23nov 05

Je n’aurais pas imaginé que tant de monde se donne le mal de me faire connaître son avis à propos de la synthèse réalisée au Congrès socialiste


voila la salle de la commission des résolution du PS. Un conclave studieux de gens qui travaillent jusqu'a 4heures du matin.

voila la salle de la commission des résolution du PS. Un conclave studieux de gens qui travaillent jusqu’a 4heures du matin.

du Mans. Mais c’est plutôt bon signe. Cependant vu de l’extérieur on peut facilement commettre des contresens. Par exemple, on me demande pourquoi j’ai « fait allégeance » à François Hollande, ou bien d’autres choses dans ce registre. Une synthèse dans un congrès socialiste ce n’est pas cela. En votant un texte de synthèse, personne ne renonce à son point de vue ou à son identité culturelle dans le mouvement socialiste. La synthèse désigne la mise au point d’un texte d’orientation qui devient commun à ceux qui l’amendent. On part de la motion qui a recueilli le plus de voix, et on discute pour voir si ce qui parait essentiel à chacun peut se retrouver dans un même texte. C’est ce qui a été fait. Il fallait ensuite savoir si j’approuvais ce compromis. C’est ce que j’ai fait avec la quasi-totalité des congressistes. Je l’ai fait parce que sur un point décisif à mes yeux j’obtenais gain de cause. Je parle, bien sûr, du refus de signer la Constitution européenne au lendemain de la prochaine élection présidentielle


le temps perdu ne se rattrape plus. Faute de motion commune les oppositions au Ps n'ont pu construire une autre majorité. Les idées ont pris un autre chemin pour avancer.

le temps perdu ne se rattrape plus. Faute de motion commune les oppositions au Ps n’ont pu construire une autre majorité. Les idées ont pris un autre chemin pour avancer.

Cette question est essentielle car c’est celle qui lève l’impossibilité de l’union des gauches. En effet il est impossible de faire un gouvernement des gauches, notamment avec les communistes, si ce gouvernement doit signer la Constitution européenne. Je pense que tout le monde comprend cela assez facilement. C’était vraiment la question essentielle à mes yeux puisqu’elle engage l’avenir de la gauche. Tout le reste ne manquait pas d’intérêt bien sûr, loin de là. Mais cela concernait des divergences assez traditionnelles non seulement entre socialistes mais entre les socialistes et les autres forces de gauche (pouvoir d’achat, nationalisation etc..). Tandis que cette question là, celle de la non ratification de la Constitution européenne, est devenue une question incontournable de laquelle tout le reste de la construction politique à gauche dépend. Sur cette question, tout le monde doit passer par le même point de passage, celui du respect du non, pour que l’on puisse commencer le travail de construction d’une nouvelle union des gauches. C’est un préalable en quelque sorte.

C’était donc le combat central pour moi. Surtout que j’ai commencé ce congrès avec mes amis sur une contribution dont le nom résumait le programme politique : « trait d’union ». Il s’agissait de créer un trait d’union dans mon parti pour rendre possible un trait d’union avec le reste de la gauche. L’essentiel du contenu de ce trait d’union est évidemment dans la logique du non au référendum. C’est pourquoi l’idée qu’il fallait « respecter le non des français » était essentiel. A partir du moment où quoique proposé par une minorité ce point pouvait entrer dans l’orientation du parti il me semble qu’un pas décisif était accompli. En ce qui concerne la synthèse elle-même au sens large, je pense que la formule « tout le monde ou personne » que Laurent fabius et moi nous avons rabaché sur tous les médias était juste. Elle signifia d’abord que nous ne ferions pas une synthèse séparée avec la direction sans le NPS. Puis quand il est devenu évident que François Hollande et le duo Peillon Emmanuelli souhaitaient activement la synthèse, pourquoi l’aurions nous refusée alors même que l’essentiel était pris en compte (smic à 1500 euros, non ratification de la Constitution européenne, re-nationalisation d’EDF).


Pendant qu'on discutait au congrès du Mans, mes camarades participaient a la manifestation pour la défense des services publics

Pendant qu’on discutait au congrès du Mans, mes camarades participaient a la manifestation pour la défense des services publics

A maints égards, cela revenait même à afficher une véritable inversion des votes car on aurait eu un tableau avec 80 % d’un côté et 20% de l’autre au lieu du 53/47 enregistré à l’entrée du congrès.

Evidemment, au départ du congrès, j’espérais bien davantage. Je pensais qu’il était possible de changer de cap général et d’équipe de direction. Je pensais qu’une dynamique pouvait être enclenchée sur la base du rassemblement de tous ceux qui avaient voté non au PS. Très vite il est apparu que cela ne serait pas possible. D’abord par ce que la motion commune des oppositions n’a pas été acceptée par les autres oppositions. Au contraire un regroupement s’est fait entre Montebourg Peillon et Emmanuelli qui a tenu tout le temps du congrès une ligne d’équidistance entre la motion que je soutenais avec Laurent Fabius et celle de François Hollande. En toutes hypothèses, la motion Hollande arrivait donc loin en tête et c’est autour d’elle que se ferait la discussion. Cela était établi à l’instant même où les oppositions se présentaient séparées. Ceux qui n’ont pas voulu de la motion commune le savaient aussi bien que moi. La synthèse de cet automne est d’ailleurs déjà réclamée dans la tribune d’Henri Emmanuelli parue dans le journal  » Libération » au mois d’août.

De mon point de vue, l’essentiel est acquis : d’une part la voie est ouverte à l’union des gauches puisque le préalable constitutionnel est levé, et de l’autre, le candidat socialiste pour l’élection présidentielle issu du vote non n’a pas été mis hors jeu. Je n’ai donc qu’un regret, celui qu’il n’y ai pas eu de motion commune des oppositions car cela aurait pu tout changer. Mais, comme dit le proverbe « on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ». Cependant, avec ce qui est acquis je pense que le travail de construction d’un trait d’union sans exclusive à gauche peut avancer sérieusement. Ceux qui se sentent concernés par cet enjeu ont donc matière à s’engager.


Aucun commentaire à “A propos de la synthèse”

  1. 1
    Fr?d?ric de Lyon dit:

    Bonjour,

    Oui, il y a du monde qui vous donne son avis. C'est sans doute "à cause" de votre participation remarquée aux meetings du non.

    Je crois que nous sommes un certain nombre à en demander toujours plus. Est-ce que c'est un tort ? Je ne le crois pas.

    Moi, là, par exemple, comme je vous l'ai déjà dit plusieurs fois, imaginer de voter pour une personne qui a soutenu le oui, ça me fait très mal. Et imaginer que je vais voter un jour pour un parti dirigé et représenté par une personne qui a soutenu le oui avec morgue, arrogance et malhonnêteté, ça me fait mal à l'avance.

    Donc. Je le dis à nouveau, la synthèse est surement un honnête compromis interne. N'empêche que du point de vue de l'image de changement attendu par la plupart, c'est proche de l'opération blanche. Il n'y a toujours pas de parti de gauche... et c'est encore Hollande qu'on va voir se féliciter d'une éventuelle union des gauches (la gauche plurielle bis ?). Autant dire que rien n'a changé ? Enfin... Il me semble...

    A propos de votre argument centrale "le candidat PS ne signera pas le TCE". L'utilisation de cet argument est doublement fallacieux car il signifie :

    1) qu'il est possible que le PS soit représenté aux présidentielles par un partisan du oui.

    2) qu'il est possible qu'un futur président de gauche ou de droite ou de tombouctou signe le TCE alors qu'il a été rejeté lors d'un référendum.

    Je le redis donc... à quoi bon la campagne pour le non ? Si en plus de ne pas avoir une vraie orientation à gauche, il faut en plus cohabiter avec des gens qui ont appelé à voter oui et qui en plus savaient que malgré ce vote, il serait possible encore de l'ignorer... POURQUOI ?

    En fait, au tout début de ma découverte du monde politique, j'ai été approché par une militante LO. On a pas mal discuté. J'étais passionné par ces histoires d'opposition capital/travail... j'étais dans ma première année de fac d'éco, c'était d'autant plus intéressant. Puis on a cessé de se voir ; quand elle s'est aperçue que j'étais du genre à avoir des idées réformistes... sans volonté "révolutionnaire". J'ai compris en effet ce jour là que je n'étais pas un "révolutionnaire" et que je croyais profondément à la possibilité de réformer le système sans en passer par la guillotine.

    Finalement. Là. J'en viens à me demander si c'est possible. J'en viens à me demander s'il est possible d'avoir un parti de gauche réellement à gauche sans être révolutionnaire.

    Je vais essayer de terminer. J'ai l'impression de partir dans tous les sens.

    Je voulais parler des slogans de la synthèse :

    - SMIC à 1500 euros. C'est du flan. C'est généreux, mais si, par exemple, l'Allemagne continue avec le plan Hartz, la Commission continue avec les directives dictées par les néo-libéraux, ça ne servira à rien.

    - Renationalisation d'EDF... Si la commission ne l'approuve pas, ça ne sera pas possible... donc... sauf à mettre l'Europe à mal telle qu'elle est aujourd'hui. Pourquoi ne pas le dire ? Ceci dit, c'est une bonne idée... mais maintenant que c'est fait, pourquoi vouloir dépenser du fric sur ce sujet ?

    Alors que la campagne pour le non a sensibilisé de nombreux esprits aux causes profondes des dysfonctionnements de notre économie, aucunes des mesures mises en avant n'ont de lien clair avec cette campagne. Alors que c'est au centre de tout. Est-ce que vos communicants au PS ont décidé que c'était trop compliqué, trop abstrait, pas assez vendeur ? Est-ce que tout ce travail de pédagogie va être mis au rebut ? Est-ce qu'on est trop bêtes pour comprendre que c'est vraiment important ?

    Ecrivez en noir sur blanc les quelques points importants de la campagne du non... et peut-être alors que vous serez mieux reconnus ?

    - Modification des statuts de la BCE avec objectifs d'inflation ET d'emploi ET de croissance ET avec possibilité de virer le "gouverneur" et son équipe.

    - Clarification des rapports de l'UE à l'OTAN, véritable politique claire vis à vis d'une défense européenne et d'une souveraineté européenne.

    - Clarification des rapports de l'UE avec l'OMC et le reste du monde... l'UE n'a pas vocation à favoriser le libre-échange mondial... mais à favoriser une amélioration des conditions de vie du plus grand nombre parmi ses états membres. Et donc, pourquoi pas, avoir une politique protectionniste... Et plutôt que d'appuyer dans le sens du FMI... l'Europe pourrait aider les autres pays du monde à défendre leurs intérêts... face aux multi-nationales...

    Ces trois points sont surement un peu trop éloignés, voire trop abstraits. Mais ils sont au centre de tout. Et sans résolution de ces points, rien ne sera possible au niveau national.

    Pour aller plus dans le concret "national"... j'aurais aussi apprécié que le PS parle clairement d'une rénovation de notre République... faute d'une 6ème, pourquoi est-ce que le RIP (référendum d'initiative populaire) n'est pas à nouveau mis en avant ? Et un référendum révocatoire pour pouvoir virer ses élus à mi-mandat ? L'exemple du Vénézuela est terriblement instructif sur ce qu'il est possible de faire !

    1500 euros, ça fait joli... surtout pour ceux qui ont un boulot... mais ça ne file pas du boulot aux autres... alors... prenez les choses par le bon bout... :-)

  2. 2
    antoine dit:

    cette fois-ci c'est too much

    évidemment qu'il y a des réactions sur le blog... déjà le soutien direct à fabius m'avais secoué mis là çà tourne à l'innacepable

    tout le monde rigole (faune) de cette fusion : quel écart entre les discours de gauche et notamment le tien et le résultat pitoyable qui en émerge

    quelle distance par rapport à la campagne unitaire pour le 29 mai

    pour ma part c'est le déclic de trop : j'ai quitté le parti et je participerai à la prochaine réu du courant sur la ville où je milite avec qui je me sens le plus à l'aise à savoir la LCR

    ciao et à bientôt fidèle au poste dans les luttes contre la droite et pour construire une gauche de combat

    sincèrement

    antoine

  3. 3
    J.G. dit:

    Et le premier acte du "virage à gauche" c'est de voter avec Sarkozy au parlement?

  4. 4
    Fred dit:

    Le dernier jour du congrès est arrivé. Tu ne dois pas le louper. Oui, tu ne peux pas le louper parce que tu nous représentes !

    Nous, ceux qui avons mené campagne contre notre Parti, nous qui a chaque congrès chantons l'Internationale pour finir, nous qui parlons de Marx avec fierté,nous qui voulons donner un espoir de vie à la République Sociale. Nous qui prenons sans cesse des coups en interne et en extrene.

    Il y a une semaine la spirale des calculs politiques t'entrainait vers des alliances douteuses. En une semaine tu as reçu sur ton blog et certainement sur ton téléphone un grand nombre de messages de gens qui ne comprennent pas. Qui sont déroutés par la synthèse. La répartition des postes et des responsabilités va se faire officiellement aujourd'hui, nous savons tous, parce que nous avons confiance en toi que ton nom ne sera pas sité. Nous savons que tu ne prendra pas part à la direction du Parti. Et je crois pouvoir dire que nous espérons tous que tu feras une déclration communue avec Montebourg qui lui aussi c'est bien fait manipuler ces dernières semaines voir ces dernières années.

    Un grands nombre de combats nous attendent. Nous ne les gagnerons pas seuls, nous ne les gagnerons pas sans le PS, mais nous ne les gagnerons pas non sans nous opposer à la dérive soc'dem du PS.

    Fred

  5. 5
    philippe dit:

    bravo en tout cas pour ce sens tactique : le lendemain du vote, à moins de 20% les autres sont des tricheurs et le PS a des moeurs de république bananière, 3 jours après, le score de sa motion ayant dépassé 20%, les autres sont devenus des copains avec qui on peut mener des combats....au fait, en passant, qu'est-ce qui a bien pu se passer pendant ces 3 jours? et quel mandat avais-tu des militants pour une telle synthèse?

    désolé,camarade, je préfére l'attitude de Montebourg...la preuve, ce sont les médias qui me l'apportent (tu sais, ceux qui étaient à 90% pour le oui à la cosntituion européenne et que tu vilipendais) en le déclarant comme le grand perdant du congrès alors qu'il a fait preuve d'honnêteté intellectuelle et de fidélité à ses idées..

    ton argumentation n'est que billeveées....il suffit par ex. d'écouter DSK dire que la ligne politique du PS est claire, c'est celle de la motion 1

    vais-je retourner dans ma section et cotoyer "mes" camarades, hilares, qui il n'y pas si longtemps m'insultaient pour avoir fait la campagne du non?

    simple militant, sans responsabilité au sein du parti, je n'aspire à devenir ni ministre, ni député, ni sénateur..je n'ai que ma conscience et mes idées politiques..

    merci pour tes efforts passés

  6. 6
    Fr?d?ric de Lyon dit:

    Bonsoir,

    Je suis pour ma part curieux de vous lire à nouveau.

    J'imagine le futur de la France comme le présent de l'Allemagne... avec un vrai parti de gauche qui se forme, à la suite de la mascarade qui vient d'avoir lieu... ce parti étant boycotté par le PS "de synthèse"... qui préfère s'allier à l'UDF... pour gouverner et appliquer les "réformes" si nécessaires à la France (comme la réforme de la garde à vue du jour...)

    J'admire la pirouette d'Emmanuelli... "chargé de préparer 2007"... Lui... il n'a fait la campagne du non que pour que des ténors du PS y soient ? Comme Fabius ? Pareil pour vous ? Ou est-ce qu'il est possible d'espérer que les "grosses têtes" qui s'activent ici ou là pour défendre des idées le font parce qu'ils y croient et non parce qu'ils veulent "du pouvoir" ?

    Je lis avec beaucoup d'intérêt ce qui se dit et se fait au NPS... et c'est presque par hasard que mon premier message du fil rassemble peu ou prou ce qu'il y avait dans leur texte.

  7. 7
    G. dit:

    Grand démocrate méluche! Décidément, des staliniens aux trotskards, il y a une réelle filiation, au moins au niveau de la méthode mais pas seulement : Staline faisait effacer des photos officielles les bolcheviks qu'il avait fait éliminer, toi tu ne fais qu'éliminer les messages qui sur ton blog n'ont pas le bon gout de t'encenser. Désolé mais moi les sectes et les gourous c'est pas mon truc!

    En vérité je ne suis nullement étonné que mon message d'hier soir, pourtant bien inoffensif, juste poliment ironique, ait été effacé dans la journée : pour vous seul le résultat compte, et le seul résultat qui compte ce sont les postes de pouvoir. Aprés le verni idéologique, c'est utile pour attrapper les gogos.

  8. 8
    mourguy dit:

    Bjr

    j'apprécie beaucoup Mr Mélenchon, même je crois que l'on peut faire du super bon social avec une union droite gauche mais surtout SANS UN BAYROU, c'est clair, et je souhaite vraiment bonne chance pour sa nouvelle aventure à Mr Mélenchon.

    alain mourguy excandidat 2007 et candidat 2012

    (http:// udg.skyrock)

  9. 9
    mourguy udg dit:

    cliquer sur le nom en haut en rouge "mourguy" pour voir mon blog merci


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive