire voir."

  4. 54
    Carol DEBY, Liège dit:

    Le site est oulala.net
    http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=3738

  5. 55
    Arnal dit:

    "Je ne sais pas s’il y a bcp de gens qui passent par ce blog qui vivent avec 1 RMI à 400 euros… (mois j’ai vécu 6 mois en 1996 avec 1 RMI à 2000 francs, on venait d’ailleurs de me refuser le renouvellement de l’AAH-3000 francs à l’époque…). Eh bien vaut mieux pas essayer, avant le RMI en 1988 il y avait les allocations de fins de droits (un petit peu + que le RMI et surtout les Assedics plus longues et + élevées qu’aujourd’hui. Mais on s’est aperçu qu’il y avait des gens qui n’avaient jamais travaillé assez lgtps pour les assedics."

    j'ai vécu avec le RMI + les allocs familiales puis qu'évidemment j'y avais droit (+ la CMU etc.). Certes ce n'était pas Byzance mais ça m'avait permis de bouffer et d'avoir un toit. Le RMI n'est pas un dispositif qui s'inscrit dans le cadre d'une perte d'emploi tels que les indemnités de fin de taff ou le chômage. Toute personne qui a 25 ans est éligible tant qu'elle entre dans les critères. C'est à dire celles qui n'ont jamais travaillé ou pas suffisamment ou depuis trop longtemps, pour avoir accès aux allocs etc. Les droits assedic, allocations chômage, RMI, ne sont pas incompatibles, bien au contraire. Ce sont des systèmes qui ne s'adressent pas aux mêmes publics.

    Vous disiez que les allocations étaient un peu meilleur avant l'instauration du RMI je le concède (en fait je vous fais confiance parce que je n'ai pas vérifier par moi-même). Mais sans dispositif, on en revient peu ou prou aux critiques que vous adressez à la PPE (et que j'approuve). Ils s'agit d'un désengagement de l'Etat compensé par une somme d'argent versée. Le système RMI parce qu'il est un réel dispositif de solidarité doit est amélioré pour être plus performant. Mais il est bon à mon sens.

    pour moi c'est avant tout la misérable non-opposition de gauche, l"incapacité de critiquer la droite (à part quelques uns) qui est responsable de stigmatisation des RMistes, du foutage de gueule RSA qui se fait passer pour ce qu'il n'est pas, soit, en gros, de la victoire idéologique de la droite dans une grande partie de l'opinion.

    Cette victoire n'est pas définitive. En effet, ça suffisait comme ça...

  6. 56
    Arnal dit:

    @carlo

    "Vous ne paraissez pas comprendre qu’en appliquant une politique de droite (désindexation des salaires, privatisations, libéralisations…), la gauche molle a accrédité l’idée qu’il n’ y a qu’une politique possible"

    si j'en suis conscient, et ça va peut-être vous sembler étrange voire illogique, mais c'est pour cette raison que je pense qu'il faut y regarder à deux fois avant de tout jeter en bloc, une forme de "principe de précaution" appliqués aux socialos. Le RMI pour moi en est la preuve. Quand bien même il est imparfait et a des effets pervers qu'il faut corriger.

  7. 57
    L'époque Thatcher - Reagan est finie. dit:

    Le premier ministre britannique, Gordon Brown, s'apprête à défendre son plan de relance pour tenter d'éviter une grave récession. Son ministre des finances, le chancelier de l'Echiquier Alistair Darling, présentera, lundi 24 novembre, devant la Chambre des communes, les grandes lignes de son pré-budget 2009-2010. Il comprend un train de mesures à base de baisse de TVA et d'investissements publics supplémentaires. Avec ces nouvelles dépenses publiques, financées par l'emprunt, l'intervention de l'Etat dans l'économie britannique va atteindre les 20 milliards de livres (24 milliards d'euros).

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/11/24/le-plan-anti-crise-de-gordon-brown_1122142_3214.html

    Le président démocrate élu Barack Obama et les élus démocrates au Congrès mettent la dernière touche à un vaste plan de relance économique qui pourrait se chiffrer à 700 milliards de dollars sur deux ans, rapporte le journal Washington Post, lundi 24 novembre. Le quotidien estime que si ce projet était approuvé, ce serait l'un des plans de relance les plus massifs depuis le New Deal de Franklin Delano Roosevelt dans les années 1930.

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2008/11/24/obama-preparerait-un-plan-de-relance-de-700-milliards-de-dollars_1122191_3222.html

    La période ouverte par Margaret Thatcher (élue en 1979) et par Ronald Reagan (élu en 1980) est finie. C’est une nouvelle période qui commence aujourd’hui. C’est le retour de l’interventionnisme d’Etat.

    Nous vivons ce que les intellectuels appellent « un changement de paradigme ».

  8. 58
    Hajoma dit:

    Bonjour,

    Votre rupture avec le PS peut contribuer au renouvellement de l'offre politique en France. Votre discours, la pertinence de vos analyse, votre capacité à penser en dehors des schémas "corrects", laissent un certain espoir.
    Mais vous êtes à la croisée des chemins. Sorti du piège de l'enlisement dans un PS irréformable, vous risquez celui de l'isolement dans le pré-carré de l'"extrème-gauche", quelque part entre le PCF et le NPA, réduit à leur disputer quelques miettes d'une clientèle électorale limitée... Il ne s'agit pas d'être "très à gauche", façon Besancenot, car ce n'est là que rhétorique, isolement - et donc renoncement. Si telle devait être votre politique, je crains que votre seul avenir soit un strapontin dans un prochain gouvernement d'"Union de la Gauche" - c'est-à-dire un gouvernement de plus reconduisant les politiques libérales sous l'hégémonie d'un PS plus ou moins ségolènisé.
    Une autre voie s'ouvre à vous : déplacer les frontières, comme Dupont-Aignan semble s'y essayer sur "l'autre rive". Bâtir un rassemblement à vocation majoritaire, donc très au delà de l'extrême-gauche, autour de l'impératif d'endiguer le tout-au-marché. Restaurer une véritable souveraineté nationale, donc s'émanciper des traités Européens. Une véritable régulation du capitalisme, donc bâtir un projet cohérent de prise de contrôle du système bancaire, de sécurisation de l'emploi et de planification des débouchés.
    Il faut déplacer les frontières, créer les bases d'un vaste rassemblement populaire tel que le préfigurait en partie le "Non" au traité constitutionnel (ce "non" était populaire avant d'être de gauche ou de droite).
    En avez-vous la volonté ? Les moyens ?

  9. 59
    patricia dit:

    @ L'époque Thatcher - Reagan est finie. post 59)

    J'ai peur en fait que rien ne change, c'est toujours la même rengaine'nationalisation des pertes et privatisation des profits'. Simplement en ce moment cela coûte plus cher aux contribuables que nous sommes !
    Je n'ai vu aucune mesure pour l'instant qui soit de nature sociale pour aider les victimes de la crise.
    Il me semble qu'il est juste question de milliards distribués sans contrôle au profit de ceux qui sont à l'origine de cette crise.
    Je ne pense pas que le libéralisme soit en train de changer de nature, c'est toujours les mêmes qu'on ponctionne et les mêmes qui bénéficient des aides de l'état.
    Les aides aux entreprises en France représentent déjà des milliards sous forme d'allègements divers et variés ! Si ce n'était pas déjà l'état providence je me demande ce que c'est !

  10. 60
    carlo dit:

    @ Arnal
    " Je pense qu’il faut y regarder à deux fois avant de tout jeter en bloc, une forme de “principe de précaution” appliqué aux socialos. "
    Je suis sensible à cet argument. Mais il est à utiliser avec "précaution" car il peut servir à justifier le réflexe antidémocratique du "vote utile" qui a déjà fait tant de mal à la gauche de gauche. L'argument du vote utile est d'ailleurs en passe de se retourner contre le PS car il devrait plutôt jouer en 2012 en faveur de FB, surtout si c'est SR qui est candidate puisqu'elle envisage de toutes façons de gouverner avec lui;

  11. 61
    Arnal dit:

    @Carlo

    "Mais il est à utiliser avec “précaution” car il peut servir à justifier le réflexe antidémocratique du “vote utile” qui a déjà fait tant de mal à la gauche de gauche"

    Oui il faut faire attention à l'arguement du vote utile. Peut-être vais-je vous paraitre naïf, mais je pense que ce qui se passe en ce moment (NPA, PG, image pitoyable du PS) montre que la notion du vote utile a pris du plomb dans l'aile à gauche.

    à titre personnel, j'ai déjà été séduit par le vote utile, aujourd'hui s'en est finit. On ne m'y reprendra plus (on fait tous des bêtises sous le coup de l'émotion).

    En effet FB doit bien se marrer dans son coin.

  12. 62
    Chaque Etat mène SA politique. dit:

    Crise : Merkel dit « non » à Sarkozy.
    Nicolas Sarkozy n’a pas réussi à convaincre Angela Merkel. La France et l’Allemagne se sont bien accordées ce lundi 24 novembre pour coordonner leurs efforts de relance économique face à la récession, mais la chancelière allemande refuse de mettre la main à la poche pour soutenir le plan européen concocté à Bruxelles, comme lui a demandé le président français. Après une heure d’entretien avec Angela Merkel, Sarkozy a conclu le dixième conseil des ministres franco-allemand en résumant d’une phrase lapidaire les positions des deux pays sur les mesures de soutien que la Commission européenne doit proposer mercredi à ses 27 membres : « La France y travaille, l’Allemagne y réfléchit. »

    http://www.liberation.fr/economie/0101268429-crise-merkel-dit-non-a-sarkozy

    Et pendant ce temps, à Londres :

    Le premier ministre britannique, Gordon Brown, s'apprête à défendre son plan de relance pour tenter d'éviter une grave récession. Son ministre des finances, le chancelier de l'Echiquier Alistair Darling, présentera, lundi 24 novembre, devant la Chambre des communes, les grandes lignes de son pré-budget 2009-2010. Il comprend un train de mesures à base de baisse de TVA et d'investissements publics supplémentaires. Avec ces nouvelles dépenses publiques, financées par l'emprunt, l'intervention de l'Etat dans l'économie britannique va atteindre les 20 milliards de livres (24 milliards d'euros).

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/11/24/le-plan-anti-crise-de-gordon-brown_1122142_3214.html

    Conclusion : en Europe, chaque Etat fait ce qu’il veut dans SON coin.

    Face à la crise économique et financière, chaque Etat joue SON jeu.

    Chaque Etat mène SA politique, en fonction de la structure de SON économie.

  13. 63
    paul dit:

    On peut penser que, le PS (que ce soit avec Royal ou le tout-sauf-elle) va aller vers le centre-gauche (au minimum), et que de ce fait le PG non seulement deviendra un point d'équilibre, grâce notamment avec son rapprochement avec le PCF, mais en outre sera incontournable pour la conquête du pouvoir.

  14. 64
    Le ché dit:

    Bonjour, jean luc Mélenchon à eu un flair incroyable de sortir avant toutes les zizanies pitoyables du PS et heureusement qu'il n'est plus associé à cela.
    Tres cordialement. Un camarade de gauche. Le ché.

    Notre Site Web : http://npatroyesaube.canalblog.com/ ou directement dans (la barre google) npa aube

  15. 65
    Sur les rapports PCF-PG dit:

    Sur les rapports PCF-PG.

    Membre du PCF, je suis attaché à l'existence de ce parti tout autant qu'à son utilité non pas pour lui même mais pour la société et sa transformation.
    C'est pourquoi la constitution d'un Front Populaire Progressiste me semble la bonne formule.
    Tout d'abord pour les inquiets, seule la constitution d'un Front politique avec d'autres garantit la pertinence et donc l'existence du PCF. Un Pcf solitaire appelle à l'interrogation sur sa viabilité, un PCF dans un Front en reconnaissant l'existence d'un autre avec lequel je travaille se pose lui même comme travaillant avec d'autres. Il établit un rapport dialectique qui garantit son existence.
    Mais ce n'est pas le plus important: l'histoire a montré que seuls les Fronts sont efficaces contre le capital. Dans la réalité, Le front populaire était constitué d'une constellation de comités divers et variés, le CNR également.pour autant, Ce fut efficace pour la société et pour le PCF on ne peut pas dire qu'au lendemain de ces expériences son existence fut mise en danger....bien au contraire!
    Enfin sur l'idée d'une fusion dans un seul parti.......quand s'arrêtera t-on de penser qu'UN parti serait la solution à tout? A quand la fin du vieux rêve du parti unique?
    Ce Front politique aux européennes ne doit pas être un galop d'essai pour la constitution d'un futur parti politique mais bien une vrai et grande initiative politique utile à la gauche et à la société.

    Jean-Philippe VEYTIZOUX

  16. 66
    Ted dit:

    Le dirigeant d'extrême gauche Olivier Besancenot a gagné son procès contre la société commercialisant le pistolet électrique Taser lundi devant le tribunal de grande instance (TGI) de Paris.

    Fort de cette décision, il a annoncé le lancement d'une campagne en France pour exiger un moratoire sur l'utilisation du Taser par les forces de l'ordre.

    "Actuellement, plus de 4.500 Taser équipent la police et la gendarmerie. Depuis fin septembre, la police municipale peut en être pourvue", déclare le porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) dans un communiqué.

  17. 67
    Mano dit:

    @ Frédéric VIALLE 54

    [Tu t’exprime comme une personne qui n’a pas l’habitude des compromis]

    Toi, visiblement tu as l'habitude... et on voit où cela nous mène les compromis...

    [le PCF n’a jamais privatiser les services publics, est n’est pas non plus pour le RSA ou le flicages des rmistes]

    - Le PCF était dans le GVT Jospin lors de privatistion de France Télécom par exemple, il n'est pas parti, en échange de mairies ou de place de députés.

    - Aux manettes dans les commune, le PCF privatise de plus en plus: gradiennage, nettoyage, imprimerie- distribution journaux municipaux, entretien voirie, travaux (petits ou gros) sur batiments municipaux,, animation, transport, etc... des chose qui étaient réalisées avant par la mairie et qui maintenant données au privé coute plus cher à la longue.

    [est n’est pas non plus pour le RSA ou le flicages des rmistes]

    le PS dirige beaucoup de départements avec le PCF, le flicage des RMIstes, le RSA, les "partenarias" avec les multinationnales,, la fourniture de RMIste a des entreprise privées, ect,... est mis en place par les exécutif, donc avec l'aide ET le vote du PCF, sinon, la majorité explose !

    Sur le RSA, le flicage des RMIste, et la visite des assistantes sociale au domicile des RMistes pour VERIFIER le train de vie... lire ici.

    http://www.collectif-rto.org/spip.php?article672

    (sur ce site des témoignages sur l'action PS-PCF dans des départements concrrnats les RMIstes)

    DE PLUS, JE SAIS PARFAITEMENT DE QUOI JE PARLE, LA COMMISSION RMI DE MON DEPARTEMENT A ETE, (OU EST ENCORE) CO-PRESIDE PAR UN PCF(avec le Préfet), ET CES GENS N'ONT PAS HESITE A ME FAIRE CHIER EN ME REDUISANT MA DUREE RMI, DONC BASTA et SVP pas de leçons, merci.

    Donc ENCORE une fois, car il me semble bien que le PCF, surtout aprés ton message, voit vraiment d'un bon oeil le PG....., je redis donc qu'il n’est pas question pour moi de me laisser embobiner par une alliance pas clair, NI avant, NI aprés les européennes, NI d’ apporter ma voix au PCF, MAIS je rajoute, SAUF si bien sùr, le PCF change de stratégie qui consiste à être un partenaire-casse croute du PS, un gestionnaire parmis d'autres, s'accomodant du MODEM comme à Grenoble par exemple. J'ajoute que je fais une différence entre les dirigeants du PCF et les militants et la base PCF qui bien souvent n'arrive plus rien à comprendre.

    De plus, pas besoin d'être un grand devin pour dire que si le PG prend le chemin des alliances style PS/PCF et vient conforter plus ou moins ce qui se fait maintenant, et bien le PG est déjà mort. Les gens ont ras-le bol de tout cela, sinon, nous ne serions pas dans la crise politique où nous sommes actuellement, avec une gauche qui n'exsite plus.

  18. 68
    VISITEUR dit:

    A par raconter des connerie qui font pas avancer notre cremerie tu fait quoi BELGE 4.0 ?

    Peut etre la 4.0 est elle buguée? il faudra desinstaller !

  19. 69
    jennifer dit:

    @Jean Luc Mélenchon
    Juste mon humble avis: j'ai trouvé Benoît Hamon excellent hier à Ripostes quand il parlait d'économie. Ses mots étaient simples et compréhensibles par tous: interdiction des licenciements, création d'emplois. Je trouve que ce que propose PRS, le "bouclier social " et le "moratoire sur les produits dérivés" bien moins compréhensible.
    Par ailleurs, ce serait bien que vous aussi fassiez des confrontations comme Hamon contre les gens du gouvernement. Ca parle. C'est comme cela qu'on se rend compte qu'ils se moquent de nous.
    Je dis cela parce que le PG est populaire surtout à cause de Sarkozy. Ne l'oublions pas. Je m'inquiète que la prochaine campagne soit les européennes et non sur la France, contre Sarkozy. Il faudra m'expliquer mais j'ai un peu peur qu'on fuie la question de virer Sarko en se centrant sur les européennes.

    Enfin dernier petit avis (en toute fraternité): depuis des mois, les militants du PRS ne sont plus disponibles pour faire du travail unitaire. Bon oui, ils vont dans la rue de plus en plus mais vous êtes bien placés pour savoir que la rue n'a de valeur qu'associée à un travail dans les institutions, un travail unitaire qui prend beaucoup de temps. Marcher dans la rue est nécessaire mais ne remplace pas les discussions unitaires pour construire des solidarités. Par exemple sur la poste, le NPA propose de distribuer des tracts aux usagers. OK c'est très chouette mais il faut aussi aller dans les municipalités, au parlement et bouger les gens là-dessus, leur demander de s'engager dessus, faire des meetings avec eux etc... Seul le PG peut comprendre bien cela.
    Un travail unitaire avec le reste de la gauche antilibérale et bien conçu demande un peu de se poser et de réfléchir à la meilleure tactique.
    Donc PRS a été pris dans la préparation du congrès de Reims: impossible de les joindre! Maintenant ils construisent le PG. Ils sont débordés et ce au moins jusqu'à février 09. Et puis après ils se lanceront dans la campagne sur les européennes; Et à chaque fois qu'on les contactera, ils diront: oui mais après...
    Je comprends bien les échéances d'un parti mais Sarkozy c'est maintenant. Attendre février pour faire des campagnes, c'est attendre 2 mois. En 2 mois, des tas de choses vont se passer! Et si après on rembraye sur les Européennes...

    Certes il y a l'enthousiasme du parti, mais il y a aussi des militants non encartés comme moi qui attendent pour agir avec le PG et les autres forces de gauche sur des questions concrètes, importantes.

    Sur le meeting du 29 où malheureusement je ne pourrai pas être, n'oubliez pas Sarkozy, la crise économique et tout le reste. La crise du PS c'est important mais ne perdons pas le vrai axe. Je ne sais pas si les européennes sont l'urgence non plus.

    Enfin c'est juste un avis...

  20. 70
    jennifer dit:

    Premiers éléments sur les élections vénézueliennes. C'est le plus fort taux de participation: 65, 45%
    Le nouveau parti PSUV a fait 1 million de voix supplémentaires par rapport aux dernières élections de 2007.
    L'opposition qui avait boycotté les dernières élections régionales et cette fois s'est présentée a donc gagné des voix en particulier dans les villes où de graves problèmes ne sont toujours pas résolus: l'insécurité, la collecte des ordures, le logement, les transports (de nouveaux transports collectifs sont en voie de réalisation mais sinon ils restent privés). Ce devrait être la prochaine priorité du gouvernement.

    Chavez a accepté les résultats et reconnu la victoire de l'opposition dans certaines villes (5 sur 22)

  21. 71
    Stev dit:

    Si j'ai bien tout compris, Jospin soutient Delanoë, puis Aubry, et déteste Royal qu'il juge incompétente, lui qui l'avait nommée ministre (ainsi qu'Aubry) en 1997. Quand Aubry était au gouvernement, l'un de ses conseillers était Benoit Hamon, jeune rocardien (comme Manuel Valls, qui soutient Royal), qui a par la suite fondé le "nouveau parti socialiste" avec Peillon (qui soutient Royal) et Montebourg (qui soutient Aubry).

    Julien Dray (qui soutient Royal) a fondé SOS Racisme avec Harlem Désir (qui soutient Delanoë, puis Aubry, ou s'abstient). Dray qui a également fait partie du "nouveau parti socialiste", avec Hamon, Peillon et Montebourg, ce après avoir rompu son alliance avec Mélenchon, qui soutenait Hamon (celui-ci ayant entretemps rejoint l'aile gauche du parti), avant de quitter le PS pour créer un nouveau parti, qu'Hamon refuse de rejoindre après son ralliement à Martine Aubry, qui est soutenue par Laurent Fabius (qui a voté "non" à la constitution européenne) et les amis de Dominique Strauss-Kahn (qui a voté "oui" à la constitution). J'ai bon ?

  22. 72
    Mano dit:

    Oui, Stev ! c'est tout bon il me semble, et on peut rajouter que Mélenchon aussi a été ministre de Jospin, qu' Aubry à écrit une préface pour Tony Blair... et que Lang... soutien Hamon ! et que pas con, Delanoë a préféré de se retirer, et que comme lui, DSK attend son heure... ;-)

  23. 73
    francis06 dit:

    il faudrait que le PG prenne exemple sur Hugo Chavez en se rapprochant de son parti, de l'Amérique Latine et s'allier avec Oskar LAFONTAINE pour refaire le monde de gauche

  24. 74
    4 Août dit:

    A lire pour réfléchir...

    http://www.bakchich.info:8080/article5945.html

  25. 75
    Georges ROULLIER ( PG ) dit:

    Même si le PS depuis longtemps ne jouait plus son rôle de Parti de Gauche, il restait dans l'esprit des gens qui vivent en France une force mobilisable.

    Vaillant et sa commission de recolemet sont partis bouffer, à 14 heures "rien à cirer de l'Histoire de ce Parti qui fut de Gauche "

    Aujourd'hui le PS n'est plus mobilisable pour quelque cause que ce soit si ce n'est que des regroupements opportunistes s'apprètent aller manger dans l'Auge de Sarkozy avec pourquoi pas le suprême affront "pour sauver la Patrie, la constitution d'une unité nationale ".

    ça ira mieux demain,
    Fraternellement
    RG

  26. 76
    H2 dit:

    " La Mystique c'est pas automatique ! "

    Un slogan pour Royal et tous les adorateurs de la droite renforcée à venir.

  27. 77
    H2 dit:

    " Extraite d’une communication effectuée début octobre au Venezuela à la demande des autorités du pays, nous vous proposons l’analyse de Sapir sur les soubassements de la crise, provoquée par « l’instabilité intrinsèque de la finance libéralisée. » Au delà d’une erreur d’appréciation du risque comme on l’évoque parfois, ce sont bien la dérégulation des mouvements de capitaux, la pression à la baisse sur les salaires, génératrice d’endettement et de déficits structurels, avec en miroir, les politiques mercantilistes de développement des pays émergents, basées sur l’exportation et l’accumulation de réserves qui sont les facteurs déterminants de la crise actuelle. Au passage, Sapir règle leurs comptes à quelques mythes, tel celui de la supériorité de l’économie américaine, ou du surendettement de la France. "

    Article : Les sources internationales de la crise actuelle, par Jacques Sapir :

    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2367

  28. 78
    H2 dit:

    "Le pire reste à venir" selon le FMI

    http://www.e24.fr/finance/article20499.ece

  29. 79
    H2 dit:

    " La crise financière était inévitable

    Ce système est extrêmement profitable aux segments dominants du capital. Ce n’est donc pas une économie de marché, comme on veut le dire, mais un capitalisme d’oligopoles financiarisés. Cependant, la fuite en avant dans le placement financier ne pouvait pas durer éternellement, alors que la base productive ne croissait qu’à un taux faible.

    Cela n’était pas tenable. D’où la dite «bulle financière», qui traduit la logique même du système de placements financiers. Le volume des transactions financières est de l’ordre de deux mille trillions de dollars [en français, 1 trillion = 1 milliard de milliards; en anglais, un trillion = 1000 milliards; l’auteur fait référence ici au sens anglais, NDLR], alors que la base productive, le PIB mondial est de 44 trillions de dollars seulement. Un multiple gigantesque.

    Il y a trente ans, le volume relatif des transactions financières n’avait pas cette ampleur. Ces transactions étaient destinées à titre majeur à la couverture des opérations directement exigées par la production et le commerce intérieur et international. La dimension financière de ce système des oligopoles financiarisés était – comme je l’ai déjà dit – le talon d’Achille de l’ensemble capitaliste. La crise devait donc être amorcée par une débâcle financière. "

    "Centralité du conflit Nord/Sud

    Le système de production et de consommation/gaspillage en place interdit l’accès aux ressources naturelles du globe à la majorité des habitant-e-s de la planète, les peuples des pays du Sud. Autrefois un pays émergent pouvait prélever sa part de ces ressources sans remettre en question les privilèges des pays riches. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas. La population des pays opulents – 15% de la population de la planète – accapare pour sa seule consommation et son gaspillage 85% des ressources du globe, et ne peut pas tolérer que des nouveaux venus puissent accéder à ces ressources, car ils provoqueraient des pénuries graves qui menaceraient les niveaux de vie des riches.

    Si les Etats-Unis se sont donnés l’objectif du contrôle militaire de la planète, c’est parce qu’ils savent que sans ce contrôle ils ne peuvent pas s’assurer l’accès exclusif à ces ressources. Comme on le sait, la Chine, l’Inde et le Sud dans son ensemble ont également besoin de ces ressources pour leur développement. Pour les Etats-Unis, il s’agit impérativement d’en limiter l’accès et, en dernier ressort, il n’y a qu’un moyen, la guerre. "

    Article complet :

    " Débâcle financière, crise systémique: réponses illusoires et réponses nécessaires " par Samir Amin.

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11116

  30. 80
    Benji dit:

    La scission du PS devait se faire depuis longtemps sur le fond des idées, entre libéraux européistes et sociaux républicains, elle se fera peut-être finalement sur des chiffonneries entre Royal et Aubry.

    Comme quoi, ce parti aurait même été lamentable dans sa mort, pas capable de la vivre par le haut, sur le front des idées, mais par le bas, sur le front des chamailleries.

    Sortons du Système UMP/PS Modem !

    http://www.levraidebat.com

  31. 81
    Wieland dit:

    LES ENJEUX DE LA CRISE FINANCIÈRE

    La Grande Dépression du XXIème siècle

    avec Michel Chossudovsky

    Les causes et les conséquences de l'effondrement des marchés;
    L'économie réelle en banqueroute;
    Les impacts sur l'emploi et le niveau de vie;
    La décomposition des finances publiques;
    Impacts sur les services de santé et d'éducation;
    L'enrichissement d'une minorité sociale;
    La mondialisation de la pauvreté.

    Conférence publique: Les enjeux de la crise financière, avec Michel Chossudovsky
    Montréal le 27 novembre 2008

  32. 82
    David S. H. dit:

    Jean-Luc Mélenchon a écrit :
    "Soit, autour de Martine Aubry, une sorte de nouvelle SFIO, syndicat d’élus gérant les rites de la gloire passée, soit avec Ségolène Royal un parti de type démocrate à l’italienne. La première forme n’aura d’autre projet que sa conservation et se tiendra aussi longtemps que possible dans une logique identitaire avant d’être siphonnée progressivement par le centre et la droite. La seconde sera à géométrie variable construite sur la seule échéance présidentielle et en dépendra en tout et pour tout."

    - -

    Cette analyse semble pertinente et j'aimerais qu'elle nourrisse une nécessaire réflexivité sur la construction du PG.

    Comme beaucoup j'espère, je rejette depuis des années ce qu'est le Parti Socialiste et l'arnaque qu'il constitue encore. Arnaque car son appellation est un mensonge qui trompe le bon peuple qui peut croire voter à gauche quand il apporte ses suffrages à ce qui est de fait un parti centriste aux dérives libérales sur le plan économique assez marquées.
    Un parti qui en plus s'est échiné au cours des années à insulter une certaine idée de la Politique. Citons par exemple la démission politique de Jospin au moment de Vilvoorde, la campagne crétinisante du quinquennat, l'appel au vote utile depuis 2002, la candidate de 2007 qui dézingue son programme a posteriori et le plus beau peut-être, le reniement des engagements de campagne avec le vote de la réforme constitutionnelle permettant l'adoption du traité de Lisbonne…

    Alors, oui je me réjouis de l'apparition d'une entité qui correspondrait un peu plus à ce que devrait être un parti républicain, visant honnêtement à réduire les inégalités et aider les plus faibles, écrasés, stigmatisés, par notre société.

    MAIS, il y a un mais.
    J'ai une grande crainte.
    C'est que ce PG répète les erreurs qui ont mené le PS où il en est, notamment pour ce qui est de son mode de fonctionnement.

    Veux-t-on vraiment voir débarquer des élus ex-socialistes, tout sourire (et éventuellement convaincus, il ne s'agit pas nécessairement de mettre leur bonne foi en question) changer de réfectoire parce qu'ils auront plus de chances d'être élus sous l'étiquette PG ?
    Veux-t-on un parti d'élus qui exploitent l'enthousiasme des militants pour faire leur politique bien tranquillement de leur côté ?
    Peut-on concevoir de ne pouvoir voter sagement que pour ce qui constituerait des privilégiés politiques issus d'une certaine caste au sorti de parcours de carrière balisés ?

    A quoi tout cela servirait-il passés les premiers temps d'écoute d'un discours nouveau reposant sur un mode de fonctionnement inchangé ?

    Si l'on veut des militants impliqués; il faut un véritable continuum entre militants et élus émanant du parti.
    Il faut sortir de la professionnalisation à outrance de nos représentants politiques qui mine notre République et sape les bases de notre démocratie.

    Alors oui, je suis reconnaissant aux élus de la République qui donnent cette impulsion salutaire, mais seront-ils seulement capable de laisser leur place lorsqu'il sera temps de se présenter au suffrage des Français ?

    Il ne s'agit pas de couper des têtes (du reste elles peuvent prétendre à la direction éventuelle du Parti) mais de rendre la Politique au peuple, aux citoyens, d'impulser un changement civique profond à même de nous rendre vraiment convaincus et fiers de cette entreprise démocratique si importante.

  33. 83
    mike gallantsay dit:

    Et bien ! Camarade sénateur, on peut dire que vous avez eu le nez creux !
    Avoir foutu le camp de l’hallucinante pétaudière qu’apparaît être, à chacun, le ci-devant “Parti Socialiste”juste à temps avant que les assiettes sales ne volent à travers la pièce, bravo ! Bien joué.
    Je pense à ce que d’aucuns vous reprochaient il n’y a pas quinze jours : “avoir déserté le combat”, s’être “dérobé à la confrontation démocratique”…Toutes ces sortes de couillonnades…

    Je sors, à l’instant, hilare, de regarder “Mots Croisés”, émission, pendant laquelle, sous l’œil arbitral et sévère de …Philippe Tesson, un des plus droitiers de nos Sarkozystes, qui distribuait, comme à l’accoutumée, ses bons et mauvais points en “modernité”—C’est vrai quoi ! Qui pourrait être meilleur expert en “modernité”que…Philippe Tesson ?— le “camarade” Vincent Peillon menaçait de traîner en justice, la “République bananière du PS”, représentée sur le plateau par le “camarade” Cambadélis !
    Salut et fraternité !
    Ah ! Elle vous avait de la gueule la… “Confrontation démocratique”…

    Bien entendu, les deux “camarades” se sont, néanmoins, fendus de ferventes protestations d’amitié sincère, en faisant observer aux vigilants censeurs de la “Démocratie Apaisée” et de la “Gauche du 21eme siècle”, que la France entière appelle de ses vœux, que, sur l’essentiel, ils étaient d’accord sur tout, principalement — On ne le répètera jamais assez ! — quant à leur acceptation sans réticences ni états d’âme de l’Economie de Marché. Quelle surprise !

    Et chacun d’entre eux d’en rajouter encore et encore, Cambadélis en contempteur du “surmoi marxiste” ! (sic! Pauvre Karl!) qui entrave la rénovation et le renouvellement nécessaire des élites ! Peillon jamais en reste voulant rompre définitivement avec “l’ombre du Guesdisme” ! Qui, tel un couvercle de plomb, pèse sur les cerveaux socialistes et ce depuis…1905 ! Pas moins !
    Sûr que depuis 25 ans, le père Jules Guesde qui fut, par parenthèse le premier socialiste à devenir ministre dans le gouvernement d’Union Sacrée en 1914, fait fonction de statue du Commandeur pour nos zélites sociales–libérales !

    C’est vrai quoi : il suffit de prononcer “Jules guesde ! ” d’une voix sépulcrale pour faire blêmir Delanoë et empêcher Strauss Khan de sauter la stagiaire…Et dans le fauteuil de direction du FMI.
    Mort de rire !

    Tout cela ne rassurait guère l’ultra- moderne Philippe Tesson dont la moue dubitative en disait plus long que cinq éditoriaux d’Askolovitch ou d’Aphatie. Pour ces gens là, même quand un socialiste vote les pleins pouvoirs à Pétain, il est encore beaucoup trop de gauche...

    - « En quoi ce congrès est historique ! »
    s’exclame Laure Adler, toute fièrote de se revendiquer « adhérente à 20 euros », par solidarité avec les masses populaires et parce-que, nous apprend elle :
    - « Ca coûte bonbon de pouvoir voter pour le candidat des présidentielles ! Quand on met ses cartes à jour ! »
    Sûr qu’elle doit avoir de sérieux problèmes de fin de mois notre zélite !
    Très en forme, autant qu’en beauté, Laure, enrichit la pensée politique d’un oxymore original : la “transparence opaque. ”
    En effet :
    - « On peut dire que malgré cette opacité, les procédures démocratiques du PS sont les plus transparentes qui soient! » (re-sic)
    Tout ça après un échange aussi acerbe qu’obscur entre Peillon et Camba sur les diverses arnaques dans l’Hérault et à Marseille, pour l’un, dans le Nord et en Bretagne pour l’autre.

    Le journaliste de Marianne mit tout le monde dans le même sac en nous apprenant que la fraude électorale au PS, faisait partie du paysage au même titre que le Casanis dans les bistrots de Porto-Vecchio, et que « tous les gens un peu au courant » connaissaient ce "secret de famille"…Et de Polichinelle.
    Les gens « au courant » sans doute, mais la grande masse des français présents devant le poste ont du ce soir, se coucher un peu moins cons qu’ils ne se sont levés…
    Fraternité !

    Duhamel, en prof courroucé tança vertement les deux protagonistes en les renvoyant à …La Grande Coalition allemande du SPD et de la CDU, modèle selon lui d’un comportement… “moderne”…Forcément moderne de la Social-Démocratie d’aujourd’hui dans un monde qui “a radicalement changé ! ”
    Faut au moins être prof à Sciences-Po pour élaborer des analyses aussi perçantes. ! Et tellement originales…

    Enfin bref, un grande et belle pantalonnade comme on aimerait en voir plus souvent ! A part les émissions de Patrick Sébastien c’est si rare un bon spectacle de cirque à la télévision ! Que j’ai tenu à faire part aux lecteurs de votre blog de mon prime-saut hilare.

    En attendant, une constatation, fera, du moins, l’unanimité : depuis trois semaines que le grand barnum socialiste a déployé ses tréteaux, aucun journaliste n’a trouvé quarante secondes sur les trois ou quatre cent heures consacrées à la chronique théâtrale, pour signaler le meeting de création du “Parti de Gauche”.
    Pas un !
    J’ai la faiblesse de penser que c’est plutôt bon signe…
    Bon vent camarade Sénateur.

  34. 84
    Gilbert dit:

    À PEINE NÉ, LE PG SE COMPORTE COMME LES PARTIS BOURGEOIS QUI FONT DES ACCORDS AU SOMMET SANS CONSULTER LA BASE. QUEL SENS A CET ACCORD AVEC LE PCF ALORS QUE LE PCF EST EN PLEINE PRÉPARATION DE SON CONGRÈS ? EST-CE QU'ON A DEMANDÉ L'AVIS DES MILITANTS DU PCF QUI DOIVENT PLANCHER SUR LEUR ORIENTATION ? C'EST À VOUS DÉGOÛTER DE LA POLITIQUE !

  35. 85
    ted dit:

    Une directive sur la libéralisation des postes en europe a été adoptée par le Parlement Européen.

    En 2004, on constatait déjà que:
    -la poste néerlandaise (groupe TPG) a été privatisée à 66% en 1989. Elle a, depuis, procédé à des licenciements massifs
    -En Suède, la libéralisation du courrier postal date de 1993. Depuis, les effectifs ont baissé de 25% mais les prix des services postaux ont augmenté de 7% entre 1993 et 2003 en monnaie courante et hors taxe, selon un rapport gouvernemental.
    -Au Royaume-Uni, Royal Mail est devenu en 2001 une société anonyme à capitaux d’Etat. Elle renoue avec les bénéfices cette année après avoir lancé, en 2002, un plan de licenciements de 30 000 de ses 200 000 employés. Le nombre de bureaux de poste a également été réduit. Mais les usagers se plaignent de la dégradation du service (rapidité, ponctualité, qualité). Le président du conseil de surveillance de la poste, Peter Carr, déclarait le 31 août dernier que « lors des trois dernières années les clients ont payé plus chers des services qui se dégradent ».
    -en Allemagne, privatisation aussi: entre 1990 et 1996, les restructurations ont réduit les effectifs de 95 000 emplois, de 380 000 employés à 285 000. Le nombre de bureaux de postes est passé de 26 000 à 13 000, dont 7 000 sont devenus des « points de contact » (stations services, papeteries...).

    Ce texte d'Attac dâte de 2004!

  36. 86
    Bruno dit:

    Bonjour à tous, et grand merci à mike g. (post 81) pour ce compte rendu hilarant de "mots croisés" !

  37. 87
    ted dit:

    Henri Guaino joue sur les mots, dit tout et son contraire. Comme les discours de Sarkozy qu'il écrit avec l'art d'énoncer des contrevérités (pour ne pas dire des mensonges).
    Total en nous embrouillant, la privatisation de la poste sera votée à la va-vite sans doute, en prenant les gens au dépourvu. Il a probablement peur de la mobilisation et essaie de jouer fin en nous déroutant. Restons vigilants!

    Ses propos, où l'art de manier le paradoxe: "Henri Guaino est revenu sur ces propos sur France-info: "cette décision (d'ouvrir le capital de La Poste) n'est pas prise et elle ne sera pas prise demain matin (...) Tout ça se fera dans le courant de l'année 2009 et certainement pas ni la semaine prochaine ni le mois prochain", a-t-il expliqué. "La question de l'ouverture du capital maintenant n'est pas posée. C'est tout ce que j'ai dit ce matin (...) Rien n'est changé (...) Le projet est à l'étude. Il n'y a rien de nouveau dans ce que j'ai déclaré ce matin".

    Il ne va rien changer donc (pas de privatisation) mais le projet est à l'étude!

    Idem maintenant c'est la destruction du service public de la télé, la grève d'aujourd'hui de France Télévision. Sachons bien que c'est le contrôle de l'information dont il s'agit, des chaînes qui seront au service de Sarkozy donc censurées. L'art de gouverner c'est aussi contrôler les medias, empêcher les vraies info de passer. A relier à la loi Hadopi. On censure la télé, on censure le net. Il y a une vraie cohérence vers un régime autoritaire sans liberté d'expression.

  38. 88
    Yaneck Chareyre dit:

    Gilbert, le PCF a désigné des instances représentatives, qui font leur boulot. Je ne vois pas pourquoi leur reprocher de le faire.

  39. 89
    Mano dit:

    A LIRE

    *** *** ****

    Main basse sur les terres agricoles en pleine crise alimentaire et financière

    GRAIN, octobre 2008

    La synergie actuelle entre la crise alimentaire et la crise financière a déclenché un nouvel « accaparement des terres » au niveau mondial.

    D’un côté, des gouvernements préoccupés par l’insécurité alimentaire qui recourent à des importations pour nourrir leurs populations s'emparent de vastes territoires agricoles à l’étranger pour assurer leur propre production alimentaire offshore.

    De l’autre, des sociétés agro-alimentaires et des investisseurs privés, affamés de profits dans un contexte d’aggravation de la crise financière, voient dans les investissements dans des terres agricoles à l’étranger une source de revenus importante et nouvelle. De ce fait, des terres agricoles fertiles sont de plus en plus privatisées et concentrées.(...)

    Compte tenu de la crise qui se poursuit actuellement au Darfour, où le Programme alimentaire mondial essaie de nourrir 5,6 millions de réfugiés, il peut sembler fou que des gouvernements étrangers achètent des terres agricoles au Soudan pour exporter des denrées alimentaires à l’intention de leurs propres citoyens. (...)

    Dans le même temps, le secteur financier, qui a parié des sommes folles sur l'argent de la dette et a perdu, cherche maintenant des zones protégées. Tous ces facteurs font des terres agricoles un nouveau terrain de jeu formidable pour faire des profits. Il faut bien produire de la nourriture, les prix vont rester élevés, des terres bon marché sont disponibles, l’investissement sera rentable : voilà la formule. Le résultat ? Pendant toute l’année 2008, une armée de sociétés d’investissement, de fonds de capital-investissement, de fonds spéculatifs et d’autres du même type se sont emparés de terres agricoles dans le monde entier, avec l’aide précieuse d’agences comme la Banque mondiale, sa Société financière internationale ou la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, qui toutes préparent la voie à ces investissements et « persuadent » les gouvernements de changer les lois foncières pour permettre la réussite de ce processus (voir Encadré 3). De ce fait, les prix des terres commencent à monter, ce qui incite à agir encore plus vite. (...)

    http://www.grain.org/briefings/?id=213

  40. 90
    Georges ROULLIER ( PG ) dit:

    @90 photos?
    Oui mais aujourd'hui sur tout le territoire national le temps reste bouché et par manque de visibilité la profondeur de champ est restreinte,

    On pressent cependant une éclaicie sur le 93, notamment sur Saint Ouen pour la journée de Samedi entre 15 et 18 heures, après cette éclaicie et en fin de soirée nous devrions y voir beaucoup plus clair !
    @+
    RG

  41. 91
    maxou dit:

    Bonjour à tous,
    A droite aussi, des déchirements

    Congrès fondateur dimanche de Debout la République (DLR), un parti lancé par Nicolas Dupont-Aignan. Avec l’ambition de jouer les trouble-fête à droite au moment des européennes.
    Une analyse exclusive pour humanite.fr.

    A l’origine club de pensée du RPR, crée en 1999 par des élus opposés au traité d’Amsterdam, ce « mouvement associé à l’UMP » depuis 2002 est devenu officiellement dimanche un parti politique à part entière.

    La rupture est donc consommée pour N. Dupont-Aignan, ex-député UMP qui siège aujourd’hui sur les bancs des non-inscrits à l’Assemblée nationale. A 47 ans, l’élu de l’Essonne a affiché ses ambitions, tournées vers les élections européennes de juin mais également les régionales de 2010 ainsi que la prochaine élection présidentielle. L’objectif affiché est d’ancrer ce nouveau parti dans la durée au sein du paysage politique français. Tout l’enjeu du congrès était donc de rendre l’évènement visible et de compter ses forces.

    http://www.humanite.fr/A-droite-aussi-des-dechirements

  42. 92
    Propagande à la télévision. dit:

    Dans un droit de réponse publié sur le site du Taurillon

    http://www.taurillon.org/Alain-Lamassoure-exerce-son-droit-de-reponse-au-Taurillon

    le député européen UMP Alain Lamassoure reconnaît que Lisbonne jette les bases d'un Etat fédéral :

    "Que prévoit-il, ce traité ? Que le pouvoir législatif de l'Union sera partagé entre une chambre basse, le Parlement européen, directement élu par les citoyens, et une chambre haute, représentant les Etats, le Conseil des Ministres. Et qu'il y aura enfin un « Monsieur » ou une « Madame Europe », le Président de la Commission élu par le Parlement. Ça ne vous rappelle rien ? C'est exactement le modèle fédéral allemand."

    Alain Lamassoure, ancien ministre des affaires européennes, devenu député UMP au Parlement européen, ne s'y trompe pas : "Monsieur Europe" sera bien le président de la Commission, pas celui du Conseil européen.

    Alain Lamassoure annonce que les europartis fédéralistes (PSE et PPE) devraient chercher à bipolariser le débat des Européennes :

    "En décembre 2008, le PPE désignera son candidat pour la présidence de la future Commission. On lui demandera de faire campagne dans les 27 pays. Si nous y parvenons, le PSE, pour être crédible, devra faire de même. Les grandes chaînes de télévision devront alors organiser entre eux des face-à-face du type de ce que nous avons vu récemment en France et aux Etats-Unis. Et le Président élu(e) sera ainsi choisi par les 500 millions de citoyens européens, comme l'est le Premier Ministre britannique ou la Chancelière allemande."

    En clair, Alain Lamassoure veut que la campagne électorale des élections européennes ne donne la parole qu'à deux partis politiques, et seulement à ces deux partis politiques :

    1- le PPE (qui regroupe les OUIstes de droite : UMP, etc.)

    2- le PSE (qui regroupe les OUIstes de gauche : Parti Socialiste, etc.)

    Conclusion : à la télévision, la campagne électorale des élections européennes ne présentera que deux partis seulement : le PPE et le PSE. Dans les débats télévisés, les télespectateurs ne verront que des OUIstes de droite qui débattront avec des OUIstes de gauche.

  43. 93
    PLAUT René dit:

    être à la hauteur de sa tâche (Ce qu'on a à faire par devoir, ou par nécessité)

    M. Jean-Luc Mélenchon vous représentez le seul espoir pour une gauche qui ne veut pas mourir.

    Devant l'attitude des chefs du ps,totalement irresponsables dans cette période
    si difficile pour les citoyens qu'ils sont censés défendre et aider, mais surtout comprendre,une question se pose.
    Il s'agit de personnes intelligentes, avec un niveau d'instruction très au dessus
    du Français moyen,
    Comment peuvent ils se donner en spéctacle jusqu'a être la honte pour nous, les gens ordinaires, pour les étrangers qui nous regardent,
    Ce n'est pas seulement le pouvoir, les sommes d'argent en cause doivent être considérables,
    L'égo d'un homme politique est gigantesque, mais dans sa carriére il a souvent l'occasion d'être désavoué, et là, il encaisse très bien.
    Pourquoi, ne parle t'on jamais d'argent ?
    Pourquoi ces luttes fratricides entre dirigeants de mêmes idées, de même
    formation, se prétendant tous héritiers de Jaurés,
    L'analyse du bien être du citoyen ordinaire, et seulement ça,est elle si pointue,
    que chaque socialiste porte en lui la seule, la grande, l'unique vérité.

    De temps en temps, moi, qui ne représente que moi, le votant de base, celui qui ne se défile jamais,qui ne défile pas plus, qui travaille, qui paie ses impots,
    je me demande si deux mondes ne cohabitent pas très près l'un de l'autre,
    l'un dans le 16 iéme, le 7 iéme,...et l'autre dans le 20 iéme, le 18 iéme,
    L'un, Etre supérieur, appel à voter pour lui,
    L'autre, vil, sale, ordinaire, mais tout de même interessant au moment des votes, aveugle et amnésique,doit lui, faire son devoir,et voter.
    Au risque d'être très vite oublié (promesses comprises),
    M. Jean-Luc Mélenchon vous êtes porteur d'un immense espoir, par Devoir, ou par Nécessité
    votre tâche est colossale,
    R Plaut

  44. 94
    c'est bien dit:

    Les autosatisfactions sur le fait "d'avoir quitté le PS à temps, bravo Jean-Luc Mélenchon, bravo machin, truc, bidule, félicitations aussi à ceux tout frais moulus des instances dudit PS qui vont nous rejoindre, etc." Des lignes et des lignes pour ça, encore un parti qui va se tirer des balles dans les pieds.

    Non, ce qui est agréable à lire, ce sont les posts qui apportent leur pierre, leur analyse sur l'historique du PS, ou encore ce qu'ils vivent à Paris dans les arrondissements, ou loin des bruits de la capitale.

    Et si on devenait moderne ?

    Au lieu de s'obséder sur des affiches et des tracts d'avant le déluge, si des particulièrement expérimentés cherchaient plutôt le succès du congrès du 29.

    Une idée comme ça, après déjeuner :

    Mais comment donner la parole à tous les courants de pensée à gauche ?

    On dit pas : donner le micro à tous, impossible, s'il y a des centaines de personnes.

    Mais comment faire entendre les DIFFERENTES LIGNES ?

    Sans être géniale, c'est pas mal comme proposition, non ?

  45. 95
    c'est bien dit:

    Et pour enfoncer les clous, pas seulement donner la parole en écoutant d'un air lassé et en scrutant son chrono, mais être prêts pour des réponses.

    Et pas seulement répondre juste et de manière exhaustive, mais enchaîner sur des hypothèses d'actions concrètes.

    Et pas seulement enchaîner sur des perspectives d'actions de terrain, mais décliner les moyens institutionnels faisables sans avoir à "inventer la poudre".

    Et pas seulement répertorier les moyens institutionnels, mais l'intendance, c'est-à-dire les moyens financiers.

    Si j'en ai pas "bouché un coin" à nos leaders et futurs chefs, c'est pas grave,allez je r'viendrai...

  46. 96
    Claude (CgTF) dit:

    @Stev 72

    Oui. Tu brûles. C'est pas loin de ça.

    Bon sinon entre les communiqués syndicaux d'hier et le perspective de front aux européennes, le ciel se dégage.

    Mais il ne faut pas que ça se fasse sans les citoyens qui ont rejeté le syndicalisme et la politique.

    Donc--> http://www.etatsgeneraux2009.fr

    L'outil est là.

    Salutations militantes.

  47. 97
    lepierrot dit:

    Pauvre France ! j'ai écouté à 13 h sur RTL le "Jérome Godefroy de service à droite toute" tout content d'annoncer que N. Sarkozy remontait dans les sondages de bonnes opinions, ah ces veaux de Français! Et bien quand on n'entend ça, on peut dire qu'on a du taf qui nous attend. Allez courage à tous, et vive le nouveau PG !

  48. 98
    robespierre dit:

    85 @Gilbert dit:
    25 novembre 2008 à 3:46

    Mais la base Camarade, il faut la construire !

    C'est pour ça que Jean-Luc Mélenchon a crée le PG

  49. 99
    réponse à mano 68 dit:

    Ton post me permet de faire le point sur le méchant PCF vendu au PS pour un plat de lentilles.....tiens au fait ça fait longtemps qu'on nous a pas fait le coup du plat de lentilles on a dû toutes les manger!

    Pour les élections, le seul scrutin où de façon massive il y a l'union dès le 1er tour c'est aux municipales. Les équipes sortantes présentent leur bilan aux administrés et généralement reconduisent devant les électeurs. Ces municipalités ont une histoire forte et bien souvent les communistes au contraire de ce que tu affirmes travaillent à ne pas désosser le service public, d'ailleurs il arrive que les services municipaux reprennent en charge des services publics comme l'eau voire récemment à Paris.

    Sur la gauche plurielle, on est évidemment corresponsables des décisions gouvernementales....ça serait trop facile. Mais parmi ces décisions nous en relèverons 3:
    - la loi Gayssot sur les 20% de logements sociaux que chacun aujourd'hui souhaite voir appliquer........
    - la loi Hue sur la saisine des CE avant les plans de licenciement.......itou!
    - les lois Buffet sur la question du dopage...........aujourd'hui tout le monde trouve cela merveilleux!
    Tout n'a pourtant pas été parfait et tu as raison de le souligner, mais on ne peut pas dire que le PCF a été à la pointe....bien au contraire pour preuve les 2 grandes manifestations populaires contre le libéralisme de cette période soit:

    -la manif des LU à Calais.

    -la manif contre les licenciements boursiers à Paris après l'annonce des chiffres des bénéfices du manufacturier Michelin.

    Quant à toujours s'allier avec le PS, il me revient en mémoire les dernières régionales et en particulier en Région Parisienne où MGB elle même conduisait une liste populaire et citoyenne....que n'a -t-on pas entendu?
    Les communistes deviennent fous, dans la banlieue rouge ils vont perdre tous leurs élus et qui va ramasser....la LCR et LO qui faisaient liste commune et n'entraient pas dans l'union, pour le résultat que l'on connait.
    Tout cela pour dire aussi que toutes les élucubrations sur le PCF changeant encore de stratégie, cela doit finir par lasser quiconque suit l'actualité politique avec un minimum d'honnêteté intellectuelle......le texte PCF/PG est à mettre sur la liste des unions diverses et variées qui ont jalonnées l'Histoire.

    JP VEYTIZOUX

  50. 100
    H2 dit:

    @ Mike Gallantsay

    Remerciements pour votre texte : Compte rendu spirituel de la foire aux cochons sur le marché des valeurs en voie de pourrissement avancé.

    Le PS à l'instar de L'UMP, est devenu un produit hautement toxique sur le marché des dérivés politiques. Des partis frelatés qui ont toujours eu pour objectif de dynamiter la République démocratique et sociale pour la dissoudre dans l'acide européen néolibéral.

    Imagine t-on qu'un hedge-fund rachète Solférino en vue d'une liquidation totale ?

    S'ils pouvaient par la même occasion délocaliser nos " Zélites " de tous ordres, les politiques corrompus, les journalistes à la manque, les universitaires à la botte et les ploutocrates de basse fosse " cela nous permettrait de respirer un peu.

    Et puisque nous parlons ici média... Savez-vous ce que le ministère de la Propagande nous a encore mijoté via député interposé ? Oui, Non ?

    Ceci :

    " Jeudi dernier, les députés ont adopté en commission un amendement au projet de loi de réforme de l'audiovisuel, qui soumettrait tout possesseur d'une connexion Internet à la redevance audiovisuelle, même celui qui ne reçoit pas la télévision. Porté par Jean Dionis du Séjour, député-maire (NC) d'Agen, cet amendement inique instaure donc une taxe sur quelque chose qu'on ne possède pas. "

    http://www.rue89.com/2008/11/24/redevance-serai-je-taxe-sur-ce-dont-je-ne-jouis-pas

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 7 8 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive