29jan 08

Il y a déjà trop de jours passés sans que j’ai écrit sur ce blog-note. Je n’ai pourtant pas lézardé. Je ne parle pas des réunions qui se sont accumulées en effet. Sans parvenir percer le mur d’indifférence médiatique et institutionnelle qui a protégé le prétendu « traité simplifié », il faut l’admettre, la rage au cœur. Je parle du temps que j’ai consacré à un travail d’écriture qui a absorbé toute l’énergie de mon stylo et de mon cher clavier. J’ai en effet été invité à présenter un travail d’analyse du discours de Latran prononcé le 20 décembre par le Président de la République. Ce travail va être très prochainement disponible en ligne. Je n’ai pas trouvé d’éditeur à cette heure pour en faire une publication bien distribuée. De toute façon, l’emploi du temps de ces jours-ci est ailleurs. Je suis mobilisé au Sénat par la révision de la Constitution en vue de la ratification du traité européen de Lisbonne. Là, le plus difficile est de lutter contre la résignation. « C’est plié », « c’est perdu », « à quoi bon ». Voilà le fond de l’air. Pour un peu on nous inviterait à jeter l’éponge. Un bon combat ne serait qu’un combat gagné d’avance. Ou raisonnablement gagnable. Il n’en est rien. Avec ce genre de raisonnement aucun combat de gauche n’aurait jamais eu lieu. A l’instant, cet après-midi au Sénat, la droite s’est couverte de ridicule. Pour contrer la bataille que les parlementaires du Comité National pour un Référendum ont engagée avec le dépôt d’une « motion référendaire », il lui aura fallu recourir aux méthodes les plus misérables.

Nous avons donc décidé avec nos collègues communistes et les camarades socialistes et verts partisans du référendum de déposer au sénat une motion référendaire à l’ouverture de la séance sur la révision constitutionnelle préalable à la ratification du traité européen. La motion référendaire permet, si elle est discutée et votée, de renvoyer directement au référendum le vote d’un texte de loi (ici le projet de révision constitutionnelle). Mais pour pouvoir la discuter, c’est un vrai parcours du combattant. Il faut notamment être au moins 30 sénateurs à la soutenir en étant physiquement présents en séance.
Il fallut donc faire le tour de tous les partisans du référendum pour que personne ne manque à l’appel. De quoi faire une belle démonstration de force puisque nous étions 34 sénateurs de gauche partisans du référendum en séance (20 communistes, 12 socialistes et 2 verts) alors que le total des sénateurs de droite présents ne dépassait pas les 25. La droite n’en revenait pas ! A commencer par le premier ministre Fillon qui n’avait pas vu arriver le coup. De quoi mettre de l’ambiance en ce début de discussion. J’ai réellement cru à ce moment que nous allions y arriver.
Notre demande de motion référendaire aurait donc dû être discutée. Mais, coup de théâtre, le président Poncelet souleva une possible irrecevabilité de notre motion. Il proposa donc de suspendre la séance pour faire examiner ce point par la Commission des Lois du Sénat. Les sénateurs membres de cette commission sont donc sortis de la séance, tandis que les autres ont patienté le temps de cette suspension. La manœuvre a bien failli se retourner contre ses auteurs. Grâce à une nouvelle démonstration de force des partisans du référendum dans la Commission des lois. Les rangs de la droite sénatoriale étant déjà très clairsemés dans l’hémicycle, ils le furent encore plus dans la Commission des lois. Au sein de cette commission, la droite n’arriva en effet à aligner que 7 sénateurs face à 8 partisans du référendum ! Nouveau coup de théâtre donc. Car ainsi composée, la Commission des lois ne pouvait que conclure à la recevabilité de notre motion référendaire. Son président, le sénateur Hyest suait donc à grosse goutte, tandis que les assistants du groupe UMP et les attachés parlementaires du gouvernement faisaient chauffer les téléphones portables pour rameuter quelques sénateurs UMP et tacher de renverser la tendance. Rien n’y fit. Toujours pas le compte. La déroute était en vue à droite. C’est alors qu’il y eut une trouvaille de carabin. Des procurations furent rédigées comme par enchantement, alors que cette réunion de la commission n’était pas prévue et qu’il était donc impossible officiellement pour des sénateurs de faire une procuration pour s’y faire représenter. La droite est donc arrivée à aligner 14 voix en commission des lois (7 sénateurs présents et 7 votes par procuration) face à nos 8 voix favorables au référendum. Résultat, par ces méthodes que j’ai qualifiées de misérable de retour en séance, la Commission des lois a conclu que notre motion référendaire était irrecevable.
Mais le calvaire n’était pas terminé pour la droite. Car de retour en séance, le sénat devait désormais valider par un vote la conclusion de la commission des lois. Avec à nouveau un problème d’effectifs présents en séance. Qu’à cela ne tienne, le président du groupe UMP demanda illico un scrutin public, procédure qui permet au président d’un groupe de voter pour tout son groupe y compris les absents. Pour la deuxième fois, les absents ont donc fait la décision. Alors que la droite sénatoriale était minoritaire en séance, elle a réussi à faire rejeter notre demande de discussion de motion référendaire. Pitoyable caricature. Non seulement la droite veut priver le peuple de parole sur ce traité européen, mais elle veut même empêcher que l’on puisse en débattre au Parlement. Nous l’avons abondamment dénoncé en séance. Nos interventions de protestation avec nos camarades socialistes Charasse et Dreyfus Schmidt ainsi que notre camarade communiste Nicole Borvo ont tapé ferme ! Je publierai le texte de cette première intervention que j’ai prononcée dans ce débat dès qu’il sera retranscrit.
La droite croyait enfin pouvoir dire ouf. Fillon s’apprêtait à prononcer son discours à la gloire du traité européen. Mais nous avons tiré une autre cartouche pour porter avec force l’exigence du référendum. Nous avons utilisé pour cela un autre instrument de procédure qui permet à 30 sénateurs présents en séance de demander la discussion immédiate d’une proposition de loi déposée préalablement. Bien sûr, nous avions justement déposé quelques jours auparavant une proposition de loi (avec 2 communistes, 2 socialistes et 2 verts) proposant de réviser la constitution pour rendre obligatoire un référendum sur toute question sur laquelle le peuple s’est déjà prononcé par référendum. Une manière d’inscrire dans la constitution que seul le peuple peut défaire ce que le peuple a décidé. Cette fois-ci la droite n’avait plus aucun artifice juridique pour bloquer notre demande. Le président du Sénat fut contraint de constater, sous l’œil dépité du premier ministre et de l’UMP, que plus de 30 sénateurs étaient bien là (34 exactement, les mêmes qu’au départ, toujours fidèles au poste) dans l’hémicycle pour soutenir la discussion immédiate de cette proposition de loi. Celle-ci ne sera discutée qu’à la fin de la séance cette nuit. Mais cela nous offre une tribune supplémentaire pour plaider en faveur du référendum.
Nous entrons donc maintenant dans la discussion elle-même sur la révision constitutionnelle préalable à la ratification du traité européen. La droite sénatoriale est toujours minoritaire, pour encore un petit moment face aux sénateurs de gauche partisans du référendum. Ca n’a pas l’air de gêner M. Fillon qui déroule son discours sur le traité européen sur un air blême, sans même commenter les deux heures d’incidents préalables dans lesquels son parti vient de se ridiculiser. Voilà une bataille bien engagée.


88 commentaires à “Débat sur le référendum au Sénat : un début de bataille bien engagé !”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    Mister Cyril dit:

    Je suis impressionné Sénateur, plus de 10 ans que je n'ai plus voté socialo mais si vous êtiez dans ma circonscription (député, maire ou cantonale), je vous la donnerai avec joie...sur une liste vraiment à Gauche bien sûr;..comme on dit ce combat vous honore Don Mélenchon face à ces forteresses de traîtrise et de bassesses politiques.
    Salutations sincères.(ouah ça fait bizarre de féliciter un dirigeant du PS, les militants je sais qu'il y en a pas mal de sincères...alors à Gauche!).

  2. 2
    ArtDesChoix dit:

    Il faut avoir en tête que cette bataille est européenne. Pendant ce temps, Die Linke renforce son implantation en Allemagne, et dans de nombreux pays nos camarades luttent contre ce traité.
    Pour les lusophones, en voici au moins un
    http://www.miguelportas.net/blog/?p=318
    qui est député européen du BE (Bloco de Esquerda, Portugal)
    En France le basculement de la droite du PS au centre, qui se manifeste cruellement aux municipales, devra bientôt être contrebalancé. Ces centristes mériteraient bien une bonne gauche!

    En attendant un abraço pour le camarade Mélenchon qui a bien mérité la chaleur militante qui l'accueille en Province!

  3. 3
    H2 dit:

    http://www.nousvoulonsunreferendum.eu/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=17&Itemid=33

  4. 4
    Michel VAYSSIERE dit:

    Je suis pourtant un homme de droite et un homme qui vous exprime sa reconnaissance pour votre action. La droiture est un acte important en politique.
    Merci Monsieur pour votre action, pour le respect du vote des 55% de Français.
    Michel VAYSSIERE

  5. 5
    kalmos dit:

    Belle dénonciation de l'absentéisme (scandaleux) parlementaire.
    Même si je ne partage pas votre point de vue, force est de constater que vous ne lâchez rien sur votre combat politique. Respect!

  6. 6
    CLEMENT Henri dit:

    Merci Jean-Luc de nous avoir relaté le déroulement des débats presque en direct DU SENAT ,enfin c'est comme ci nous étions spectateurs, tant tu as bien décris les débats.
    MERCI A TOI ET AU 34 SENATEURS qui se sont battus, avec les armes dont ils disposaient FACE A CETTE DROITE REACTIONAIRE PRESQUE FACHISANTE.
    li faudra publier la listes des élus pour et les contres.
    ET DES QUE TU AURA LA PAROLE DANS LES MEDIAS (choses rares)JE COMPTE SUR TOI pour tenir la france entiere au courant.
    MERCI Mr le sénateur cher camarade MELENCHON.

  7. 7
    CLEMENT Henri dit:

    Michel VAYSSIERE poste 4

    moi je suis de gauche, et je salut ton courage,de respecter la démocratie.
    Merci à toi pour ta prise de position elle est tout a ton honneur
    respect
    salutations
    H CLEMENT

  8. 8
    P.Lecoq dit:

    Tu as raison de ne rien lacher,Jean-Luc! Tête haute et les yeux dans les yeux de ceux qui ont voté non au référendum.Nous comptons sur toi mais pas sur ces "socialistes" qui ont inscrit un nouveau référendum dans leur programme et qui renient ce qu'ils avaient promis.Honte sur eux,leur crédibilité va encore en prendre un coup.Promesse non tenue!
    Heureusement,ils en restent encore quelques uns comme toi,tête haute!

  9. 9
    Gérard PERRIER dit:

    Belle leçon de pugnacité de courage et de persévérance politique pour ceux qui croient la bataille perdue d'avance sans l'avoir menée! Ancrage programmatique d'avenir quand dominent les calculs locaux.
    Dans les Bouches du Rhône c'est un petit carré militant qui a fait ce qu'il a pu:déplacer le terrain de départ,celui de la LCR,qui exigeait que l'on soit hostile au Traité de Lisbonne pour engager la bataille,vers celui de l'unité en défense de la souveraineté populaire que l'on soit pour ou contre le texte,enfin rallier quelques élus de gauche.Une majorité de parlementaires PCF et finalement quelques uns du PS qui,début décembre encore,étaient réticents.Tout le PS est ici, comme ailleurs sans doute, uniquement préoccupé par la composition des listes municipales.Qui a dit que ce fut la fin de la SFIO quand celle-ci ne se préoccupait plus que des questions locales faute de cohérence nationale ? Au PCF ce ne fut guère mieux qui voit l'essentiel des débats tourner autour des places...concédées par le PS...

  10. 10
    Michel VAYSSIERE dit:

    Réponse à : Clément Henri poste 7
    Remerciements pour ta réponse. Il est vrai et je trouve dommage que la politique éloigne les gens de bonne volonté et permet que le regroupement des imb....... je reste correct. Le respect de la parole,des engagements doit être l'action première d'un élu, mais voilà, malheureusement beaucoup pense être un prince. Heureusement que la guillotine est au placard.
    Amicalement
    Michel Vayssière

  11. 11
    beaulieu dit:

    S'il n'y avait que des socialistes comme vous, ça me raccommoderait un peu avec le Ps. Las quand j'entends la majorité de vos collègues, ça me désespère. j'en ai assez de "voter contre" aux élections pour faire barrage à la droite. D'autant que je considère qu'à l'heure actuelle le Ps, ne s'en différencie guère. Voire l'approbation de Mme Royal aux élucubrations ultra-libérales de M. attali. Quand ce parti va-t-il enfin éclater et sa partie gauche s'allier avec la gauche dite extrême/

  12. 12
    H2 dit:

    Sacrée aventure, oui !
    Qui osera demain encore appeler ces "institutions des intitutions "démocratiques" ?
    Bonimenteurs, combinards, menteurs, torpilleurs du juste débat d'idées.
    Honte à cette Droite que l'on regarde désormais agir en direct !
    Mais qui, de nos Concitoyens, prend la mesure des enjeux, de ce qui se passe en coulisse ? Dans les assemblées feutrées de notre Sénat ? De notre Assemblée Nationale ?
    La République dans ses rouages reste il me semble, bien trop énigmatique pour la majorité des électeurs et des électrices.
    Le "bon Peuple" (moi dedans)... vote - certes, mais que connaît-il de ses institutions et du fonctionnement de celles-ci ?
    Rude combat en vérité.
    Votre texte fait oeuvre d'éducation populaire M. Mélenchon. Merci de me faire prendre encore plus conscience des dessous des cartes et de la réalité du combat politique institutionnelle.
    Nous aurions aimé que vous soyez plus soutenu par votre Parti (!) pour lequel nous votons depuis plus de 25 ans mais qui est passé par armes et bagages de l'autre côté du rubicon !
    Merci à vous dès lors et aux autres sénateurs pour ce beau round !
    Les scélérats du camp adverse et les félons de tous ordres ne l'emporteront pas longtemps au paradis.
    L'émergence d'une force politique nouvelle de transformation sociale à vocation majoritaire est en voie de construction sinon dans les faits, déjà dans les têtes. De toute façon nous n'aurons bientôt pas d'autres choix que de nous réorganiser face à la volonté hégémonique d'une caste qui n'a de compte à rendre qu'aux actionnaires en niant les citoyens et en falsifiant la démocratie.
    NOUS N'AVONS PLUS D'AUTRE CHOIX !
    Laissons à Madame Guigoux et consors le souhait de ne surtout pas agir ou à d'autre de passer à la télé pour raconter leur petit roman à l'eau de rose pitoyable et suranné.
    Nous ne savons plus où gerber depuis 8 mois face à tout ces faquins !
    A l'instant il est marrant d'entendre à l'émission de "ce soir ou jamais " sur la future chaine privatisé de FR3, M.Bocquel tout miel se goberger à tout crin du mot " Démocratie " et vanter le rapport de M. Attali qui disait très autoritairement il y a quelque jours, qu'il fallait appliquer ses mesures - toutes ses mesures - sans les discuter !
    Bein voyons !

  13. 13
    Emmanuel Lyasse dit:

    Je viens de vous entendre et de vous voir sur le site du sénat et tiens à vous exprimer mes félicitations et ma gratitude pour ce magnifique discours.
    Le 10 juillet 1940, tout le monde s'était tu. Vous avez parlé. Continuez !

    Une question: j'ai été surpris par l'absence d'explications de vote (comme sur les deux motions PCF d'ailleurs). On comprend que la droite cherche à abréger les débats. Mais les partisans du référendum ?

  14. 14
    H2 dit:

    Pour information :
    Aidez vos associations préférées - Cyber Acteurs par exemple - en
    surfant avec HOOSEEK, le SuperMoteur de
    recherche Solidaire !
    http://www.hooseek.com
    Quand vous utilisez un moteur de recherche pour trouver
    une information, le moteur de recherche, lui, est financé par la
    publicité mise sur les sites que vous visitez. Des petits jeunes ont
    eu l'idée de faire bénéficier des ONG des retombées financières en
    négociant avec les moteurs de recherche.
    Cela ne vous coûte rien et ne nous rapporte pas grand chose mais cela
    fait toujours ça de moins dans la poche des grands groupes
    gestionnaires de moteur de recherche que vous utilisez de toute façon

  15. 15
    Jennifer dit:

    Je me répète mais je pense qu'il faudrait actualiser la lutte contre le traité en expliquant quel type d'Europe veut construire Sarko. Une europe inféodée aux USA. Il y a des gens à gagner sur cela. Déjà pendant la campagne présidentielle aucun opposant n'a abordé cette question, par pudeur? et je pense que cela aurait fait les choses plus difficiles pour Sarko. Dès sa victoire acquise, il nous a montré combien il est le représentant des intérêts américains en Europe (pas seulement certes car il y a aussi le capital français qu'il sert).
    Des campagnes passéistes ne convainquent personne. Il faut lier l'histoire du référendum à quelle bataille politique (et pas seulement la question démocratique mais au contenu politique) il y a derrière.

  16. 16
    Jennifer dit:

    je refais un couper-coller de mon post d'hier soir au cas où certains ne l'auraient pas lu. Certes je vais réveiller les foudres mais je pense que cette campagne a une dynamique plus démoralisante que tournée vers l'avenir. Je ne comprends pas comment on peut faire ce type de campagne basée sur la frustration du passé.
    voilà ce que j'écrivais hier:Je ne trouve pas la campagne sur le referendum bien axée. Elle devrait plus aller de l'avant et non être tournée sur le respect du vote de 2005. La droite au pouvoir en 2005 n'est pas la même que celle d'aujourd'hui.
    En 2005 on pouvait toujours avoir l'illusion que Chirac qui avait opposé Bush sur la guerre en Irak entraînant l'Allemagne avec lui, pourrait continuer à être un point d'opposition (même si timide mais quand même assez significative pour en faire un point noir pour l'administration US) à l'hégémonisme unipolaire US. La victoire du non qui a été suivie de la déroute de l'Union Européenne a été pour le plus grand bénéfice des américains et la voie était alors libre pour l'ascension finale de Sarkozy, représentant de Bush en France.
    L'Europe que veut construire Sarkozy est une Europe à la botte des USA et n'a donc pas le même contenu. Je pense qu'au lieu de centrer la campagne sur le passé et sur la question démocratique, elle gagnerait plus d'audience si elle était centrée sur la dynamique Sarko-Bush et ce qui se passe dans le monde et en Europe, à savoir ce que représente Sarkozy et le tournant qu’il fait faire à l’Europe et au monde.
    Au lieu de cela la campagne actuelle est trop centrée sur le passé et finalement cela ne fait que démoraliser les gens. Je suis sûre qu'on gagnerait plus de gens à ne pas ressasser le passé mais à se tourner sur l'avenir et la lutte contre Sarko. En plus à ne parler que du referendum pendant que Sarko continue ses attaques, on lui laisse la voie libre et c'est ce qui me désole le plus, à savoir là où Jean-Luc Mélenchon était toujours présent pour riposter à chaque incartade de Sarko, même si c'était dur, il nous laisse seuls.
    Donc c'est une campagne doublement démoralisante car d'une part c'est centré sur le passé, d'autre part cela prend toutes les énergies de la gauche de la gauche et l’empêche d'être présente face à Sarko. Ce blog le prouve: la démoralisation gagne avec cette campagne. Au lieu d'armer les gens pour tout ce qu'on doit faire, elle diffuse la déprime.

  17. 17
    Jennifer dit:

    Par ailleurs Mister Cyril, je ne partage pas du tout ce que vous dites, qui, tel que je l'ai compris, est: on ne s'occupe que de la crise du PS et pas de Sarkozy. Je pense que les 2 vont ensemble. Premièrement le PS se décompose face à l'assurance de Sarko et son ouverture. Et c'est en faisant des campagnes censées contre Sarkozy qu'on pourra reconstruire une gauche qui serve à quoi elle devrait servir: défendre la population contre la droite.
    On ne peut bien mener une lutte que si on connaît bien son ennemi. C'est pourquoi les slogans incantatoires de LO et maintenant la LCR qui ne parlent que des riches sans se préoccuper de les caractériser sont vraiment désarçonnantes. C'est comme si on disait: il y a les bons et les mauvais.
    Il faut analyser l'ennemi en détail et connaître ses failles et ses forces pour être dans le monde concret et mener des batailles qu'on veut réellement gagner et non juste dénoncer pour se faire plaisir.

  18. 18
    CLEMENT Henri dit:

    Presentation de cette info sur le portail ORANGE et n'essayez pas d'apporter des commentairea ils sont censurés.

    Le Sénat vote la révision constitutionnelle préalable au traité de Lisbonne
    aucun vote,

    Le Sénat a adopté dans la nuit de mardi à mercredi, dans les mêmes termes que l'Assemblée nationale, la révision de la Constitution préalable à la ratification du traité européen de Lisbonne.

    Le vote des sénateurs ouvre la voie à la convocation du Parlement en Congrès à Versailles, le 4 février, pour adoption définitive de ce texte, à la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés.

    Compte tenu du nombre de voix recueillies par le projet de loi à l'Assemblée nationale le 16 janvier - 304 pour, 77 contre et 100 abstentions - et de son score au Sénat - 210 pour, 48 contre et 62 abstentions -, cette majorité a toutes les chances d'être réunie.

    Le Parlement pourra ensuite examiner l'autorisation proprement dite de ratifier les dispositions du traité de Lisbonne, sous la forme d'un projet de loi dont le vote est prévu le 7 février, à l'Assemblée nationale, puis au Sénat.

    Tout en reconnaissant que "les avancées du traité sont importantes", le groupe socialiste n'a pas voté la révision constitutionnelle, justifiant l'abstention de la majorité de ses membres par le refus du président Nicolas Sarkozy d'organiser un référendum.

    "Nous ne pouvons être favorables au traité et opposés à la révision de la Constitution qu'exige son adoption", a expliqué le président du groupe Jean-Pierre Bel, "nous marquerons donc notre désaccord en nous abstenant".

    Les communistes ont voté contre. "Le déficit démocratique dont souffre l'Union européenne ne sera certainement pas résorbé en contournant le peuple et c'est pourquoi nous voterons contre ce projet de loi constitutionnelle", a plaidé Robert Bret

  19. 19
    Jennifer dit:

    Mister Cyril, je continue car j'ai été interrompue. Je pense que la méthode pour résoudre la crise de la gauche qui d'ailleurs ne se limite pas à celle du PS mais aussi à celle de la gauche de la gauche qui se divise autour de chacun de ses leaders dans le plus grand sectarisme, donc la méthode c'est d'avoir une analyse juste de l'ennemi et de proposer des batailles porteuses car bien pesées.
    Ce n'est pas en ne regardant que ce qui se passe au PS qu'on va guérir le PS. C'est d'ailleurs ce qu'il fait depuis des années et cela ne fait qu'exacerber le côté nombriliste et les luttes de prestige en son sein et le décomposer de plus en plus. Par exemple, même si Royal a eu une ligne fausse, elle a bien compris qu'il fallait s'adresser à des forces fraiches et extérieures au PS (désirs d'avenir). On ne résoud pas la crise en se centrant sur la crise mais en trouvant des objectifs extérieurs qui unissent les gens sur des batailles communes.
    Ce qui me désole c'est que depuis des mois, Jean-Luc Mélenchon a déserté le terrain de la lutte et ce quoi qu'il en dise. Ai-je eu tort d'espérer qu'il serait à nos côtés dans la rue? Après l'élection de Sarkozy, il a eu le courage de dire haut et fort ce qui se passait et je me suis tournée vers lui. Mais depuis son absence aux côtés des cheminots sauf dans un commentaire de solidarité m'a fortement déçue. Comme il a dit à l'époque: chacun à son poste! Si j'ai bien compris: les cheminots dans la rue et lui sur le réferendum ou alors la politique politicienne(?) enfin je ne sais trop ce qu'il voulait dire mais en tout cas, il n'a pas brillé par sa présence physique à leurs côtés. Et c'est cette jonction et ce courage d'aller dans la rue qui m'avaient plu et dont les gens ont besoin. Un sénateur qui ose faire et dire que les "pauvres" existent et que le sénat cela sert à aider ces gens-là.
    Là il nous laisse seuls dans la rue avec ce traité et donc s'éloigne des préoccupations quotidiennes des gens: le pouvoir d'achat, les réformes. Alors ok pour le referendum mais si cela lie à la situation réelle et concrète que vit la France en ce moment. Et il y a moyen mais il faut se détacher de l'étude des textes à la virgule près et s'intéresser aux rapports de force réels, à ce qui se passe. Mélenchon en est tout à fait capable. Il l'a prouvé.

  20. 20
    henri07 dit:

    Bravo Jean Luc, j'ai regardé ton combat dans l'hémicycle du sénat sur LCP et je me suis dit, enfin quelqu'un à gauche qui combat sans rendre les armes. C'était désolant d'ailleurs de voir la droite devenir blanche de désappointement quand tu assénais avec force tes arguments et dénonçais cette mascarade de démocratie.
    Seulement voilà, nous avons affaire à des "voyous" de la politique et de notre belle France qui n'est plus démocratique. C'est le résultat d'une France qui est mal en point et noyautée par des âmes perfides. Où va-t-on? Droit dans le mur si l'on ne réagit pas vivement et même plus vivement à gauche.

  21. 21
    Instit dit:

    Je vous propose de lire cet article du Figaro (si, si !), écrit par leur correspondant à Londres Cyrille Vanlerberghe :

    " Seuls 26 % des Irlandais déclarent vouloir voter «oui» au traité de Lisbonne sur les institutions européennes. Les indécis sont en revanche très majoritaires.

    Le sort du traité de Lisbonne sur les institutions européennes dépend maintenant du choix des quelque trois millions d'électeurs irlandais. La République d'Irlande est en effet le seul pays européen dont la constitution l'oblige à passer par un référendum avant de pouvoir ratifier le fameux minitraité. Or une immense majorité des Irlandais les deux tiers selon un sondage paru ce week-end dans le quotidien Irish Times se disent encore indécis. Avec cette proportion d'électeurs hésitants, la faible avance du oui sur le non (26 % contre 10 %) pourrait bien basculer d'ici le jour du scrutin.

    En 2005, les sondages sur l'ancien projet de constitution européenne donnaient une bien plus large avance au oui, avec 46 % des intentions de vote. Après le non de la France et celui des Pays-Bas, le référendum prévu en Irlande avait été annulé.

    Cette fois, les Irlandais sont les seuls à voter, et la pression monte, car le référendum doit absolument avoir lieu avant la fin de l'année 2008. Or le débat sur le traité de Lisbonne n'a pas réellement commencé en Irlande, et la date du vote n'a pas encore été donnée par le gouvernement du premier ministre Bertie Ahern.

    Le mauvais souvenir de 2001 est encore dans tous les esprits : les électeurs irlandais avaient alors rejeté le traité de Nice, avant d'être appelé à un nouveau référendum sur le même sujet deux ans plus tard. La question de la neutralité de l'Irlande avait été au passage précisée. Et les Irlandais ont finalement accepté le traité…

    «Il est urgent que le gouvernement lance une campagne agressive d'information et de discussion sur les enjeux du traité de Lisbonne», tonne Lucinda Creighton, députée et porte-parole pour les affaires européennes du Fine Gael, le principal parti d'opposition. «C'est la responsabilité du gouvernement de tenir des réunions publiques sur le sujet, d'imprimer des prospectus, de monter des sites sur Internet, et d'organiser des débats, car la majorité du public ignore ce qui est dans la balance. Et pour lancer cette campagne réellement, le mieux serait de fixer une date rapidement pour les élections.»

    Dick Roche, ministre des affaires européennes, a affirmé de son côté à l'Irish Times que la campagne était bien lancée, et que le gouvernement « devait continuer d'informer le public d'une manière équilibrée sur les bénéfices politiques et économiques que ce traité aura pour l'Europe et l'Irlande».

    Et pourtant, selon le sondage de l'Irish Times, 68 % des personnes interrogées estiment ne pas être suffisamment informées sur le contenu du traité. Il est vrai que le sujet ne passionne pas les médias, sans doute parce que tous les grands partis politiques irlandais ont pris position en faveur du oui. Seul le Sinn Féin (7 % des voix aux dernières législatives en 2007) s'y est déclaré opposé.

    Il y a dix jours, le traité a tout de même fait l'objet d'une polémique en Irlande : Jean-Marie Le Pen a été invité par une association étudiante de l'University College de Dublin pour venir parler prochainement de son opposition au minitraité. Cette invitation a provoqué des protestations unanimes de la part des politiques, y compris du Sinn Féin. "

    http://www.lefigaro.fr/international/2008/01/29/01003-20080129ARTFIG00004-l-indecision-irlandaisemet-en-danger-le-minitraite.php

    Le mot le plus important de cet article : " une campagne agressive d'information ". Le gouvernement irlandais et les grands médias irlandais se préparent à entrer en campagne. En clair, le gouvernement irlandais et les grands médias irlandais vont mener une guerre psychologique. Ils vont faire de la propagande en faveur du traité de Lisbonne. Ils vont faire du bourrage de crâne.

    Ca ne vous rappelle rien ? Moi, ça me rappelle ce que nous avons vécu en France lors du référendum sur la Constitution européenne en 2005. Le gouvernement français et les grands médias français ont fait " une campagne agressive d'information " en 2005.

    Entre les fédéralistes et nous, c'est la guerre.

    Pour le moment, ils gagnent.

  22. 22
    CLEMENT Henri dit:

    Jennifer post 19
    Honte à toi,le ridicule ne tue pas,
    moi, comme Mister Cyril post 1
    comme Michel VAYSSIERE poste 4
    je felicite et remercie le camarade Jean-Luc MELENCHON pour sa tenacité,son courage politique,son respect de la democratie,du peuple,

  23. 23
    Instit dit:

    Les sénateurs ont voté OUI à la révision de la Constitution française, révision nécessaire pour la ratification parlementaire du traité de Lisbonne.

    http://www.senat.fr/scrupub/2007/scr2007-76.html

    Il y a eu 258 suffrages exprimés.
    210 sénateurs ont voté OUI.
    48 sénateurs ont voté NON.

    Je veux remercier les 48 sénateurs qui ont voté NON. Je veux rendre hommage aux 48 sénateurs qui ont sauvé l’honneur :

    - 23 sénateurs communistes et MRC (Chevènement): Mme Éliane Assassi, M. François Autain, Mme Marie-France Beaufils, MM. Pierre Biarnès, Michel Billout, Mme Nicole Borvo Cohen-Seat, MM. Robert Bret, Jean-Claude Danglot, Mmes Annie David, Michelle Demessine, Évelyne Didier, MM. Guy Fischer, Thierry Foucaud, Mmes Brigitte Gonthier-Maurin, Gélita Hoarau, MM. Robert Hue, Gérard Le Cam, Mme Josiane Mathon-Poinat, MM. Jack Ralite, Ivan Renar, Mme Odette Terrade, MM. Bernard Vera, Jean-François Voguet.

    - 22 sénateurs socialistes : M. Bernard Angels, Mmes Maryse Bergé-Lavigne, Alima Boumediene-Thiery, MM. Michel Charasse, Pierre-Yves Collombat, Roland Courteau, Jean Desessard, Michel Dreyfus-Schmidt, Mme Josette Durrieu, MM. Charles Gautier, Jean-Pierre Godefroy, Mme Annie Jarraud-Vergnolle, M. Alain Journet, Mme Bariza Khiari, MM. André Lejeune, Alain Le Vern, Marc Massion, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Michel, Marcel Rainaud, Robert Tropeano, André Vantomme.

    - 2 sénateurs UMP : MM. André Lardeux, Charles Pasqua.

    - 1 sénateur proche de Philippe de Villiers : Bernard Seillier

    Si on additionne les 48 sénateurs qui ont voté NON et les 77 députés qui ont voté NON, on obtient 125 parlementaires qui veulent un référendum.

    Sur un nombre total de 908 parlementaires, ça fait 13,8 % de parlementaires qui veulent un référendum.

    13,8 % de parlementaires démocrates.

    86,2 % de parlementaires anti-démocrates.

    86,2 % de parlementaires qui s’apprêtent à désavouer le peuple français lundi à Versailles.

  24. 24
    Gemini dit:

    Je suis gaulliste et je vous soutiens monsieur le sénateur. Tenez bon pour que la France demeure une démocratie. Sarkozy (pour qui j'ai hélas voté) est en train de plonger la France dans l'abime. Il est temps de résister.

  25. 25
    kalmos1 dit:

    @ Instit
    Tu dis "....entre les fédéralistes et nous".
    Nous, c'est les souverainistes, c'est ca.
    Au moins, cela devient plus clair. Comme en +, tu rends hommage a Pasqua en dessous, c'est limpide!

  26. 26
    Claire Strime dit:

    "Nous" ça doit être les hommes et femmes de progrès, attachés aux conquêtes et à l'esprit de la Révolution de 1789 (qui apporta les départements et les libertés communales).

    Les fédéralistes ce sont aussi ceux qui à Guayaquil et à Santa Cruz essayent de faire exploser les solidarités des Etats souverains, un peu comme "nos" padaniens, postnazis flamands ou les démocrates chrétiens catalans.
    En Amérique du Sud ce n'est pas encore la guerre mais ça s'en approche. Derrière tout ça la nouvelle Sainte Alliance néoconservatrice et millénariste/communautariste.

  27. 27
    CLEMENT Henri dit:

    Gemini

    moi je suis de gauche, et je salut ton courage,de respecter la démocratie.
    tu n'est hélas pas le seul à regretter ton choix,
    Merci à toi pour ta prise de position elle est tout a ton honneur
    respect
    salutations
    H CLEMENT

  28. 28
    Mister Cyril dit:

    @Kalmos
    Comme je suis sur que tu n'ai pas aussi niais que tu l'écris en faisant un amalgame à 2 franc entre Instit et Pasqua;;;cela veut dire que tu es malhonnête -"intellectuellement s'entend"-.Je ne comprend pas que tu parles de La Gauche sur d'autres pages, elle se fera ou pas mais pas avec des girouettes ou des taupes comme toi.
    Il y a longtemps que tu es démasqué; bien le salut.

  29. 29
    Toutatis dit:

    Ne pourrait-on pas imaginer que le CNR mette à disposition de tous les signataires - ils ont forcément laissé leur e-mail donc techniquement c'est faisable - des départements où ont été élus les sénateurs félons qui ont voté non hier, un courrier informant ces derniers que s'ils ne modifient pas leur vote à Versailles, ces mêmes signataires ne voteront plus jamais en leur faveur, pas plus que pour une liste qui comporterait leur nom ?

    Ok, c'est un peu hard, mais en même temps ces élus s'assoient allègrement sur les fondamentaux de la démocratie, alors...

    Les Sénateurs en question :

    MM. Robert Badinter, Jean Besson, Mmes Nicole Bricq, Monique Cerisier-ben Guiga, MM. Charles Josselin, Jean-Pierre Plancade, André Rouvière, Mmes Patricia Schillinger, Catherine Tasca, M. Richard Yung

  30. 30
    kalmos1 dit:

    @Mister_cyril
    Taupe, social-traitre, félons,......
    Toujours dans la finesse!
    Ce petit amalgame à deux balles n'est qu'un juste retour des choses aux nombreux posts de ce site qui accuse les représentants parlementaires PS de rouler pour Sarko parcequ'ils soutiennent ce traité.
    De plus, je comprends que l'on puisse être souvrainiste mais il faut alors l'assumer, ce qui n'est pas vraiment le cas des souverainistes de gauche (a part chevènement).
    Enfin, à vous écouter, vous seriez les seuls représentants du peuple français et de la gauche. Or, c'est loin d'être le cas puisque vous êtes largement minoritaire au PS et que le grand mouvement de manifestation prévu le 4 février n'a pas l'air d'attirer les foules.
    A un moment donné puisque le PS ne vous convient pas, il faut en tirer les conséquences. Ce qu'a fait Lafontaine en Allemagne, Chevènement en France, et c'est tout à leur honneur. Il y a de la place pour tout le monde.
    Désolé je me revendique du PS internationaliste et pro-européen comme tous les PS d'Europe, sans exceptions - oui, je sais, tous des félons....
    Tiens au fait, Malte a ratifié le traité: et de 3. Le quatrième sera la France la semaine prochaine.
    Sur ce, tu as raison, je vais vous laisser discuter entre vous.

  31. 31
    CLEMENT Henri dit:

    ne vous trompez votez TRES PROCHAINEMENT
    contre les félons et les elus qui ont rendu cette ratification parlementaire possible.

    --aux municipale
    --aux cantonale

    NOUBLIONS JAMAIS ET CECI ET TRES IMPORTANT que ce sont les grands électeurs qui élisent nos sénateurs, et que ces grands électeurs sont les maires,les conseillers généraux etc.

    -aux cantonale

  32. 32
    CLEMENT Henri dit:

    en Mars prochain nous allons voter pour les municipales et les cantonales.
    rien à voir me direz vous avec la ratification par voix parlementaire du traité par nos élus.
    et bien si
    RAPPEL IMPORTANT :
    ce sont les électeurs qui ÉLISENT A LEURS TOUR LES SÉNATEURS
    alors qui sont les grands électeurs,ce sont,LES MAIRES,LES CONSEILLERS GÉNÉRAUX etc.
    donc si vous accordez votre confiance à des élus qui vous ont trahi
    vous les retrouverez MAJORITEREMENT AU SÉNAT
    et les élus comme Jean Luc SERONT TOUJOURS MINORITAIRE ET DONC IL NE POURRONS RIEN FAIRE.

    Honte à toi,le ridicule ne tue pas,Jennifer post 19
    moi, comme Mister Cyril post 1
    comme Michel VAYSSIERE poste 4
    je felicite et remercie le camarade Jean-Luc MELENCHON pour sa tenacité,son courage politique,son respect de la democratie,du peuple,

  33. 33
    Claire Strime dit:

    "Désolé je me revendique du PS internationaliste et pro-européen comme tous les PS d’Europe, sans exceptions - oui, je sais, tous des félons …."(kalmos)

    internationalisé et européen comme la finance et le conseil d'administartion de la SG; la bise à Guigou, qui, elle, n'a pas trahi sa classe

    ce TFUE ce sera aussi votre vache folle, votre nuage de Tchernobyl et votre affaire du sang contaminé
    vous trainerez ça comme un boulet, avoir osé bafouer les votes populaires français et hollandais (sans compter tous les peuples qui n'ont pas pu voter et qui veulent dire NON), vous montrez votre vrai visage aux peuples d'Europe

  34. 34
    jcmig dit:

    Bravo Monsieur Mélenchon
    Heureusement qu'il y a encore des socialistes comme vous parce que pour les autres je suis écoeuré. J'ai envoyé la lettre à tous les députés des côtes d'armor et un seul a daigné me répondre favorablement pour le referendum. Les autres ne m'ont même pas répondu même la députée de ma circonscription. Je n'ai vraiment plus envie de voter socialiste une prochaine fois, c'est pourquoi je vous verrai mieux dans une autre force à gauche.

  35. 35
    Mister Cyril dit:

    @Kalmos
    Et "couillon" il y a un moment que je les ai tiré les conclusions...je ne suis pas du PS et ne vote plus pour eux... Continue à te réjouir pour cette forfaiture tu travailles pour nous... Point final pour moi!

  36. 36
    Claire Strime dit:

    "tous des félons" (Kalmos)
    un "vieux de la vieille" prêt à resservir:

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/01/30/soutenu-par-le-ps-de-l-herault-m-freche-brigue-un-mandat-de-senateur_1005334_823448.html

  37. 37
    espinoza dit:

    Jean-Luc On est toujours avec toi! Tu as été formidable l'autre jour à la télé
    voilà un mot avec lequel je contribue pour notre bataille pour notre liberté

    Pinochet, pour qualifier sa dictature, il ne parlait pas de dictature
    Mais démocratie autoritaire
    Les mots servent à masquer mais aussi à penser
    C’est une question de volonté

    Dernièrement il a été trop utilisé le mot « fraude »
    pour qualifier l’incident Jérôme Kerviel à la Société Générale
    Or, il ne s’agit point d’une fraude
    Il s’agit d’une pratique encouragée dans son domaine de travail
    Il s’agit de spéculer pour capter des fonds avec l’objectif de faire des profits
    Il s’agit bien d’une règle (tacite et/ou imposée), mais d’une règle
    Jérôme Kerviel ne peut pas frauder du moment où justement il « fait » avec !

    Cette « déficience » de langage masque cette réalité
    Dans tous les journaux télévisée, à la radio
    Cette « inadéquation » de langage ne fait pas « lumière » sur cette idéologie
    que submerge nos démocraties
    Cette double fonction est une planche savonnée pour « penser notre démocratie »

    On glisse, on déplace mécaniquement par le langage et la pensée
    Qui peut nous aider ?

    En revanche dire aujourd’hui que faire passer le traité de Lisbonne
    « en force » est une fraude, une fraude démocratique,
    là il serait une utilisation adéquate de ce mot fraude

    Car ce passage « en force » n’est autre chose que dévoyer les élus pour
    leur faire voter contre la volonté exprimée par les français
    qui ont déjà rejeté ce traite
    parlons français
    c’est une tellement belle langue lorsque elle dit fraternité, égalité
    et le plus important : liberté
    Alejandro
    Tarbes

    PS à l’attention exclusive des camarades socialistes qui comptent
    Voter Oui avec Sarkozy à Versailles

    Que faites vous les socialistes d’en haut ?
    Vous vous apprêtez à trahir trois fois
    Trahir notre combat des siècles pour émanciper l’Homme
    Trahir le chemin incontournable pour atteindre ces idéaux
    Trahir et ce le plus grave, trahir la volonté des citoyens français

    Nous ne sommes pas dupes, le peuple de France n’est pas dupe

    Vous vous croyez téméraires et « modernes » et n’hésitez pas
    A vous aligner avec les desiderata de Sarkozy ?
    Le peuple non plus n’hésitera

  38. 38
    espinoza dit:

    Boycott
    L’excellent et cher Alain Rey a eu la merveilleuse idée de préserver quelques mots de l’oublie
    Grâce à lui je me rappelle de l’histoire de ce capitaine anglais Charles Cunningham Boycott, vous-vous rappelez ?
    Ce brave capitaine qui était au service des riches propriétaires terriens anglais en sa majorité, mais aussi quelques irlandais. Oui, l’argent, les intérêts financiers ont l’élégance de ne pas avoir des frontières, sauf entre riches et pauvres.
    Ils sont « modernes » comme les idées centristes de l’infâme Royal
    Je parle de troupes de sa majesté, évidement par pur hasard on arrive à faire amalgame
    Ah ! Je me souviens la formule est « la perfide Royal »
    Non plus ?
    Bon vous allez mieux comprendre de quoi je parle en fin du prochain paragraphe
    Même moi je vais me comprendre
    Alors ce capitaine défendait les positions des riches propriétaires, contre les fermiers, qui en plus étaient pauvres
    Les riches exigeaient des fortes contributions, les fermiers demandaient de baisser ces contributions, le brave Charles Cunningham Boycott était du bon coté
    Alors la populace l’a mis quarantaine, à l’automne 1880, la populace refusait d’avoir le moindre rapport commercial avec lui : on ne lui achetait plus rien, on ne lui vendait rien
    « Traiter quelqu’un comme Boycott » devint une formule
    Aujourd’hui en France, pays plus civilisé que la perfide Royal, certains de hommes politiques, qui s’autoproclament du patronyme « socialistes» s’en emparent de cette formule : boycott
    Suivez moi bien parce que le chemin est tournoyant
    Ces socialistes pour s’opposer au Président Sarkozy qui les a enjoint d’aller se réunir à Versailles pour voter un « nouveau » traité dit de Lisbonne sont décidez à ne pas s’y rendre pour lui infliger un « boycott », mais il iront quelques jours après pour voter exactement comme le souhaite le Président Sarkozy
    Du coup ils entretiennent le « commerce » avec celui qui sont censés boycotter !
    Alors le Boycott à l’air de quoi ?
    Vous suivez-vous ?
    Alors je perds mon français, (quelqu’un me fait signe pour me corriger) pardon la formule est « je perds mon latin » ? Mais cette histoire est irlandaise, « revisité » en France
    Alors je perds aussi mon irlandais ?
    Je me trouve nu ?
    Et si on parlait de cul ?
    Retenez que tout ce ci est de la faute de Alain Rey, ce vieux cochon qui nous rappelle des mots sales comme le mot Boycott
    Alejandro Espinoza

  39. 39
    H2 dit:

    heu @ modérateur : je ne peux plus poster - problème technique ou politique ?

    Le Peuple non plus n'hésitera pas c'est sûr !
    Qu'ils aillent se faire foutre ! Qu'ils partent ! Comme l'on criait hier dans les rues de Buenos - Aires.
    Nous mangeons du Sarkozy tous les jours sans aucune réaction de la Direction du PS depuis 8 mois, alors pas la peine de venir nous pleurer dans les bras pour qu'on leur vote demain un salaire bien gras à ceux qui tacitement adhère au nouveau gouvernement, pour qu'une fois élu, ces enfoirés nous servent du "sarkosysme d'ouverture ".
    Le PS veut l'ouverture à droite ? C'est ça leur nouvelle Evangile ?
    Et bien qu'ils se fasse élire par les élécteurs de droite ! Ah! Ah!

    Hier, sur France 3, Le protagoniste célèbre de l'affaire Elf, Roland Dumas disait à son ami, le traitre et transfuge Jean-Marie Bockel Bockel, :
    "Maintenant, il faut faire l'Europe vite ! très vite !" et l'autre d'acquiéscer.

    Mais de quelle Europe parle t-il ?
    Mais de quoi ont -il peur ?
    De ne plus garder leurs privilèges ?

    Au fait, à quand la vérité sur l'affaire des frégates de Taïwan que l'on se marre un peu ? Monsieur le président de la ripoublique :
    Vous le levez quand le Secret Défense ?

    http://tinyurl.com/ywz67b

  40. 40
    chris dit:

    @ modérateur : je ne peux plus poster - problème technique ou politique ?
    donc je me transforme pour voir. rien que pour voir.

    Le Peuple non plus n'hésitera pas c'est sûr !
    Qu'ils aillent se faire foutre ! Qu'ils partent ! Comme l'on criait hier dans les rues de Buenos - Aires.
    Nous mangeons du Sarkozy tous les jours sans aucune réaction de la Direction du PS depuis 8 mois, alors pas la peine de venir nous pleurer dans les bras pour qu'on leur vote demain un salaire bien gras à ceux qui tacitement adhère au nouveau gouvernement, pour qu'une fois élu, ces enfoirés nous servent du "sarkosysme d'ouverture ".
    Le PS veut l'ouverture à droite ? C'est ça leur nouvelle Evangile ?
    Et bien qu'ils se fasse élire par les élécteurs de droite ! Ah! Ah!

    Hier, sur France 3, Le protagoniste célèbre de l'affaire Elf, Roland Dumas disait à son ami, le traitre et transfuge Jean-Marie Bockel Bockel, :
    "Maintenant, il faut faire l'Europe vite ! très vite !" et l'autre d'acquiéscer.

    Mais de quelle Europe parle t-il ?
    Mais de quoi ont -il peur ?
    De ne plus garder leurs privilèges ?

    Au fait, à quand la vérité sur l'affaire des frégates de Taïwan que l'on se marre un peu ? Monsieur le président de la ripoublique :
    Vous le levez quand le Secret Défense ?

    http://tinyurl.com/ywz67b

  41. 41
    Ydaho Patrick dit:

    Je veux un référendum...Et je me "bat" dans mon coin pour ça...

    http://evydaho.spaces.live.com/blog/cns!1204E361EBBB374F!989.entry

    Et s'il n'y a pas de référendum, il se passera un trés long moment avant que je n'aperçoive une urne...

  42. 42
    JMR dit:

    Voici la réponse que ma faite un député du Cher"UMP" suite à ma lettre, que vous pouvez envoyé vous meme en allans sur le site CNR. Je veux juste dire que SARKOZY àa été élu Président de la république et pas autre chose. C'est anti démocratique.

    Monsieur,

    Vous avez appelé mon attention sur le traité simplifié, dit « traité de Lisbonne », et sur sa ratification par le parlement français.

    Je souhaite vous préciser que la négociation d’un traité européen simplifié, ainsi que sa ratification par voie parlementaire, ont été abordées dans le programme présidentiel de Monsieur Nicolas SARKOZY.

    Au deuxième tour des élections présidentielles, Nicolas SARKOZY a été élu à une large majorité – plus de 53% des suffrages exprimés. Alors qu’il avait été clair sur ses intentions, la démocratie a été respectée.

    Par ailleurs, le traité simplifié n’est pas une Constitution. Les éléments les plus représentatifs de l’ancien traité constitutionnel, mais aussi les plus contestés, tels que la création de « lois européennes » ou les symboles de l’Union, ont été supprimés. Le traité simplifié tient ainsi compte des préoccupations exprimées par les Français.

    En outre, il était indispensable de parvenir à un accord entre les 27 pays membres de l’Union européenne, afin de débloquer les institutions européennes qui étaient paralysées depuis de nombreuses années. Les grandes orientations sont donc simples, à savoir adapter les institutions européennes à une Union élargie, passer à la majorité qualifiée dans plus de trente domaines et doter l’Union de compétences solides pour affronter les défis de demain.

    Ainsi, le Traité simplifié améliore de façon significative le poids de la France dans le processus de décision au Conseil de l’Union européenne, le nombre de voix attribuées à chaque pays se faisant proportionnellement au nombre de la population. Le nouveau Traité permet à l’Europe de mieux fonctionner dans les domaines stratégiques où la prise de décision pouvait être bloquée du fait du refus d’un seul pays. Les institutions deviennent donc plus démocratiques et plus efficaces. Le président de la Commission sera élu par le Parlement européen, renforçant ainsi l’importance des élections européennes et leur influence sur le fonctionnement de l’Union.

    De surcroît, la politique d’action extérieure, la politique de défense et l’espace de liberté, de sécurité et de justice de l’Union européenne sont rénovés. Seule une Europe forte peut nous permettre un dialogue d’égal à égal avec nos grands partenaires, tels les Etats-Unis, la Russie ou les pays émergents comme la Chine. Ainsi, avec le nouveau Traité, la mise en place d’un Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité permettra à l’Union européenne de parler au nom des institutions européennes dans les institutions internationales lorsque l’Union aura adopté des positions communes.

    Enfin, concernant le droit des individus, la Charte des droits fondamentaux, qui garantit de nombreux droits sociaux, tels que le droit de négociation et d’action collective, le droit à la sécurité sociale et à l’aide sociale, ou encore la protection contre les licenciements injustifiés, deviendra opposable, c’est-à-dire qu’elle pourra être invoquée par les citoyens européens devant un juge pour faire annuler des actes qui ne la respectent pas ou sont contraires aux droits qu’elle contient.

    Restant à votre disposition, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

    Yves FROMION

  43. 43
    Emmanuel Lyasse dit:

    Voici ce que je viens d'écrire au candidat de gauche à la mairie chez moi (Bellegarde, Ain)

    De : Emmanuel Lyasse
    Date : 30 janvier 2008 17:01:23 HNEC
    À : guy.larmanjat@orange.fr
    Cc : fede01@parti-socialiste.fr, pcf01@pcf01.net, mjcfain@yahoo.fr
    Objet : Municipales à Bellegarde

    Monsieur le Conseiller général,

    J'ai lu dans la Tribune que vous étiez candidat à la Mairie de Bellegarde, où je vote à nouveau, après quelques années passées en région parisienne.
    J'ai, parallèlement, appris par la presse nationale qu'une large majorité des députés et des sénateurs PS n'avaient pas voté contre la modification constitutionnelle permettant au Président de la République de faire ratifier un traité rejeté par la large majorité du peuple français (dont une majorité des Bellegardiens). Plus grave, il semble qu'ils aient l'intention de s'abstenir à Versailles lundi, alors qu'un vote négatif de leur part pourrait empêcher le Président de la République d'y atteindre la majorité des trois cinquièmes, et donc l'obliger soit à convoquer un référendum, soit à renoncer.

    Le Parti socialiste avait dit clairement, à partir de son congrès du Mans, qu'il ne pouvait y avoir de nouveau traité européen sans référendum. Il avait appelé, en juin dernier, les Français à lui donner le plus grand nombre possible de députés pour faire obstacle à la politique de Sarkozy. J'ai été stupéfait d'entendre, par exemple, François Rebsamen expliquer que puisque les Français avaient voté Sarkozy, ils avaient accepté le principe de la ratification sans référendum, et qu'il était normal que les parlementaires PS y coopérassent. D'une part, Sarkozy avait parlé d'un traité simplifié: celui-là ne l'est pas. D'autre part, les Français qui ont voté pour des députés socialistes ne l'ont pas fait pour qu'ils s'abstiennent de s'opposer à Sarkozy.

    Il y a forfaiture quand un gouvernement signe un traité rejeté moins de deux ans auparavant par le peuple. Ceux qui contribuent à la ratification de ce traité sans même qu'un nouveau référendum soit organisé se font les complices de cette forfaiture, et participent à la négation de la démocratie.

    Il m'est souvent arrivé, depuis seize ans que je peux voter, de voter pour le PS ou pour des listes d'Union de la Gauche, sans être convaincu par leur programme, mais parce qu'il me semblait meilleur que celui de la droite. Il va de soi que, si les votes de Versailles confirmaient ceux des deux chambres, il me serait impossible de le faire à nouveau.

    Vous aurez compris qu'il est inutile de me répondre qu'il s'agit ici d'élections municipales, et que les enjeux en sont fort différents. Je ne vous parle ici que d'un seul enjeu, la démocratie. Il m'est impossible de voter, pour quelque élection que ce soit, pour des candidats qui tolèrent que la souveraineté du peuple soit à ce point bafouée.

    Il serait également inutile de me dire que certains membres de votre liste sont soit hostiles au traité, soit du moins partisans d'un référendum. Je me demanderais seulement ce qu'ils font là, quand Nicole Borvo a si judicieusement démontré cette nuit devant le Sénat que la loi que le PS s'apprête à laisser passer était anticonstitutionnelle, parce qu'elle remettait en cause la forme républicaine des institutions. On peut conclure des alliances entre démocrates quand on a un but commun, quelle que soit l'ampleur des divergences qu'on a par ailleurs, mais entre démocrates seulement.

    J'espère encore que le Parti socialiste va prendre conscience qu'il ne peut ainsi trahir à la fois le principe même de la démocratie et ses engagements récents devant ses électeurs, qu'il demandera à ses parlementaires de voter non lundi et exclura ceux qui s'y refuseraient. Il donnerait là à tous ceux qui doutent qu'il reste une différence significative entre la droite et lui une preuve qu'il en est au moins une, essentielle. Dans ce cas, j'aurais une raison évidente de voter pour lui à l'avenir, malgré tous mes doutes sur tout le reste.

    Dans le cas contraire, je ne pourrais plus voter que pour des candidats socialistes ou de gauche dénonçant clairement et fermement cette forfaiture, en espérant que vous en feriez partie.

    Veuillez agréer, Monsieur le Conseiller général, l'expression de mes meilleurs sentiments démocratiques et républicains.

    Emmanuel Lyasse

  44. 44
    french konnection dit:

    Merci Jean Luc...

    Sinon, je me demande comment se fait-il qu'une partie des élus du PS ne respectent pas la volonté souveraine du peuple?!

    Les citoyens ont votés "non" au reférendum à plus de 55%. L'homme qui a remporté l'election présidentielle a déclaré pendant sa campagne, "qu'il respecterait la volonté du peuple". Il a par la suite déclaré qu'il présenterait un "traité simplifié" et qu'il serait soumis aux parlementaires.

    Résultat: Le traité "complexifié" est le même que le précédent. La seule chose qui a été retiré, c'est la charte des droits fondamentaux...Et cette partie, c'est l'élément qui a déterminé mon vote en 2005. J'avais voté "oui".

    REPRESENTANT DU PEUPLE, NOUS NE DEVRIONS MÊME PAS AVOIR A VOUS LE DEMANDER...

    VOUS LEGIFEREZ PAR NOUS ET POUR NOUS. VOS MANDATS, VOTRE PARTI, LES INTERETS QUE VOUS SOUHAITEZ REPRÉSENTER; RIEN DE CELA NE COMPTE.

    L'UNIQUE CHOSE À DEFENDRE EST L'INTERET DE LA FRANCE.

    MAIS QUEL EST-IL...PUISQUE CE N'EST PAS LA SOMME DES INTERETS PARTICULIERS?

    ...NOTRE BOUSOLE SE NOMME LA CONSTITUTION.

    GARDONS LE CAP. PRESERVONS LA REPUBLIQUE.

    PS: C'est plus personnel Mr le sénateur, mais pourquoi, nous, français de l'étranger, ne disposons nous d'aucun sénateur ou député? Nous sommes largement plus de 3 000 000 de part le monde. Je pense que London avec ses 360 000 français ou Barcelona avec presque 100 000 feront de bonnes ciconscriptions ah ah ah...

    Sérieusement, les consulats ne sont pas bien gérés. Les ambassadeurs font un boulot semblable aux préfets, mais le font moins bien.

    Que nous puissions au moins les élire! J'ai eu le plaisir de converser avec le consul de France en Irlande. Une femme charmante...
    Sans rentrer dans les détails, elle m'expliqua sa nomination, trois mois auparavant. M'apercevant de sa méconnaissance du "terrain", je lui ai expliqué certaines "choses". Sa réponse: "Vous savez mon métier c'est avant tout de l'administratif". Eh oui, nommée depuis trois mois, elle ne connaissait de Dublin, de l'Irlande, que le quartier des ambassades.
    Elle fut remplacée quelques mois plus tard, par un proche de l'homme qui a gagné l'election présidentielle (désolé j'ai décidé d'oublier le nom de ce parvenu grossier).

    français de Madrid, 22ans.

  45. 45
    Tiago_Jaïme dit:

    Bravo Bravo Bravissimo.!
    Quel récit!

    Je pense que les 34 méritent d'être cités sur au moins l'un de ces commentaires.

    citation effacée!

    Je veux bien qu'il y ait quelques subtilités pour permettre à la majorité sénatoriale de garder le contrôle. Mais là, comme tu le soulignes comment concevoir qu'une procuration ait pu être donnée sur un sujet inconnu ? L'institution n'est elle pas ridiculisée, et n'y a t'il pas un recours à trouver ?

    Merci Jean Luc Mélenchon.
    Nous EXIGEONS UN REFERENDUM

    j'ai ainsi espoir que la nuit est fructueuse.

    N.B. impossible de poster cette nuit et maintenant. Cela pourrait être du a la citation que j'ai mis en gras et italique sous word. Je l'ai donc remis en normal et si vous lisez c'est que c'était cela.

    non cela ne marche pas..mais en validant plusieurs fois WORDPRESS détecte le doublon...Mais je crains que WordPress ne maitrise pas autre chose...C'est incroyable parce que cela fait plus d'un an que ça dure!

    Bon allez j'ai essayé de nettoyer les traces de Word! si vous me lisez youpee! ou youpi!
    niet..bon je vire la citation...comprenne qui pourra!

  46. 46
    Michel VAYSSIERE dit:

    Pour répondre ao post de TOUTATIS ci-dessous un aritcle d'un attaché parlementaire et la finalité d'un trop grand volume de E-mail :

    Voir le site :
    http://journaldunassistant.typepad.fr/lejournal/2008/01/contre-le-spam.html

    copie de l'artcicle :
    Ce message est destiné à tous nos "ami(e)s" qui veulent un référendum sur le traité de Lisbonne et qui bombardent de mails les boites des sénateurs et des députés.
    Vous souhaitez que le parlementaire à qui vous vous adressez, vote contre la révision constitutionnelle, afin de forcer le Président à recourir à un référendum.
    Je ne suis pas ici pour discuter du fond, pourtant il y aurait des choses à dire, mais de la forme que prend votre protestation, en très rapidement résumé : elle ne sert à rien !
    1ère raison : Le Président dispose d'une majorité solide et la majorité ne votera jamais contre son Président (mais ça vous le saviez tous)
    2ème raison : Même l'opposition est disposée à voter cette révision constitutionnelle, enfin ça dépend des jours (un jour c'est oui, un jour c'est non, un autre c'est je m'abstiens)
    3ème raison : Le "spamming" de parlementaire ne fonctionne pas et ne fonctionnera jamais car le boulot d'un assistant parlementaire c'est aussi de "trier" les mails reçus par le parlementaire et à partir de 30 mails identiques par jour c'est poubelle direct.
    Permettez moi dès lors de vous donner un conseil : oubliez les envois massifs de mails ou de courriers identiques, demandez des rendez vous et allez voir vos élus en tête à tête, là ils sauront vraiment que vous existez.

  47. 47
    Idéfix dit:

    Bonjour,
    Votre enthousiasme m'inquiète, la suppression du Sénat aurait permis l'ouverture d'un grand nombre de services de gériatrie !
    Mr Mélenchon est un professionnel de la politique, il a des qualités oratoires au dessus de la moyenne,dont acte, il est depuis longtemps critique de son parti mais finalement s'y sent bien puisqu'il y reste !
    La stratégie du PS consiste à entretenir des courants droite et gauche pour ratisser large et ses leaders ont fait pour la plupart les mêmes écoles que ceux de la droite, la stratégie d'ouverture de Mickey montre oh combien ils sont interchangeables, la plupart la veulent cette Europe libérale !
    La stratégie du PS pendant la période de la gauche plurielle a consisté à affaiblir ses alliés communistes et verts pour maintenir son hégémonie sur la <> ! Comment gagner les élections ensuite avec des partenaires aussi faibles ! Le PS est une machine à perdre,l'application à démolir leur propre candidat aux présidentielles l'a fort bien illustré ! L'important pour eux est donc d'être réélus parce que la politique c'est leur job ! Le reste..............
    Alors Mr Mélenchon avec ses qualités narratives nous fait vivre ce petit morceau de <> avec brio,mais n'en doutez pas, ces petits jeux du stade 0 de la politique dans l'hémicycle sont monnaies courantes et ces pratiques de recourir à des artifices, des procédures et procurations sont leur quotidien !
    Je crois que les citoyens Français peuvent envisager sans état d'âme de quitter ces pratiques droites/gauches pour inventer d'autres façons de faire la politique.
    La mouvance altermondialiste par exemple propose de changer le système, de réfléchir à un autre monde, à d'autres mondes où le mandat de ses représentants ne serait pas renouvelé, où les citoyens décideraient eux même de leur avenir, de celui de la planète..................où les peuples du monde seraient à égalité de droits......................Sachez que des citoyens luttent et nous sommes quelques centaines à avoir porté plainte contre l'Etat Français pour déni de démocratie !
    http://www.29mai.eu/index.php?option=com_frontpage&Itemid=1

    J'ai porté plainte contre l'Etat Français pour déni de démocratie ! et vous !?

  48. 48
    H2 dit:

    Quand les élus eux-mêmes se torchent avec les loix qu'ils votent à l'échelon européen :

    1ère règle: Le traité de Lisbonne n'a pas été rédigé par une assemblée élue au suffrage universel, mais par les représentants des gouvernements. Pourtant, le droit de faire la loi par l'intermédiaire de ses représentants est un droit de l'Homme qui est protégé à l'article 3 protocole n° 1 de la Convention Européenne des droits de l'Homme. Ce droit est bafoué, car comme on nous l'avait dit en 2005, il n'y a pas de plan B. Le peuple n'a pas le droit d'exprimer ses critiques sur la politique de l'Union européenne. Après 50 ans d'existence, il est temps que l'Union Européenne respecte la règle élémentaire de la démocratie représentative : ceux qui font les lois doivent être élus par le peuple.

    2ème règle: La règle du parallélisme des formes interdit qu'un projet de loi rejeté par référendum soit adopté par voie parlementaire (Code de bonne conduite en matière référendaire, Conseil de l'Europe, Commission de Venise). La ratification parlementaire du traité de Lisbonne est illégale.

  49. 49
    H2 dit:

    Daniel Bouton - Société Générale - reste en place ! J'hallucine !
    Quand Jerôme Kerviel a fait gagner un milliard d'euros à la banque ces années passées il était un héro moderne au don d'invisibilité.
    Et quand il lui fait perdre 5 milliards, c'est un dangereux terroriste ! Hi ! Hi !
    Jérôme Kervel affirme que ses supérieurs savaient !
    Comme on a lu Denis Robert on est pas trop étonné. Le problème commence losqu'on le dit et que l'on révèle le jeu que tout le monde joue dans à l'ombre des marchés.
    C'est ça la Mercatie, néolibéralisme oblige !
    Pas droit à l'erreur. Du moins il faut qu'elle ne soit pas trop voyante.
    Faut assurer quand on est OS en col blanc du grand capital. Ah ! Ah!
    Sinon gare ! Vos maîtres vous lynchent et vous livrent à la Police.
    Et la Police ne remonte jamais trop haut ni trop loin. Raison d'Etat oblige.
    Regardez tous ces coquins en libertés qui passent sur les écrans de télés, se réprésentent aux élections comme si de rien n'était !
    Beau système. Au secours ! Eva joly, revient !

  50. 50
    Jennifer dit:

    Je ne peux envoyer mes messages

    @ Clement henri, je ne critique pas le courage de Jean-Luc Mélenchon qui est réel et que je respecte mais je pense que l'axe de sa campagne n'est pas bon. C'est de façon tout à fait fraternelle et je ne vois pas pourquoi je devrais avoir honte de critiquer des idées ou une méthode. Pour moi au contraire c'est parce que j'ai des espérances envers lui que je peux lui dire mes critiques

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive