23sept 07



Du temps où j’étais ministre de l’enseignement professionnel je m’étais opposé publiquement à Jack Lang à propos du financement public des écoles Diwan. A l’époque le journal « Libération » m’avait donné la parole et réalisé une interview qui me permit d’expliquer mes raisons. Ce texte me valut un très abondant courrier extrêmement hostile et insultant, parfois aussi très menaçant, qui montrait clairement l’origine de ses auteurs et leur appartenance aux milieux de l’extrême droite « identitaire ». Naturellement je ne veux pas dire que tous les amis de cette cause très discutable soient liés à l’extrême droite, loin de là. J’ai pu constater à mes dépens qu’un certain suivisme irréfléchi atteint aussi les miens. Ainsi, en pleine campagne référendaire, le Conseil Régional de Bretagne, à l’instigation des « autonomistes » qui y siègent, avec l’approbation enthousiaste des socialistes qui pensaient avoir trouvé un argument de campagne contre le non, vota une résolution pour me flétrir parce que j’avais demandé au ministre de l’intérieur quelle était la légalité d’une de ses délibérations antérieures qui l’avait conduit à reconnaître la « pseudo langue bretonne » comme langue d’usage à l’égal du français. J’écris « pseudo langue bretonne » car ce qui est nommé de cette façon n’est aucune des cinq langues parlées historiquement mais une « langue unifiée » dont le vocabulaire et la grammaire furent fixés à la demande de l’occupant nazi en 1941 par une plume ensuite condamnée à mort par contumace pour sa collaboration avec les tortionnaires de la Gestapo. Je maintiens ma protestation absolue contre la manière honteuse qu’ont les éléments les plus sournois des identitaires ethnicistes de Bretagne d’inclure les bretons d’une manière générale dans leur idéologie et de faire comme s’ils les représentaient tous. Tout au contraire, historiquement les bretons jouent un rôle progressiste et libérateur considérable dans l’histoire de France. C’est le « club des bretons » qui dynamise la grande révolution dans ses heures critiques, ce sont les villes « bleues » de Bretagne qui mettent en échec la chouannerie, traître à la patrie déclarée en danger, quand elle préparait l’invasion anglaise qui aurait pris à revers notre jeune république. Ce sont enfin tous les hommes de l’île de Sein qui s’auto mobilisent et partent rejoindre le combat contre l’occupant nazi à Londres en 1940. Sans oublier le rôle admirable de la classe ouvrière des arsenaux contre les positions de l’armée allemande, ni le martyr lucide des villes bretonnes bombardées à mort par ceux là même qu’elles acclamèrent comme des libérateurs. Par conséquent, cette façon d’embrigader tous les bretons sous une bannière qu’ils n’ont pas demandée (et que je récuse avec eux) m’écoeure autant que celle des islamistes lorsqu’ils prétendent représenter l’islam, l’islam tous les arabes et ainsi de suite. Si je m’émeus, au risque de l’habituelle incompréhension qui accueille ceux que les discours sur les racines identitaires révulsent, c’est donc bien parce que je n’aime pas cette sorte d’annexion de la Bretagne par les méthodes sournoises de l’affichage culturel et folklorique qui permet aux pires aventuriers d’avancer masqués. Car à la suite de nombre des penseurs socialistes je crois qu’il n’y a pas de nationalisme spontané. Il y a des nationalistes qui font campagne. Ils ont une stratégie, des moyens et ils cherchent les circonstances qui leurs sont favorables pour qu’elles s’épanouissent. Exactement comme le fait n’importe quelle force politique. C’est pourquoi je suis spécialement vigilant, après avoir constaté les désastres du Liban ou de l’ex Yougoslavie, en tenant compte de la pression qui s’exerce partout en faveur de la pulvérisation ethnique des Nations, contre tout ce qui de près ou de loin ouvre le chemin de cette sorte de courant politique. La démonstration sur les champs Elysée des groupes folkloriques bretons, si bienveillants et bons républicains que soient ceux qui y ont participé, mérite un message d’alerte à la manipulation. La seule présence parmi les organisateurs d’un manipulateur assumé comme monsieur Le Lay le justifierait à soi seul. Ne s’est-il pas vanté publiquement de faire une télé pour préparer les cerveaux aux messages de la publicité? La retransmission en direct par TF1 doit donner à réfléchir dans le même sens. J’ai lu à ce sujet un « Rebond » dans « Libération » de vendredi 21 septembre sous la plume de l’essayiste Françoise Morvan. Je décide de la reprendre à mon compte. Au moins vous lirez quelque chose une fois dans la semaine qui ne concerne pas Sarkozy. Mais seulement ses copains.

BREIZH TOUCH AU GRISBI


par Françoise Morvan


Essayiste

Auteure du « Monde comme si, nationalisme et dérive identitaire en Bretagne », paru chez Babel/Actes Sud en 2005




« Depuis quelques semaines, les Bretons se sont découverts nantis d’un avantage en nature et, pour certains, en espèces, dénommé Breizh Touch.

La Breizh Touch, présentée par la presse sur le mode exalté, a d’abord laissé ceux qui l’évoquaient légèrement perplexes : fallait-il dire braisetouche, breill’z'touch’, braÿztoutch, brézteutch, breÿc’htaoutch, brèysstatch, brèzteuch ? Breizh, autrement dit Bretagne en breton surunifié, désormais devenu officiel. En effet, en 1941, sur ordre du dignitaire nazi en charge des affaires bretonnes, l’orthographe du breton, déjà unifiée à l’exception de celle du dialecte vannetais, a été surunifiée, le mot Breizh étant le symbole même de cette surunification, le «zh» signifiant que l’on prononce Breih en vannetais et Breiz ailleurs.

Pour les bretonnants de naissance, le mot Breizh, accolé au mot touch, du verbe touchañ, conduire les bestiaux, était énigmatique, mais au diable les hésitations : une fois compris que le mot Bretagne, sous la forme Breizh, uni à un vocable anglo-américain, se change en label commercialisable, tout devient clair.

Et, pour ceux qui peineraient encore à comprendre, en tout petits caractères, au bas d’une affiche montrant une tour Eiffel saucissonnée de manière à ressembler à un phare breton (le célèbre phare du label «produit en Bretagne»), se trouve la traduction : Breizh Touch = esprit Bretagne.

La Breizh Touch, brassant bagadou, cyber-fest-noz (au pluriel: cyberioù-festoù-noz), Breizh-en-Seine avec en prime océan-high-tech, expo-Breizh-numérique et Breizh-parade retransmise dimanche prochain par TF1 en direct des Champs-Elysées, va donc déferler : trois mille sonneurs sonnants défilant en bagadou comme les formations paramilitaires dont ils sont issus – «une panzerdivision, la musique en plus», pour reprendre les termes de Jean-Pierre Pichard, le président du Festival interceltique de Lorient (Ouest-France, 7 août 2007).

C’est lui qui a eu l’idée de cette manifestation paroxystique de la celte attitude unissant Bretons, Irlandais, Gallois et autres frères de race, tels que Galiciens et Acadiens du Nouveau-Brunswick (dont il est convenu de ne pas demander ce qu’ils ont de celte).

La Breizh Touch est le complément de la celte attitude : le Breton qui ne l’a pas est un faux Breton, celui qui n’en veut pas est un mauvais Breton, et celui qui n’apprécie pas la Breizh Touch est un jacobin. Le jacobin est l’ennemi du Breton : il est français. Le Français n’a pas la Breizh Touch ; il a une identité faible, quoi qu’en dise Sarkozy, et n’a donc pas lieu d’en être fier. Le Breton, lui, a une identité forte ; il le prouve par la Breizh Touch qui la promeut ; voilà pourquoi il est fier d’être ?breton.

Le Breton qui n’est pas fier d’être breton n’est pas un bon Breton, et le Breton qui dit que cette bretonnerie labellisée le dégoûte est antibreton.

L’antibreton, fort susceptible d’être aussi jacobin, vous expliquera que cette opération de business identitaire appuyée par les médias soutenus par des industriels est une opération politique.

L’antibreton évoquera en termes malséants le label «produit en Bretagne» dont le phare sur fond bleu et jaune orne désormais pâtés, andouilles, livres et CD. Il dénoncera l’indispensable «yoghourtisation de la culture». L’expression est de Reynald Secher, auteur d’une Histoire de la Bretagne en bande dessinée dénoncée en son temps dans les colonnes de Libération. «Il faut yoghourtiser la culture bretonne», aurait-il affirmé, d’après le Huchoer, journal indépendantiste breton.

Bien que cela n’intéresse personne, l’antibreton ne manquera pas de rappeler que «produit en Bretagne» est une association émanant de l’Institut de Locarn.

L’association «produit en Bretagne» a été déclarée en préfecture le 9 février 1995 avec pour siège l’Institut de Locarn (cultures et stratégies internationales).

Le 14 mai 1993 avait été déclarée une première association Coudenhove-Kalergi-Aristide-Briand établissant les liens de l’Institut de Locarn avec l’Union paneuropéenne fondée par le comte de Coudenhove-Kalergi.

Les principes de la pan-Europe sont simples : christianisme, anticommunisme, reconnaissance du droit des groupes ethniques à l’autodétermination.

Rien d’étonnant donc si l’archiduc Otto de Habsbourg, son président d’honneur, connu pour ses liens avec l’Opus Dei, est venu en personne inaugurer l’Institut de Locarn.



« Produit en Bretagne » est une association complémentaire, au service d’un projet politique : faire de la Bretagne un dragon celtique dans une Europe des ethnies enfin délivrée de l’esprit des Lumières.

L’antibreton s’acharnera à démontrer que l’Institut de Locarn, rassemblant un club de patrons bretons pleins d’ardeur à servir leur région, nourrit un projet réactionnaire visant à en finir avec l’héritage de la Révolution française : privatisation, libéralisation, démantèlement des lois sociales, recours à l’identitaire pour inscrire la Bretagne dans une Europe des régions unissant les nations celtes en voie d’obtenir leur indépendance. Oui, pourquoi le nier, le pays de Galles, l’Irlande et l’Ecosse doivent servir de référence au modèle breton.

Il faudra bien que le Français à l’identité faible accorde son autonomie au Breton, dont l’identité forte sera révélée sur les Champs-Elysées avec la force d’une panzerdivision par le biniou et, comme le dit Pichard, la musique en plus.

Le vrai Breton est fier que Patrick Le Lay, un des fondateurs de l’Institut de Locarn, et Patrick Poivre d’Arvor s’associent aux patrons bretons pour célébrer son identité et la lui révéler : Le Lay, qui proclame haut et fort qu’il n’est pas français mais breton, nationaliste breton, a déjà fondé TV Breizh avec François Pinault, Rupert Murdoch et Silvio Berlusconi ; quoi de plus naturel qu’il soit associé à son ami Pinault pour célébrer la Breizh Touch ?

L’antibreton, qui se proclame le plus souvent de gauche, ira jusqu’à s’étonner que ce soient des élus socialistes, le président du conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, qui ait pris l’initiative de cette dérive identitaire brassant tous les vieux thèmes de Breiz Atao à l’ombre du drapeau breton. Rappelons que Breiz Atao est le nom d’un groupe autonomiste breton rendu célèbre par sa collaboration avec les nazis. L’un de ses fondateurs, Maurice, dit Morvan, Marchal, a dessiné en 1923 le drapeau breton à bandes noires et blanches, appelé gwenn-ha-du («blanc et noir»).

L’antibreton dénoncera le communautarisme de la droite du PS, son allégeance au patronat ultralibéral. Il rappellera que Jean-Yves Le Drian, président socialiste du conseil régional, est allé en juin 2006 présenter son programme à l’Institut de Locarn, jurant de faire de la Bretagne une nouvelle Irlande avec l’appui des autonomistes qu’il a fait entrer au conseil régional. Et il relèvera, bien sûr, le coût de la Breizh Touch : 2,5 millions d’euros dont 1,5 million sorti tout droit de la poche des Bretons, qui se prononcent majoritairement, quand on les consulte, contre la décentralisation, sans même parler de l’autonomie, à laquelle ils vont avoir droit, bien qu’ils soient moins de 3 % à la demander.

L’antibreton acharné ira jusqu’à parcourir le site Internet de la Breizh Touch et railler les propos tenus par les grands auteurs invités pour la célébrer.

Il vous citera en ricanant les déclarations d’Irène Frain sur la Breton pride, celles d’Alan Stivell expliquant qu’il a découvert son identité à l’âge de 9 ans, quand son père a inventé la harpe celtique (laquelle allait devenir, comme le drapeau et le bagad, mis au point peu avant, le symbole millénaire de l’identité bretonne) et celles d’Erik Orsenna assurant que, partout dans le monde, il trouve une bouteille de Coca-Cola et un Breton, et qu’il aime mieux le Breton.

L’antibreton, qui ne comprend pas que l’important pour le Breton c’est de faire la fête, dénonce la cocacolisation du Breton après la yogourthisation de la culture, et voit dans la Breizh Touch une bécassinade à relents ethnistes. Une bécassinade ! Quand tant de personnes qui font la preuve de leur compétence dans le domaine qui est le leur participent à cette vaste opération? C’est le comble.


234 commentaires à “Il ya breton et breton.”

Pages : « 1 2 [3] 4 5 »

  1. 101
    Gwen dit:

    Toujours pour Information, en ce qui concerne le domaine "légal" :

    http://gdm.eurominority.org/www/gdm/textes.asp#convention

    http://gdm.eurominority.org/www/gdm/defendre.asp

  2. 102
    erwan dit:

    Cher Jean Luc,

    Je discutais cet apres midi avec une Lituanienne, elle vous passe le bonjour et vous remercie pour l'image que vous avez donné de la France.

    Elle denonce tous les separatistes, et ne comprend toujours pas pourquoi la Slovenie a quitte la Serbie, pourquoi son pays s est separe de l'union Sovietique, pourquoi en Finlande on parle aussi suedois, pourquoi au Luxembourg trois langues sont officielles, comment un pays aussi petit peut survivre avec 50% d'etrangers, pourquoi l'Irlandais est langue officielle de l'Union europeenne.

    Par contre, elle trouve tout a fait normal que la Catalogne soit membre de la Francophonie, que le Francais soit langue officielle au Val d aoste en Italie, dans les pays du Maghreb, et ressent comme quelquechose d epouvantable qu'un peuple comme les Bretons dont 70 personnes ont collabore avec l'occupant de l'epoque puissent revendiquer autre chose que la merveille d etre Francais, qui c est bien connu n ont que peu collabore avec les Nazis et ceci bien sur uniquement sous la contrainte!

    S'il vous plait Jean Luc, elle vous en conjure, devant la misere intellectuelle qu implique le fait de vivre a Vilnius, presentez vous aux prochaines presidentielles et pronez l'idee des Pays Baltes Francais (Non non je ne parle pas des Pays Bas Francais (Flandres)...

  3. 103
    Bertrand Del?on dit:

    Question (bçete) : quand les Bretons de Sein partaient pour Londres, que faisaient donc les ancêtres politiques de Monsieur Mélenchon ? ? ?

    Réponse ci-dessous :

    Durant la guerre et sous l'occupation, les trotskistes sont émiettés, désorientés, perdus. Le principal dirigeant, Testu (Henri Molinier), ne " voit de solution que dans les organisations fascistes et staliniennes qui naîtront du triomphe du pacte germano-soviétique ". Testu préconise jusqu'en 1941 de poursuivre le travail d'entrisme, mais aussi dorénavant dans certains mouvements collaborationnistes. Une petite fraction clandestine pénètre le Rassemblement national populaire de Marcel Déat (Testu y aurait même pris, selon certaines sources, la parole lors d'un meeting). En 1940-1941, Lambert, futur dirigeant de l'OCI, s'oppose clairement et nettement à l'orientation de Testu et milite sur des positions internationalistes. Il est l'auteur notamment, sous pseudonyme, d'articles sur les processus militaires de la guerre en cours.

    En 1943, Pierre Boussel, dit Lambert, est exclu avec sa compagne pour avoir tenté d'organiser des jeunes stagiaires pour le compte de l'opposition interne. Il demande alors son adhésion, en décembre 1943, à un autre groupe : le Parti ouvrier internationaliste (POI) qui développe surtout une action de reconstruction des syndicats ouvriers clandestins et de fraternisation avec les travailleurs allemands sous l'uniforme, ainsi que contre la Collaboration, le gouvernement de Vichy, le patronat et les nazis. D'autres membres du POI et des militants trotskistes participent activement aux maquis de la Résistance.

    " Derrière un soldat "nazi" se cache un travailleur allemand ! " explique la thèse de ralliement. Le POI sera en effet le seul parti politique qui essaiera, durant cette guerre, de favoriser la fraternisation internationaliste contre les nazis et Vichy. Il paiera cette action de la mort par la hache de nombreux militants tant allemands que francais (groupe dit "Widelin" qui publiait le journal en langue allemande "Arbeiter und Soldat"- traduction: "Ouvrier et Soldat").

  4. 104
    vincent dit:

    mat an traou ganeoc'h ? (ca va ?)

    je suis breton, bretonnant, nationaliste, sympathisant d emgann, et je ne suis pas etonne par le mepris de gens se " pretendant " republicain qui vomissent leur haine sur nos langues et nos cultures.

    comme disait sanghor, la france a reussi a faire passer son nationalisme pour de l universalisme,la france n est plus le pays des droits de l homme depuis longtemps.

    moi je suis de gauche, celle qui respecte la diversite, pas celle de melechon, chevenement et compagnie

    je n attends rien de la france puisque elle ne me respecte pas. vous n acceptez notre identite car elle remets en cause l'etat-nation" et toutes ces autres anneries inventees....

    continuez de nous mepriser... la bretagne vous le rendra....

    bevet brezhoneg

    bevet breizh dizalc h ha sokialour !

    ps : le breton est une langue (dixit onu)

    ps : qu a fait mitterand pdt la guerre pour avoir recu la francisque ?

  5. 105
    Soig dit:

    Monsieur le ministre, j'ai peur que vous preniez des positions

    politiques sur des considérations erronées.

    Vous écrivez ainsi que « dont le vocabulaire et la grammaire furent

    fixés à la demande de l'occupant nazi en 1941 ».

    Vous ne trouverez aucun auteur prétendant que les allemands ont

    imposé un vocabulaire nouveau (que ce soit en 1941 ou à une autre

    époque). Y compris Françoise Morvan.

    Ensuite, la fameuse orthogprahe de 1941. Je vous conseille de lire la

    littérature sur l'orthographe bretonne. La réforme adoptée en 1941 ne

    date pas de 1941 et d'ailleurs n'a été appliquée qu'après la guerre.

    Les modifications qu'elles proposent sont du meme ordre que disons la

    réforme des orthographes francaise ou allemande des années 1990.

    Mais surtout, ces propositions fure proposées entre 1911 et 1936:

    - 1911: ajout d'un indice de prononciation dialectale:

    le ZH par le grammarien Pierre Le Gof, un vannetais au demeurant

    - 1936: ajout d'autres indices de prononciation dialectale: écrire

    "brav" pour "brao" afin de signaler la prononciation du goelo

    Enfin ces propositions furent proposés par des vannetais et

    rejetés par ces memes nationalistes que vous critiquer. Meme Francoise

    Morvan a écrit que Roparz Hemon était contre cette réforme.

    Vous écrivez « le vocabulaire et la grammaire furent fixés à la

    demande de l?occupant nazi en 1941 par une plume ensuite condamnée à

    mort par contumace pour sa collaboration avec les tortionnaires de la

    Gestapo ». Vous évoquer évidemment Roparz Hemon.

    Puis-je vous faire remarquer:

    - qu'il n'a jamais été condamnée à mort (mais à 10 ans d'indignité nationale) (cf l'ouvrage « La radio en langue bretonne » de Kristian Hamon qui est le seul auteur à avoir été autorisé à consulter le dossier judiciaire)

    - que travailler à la radio ne signifie pas travailler avec des «

    tortionnaires »

    - last but not least, qu'il s'est opposé à cette réforme, en 1936 et

    1942 (Francoise Morvan en a publié les preuves)

    Celà fait beaucoup d'affirmations érronées en une seule phrase. Je ne

    puis que vous conseiller de vérifier la prochaine fois.

    Vous parlez de « cinq langues parlées historiquement mais une langue

    unifiée ». Je doute fort que vous trouviez des auteurs parlant de cinq

    dialectes.

    Ce qui se rapprocherait le plus de cette position est le fait qu'au

    XIXe siècle, on considérait par commodité qu'il y avait un dialecte

    par évêché : cornouaillais, léonart trégorois et vannetais. Découpage

    arbitraire; d'ailleurs dès cette époque on parlait de KLT et de

    vannetais.

    Cependant, la linguistique a fait des progrès en 200 ans.

    En 1919, le résistant Falc'hun a proposé une nouvelle hypothèse: il

    existe un breton moyen central (« breton de carhaix ») qui s'est

    progressivement répandu au cours des siècles en isolant des poles

    archaiques employant des tournures plus anciennes comme le Léon, le

    Goello et le vannetais. Certains traits de prononciation (découpage

    des phonèmes/diphtongues, certains mots tombés en déséitude, certaines

    tournures sont commun au Léon et au vannetais par opposition au

    centre-Bretagne).

    D'autres linguistes opposent breton de l'est et breton de l'ouest.

    Bref, j'ignore de quelles cinq langues historiquement attestées vous

    parler.

    Vous parlez de « pseudo langue bretonne » et de « langue unifiée

    ». J'ai du mal à comprendre comment vous confonder orthographe et

    langue orale. Le breton, comme l'allemand, l'anglais, le chinois,

    ... connait diverses couleurs dialectales représenté désormais par une

    seule orthographe (alors qu'autrefois il y en avait 2 (et non cinq).

    Orthographe et prononciation sont deux choses différentes. Toutes les

    langues connaissent des variations dialectales mais utilisent par

    commodité une seule orthographe. Les francais du nord et les

    marseillais utilisent la même orthographe bien qu'ils aient des traits

    de prononciation différent. De même pour québécois et français.

    Au demeurant les non nationalistes utilisent une seule orthographe,

    inventée par le résistant Falc'hun justement. Comme l'orthographe

    majoritaire, elle diffère peu de l'ancienne.

    Revenons à ces cinq langues soit disant différentes. Je suis

    d'ailleurs toujours surpris d'entendre parler de « breton chimique

    ». Je n'entends ce mot que dans la bouche de non britophones, jamais

    dans la bouche de bretonnants (de naissance ou non).

    Vous en parlez notamment au sujet de Diwan. Puis-je humblement vous

    faire remarquer que la charte de Diwan revendique depuis le début : «

    Diwan déclare son hostilité à toute uniformisation linguistique et est

    attachée aux diverses formes d'expression culturelle, affirmant que

    seul leur complémentarité est source d'unité, d'enrichissement mutuel

    et collectif. Le breton enseigné dans les écoles maternelles Diwan est

    celui utilisé dans leur environnement géographique et humain » ?

    (cf http://www.diwanbreizh.org/sections.php4?op=viewarticle&artid=26)

    Je ne puis que vous conseiller de vérifier les faits la prochaine fois.

    Je vous conseille aimablement d'aller visiter des écoles Diwan. Vous

    verrez qu'elles font intervenir des bretonnants de naissance. Par

    exemple, Yann-Fañch Kemener et Mona Bouzec (cf interview accordée à

    Marion Urban dans l'émission « Francophonies » diffusée à l'antenne de

    Radio France internationale en janvier 2005,

    http://diwanparis.free.fr/francophonie.rm)

    Je vous invite enfin à venir en Bretagne : vous y verrez des gens de tout âge (bretonnaits de naissance et jeunes) et de toute origine géographique, parler et se comprendre. Employer une couleure dialectale différente ne signifie pas non compréhension et langues différentes.

    A moins que vous ne considériez le québécois et le français métropolitain comme deux langues différentes, les prononciation du nord, de Paris ou de Marseille comme des langues différentes ?

    Je vous salue respectueusement monsieur le sénateur.

  6. 106
    daquin dit:

    Mr Mélenchon:

    pour ce que vous venez de dire:

    Merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci...

    je suis tellement qu'un membre du parti socialiste ait des convictions qui ne soit ni tendances ni "faciles" ou démagogues, mais simplement républicaines.

    MERCI, vous me faites respirer!

  7. 107
    Gael dit:

    Cet article confirme ce que je pensais de vous. Vous êtes un dogmatique qui n'a jamais chercher à écouter les idées autonomistes, trop persuadé que "LA" France est homogène et parfaite!

    Concernant la langue bretonne, votre vision est digne des pires révisionnistes. Je rappelle que l'UNESCO reconnait la langue bretonne contrairement à la France qui y voit un danger pour la République!

    L'évolution d'une langue est naturelle et heureusement. Si la langue français veut rester tel quel, elle mourra... vous ne dites pas que l'allemand est une fausse langue et pourtant Luther l'a rénové en profondeur!

    je vous invite à allez faire un tour sur mon blog si vous en avez le cran! Il est vrai que vos idées sont minoritaires chez moi!

    http://lapolitiqueduchacal.over-blog.com/article-12565215.html

    je finirai par dire que la préservation des cultures est urgente et nécessite des moyens car c'est la diversité est un moteur de l'innovation (voir travaux du GREMI). Si vous souhaitez faire des économies, supprimez donc le département qui ne sert à rien et coûte une fortune au contribuable!

    Dans l'espoir, un jour, d'avoir l'occasion d'exercer ma rhétorique avec votre pauvre argumentaire...

    Gael.

  8. 108
    St Just dit:

    La République crévera de sa bonté, se dispersera dans un océan d'ilôts de petites provinces folkloriques qui n'auront de cesse de proclamer la beauté et la grandeur de leur culture, et se diront qu'un jour qu'il est temps d'agrandir leur espace vital.

    Magnifique, dix siècles d'histoire seront balayés par une poignée de bigoudens et de chapeaux ronds, ce qui me fait toujours rire en plus c'est l'étroitesse de ce mouvement celte... Selon la définition géographique... Les celtes étaient un ensemble de tribus qui vivaient de la belgique à l'espagne, et de l'irlande à l'italie du nord, et jusque même en turquie avec les galates, mais vous avouerez qu'une bande de moustachus basanés au milieu de tout ce beau monde ca ferait tâche ? Et une minorité a beau être visibile, il ne faut pas trop que ca se sache.

    D'ailleurs à ce titre, moi aussi je décide de proclamer l'indépendance de ma région, et porteur de ma culture je décide de me faire sacrer Grand Duc du Dauphiné et d'envahir le rhône ! Sus à l'enemi !

    Sic!

  9. 109
    cadoudal dit:

    "ce sont les villes "bleues" de Bretagne qui mettent en échec la chouannerie, traître à la patrie déclarée en danger, quand elle préparait l?invasion anglaise qui aurait pris à revers notre jeune république."

    Les "villes bleues", traitres à la Bretagne, traitres à la France.

  10. 110
    Olivier dit:

    Je saute au plafond en vous écoutant sur France info depuis l'Espagne. Que faite vous, Mr Mélanchon du Parisianisme ! La France aujourd'hui, c'est Paris. Les jeunes ne vivent qu'en banlieue Parisienne (la majorité des jeunes ne brûlent pas de voiture, vivent en province et font des activités louables comme du sport). Je suis Breton non bretonnant (je trouve même cela terriblement ringard). Ma femme est Toulousaine sans intégrisme exacerbé envers le cassoulet. Nous existons, nous sommes Français mais ne vivons pas en île de France. Dès que la province fait parler d'elle, les fascistes de gauche Parisien se vexe et "cause dans le poste" comme on peut le dire en province. Le son des binious à l'air de plaire aux Parisien à la recherche d'une identité perdu avec le stress quotidien. Les propos que vous tenez sont pour moi des propos racistes envers l'autre France. Attaquez vous également aux polyphonies Corses, aux fêtes de Bayonnes (en plus ils boivent de l'alcool ceux- là), aux fêtes des géants du nord... A la richesse de la France en un mot. Quelle a été votre réaction lors des festivités du nouvel an Chinois à Paris ? Le péril jaune débarque en France ?

    Si les Bretons sont partout, c'est peut être qu'ils ont beaucoup souffert durant l'histoire et qu'ils vont toujours de l'avant sans se plaindre et râler.

    Le Parisianisme tue la France, de gauche comme de Droite !

  11. 111
    uguen dit:

    Méchancon (c'est affectueux) m'a souvent fait chier (ex:conflit des infirmières en 1989) et je reste encore parfois dubitatif sur ses propositions.

    Mais en vieillissant dois-je m'inquièter de partager ajourd'hui de plus en plus sa révolte..?

    Lors de la création de TV Breizh par Le Lay, j'avais eu l'occasion de dire que "TF 1 même en breton restait une télé de m****" et en tant qu'élu de gauche la proximité de ce monsieur avec le président de la région Bretagne m'a profondément choqué à la sauterie dite "Breizh Touch".

    Pour autant je me sens profondément breton mais de ceux qui pour défendre les minorités nationales, se réfèrent par exemple,à la lutte du joint français où les "ouvriers bretons disent m**** aux patrons" comme le chantait Kirjuhel?

    JL Uguen, maire de Cléder (29)

    NB (plutôt que PS) En tout état de cause je préfère de beaucoup aujourd'hui Méchancon à son ancien complice Gueule de raie et son délire sécuritaire qui fait d'un ancien trotsko le potentiel prochain suppôt de Sarkozy

  12. 112
    Yohan dit:

    Jean-Luc, dites nous la vérité, vous savez trés bien que ce sont les commissaires européens et leurs agents au service du mondialisme qui instrumentalisent bien souvent ces mouvancess régionalistes dans le but de faire éclater les Etats-nations et les remplacer par des mini-régions au service de Bruxelles et de l'Euroland.

    Régner pour diviser telle est leur devise, et ils s'y emploient avec la collaboration de nos élus soi-disants républicains qui ferment les yeux sur le communautarisme "éthnico-religieux" et même l'encourage sur le territoire de la république.

    La gauche lâche et la fausse droite récoltent ce qu'elles ont eux-mêmes semé, il est trop tard pour venir pleurnicher, cette république corrompue qui refuse au peuple la démocratie directe et qui pipe les dés en permanence est en voie de faillite et de disparition.

    A lire : "De l'union euro-atlantique à l'état mondial" et " Minorités et régionalismes en Europe et dans l'Europe fédérale des régions " de Pierre Hillard.

  13. 113
    Goater dit:

    M. Mélenchon,

    J'ai beaucoup de respect pour vous car je partage nombre de vos analyses. Mais là, c'est parfaitement absurde. En ce qui concerne la Breizh Touch, je vous renvoie sur mon blog d'élu : http://jeanmariegoater2007.over-blog.fr/article-12771906.html

    pour vous démontrer qu'il y a d'autres manières d'être un militant politique en Bretagne.

    Quant à vos propos sur la langue bretonne, l'argument de l'unification qui rend cette langue artificielle donc inutilisable est parfaitement scandaleux. Comment apprendre une langue, comment l'enseigner ? L'intégration de l'enseignement immersif du breton dans l'éducation nationale, que nous appelions de nos voeux, a été bloqué par ces dogmatiques professeurs en nivellement culturel que vous semblez incarner.

    La diversité linguistique d'un pays est une chance et un patrimoine.

    Ne pas le reconnaître, est simplement un déni de raison.

    Jean-Marie Goater, conseiller municipal de Rennes, Les Verts

  14. 114
    Flo dit:

    Bonjour,

    Doit-on rire ou être consterné par ce post et les commentaires qui s'en suivent ? Personnellement je ne savais pas que la Bretagne et les bretons vous faisez si peur. Alors certes, une manifestation comme la Breizh Touch (initialement prévue pour promouvoir notre belle région) à probablement était un peu (voire beaucoup) récupérée par certaines personnes influentes, mais delà à dévier sur des sujets comme le financement de Diwan, sur les mouvements indépendantistes breton (vieux serpent de mer qui ressurgit régulièrement), il y'a un monde. Alors certes, des familles comme les Bolloré, Leclerc, et Cie ne sont pas les plus "clean" de Bretagne, mais combien d'emploi ont-elles créées ? Je n'approuve pas cette récupération qui surfe sur la vague identitaire depuis quelques années déjà, mais delà à s'en inquiéter... Ne vous inquiétez pas peuple de France, votre belle République est encore en place pour un bon moment ! Quand à nous pauvres bretons que nous sommes faisons moins de bruit, car visiblement nous dérangeons. Amusant comme situation...

    En tout cas Monsieur Mélenchon on vous attendez surement ailleurs que sur un tel sujet. Votre audience va surement monté en flèche puisque votre article vient d'être publié dans le Ouest-France daté de ce matin. Si au moins on peut vous servir à çà...

    Humoristiquement votre ;o)

  15. 115
    iffig dit:

    demat deoc'h

    bonjour en breton unifié du 21° siècle,

    je vous réponds donc en français unifié et universitaire, celui que j'ai appris dans les écoles de votre "république une et indivisible", dans cette langue qui a rayé de la carte tous ses dialectes de la Langue d'Oil et qui s'obstine à essayer de faire disparaitre toutes les autres langues existant sur ce territoire en contradiction avec tous les textes internationaux, de l'ONU et de l'UNESCO;

    Et vous vous dites de gauche et défenseurs des droits humains !

    Les Bretons ont su rejeter et le nationalisme français exacerbé d'un Le Pen, et dernièrement de celui du futur Napoléon : après des siècles de soumission à un système qui les avaient amenés à avoir honte de leur propre culture, les Bretons se réveillent, comme tous les peuples minoritaires opprimés dans leur culture : c'est un bon signe pour l'humanité toute entière et ce ne sont pas vos réactions rétrogrades franco-françaises qui nous empècheront d'avancer !

  16. 116
    lucio dit:

    Je suis breton et de gauche, et quand je vois les lois que votent le parlement, je trouve dommage que l'on n'est pas une autonomie accrue pour contrer ce qui est voté à Paris.

  17. 117
    bretonne dit:

    je découvre cet article dont je ne comprends pas l'utilité.

    que vous n'aimiez pas la culture bretonne ne peut pas pour autant vous permettre de faire l'amalgame entre cette culture et un mouvement né il y a plus de 60 ans et resté très largement minoritaire.

    ce rapprochement me semble d'autant moins approprié que la France connaissait à l'époque une période noire et que les aspirations de quelques autonomistes bretonnants ne devaient pas être très éloignées des aspirations de quelques autres français restés eux-aussi minoritaires.

    il y a eu des collaborateurs pour ne pas dire plus sur l'ensemble du territoire et les erreurs de ces personnes ne peuvent justifier que la culture bretonne soit considérée comme dangereuse pour l'unité française.

    quant à la langue bretonne, peut-être est il opportun de rappeler qu'il ne s'agit pas d'un patois et que son enseignement s'il n'est effectivement pas primordial n'est pas moins utile ou justifié que l'enseignement d'une langue morte comme le grec

  18. 118
    Didier dit:

    Mr MELENCHON,je suis d'origine bretonne et fier de l'être.Votre post vis à vis des personnes qui aiment et revendiquent leurs origines est tous simplement blessant voire insultant.Nous considérer comme des nazis,la chose est forte!Pensez-vous que les milliers de bretons qui se trouvaient devant leur poste de télévision ou à Paris, qui dansaient et chantaient au son de la bombarde soient proches du millieu indépendantiste.Si cela était envoyé promptement des chars au péage de Vitré afin d'isoler cette gangrène.Les millions d'hommes envoyés à la boucherie en 14/18 et qui ne parlaient pas un mot de français,les générations d'humiliés dans les écoles,la tentative de "génocide"culturel,etc.Tout cela pour assouvir la soif d'une France une et indivisible,lisse et polissée.Si la France n'avait pas trainée dans la boue tout un peuple,l'épisode honteux de la collaboration aurait été moindre.Et les collabos ne sont pas toujours ceux que l'on pointe du doigt,quand je pense à la Loire-Atlantique et à son "annexion".Apparement Pétain n'a pas fais que de mauvaises choses.Fini le complexe breton.Notre langue et notre culture existent que cela plaise ou non et nous en sommes fiers.

    un "nazi chouan d'extreme-droite"

  19. 119
    breton et breton dit:

    Bonjour,

    Je suis un peu surpris des réactions provoquée par cette "Breizh Touch"...

    Je suis Breton, Français, Européen et citoyen du monde... J'aurais pu être Auvergnat, Français, Européen et tjrs citoyen du monde... ou Parisien, Français, bref vous avez compris la suite ;-)

    Je comprends que le "breton" a une image de nationaliste-autonomiste-indépendantiste qui lui colle à la peau, je comprends que les écoles Diwan peuvent, vu d'un oeil critique, continuer à entretenir cette image. Pourtant, moi je n'y vois qu'une chose, un moyen de garder en vie une langue régionnale, unifiée certes (c'est plus facile d'avoir une langue que 5), par un collabo, ça c'est plus triste, mais ça veut pas dire qu'il en a fait une langue nazilliarde... Et tous les petits écoliers de Bretagne ne sont pas dans une école Diwan, loin de là.

    Nous ne parlons pas tous le breton, c'est même l'inverse, alors tant qu'il y a des gens qui le parle, autant faire en sorte que ça continue avant d'en faire une langue morte... ça veut pas dire que tous les bretons ont obligation de parler bretons ;-)

    Je trouve qu'il y a un amalgame assez étrange sur ce sujet de "Breizh Touch"... Moi j'y vois surtout un gros coup marketing orchestré par des professionnels du genre pour remplir leurs poches (l'organisateur de cette manifestation organise aussi le Festival Interceltique de Lorient que bcq qualifie de "pompe à fric" qui a perdu son côté festif), mais j'y vois pas une levée de drapeau nationnaliste façon fête du FN... même si dans le lot, il y en a surement (des cons y en a partout)...

    Maintenant, le folklore, il y en a partout, le beret et la baguette sont bien présent dans le film "ratatouille", si c'est comme ça que les américains voient les français, pourtant on en fait pas tout un plat...

    Mais c'est vrai qu'à force de parade sur les champs, fest-noz au stade de france et j'en passe, là notre folklore commence à virer grotesque... Comme toujours, si y a du fric à la clef, autant en boire jusqu'à la lie... et comme d'hab, ceux qui sont derrière ces manifestations sont toujours les mêmes...

    Que certains aient du mal avec TV Breizh parce que Le Lay et Berlusconi sont derrière ce projet, je le comprends, en même temps, je ne la regarde pas... et il existe bien l'OM TV, c'est pas pour autant que c'est representatif des marseillais... Je ne connais pas marseille, mais ils ne sont pas tous avec un maillot bleu OM, assis à une terrasse avec leur Pastis en regardant une partie de boules...

    Je préfère l'article de Jean-Luc Mélenchon, parce qu'il me fait réfléchir et j'arrive à me dire que pour quelqu'un de "l'extérieur", nous, bretons, avons peut-être une image à améliorer (j'ai même lu certains commentaires sur d'autres sites qui laissaient croire que direction l'ouest, passé Rennes, on parle plus le français mais que le breton, on est tous en costumes folklorique en portant notre drapeau, on mange que des crêpes en sifflant que du cidre etc etc..., bref ça fait rire, mais un peu jaune quand on se rend compte que ce n'est pas dit sur le ton d'une plaisanterie), je comprends aussi que pour le moment nos représentants médiatique (Mr Le Lay par exemple) ne sont peut-être pas les meilleurs que l'on puisse trouver, qu'il faudrait peut-être mettre en avant des gens qui sont fiers d'être bretons mais qui sont porteur de projets qui font avancer la France, l'Europe ou le monde entier...

    Par contre, j'ai du mal à comprendre la réaction de Françoise Morvan, je trouve qu'elle n'apporte pas de point de vue critique, seulement bcq de véhémence... ça m'attriste bcq, je ne sais pas qui elle a rencontré qui aurait pu lui faire prendre une position aussi radicale sur le point de vue "Breton", des cons surement, mais en bretagne comme ailleurs, ces gens là ne sont qu'une minorité...

    Je suis partisan d'une "Breizh Touch" qui présente les entreprises bretonnes, celles qui sont innovantes (dans l'imagerie numérique, dans l'héliomarin, dans la TV numérique, etc etc, bref dans des projets innovants) et qu'à côté de ça on fasse des soirées festives à base de "cyber festnoz" pourquoi pas, si l'ambiance bon-enfant est présente.

    Par contre, même si la parade sur les champs en tant que tel ne m'a pas dérangé, en faire un évenement médiatique et télévisuel qui limite la "Breizh Touch" à un défilé façon 14 juillet, là je dis non, ce n'est pas cette image là que je veux donner de ma région.

    Merci,

  20. 120
    Starzob le comique croupier dit:

    Salut à tous,

    Je me questionne sur l?utilité d?un tel article. Que les Bretons défilent à Paris, fassent découvrir une culture qu?ignore une grande partie de la population de ce pays, ne me semble pas une activité néfaste pour la république. Peut être montrent ils, qu?après les tentatives d?anéantissement d?une langue, d?une culture par les précédentes républiques, les Bretons ont su sauvegarder un patrimoine. L?utilisation de la force semble révolue depuis l?attentat de Quevert. C?est, je crois, une chance d?appartenir à une nation qui soutient l?histoire et l?identité de chacun d?entre nous.

    Pour conclure, je ne crois pas qu?un député socialiste, sénateur de l?Essonne, ai de temps à perdre avec ces vociférations perfides. Je crois qu?il devrait plutôt travailler à la réconciliation des membres de son parti et à la refondation d?un nouveau PS fort et susceptible de servir à autre chose qu?alimenter les railleries quotidiennes des JT.

    Les politiques passent leur temps à masquer les réels problèmes de notre pays en s?arrachant les cheveux sur des concepts et discours bidons qui ne corrigeront jamais les inégalités sociales, les dysfonctionnements de notre économie et de nos modes de vie.

    Ne faites pas comme moi, concentrez vous sur l?essentiel.

    Yehed mad

  21. 121
    Herv? L. de saint-brieuc (22) dit:

    Monsieur Mélenchon est dans l'abstraction, la pseudo-théorie, et non dans le concret.

    Il n'y a aucun danger nationaliste ou autonomiste aujourd'hui en Bretagne.

    En revanche, après avoir été raillés et moqués, beaucoup de bretons sont aujourd'hui fiers de leur culture. Cette culture n'est pas figée et ne se complet pas dans l'admiration du passé et le nombrilisme identitaire; elle est ouverte sur le monde, généreuse, décomplexée: Stivel, Denez Prigent, Erik Marchand (pour ne citer qu'eux)composent et créent des spectacles (depuis des années) avec des musiciens du monde entier et de tous horizons. C'est cette ouverture sur le monde qui fait aujourd'hui la richesse de l'effervescence culturelle en bretagne.

    L'argumentaire de M. Mélenchon est basé sur les amalgames :

    la langue bretonne a été unifiée en 41 ? donc ceux qui la parlent sont suspectés d'être nationalistes voire nazis !

    Le président de TF.1 est partenaire de la breizh touch ? donc c'est une manifestation de droite et réactionnaire !

    Pour moi c'est une pensée étroite !

    OUI ! on peut se sentir breton jusqu'au fond de l'être et à la fois français et républicain, anti-raciste et citoyen du monde !

    Déjà que M. Mélenchon voulait nous faire croire que Fabius est de gauche... Il perd là toute crédibilité !

  22. 122
    Pierre dit:

    Ah m.Mélenchon, ça faisait longtemps! encore un de vos délires paranoïaques qui est sensé défendre un républicanisme archaIque et sectaire, bien plus que celui que vous imputez aux bretons et quel style! comparer la revendication culturelle bretonne à l'islam, mon dieu mais quelle lourdeur! j'en ai presque rit. Maintenant j'ai compris qui je suis selon vos critères racistes et imbéciles. Je parle Breton, je vis en Bretagne, je critique le retard français concernant la reconnaissance de notre langue, des membres de ma famille ont péri sous le drapeau français, j'aime la france, la république (ouverte) et ses valeurs, mais bon on me traite de terroriste et d'intégriste. Quelle insulte! Si tout le monde pensait comme vous, la planète serait uniforme et sans saveur. Vous me dégoutez de votre socialisme du XIXème siècle. Je sui ssur en plus que vous pronez le respect des cultures ailleurs, en Lituanie peut-etre. Je ne comprends pas que des gens votent encore pour vous et votre idéologie préhistorque.

    Un breton blessé

  23. 123
    makhno56 dit:

    Camarade Mélenchon,

    La moquette du Sénat doit être particulièrement bonne que tu passes tes journées à tirer sur le carton. Si tu n'avais pas signé ce texte naze, on dirait que cela vient tout droit d'un con moyen de droite.

    Il ne faut pas prendre les Bretons pour ce qu'ils ne sont pas. Sans doute, pour savoir où ils vont, veulent-ils au moins savoir d'où ils viennent. Dis moi en quoi apprendre la langue et la culture de tes ancêtres va perturber l'unité de la France ? C'est vraiment une idée de raciste de droite. La France, c'est la nation, c'est une idée révolutionaire et Universelle qui dépasse les mots pour le dire. Mes ancêtres étaient des ploucs a qui on interdisait de "baragouiner". Certains se sont révoltés avec outrance contre d'autres outrances. La Chouannerie, traite à la patrie, quelle connerie ! Les outrances des uns ont toujours nourri l'hostilité des autres, les massacrés de Nantes (ville bretonne) s'en souviennent encore. Les villes bleues entourées des diables blancs font partie des images d'épinal distillées par l'idéologie jacobine (j'allais dire Stalinienne, excuses moi camarade). Ce raisonnement ressort du vieux monde manichéen dont ta plume est une illustration, il y a les bons, bleu blanc rouge, républicains, jacobins et centralisateurs et les méchants, gwen a du, bretons et fédéralistes, comme en 1793. Trop Simpliste.

    Les créateurs du club breton (qui deviendra le club des jacobins) doivent se retourner dans leur tombe, eux dont certains ont échappé au rasoir national grâce au 6 thermidor.

    Comparer les petits jeunes qui ont défilés dimanche à des islamites vaut son pesant de patates. Pour embrigader un breton, il faut se lever de plus bonne heure que tu ne le crois. Même pour un "penseur" socialiste. Tu nous a fait bien rire. Merci pour ton message d'alerte. Au mieux, on devrait te virer du PS pour connerie avérée.

    Personnes n'est dupe de l'opération "Breizh touch". Que TF1 soit dirigée par des manipulateurs, merci de le dire, les Bretons ne savaient pas ?

    Mais tu as raison, il y a cons et cons.

    Mais au lieu de déconner, un de tes congénères (Philippe DALLIER) propose une loi pour interdir le vote électronique, tu ferais bien de le suivre, c'est autrement plus important que le biniou, même si cela fait moins de bruit, le vote électronique, c'est bien plus dangereux.

    Au fait, l'Essonne, c'est où ?

    Fils et petit fils de plouc.

  24. 124
    JB dit:

    Comme quoi la gauche est au bout du roulot... Maintenant par évenement interposé Jean-Luc tape sur son copain Jean-Yves (Président de la région Bretagne, organisatrice de l'évenement). Peux etre vous feriez mieux de réfléchir à des thèmes plus important pour les francais que celui la... C'est pas demain qu'on risque de voir la gauche au pouvoir...

    J'en suis vraiment désolé.

    Un breton francais.

    ---------------------------

    A mediter JL: jl.melenchon@senat.fr

    ---------------------------

    Texte extrait de Comment peut on être breton, "Essai sur la Démocratie française", Morvan Lebesque (Editions du Seuil, 1970).

    Repris par le groupe Tri Yann dans leur chanson parlée La découverte ou l'ignorance, 1976.

    Le breton est-il ma langue maternelle ? Non : je suis né à Nantes où on ne le parle pas... Suis-je même breton ? Vraiment je le crois. Mais de "pure race", qu'en sais-je et qu'importe ?... Séparatisme ? Autonomiste ? Régionaliste ? Oui et non : différent. Mais alors vous ne comprenez plus. Qu'appelons nous être breton ? Et d'abord, pourquoi l'être ?

    Français d'état civil, je suis nommé français, j'assume à chaque instant ma situation de français : mon appartenance à la Bretagne n'est en revanche qu'une qualité facultative que je puis parfaitement renier ou méconnaître. Je l'ai d'ailleurs fait. J'ai longtemps ignoré que j'étais breton... Français sans problème, il me faut donc vivre la Bretagne en surplus, ou, pour mieux dire, en conscience : si je perds cette conscience, la Bretagne cesse d'être en moi ; si tous les bretons la perdent, elle cesse absolument d'être. La Bretagne n'a pas de papiers. Elle n'existe que dans la mesure où à chaque génération des hommes se reconnaissent bretons. A cette heure, des enfants naissent en Bretagne. Seront-ils-bretons ? Nul ne le sait. A chacun, l'âge venu, la découverte ou l'ignorance...

  25. 125
    Panth?re Prose dit:

    D'origine bretonne, je viens de quitter la Suisse où j'ai vécu plus de 4o ans pour m'installer en Bretagne. Et je dis Bretagne,et non ouest de la France car comme ça, c'est plus clair. Je ne commets pas de crime de lèse république? On ne sait jamais...

    Rwanda, Yougoslavie... et Belgique sont invoquées. Comment parvenir à un désacord raisonable avec de telles comparaisons?

    Tiens! Pas une seule mention de la Suisse...

    J'aime sincèrement cette incroyable,cette fichue Bretagne. C'est viscéral. Mais je respecte encore beaucoup la Suisse hélas plus connu ces temps pour ses banques que pour la sagesse de ses institutions. Et dans cette confédération helvétique - qui est une vraie république, relisez Debray! - catholiques et réformés ne se sont pas trop étripés au cours de l'histoire; 4 langues nationales sont utilisées et n'empêchent pas ses habitants de vivre en intelligence. Le mot referendum n'y est pas un cache-misère...

    Bien sur, la Suisse... j'imagine le regard oblique de nos républicains de service si friands de clichés faciles et de comparaisons partielles ou totalement décalées.

    Les idées - j'aurai plutôt envie de reprendre pour moi cette expression d'A. Arthaud en parlant de "tradition d'imbécilité" - reproduites par ces "républicains" de droite comme de gauche tiennent plus de Louis XIV et des dragonnades que d'une république moderne et respectueuse.

    Pas de respect sans république.

    Pas de république sans respect.

    L'égalité n'est pas l'uniformité

    Quant à Mr Mélanchon et tous ses gardes républicains de gauche, eux qui ont une responsabilité aussi nette dans la déplorable élection de N IV, qu'ils cessent d'invoquer cette république des lumières.le roi soleil n'est pas loin. Une modeste lanterne éclairant leurs propres pas devrait faire l'affaire.

  26. 126
    Chouchenn dit:

    j'aime beaucoup quand qn essaie de nous donner des lecons de civisme.

    vous mechants bretons vous etes les descendants des bretons nazis, vous mechants bretons vous parlez entre autre le francais et votre langue bretonne a ete artificiellement unifiee, vous mechants bretons vous jouez de la musique, vous manifestez sous une banniere créée par un autre mechant breton en resume vous mechants bretons vous etes des ploucs reactionnaires.

    les gentils bretons sont ceux de l'ile de sein, les gentils bretons sont les bataillons de fonctionnaires envoyes eduquer les banlieues parisiennes sans espoir de revenir avant la retraite en bretagne, les gentils bretons sont ceux qui meprisent leur langue, leur culture, leur musique.

    nous gentils francais nous sommes les garants des droits de l'homme, la preuve demandez la a eloi machoro; les gentils francais s'effraient que la langue francaise soit de moins en moins parlée au conseil européen parce qu'ils ne maitrisenet que la seule langue descendante des siecles des lumieres, la seule qui vaille d'etre parlee dans le monde entier: la preuve demandez la a nos colonies qui ont appris pendant des generations "nos ancetres les gaulois".

    nous gentils francais on n'a pas collabore avec l'allemagne nazie, la preuve le gouvernement de vichy n'a jamais promulgue de lois nazies, anti juives, non jamais. les gentils francais pendant la guerre n'ont jamais collabore, ni manifeste leur adhesion a petain, non jamais?

    nous gentils francais on parle la meme langue qui a ete unifiee par le st esprit, qui existe depuis la prehistoire; la preuve quand vous ouvrez un livre de vieux francais il ne vous faut absolument ni cours ni lexique pour esperer comprendre quelque chose.

    nous gentils francais on est pour l'egalite, la preuve le traitement inegal qui est fait entre un ancien combattant francais et un ancien combattant africain, la preuve la difference de salaire entre femmes et hommes a travail egal, la preuve la representation feminine a l'assemblee nationale.

    alors monsieur melanchon, quand on regarde la paille dans l'oeil du voisin on commence par voir la poutre dans le sien.

    ce qui vous anime c'est la jalousie de ne pas avoir de racine, c'est le racisme de l'autre, c'est la fermeture sur votre culture, votre sacro sainte et unique langue, c'est la vision archaique que vous avez du fonctionnement de la societe.

    pendant longtemps j'ai milite et vote a gauche, suite entre autres a vos declarations sur diwan je ne l'ai plus fait et je ne le ferais plus.

    je ne respecte pas les gens qui ne me respectent pas.

    je meprise les gens qui me meprisent.

    je parle et je lis d'autres langues que la langue francaise et c'est grace entre autre et seulement entre autre a l'enseignement republicain que j'ai suivi.

    restez sur paris qui ne represente qu'elle meme et pas la france.

    arretez de nous insulter, pas de bol si vous n'avez ni racine, ni ouverture culturelle, linguistique, si vos centres d'interet sont parisiano parisiens.

    vous ne representez que vous et certainement pas le peuple de gauche de france.

  27. 127
    Albert dit:

    Monsieur Mélenchon

    Vous faites vôtre ce pamphlet de l'essayiste Françoise Morvan paru dans Liberation. Depuis 10 ans la prose de Mme Morvan a inspiré de nombreux articles dans la presse française sur la "dérive identitaire" et le "communautarisme" breton.

    Que s'est-il passé ces dix dernières années ? En 2002 Jean-Marie Le Pen arrive au second tour de l'élection présidentielle à la surprise de toutes les rédactions, en 2007 N. Sarkozy arrive à la présidence et met en pratique le programme du premier, mais surtout, la Gauche dont vous faites partie, n'est toujours pas en état de proposer un réel programme alternatif à celui de la Droite et encore moins capable d'avertir les Français sur le caractère définitif de la casse sociale entrepris par la Droite.

    A force de fouiller la m****, on en a plein les yeux.

    A galon

  28. 128
    Albert dit:

    En 2000, M. Fillon, président de la Région Pays de la Loire déclarait : "le renforcement du sentiment d'appartenance régionale est une priorité". Ce que n'a pas démenti sont successeur de gauche.

    Si le président de la région Corse, de l'Alsace ou de la Bretagne avait déclaré une telle chose, nos vaillants républicains auraient inventé le blog avant l'heure pour crier leur horreur du communautarisme... mais non.

    M. Fillon est aujourd'hui premier ministre d'un président qui a inventé le ministère de l'identité nationale...

  29. 129
    Yva dit:

    Quels mépris et ignorance de la Bretagne et des Bretons dans vos propos Monsieur Mélenchon : toujours les mêmes clichés sur le nazisme dès que les Bretons revendiquent légitimement leur identité.J'ai le coeur à gauche et pour moi le nationaliste c'est vous,sous votre verni de républicain, car vous ne supportez pas la diversité culturelle en France.

    Quand vous parlez de pseudo langue bretonne pour le breton unifié (moyen de le sauvegarder) vous sous-entendez que la langue française est supérieure : il est plutôt là le nazisme non ?

    Donner plus de pouvoir aux régions n'est pas un danger pour la République française au contraire c'est continuer à étouffer les cultures régionales qui le sera.

    Moi je me sens breton, français, européen et citoyen du monde et paradoxalement à votre vision jacobine, je serai encore plus fier d'être français lorsque l'Etat français ne s'opposera plus à la ratification de la charte européenne des langues régionales et à la légitime réunification de la Bretagne (à ce sujet je ne vous entends pas vous opposer à l'inique partition de La Bretagne initiée par Pétain mais c'est vrai qu'en bon centralisateur cela doit vous arranger).

    Kenavo

  30. 130
    J.Le Tallec dit:

    C'est par l'intermédiaire de Ouest France et la réaction à vos propos de Bernard Poignant que j'ai pris connaissance de leur teneur... Bien sûr, je partage à 200% l'avis exprimé par L'ancien et (j'espère) le futur Maire de Quimper... Je préfère pour ma part voir défiler sur les Champs Elysées les cultures régionales qui font la richesse et la diversité de la France plutôt que les armées, en guerre ou en paix....

    Votre propos est désuet, simpliste, partisan et injurieux pour la Bretagne et les Bretons. Pour ma part, je n'y vois rien de Socialiste ce qui n'est pas étonnant, vu l'état dans lequel se trouve ce parti actuellement...Prétendre que cette fête fait le jeu des nationalistes est ridicule et indigne d'un responsable politique de votre niveau...

  31. 131
    Colin Falconer dit:

    Je ne partage pas du tout le point de vue de Jean-Luc Mélenchon sur les langues dites "régionales". Qu'une partie de la mouvance nationaliste (ou régionaliste) bretonne appartienne à l'extrême droite n'a rien d'étonnant.

    Je peux même lui fournir un autre exemple : certains Guadeloupéens font la chasse aux immigrés haïtiens et dominiquais aux cris de "La Guadeloupe d'abord", en s'exprimant souvent en créole. Est-ce pour cela que les Antillais n'ont pas le droit de parler et d'apprendre leur langue y compris à l'école - un droit qui a été partiellement admis par l'Etat français tout récemment.

    Jean-Luc Mélenchon peut-il nier que parmi ceux qui crient haut et fort leur attachement aux valeurs "républicaines" et "nationales" (entendu, la nation française) il existe une bonne partie de salauds de droite, de racistes et d'islamophobes.

    Défendre le droit de parler et d'apprendre la langue de son choix, promouvoir la diversité culturelle et la liberté de choix sont des revendications démocratiques élémentaires et font partie du b-a-b du socialisme.

    En ce qui concerne l'enseignement linguistique (je suis prof d'anglais et bilingue anglais-français avec quelques connaissances du créole guadeloupéen), nous devons tout faire pour favoriser le bilinguisme et le multilinguisme, que cela soit en encourageant l'enseignement des langues dites "mineures" dans les écoles, ou en communiquant avec les parents d'élèves à la fois en français et dans leur langue d'origine (pourquoi pas des panneaux à l'entrée de chaque école et des dépliants souhaitant le bienvenu aux familles en français, en arabe, en chinois ou en tamoul et les informant de leurs droits ?).

    Un autre défi serait de combattre l'ignorance des Français dans leur ensemble de ce qui constitue une langue ou un "patois" (une majorité de mes connaissances pensent que le breton est un "patois" du français).

    L'histoire des langues mérite une analyse sérieuse. D'un point de vue marxiste, ne faut-il pas réfléchir sur le lien entre la formations des nations (consolidation du pouvoir de la bourgeoisie, centralisation politique et administrative dans le but d'abolir toutes les entraves au développement de la production et d'établir un pouvoir étatique capable de gérer les contradictions sociales exacerbées par l'exploitation capitaliste...) et l'imposition (dans la majorité des pays) d'une langue "nationale" unique, accompagnée souvent d'interdictions brutales et d'humiliations ? Surtout dans le cas de la France, dont le nationalisme républicain (et de gauche) constitue un exemple extrême, voire caricaturale.

    Non, décidément, partir en guerre contre les diwans, c'est se tromper complètement de cible.

  32. 132
    Yannick K. dit:

    Monsieur Mélanchon,

    A la lecture de votre article je me suis mis a fredonner "mélanchon si t'enleve le h ca fait mélan con et gare au con les bretons,mélan con, mélan con..." mais bon de pareils insultes son basses et je ne m'abaisserai pas a votre niveau !

    Votre tirade et pour le moins ridicule, comment peut on écrire et faire pareil amalgames, à vous lire, nous, bretons qui défendont notre culture sommes assimilable à des nazis... et puis quoi encore! Que fait on de mal lorsque nous nous rassemblons pour écouter de la musique celtique? que fait on de mal lorsque nous preferons acheter des "produits en bretagne"? que fait t'on de mal lorsque nous souhaitons enseigner nos racines au plus jeunes? je me demande.

    En tout ca je pense personnellement que c'est aussi une forme de commerce équitable sauf qu'au lieu d'aider je ne sait qui, je ne sait ou, j'aide mon voisin! Et oui en bretagne on prefere aider son voisin, si toute la france se metter à acheter du "made in france" on aurai un peu moins de chomage (à méditer)

    Ne pensez vous pas mon cher Mélenchon qu'il serais plus juste en ce moment de se pencher sur d'autre sujet plutot que de venir nous faire c*** et déclarer que la breizh touch est une fête qui ouvre grand les portes au nationaliste de tous poils !

    Nota: vous avez sans doute l'habitude des coups d'eclats et c'est sans doute grâce à ca que vous existez, votre amis Frêche lui aussi avez le mêmes principe....

  33. 133
    Christophe dit:

    - Piv out-te ?

    - Christophe eo va anv

    - Eus pelec'h out ?

    - Eus Breizh, rannvro a Vro C'hall, bro ar frankiz, an ingalded, ar breudeuriezh, bro ar Gouleier, an tour-tan hag a roio d'ar Bed feizh ha c'hoant en demokratelezh hag en peoc'h etre ar pobloù !

    - Dreist ! Na me garje bout Gall !

    Siwazh deomp, pell'omp eus seurt diviz !

    troidigezh :

    - qui es-tu ?

    - Christophe est mon nom

    - d'où viens-tu ?

    - de Bretagne, une région de France, pays de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, pays des Lumières, le phare qui donnera au Monde la foi et l'envie dans la démocratie et dans la paix entre les peuples !

    - Super ! Comme j'aimerais être Français !

    Hélas pour nous, nous sommes loin d'un tel dialogue !

    Au fait, Mme Morvan... cyber fest-noz au pluriel breton, donnerait plutôt "siber festoù-noz", mais en voulant vous démarquer de la pensée bretonne unique, ce qui est une bonne chose en toute occasion (si tant est qu'elle ait un jour existé en Bretagne!), vous avez tendance à vouloir nous donner un peu trop de leçons alors, commencez par réviser vos bases, vous passerez moins de temps à déverser votre rancoeur.

    M. Mélenchon, parlez-nous un peu de la Corse en ces termes, si vous l'osez !

  34. 134
    Jean Yves Mevel dit:

    Alors, les fachos de gauche. D'ailleurs on ne sait plus trop si vous êtes de gauche ou de droite, car, pour vous, seul le sectarisme est important, le reste n'est que foutaise. Vous devez surement regretter le temps des colonies, où les bons petits nègres venaient vous cirer les pompes, à genoux devant vous en chantant d'un air endiablé la marseillaise ou "nos ancètres les gaulois". J'ai l'impression que lorsque vous entendez parler de Bretagne, vous attrapez de l'urticaire. Ce qui est tout à fait normal, car c'est au cours de l'adolescence que l'on en est atteint. Il va être temps de grandir un peu. En lisant les commentaires sur ce site, j'ai quand même l'impression de de viner des thèses défendues par l'extrème droite hexagonale. A quand l'analyse ADN pour les bretons pour savoir s'ils peuvent venir à Paris. je pense qu'il y a plus de racistes que l'on ne croit. Et bien entendu, quand on critique la culture des autres, c'est que l'on n'en a pas. Vous avez un siècle de retard. Créez une nouvelle inquisition pour bruler sur le bucher tous ceux qui ne sont pas aux ordres. Vous serez épaulés par le gouvernement de Sarko, car il recrute à droite comme à gauche. Tentez votre chance !

    Demandez donc à Françoise Morvan d'où lui viens sa haine pour le mouvement culturel breton ! Je pense qu'elle ne le dira jamais. En tout cas, il y a de gros opportunistes qui sautent sur ses propos. Pour faire tourner un moulin, il faut lui apporter du grain. Mais quel grain ! On n'en veut pas de ce genre en Bretagne. Garder le chez vous !

    Jean Yves Mevel, professeur, militant breton et militant anti-fascistes. Et oui ! Moi, je n'ai pas que la gueule !

  35. 135
    mael dit:

    "interdit aux chiens et au bretons"

    " interdit de cracher et de parler breton"

    Voila les phrases que mon grand père lisait sur des pancartes affichées dans son "école" publique française.

    Et aujourd'hui il faudrait s'excuser de vouloir empêcher cette culture et cette langue de mourir?

    Les Bretons comme leurs fréres Corses ou Basques ont une langue, une histoire, des racines différentes des votres M.Melenchon, en quoi cela vous dérange-t-il? je n'aime pas l'idée de breizh touch, c'est une soupe commerciale et en cela je vous rejoins mais je n'aime pas non plus vos amalgames et vos raccourcis sur les Bretons et la langue Bretonne.

  36. 136
    mammig dit:

    je suis juste une Bretonne de 60ans désolée monsieur Mélenchon ! malouine je suis ! Bretonne s'il en faut et francaise s'il en fut ! comme tout ces parisiens vous jugé dans haut ! moi j'ai été fière de voir tous ces sonneurs et danseurs sur les champs elizés nous ne sommes pas que des résidences de vacances,, nous avons aussi une culture et une langue,, la France nous a toujours méprisée et écrasée je pense que vous ne vous permettiez pas la même chose avec des Corses vous aurriez trop peur des représailles ! courageux mais pas téméraire !vous savez carolo que nous avons aussi les chaines nationales , les dvd ect et nous ne sommes pas obligé de regarder tvbreizh il y a aussi le théatre, une vie culturelle assez intense ! et internet même en Bretagne ! je ne suis pas nationaliste mais j'aime ma région et son identité !ma mère vient du Havre et mon père d'Auray c'est la guerre qui les a réuni,, quand vous allez dans toutes régions les gens sont fiers de leur racine tout en ce revendiquant Français !

  37. 137
    Auguste Roger dit:

    Bonjour,

    je suis breton:né en Bretagne et y habitant.

    Je viens d'apprendre l'existence de

    votre BlogNote où Bernard Poignant tente

    de vous intimider sans présenter

    d'argument sérieux : le français est la

    langue de la République,mais n'est il pas favorable à la signature de la

    chartre europénne des langues

    régionales ?

    Je suis heureux qu'un socialiste ait le courage de désavouer ses collègues

    bretons qui ont accélére la bretonnisation (je ne vote plus pour eux maintenant).Ils ont subventionner

    Diwan et introduit le breton dans

    l'enseigement public.

    Personnellement, d'origine modeste,je peux témoigner que cet enseignement est néfaste :j'utilise souvent des expresions françaises dérivées du breton

    que mes parents m'avaient apprises(j'ai

    75 ans).Cet enseignement handicape les élèves par rapport aux autres qui n'en font pas.Cette langue ne présente aucun intérêt pour la mondialisation et elle disparaitra sans doute dans 20 où 30 ans (90 pour cent des langues actuellesauront disparu à la fin du siècle).Notons aussi que cette langue a été introduite sans débat; il y a simplement ajout d'une phrase dans le programme électoral ;ils profitent de

    de l'indiférence des bretons qui ne voient pas les enjeux pour avancer à pas cacher pour tenter l'indépendance comme vous le préciser au lieu de favoriser la communauté nationale et

    européenne.

    Ne vous laissez pas intimider par vos

    collègues socialistes qui controlent

    les média régionnaux et sont introduits

    au national par exemple sur France Inter

    Philippe Bertrand (émission 12h30 12h45)

    est venu en Bretagne cet été et il a

    donné la parole dans 2 ou 3 émissions

    à des persones faisant de publicité

    pour DIWAN.Est ce le rôle du service public?

    Je vous remercie de vous intêresser

    à ce problème important et continer à

    le suivre,notamment en légiférant

    dans la réginalisation pour que ces dérives ne soit plus possible.

    Auguste Roger

    u

  38. 138
    berder eric dit:

    de quoi qui se mêle le père Mélenchon, c'est la jalousie qui le fait s'exprimer ainsi; comme il est dans l'incompétence de reunir des hommes sous leure bannière " socialiste",il s'attaque à une région fière de son identité et de ses origines. A agir comme cela vous ne faites qu'augmenter la force qui nous anime.

    vous voulez nous fourguer une "Europe" tordue et bancale,vous ne réussisez même pas mettre d'accord pour faire avancer notre pays la France, les grandes choses se construisent sur des bases solides, les régions peuvent être des bons pilliers pour la construction de l'europe.en bretagne nous étions + de 60% à voter "pour l'Europe".

    occupé vous consienceusement pour fédérer les populations de votre région, de votre département pour faire avancer les choses.

    une chose est sure: en Bretagne que tu sois blacks, blancs, beurs, ils s'ont tous le même discours il y fais bon vivre ici.

    en gros : balaye devant ta "cour" plutôt que de dénigrer la cour de ton voisin.

    P.S: le F.L.B des années 75/79 sont révolus,vos sources d'informations sont un peu décalées remetter vous au goût du jour,c'est peut être pour ça que les gens ne comprennent rien à votre politique. A bonne entendeur salut.

    eric de quimper

  39. 139
    Jean Le Tallec dit:

    Monsieur,

    C'est par Ouest France que j'ai pris connaissance de votre avis sur la fête bretonne à Paris... Je suis à 100% d'accord avec la réponse de l'ancien et (j'espère) le futur Maire de Quimper Bernard Poignant... Je trouve votre analyse simpliste, passéiste, injurieuse pour les Bretons dont je suis... La richesse d'un pays, c'est le mélange des cultures de toutes ses régions... Assimiler cette fête à une tribune pour un Nationalisme est puéril et désuet... Pour ma part, je préfère voir défiler sur les champs Elysées la culture française sous toutes ses formes, plutôt que les armées qu'elles soient en guerre ou en paix...

  40. 140
    Pierre Quentel dit:

    Jean-Luc,

    Je vous écoute toujours avec beaucoup d'intérêt, vous êtes un des rares socialistes qui restez vraiment de gauche, c'est-à-dire pour qui la question sociale reste la plus importante et au fond la seule qui vaille

    Mais là, franchement, vous délirez complètement en assimilant la Breizh Touch et l'extrême droite indépendantiste. Mettez-vous à la place de quelqu'un qui, quand il allait en vacances en Bretagne, entendait toute sa famille parler breton, sans en comprendre un mot d'ailleurs - et pas un breton littéraire, personne n'en avait entendu parler. Mon attachement à la langue bretonne n'est pas idéologique, politique, anti qui que ce soit : il est SENTIMENTAL - vous pouvez comprendre ça ?

    Vous cherchez à culpabiliser les bretonnants à cause d'une vague histoire d'orthographe unifiée, décidée pendant la guerre. Ce genre d'amalgame me déçoit de votre part. C'est commme d'accuser tous ceux qui offrent des fleurs à leur maman pour la fêtes des mères (créée à la même époque) d'être des nostalgiques de Pétain !

    Du reste, procurez-vous les derniers numéros d'Al Liamm et de Brud Nevez, vous verrez si l'orthographe est unifiée (je sais que vous ne le ferez pas, c'est juste pour montrer que vous n'avez qu'une connaissance très superficielle du sujet)

    J'étais de passage à Paris pour la Breizh Touch, et en voyant passer le défilé sur les Champs Elysées je me suis dit que j'étais quand même fier que ma région d'origine soit reconnue à travers sa musique et ses danses. Vous ne m'enlèverez pas cette fierté avec vos tentatives de culpabilisation

  41. 141
    Redu dit:

    Jean-Luc Merluchon a trop tendance à mariner dans le vin blanc. Ca lui donne des aigreurs d'estomac. Je lui conseille donc d'arrêter de boire. Il aura le teint moins gris. Avec de nombreux bretons la cuite est plus joviale qu'avec ce mollah de la troisième République.

  42. 142
    Portail Breton dit:

    **Breizh TV... Ha la belle chaîne que voici ! Des resucées de Columbo et de Remington Steele à longueur de journée.**

    Faute à qui ?

    Au CSA, qui en a empêché la diffusion sur le territoire breton. Et comme toute chaine privée, elle doit s'adapter pour survivre.

    Un beau gâchis !

    Des emplois en moins à Lorient, la fin d'un développement audiovisuel.

    Mais il faut quand même noter que, c'est la seule chaîne qui propose des films et des séries doublés en breton...

  43. 143
    panth?re prose dit:

    Une question à Souvarine: Quelle langue parlera-t-on dans l'internationale de ses rêves? Le français, langue si parfaite ?

  44. 144
    Eryn dit:

    Cher M.Mélanchon

    Je préfère, et de loin, la "pseudo langue bretonne", que la langue de bois que vous et vos amis de TOUS BORDS, pratiquez joyeusement depuis des temps immémoriaux!

    Kenavo

    Eryn (Le BRETON)

  45. 145
    ronan le gall dit:

    Monsieur

    Je découvre avec stupeur, sur votre site, les propos que vous tenez sur la Bretagne et les Bretons.?

    Vous vitupérez contre un défilé sur les champs élysées de bagadoù, de danseurs bretons. Il y aurait selon vous, derrière tout cela une manipulation d'aventuriers douteux et bien entendu le spectre du nazisme.

    Alors puisque vous parlez de nazisme, mettant en application le vieil adage « calomniez il restera toujours quelque chose » permettez-nous de remettre une bonne fois pour toutes les pendules à l'heure, concernant cette question touchant tant notre Bretagne que votre idéologie.

    Vous n'êtes sans doute pas sans ignorer que le modèle politique d?Adolf Hitler a été la révolution française, aussi bien dans son essence que par son application. Le pharmacien Camer qui préconisait l'emploi des gaz toxiques pour exterminer les Vendéens et les fours crématoires où furent jetés femmes et enfants aux Lucs-sur-Boulogne lui ont certainement été précieux pour son inspiration, tout comme le camp de Conlie où furent parqués et affamés les malheureux Bretons cent ans plus tard. Et Streicher, le procureur du Reich, de qui était-il le fils naturel sinon de Fouquier-Tinville et de Carrier? Franchement, il faut avoir un certain culot pour se réclamer d'un système qui a engendré les pires régimes totalitaires du XXe siècle!

    Vous n'êtes pas sans ignorer non plus que les "collabos" français venaient en majorité de votre famille politique. Déat, Doriot, Laval étaient-ils des patriotes bretons? Non. C'étaient des socialistes français, comme les députés qui ont voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, comme vous!

    Quant à la Bretagne et aux Bretons, ils n'ont rien à se reprocher, comme toute étude historique sérieuse le démontre très rapidement. L'amalgame entre le nationalisme breton et le nazisme relève du pur fantasme et de la désinformation honteuse. La poignée de Bretons - une trentaine au maximum- ayant combattu sous l'uniforme allemand, plus par esprit de révolte contre la France, d'ailleurs, que par engagement idéologique, fait-elle oublier les centaines qui eux ont rejoint la résistance? Doit-on amalgamer le combat breton en faveur de la liberté et de l'identité avec une idéologie étrangère sous ce prétexte? Dans ce cas, il nous serait logiquement permis, à nous, Bretons, d'amalgamer votre combat pour la francophonie et la république avec le nazisme en vous rappelant les 10 000 SS français de la division Charlemagne et le nombre aussi important si ce n'est plus de miliciens et nervis français de toutes sortes au regard du nombre de résistants!

    Mais cela n?a rien d?étonnant de la part d?un triste personnage qui avoue s?être ressourcé à la fête de l?humma, chez les adorateurs de Staline, Pol pot, Hugo Chavez et autres terreurs en culotte rouge?

    Alors Monsieur, si vous ne voulez pas être au mieux ridicule, au pire comparé à un révisionniste, il est encore temps pour vous de revoir votre jugement et de présenter vos excuses au peuple breton!

    Ronan LE GALL

    Secrétaire national adjoint d?Adsav

    Adsav, Strollad pobl vreizh

  46. 146
    Yves dit:

    Juste pour toutes les personnes qui parle de financement des écoles diwan je n'ai pas les chiffres mais la proportion dans le budjet final doit etre infime. Je me permet également de rappeler à tous les français qui pensent que la république française est une et indivisible, égalitaire, etc... que c'est le contribuable français dans une grande majorité qui finance la RATP. que dans les investissements publics l'ile de france arrive en tete, que le parti pronant pour une plus grande autonomie de la bretagne est l'union démocratique bretonne (UDB) et qu'il est situe entre le PS et les verts, que le PS et monsieur Mélenchon n'ont que peu réagit face à tous les clins d'oeil frontnationalistes du gouvernement Sarkozy, la partie des nationalistes bretons qui pendant la seconde guerre mondiale ont colaborés était faible, que la population des bagadoù, cercles celtiques et fest-noz est une population équilibrée (dans le sens que vous désiré) des travailleurs à la chaine, des medecins, des politiques, des ouvriers et agriculteurs, pecheurs, professeurs des écoles, des chefs d'entreprises, et quand en fest-noz tout ce beau petit monde danse ensemble sur une gavotte des freres quere (pas besoin d'alan stivell) on emm**** les cons. Car en effet les gens disent qu'ils refusent les prejugés et a-priori mais les proportions sont immuables "tous comme-ci, tous comme-ça" branleurs de mouche, va

    Ken a c'hentan

  47. 147
    Rincevent dit:

    Bonjour

    Que d'inepties dans vos propos monsieur Mélenchon... Pour que tout soit clair, je suis de gauche, pas né en Bretagne mais installé dans le Finistère depuis 5 ans, ma femme et ma fille ont défilé sur les Champs (bombarde et cornemuse). C'est hallucinant de vous lire.

    TF1, télé Sarkozy, est une chaine archi-nulle tout juste bonne a laver les cerveaux, nous sommes au moins d'accord là dessus mais où sont les chaines publiques quand il s'agit de filmer une telle manifestation ?

    Une promotion de la région serait donc assimilable à une volonté indépendantiste, à un embrigadement comparable au mouvemement islamiste ? Qu'est-ce que je fais ? J'éclate de rire ou je m'énerve ? Haaaa... ça fait du bien, merci.

    Ma femme, ma fille ont eu une grande émotion en défilant, elles étaient fières du plaisir qu'elles procuraient aux spectateurs et... et ça s'arrête là ! Pas de revendication autonomiste ou indépendantiste, juste la satisfaction d'avoir bien joué leurs partitions et le plaisir de recevoir des remerciements des spectateurs.

    Ques des mouvements indépendantistes revendiquent ceci, qu'ils s'accaparent

    cela, qu'est ce que ça va changer ? rien. La Bretagne vote républicain et majoritairement à gauche et la Breizh Touch n'y changera rien. Vous feriez mieux de vous occuper de la dérive libérale du parti socialiste qui pousse vos électeurs vers l'extreme gauche puisque la gauche vire à droite ainsi que de la politique antisociale du gouvern... du président Sarkozy.

    Cordialement (et encore merci de m'avoir fait rire)

  48. 148
    Ronan LE GALL dit:

    Monsieur

    Je découvre avec stupeur, sur votre site, les propos que vous tenez sur la Bretagne et les Bretons.?

    Vous vitupérez contre un défilé sur les champs élysées de bagadoù, de danseurs bretons. Il y aurait selon vous, derrière tout cela une manipulation d'aventuriers douteux et bien entendu le spectre du nazisme.

    Alors puisque vous parlez de nazisme, mettant en application le vieil adage « calomniez il restera toujours quelque chose » permettez-nous de remettre une bonne fois pour toutes les pendules à l'heure, concernant cette question touchant tant notre Bretagne que votre idéologie.

    Vous n'êtes sans doute pas sans ignorer que le modèle politique d?Adolf Hitler a été la révolution française, aussi bien dans son essence que par son application. Le pharmacien Camer qui préconisait l'emploi des gaz toxiques pour exterminer les Vendéens et les fours crématoires où furent jetés femmes et enfants aux Lucs-sur-Boulogne lui ont certainement été précieux pour son inspiration, tout comme le camp de Conlie où furent parqués et affamés les malheureux Bretons cent ans plus tard. Et Streicher, le procureur du Reich, de qui était-il le fils naturel sinon de Fouquier-Tinville et de Carrier? Franchement, il faut avoir un certain culot pour se réclamer d'un système qui a engendré les pires régimes totalitaires du XXe siècle!

    Vous n'êtes pas sans ignorer non plus que les "collabos" français venaient en majorité de votre famille politique. Déat, Doriot, Laval étaient-ils des patriotes bretons? Non. C'étaient des socialistes français, comme les députés qui ont voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, comme vous!

    Quant à la Bretagne et aux Bretons, ils n'ont rien à se reprocher, comme toute étude historique sérieuse le démontre très rapidement. L'amalgame entre le nationalisme breton et le nazisme relève du pur fantasme et de la désinformation honteuse. La poignée de Bretons - une trentaine au maximum- ayant combattu sous l'uniforme allemand, plus par esprit de révolte contre la France, d'ailleurs, que par engagement idéologique, fait-elle oublier les centaines qui eux ont rejoint la résistance? Doit-on amalgamer le combat breton en faveur de la liberté et de l'identité avec une idéologie étrangère sous ce prétexte? Dans ce cas, il nous serait logiquement permis, à nous, Bretons, d'amalgamer votre combat pour la francophonie et la république avec le nazisme en vous rappelant les 10 000 SS français de la division Charlemagne et le nombre aussi important si ce n'est plus de miliciens et nervis français de toutes sortes au regard du nombre de résistants!

    Mais cela n?a rien d?étonnant de la part d?un triste personnage qui avoue s?être ressourcé à la fête de l?humma, chez les adorateurs de Staline, Pol pot, Hugo Chavez et autres terreurs en culotte rouge?

    Alors Monsieur, si vous ne voulez pas être au mieux ridicule, au pire comparé à un révisionniste, il est encore temps pour vous de revoir votre jugement et de présenter vos excuses au peuple breton!

    Ronan LE GALL

    Secrétaire national adjoint d?Adsav

    Adsav, Strollad pobl vreizh

  49. 149
    metchnikoff dit:

    Je suis à moitié breton et à moitié russe et pourtant je me sens breton penn kil ha troad comme on dit en brezhoneg(jusqu'au bout des ongles en français).J'apprécie justement chez les bretons leur ouverture(il n'y a ni droit du sang ni du sol mais seulement du coeur).Pendant l'occupation nazie plus de 50% DES FRAN9AIS LIBRES à Londres étaient bretons(70%selon le livre de gwennael Bolloré l'oncle de Vincent).Quant aux défenseurs des langues régionales ils se trouvent plutot à gauche.C'est MrMelenchon le manipulateur nationaliste et ethniciste.

  50. 150
    Libert dit:

    Françoise Morvan comme référence, quel désastre !

Pages : « 1 2 [3] 4 5 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive