25août 07

Le discours de Ségolène Royal à Melle a ouvert la rentrée des socialistes. Il propose une critique de la droite qui est une participation attendue au débat public.

Mais il n’en reste pas moins surprenant dans sa forme et assez déroutant sur le fond des nouveautés idéologiques qu’il avance.

C’est pourquoi il lance des débats refondateurs.

Surprenant ? Oui. Car il n’est pas banal d’entendre un discours de gauche dans de telles circonstances solennelles sans un mot concret sur les questions sociales qui percutent l’actualité des salariés. Surtout quand le nouveau pouvoir s’y attaque au cours de ses cent premiers jours d’une façon aussi spectaculaire. Dès lors on peut se demander de quoi il est question quand elle évoque « au delà des affrontements bloc contre bloc, des dépassements et des convergences ».. On peut aussi se demander en quoi consiste le « risque de l’immobilisme «  et craindre que la dénonciation du fait que « l’annonce de la réforme ce n’est pas l’accomplir » soit compris davantage comme un encouragement que comme une condamnation des mesures prises, qu’il s’agisse de la répression de la récidive ou de l’autonomie des universités. Surtout quand il est assorti d’une invitation à ne pas  » caricaturer dans la critique » qui sonne comme un désaveu injuste pour ceux qui se sont exprimé jusque là à gauche.


Surprenant enfin parce qu’il est cocasse d’expliquer la défaite électorale par le fait que l’opinion des électeurs aurait été perturbée par un débat mal compris sur l’individu et le collectif, les droits et les devoirs, l’État et le marché ou par la forme d’organisation du Parti Socialiste?.

Tout cela est assez irréel et passe à côté du reproche essentiel qui lui a été adressé : n’avoir pas obligé Sarkozy au débat sur le contenu de son programme social et n’avoir pas défendu notamment les augmentations de salaires ou la réduction du temps de travail auquel elle a affirmé ne pas croire elle-même ! Ce discours ne répond donc à aucun des arguments sérieux et argumentés qui ont été présentés par de nombreux socialistes.

Le fond déroutant ? Bien sûr. On retrouve en condensé dans ce discours tout ce dont mon livre (« Enquête de gauche » à paraître le 28 août édition Balland) a établi l’origine politique dans le courant « Démocrate » américain et blairiste.

On y entend une apologie sans précédent du marché « état naturel » de la société. On y trouve aussi un discours consternant sur les droits conditionnés par le respect de devoirs. Sur ce point on découvre la profondeur de la dérive à laquelle conduit cette théorie quand elle l’applique elle-même à des question aussi lourdes que le droit à la santé.

Je veux relever enfin le refus du système des alliances à la carte pour les prochaines élections municipales. Je le partage totalement. Je note qu’il ne s’accompagne d’aucune invite à propos du Modem dont elle avait souhaité l’alliance à élection présidentielle et que mentionnait pourtant la version écrite de son discours. Ce point reste à clarifier donc.

J’estime que le discours de Ségolène Royal délimite bien les sujets de désaccord d’analyse à gauche. Dans la mesure où il n’esquive pas avec eux il est utile et permet le débat. Il lui reste à accepter qu’on la contredise sans prendre cela pour une attaque personnelle. Il lui reste à accepter de débattre sans se poser en victime. Le moment de l’explication de fond commence. Je souhaite qu’on n’en reste pas à des généralités et qu’elle accepte de dialoguer avec ceux qui ne sont pas de son avis à gauche et dans son propre parti.

Je commence donc. Je voulais évoquer ce qu’elle dit sur la place respective du marché et de l’Etat. Mais je décide d’aborder un thème plus difficile et le plus souvent laissé de côté. Celui du lien entre droits et devoirs qui est une constante de ses discours.


DROITS ET DEVOIRS

L’idée de mettre en regard droits et devoirs n’est pas nouvelle. Elle nourrit un débat aussi vieux que chacun de ces deux concepts. Les Lumières et la grande Révolution de 1789 y ont apporté une réponse qui est au fondement de l’ère moderne. Elles établissent qu’il existe des droits « naturels », c’est-à-dire liés à la condition humaine elle même. Ils sont déclarés « universels » c’est à dire qu’ils s’appliquent en tous lieux, toutes circonstances et à toute personne, quels que soient son sexe, son origine, sa couleur, sa condition sociale, son opinion, sa religion, sa nationalité, bref en dépit de toutes les différences individuelles, si essentielles qu’elles soient, dont aucune ne saurait fonder une « différence de droit ». Enfin ces droits sont inaliénables, c’est à dire incessibles, non négociables et opposables à toute restriction imposée par les circonstances, les rapports de force, les situations et même, dans certaines circonstances, aux lois elles-mêmes. La déclaration des droits de l’homme dit que les êtres humains « naissent libres et égaux en droits ». Elle ne parle pas des devoirs qu’ils doivent en échange. Pourquoi ?


Les droits sans contrepartie

C’est parce que les droits fondamentaux ne peuvent pas être conditionnés par le respect de quelque devoir que ce soit. Ainsi le « droit à l’existence » est garanti même au pire criminel qui ne l’a pas lui même respecté, raison pour laquelle la peine de mort n’est plus appliquée dans les pays qui ont placé la déclaration des droits de l’homme et du citoyen au fondement de leur organisation politique.

Le seul devoir qu’un Etat laïque puisse imposer à tous les citoyens est celui d’obéir à la loi. Dans le cas où ce devoir n’est pas respecté, la violence de l’Etat contre le contrevenant (privation de liberté, peine financière et ainsi de suite), est considérée comme légitime et seulement dans ce cas.

Au-delà de cette définition commence le domaine de l’appréciation individuelle. Chacun peut évidemment se créer des devoirs et en proposer le respect autour de soi, notamment dans l’éducation de ses enfants.

Ces devoirs peuvent procéder d’autres exigences et injonctions. Par exemple elles peuvent être de type philosophiques ou religieux. Ou même tout simplement « coutumier »: céder sa place assise à une personne âgée ou à une femme enceinte dans un transport en commun, remercier les personnes qui vous rendent un service, voussoyer les personnes plus âgées que soi etc. Naturellement ces coutumes sont différentes d’un pays ou d’une culture à l’autre, et même entre les générations. Par exemple, aujourd’hui on parle ainsi beaucoup « d’incivilités » par référence au devoir de respecter certains usages de vie en société.

Mais si respectables qu’elles soient -mais parfois elles ne le sont pas- ces exigences morales ne sauraient être que personnelles. Elles peuvent être recommandées aux autres par le discours ou par l’exemple. Mais sans pouvoir jamais être imposées ni pouvoir justifier aucune violence pour qu’elles soient appliquées. Je pense que Ségolène Royal est souvent confuse sur ce point. Ainsi proposait-elle déjà de supprimer les allocations familiales « dès le premier acte d’incivilité » d’un des enfants d’une famille.

De plus, dans tous les cas, quelles que soient les règles morales que l’on s’impose, leur expression ou manifestation concrètes ne sauraient elles mêmes contrevenir à la loi. Ainsi à propos des Droits de l’enfant. Ils ne sont conditionnés par aucun devoir de leur part, pas même à l’égard de leurs propres parents! Au contraire ceux-ci peuvent être poursuivis s’il est établi que leurs pratiques parentales sont contraires aux respects de ces droits. Et l’origine de la poursuite judiciaire peut être à l’initiative d’un tiers, sans aucun rapport de parenté, au seul motif du respect de la loi et de ces droits. C’est d’ailleurs ce qui se passe lorsqu’une personne est mise sous tutelle. Dans ce cas c’est la société elle-même qui se déclare garante des droits et intérêts d’une personne dont on juge qu’elle n’est plus en état de les faire valoir elle-même. Et ce droit est sans contrepartie de la part de la personne concernée comme cela va de soi.

L’idée que chaque droit serait « lié » au respect d’un devoir est donc d’abord une fausse évidence, un trompe l’oeil. Mais sa conséquence est grave.


L’illusion autoritaire du « donnant donnant »

S’il l’on admet qu’il y a des « devoirs » qui seraient liés à des droits et qui en en conditionneraient le respect, alors cela revient à substituer à une obligation universelle, une obligation seulement contractuelle (donnant-donnant). A première vue on peut trouver cette idée tout à fait évidente. On peut même la trouver juste. Pourquoi ? En raison même de notre pratique personnelle. La plupart d’entre nous observons toutes sortes de devoirs que nous enjoignent notre éducation et nos principes. Mais lier devoirs et droits dans l’ordre politique est une idée extrêmement dangereuse. Car s’il est facile de savoir au nom de quoi et de qui un droit ou une obligation légale peut-être fixée – c’est-à-dire au nom de l’intérêt général tel que l’établit une assemblée délibérante – il en va tout autrement d’un devoir. Sur quel fondement sera-t-il établi ? L’intérêt général ? Mais alors cela s’appelle une loi et tout ce débat se résume à jouer avec les mots. S’il s’agit d’autre chose, alors c’est le fondement laïque de la société qui sera rapidement impliqué. C’est le droit à la liberté de conscience qui implique une libre appréciation de ses devoirs personnels qui sera concerné. Et même la liberté tout court telle que nous l’avons définie jusque là. En effet du point de vue de la société, de la communauté légale que forment les citoyens d’un même pays soumis aux même lois, il n’existe qu’un seul devoir imposé : celui d’obéir à la loi. Pour le reste nous sommes totalement libres d’agir comme bon nous semble. Cela signifie que notre liberté individuelle est définie comme le droit de faire absolument tout ce que la loi n’interdit pas. Et cette liberté est elle-même un droit fondamental sans contrepartie de devoirs.

J’estime que l’introduction de cette idée de devoirs dans le vocabulaire politique alors qu’il appartient au domaine privé de la réflexion morale n’éclaire pas du tout les problèmes auxquels sont confrontées les sociétés modernes qui cherchent à combiner libertés individuelles et libertés collectives. Il ne saurait y avoir d’autre obligation dans une société libre que le respect de la loi. D’où l’importance que celle-ci soit établie dans l’intérêt général et non au profit d’intérêts particuliers où sous la contrainte d’exigences morales ou religieuses qui sont par définition partiales et particulières à chacun des groupes humains qui s’en réclament.


BRUTAL ET ARCHAÏQUE

Lier droits et devoirs dans l’ordre politique ne peut conduire qu’à des aberrations quand on entre dans le domaine des droits fondamentaux. Ségolène Royal n’y échappe pas. Mieux, elle y plonge tête baissée. Ainsi à propos du droit à la santé. C’est frappant lorsqu’elle déclare : « Lorsque je suis soigné (je note que la version écrite du discours met le mot au masculin en bonne logique sexiste royaliste?) d’autres contribuent aux soins que je reçois. Alors il est normal que je rende des comptes, il est normal que je ne dise pas simplement « c’est mon droit » ». On se demande naturellement quel compte il est question de rendre et à qui. Par exemple les malades du tabac ont-ils des droits moindres à être soignés parce qu’ils sont fumeurs ? Les alcooliques peuvent-ils encore prétendre à des soins alors qu’ils boivent librement ? Et les toxicomanes qui s’empoisonnent eux-mêmes ? Le droit à l’avortement est-il lié à l’observation de règles de comportements amoureux ? Les soins contre le Sida à l’observation de pratiques sexuelles protégées ? On voit vite que le lien entre droit et devoir est l’antichambre d’un ordre (juste?) « donnant-donnant » qui fait froid dans le dos ! Je suis donc en désaccord absolu avec la règle qu’elle énonce, quand elle dit « la complémentarité entre le collectif et l’individuel me permet de dire avec force qu’il n’y a pas de droits sans devoirs. Parce que chacun d’entre nous est comptable des moyens collectifs mis à sa disposition. Cet équilibre, la gauche a donné le sentiment qu’elle l’oubliait. Cela ne doit plus jamais arriver ». Je le répète: autant le devoir peut en effet s’imposer dans le domaine de la morale individuelle librement choisie et appliquée…. autant que possible (car énoncer qu’on observe une règle c’est précisément reconnaitre et donc admettre aussi qu’on soit tenté d’y déroger…) autant dans le domaine politique et de la vie de la cité, dans le domaine de la loi, le prétendu équilibre entre droits et devoirs peut déboucher sur un totalitarisme moral brutal et archaïque.


168 commentaires à “J’ai écouté le discours de Ségolène Royal à Melle”

Pages : [1] 2 3 4 »

  1. 1
    H2 dit:

    1/ Réponse à "un mec" :

    C'est comme Mitterrand, ça l'empéchait pas de bouffer des ortolans avec le criminel de guerre René Bousquet : L'organisateur sous Pétain de la "Rafle du velodrome d'hiver", rafle policière qui piègea plusieurs milliers de Français(es), dans Paris et les envoya toutes dans les camps de la Mort.

    On a les motivations humaines que l'on peut et veut bien avoir.

    Il y en a qui ne s'embarrassent pas de grandes contradictions à ce que je vois.

    2/ Réponse à "Mistral" :

    M.Mélanchon propose et les internautes disposent. La parole est libre sur ce blog et il n'y a pas concordance des temps entres le texte initial et les divers propos des blogueurs. Enfin disons qu'on a le droit de quitter le sillon pour flaner et glaner.

    Je n'aime pas être au garde à vous, désolé. Il bien évident qu'en tant que Républicain génial de la République géniale, je compatis aux victimes de cet ouragan.

    Mais je garde le choix des armes : Je parle comme je le souhaite de ce que je veux au moment ou je le veux... ou alors ce blog est une farce de plus et on a cas le fermer.

    A ce propos "Mistral" :

    Compatir face à l'extrème souffrance des uns n'autorise pas, sous prétexte de celle-ci, à applaudir à la supression de poste de 17000 enseignants (!) et à la fin du service public de la SNCF.

    Quel rapport ? Pourquoi opposer deux faits qui n'ont aucun rapport pour flinguer les combats légitimes d'autres personnes ?

    Le malheur des uns devraient venir mortifier les autres et leur faire accepter qu'on les nie dans leur métier et que l'on rajoute à leur peine ?

    Vision triste et punitive d'un christianime ancien où l'on devait expier tout et n'importe quoi pour prétendre à l'amour de dieu (!) Beurq ! Très peu pour moi.

    Comme quoi, entre le premier post qui parlait de "cadavres sur les plages" et les "pleurnichards de l'Education Nationale" (dixit "Mistral") la cohérence de pensée n'est pas évidente et souffre d'une étrange idéologie qui veut que le malheur des uns concourasse au malheur des autres et le multiplie.

    Il est navrant de voir comment les gens perçoivent les éducateurs et enseignants de ce pays : toujours un même mépris affiché, une haine de l'intellect, de la transmission du savoir, et la transformation d'adultes en " gamins geignards et puériles "qui osent se battrent pour leurs droits ET CELUI DES ENFANTS DE LA REPUBLIQUE.

    Au cas où vous l'auriez oublié !

    Car lorsque tout sera privatisé et le service public gratuit annulé, une chose sera sûre alors :

    La République sera devenu un pur système autoritaire et sécuritaire et l'héritage positif des Lumières ne sera plus de mise.

    Méfiez - vous de ce que vous dites en croyant votre parole libre : hélas! Elle reprend en boucle les mêmes mots de l'adversaire sans même que vous vous en aperceviez.

    Il y a plus de haine contre les enseignants de ce pays que pour les animateurs de TF1 ! Les signes du ravage général sont évidents.

    La droite détruit le service public universitaire (gratuit) et passera demain à l'enseignement secondaire (Fin de la gratuité/ Fin de certains enseignements).

    A ce moment là, il sera trop tard Mistral pour " pleurnicher " (17000 enseignants en moins à la Rentrée !) et le lien humaniste et fragile qui peut relier l'Enseignement républicain à l'humanité de ce pauvre enfant mort sur une plage que la nature aura tué et fait s'échouer là sera rompu. Je parle des valeurs qui animent encore la République Française et l'Enseignement délivré qui en est sa substance première.

    Lorque tout sera recouvert par le pur utilitarisme, nous ne serons alors plus dans la grande et libre Athènes, la cité grecque où le discours et la liberté de penser est la règle mais dans une sâle république romaine ou l'argent et la force régneront sans partage.

    A bon entendeur : Bon week-end Citoyen !

    PS: merci à Anne pour son texte. Il fait penser et rire en même temps. Magnifique!

    certes à lire ceci cependant on en pleurerait tellement c'est inepte : "La présidente de la région Poitou-Charentes estime que "les réformes les plus douloureuses qui permettraient de remettre le pays sur le chemin de la croissance n'ont pas été faites".

    Où l'on voit que la République a - et oui (!) aussi ses tares :

    Les "Grandes Ecoles " vous formatent des individus en un rien de temps pour le bonheur des Princes et de leurs serviteurs zélés.

    Madame Royal parle comme Monsieur Sarkozy qui parle comme Madame Royal !

    Le même logiciel dans deux crânes différents : interchangeables celà ne fait de mal qu'aux Français(es).

    Ils viennent pourtant de les élire une fois de plus !

    Serviteurs de leurs propres intérêts particuliers et de ceux de leur Maîtres invisibles du marché, la pensée politique les a depuis longtemps quitté.

    Le PS est décidement idéologiquement mort. Il a remplie son office historique avec inconscience et conscience : Il a livré la République sociale au Marché - Celui-ci en rit encore !

  2. 2
    H2 dit:

    1/ Réponse à "un mec" :

    C'est comme Mitterrand, ça l'empéchait pas de bouffer des ortolans avec le criminel de guerre René Bousquet : L'organisateur sous Pétain de la "Rafle du velodrome d'hiver", rafle policière qui piègea plusieurs milliers de Français(es), dans Paris et les envoya toutes dans les camps de la Mort.

    On a les motivations humaines que l'on peut et veut bien avoir.

    Il y en a qui ne s'embarrassent pas de grandes contradictions à ce que je vois.

    2/ Réponse à "Mistral" :

    M.Mélanchon propose et les internautes disposent. La parole est libre sur ce blog et il n'y a pas concordance des temps entres le texte initial et les divers propos des blogueurs. Enfin disons qu'on a le droit de quitter le sillon pour flaner et glaner.

    Je n'aime pas être au garde à vous, désolé. Il bien évident qu'en tant que Républicain génial de la République géniale, je compatis aux victimes de cet ouragan.

    Mais je garde le choix des armes : Je parle comme je le souhaite de ce que je veux au moment ou je le veux... ou alors ce blog est une farce de plus et on a cas le fermer.

    A ce propos "Mistral" :

    Compatir face à l'extrème souffrance des uns n'autorise pas, sous prétexte de celle-ci, à applaudir à la supression de poste de 17000 enseignants (!) et à la fin du service public de la SNCF.

    Quel rapport ? Pourquoi opposer deux faits qui n'ont aucun rapport pour flinguer les combats légitimes d'autres personnes ?

    Le malheur des uns devraient venir mortifier les autres et leur faire accepter qu'on les nie dans leur métier et que l'on rajoute à leur peine ?

    Vision triste et punitive d'un christianime ancien où l'on devait expier tout et n'importe quoi pour prétendre à l'amour de dieu (!) Beurq ! Très peu pour moi.

    Comme quoi, entre le premier post qui parlait de "cadavres sur les plages" et les "pleurnichards de l'Education Nationale" (dixit "Mistral") la cohérence de pensée n'est pas évidente et souffre d'une étrange idéologie qui veut que le malheur des uns concourasse au malheur des autres et le multiplie.

    Il est navrant de voir comment les gens perçoivent les éducateurs et enseignants de ce pays : toujours un même mépris affiché, une haine de l'intellect, de la transmission du savoir, et la transformation d'adultes en " gamins geignards et puériles "qui osent se battrent pour leurs droits ET CELUI DES ENFANTS DE LA REPUBLIQUE.

    Au cas où vous l'auriez oublié !

    Car lorsque tout sera privatisé et le service public gratuit annulé, une chose sera sûre alors :

    La République sera devenu un pur système autoritaire et sécuritaire et l'héritage positif des Lumières ne sera plus de mise.

    Méfiez - vous de ce que vous dites en croyant votre parole libre : hélas! Elle reprend en boucle les mêmes mots de l'adversaire sans même que vous vous en aperceviez.

    Il y a plus de haine contre les enseignants de ce pays que pour les animateurs de TF1 ! Les signes du ravage général sont évidents.

    La droite détruit le service public universitaire (gratuit) et passera demain à l'enseignement secondaire (Fin de la gratuité/ Fin de certains enseignements).

    A ce moment là, il sera trop tard Mistral pour " pleurnicher " (17000 enseignants en moins à la Rentrée !) et le lien humaniste et fragile qui peut relier l'Enseignement républicain à l'humanité de ce pauvre enfant mort sur une plage que la nature aura tué et fait s'échouer là sera rompu. Je parle des valeurs qui animent encore la République Française et l'Enseignement délivré qui en est sa substance première.

    Lorque tout sera recouvert par le pur utilitarisme, nous ne serons alors plus dans la grande et libre Athènes, la cité grecque où le discours et la liberté de penser est la règle mais dans une sâle république romaine ou l'argent et la force régneront sans partage.

    A bon entendeur : Bon week-end Citoyen !

    PS: merci à Anne pour son texte. Il fait penser et rire en même temps. Magnifique!

    certes à lire ceci cependant on en pleurerait tellement c'est inepte : "La présidente de la région Poitou-Charentes estime que "les réformes les plus douloureuses qui permettraient de remettre le pays sur le chemin de la croissance n'ont pas été faites".

    Où l'on voit que la République a - et oui (!) aussi ses tares :

    Les "Grandes Ecoles " vous formatent des individus en un rien de temps pour le bonheur des Princes et de leurs serviteurs zélés.

    Madame Royal parle comme Monsieur Sarkozy qui parle comme Madame Royal !

    Le même logiciel dans deux crânes différents : interchangeables celà ne fait de mal qu'aux Français(es).

    Ils viennent pourtant de les élire une fois de plus !

    Serviteurs de leurs propres intérêts particuliers et de ceux de leur Maîtres invisibles du marché, la pensée politique les a depuis longtemps quitté.

    Le PS est décidement idéologiquement mort. Il a remplie son office historique avec inconscience et conscience : Il a livré la République sociale au Marché - Celui-ci en rit encore !

  3. 3
    laflote dit:

    Je ne serai pas d'une grande efficacité pour apporter quoi que ce soit à ce que vous venez d'écrire là... Je suis EN TOUS POINTS en phase avec ce que vous écrivez.

  4. 4
    laflote dit:

    Je ne serai pas d'une grande efficacité pour apporter quoi que ce soit à ce que vous venez d'écrire là... Je suis EN TOUS POINTS en phase avec ce que vous écrivez.

  5. 5
    Anne dit:

    J'ai posté deux messages sur le contenu blairiste des "propositions" de Ségolène sur le précédent post. Ils ne sont pas passés, dommage.

    Si le contenu de votre livre évoque cette question, je ne peux que m'en réjouir. C'est bien là le noeud du problème. La gauche française nous prépare le même schéma que Blair et son mentor Giddens (théoricien de la 3e voie), et cela malgré l'échec des années Blair (c'est dingue quand on y pense se revendiquer d'un mec qui a totalement bradé la gauche de son pays). Je le percevais depuis longtemps, mais la campagne de S. Royal a fini de m'en convaincre... L'influence du think tank La République des Idées (Rosanvallon, Méda, Bouvet, etc), très actif au PS, y est pour beaucoup.

    J'ai relu récemment l'excellent "Le grand bond en arrière" de S. Halimi. Halimi avait décrit parfaitement il y a déjà quelques années tout ce qui s'est passé dans cette campagne : la guerre de la communication, des formules et des slogans bidons, la surenchère dans la stratégie dite de la "triangulation", la course à droite... Je recommande ce livre qui est devenu une référence pour beaucoup de gens de gauche.

  6. 6
    Anne dit:

    J'ai posté deux messages sur le contenu blairiste des "propositions" de Ségolène sur le précédent post. Ils ne sont pas passés, dommage.

    Si le contenu de votre livre évoque cette question, je ne peux que m'en réjouir. C'est bien là le noeud du problème. La gauche française nous prépare le même schéma que Blair et son mentor Giddens (théoricien de la 3e voie), et cela malgré l'échec des années Blair (c'est dingue quand on y pense se revendiquer d'un mec qui a totalement bradé la gauche de son pays). Je le percevais depuis longtemps, mais la campagne de S. Royal a fini de m'en convaincre... L'influence du think tank La République des Idées (Rosanvallon, Méda, Bouvet, etc), très actif au PS, y est pour beaucoup.

    J'ai relu récemment l'excellent "Le grand bond en arrière" de S. Halimi. Halimi avait décrit parfaitement il y a déjà quelques années tout ce qui s'est passé dans cette campagne : la guerre de la communication, des formules et des slogans bidons, la surenchère dans la stratégie dite de la "triangulation", la course à droite... Je recommande ce livre qui est devenu une référence pour beaucoup de gens de gauche.

  7. 7
    Anne dit:

    "Royal en 6 mois aura fait toujours plus pour notre parti que vous n'en avez fait en des années.. "

    Ah oui ?...

    Perdre les élections (pour la 3e fois) et piquer le programme de Bayrou (pas grave, en 2012, les gens voteront pour l'original, vous aurez tout gagné).

    Super ! Continuez comme ça.

    Question aux fans de Ségo : expliquez-moi la différence entre les propositions des Gracques (qui détestent Royal) et celles de Royal (enfin, je vais être sympa, je vais appeler ça des "propositions" alors qu'il ne s'agit en fait que d'une ligne de simple alignement sur le néo libéralisme).

    Sincèrement, merci d'avance à ceux qui répondront.

  8. 8
    Anne dit:

    "Royal en 6 mois aura fait toujours plus pour notre parti que vous n'en avez fait en des années.. "

    Ah oui ?...

    Perdre les élections (pour la 3e fois) et piquer le programme de Bayrou (pas grave, en 2012, les gens voteront pour l'original, vous aurez tout gagné).

    Super ! Continuez comme ça.

    Question aux fans de Ségo : expliquez-moi la différence entre les propositions des Gracques (qui détestent Royal) et celles de Royal (enfin, je vais être sympa, je vais appeler ça des "propositions" alors qu'il ne s'agit en fait que d'une ligne de simple alignement sur le néo libéralisme).

    Sincèrement, merci d'avance à ceux qui répondront.

  9. 9
    Jules44 dit:

    Vous m'amusez avec vos notes Mélenchon, elles se résument à dire qui est de gauche et qui ne l'est pas. Mais quels sont vos faits d'armes pour vous croire aptes à donner des leçons de socialisme?

    Autre question : au lieu de vouloir faire du PS un parti communiste, pourquoi n'allez vous pas au PC plutot?

    Peut etre parce que vous risqueriez de prendre votre place de sénateur au prochain renouvellement? On ne quitte pas la main qui vous nourrit!

  10. 10
    Jules44 dit:

    Vous m'amusez avec vos notes Mélenchon, elles se résument à dire qui est de gauche et qui ne l'est pas. Mais quels sont vos faits d'armes pour vous croire aptes à donner des leçons de socialisme?

    Autre question : au lieu de vouloir faire du PS un parti communiste, pourquoi n'allez vous pas au PC plutot?

    Peut etre parce que vous risqueriez de prendre votre place de sénateur au prochain renouvellement? On ne quitte pas la main qui vous nourrit!

  11. 11
    H2 dit:

    Merci Mr.Mélenchon :

    Excellente analyse sur les problématiques "Droit" / "Devoir" où l'on voit la "Restauration" gangréner les esprits que l'on avait imaginé plus éclairés !

    De grâves carences en Philosophie et en Histoire assaillent nos nouveaux idéologues !

    Ils s'imaginent parler en notre nom ! Les fous !

    Nous revoilà revenu sous Louis philippe ! Et la mise en place d'une société autoritaire faite de résidus de christianisme abatardi, d'affairisme gourmands et de police étendue ne fait plus aucun doute :

    La dictature bon- chic / bon- genre se met en place avec une sérénité toute publicitaire.

    Un grand plan média pour la petite conscience étriquée de demain ! Et la société sectaire qui ira avec.

    Gare à ceux qui n'en posséderont pas les clefs ! Elles seront toutes petites mais les serrures seront bien fermées à double tour ! Pour vot'bien messieurs-dames ! Celà va sans dire.

    Après Louis Philippe, Napoléon III ? C'est bien ça ? Je ne me trompe pas ?

  12. 12
    H2 dit:

    Merci Mr.Mélenchon :

    Excellente analyse sur les problématiques "Droit" / "Devoir" où l'on voit la "Restauration" gangréner les esprits que l'on avait imaginé plus éclairés !

    De grâves carences en Philosophie et en Histoire assaillent nos nouveaux idéologues !

    Ils s'imaginent parler en notre nom ! Les fous !

    Nous revoilà revenu sous Louis philippe ! Et la mise en place d'une société autoritaire faite de résidus de christianisme abatardi, d'affairisme gourmands et de police étendue ne fait plus aucun doute :

    La dictature bon- chic / bon- genre se met en place avec une sérénité toute publicitaire.

    Un grand plan média pour la petite conscience étriquée de demain ! Et la société sectaire qui ira avec.

    Gare à ceux qui n'en posséderont pas les clefs ! Elles seront toutes petites mais les serrures seront bien fermées à double tour ! Pour vot'bien messieurs-dames ! Celà va sans dire.

    Après Louis Philippe, Napoléon III ? C'est bien ça ? Je ne me trompe pas ?

  13. 13
    Anti-cons(nes) dit:

    Anne on ne répond pas à des Âneries. Allez! J'ai trouvé un blog pour toi: http://lartduscrapbooking.actifforum.com/Jeu-de-la-fee-marraine-f54/Le-jeu-de-la-fee-marraine-p16508.htm

  14. 14
    Anti-cons(nes) dit:

    Anne on ne répond pas à des Âneries. Allez! J'ai trouvé un blog pour toi: http://lartduscrapbooking.actifforum.com/Jeu-de-la-fee-marraine-f54/Le-jeu-de-la-fee-marraine-p16508.htm

  15. 15
    chris dit:

    Réponse à Jules :

    Penser est en soi, un haut fait d'arme

  16. 16
    chris dit:

    Réponse à Jules :

    Penser est en soi, un haut fait d'arme

  17. 17
    Belgo3.0 dit:

    Mr le Sénateur,

    cher Camarade,

    Dans l'ensemble d'accord, notamment sur le caractère réactionnaire (antiouvriériste, ouvrier étant synonyme de salarié, - je dis ça pour les militants de raccroc...-) de Mme Royal.

    Toutefois, je ne suis pas d'accord avec votre découplage entre droits et devoirs, notamment sur la santé. En effet, votre position -classique au PS- pourrait montrer une forme de conservatisme, et surtout ne pas respecter la regle de l'empirisme ou de l'observation.

    Cette position classique ou "jouissive" a en effet montré ses limites en pénalisant SEVEREMENT les finances publiques.

    De plus, c'est une position qui vient de la culture Mai68, donc de la génération des baby-boomers, qui nous ont fait tant de mal, pillant la dette publique, nos emploi et l'héritage écologique de nos enfants. Babyboomers qui ont fait du PS, héritage des ouvriers, un monceau de chiffons : parmi eux Rebsamen, Fabius, DSK, (vous, donc faites attention à votre culture jvp), Jospin, Royal, Hollande, Rocard, etc.

    Rocard a beau jeu de constater que le PS est hors d'état de gouverner : il y a pris sa large part, le Scribe...

    Sinon, bravo à vous et à MN Lienemann pour enfin attaquer la réaction Royaliste. La Gauche Unie...Dray n'était qu'un apparatchik...

    A ce propos, voici ce que l'analyse critique du Royalisme que nous avons commis avec quelques Camarades.

    http://blog.parti-railleur.eu/post/2007/08/24/Principes-dAvenir

    bon courage,

    AS

    Pierre le "Belge" de Lille

  18. 18
    Belgo3.0 dit:

    Mr le Sénateur,

    cher Camarade,

    Dans l'ensemble d'accord, notamment sur le caractère réactionnaire (antiouvriériste, ouvrier étant synonyme de salarié, - je dis ça pour les militants de raccroc...-) de Mme Royal.

    Toutefois, je ne suis pas d'accord avec votre découplage entre droits et devoirs, notamment sur la santé. En effet, votre position -classique au PS- pourrait montrer une forme de conservatisme, et surtout ne pas respecter la regle de l'empirisme ou de l'observation.

    Cette position classique ou "jouissive" a en effet montré ses limites en pénalisant SEVEREMENT les finances publiques.

    De plus, c'est une position qui vient de la culture Mai68, donc de la génération des baby-boomers, qui nous ont fait tant de mal, pillant la dette publique, nos emploi et l'héritage écologique de nos enfants. Babyboomers qui ont fait du PS, héritage des ouvriers, un monceau de chiffons : parmi eux Rebsamen, Fabius, DSK, (vous, donc faites attention à votre culture jvp), Jospin, Royal, Hollande, Rocard, etc.

    Rocard a beau jeu de constater que le PS est hors d'état de gouverner : il y a pris sa large part, le Scribe...

    Sinon, bravo à vous et à MN Lienemann pour enfin attaquer la réaction Royaliste. La Gauche Unie...Dray n'était qu'un apparatchik...

    A ce propos, voici ce que l'analyse critique du Royalisme que nous avons commis avec quelques Camarades.

    http://blog.parti-railleur.eu/post/2007/08/24/Principes-dAvenir

    bon courage,

    AS

    Pierre le "Belge" de Lille

  19. 19
    Pierre dit:

    Où l'on voit le militant socialiste revenir à l'école de la République pour recommencer à penser !

    A voir certains textes de militants PS sur ce blog, l'on se rend compte que la rouille avait piégé beaucoup d'esprits et ramolli pas mal de cerveaux.

    Et oui il va falloir revoir vos idées toutes faites et vos petites certitudes !

    Penser, celà ne veut pas dire reproduire le prêt-à-penser de l'adversaire ou rabacher ce que l'on a lu dans "Elle" ou "Libé" !

    Pensée PS : vue à la télé ! TF1 l'a dit, je l'ai pensé ! Puisque je vous le dis !

    Où l'on voit le militant PS se remettre à lire des livres :

    Des romans, des essais, et plein de bonnes choses encore !

    Militant PS : si tu ne veux pas de suite prendre ta carte à l'UMP, enterre ta télé dans le jardin, largue les abonnements à tes magazines à la con préférés, respire, crois encore à tes idées et fait les vivre !

    Du souffle citoyen(ne), du Souffle !

  20. 20
    Pierre dit:

    Où l'on voit le militant socialiste revenir à l'école de la République pour recommencer à penser !

    A voir certains textes de militants PS sur ce blog, l'on se rend compte que la rouille avait piégé beaucoup d'esprits et ramolli pas mal de cerveaux.

    Et oui il va falloir revoir vos idées toutes faites et vos petites certitudes !

    Penser, celà ne veut pas dire reproduire le prêt-à-penser de l'adversaire ou rabacher ce que l'on a lu dans "Elle" ou "Libé" !

    Pensée PS : vue à la télé ! TF1 l'a dit, je l'ai pensé ! Puisque je vous le dis !

    Où l'on voit le militant PS se remettre à lire des livres :

    Des romans, des essais, et plein de bonnes choses encore !

    Militant PS : si tu ne veux pas de suite prendre ta carte à l'UMP, enterre ta télé dans le jardin, largue les abonnements à tes magazines à la con préférés, respire, crois encore à tes idées et fait les vivre !

    Du souffle citoyen(ne), du Souffle !

  21. 21
    Anne dit:

    "Lorsque je suis soigné (je note que la version écrite du discours met le mot au masculin en bonne logique sexiste royaliste?) d?autres contribuent aux soins que je reçois. Alors il est normal que je rende des comptes, il est normal que je ne dise pas simplement « c?est mon droit »".

    S. Royal ne se place hélas pas du tout sur le plan philosophique. Ce serait trop beau. Elle ne fait que défendre l'idée du contrat en effet. Tu veux un droit à la santé, en contre partie, tu paies le prix (assurance santé privée, à l'américaine). Et si tu es riche et en bonne santé, tu ne devrais pas trop y perdre... Donnant-donnant. Gagnant-gagnant (une autre célèbre formule blairiste).

    Le grand dada de la Fondation Saint-Simon (anciennement dirigée par Pierre Rosanvallon, qui est aujourd'hui un des principaux animateurs de la République des Idées), c'est la fin du système de protection sociale (au profit des intérêts du privé, et au 1er chef des assureurs). En 1995, la Fondation Saint-Simon soutenait de toutes ses forces la réforme Juppé. La fondation Saint-Simon comptait dans ses rangs des élus très en vue, des journalistes très en vue aussi, des intellectuels très visibles, des publicitaires, mais surtout les principaux grands patrons de notre pays.

  22. 22
    Anne dit:

    "Lorsque je suis soigné (je note que la version écrite du discours met le mot au masculin en bonne logique sexiste royaliste?) d?autres contribuent aux soins que je reçois. Alors il est normal que je rende des comptes, il est normal que je ne dise pas simplement « c?est mon droit »".

    S. Royal ne se place hélas pas du tout sur le plan philosophique. Ce serait trop beau. Elle ne fait que défendre l'idée du contrat en effet. Tu veux un droit à la santé, en contre partie, tu paies le prix (assurance santé privée, à l'américaine). Et si tu es riche et en bonne santé, tu ne devrais pas trop y perdre... Donnant-donnant. Gagnant-gagnant (une autre célèbre formule blairiste).

    Le grand dada de la Fondation Saint-Simon (anciennement dirigée par Pierre Rosanvallon, qui est aujourd'hui un des principaux animateurs de la République des Idées), c'est la fin du système de protection sociale (au profit des intérêts du privé, et au 1er chef des assureurs). En 1995, la Fondation Saint-Simon soutenait de toutes ses forces la réforme Juppé. La fondation Saint-Simon comptait dans ses rangs des élus très en vue, des journalistes très en vue aussi, des intellectuels très visibles, des publicitaires, mais surtout les principaux grands patrons de notre pays.

  23. 23
    Mistral dit:

    A H2,

    Je salue ta réponse bien argumentée :)

    Je crois que tu as parfaitement compris que je mettai en lumière le comportement égoistes de gens qui sont majoritairement à gauche. Quel paradoxe !

    Egoiste car au moindre petit bobos, ces pleurnichards sont en grève, prennent en otage les autres, demandent la solidarité des autres pour augmenter leurs salaires etc...

    Oui ils ont de la chance comparé à la misère des autres et ils ne s'en rendent pas compte, tellement ils sont nombrilistes.

    Quand aux mépris dont sont victimes les enseignants à tes yeux, n'ont ils pas leurs responsabilités ? Dois je te rappeller l'épisode des livres brulés ?

    Sont ils les seuls égoistes ? A mes yeux c'est toute notre société qui est devenu égoistes, figés dans tous les corporatismes... D'ou la rupture...

  24. 24
    Mistral dit:

    A H2,

    Je salue ta réponse bien argumentée :)

    Je crois que tu as parfaitement compris que je mettai en lumière le comportement égoistes de gens qui sont majoritairement à gauche. Quel paradoxe !

    Egoiste car au moindre petit bobos, ces pleurnichards sont en grève, prennent en otage les autres, demandent la solidarité des autres pour augmenter leurs salaires etc...

    Oui ils ont de la chance comparé à la misère des autres et ils ne s'en rendent pas compte, tellement ils sont nombrilistes.

    Quand aux mépris dont sont victimes les enseignants à tes yeux, n'ont ils pas leurs responsabilités ? Dois je te rappeller l'épisode des livres brulés ?

    Sont ils les seuls égoistes ? A mes yeux c'est toute notre société qui est devenu égoistes, figés dans tous les corporatismes... D'ou la rupture...

  25. 25
    un mec dit:

    H2

    Quel mélange! quand on avance des (petits) faits, il faut être sûr.

    Les "ortolans" que mangeait FM, c'était dans sa propriété des Landes, en famille

    et avec des trés proches.

    Quant à Bousquet, comme Papon et tant d'autres, ce fut de Gaulle, le "de Gaulle de Londres" qui les garda à la Libération dans leurs hautes fonctions et lors de ses gouvernements, avec Pompidou puis Giscard-Barre.

    Et pourquoi à ton avis ? Réfléchis bien et on en reparlera alors.

    N'assène pas "l'amitié pour Bousquet" comme si tu étais présent ! ouarf...on parle de ce dont on est sûr.

  26. 26
    un mec dit:

    H2

    Quel mélange! quand on avance des (petits) faits, il faut être sûr.

    Les "ortolans" que mangeait FM, c'était dans sa propriété des Landes, en famille

    et avec des trés proches.

    Quant à Bousquet, comme Papon et tant d'autres, ce fut de Gaulle, le "de Gaulle de Londres" qui les garda à la Libération dans leurs hautes fonctions et lors de ses gouvernements, avec Pompidou puis Giscard-Barre.

    Et pourquoi à ton avis ? Réfléchis bien et on en reparlera alors.

    N'assène pas "l'amitié pour Bousquet" comme si tu étais présent ! ouarf...on parle de ce dont on est sûr.

  27. 27
    pppffffffffff dit:

    Bien sûr Robert vous mettez le doigt sur la plaie, mais comme vous l'observez certains sont trop bornés pour avoir compris la fin de votre post.

    Vive l'école et surtout la pédagogie.

    Avec un quintal de patience.

    Vive Jaurès.

  28. 28
    pppffffffffff dit:

    Bien sûr Robert vous mettez le doigt sur la plaie, mais comme vous l'observez certains sont trop bornés pour avoir compris la fin de votre post.

    Vive l'école et surtout la pédagogie.

    Avec un quintal de patience.

    Vive Jaurès.

  29. 29
    nitou dit:

    Quelle reactivité à vouloir repondre à mme Royal.A peine le discours terminé,vous vous mettez aussitot à critiquer?Et que dites vous de la mort de barre,Des nouvelles propositions de lois de sarko?On sent bcp d'amertume et de rancoeurs en vous.Je pense que votre place est au parti communiste malheureusement vous perdrez votre place de senateur alors vous vous accrochez au ps

  30. 30
    nitou dit:

    Quelle reactivité à vouloir repondre à mme Royal.A peine le discours terminé,vous vous mettez aussitot à critiquer?Et que dites vous de la mort de barre,Des nouvelles propositions de lois de sarko?On sent bcp d'amertume et de rancoeurs en vous.Je pense que votre place est au parti communiste malheureusement vous perdrez votre place de senateur alors vous vous accrochez au ps

  31. 31
    Bernard Bonnech?re dit:

    Double d'un mot adressé à mon Camarade Gérad Contremoulin:

    Alors, Gérard, on a écouté ou lu le discours de Melle. Qu'en penses-tu? Jean-Luc a fait son analyse à chaud, c'est très bien!

    Mais à partir de maintenant qu'est-ce que l'on fait? On se contente de la dispersion ou est-ce que l'on fait tout pour se rassembler, s'unir avec toutes les composantes de la vraie Gauche?

    La Gauche de la Résistance est à mettre en place, et avant faut-il sonner le rappel au PS et démontrer la justesse de nos convictions auprès de nos camarades qui ont pû se laisser égarer par manque de conscience politique ou par opportunisme? L'échec leur démontrant qu'il n'est pas bon de choisir ce qui apparaît la facilité.

    Sommes- nous encore des "Trait d'Union" ou allons -nous nous "blottir" dans notre PRS, plein de bonnes idées mais trop minoritaire pour peser auprès de militants résignés à la méfiance?

  32. 32
    Bernard Bonnech?re dit:

    Double d'un mot adressé à mon Camarade Gérad Contremoulin:

    Alors, Gérard, on a écouté ou lu le discours de Melle. Qu'en penses-tu? Jean-Luc a fait son analyse à chaud, c'est très bien!

    Mais à partir de maintenant qu'est-ce que l'on fait? On se contente de la dispersion ou est-ce que l'on fait tout pour se rassembler, s'unir avec toutes les composantes de la vraie Gauche?

    La Gauche de la Résistance est à mettre en place, et avant faut-il sonner le rappel au PS et démontrer la justesse de nos convictions auprès de nos camarades qui ont pû se laisser égarer par manque de conscience politique ou par opportunisme? L'échec leur démontrant qu'il n'est pas bon de choisir ce qui apparaît la facilité.

    Sommes- nous encore des "Trait d'Union" ou allons -nous nous "blottir" dans notre PRS, plein de bonnes idées mais trop minoritaire pour peser auprès de militants résignés à la méfiance?

  33. 33
    H2 dit:

    Réponse rapide à "le mec" :

    Même si je ne fais pas dans le politiquement correct, je fais en sorte de ne pas dire n'importe quoi.

    Les amitiés douteuses de F.Mitterrand sont confirmées par sa femme Danièle (Respect !) dans une émission de France Culture recemment entendue.

    Tout le monde connait celà. L'amitié Bousquet/Mitterand avait fait scandale à l'époque lorsque celà a été su. Ceci dit, d'aprés l'encyclopédie Wikipédia, Réné Bousquet était aussi un habitué de la famille Veil. Comprenne qui pourra.

    voir le lien sur l'infame individu René Bousquet :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Bousquet

    Réponse à Mistral :

    En fait, tu n'as rien compris et sournoisement, tu tentes de retourner mes propos pour corroborer tes dires. Soit tu ne comprends rien, soit tu fais semblant de ne rien comprendre. Mais j'ai parfaitement compris que tu étais de droite et que tu venais troubler les esprits sur ce blog tout en nous faisant part de ton indigence intellectuelle par ton apologie de ce pauvre Luc Ferry. On se choisi les intellectuels qu'on mérite.

    Reponse à "nitou" :

    Madame, ne vous inquiétez pas, Mr Mélenchon ne cassera pas votre santon à l'éphigie de Mme Royal. Continuer à le contempler sur votre télé et cessez de venir nous dire que Mr.Mélanchon est là pour "critiquer"! On est pas dans une cour de récréation !

    Il est bien normal que Mr.Mélanchon donne son avis sur SON BLOG ! Et sa mission d'homme politique est de critiquer au sens intellectuel du terme ! Penser, c'est porter la critique ! C'est comme ça que l'on avance. Oui, c'est cruel. Ne pleurez pas pour autant. Merci.

  34. 34
    H2 dit:

    Réponse rapide à "le mec" :

    Même si je ne fais pas dans le politiquement correct, je fais en sorte de ne pas dire n'importe quoi.

    Les amitiés douteuses de F.Mitterrand sont confirmées par sa femme Danièle (Respect !) dans une émission de France Culture recemment entendue.

    Tout le monde connait celà. L'amitié Bousquet/Mitterand avait fait scandale à l'époque lorsque celà a été su. Ceci dit, d'aprés l'encyclopédie Wikipédia, Réné Bousquet était aussi un habitué de la famille Veil. Comprenne qui pourra.

    voir le lien sur l'infame individu René Bousquet :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Bousquet

    Réponse à Mistral :

    En fait, tu n'as rien compris et sournoisement, tu tentes de retourner mes propos pour corroborer tes dires. Soit tu ne comprends rien, soit tu fais semblant de ne rien comprendre. Mais j'ai parfaitement compris que tu étais de droite et que tu venais troubler les esprits sur ce blog tout en nous faisant part de ton indigence intellectuelle par ton apologie de ce pauvre Luc Ferry. On se choisi les intellectuels qu'on mérite.

    Reponse à "nitou" :

    Madame, ne vous inquiétez pas, Mr Mélenchon ne cassera pas votre santon à l'éphigie de Mme Royal. Continuer à le contempler sur votre télé et cessez de venir nous dire que Mr.Mélanchon est là pour "critiquer"! On est pas dans une cour de récréation !

    Il est bien normal que Mr.Mélanchon donne son avis sur SON BLOG ! Et sa mission d'homme politique est de critiquer au sens intellectuel du terme ! Penser, c'est porter la critique ! C'est comme ça que l'on avance. Oui, c'est cruel. Ne pleurez pas pour autant. Merci.

  35. 35
    Anne dit:

    Je viens de lire une ségoliste assez fervente dans son genre sur un autre blog. Elle était à Melle, et dit en revenir très triste. Déjà là, ça m'interpelle.

    La suite est plus intéressante encore. En effet, à d'autres blogueurs qui lui demandent d'en dire plus, elle précise : j'ai l'impression qu'on lui a fait un mauvais coup. Elle vient de se tirer une balle dans le pied.

    C'est très intéressant comme remarque. Je suis en effet persuadée que Ségolène bien qu'autoritaire et maîtresse d'école dans son genre, est une femme sous forte influence (son incompétence avérée sur de nombreux dossiers la rende forcément dépendante d'autres matières grises). Et je dois dire qu'aujourd'hui, son discours me semblait encore plus écrit par d'autres que d'habitude.

    Je l'ai à nouveau entendue au journal de France 2. Elle a été très claire, plus de doute possible : elle a bien dit que son rôle n'était pas d'être en opposition au gouvernement, mais de faire en sorte que les réformes soient bien effectives ! (sous entendu : je ne peux qu'approuver ce type de réformes nécessaires au "défi de la mondialisation" blablabla).

    Au risque de me répéter, je suis persuadée que ces bonnes paroles viennent de certains de ces conseillers les plus convertis à la social-démocratie de type 3e voie, dont le Nouvel Obs est un des organes médiatiques les plus actifs. Il n'y a qu'à lire Julliard (qui était invité au "bilan" de campagne de Ségolène, et qui a pondu une tribune abjecte à cette occasion sur les "mythes" des socialistes) ou encore Jean Daniel (qui loue les bienfaits de la fondation Saint-Simon dans son dernier papier totalement sidérant) pour en être convaincu.

    J'ai toujours eu le sentiment que l'Obs soutenait Royal pour mieux asseoir Sarkozy. En effet, la SEULE critique qui lui est faite - à Sarkozy -(cf. le dernier papier de Julliard), c'est son alignement sur la politique étrangère de Bush. D'ailleurs, cette critique a pointé le bout de son nez dans le discours de Royal de cette apres-midi. Là, encore, c'était limpide que cette partie de son texte lui échappait totalement, et c'était encore plus évident quand elle a appelé Kouchner à venir débattre (le genre de truc qui font dire à une ségoliste que leur idole s'est tirée une balle dans le pied sans doute...). Kouchner qui est une icône pour l'Obs (souvenez-vous leur couv'"Traîtres ou précurseurs ?").

    Je partage l'avis de cette ségoliste : le discours de rentrée de Ségolène a un goût amer bien trafiqué. Elle nous avait annoncé des propositions innovantes, ces conseillers spéciaux nous servent "La république du centre, l'éternel retour".

    Je vais dire une horreur sciemment :Barre n'était plus tout jeune, d'autres suivront bientôt. Tant mieux.

  36. 36
    Anne dit:

    Je viens de lire une ségoliste assez fervente dans son genre sur un autre blog. Elle était à Melle, et dit en revenir très triste. Déjà là, ça m'interpelle.

    La suite est plus intéressante encore. En effet, à d'autres blogueurs qui lui demandent d'en dire plus, elle précise : j'ai l'impression qu'on lui a fait un mauvais coup. Elle vient de se tirer une balle dans le pied.

    C'est très intéressant comme remarque. Je suis en effet persuadée que Ségolène bien qu'autoritaire et maîtresse d'école dans son genre, est une femme sous forte influence (son incompétence avérée sur de nombreux dossiers la rende forcément dépendante d'autres matières grises). Et je dois dire qu'aujourd'hui, son discours me semblait encore plus écrit par d'autres que d'habitude.

    Je l'ai à nouveau entendue au journal de France 2. Elle a été très claire, plus de doute possible : elle a bien dit que son rôle n'était pas d'être en opposition au gouvernement, mais de faire en sorte que les réformes soient bien effectives ! (sous entendu : je ne peux qu'approuver ce type de réformes nécessaires au "défi de la mondialisation" blablabla).

    Au risque de me répéter, je suis persuadée que ces bonnes paroles viennent de certains de ces conseillers les plus convertis à la social-démocratie de type 3e voie, dont le Nouvel Obs est un des organes médiatiques les plus actifs. Il n'y a qu'à lire Julliard (qui était invité au "bilan" de campagne de Ségolène, et qui a pondu une tribune abjecte à cette occasion sur les "mythes" des socialistes) ou encore Jean Daniel (qui loue les bienfaits de la fondation Saint-Simon dans son dernier papier totalement sidérant) pour en être convaincu.

    J'ai toujours eu le sentiment que l'Obs soutenait Royal pour mieux asseoir Sarkozy. En effet, la SEULE critique qui lui est faite - à Sarkozy -(cf. le dernier papier de Julliard), c'est son alignement sur la politique étrangère de Bush. D'ailleurs, cette critique a pointé le bout de son nez dans le discours de Royal de cette apres-midi. Là, encore, c'était limpide que cette partie de son texte lui échappait totalement, et c'était encore plus évident quand elle a appelé Kouchner à venir débattre (le genre de truc qui font dire à une ségoliste que leur idole s'est tirée une balle dans le pied sans doute...). Kouchner qui est une icône pour l'Obs (souvenez-vous leur couv'"Traîtres ou précurseurs ?").

    Je partage l'avis de cette ségoliste : le discours de rentrée de Ségolène a un goût amer bien trafiqué. Elle nous avait annoncé des propositions innovantes, ces conseillers spéciaux nous servent "La république du centre, l'éternel retour".

    Je vais dire une horreur sciemment :Barre n'était plus tout jeune, d'autres suivront bientôt. Tant mieux.

  37. 37
    un mec dit:

    suite:

    Le respect à Danielle, vraie militante de gauche, doit être correctement usé.

    Elle se trompe parfois aussi comme beaucoup d'autres. Elle est humaine.

    Quand on se rappelle pour défendre son fils chéri peut-être mais pourri Jean-Christophe(les affaires Africaines), ce qu'elle a pu dire d'insultant et de haineux, hors des faits avérés...... alors on relativise le respect.

    Respect doit être proportionné et valable pour autrui qui est sincère.

    Je maintiens ce que j'ai écrit car ce n'est que la vérité véridique, réelle et vraie.

  38. 38
    un mec dit:

    suite:

    Le respect à Danielle, vraie militante de gauche, doit être correctement usé.

    Elle se trompe parfois aussi comme beaucoup d'autres. Elle est humaine.

    Quand on se rappelle pour défendre son fils chéri peut-être mais pourri Jean-Christophe(les affaires Africaines), ce qu'elle a pu dire d'insultant et de haineux, hors des faits avérés...... alors on relativise le respect.

    Respect doit être proportionné et valable pour autrui qui est sincère.

    Je maintiens ce que j'ai écrit car ce n'est que la vérité véridique, réelle et vraie.

  39. 39
    Jean-Luc dit:

    Tu lis décidément trop le Nouvel OBS et Claude Asko, Anne. Ca laisse des traces à l'évidence.

  40. 40
    Jean-Luc dit:

    Tu lis décidément trop le Nouvel OBS et Claude Asko, Anne. Ca laisse des traces à l'évidence.

  41. 41
    H2 dit:

    N'empèche! Pardon Mr le Sénateur (Jean-luc c'est vous ou le prénom d'un autre blogueur ?)... l'analyse que fait Anne me semble frappée au coin du bon sens ! Il est évident que Mme Royal est" parlée" - Mais celà serait la dédouaner un peu vite de pas mal de choses et oublier de dire qu'elle est politiquement consentante.

    Donc après avoir renié le programme pour lequel les élécteurs/électrices s'étaient reportés sur son nom à 47%, la voici qui déclare qu'elle ne fait plus partie de l'opposition :

    ... " Elle a bien dit que son rôle n'était pas d'être en opposition au gouvernement, mais de faire en sorte que les réformes soient bien effectives ! " - ALORS LA ON RÊVE ! PINCEZ MOI ! AU SECOURS !

    Mais qu'ils aillent toutes et tous à l'UMP ! Cette bande de salopard(e)s !

    Visiblement, beaucoup de personnes fantasment sur UN GRAND PARTI UNIQUE en FRANCE !

    Le Parti de ceux qui tiennent le pouvoir déjà depuis 30 ans et veulent le conserver ?

    Le Parti Libéral, comme on parlait autrefois du Parti Colonial, tant l'idéologie de la colonisation débordait les camps politiques antérieurs ?

    Monsieur le Sénateur ! Il vous faudra prendre ce Parti ou Partir ! Pour en créer un neuf avec d'autres personnes tant celles que vous cotoyez ne respirent plus vraiment la santé, avachies qu'elles sont dans leur lobobotomie !

    Le PS n'a plus rien à voir avec la puissance populaire et les aspirations que celle-ci porte à bon droit, refusant d'être une masse d'esclaves pour le bien d'une minorité qui lui fait quotidiennement la leçon et l'accable.

    Le PS perdra toute les élections dorénavant !

    A quoi bon voter pour ce parti qui ne se déclare plus dans l'opposition et ne combat plus l'autoritarisme libéral ni son idéologie vicieuse, destructrice des êtres et de la planète, dans une course folle vers la guerre de tous contre tous.

    Un bon point pour Madame Royal :

    A force de chanter avec le choeur libéral au dessus du volcan,(après les libéraux, le Déluge !) les poubelles de l'Histoire l'attende.

    Elle aura été le dernier signe évanescent d'une fin de parti(e).

  42. 42
    H2 dit:

    N'empèche! Pardon Mr le Sénateur (Jean-luc c'est vous ou le prénom d'un autre blogueur ?)... l'analyse que fait Anne me semble frappée au coin du bon sens ! Il est évident que Mme Royal est" parlée" - Mais celà serait la dédouaner un peu vite de pas mal de choses et oublier de dire qu'elle est politiquement consentante.

    Donc après avoir renié le programme pour lequel les élécteurs/électrices s'étaient reportés sur son nom à 47%, la voici qui déclare qu'elle ne fait plus partie de l'opposition :

    ... " Elle a bien dit que son rôle n'était pas d'être en opposition au gouvernement, mais de faire en sorte que les réformes soient bien effectives ! " - ALORS LA ON RÊVE ! PINCEZ MOI ! AU SECOURS !

    Mais qu'ils aillent toutes et tous à l'UMP ! Cette bande de salopard(e)s !

    Visiblement, beaucoup de personnes fantasment sur UN GRAND PARTI UNIQUE en FRANCE !

    Le Parti de ceux qui tiennent le pouvoir déjà depuis 30 ans et veulent le conserver ?

    Le Parti Libéral, comme on parlait autrefois du Parti Colonial, tant l'idéologie de la colonisation débordait les camps politiques antérieurs ?

    Monsieur le Sénateur ! Il vous faudra prendre ce Parti ou Partir ! Pour en créer un neuf avec d'autres personnes tant celles que vous cotoyez ne respirent plus vraiment la santé, avachies qu'elles sont dans leur lobobotomie !

    Le PS n'a plus rien à voir avec la puissance populaire et les aspirations que celle-ci porte à bon droit, refusant d'être une masse d'esclaves pour le bien d'une minorité qui lui fait quotidiennement la leçon et l'accable.

    Le PS perdra toute les élections dorénavant !

    A quoi bon voter pour ce parti qui ne se déclare plus dans l'opposition et ne combat plus l'autoritarisme libéral ni son idéologie vicieuse, destructrice des êtres et de la planète, dans une course folle vers la guerre de tous contre tous.

    Un bon point pour Madame Royal :

    A force de chanter avec le choeur libéral au dessus du volcan,(après les libéraux, le Déluge !) les poubelles de l'Histoire l'attende.

    Elle aura été le dernier signe évanescent d'une fin de parti(e).

  43. 43
    Anne dit:

    Heureusement que je lis l'Obs, le Point, l'Express et toute cette presse qui me fait hurler.

    Si je me contentais de lire Politis et le diplo, j'aurais un peu l'impression d'être Minnie à Disneyland.

    J'ai lu une interview d'Harribey dans mouvements (reprise sur Rue 89) qui dit la même chose que moi. Il vise Méda et la République des Idées très explicitement (concernant la théorie de la fin du travail... d'ailleurs, je recommande de lire Giddens sur ce point. C'est juste totalement effrayant. Il annonce un chômage de masse, et s'en félicite).

    Et qui se pointe à l'université d'été de Montebourg ? Laurent Bouvet (super blairiste) et le rédac chef d'Alternatives économiques (qui nous a pondu il y a quelques mois un dossier dithyrambique sur la République des Idées).

    Oui, je fais une fixette. Mais les intellectuels au service de l'idéologie néo libérale, ça existe. Les think tank aussi, c'est même fait pour ça. Et qu'est-ce qu'on a en face ? Ba, on a hélas plus Bourdieu, heureusement encore quelques bourdiviens solides, on a Attac, et à vrai dire, tout ça ne pèse pas lourd.

  44. 44
    Anne dit:

    Heureusement que je lis l'Obs, le Point, l'Express et toute cette presse qui me fait hurler.

    Si je me contentais de lire Politis et le diplo, j'aurais un peu l'impression d'être Minnie à Disneyland.

    J'ai lu une interview d'Harribey dans mouvements (reprise sur Rue 89) qui dit la même chose que moi. Il vise Méda et la République des Idées très explicitement (concernant la théorie de la fin du travail... d'ailleurs, je recommande de lire Giddens sur ce point. C'est juste totalement effrayant. Il annonce un chômage de masse, et s'en félicite).

    Et qui se pointe à l'université d'été de Montebourg ? Laurent Bouvet (super blairiste) et le rédac chef d'Alternatives économiques (qui nous a pondu il y a quelques mois un dossier dithyrambique sur la République des Idées).

    Oui, je fais une fixette. Mais les intellectuels au service de l'idéologie néo libérale, ça existe. Les think tank aussi, c'est même fait pour ça. Et qu'est-ce qu'on a en face ? Ba, on a hélas plus Bourdieu, heureusement encore quelques bourdiviens solides, on a Attac, et à vrai dire, tout ça ne pèse pas lourd.

  45. 45
    Anne dit:

    En effet, je persiste (je réponds à Jean-Luc qui n'est pas J-L Mélenchon, je pense).

    Lien vers le JT de France :

    déplacer le curseur sur 20H13mn05s

    http://jt.france2.fr/20h/

    Vous allez réécouter la dame, et vous allez entendre que la dame est plutôt SUPPORTRICE des REFORMES (pas propositions alternatives de progrès pour tous, REFORMES ! Et on sait très bien ce que ça veut dire, "réformes"). Moi, j'entends ça, je me dis que ça dépasse toutes les (très grosses)conneries qu'elle nous a déjà pondues (pour mémoire, petit florilège : les militaires comme nouvelle politique de la ville ; le smic à 1500 euros bruts, c'est pas crédible ! ; il faut raccompagner chaque femme flic chez elle après le boulot, et je le ferai ; l'autonomie des universités, en voilà une idée qu'elle est formidable (cf. JT plus haut où elle approuve le gouvernement Fillon) ; la carte scolaire à la poubelle ; les profs sont des gros flemmards (ils font pas leurs 35H !, dixit une ancienne ministre...), je les colle d'office après la classe pour le soutien scolaire ; vive le contrat nouvelle embauche (ça, cette belle idée de Dominique Méda, juste après la crise du CPE, j'avoue, que ça m'avait sciée en 2); je suis une femme neuve (cuvée 81...). On peut écrire 3 tomes. Ca m'a beaucoup fait rire, mais là, j'avoue, j'ai eu ma dose. Et je crois qu'on est un paquet au bord de la crise de nerfs à chacune de ses nouvelles apparitions à cette sainte femme.

  46. 46
    Anne dit:

    En effet, je persiste (je réponds à Jean-Luc qui n'est pas J-L Mélenchon, je pense).

    Lien vers le JT de France :

    déplacer le curseur sur 20H13mn05s

    http://jt.france2.fr/20h/

    Vous allez réécouter la dame, et vous allez entendre que la dame est plutôt SUPPORTRICE des REFORMES (pas propositions alternatives de progrès pour tous, REFORMES ! Et on sait très bien ce que ça veut dire, "réformes"). Moi, j'entends ça, je me dis que ça dépasse toutes les (très grosses)conneries qu'elle nous a déjà pondues (pour mémoire, petit florilège : les militaires comme nouvelle politique de la ville ; le smic à 1500 euros bruts, c'est pas crédible ! ; il faut raccompagner chaque femme flic chez elle après le boulot, et je le ferai ; l'autonomie des universités, en voilà une idée qu'elle est formidable (cf. JT plus haut où elle approuve le gouvernement Fillon) ; la carte scolaire à la poubelle ; les profs sont des gros flemmards (ils font pas leurs 35H !, dixit une ancienne ministre...), je les colle d'office après la classe pour le soutien scolaire ; vive le contrat nouvelle embauche (ça, cette belle idée de Dominique Méda, juste après la crise du CPE, j'avoue, que ça m'avait sciée en 2); je suis une femme neuve (cuvée 81...). On peut écrire 3 tomes. Ca m'a beaucoup fait rire, mais là, j'avoue, j'ai eu ma dose. Et je crois qu'on est un paquet au bord de la crise de nerfs à chacune de ses nouvelles apparitions à cette sainte femme.

  47. 47
    TL dit:

    H2,

    Ecrire Mitterrand avec un "r" ou avec un seul "t" ca fait un peu de droite...

  48. 48
    TL dit:

    H2,

    Ecrire Mitterrand avec un "r" ou avec un seul "t" ca fait un peu de droite...

  49. 49
    Denis Collin dit:

    Cher Jean-Luc,

    Le discours de Royal confirme la caractérisation que tu avait faite au début de la campagne interne au PS en rapprochant Royal des "néos" (Renaudel, Déat, Marquet) qui ont fini leur carrière chez Pétain. Le problème est que la cohabitation dans un même parti de cette droite réactionnaire et de la vieille tradition social-démocrate n'est plus possible. Je crois que même la question du "social-libéralisme" est dépassée (après tout on devrait pouvoir trouver un modus vivendi avec un social-libéral) car Royal est ailleurs. Et avec elle une partie du PS. Ceux qui sont déjà partis (Besson, Bockel, Fadara, Kouchner...) et ceux qui comme Manuel Valls cherchent des convergences avec Sarkozy sur, au hasard, l'immigration, la sécurité, etc (voir son interview au Figaro, la semaine dernière). La vraie force de Sarkozy aujourd'hui, celle qui fait que la baudruche ne se dégonfle pas et qu'on ne voit pas qu'est-ce qui pourrait enrayer la machine, c'est cette partie de l'appareil du PS qui a fait bloc derrière Royal, qui est liée par mille liens au capital financier et à la technocratie de l'UE.

    Si nous voulons sortir de cette situation infernale, la première chose à faire est d'appeler les choses par leur nom et le "royalisme" la réaction sur toute la ligne.

    Amicalement

    Denis COLLIN

  50. 50
    Denis Collin dit:

    Cher Jean-Luc,

    Le discours de Royal confirme la caractérisation que tu avait faite au début de la campagne interne au PS en rapprochant Royal des "néos" (Renaudel, Déat, Marquet) qui ont fini leur carrière chez Pétain. Le problème est que la cohabitation dans un même parti de cette droite réactionnaire et de la vieille tradition social-démocrate n'est plus possible. Je crois que même la question du "social-libéralisme" est dépassée (après tout on devrait pouvoir trouver un modus vivendi avec un social-libéral) car Royal est ailleurs. Et avec elle une partie du PS. Ceux qui sont déjà partis (Besson, Bockel, Fadara, Kouchner...) et ceux qui comme Manuel Valls cherchent des convergences avec Sarkozy sur, au hasard, l'immigration, la sécurité, etc (voir son interview au Figaro, la semaine dernière). La vraie force de Sarkozy aujourd'hui, celle qui fait que la baudruche ne se dégonfle pas et qu'on ne voit pas qu'est-ce qui pourrait enrayer la machine, c'est cette partie de l'appareil du PS qui a fait bloc derrière Royal, qui est liée par mille liens au capital financier et à la technocratie de l'UE.

    Si nous voulons sortir de cette situation infernale, la première chose à faire est d'appeler les choses par leur nom et le "royalisme" la réaction sur toute la ligne.

    Amicalement

    Denis COLLIN

Pages : [1] 2 3 4 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive