24avr 08

Voici une note de plus sur le sujet du Tibet et de la Chine. Bien d’autres sujets me sollicitent et on me fait le reproche de donner à celui-ci une importance exclusive finalement excessive. Il est temps pour moi de rappeler que ce blog n’est pas le journal officiel de Jean-Luc Mélenchon destiné à donner prétentieusement mon avis sur tous les sujets qui sont dans l’actualité ni même sur ceux qui m’impliquent par ailleurs. Un bon débat est commencé ici sur un sujet qui n’est pas second. Il s’agit de l’ordre du monde, des progrès de la politique du choc des civilisations et de la manipulation des opinions publiques pour les entrainer dans des logiques d’agression contre les pays dont la puissance même pacifique pose problème a l’empire des Etats-Unis d’Amérique. Tel est le cas du Tibet qui a vocation à devenir le Kosovo des chinois dans l’esprit des stratèges néo conservateurs. Ce débat est un bon exemple. Un bon cas. Justement parce qu’il n’est pas simple et que l’on ne trouve pas de feuille toute blanche et de feuille toute noire. Il faut réfléchir et chercher son chemin dans un fouillis de faits et maintenant sous une pluie d’injures. Il est fascinant de voir comment dès qu’une opposition laïque se présente qui met en lumière le caractère ridicule de l’enthousiasme pour un religieux elle est immédiatement démolie sur un registre personnel. Ainsi si l’adjoint à la culture de la mairie de Paris se prononce contre les simagrées pour le Dalaï Lama ce ne serait pas parce qu’il a une opinion et qu’il n’aime pas les chefs religieux obscurantistes mais parce qu’il travaille chez LVMH et que cette entreprise commerce beaucoup en Chine. Bien sûr ce genre de mise en cause personnelle est radicalement à sens unique. Par exemple personne ne demande à Monsieur Ribbes qui m’insulte ici régulièrement et sur les plateaux de télévision comment il est passé de ses certitudes d’ancien membre du PCMLF (parti communiste marxiste léniniste de France), c’est à dire du culte délirant des maoïstes français des années soixante huit pour la personne de Mao à son culte actuel pour le Dalaï Lama. Et personne ne lui demande si son engagement à quelque chose à voir avec ses fonctions à l’université tibétaine européenne que subventionne l’Union européenne… Et ainsi de suite.
Après l’émission d’hier soir sur France trois, des amis m’ont demandé de publier mes arguments sur deux points : ce que je dis à propos de la confusion du religieux et du politique dans la cause du Dalaï Lama et ce que j’affirme sur le caractère dangereux et destructeur de sa revendication indépendantiste. LE PROJET POLITIQUE DU DALAI LAMA EST THEOCRATIQUE ET AUTORITAIRE
A de nombreuses reprises dans les débats auxquels j’ai participé mes protagonistes ont pris argument de l’existence d’une « Constitution Tibétaine » dont la lecture suffirait à démonter la vocation démocratique du projet du Dalaï Lama. Le Dalaï Lama lui-même l’affirme dans son discours fondateur devant le congrès des Etats-Unis en 1987 : «… les tibétains en exil exercent pleinement leurs droits démocratiques grâce a une Constitution promulguée par moi-même en 1963… » Il y a eu bien davantage de dit à ce sujet. Cette Constitution serait même « laïque ». C’est ce qu’a déclaré en face de moi le représentant du bureau du Tibet à Paris sur le plateau de Paul Amar ainsi que chacun peut le vérifier en allant sur le site de l’émission « Revue et corrigée ».
Cette Constitution, dite « Charte des tibétains en exil »,  est consultable sur le site officiel du « gouvernement tibétain en exil »
. Cette lecture est indispensable. Elle permet de se faire une idée assez précise de ce que valent les déclarations, la main sur le cœur, de ceux qui débitent sur les plateaux de télévision que le Dalaï Lama est un parfait démocrate, laïque et ainsi de suite. Elle permet de vérifier si mon rejet du caractère théocratique des objectifs des indépendantistes tibétains est un pur a priori sans fondement de ma part, faussé par mes propres présupposés philosophiques et politiques. Et chacun pourra se demander s’il n’est préférable compte tenu des leçons de l’histoire en la matière depuis l’Afghanistan et l’Iran de refuser toujours et quelle que soit la religion, la confusion de la politique et de la religion. A tout le moins la lecture de ce document permet de vérifier que ceux qui parlent de Constitution « démocratique » et même « laïque » mentent sciemment pour manipuler les auditeurs dont ils espèrent qu’ils les croiront sur parole sans aller vérifier ce qu’ils disent. Par contre j’espère fermement que chacun puisse aller vérifier si les citations que je fais sont exactes ou non.


Article 3. Nature de la politique tibétaine : « L'avenir politique tibétain doit respecter le principe de la non-violence et s'efforcent d'être un libre État de la protection sociale avec sa politique guidée par le Dharma »
Ceux qui protestent contre l’introduction de la Charria, loi religieuse dans les constitutions islamistes deviennent-ils muets quand il s’agit du Dharma ? Ou bien l’opposition à l’introduction d’une loi religieuse – quelle qu’elle soit- dans une Constitution doit-elle être une règle universelle ?
Cette vision religieuse du pouvoir n’est pas une référence isolée dans ce texte « constitutionnel ». Il prévoit notamment que  le serment prêté par les Ministres  est fait « au nom des Trois Joyaux (Bouddha, Dharma et Sangha) ».
Enfin, la Charte se termine par une « Résolution spéciale », votée en 1991, dont voici un extrait qui en dit long sur le manifeste de veulerie féodale que le Dalaï Lama a sollicité de ses ouailles: « Sa Sainteté le Dalaï Lama, le chef suprême du peuple tibétain, a offert les idéaux de la démocratie au peuple tibétain, même s’il n’a pas ressenti le besoin de ces idéaux. Tous les Tibétains, dans le Tibet et en exil, sont et restent profondément reconnaissants à Sa Sainteté le Dalaï Lama, et s’engagent à nouveau à établir notre foi et notre allégeance à la direction de Sa Sainteté le Dalaï Lama, et à prier avec ferveur pour qu'il puisse rester avec nous à jamais comme notre chef suprême spirituel et temporel. »
Voila donc ce qu’il en est du caractère « laïque » de la Constitution tibétaine affirmé par le représentant du bureau du Tibet à Paris. Voyons à présent ce qu’il en est de la « démocratie » tibétaine organisée par cette Constitution.


Article 36. Pouvoir législatif. « Tout pouvoir législatif et autorité réside dans l’Assemblée tibétaine. Les décisions de celles-ci requièrent l'approbation de Sa Sainteté le Dalaï Lama pour devenir des lois »
Vous avez bien lu. Après une formule péremptoire « tout le pouvoir au parlement » vient cette suite, dans un enchainement d’un cynisme absolu : pour qu’une « décision »   du parlement tibétain devienne une loi, il faut que sa sainteté soit d’accord. Est-ce là l’idéal démocratique et les valeurs universelles que nous sommes censés défendre en défendant le Dalaï Lama et le Tibet des moines ?
Et après cela il reste à se demander  si l’idéal démocratique dont on se réclame pour protester contre l’actuel statut du pouvoir dans la province autonome du Tibet reçoit une alternative avec la concentration monarchique du pouvoir prévue par cette Constitution.


Article 19. Pouvoir exécutif  « Le pouvoir exécutif de l'administration tibétaine sont dévolus à Sa Sainteté le Dalaï Lama, et doit être exercé par lui, soit directement ou par l'intermédiaire d'officiers qui lui sont subordonnés, conformément aux dispositions de la présente Charte. En particulier, Sa Sainteté le Dalaï Lama est habilité à exécuter les pouvoirs ci-en tant que chef de la direction du peuple tibétain :
(a) approuver et promulguer les projets de loi et des règlements prescrits par l'Assemblée tibétain;
(b) promulguer des lois et ordonnances qui ont force de loi.
(c) conférer les honneurs et les brevets de mérite;
(d) convoquer, ajourner, reporter et prolonger l’Assemblée tibétaine;
(e) envoyer des messages et adresses à l’Assemblée tibétaine chaque fois que nécessaire;
(f) suspendre ou dissoudre l’Assemblée tibétaine;
(g) dissoudre le Kashag (gouvernement) ou destituer un Kalon (ministre).
(h) décréter l'urgence et convoquer des réunions spéciales de grande importance.
j) autoriser les référendums dans les cas impliquant des grandes questions en suspens conformément à la présente charte

 
LE VOCABULAIRE DU DALAÏ LAMA N’EST PAS ACCEPTABLE
Pour fixer la sympathie des opinions occidentales, le Dalaï Lama utilise un vocabulaire qui tente un parallèle inacceptable avec la Shoah. Qui lui dira qu’en Europe nous considérons que la Shoah est un évènement radicalement singulier en tant que crime contre l’humanité. Nous n’acceptons pas d’en dissoudre le sens par des usages verbaux qui finiraient par en diluer la signification car cela reviendrait à le minimiser et à relativiser la responsabilité de leurs auteurs et des idéologies qui l’ont rendu possible. La référence permanente aux « six millions de tibétains » chiffre opportunément largement arrondi pour suggérer des parallèles, la référence nauséabonde  à une décision des autorités chinoises « d’imposer une « solution définitive » » (les guillemets autour de cette expression  sont dans le texte initial du discours devant le congrès américain), l’usage inacceptable du concept de « génocide culturel », à rapprocher de celui de « l’holocauste dont a souffert notre peuple durant les décennies passées » tout cela forme un tout qui ne peut être fait par hasard. Je m’en suis ému en voyant ces mots placés comme ils le sont dans les textes des discours. Mon émotion a grandi en lisant les notices biographiques consacrées à la personnalité de son mentor dans sa jeunesse,  monsieur Harrer, puis de l’amitié qu’il lui a conservé jusqu'à sa mort.

LE PROJET DU DALAÏ LAMA C’EST L’INDEPENDANCE ETHNICISTE.
Un autre « must » des débats est d’affirmer avec les yeux brulants de compassion pour la misérable ignorance de son interlocuteur : « mais le Dalaï Lama, ne veut pas l’indépendance, pas du tout, il veut juste l’autonomie ». Pour preuve nous sommes renvoyés à sa déclaration à ce sujet devant le parlement de Strasbourg en 1998. De cette façon il ne nous reste plus qu’a dire que c’était exactement le discours des « résistants kosovars » du type du déjà « bon et pacifiste » Ibrahim Rugovar que l’on promenait en son temps sur les plateaux de télé avec son air pitoyable de chien battu, son écharpe attendrissante autour du cou même en plein été, et que l’on sait comment cela s’est fini. On nous réplique alors que nous faisons des procès d’intentions. Il faut donc se référer aux textes des discours du Dalaï Lama. Non seulement à la lettre de ce qui est dit mais à l’esprit de la démonstration. Le texte auquel je renvoie est sur le site : www.Tibet-info.net. Il date de 1987. Mais le site officiel des tibétains donne d’intéressantes précisions pour sa présentation. « Traduite pour la première fois en français, l’allocution du Dalaï Lama au Congrès des Etats-Unis à Washington le 21 septembre 1987 reste toujours d’actualité, comme nous le montrent les essais nucléaires en Inde et les récentes inondations en Chine. L’allocution marque plus encore que la proposition de Strasbourg du 15 juin 1988 la volonté de dialogue et la position du chef spirituel et temporel des Tibétains. » Donc ce texte de 1987 est "toujours d’actualité". Il l'est même "plus encore que la déclaration de Strasbourg" de 1996. Nous voici donc prévenus. Lisons.« Alors que se poursuit l’occupation militaire du Tibet par la Chine, le monde doit garder présent à l’esprit que, bien que les Tibétains aient perdu leur liberté, du point de vue du droit international, le Tibet reste aujourd’hui un état indépendant soumis à une occupation illégale ». « Libéré de l’occupation chinoise, le Tibet continuerait à remplir aujourd’hui son rôle naturel d’Etat-tampon, préservant et favorisant la paix en Asie. » Cette analyse est au-delà d’une simple allusion. L’idée centrale est que le Tibet reste du point de vue légal un Etat indépendant quelle que soit sa situation actuelle.
Il est significatif que dans ce document comme dans tous les autres, le Tibet dont il est question est  celui qu’il nomme « le Tibet historique » qui, au total représente le quart de l’actuel territoire de la Chine !  « Mon désir le plus cher, à moi ainsi qu’au peuple tibétain, est de rendre au Tibet ce rôle précieux, en transformant à nouveau le pays tout entier, c’est-à-dire l’ensemble des trois provinces d’U-Tsang, du Kham et de l’Amdo, en une zone où régneraient stabilité, paix et harmonie. » L’énormité de cette revendication territoriale, son incroyable agressivité n’est jamais prise en compte dans aucun commentaire. Au delà de son caractère absolument explosif sur le plan géo politique, elle l’est tout autant sur le plan humain. Et c’est le Dalaï Lama qui la pose lui-même quand il dénonce la composition ethnique actuelle des régions concernées.
« Dans les régions orientales de notre pays, les Chinois dépassent à présent très largement les Tibétains par le nombre. Par exemple, dans la province d’Amdo où je suis né, on compte d’après les statistiques chinoises 25 millions de Chinois pour seulement 750 000 Tibétains. Même dans la soi-disant Région autonome du Tibet, c’est-à-dire au Tibet central et occidental, les sources gouvernementales chinoises confirment que les Chinois sont à présent plus nombreux que les Tibétains. (…) Aujourd’hui, sur l’ensemble du territoire tibétain, 7,5 millions de colons chinois ont déjà été expédiés, dépassant une population tibétaine de 6 millions. Au Tibet central et occidental, désigné à présent sous l’appellation « Région autonome du Tibet » par les Chinois, les sources chinoises reconnaissent que les 1,9 millions de Tibétains constituent à présent une minorité au sein de la population.
De plus, ces chiffres ne tiennent pas compte de l’occupation militaire estimée entre 300 000 et 500 000, dont 250 000 dans la soi-disant Région autonome du Tibet.
Pour que les Tibétains puissent survivre en tant que peuple, il est impératif que cessent les transferts de population et que les colons chinois rentrent en Chine.
»  Je pense que cette dernière ligne doit être lue avec soin. Ce n’est ni plus ni moins que la purification ethnique. Cette conception de la définition des peuples non par leur droits égaux mais par leur ethnie est le propre de tous les ethnicismes et la racine de tous les racismes. Mais le Dalaï Lama ne réserve pas cette définition au seul cas du Tibet. Il se présente comme un fauteur de guerre en Chine en incluant dans sa revendication ethniciste d’autres provinces chinoises et d’autres minorités nationales dans le même discours. « La politique chinoise de transfert de population n’est pas nouvelle. Elle a déjà été systématiquement appliquée dans d’autres régions. Au début de ce siècle, les Manchou formaient une race distincte, avec une culture et des traditions propres. Aujourd’hui, il ne reste plus que 2 ou 3 millions de Manchou en Manchourie, contre 75 millions de Chinois qui sont venus s’y installer. Au Turkestan oriental, rebaptisé Sinkiang par les Chinois, la population chinoise est passée de 200 000 en 1949 à 7 millions, soit plus de la moitié d’une population totale de 13 millions. A la suite de la colonisation chinoise de la Mongolie intérieure, on dénombre 8,5 millions de Chinois dans cette région pour 2,5 millions de Mongols. » En application du même raisonnement, le Dalaï Lama demande-t-il à 91 millions de « colons chinois » et à la Chine de rentrer chez eux, c'est-à-dire d’évacuer la Mandchourie, le Sinkiang et la Mongolie ? C’est ce que demandent les porteurs de drapeaux tibétains dans les rues de Paris ? C’est ce que réclament Bertrand Delanoë et les autres zélés de l’enthousiasme de commande pour cet incroyable ethniciste religieux ? Non bien sûr. Ils ne savent même pas ce qui est dans les textes. Ils ne lisent pas, ils ne se renseignent pas. Pour eux, puisque par définition les chinois ont tort, tous ceux qui s’opposent à eux ont raison. Au nom des droits de l’homme on se retrouve occupé à défendre la théocratie, le pouvoir absolu et le nettoyage ethnique. Et le pire c’est que c’est sans le savoir.  Aucune leçon du passé afghan, iranien et autres n’a été retenue.
Après cela, et pour en finir avec la référence au discours du Dalaï lama au parlement de Strasbourg 
où il aurait renoncé à l’indépendance, je vais me contenter de citer le passage de ce discours qui est conscré a cet aspect de la question posée. Je lis qu'il reprend tout simplement l’affirmation du point de droit selon lequel le Tibet est un état indépendant en toute hypothèse. Le Dalaï Lama rappelle que c’est la revendication "irrestible" du peuple tibétain. Puis il déclare qu’il accepte de discuter sur une base qui met cette revendication. Ce qui n’est certes pas y renoncer. Voyons le texte.  D’abord il rappelé la dimension centrale du fait ethnique c'est-à-dire de ce fait que le problème des droits de l’homme n’est pas une question rapportée aux individus mais au peuple en tant qu’entité : «  Pour qu’il y ait progrès quant à la question des droits de l’homme au Tibet, il faut que la question du Tibet soit traitée comme un problème en soi. » Après cela, qui, de bonne foi peut dire que les phrases qui suivent sont une renonciation au caractère ethniciste et indépendantiste de la position du Dalaï Lama ? Lisez. « Historiquement et aux termes du droit international, le Tibet est un état indépendant soumis à l’occupation illégale chinoise. Cependant, au cours des dix-sept dernières années, depuis que nous avons établi un contact direct avec les autorités de Beijing en 1979, j’ai adopté une approche modérée de réconciliation et de compromis. Bien que retrouver l’indépendance nationale soit le désir irrésistible des tibétains, j’ai déclaré publiquement à maintes reprises que j’acceptais d’entrer en pourparlers sur des bases qui excluaient l’indépendance. L’occupation prolongée du Tibet présente une menace toujours plus grande pour l’existence même de l’identité distincte tibétaine, nationale et culturelle. Par conséquent, je considère que ma toute première responsabilité est de prendre toute mesure susceptible de sauver de la destruction totale mon peuple et son patrimoine culturel unique. »
Dans la mesure où j’argumente il me semble que les personnes qui continueront à s’intéresser à ce débat pourront argumenter à leur tour pour motiver leurs opinions. Il va de soi que je suis très heureux quand j’apprends que mes textes sortent des frontières ou que mes lecteurs les font connaitre sur leurs propres listes. Comment, sinon, faire vivre un point de vue différent ? Le matraquage médiatique et l’homogénéité en béton armé de la bonne conscience formatée ne nous laisse pas d’autres moyens d’agir. Mais nous avons ce moyen.


876 commentaires à “Un projet théocratique, autoritaire, ethniciste, dangereux pour la paix”

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 9 10 1118 »

  1. 251
    jennifer dit:

    @Pascal et Blob
    Je n'ai jamais dit que la Chine était une démocratie. Pourquoi déformer mes propos. j'ai dit que c'était un régime autoritaire. Ne caricaturez la position de ceux qui ne sont pas d'accord avec vous.

    d'ailleurs ce matin j'entendais quelqu'un à la radio dit: ce n'est pas un régime totalitaire mais autoritaire.

    Quant @ Veritas, je le laisse libre de délirer comme il veut sur moi!

  2. 252
    jennifer dit:

    Comparer la France et la Chine est absurde comme cela in abstracto. La Chine avant la révolution était encore très féodale et cela ne fait pas si longtemps que cela. C'est à dire c'est la France d'il y a plusieurs siècle. Donc ils ont sauté énormément d'étapes, mais ce sont deux réalités et deux sociétés fort éloignées,même si les inventions dernier cri sont en Chine tel l'internet etc... Sachons écouter ce que veulent les chinois, ce qu'ils sont, ce qu'ils désirent et ne pas transposer notre réalité sur la leur. Mais comme le dit 4 août, je ne suis pas sûre que la France sous Sarkozy serait si attirante que cela pour les chinois. Allons demander aux chinois qui vivent en France et qui connaissent les deux réalités. Bon peut être qu'ils diront qu'ils préfèrent la France. En effet ceux-là ont fait l'effort de venir jusqu'ici mais peut être qu'on aurait des surprises. Pour dire vrai, je n'en sais fichtre rien.

  3. 253
    colomb dit:

    Monsieur, méditez je vous prie cette phrase de l'édito de Jean Daniel dans le Nouvelobs à propos de Germaine Tillion (ça peut également s'adresser aux Inuits, aux Aborigènes et à beaucoup d'Indiens) :.... la colonisation n'ait fait sortir ces tribus de l'équilibre relatif de l'archaïsme rural que pour les plonger dans la clochardisation urbaine... Vous savait mieux que quiconque monsieur qu'on ne bouscule pas l'histoire (même un révolutionnaire) sinon elle se venge. Les exemples sont innombrable.

  4. 254
    Gissou dit:

    Bonjour,

    Tout d'abord bravo monsieur Mélenchon, je ne suis pas d'accord avec vous d'une manière générale mais cette fois je vous vois comme un phare dans une mer dont le courrant est véritablement unidirectionnel.

    Je vais peut etre choquer du monde. Alors en premier lieu, j'affirme que la chine est autoritaire et meme totalitaire, répressive. Je condamne le viol comme arme politique.

    Toutefois, je suis effrayé quand on me dit que l'avenir du Tibet c'est le Dalaï Lama. Pour moi c'est le pire qui puisse et qui est déjà arrivé au Tibet. N'oublions pas que le servage a été interdit dans ce pays en 1961!

    Mon analyse qui vaut ce qu'elle vaut, c'est que ces révoltes pourraient etre assimilées aux guerres de Vendée. Des révoltes dirigées par une aristocratie et appuyée par l'église (ou l'inverse). Donc des révoltes réactionnaires....

  5. 255
    pascal dit:

    La Chine, un régime "autoritaire", est-ce la version édulcorée de la dictature? Je me souviens de cette visite en Suisse de Jiang Zemin en 1999 où la cérémonie d'accueil à Berne avait été faite sous les cris de manifestants pro-Tibet. Et le président chinois, lors de la conférence de presse qui a suivi, de critiquer avec colère les autorités fédérales d'avoir si mail accueilli leur hôte en permettant à ces "provocateurs" de s'exprimer. Peut-être croyait-il sincèrement que la manière de faire en en Europe est la même qu'en Chine? Il aura au moins appris quelque chose lors de son passage en Suisse. Un "régime totalitaire" qui se veut "athée" face à un "régime totalitaire" qui se veut "théocratique", entre les deux, Mélenchon le laïcard a clairement fait son choix. Et tant pis si la Chine a aussi de gros défauts.

  6. 256
    Bedel dit:

    T'es une m****, Mélenchon.

    Un gros tas de m**** inutile, une verrue.

  7. 257
    jennifer dit:

    Une vidéo sur la réforme agraire au Vénézuela

    Les défis de la révolution agraire au Venezuela.

    Intervention de Carlos Palma (agriculteur bio colombien) et de Justine Chesnoy (étudiante à l’IEP de Toulouse)

    http://www.vive-be.org/spip.php?article42

  8. 258
    jennifer dit:

    Les mots sont importants. Une dictature ce n'est pas un régime autoritaire. Je pense que Sarkozy fait preuve d'autoritarisme mais je ne pense pas que ce soit un régime autoritaire pour autant, bien que méfions nous s'il nous y mène. En tout cas cela n'a rien à voir avec par exemple la démocratie parlementaire telle qu'on la voit par exemple s'exercer en Grande Bretagne où la démocratie est très développée. Notre Etat fort créé en 58 avec renforcement de l'exécutif pourrait très bien mener à un régime autoritaire sous les dérives sarkoziennes.

    La dictature pour moi c'est autre chose. C'est le Chili après 73 ou l'Argentine je ne sais plus quand, où on a l'impression de vivre sous un couvre feu permanent, où les gens se font arrêter et torturer à tous les coins de rue, où il n'est plus possible d'avoir une presse, où les gens vivent dans la peur constante. Pour moi c'est comme le facisme. Je ne pense pas que ce soit le cas en Chine. D'ailleurs il n'y aurait pas de jeux olympiques si c'était le cas.

  9. 259
    pADMa dit:

    Bonjour,
    Maintenant, toute la planète est au courant de ce génocide.
    La flamme olympique chinoise a éclairé le monde et montré à quel point ce régime (qui continue de tuer 22 personnes par jour, au moins) et l'hypocrisie de certains occidentaux sont le plus grand mal de notre planète.
    Non, l'histoire ne nous appprend rien mais réveille en nous des pages douloureuses passées ou à venir.
    Plus d'excuse dorénavant.
    Puissent tous les tibétains morts, opprimés ou en exil suite à l'invasion par l'armée populaire de Chine faire entendre leurs voix.

  10. 260
    emma dit:

    Ce qui s'est passe à Paris au passage de la flamme chinoise est inadmissible.Je dis bien chinoise elle n'etait plus olympique Mr Mélanchon.
    Des policiers chinois venant faire la police sur le sol français,interdisant à un cameraman de notre chaine nationale de filmer là Mr mèlanchon je suis humilièe en tant que française.Vivant dans un pays où la libertè d'expression existe et furieuse que la France ait laissé des ètrangers faire la loi dans mon pays.Vous pas?
    Mr. mèlanchon vous êtes un homme politique,mais je suis effrayée d'entendre ce que vous racontez.Vous faites quand même partie des personnes qui prennent des décisions pour la France.
    Alors oui! j approuve quand je vois des français comme Mr.Menard.
    -RSF a toujours défendu les journalistes emprisonnés ainsi que la liberté de la presse dans le monde
    -RSF denonce les mauvais traitements et la torture dont ils sont victimes.
    -RSFcombat les lois visant à restreindre la liberté de la presse.
    -RSF lutte pour faire reculer la censure.
    -RSF accorde tous les ans une centaine de bourse aux journalistes en difficulté (frais d avocat medicaux achat de materiel)
    -RSF agit pour ameliorer la sécurité des journallistes
    -RSF LUTTE POUR L'ARTICLE 19 DE LA DECLARATION DU DROIT DE L'HOMME "INFORMER ET ETRE INFORMER"

    les subventions viennent de differents pays.si RSF les accepte il n'accepte pas d être museler, Les subventions permettent d'aider les journalistes en difficulte à l'étranger et de mener des actions dans le monde
    au sujet de ses actions contre les etats unis la prison de Guatanamoet la legalisatin de la torture regardez donc sur son site

    DEPUIS LE 14 MARS RSF denonce
    -- aucun journaliste n'a ete autorisé à se rendre librement au tibet
    les touristes ne peuvent acceder à la région himalayenne
    -- a recensé une cinquantaine d'atteinte à la libre circulation des journalistes dans les régions tibetaines
    -- exige la réouverture du tibet à la presse.Les autorites chinoise imposant un black out de l information
    --- appelle à l'U.E ET LES NATIONS UNIES à se mobiliser pour obtenir que Pekin laisse les correspondants étrangers se rendre au TIBET.

    Alors lorsque RSF profite de la flamme chinoise,pour que le monde soit informer sur le tibet je ne peux qu'approuver Mr.Menard.LUI AU MOINS EST DANS L ACTION PARTOUT DANS LE MONDE.

    Qaunt à vous Mr.mélanchon homme politique en sécurité sur votre siège et complétement à l'ouest des problèmes des français et de la misère dans le monde, ne respectant pas les pensées des autres.Sachez que les moines tibetains " les bons à rien" comme vous dites CE QUI EST INDIGNE DE LA PART D UN POLITIQUE FRANCAIS.pourquoi ne pas dire aussi tant que vous y êtes "les catholiques les musulmans et les juifs " DONC.les bons à rien respectent les idées des autres et même les votres c'est ça qui fait la difference avec vous.Mais le probème tibetains est un aute chapitre que je vous reserve sur votre blog, si votre moderateur ne me zappe pas mais attention LIBERTE D EXPRESSION n'est ce pas?
    au cas où vous ne le sauriez pas les autorités chinoises ont lancé une campagne de propagande hostile aux tibetains et largement relayee dans les medias chinois à l'étranger
    alors Mr. melanchon POUR UNE BELLE IMAGE DE LA FRANCE

    POUR LA LIBERTE D EXPRESSION

    POUR LES DROITS DE L HOMME

    NE VOUS TROMPEZ PAS DE SITE SUR INTERNET

  11. 261
    Jean-Pascal dit:

    Et que faites vous, Monsieur Mélenchon, du droit des peuples à exister? Même si il était vrai que le Dalaï Lama voulait établir une théocratie dans son pays libéré, si c'est ce que désirent les Tibétains, de quoi vous mêlez-vous? Quel serait le résultat d'un vote au Tibet par les Tibétains? Pensez-vous que les Tibétains sont mieux aujourd'hui qu'avant l'invasion? Alors pourquoi tant de soldats et de flics? Le progrès chinois, sont-ce les bars karaoke, les bordels, et la destructions de la culture tibétaine? Si les Chinois sont si fiers des progrès du Tibet, pourquoi la province est régulièrement interdite aux journalistes et aux touristes? Qui détient les richesse du Tibet aujourd'hui? Le commerce, l'administration, la police, tout est géré par les Chinois, qui considèrent les Tibétains comme des barbares.
    Finalement qui soutient les régimes les plus pourris de la planète: Birmanie, Soudan (Darfour), Zimbabwe de Mugabe, Corée du Nord? Qui pille littéralement l'Afrique de ses ressources?

  12. 262
    4 Août dit:

    @ Emma

    Menard touche 80000$ du NED pour être "en action" pro-américaine.

  13. 263
    Fanny Sizorn dit:

    Et si on laissait la population prendre une décision. Un référendum : indépendance ou non ?

    Je pense que le débat est totalement faussé. Qui le plus gentil des deux : Chine ou Tibet ? Pro-chinois, Pro-Tibet ?

    Je suis profondément laïque, malgré tout, le gouvernement chinois opprime la culture tibétaine (pas seulement la religion). Certes, le Dalai Lama n'est pas ma référence en matière démocratique. Mais les militants de la "cause tibétaine" ne se battent pas pour le Dalai Lama mais pour la reconnaissance de leur peuple et le respect de leur culture. N'oublions pas que la Chine n'est elle-même pas une référence en matière démocratique, et de défense des droits de l'homme...

    Fanny
    http://fannysizorn.blogspot.com/

  14. 264
    denis dit:

    Bravo M. Mélenchon pour cet article argumenté.
    C'est absolument incroyable que vous soyez le seul, ou presque, à se battre en France contre ce mélange entre politique et religieux. Tous ces gens qui revendiquent la séparation de l'Eglise et de l'Etat et qui se prostèrnent devant "Sa Sainteté" comme ils ont adoré l'ayathollah Khomeny lors de son éxil en France...
    Continuez!

  15. 265
    Ahmad dit:

    Nicolas Sarkozy en Tunisie

    Le président Sarkozy entame une visite officielle en Tunisie le 28 avril. Dans un entretien reproduit le 26 avril sur le site du Monde, « Mokhtar Trifi : "Nous espérons que la visite de M. Sarkozy en Tunisie n’aura pas un caractère purement économique" », le le président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) déclare : « En juillet (2007), quand le président Sarkozy avait effectué une visite éclair à Tunis, il avait totalement ignoré la société civile tunisienne. Nous aimerions que ce ne soit pas le cas cette fois-ci. Mais, à l’avant-veille de ce nouveau déplacement, aucun de nous n’a été contacté ni par l’entourage de M. Sarkozy, ni par celui de Rama Yade (secrétaire d’Etat aux droits de l’homme). Au cours de sa campagne électorale, M. Sarkozy avait dit et répété que les droits de l’homme seraient un élément fondamental de la politique extérieure de la France. Nous espérons que sa visite en Tunisie n’aura pas un caractère purement économique. Les Tunisiens réclament depuis longtemps la démocratie. Cette question était d’ailleurs une condition posée à l’accord d’association entre l’Union européenne et la Tunisie, mais elle est restée lettre morte. M. Sarkozy pourrait user de son amitié pour rappeler que la démocratie en Tunisie est de l’intérêt de tous. »

    On peut douter toutefois que cette visite marque un engagement réel du président français. Et les sujets de prédilection seront sans aucun doute "la lutte contre le terrorisme", l’immigration et le projet d’Union méditerranéenne. Il est vrai que le régime tunisien dispose en France de nombreux partisans, qui y voient un rempart contre le "péril islamique".

    blog Alain Gresh

  16. 266
    14 mars dit:

    Monsieur Mélenchon, chinoise dont les ancêtres ont fuit la famine en Chine il y a exactement un siècle, née au Laos, j'ai fait toute ma scolarité en France et je n'ai donc pas subi la propagande communiste. J'avais donc un peu de mal avec le drapeau communiste chinois même si je me suis toujours sentie chinoise, cependant depuis le 14 mars sera le jour où je me suis reconnue en ce drapeau qui a gagné toute sa légitimité, car j'ai compris qu'il est le symbole de ce qui nous rassemble. hé oui! le 14 mars aura plus fait que 50 ans de propagande chinoise. Je ne vais pas renié ma patrie qui a 5000 ans de civilisation à cause de 50 ans de communisme. J'en vois qui vont me reprocher mon ingratitude envers mon passeport français mais sachez que rien que dans ma famille nous avons 5 nationalités différentes mais une seule patrie : la Chine ! c'est la force de l'éducation chinoise et la raison pour laquelle il y a des chinatown à travers le monde. Mais grâce à vous, Monsieur Mélenchon je suis plus fière de mon passeport français.

  17. 267
    pascal dit:

    Jennifer, je ne sais pas d'où vous tenez cette foi religieuse dans la Chine actuelle, mais les catégories dont vous vous servez pour différencier dictature et non-dictature relèvent, il me semble, du creux verbiage. La dictature c'est quand "on a l’impression de vivre sous un couvre feu permanent, où les gens se font arrêter et torturer à tous les coins de rue, où il n’est plus possible d’avoir une presse, où les gens vivent dans la peur constante." Je crois que sous aucune dictature "il n'était plus possible d'avoir une presse". Une presse aux ordres du régime, mais une presse quand même, ne serait-ce que pour bourrer le crâne des gens et les rendre plus dociles. Quant au sentiment de la "peur constante" et à "l'impression de vivre sous un couvre feu permanent", il faut vraiment être dans une situation de siège pour vivre cela. De nombreuses dictatures "certifiées" par l'Histoire ont pu se faire l'économie d'un tel sentiment "constant" ou d'une telle "impression" généralisée et quotidienne. Il est clair que dans de tels régimes le citoyen lambda n'a pas à craindre pour sa vie à chaque seconde qui passe. Il n'en demeurait pas moins qu'il s'agissait bien de dictatures. Et les gens qui se font "torturer à tous les coins de rues", il s'agit là encore d'une appréciation difficile à mesurer. Des gens torturés en Chine il doit certainement y en avoir beaucoup, peut-être pas à tous les coins de rues certes, mais néanmoins suffisamment pour autoriser les démocraties occidentales, en temps normal peu coutumières de ce genre de pratiques, à critiquer Pékin. Et si les Jeux étaient à eux seuls LA garantie que la Chine n'est pas une "dictature", je crois que là aussi cela se saurait. La Russie de 80 n'était certes plus la Russie de Staline, mais il s'agissait toujours d'une dictature. En résumé, si pour vous la dictature c'est uniquement un régime qui impose une peur permanente à l'ensemble de sa population, des tortures à tous les coins de rues et une absence totale de presse, je crois que la plupart des pays actuellement décrit comme étant des "dictatures" doivent être qualifiés autrement. Sur la base de tels critères, y'a-t-il seulement une seule dictature sur Terre? La Corée du Nord? Pas même. Ce qui ne rend pas à un démocrate le régime chinois plus sympathique.

  18. 268
    dudu 87 dit:

    Le discours de Barak Obhama à Philadelphie.
    Eux ont leurs noirs et leurs blancs et nous, nos anti et nos pro !
    http://www.humanite.fr/spip.php?page=debat&id_article=872105

  19. 269
    14 avril dit:

    oups : 14 avril au lieu du 14 mars !

  20. 270
    Jandel dit:

    A propos du conflit tibeto-chinois le choix est difficile. Comment soutenir le Tibet quand on sait que la revendication portée par le Dalai Lama est,quoi qu'il en dise,la partition du territoire chinois et le rétablissement d'un régime théocratique au Tibet?.D'autre part, comment soutenir la Chine quand on sait le nombre d'éxécutions capitales appliquées par le régime chinois?
    A propos de la nouvelle Déclaration de Principes en cours au Parti Socialiste,:
    Affirmer l'attachement du Parti au réformisme :Les Français savent bien qu'il ne s'agit pas d'un parti révolutionnaire.Loin de là.
    Affirmer l'attachement du Parti à la démocratie : C'est bien la moindre des choses. A-t-il jamais proné la dictature ?
    Affirmer son attachement à l'économie de marché si sociale et écologique.....C'est dans l'air du temps !
    Mais, ne pourrais-tu pas t'engager pour y ajouter:
    Affirmer son attachement à la laicité de l'Etat et de l'Ecole

    Jandel jeanetsonblog.blogspot.com

  21. 271
    Beta dit:

    à jean pascal 264

    Avec cette petite phrase qui signe votre intervention, vous faites le "couac" total :"Qui pille littéralement l’Afrique de ses ressources?"

    Il me semble que vous avez la mémoire très, très courte. Cherchez peut-être un peu moins loin. Un peu moins à l'est, comme dirait mon ami Tournesol.

    Puis la série de questions qui précèdent cette petite phrase malheureuse indiquent clairement votre mal : ignorance totale de la réalité et répétite de lectures ni vérifiées, ni digérées.

    Consolez-vous. Vous n'êtes pas le seul à souffrir de ce mal. Et de plus, il semble qu'il n'y a pas de remède.

    Profitez des promoS d'Air France et allez faire un tour là-bas. Si vous avez la chance que Le jour de votre départ il n'y a pas la grève des pilotes ou des hôtesses, ou des bagagistes ou des contrôleurs aériens, ou.... vous pourrez étudier un peu sur place. Ah oui, n'oubliez pas un cours express de chinois ou épargnez un peu pour vous offrir un bon traducteur.

    Vous verrez, les voyages ça forme la jeunesse;

    Courage.

  22. 272
    David P. dit:

    D'accord avec Jean-pascal, c'est aux tibétains de décider de leur idéal, et à eux seuls, et certainement pas à nous de leur imposer nos idéaux constitutionnels, ni aux chonois d'ailleurs..

    Suivant votre raisonnement, on pourrait argumenter que les colons européens ont justement anéanti les civilisations amérindiennes, barbares et peu évoluées.

    Quand à comparer de Dalai-lama à l'ayatollah khomeiny..
    Autant comparer Bush et Luther King!

  23. 273
    jennifer dit:

    Pascal j'ai essayé de définir ce qui me semblait une dictature (j'avais en tête Pinochet ou Franco). Bon j'admets que j'y ai été de mes impressions et que cela n'avait rien de scientifique mais vous aussi n'avez rien avancé de très clair là-dessus non plus. Vous n'avez fait que démonter mes arguments (qui je l'avoue étaient plutôt faibles et subjectifs) mais rien défini de précis. Je trouve que de simplement avancer qu'une dictature c'est quand les droits de l'homme ne sont pas respectés comme il me semble que vous le disiez plus haut, c'est un peu faible. C'est pour cela que je vous ai dit qu'en France avec les sans papiers et aux USA avec la torture, les droits de l'homme ne sont pas respectés et pourtant nous sommes bien d'accord (j'espère au moins sur cela) qu'il ne s'agit pas de dictature dans ces 2 pays. Quel serait le critère qui définirait une dictature (ou les critères)?

  24. 274
    Beta dit:

    à Pascal 276

    Soutien de Jennifer.

    Donnez-nous svp votre définition de dictature.

    Quand on a à faire à un peuple dont la majorité est heureuse, satisfaite des progrès économiques et humains, qui croit en un avenir reluisant et qui s'identifie de façon positive à son gouvernement, on se pose des questions.

    Pouvez ou osez-vous en dire autant de la France et des Français? Pas nécessaire de répondre à cette dernière question. On sait...

    Mais où allez-vous alors chercher le culot de vouloir intervenir dans la politique intérieure de la Chine, alors que vous n'êtes même pas capable d'ordonner celle de votre propre pays. Pour la France vous êtes personnellement responsable. Pour la Chine vous êtes sur la touche. Demandez quelques rapports sur la situation des SDF à Jennifer, lisez-les et puis offrez-lui humblement votre aide. Il y a du boulot en France et pas besoin d'attendre les critiques des droits-de l'hommistes chinois pour s'y atteler. D'ailleurs, eux au moins ils ne sont pas assez grossiers pour s'occuper des affaires privées des autres.

  25. 275
    Jean-Pascal dit:

    A Beta (280)
    Cher Beta, Grand merci pour votre conseil de voyager. Je dois cependant vous dire que je ne vous ai pas attendu pour le faire. Je suis allé en Chine et au Tibet (sac au dos) et j'ai donc pu constater sur place la réalité, et non pas dans les livres. Ensuite, je travaille depuis plus de 20 ans pour le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) missions en Afrique et en Asie essentiellement. J'ai donc pu aussi constater les méfaits de la géopolitique américaine. Cependant, nul ne peut nier que le gouvernement chinois (PAS LE PEUPLE!) se comporte de manière très brutale.La façon dont ils répondent aux appel de paix du Dalaï Lama par des insultes est d'ailleurs très symptomatique...
    Je ne prétend pas tout savoir, mais les faits sont têtus: l'occupation du Tibet par la Chine rappelle furieusement la botte nazie en France il n'y a pas si longtemps....

  26. 276
    Toto dit:

    M. Mélenchon,

    je peux vous rejoindre sur la question du Tibet, je crois en effet que les choses ne sont pas si simple qu'on veut bien nous le dire dans les médias...mais quelque chose me gêne terriblement dans vos démonstrations, c'est cette impression que vous défendez sans vraiment le dire clairement le régime politique chinois...
    On ne trouve dans vos propos, aucune allusion aux camps de concentration en chine, ces fameux camps de "redressement idéologiques", aucune allusion aux paysans chinois expropriés, à la misère des campagnes chinoise, à l'esclavagisme des prolétaires chinois enfermés dans les usines commes des poulets en batteries...et toutes les libertés fondamentales de l'être humain qui sont en partie niées? la répression policière chinoise sur le peuple chinois ferait passer nos CRS pour de gentils baba cool ! pourquoi ce silence?

  27. 277
    Guillaume D. dit:

    Bravo pour votre courage.Je suis très éloigné de vos conceptions politiques et pourtant... cela m'a fait beaucoup de bien de vous entendre sur Europe 1.

  28. 278
    Beta dit:

    à Jean-Pascal 285

    Réponse immanquable.
    Tout d'abord merci pour la civilité du ton. Cela manque malheureusement trop sur ce site.
    Puis désolé pour le coup de griffe de temps en temps.
    Mais on est humain et tant de mauvaise foi, parfois, énerve.

    Je suis content de voir que vous travaillez pour une institution en principe au-dessus de tout soupçon.

    Or pour mieux expliquer ma position, il faut que je dise un petit mot de plus sur moi-même. Je suis toubib. Je sais, ce n'est pas une garantie de vertu. J'ai une relation professionnelle avec la Chine depuis près de trente ans. J'ai passé plus de temps dans les hôpitaux de ce pays que sur les sites touristiques. J'ai notamment beaucoup travaillé dans de petits hôpitaux des métropoles et de la campagne, aussi chez les minorités. Pour ma part, de par mon expertise et mon expérience, je crois pouvoir dire que la façon dont un pays soigne sa population donne une idée de la philosophie de ce pays.

    J'ai une excellente opinion du travail de la Chine en cette matière. Ne nous leurrons pas, le travail à faire encore est plus qu'énorme, presque inimaginable. Mais les progrès sont tout aussi énormes. Vous devez le savoir. Et la démarche du gouvernement est admirable en la matière. Dans ce cadre je trouve que votre comparaison avec le "joug nazi" est poussé trop loin, désolé, révoltant même. La Chine ne construit pas des chambres à gaz, mais des hôpitaux et des écoles au Tibet.

    Ayant travaillé dans les provinces du Yunnan et du Sichuan, j'ai rencontré des médecins qui ont travaillé au Tibet. Mon meilleur référend en la matière est d'ailleurs un grand médecin pékinois qui a été en partie responsable de la mise sur pied du système de soins au Tibet entre 1965 et 1975. Un médecin admirable, adoré par ses patients et au-dessus de tout soupçon. A travers tous ces témoignages, il est clair que le retour de la Chine au Tibet a été, au moins du point de vue médical, et donc humanitaire, un réel bienfait pour ce peuple.

    Je suis désolé, votre voyage au Tibet, le sac sur le dos, pour moi, ne pèse pas très lourd par rapport aux expériences que j'ai faites pendant ces trente années..

    Il faut d'ailleurs finir avec cette approche dualiste de la Chine avec d'un côté le peuple et l'autre le gouvernement, qui est systématiquement présenté comme s'il était l'envahisseur et l'oppresseur de son propre pays. Cela aussi est un non sens.

    Je pourrais vous écrire un bouquin d'anecdotes avec les grandes et petites frustrations de la vie en Chine (je ne parle même pas de moi, mais des Chinois). Mais vous pourriez en écrire au moins un aussi gros sur la France.

    La Chine n'a pas le type de gouvernement que vous voudriez et celui-ci ne se comporte pas comme vous le voulez. N'en perdez pas le sommeil. Quand je vois un gouvernement tant mettre en oeuvre pour faire progresser son pays et son peuple, même dans le cadre d'une "évolution capitaliste au sein d'un système socialiste", j'ai tendance à lui faire une certaine confiance.

    Il faut bien étudier la Chine. Croyez-vous que 50 années de communisme ont changé son âme même? Mais non. Il y a quelque chose comme la Chine éternelle avec sa pensée propre, oh combien différente de la nôtre, si judéo-chrétienne. Apprenez à mieux connaître la Chine. Ouvrez-vous aussi à tous les aspects positifs qu'elle possède. Et puis soyez réaliste. Discutez avec les Chinois avec modestie et respect. Un monde d'amitié s'ouvrira. Et finalement vous finirez par comprendre.

    De la garnde majorité des discours négatifs sur la Chine qu'on peut lire ici, on peut prétendre sans danger avec Cyrano de Bergerac : "C'est un peu court, jeune homme!".

    Insistez donc auprès de votre employeur pour vous accorder des missions répétitives en Chine et au Tibet, dans un cadre médical s'entend, car la partie administrative pourrait être trop loin du vécu de l'intérieur. Et ne faites pas comme le Ministre des Affaires Etrangères, par hasard un toubib, qui aurait mieux fait de continuer à s'occuper des malades du monde que de la politique où il n'arrête pas de se fourvoyer, et qui a postulé ce principe haïssable du "Droit d'ingérance". De qui vis-à-vis de qui et au nom de quel droit, Bon dieu?

    Mes meilleures pensées.

    P.S. Si vous voulez en savoir plus sur mon pédigrée, retournez au fil sous la première intervention de Jean-Luc Mélenchon. J'y explique en quelque sorte la base de mes interventions que je veux les plus sereines possibles.

  29. 279
    Beta dit:

    à Un Chinois à Paris 218

    Merci pour votre appréciation.

    C'est amusant que moi, non Chinois, je défends en quelque sorte votre propre gouvernement... contre vous le Chinois.

    Dans cette affaire Chine-Dalaï Lama, il y a au départ un situation tordue, au moins de mon point de vue. Je crois que le Dalaï Lama, en tant que chef d'église, n'a pas à assurer la représentation politique d'un peuple. Pour faire avancer l'affaire, il faudrait au moins qu'il passe le pouvoir de représentation au chef du gouvernement du Tibet en exil et que lui s'occupe des affaires religieuses. Je ne crois pas que c'est une exigence fanatique, ni anti-tibétaine. Mais bon, il est le chef politique et tout le monde a l'air de trouver cela normal.

    Voyons donc les possibilités de dialogue. Tout d'abord la question est si le Dalaï Lama va répoindre à l'invite. Pas sûr, car il devrait alors se décarcassser un peu plus pour faire arrêter les violences contre l'organisation des JO. Il est possible qu'il veuille attendre l'apothéose de la protestation quand la Flamme passera par l'Everest et Lhassa.

    Admettant que finalement le dialogue se fasse (s'il ne laisse pas passer - exprès ou non) le moment opportun. Le DL a-t-il vraiment le désir de venir s'installer dans un Tibet autonome (j'exclus comme une réalité impossible l'indépendance)? Cela n'est pas certain non plus. Il y a comme une sorte de confort de jouer au grand ma^tre de la paix dans le monde, sans devoir se mouiller de plus près.

    Admettons donc qu'il vienne s'içnstaller au Tiber et que même, on lui rende son ancienne fonction. Il siègera dès lors à l'Assemblée du Peuple, comme le bon demi-marxiste qu'il prétend être. Bravo, bravo. Il prendra donc en compte toutes les turpitudes que le monde occidental reproche à la Chine. De là à se faire encarter au Parti, il n'y qu'un pas. Serait-ce le loup dans la bergerie. Vous trouvez que votre gouvernement est fait de moutons...

    Mais on s'égare. En écrivant ceci et sans doute le lecteur en lisant, comprend qu'on est en pleine histoire-fiction.

    Cher Chinois à Paris. Votre gouvernement n'est pas plus bête qu'un autre. En invitant le DL, il met celui-ci au pied du mur. S'il ne répond pas à l'invitation, il reprend le mauvais rôle en désavouant la pression de ses propres alliés occidentaux. Et si finalement il vient en Chine, il sera bien trop occupé pour pouvoir faire du mal. Et puis, pardon pour ce cynisme un peu trop réaliste : l'homme se fait vieux. C'est pour cela qu'il pense à revoir la procédure de désignation de son successeur : il veut le nommer lui-même. Et ne murmure-t-on pas que ce pourrait être un occidental? Je ne vois pas encore comment un tel personnage serait accepté par les Tibétains ou par les Chinois (Il faudrait qu'il ait d'abord la nationalité chinois).

    En réfléchissant, en analysant, on trouve trop d'options à la fois. Ce serait bien si Sa Sainteté toujours lumineuse, jette quelque lumières sur ses projets d'avenir.

  30. 280
    Thalasrum dit:

    Il est simplement dommage que vos petits camarades du parti socialiste ne soient pas aussi convaincus que vous et confondent allègrement respect des droits de l'homme, avec défense d'une théocratie tibétaine en exil !

  31. 281
    Frédéric Leblanc dit:

    Quelques réactions aux arguments de Jean-Luc Mélénchon:

    - Celui-ci en fer de la lance de la Laïcité fustige la constitution tibétaine où il est dit dans l'article 3 que le Tibet doit être un état libre, assurant la protection sociale et "guidé par le Dharma". Le Dharma est la Voie du Bouddha. Evidemment, cela pose problème à Jean-Luc Mélenchon. Ce Dharma entache la laïcité. Ceci étant dit, le but du Dharma est d'apaiser la souffrance des êtres sensibles de ce monde, de résoudre tous leurs problèmes et de leur procurer le bonheur, indépendamment de toutes les appartenances religieuses, sociales ou politiques. Pour un Tibétain ou pour n'importe quel bouddhiste, être guidé par le Dharma, c'est vouloir le bien de tous, et cela semble une excellente aspiration à prendre pour une constitution. Etre dans le Dharma, c'est donc vouloir le bien de Tibétain comme le bien des Chinois, c'est vouloir le bien du dalai-lama comme celui de Jean-Luc Mélenchon!
    On peut bien sûr dire et protester que c'est mélanger les pinceaux entre le spirituel et le politique. D'accord, mais sur les billets de banque des USA, il est marqué: "In god we trust". Est-ce que cela vaut mieux? En Europe, la plupart des constitutions sont marquées par la religion. En Belgique, l'Eglise n'est toujours pas clairement séparée de l'Etat. On ne vit pourtant pas dans une théocratie pour la cause!
    Jean-Luc Mélenchon s'émeut de ce que les lois de l'assemblée tibétaine doivent être approuvées par le dalai-lama. En Belgique, toutes les lois doivent être impérativement ratifiées par le roi. Mais cela ne veut pas dire que nous vivons dans une monarchie de droit divin. La ratification des lois votées par le parlement n'est jamais rien d'autre qu'une routine administrative. Sauf une fois où le très catholique roi Baudouin avait refusé de ratifier une loi sur l'avortement, mais bon pas de problème: les laïcards ont hurlé comme des damnés, et on a déclaré le roi dans l'impossibilité temporaire de régner (c'est-à-dire qu'on l'a considéré comme momentanément fou, juste le temps de ratifier la loi à sa place). Pourquoi ne pas adopter le modèle belge où "le roi règne, mais ne gouverne pas" au dalai-lama? c'est une idée.
    Bon,il va sans dire que le régime tibétain sera toujours trop religieux pour un fervent laïc comme Jean-Luc Mélenchon. Mais il faut dire quand même que la religion imprègne vraiment la société tibétaine a un point rarement atteint ailleurs dans le monde. Dans le Tibet ancien, près de 20% de la population était dans les ordres... Le combat pour la laïcité n'est donc pas gagné d'avance, mais peut-être pas non plus disqualifié d'office. Si on leur fait comprendre les avantages de la laïcité, beaucoup de bouddhistes tibétains pourraient se rallier à elles. Tout simplement parce que la politique et les jeux de pouvoirs, souvent pervers et violents, pourrissent la spiritualité.
    Que Jean-Luc Mélenchon ne se décourage donc pas! Par ailleurs, ce dernier ignore qu'il possède un allié de poids dans son combat pour la laïcité en terre bouddhiste. A savoir: Siddharta Gautama, le Boudddha en personne! Rappelons que Siddharta était un prince et qu'il est devenu l'ascète que l'on sait, tout en refusant toujours catégoriquement de reprendre le trône. Pour lui, le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel sont distincts l'un de l'autre. Rappelons aussi au passage cette sentence du Bouddha que Hu Jintao et George Bush feraient bien de méditer:
    "On peut conquérir des milliers et des milliers d'homme dans une bataille, mais celui qui se conquiert lui-même, lui seul est le plus noble des conquérants."

  32. 282
    pascal dit:

    Le premier critère pourrait passer par le fonctionnement des institutions, la séparation des pouvoirs, la représentation nationale, et les droits consentis à la population, d'expression, de réunion, d'association, de croyance, etc. Quant à dire que la majorité des Chinois est satisfaite de son sort, je me demande d'où Beta tient cette certitude. De son expérience personnelle ou d'un sondage émis par le gouvernement chinois? J'ai cru que la paysannerie chinoise n'était pas en très bon état, et que cette paysannerie représentait une part non négligeable de la population. J'ai du mal lire les journaux. Quoi qu'il en soit, difficile de dire si la majorité de la population "est heureuse" ou non du fonctionnement de son pays, dès lors qu'elle n'a que peu la possibilité de s'exprimer. Ce n'est pas le cas en France. Donc, là, on s'exprime. Et on exprime son mécontentement quand on est mécontent. Car toute démocratique que soit la France, elle n'en n'a pas moins son lot de difficultés. Personnellement, je ne suis pas Français, mais je préfère malgré tout le régime en vigueur en France qu'en Chine. Même avec Sarkozy.

  33. 283
    Serge Lefort dit:

    Pour une fois, je partage ton "coup de gueule".

    Quelques points de détail :
    - Ribes s'écrit avec un seul b.
    - Les déclarations de "Sa Sainteté le Dalaï Lama" sont consultable à cette adresse : http://www.tibet-info.net/www/-Declarations-de-Sa-Saintete-le-.html. Ce site est animé par Jean-Paul Ribes, hier grand adorateur de Mao et aujourd'hui thuriféraire du Dalaï Lama...

    Voir ma revue de presse sur le Chine : http://lou.quetiero.free.fr/ (pub).

    Serge Lefort
    Desde México

  34. 284
    savoie dit:

    Mes amis chinois, en chine, n'arrivaient pas à comprendre l mot "grève": avoir un salaire, du travail et revendiquer dépassait leur entendement: étonnés mais aussi admiratifs: la France en Chine c'est "FA guo"le pays de la LOI, ils admirent!
    J'ai assisté en haute savoie, de retour de Chine, à une conférence de tibétains en exil: beaucoup de mauvaise foi devant un public tout prêt à se donner facilement des frissons: mais quand on connait ces régions ce qu'ils présentaient comme des humiliations contre eux, c'était le quotidien du à la misère (pas de Wc individuel etc..);par contre il est vrai qu'à Tonrgen, on nous montrait à la dérobée, la photo du dalai lama et chacun ne pensait qu'à pouvoir s'exiler;
    Mais les musulmans Ouighours qui cohabitent avec les tibétains (et bien d'autres minorités dont les TU chamans dans ces régions à tort appelées tibétaines car cela donne le sentiment qu'ils sont les seules habitants de ces régions) ont exactement les mêmes doléances et personne ne les a jamais relevées! curieux

  35. 285
    beta dit:

    Cher Pascal,

    Vous devez lire les mauvais journaux.
    Sur la satisfaction des Chinois, c'est mon expérience de la Chine.
    Je n'ai aucune accointance avec le gouvernement chinois ou le PCC.
    Sur l'expression : il suffit d'aller sur l'internet chinois.
    Je n'ai jamais écrit que la Chine était un Shangri-La.
    Aucun Chinois ne le prétendra d'ailleurs.
    Mais les gens ressentent les progrès énormes qui sont accomplis et s'en réjouissent. L'ambiance générale est positive. Pour le reste, une bonne partie de la Chine est encore pauvre et figure parmi les pays en voie de développement. Mais votre imaginaire d'une Chine nazie est largement dépassée et témoigne malheureusement de la sélectivité de vos lectures.
    Il n'est pire sourd que celui qui ne veut entendre.
    Je m'élève contre la diabolisation de la Chine et le droit d'ingérance de ceux qui se déclarent tellement angéliques.
    Je plaide pour une démarche positive, empreinte de respect.
    Je suis convancu que par cet échange nous ferons progresser le bien-être et la paix dans le monde, mieux qu'à travers des propos haineux et insultants et de la démagogie à quatre sous.
    Ou prônez vous la bombe ? L'éradication totale de tout ce qui ne nous ressemble pas?
    Puis avons-nous tellement de quoi pouvoir être un modèle pour le reste du monde?
    Dès lors, oublions vite notre histoire.

  36. 286
    4 Août dit:

    Mensonges et révisionnisme du président de 28% des Français:

    http://www.bakchich.info/article3422.html

  37. 287
    Blob dit:

    > A tous

    On peut lire avec intérêt une série de reportages paru dans The New Yorker: elle décrit notamment la vie quotidienne d'un journaliste américain au sein d'un petit village de la campagne chinoise.

    C'est toujours intéressant, honnête et surtout pleins d'empathie.

    La série s'appelle Letter from China.
    Un exemple pour juger:
    http://www.newyorker.com/reporting/2008/04/28/080428fa_fact_osnos

  38. 288
    Instit dit:

    28 avril 2008 : « La Banque Centrale Européenne doit privilégier la stabilité des prix, dit Jean-Claude Trichet. »

    Il est crucial que la BCE détermine sa politique monétaire UNIQUEMENT AVEC POUR BUT D'ASSURER LA STABILITE DES PRIX, a déclaré Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne.

    Le climat actuel reste très exigeant et ne laisse pas de place à la complaisance, a-t-il dit lors d'une conférence organisée par la banque centrale autrichienne pour célébrer le 10ème anniversaire de la BCE.

    La politique monétaire actuelle de la banque centrale va contribuer à la réalisation de l'objectif de stabilité des prix, a-t-il ajouté, soulignant que des risques à la hausse pesaient sur cette stabilité à moyen terme.

    http://www.latribune.fr/info/La-BCE-doit-privilegier-la-stabilite-des-prix--dit-Trichet-828-~-BCE-TRICHET-20080428TXT-$Db=News/News.nsf-$Channel=Bourse

  39. 289
    Hervé dit:

    Le plus triste dans cette histoire c'est de voir Mélenchon défendre et justifier un gouvernement qui ne peut l'être.
    Que sa vision laïcarde le pousse à biaiser et à maquiller quelque peu la réalité, je peux le comprendre.
    Mais montrer le gouvernement chinois comme porteur de liberté est d'une bétise surprenante venant d'un homme par ailleurs trés intelligent.

    Le Tibet est devenu le symbol de l'oppression chinoise sur ses minorités, notamment religieuses. Mais comme c'est religieux, c'est bien fait pour eux, ce n'est pas important... Drôle de conception de la liberté Mr le Sénateur.

    Peut être trouverez vous à dire un peu de mal de vos amis les gouvernants chinois qui renvoient chez eux les coréens du nord qui passe leur frontière, tout en sachant qu'ils se feront excécuter dès leur arrivée à Pyongyang ?
    Pas de religion, ni de spiritualité là dedans, c'est donc à votre portée. Vous pouvez défendre cette cause ?
    Ou peut être prendrez vous la défense de Hu Jia qui vient d'être emprisonné pour 3 ans pour avoir demander plus de droits et de liberté dans son pays ?

    A moins qu'il ne soit manipuler par ces odieux étasuniens impérialistes, ce ne que ne sont pas vos amis les gouverants chinois, sans ce cas il mérite ces 3 ans fermes !

    Sur cet histoire de Tibet vous vous êtes fourvoyé. Vous avez fait des amalgames absurdes, limité à une vision anti-religieuse des affaires du monde.
    Revernez à la raison Mr Mélenchon et faites vous inviter sur les plateaux télé pour défendre nos retraites. Vous êtes bien meilleur et surtout plus pertinant dans ce rôle.

  40. 290
    Ami Céleste dit:

    Je tiens à exprimer tout mon soutien au vice-président Chinois et à son peuple très gravement blessé par les terribles événements parisiens.

    Pour que cela ne se reproduise plus jamais et pour témoigner de notre amitié à la Chine, je propose que l’on interdise toute manifestation de quelque sorte que ce soit à Paris. Désormais, tout regroupement de plus de 5 personnes sera sévèrement puni sauf en période de soldes.

    Pour éduquer le Peuple Parisien à ces nouvelles mesures, la France sera très honorée de demander l’aides des forces d’interventions spéciales Chinoises qui ont déjà si brillamment démontré leur efficacité lors du passage de la torche.

    Les policiers Français seront formés et encadrés par ces mêmes forces spéciales. Pour cela, la France remercie infiniment la Chine de son aide précieuse.

    L’hôtel de Ville détenu par ce traître à la Patrie de Delanoë sera réaménagé en centre de détention harmonieux. Si jamais le Dalaï ou quelqu’un de sa clique venait à s’en approcher, il serait immédiatement arrêté et torturé pour qu’il avoue enfin ses méfaits. Ce serait de plus un immense honneur pour tout le Peuple Français que de le livrer ensuite aux Autorités Chinoises seules habilitées à le juger. Monsieur Mélanchon s’est très généreusement proposé pour superviser les opérations. Qu’il en soit ici remercié. Le Peuple Français a toute confiance dans le souci de Justice et d’Harmonie qui animent les dirigeants Chinois.

    Ce ne sont que les premières mesures que la Patrie Française s’engagent à mettre en œuvre. La République Populaire de France conduira bientôt d’autres actions concrètes et œuvrera avec la Mère Patrie pour tenter se surmonter toutes difficultés qui pourraient froisser son Peuple.

    Vive la Chine ! Vive la France !

  41. 291
    Blob dit:

    > A tous

    Je trouve quand même la naïveté de certaines réactions dans les commentaires.
    Tout d'abord l'encerclement de la Chine est un fait géopolitique: il suffit de regarder une carte du monde pour constater qu'actuellement la Chine est encerclé par des pays alliés à des niveaux divers aux Etats Unis.
    Si l'on fait une chronologie fine des événements depuis 2001, on constate une série de crises dont l'origine est américaine en grande partie (l'espionnage chinois n'est cependant pas à négliger...) et à laquelle la Chine réponds avec plus ou moins de bonheur.
    L'origine de ceci, sur la période nous intéressant, est le viol de l'espace aérien chinois par un avion espion EP-3 en tout début du mandat de Mr Bush. Une enquête parue dans le Los Angeles Times conclura à l'action d'un groupe de généraux du Pentagone, fort plaisamment nommés les Proconsuls, organisant une provocation destinée à tester les nefs de G.W Bush, jugé trop isolationniste à la suite de sa campagne.

    Sur la période courte qui nous intéresse, je constate cette fois ci une autre série de provocations commençant il y a quelques mois commençant par une déclaration américaine demandant la dénonciation du traité interdisant la militarisation de l'espace. Il s'agit d'un premier pas vers la mise en application du Joint Vision 2020, un rapport auquel Donald Rumsfeld avait participé, définissant la domination américaine dans l'espace comme un nouvel objectif américain.
    Ceci provoqua une crise avec la Russie et la Chine, poussant au test d'une arme antisatellite russe par les Chinois au plus fort de la crise iranienne.
    La réplique américaine fut un test d'une nouvelle arme anti-satellite, relié au projet américain de système anti-ballistique, auquel le Japon venait de se voir associé.

    Par ailleurs, du fait du déploiement de troupes OTAN en Afghanistan, un certains nombres de centres de guerres électroniques ont été établi à la frontière de la Chine, alors que ce pays avait initialement accepté d'aider la coalition occidentale.

    Et si nous continuons dans la liste des griefs, on peut ajouter la campagne du président Bush pour que la constitution japonaise soit changée, répondant ainsi à un des voeux de l'extrême droite japonaise.

    On peut rajouter les manifestations des moines birmans venant déstabilisées le gouvernement d'un allié de la Chine en Asie du Sud Est, qui sont perçues par les chinois comme le renouvellement des révolutions de couleurs dont la manipulation par les services de renseignements américains est un autre fait.

    Il y a de même le traité de coopération nucléaire entre l'Inde et les Etats Unis qui la encore vue comme un moyen de relancer la course aux armements dans la région et une tentative de découplage de l'Inde et de la Chine.

    Et enfin, il y a la crise financière qui fait de la Chine le créancier des Etats Unis alors que ceci sont empêtrés dans une guerre qu'ils paient à crédit, et qui pourrait leur coûter jusqu'à 3 billions de dollars comme l'a écrit Joesph Stiglitz.

    Tout ceci vient renforcer la méfiance des Chinois, et n'importe quel régime dans ses conditions seraient enclin à réagir brutalement.

    Par ailleurs, il ne faut pas négliger les trop nombreuses campagnes anti-chinoises que l'on voit se succéder dans nos médias, qui souvent oublie que la recherche des salaires les plus bas est d'abord le fait de nos entreprises et de la volonté de nos banques centrales de limiter l'inflation.

    La crise Tibétaine m'est donc apparue comme une nouvelle péripétie dans ce lourd contexte, en quelque sorte comme un chantage à la désintégration de la Chine au cas où elle cesserait de se montrer complaisante dans son financement de la dette Américaine et dans son usage des fonds souverains.

    C'est ce que j'avais été expliqué aux étudiants chinois, qui m'avait dit partager ce point de vue.

    Par ailleurs, pour couper court aux possibles accusations de manipulations, je veux juste ajouter que mon point de vue a été forgé par la lecture essentiellement de la presse anglo-saxonne, de revue comme The Bulletin of Atomic Scientist ou Foreign Affairs, et un peu de Novosti.

  42. 292
    Frédéric Leblanc dit:

    Je voudrais ici contester l'amalgame que Jean-Luc Mélenchon opère entre la charia islamique (il cite les ayatollahs et les talibans) et le Dharma bouddhique. C'est insultant pour les bouddhistes. Le Dharma du Bouddha n'incite pas à la haine des infidèles, ne prône pas la guerre sainte, n'édicte pas la lapidation pour les femmes adultères et ne condamne pas les apostats de mort non plus. Le Dharma n'est en rien une charia, en ce sens qu'il n'impose pas un comportement dans tous les aspects de la vie sociale. Il a bien le vinaya, le code de conduites des moines, dont le but est de procurer une vie faite de calme et de détachement propice à la méditation et au progrès spirituel. Ce code de conduite est très fourni et très détaillé, cherchant systématiquement à établir une conduite entre l'extrême des plaisirs et l'extrême des mortifications. Par contre, à l'intention des laïcs, les règles sont délibérément beaucoup plus floues. Elles consistent plus en des conseils pour améliorer sa vie qu'en des commandements au sens stricts.
    Un exemple: le Bouddha a vivement recommandé le végétarisme au nom de la non-violence et du respect de la vie (ne pas tuer est le premier précepte bouddhiste). Néanmoins, ce n'est pas une obligation impérative. Beaucoup de bouddhistes ne sont pas végétariens (et la plupart des Tibétains sont même de grands mangeurs de viande).
    Le Dharma ne prétend pas régir tous les aspects de la vie sociale comme la charia. C'est une différence essentielle. Quand Jean-Luc Mélenchon dit (je cite): "La version tibétaine de la charia a pris fin avec le régime communiste", c'est faux. Il n'y a jamais eu de version tibétaine de la charia. Il y a bien eu une loi comme partout ailleurs dans le monde, et cette loi n'était certes pas tendre; et aujourd'hui cette loi nous apparaît dans bien des aspects comme franchement dure, répressive et violente, voire cruelle aux occidentaux modernes que nous sommes évoluant dans de douillettes démocraties. Mais cette loi tibétaine n'était pas foncièrement différente de la loi chinoise apparaissant également à nos yeux rebutante, voire cruelle.
    Quand JL Mélenchon nous dit (je cite) : « L’autorité communiste a mis fin aux luttes violentes entres chefs locaux » au Tibet, il a certes raison : le Tibet était loin d’être un paradis de non-violence, mais il oublie dans le même temps (ce qui est gênant) la déferlante de violence et de sauvagerie causée par le régime de Mao Zedong et qui a causé des millions de morts en Chine, au Tibet et partout dans le reste de l’empire.
    Le Tibet était un régime féodal avec la particularité que les abbés des monastères contrôlaient de vastes territoires au même titre que les roitelets, les barons et les ducs du Tibet. A ce titre, ils étaient amenés à faire justice, voire à défendre leur territoire, manu militari. Cela a au pour conséquence que des moines ont effectivement eu des activités de combat, mais aussi de punitions, parfois au moyen de châtiment corporel. Quand Jean-Luc Mélenchon ajoute que ce même régime maoïste a également mis « aux divers châtiments sanglants à ceux qui contrevenaient aux règles religieuses dont ils étaient les gardiens », cette affirmation de pure propagande chinoise n’a qu’un petit fond de vérité : il arrivait que les moines se battent et fassent justice eux-mêmes, pas toujours de manière très tendre. Ceci étant, c’est noircir inconsidérément le tableau que de représenter les moines en monstres sanglants, constamment armés de fléaux et d’autres instruments de torture à la main pour punir et meurtrir le petit peuple innocent. C’est là une image de propagande qui vise à noircir les moines et tous les représentants du Tibet ancien pour mieux présenter par contraste les gardes de l’Armée rouge comme de « courageux libérateurs des peuples opprimés et martyrisés ». La plupart des moines étaient des gens paisibles et bienveillants sans volonté de nuire à qui que ce soit. Par ailleurs, j’ai déjà expliqué plus haut que ce n’était pas les règles religieuses, mais bien que les lois civiles que certains moines faisaient appliquer. La plupart des moines étaient bein les gardiens des règles religieuses, mais dans l’intériorité de leur conscience au gré des choix moraux à prendre au jour le jour dans leur vie spirituelle, sans recours aux armes et aux châtiments donc.

    On peut évidemment se demander le bien-fondé de moines bouddhistes qui prennent les armes et infligent des châtiments. C’est difficilement défendable : la justification est complexe, et m’apparaît de toute façon éminemment douteuse. Dans le bouddhisme originel, les moines ne peuvent pas porter d’armes et se voient dans l’interdiction totale de tuer un autre être humain, même en état de légitime défense ; ils ne peuvent pas non plus blesser ou tourmenter d’autres êtres sensibles (les humains comme les animaux). Toutes sortes de justifications philosophiques et idéologiques ont fait que les moines dans le bouddhisme tibétain se sont investis d’un rôle politique et des moyens de coercition qui vont avec ce pouvoir.
    Du point du Dharma, c’est en soi un scandale ! Je ne défends pas cela. Mais quelque soit le jugement moral que l’on porte sur cela, quand on fait de l’Histoire, il faut la regarder le plus objectivement avec ses ombres et ses lumières, même si on est dans un domaine franchement passionnel et s’en tenir aux faits : certes, le système féodal du Tibet a engendré beaucoup d’injustices et de choses peu ragoûtantes, mais d’un autre côté, la vision communiste noircit à dessein tout le tableau, malheureusement en vue de perpétrer des purges, de déchirements et d’autres choses peu ragoûtantes !

  43. 293
    jennifer dit:

    Pour info

    Tous les chefs d’Etat Africains Francs-Maçons gravitent dans l’orbite de la Grande Loge nationale française (GLNF).

    Les frères au grand jour

    Omar BONGO ONDIMBA (Gabon).
    Denis SASSOU NGUESSO (Congo-Brazzaville).
    Idriss DEBY ITNO (Tchad).
    François BOZIZE (République Centrafricaine). A noter que celui-ci, par ailleurs révérend supérieur d’une Eglise du christianisme céleste-Nouvelle Jérusalem, a sollicité à l’automne 2007 la bénédiction du pape BENOIT XVI.

    Les frères de l’ombre

    Ceux-là s’abstiennent de confirmer, voire démentent. Il arrive que les sources initiées consultées par L’Express se contredisent...
    Abdoulaye WADE (Sénégal). A, semble-t-il, pris ses distances avec sa loge. D’autant qu’il doit tenir compte de l’hostilité de l’islam confrérique envers la franc-maçonnerie.
    Blaise COMPAORE (Burkina Faso). Parrainé par son ministre des Affaires étrangères, DJIBRIL BASSOLE.
    Amadou TOUMANI TOURE (Mali).
    Mamadou TANDJA (Niger).
    Thomas YAYI BONI (Bénin).
    Paul BIYA (Cameroun). Aurait été initié avant de se rapprocher de la mouvance rosicrucienne.

    Les demi-frères
    Ils ont été approchés et envisagent de rallier la'tribu'.
    Faure GNASSINGBE (Togo).
    Joseph KABILA (République démocratique du Congo).

    Futur temple de la franc-maçonnerie à Brazzaville

    La Franc-Maçonnerie : Un legs colonial

    Dédiée à'Saint-Jacques des Vrais Amis rassemblés', la première loge en terre Africaine a vu le jour en 1781 à Saint-Louis du Sénégal. Il s’agira longtemps d’une maçonnerie coloniale, réunissant sous le maillet militaires, commerçants et fonctionnaires.

    Plusieurs maçons fameux ont plaidé en faveur de l’abolition de l’esclavage, notamment l’abbé Grégoire sous la Révolution puis Victor SCHOELCHER.

    D’autres ont œuvré à l’expansion de l’empire Français, tels Pierre SAVORGNAN de BRAZZA et Jules FERRY, désireux'd’apporter les Lumières aux races inférieures'.

    L’émir Algérien ABD EL-KADER a rallié le Grand Orient en 1864. Longtemps laissés à la porte du Temple, les frères noirs y trouvent peu à peu leur place au XX è siècle. Citons le Sénégalais Blaise DIAGNE, nommé commissaire de la République en 1918 par CLEMENCEAU, puis sous-secrétaire d’Etat aux Colonies sous Paul DOUMER, ou le Guyanais Félix EBOUE, qui, gouverneur du Tchad en 1940, rallie l’Afrique Centrale à la France Libre. A l’heure des indépendances, les loges Africaines s’émancipent, créant des obédiences nationales, souvent nées de la fusion entre les filiales locales du GO et de la GLNF.

    A lire : La Franc-Maçonnerie en Afrique, par Georges ODO. Editions maçonniques de France, 2000.

  44. 294
    jennifer dit:

    @Beta
    Merci beaucoup pour votre témoignage de première main sur votre expérience professionnelle en Chine et au Tibet

  45. 295
    Jean-Pascal dit:

    Cher Beta,
    Je ne doute pas que vous ayez eu de très bonnes expériences en Chine (moi aussi!), et que de nombreux progrès ont été accomplis, notamment du point de vue médical (faut dire qu'ils partaient de loin!)
    Cependant, je maintiens que l'occupation des Chinois Hans au Tibet s'apparente à l'occupation allemande de la France (il n'y avait pas de chambres à gaz en France,à ma connaissance). J'ai passé 3 mois au Tibet et au Xinkiang (en pays Uygur). J'ai pu constater le mépris abyssal que portent les Chinois sur les autochtones, mépris qui confine au racisme.
    Les Tibétains, qui ont leur propre langue, culture, religion, ethnie ne forment donc pas une nation d'après vous? Que faut-il donc de plus pour avoir droit à un pays? Mélenchon prétend que le Tibet appartient à la Chine depuis le 14e siècle. Mensonge. Ce sont les Mongols (qui avaient déjà fait main basse sur la Chine) qui sont devenus suzerains du Tibet, sans brutalité. D'ailleurs, ils sont repartis chez eux en emportant le lamaïsme dans leurs bagages....
    Si les tibétains sont tellement bénéficiaires de leurs amis chinois, je vous repose la question: pourquoi les journalistes ne peuvent y aller sans être cornaqués? Pourquoi des tibétains par milliers, au péril de leur vie, traversent l'Himalaya pour fuir le paradis offert par les chinois? J'ai pu constater que les "progrès" apportés au Tibet bénéficient beaucoup plus aux émigrés Chinois qu'aux Tibétains. Pourquoi le Panchen Lama, un enfant âgé alors de 5 ans, a t-il été kidnappé et est devenu le plus jeune prisonnier politique? (il est toujours prisonnier aujourd'hui).
    Avant l'invasion, à ma connaissance, les prisons tibétaines étaient rares et minuscules. Aujourd'hui, d'immenses centres carcéraux sont surpeuplés de tibétains ingrats qui refusent de reconnaître la bonté des occupants.
    La pression démographique chinoise au Tibet n'est pas seulement mortelle pour le peuple tibétain, mais également pour l'environnement (dépôts de déchets nuclaires, déforestation, pollution, etc. etc).
    Bref, je crois que nos expériences sont différentes, et je respecte profondément la vôtre. Si vous en avez la possibilité, je vous encourage vivement à visiter le Tibet, vous vous ferez votre propre opinion. De mon côté, il me sera difficile d'aller au Tibet ou en Chine avec le CICR, étant donné que l'accès au Tibet est refusé au CICR depuis 50 ans, et que la délégation basée à Pékin ne peut que diffuser le droit international humanitaire et développer la coopération avec la Croix Rouge chinoise.
    Hasta la vista, camarade hombre!

  46. 296
    Blob dit:

    > Beta et Jean-Pascal

    Vos deux expériences ne sont sans doute pas contradictoire: il n'est pas rare que la main gauche d'un Etat ne sachent pas ce que fait la main droite, comme le montre l'exemple de l'Algérie Française.

    Par ailleurs Jean-Pascal, il ne faut pas oublier qu'en Chine, tous les chinois ne parlent pas mandarin: le fait de ne pas parler la même langue ne fait pas de vous un étranger.
    Il n'est pas rare de voir deux chinois ne pas se comprendre au premier abord, puis devoir passer au mandarin pour arriver à discuter.

    Quand au racisme chinois, malheureusement, c'est là un autre fait, mais qui n'est pas propre au gouvernement communiste: il suffit de voir comment sont traités les peuples aborigènes à Taïwan par exemple.

  47. 297
    jennifer dit:

    Je ne résiste pas à faire un papier-coller de l'excellent article de la semaine dernière de François Delapierre de PRS, juste le début. La fin vous l'aurez en cliquant sur PRS dans la colonne de ce blog

    "Ce lundi, Libération consacre un article à plusieurs manifestations de Chinois en défense de leur pays. Il signale que Pékin a exigé des excuses de la chaîne américaine CNN après des remarques "jugées offensantes" d'un de ses commentateurs "qui avait qualifié les exportations chinoises de'camelote avec de la peinture au plomb'". Mais en réalité la journaliste ne cite qu'une toute petite partie des propos du chroniqueur de CNN, un dénommé Cafferty, et n'en reprend que les éléments les plus anodins. Car entre autres choses, Cafferty a déclaré à l'antenne que les Chinois d'aujourd'hui n'avaient pas cessé d'être "la même bande de casseurs et de voyous que pendant ces cinquante dernières années". Cet "oubli" occulte la montée des discours anti-chinois aux Etats-Unis. Celle-ci doit pourtant être prise très au sérieux si l'on veut faire une analyse raisonnée des enjeux de la tension créée actuellement avec la Chine.

    Car les propos de Cafferty ne sont pas un dérapage isolé. Un nombre croissant de responsables américains dénoncent la montée en puissance de la Chine, alimentant des campagnes d'opinion

    de plus en plus violentes contre les Chinois. Il s'agit bien de campagnes "antichinoises", au contenu xénophobe sans ambiguïté. Précisons en effet à l'usage des sceptiques qu'il ne s'agit pas de critiquer la politique environnementale de la Chine, ce qui serait paradoxal de la part du principal responsables de l'effet de serre sur la planète, ou encore son recours à la peine de mort, ce qui serait là aussi assez curieux de la part d'un pays qui n'hésite pas à l'appliquer aux mineurs. Ni d'agir contre les délocalisations, car il faudrait s'en prendre aux entreprises américaines qui ont voulu au nom de la mondialisation libérale transformer la Chine en vivier de travail bon marché. Non, il s'agit bien de créer les conditions d'un affrontement avec la Chine dans le droit fil de la théorie du choc des civilisations.

  48. 298
    jennifer dit:

    Où avais-je la tête ce n'est pas un "papier-coller" mais un copier-coller!

  49. 299
    Frédéric Leblanc dit:

    Beaucoup de témoignages corroborent l'intervention n°321 de Jean-Pascal quand il parle du "mépris abyssal des Han à l'égard des autochtones, mépris qui confine au racisme", ce qui contribue à marginaliser encore plus les Tibétains de la marche générale de la Chine.
    En même temps, j'ai pu contaster une attitude ambivalente chez certains Chinois, une sorte d'admiration secrète à l'égard des Tibétains. Le Tibet obsède la Chine, pas seulement du point de vue géostratégique ou des récriminations occidentales
    .

  50. 300
    Blob dit:

    >Jennifer

    Ces campagnes anti-chinoises ne sont pas neuves: il suffit de jeter un coup d'oeil rapide sur la culture populaire occidentales pour constater qu'en 10 ans à peu près, le grand ennemie est devenu la Chine.

    On ne compte plus le nombre de romans de Science Fiction, d'Espionnage ou de Thrillers Technologiques par exemple mettant en jeu une guerre entre les Etats Unis et la Chine.

    Il y avait eu même il y a quelques années un Best Seller Américain intitulé The Coming War against China, et c'est devenu une petite industrie depuis lors.

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 9 10 1118 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive